Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for the ‘UCEM~LEÇON 90 – Révision des leçons 79-80.’ Category

UCEM~LEÇON 90 – Révision des leçons 79 et 80.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 90 - Révision des leçons 79-80., Un Cours en Miracles on mars 30, 2017 at 6:56

LEÇON 90

Pour cette révision nous utiliserons les idées suivantes :

1. (79) Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu.

2 Que je me rende compte aujourd’hui que le problème est toujours quelque forme de rancœur que je voudrais chérir. 3 Que je comprenne aussi que la solution est toujours un miracle par lequel je laisse la rancœur être remplacée. 4 Aujourd’hui je voudrais me souvenir de la simplicité du salut en renforçant la leçon selon laquelle il n’y a qu’un problème et qu’une solution. 5 Le problème est une rancœur; la solution est un miracle. 6 Et j’invite la solution à venir à moi en pardonnant la rancœur et en accueillant le miracle qui en prend la place.

2. Les applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

2 Ceci me présente un problème que je voudrais voir résolu.

3 Le miracle derrière cette rancœur le résoudra pour moi.

4 La réponse à ce problème est le miracle qu’il dissimule.

3. (80) Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus.

2 Je semble avoir des problèmes uniquement parce que je mésuse du temps. 3 Je crois que le problème vient d’abord, et que du temps doit passer avant qu’il puisse être résolu. 4 Je ne vois pas que le problème et la réponse arrivent simultanément. 5 La raison en est que je ne me rends pas compte encore que Dieu a placé la réponse avec le problème, de façon à ce qu’ils ne puissent être séparés par le temps. 6 Le Saint-Esprit m’enseignera cela, si je Le laisse. 7 Et je comprendrai qu’il m’est impossible d’avoir un problème qui n’ait pas déjà été résolu.

4. Voici des formes de l’idée qui seront utiles pour des applications concrètes :

2 Je n’ai pas besoin d’attendre pour que ceci soit résolu.

3 La réponse à ce problème m’est déjà donnée, si je veux l’accepter.

4 Le temps ne peut pas séparer ce problème de sa solution.

CLARIFICATION – 1. ESPRIT – PUR-ESPRIT

Chapitre 4: VII. Création et communication

Publicités

UCEM~LEÇON 90 – Révision des leçons 79 et 80.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 90 - Révision des leçons 79-80., Un Cours en Miracles on mars 30, 2016 at 8:03

LEÇON 90

Pour cette révision nous utiliserons les idées suivantes :

1. (79) Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu.

2 Que je me rende compte aujourd’hui que le problème est toujours quelque forme de rancœur que je voudrais chérir. 3 Que je comprenne aussi que la solution est toujours un miracle par lequel je laisse la rancœur être remplacée. 4 Aujourd’hui je voudrais me souvenir de la simplicité du salut en renforçant la leçon selon laquelle il n’y a qu’un problème et qu’une solution. 5 Le problème est une rancœur; la solution est un miracle. 6 Et j’invite la solution à venir à moi en pardonnant la rancœur et en accueillant le miracle qui en prend la place.

2. Les applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

2 Ceci me présente un problème que je voudrais voir résolu.

3 Le miracle derrière cette rancœur le résoudra pour moi.

4 La réponse à ce problème est le miracle qu’il dissimule.

3. (80) Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus.

2 Je semble avoir des problèmes uniquement parce que je mésuse du temps. 3 Je crois que le problème vient d’abord, et que du temps doit passer avant qu’il puisse être résolu. 4 Je ne vois pas que le problème et la réponse arrivent simultanément. 5 La raison en est que je ne me rends pas compte encore que Dieu a placé la réponse avec le problème, de façon à ce qu’ils ne puissent être séparés par le temps. 6 Le Saint-Esprit m’enseignera cela, si je Le laisse. 7 Et je comprendrai qu’il m’est impossible d’avoir un problème qui n’ait pas déjà été résolu.

4. Voici des formes de l’idée qui seront utiles pour des applications concrètes :

2 Je n’ai pas besoin d’attendre pour que ceci soit résolu.

3 La réponse à ce problème m’est déjà donnée, si je veux l’accepter.

4 Le temps ne peut pas séparer ce problème de sa solution.

Révision II – Introduction

Chapitre 5: IV. Enseigner et guérir

UCEM~LEÇON 90 – Révision des leçons 79 et 80.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 90 - Révision des leçons 79-80., Un Cours en Miracles on mars 30, 2015 at 8:19

LEÇON 90

Pour cette révision nous utiliserons les idées suivantes :

1. (79) Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu.

2 Que je me rende compte aujourd’hui que le problème est toujours quelque forme de rancœur que je voudrais chérir. 3 Que je comprenne aussi que la solution est toujours un miracle par lequel je laisse la rancœur être remplacée. 4 Aujourd’hui je voudrais me souvenir de la simplicité du salut en renforçant la leçon selon laquelle il n’y a qu’un problème et qu’une solution. 5 Le problème est une rancœur; la solution est un miracle. 6 Et j’invite la solution à venir à moi en pardonnant la rancœur et en accueillant le miracle qui en prend la place.

2. Les applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

2 Ceci me présente un problème que je voudrais voir résolu.

3 Le miracle derrière cette rancœur le résoudra pour moi.

4 La réponse à ce problème est le miracle qu’il dissimule.

3. (80) Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus.

2 Je semble avoir des problèmes uniquement parce que je mésuse du temps. 3 Je crois que le problème vient d’abord, et que du temps doit passer avant qu’il puisse être résolu. 4 Je ne vois pas que le problème et la réponse arrivent simultanément. 5 La raison en est que je ne me rends pas compte encore que Dieu a placé la réponse avec le problème, de façon à ce qu’ils ne puissent être séparés par le temps. 6 Le Saint-Esprit m’enseignera cela, si je Le laisse. 7 Et je comprendrai qu’il m’est impossible d’avoir un problème qui n’ait pas déjà été résolu.

4. Voici des formes de l’idée qui seront utiles pour des applications concrètes :

2 Je n’ai pas besoin d’attendre pour que ceci soit résolu.

3 La réponse à ce problème m’est déjà donnée, si je veux l’accepter.

4 Le temps ne peut pas séparer ce problème de sa solution.

UCEM~LEÇON 90 – Révision des leçons 79 et 80.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 90 - Révision des leçons 79-80., Un Cours en Miracles on mars 30, 2014 at 7:50

LEÇON 90

Pour cette révision nous utiliserons les idées suivantes :

1. (79) Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu.

2 Que je me rende compte aujourd’hui que le problème est toujours quelque forme de rancœur que je voudrais chérir. 3 Que je comprenne aussi que la solution est toujours un miracle par lequel je laisse la rancœur être remplacée. 4 Aujourd’hui je voudrais me souvenir de la simplicité du salut en renforçant la leçon selon laquelle il n’y a qu’un problème et qu’une solution. 5 Le problème est une rancœur; la solution est un miracle. 6 Et j’invite la solution à venir à moi en pardonnant la rancœur et en accueillant le miracle qui en prend la place.

2. Les applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

2 Ceci me présente un problème que je voudrais voir résolu.

3 Le miracle derrière cette rancœur le résoudra pour moi.

4 La réponse à ce problème est le miracle qu’il dissimule.

3. (80) Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus.

2 Je semble avoir des problèmes uniquement parce que je mésuse du temps. 3 Je crois que le problème vient d’abord, et que du temps doit passer avant qu’il puisse être résolu. 4 Je ne vois pas que le problème et la réponse arrivent simultanément. 5 La raison en est que je ne me rends pas compte encore que Dieu a placé la réponse avec le problème, de façon à ce qu’ils ne puissent être séparés par le temps. 6 Le Saint-Esprit m’enseignera cela, si je Le laisse. 7 Et je comprendrai qu’il m’est impossible d’avoir un problème qui n’ait pas déjà été résolu.

4. Voici des formes de l’idée qui seront utiles pour des applications concrètes :

2 Je n’ai pas besoin d’attendre pour que ceci soit résolu.

3 La réponse à ce problème m’est déjà donnée, si je veux l’accepter.

4 Le temps ne peut pas séparer ce problème de sa solution.

UCEM~LEÇON 90 – Révision des leçons 79 et 80.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 90 - Révision des leçons 79-80., Un Cours en Miracles on mars 31, 2013 at 2:08

31 mars ~ resurrection

LEÇON 90

Pour cette révision nous utiliserons les idées suivantes :

1. (79) Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu.

2 Que je me rende compte aujourd’hui que le problème est toujours quelque forme de rancœur que je voudrais chérir. 3 Que je comprenne aussi que la solution est toujours un miracle par lequel je laisse la rancœur être remplacée. 4 Aujourd’hui je voudrais me souvenir de la simplicité du salut en renforçant la leçon selon laquelle il n’y a qu’un problème et qu’une solution. 5 Le problème est une rancœur; la solution est un miracle. 6 Et j’invite la solution à venir à moi en pardonnant la rancœur et en accueillant le miracle qui en prend la place.

2. Les applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

2 Ceci me présente un problème que je voudrais voir résolu.

3 Le miracle derrière cette rancœur le résoudra pour moi.

4 La réponse à ce problème est le miracle qu’il dissimule.

3. (80) Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus.

2 Je semble avoir des problèmes uniquement parce que je mésuse du temps. 3 Je crois que le problème vient d’abord, et que du temps doit passer avant qu’il puisse être résolu. 4 Je ne vois pas que le problème et la réponse arrivent simultanément. 5 La raison en est que je ne me rends pas compte encore que Dieu a placé la réponse avec le problème, de façon à ce qu’ils ne puissent être séparés par le temps. 6 Le Saint-Esprit m’enseignera cela, si je Le laisse. 7 Et je comprendrai qu’il m’est impossible d’avoir un problème qui n’ait pas déjà été résolu.

4. Voici des formes de l’idée qui seront utiles pour des applications concrètes :

2 Je n’ai pas besoin d’attendre pour que ceci soit résolu.

3 La réponse à ce problème m’est déjà donnée, si je veux l’accepter.

4 Le temps ne peut pas séparer ce problème de sa solution.

UCEM~LEÇON 90 – Révision des leçons 79 et 80.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 90 - Révision des leçons 79-80., Un Cours en Miracles on mars 30, 2012 at 11:24

31 mars ~ resurrection

LEÇON 90

AUDIO

Pour cette révision nous utiliserons les idées suivantes :

1. (79) Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu.

2 Que je me rende compte aujourd’hui que le problème est toujours quelque forme de rancœur que je voudrais chérir. 3 Que je comprenne aussi que la solution est toujours un miracle par lequel je laisse la rancœur être remplacée. 4 Aujourd’hui je voudrais me souvenir de la simplicité du salut en renforçant la leçon selon laquelle il n’y a qu’un problème et qu’une solution. 5 Le problème est une rancœur; la solution est un miracle. 6 Et j’invite la solution à venir à moi en pardonnant la rancœur et en accueillant le miracle qui en prend la place.

2. Les applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

  • 2 Ceci me présente un problème que je voudrais voir résolu.
  • 3 Le miracle derrière cette rancœur le résoudra pour moi.
  • 4 La réponse à ce problème est le miracle qu’il dissimule.

3. (80) Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus.

2 Je semble avoir des problèmes uniquement parce que je mésuse du temps. 3 Je crois que le problème vient d’abord, et que du temps doit passer avant qu’il puisse être résolu. 4 Je ne vois pas que le problème et la réponse arrivent simultanément. 5 La raison en est que je ne me rends pas compte encore que Dieu a placé la réponse avec le problème, de façon à ce qu’ils ne puissent être séparés par le temps. 6 Le Saint-Esprit m’enseignera cela, si je Le laisse. 7 Et je comprendrai qu’il m’est impossible d’avoir un problème qui n’ait pas déjà été résolu.

4. Voici des formes de l’idée qui seront utiles pour des applications concrètes :

  • 2 Je n’ai pas besoin d’attendre pour que ceci soit résolu.
  • 3 La réponse à ce problème m’est déjà donnée, si je veux l’accepter.
  • 4 Le temps ne peut pas séparer ce problème de sa solution.

UCEM~LEÇON 90 – Révision des leçons 79 et 80.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 90 - Révision des leçons 79-80., Un Cours en Miracles on mars 31, 2011 at 12:04

31 mars ~ resurrection

LEÇON 90

Pour cette révision nous utiliserons les idées suivantes :

L’audio de la leçon 90 ici

1. (79) Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu.

2 Que je me rende compte aujourd’hui que le problème est toujours quelque forme de rancœur que je voudrais chérir. 3 Que je comprenne aussi que la solution est toujours un miracle par lequel je laisse la rancœur être remplacée. 4 Aujourd’hui je voudrais me souvenir de la simplicité du salut en renforçant la leçon selon laquelle il n’y a qu’un problème et qu’une solution. 5 Le problème est une rancœur; la solution est un miracle. 6 Et j’invite la solution à venir à moi en pardonnant la rancœur et en accueillant le miracle qui en prend la place.

2. Les applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

  • 2 Ceci me présente un problème que je voudrais voir résolu.
  • 3 Le miracle derrière cette rancœur le résoudra pour moi.
  • 4 La réponse à ce problème est le miracle qu’il dissimule.

3. (80) Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus.

2 Je semble avoir des problèmes uniquement parce que je mésuse du temps. 3 Je crois que le problème vient d’abord, et que du temps doit passer avant qu’il puisse être résolu. 4 Je ne vois pas que le problème et la réponse arrivent simultanément. 5 La raison en est que je ne me rends pas compte encore que Dieu a placé la réponse avec le problème, de façon à ce qu’ils ne puissent être séparés par le temps. 6 Le Saint-Esprit m’enseignera cela, si je Le laisse. 7 Et je comprendrai qu’il m’est impossible d’avoir un problème qui n’ait pas déjà été résolu.

4. Voici des formes de l’idée qui seront utiles pour des applications concrètes :

  • 2 Je n’ai pas besoin d’attendre pour que ceci soit résolu.
  • 3 La réponse à ce problème m’est déjà donnée, si je veux l’accepter.
  • 4 Le temps ne peut pas séparer ce problème de sa solution.

UCEM~LEÇON 90 – Révision des leçons 79 et 80.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 90 - Révision des leçons 79-80., Un Cours en Miracles on mars 31, 2010 at 12:02

31 ~ hashem3

LEÇON 90

Pour cette révision nous utiliserons les idées suivantes :

1. (79) Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu.

2 Que je me rende compte aujourd’hui que le problème est toujours quelque forme de rancœur que je voudrais chérir. 3 Que je comprenne aussi que la solution est toujours un miracle par lequel je laisse la rancœur être remplacée. 4 Aujourd’hui je voudrais me souvenir de la simplicité du salut en renforçant la leçon selon laquelle il n’y a qu’un problème et qu’une solution. 5 Le problème est une rancœur; la solution est un miracle. 6 Et j’invite la solution à venir à moi en pardonnant la rancœur et en accueillant le miracle qui en prend la place.

2. Les applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

2 Ceci me présente un problème que je voudrais voir résolu.

3 Le miracle derrière cette rancœur le résoudra pour moi.

4 La réponse à ce problème est le miracle qu’il dissimule.

3. (80) Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus.

2 Je semble avoir des problèmes uniquement parce que je mésuse du temps. 3 Je crois que le problème vient d’abord, et que du temps doit passer avant qu’il puisse être résolu. 4 Je ne vois pas que le problème et la réponse arrivent simultanément. 5 La raison en est que je ne me rends pas compte encore que Dieu a placé la réponse avec le problème, de façon à ce qu’ils ne puissent être séparés par le temps. 6 Le Saint-Esprit m’enseignera cela, si je Le laisse. 7 Et je comprendrai qu’il m’est impossible d’avoir un problème qui n’ait pas déjà été résolu.

4. Voici des formes de l’idée qui seront utiles pour des applications concrètes :

2 Je n’ai pas besoin d’attendre pour que ceci soit résolu.

3 La réponse à ce problème m’est déjà donnée, si je veux l’accepter.

4 Le temps ne peut pas séparer ce problème de sa solution.

L’Inspiration

Les obstacles à la paix

1. Comme la paix s’étend du fin fond de toi-même pour embrasser toute la Filialité et lui donner le repos, elle rencontre de nombreux obstacles. 2 Certains de ces obstacles, c’est toi qui tenteras de les imposer. 3 D’autres sembleront surgir d’ailleurs : de tes frères et de divers aspects du monde extérieur. 4 Or la paix les couvrira doucement et s’étendra au-delà sans encombre. 5 L’extension de Son but de ta relation aux autres, pour doucement les faire entrer, est la façon dont le Saint-Esprit accordera les moyens et le but. 6 La paix qu’il a déposée, au plus profond de toi et de ton frère, s’étendra quiètement à chaque aspect de ta vie, vous entourant, toi et ton frère, d’un bonheur radieux et de la calme conscience d’une complète protection. 7 Et tu porteras son message d’amour, de sécurité et de liberté à chaque frère qui s’approche de ton temple, où l’attend la guérison. 8 Tu n’attendras pas pour le lui donner, car tu l’appelleras et il te répondra, reconnaissant dans ton appel l’Appel pour Dieu. 9 Puis tu le feras entrer et lui offriras le repos, comme il t’a été donné.

2. Tu feras tout cela. 2 Or la paix qui est déjà au plus profond de toi doit d’abord prendre de l’expansion et franchir les obstacles que tu as placés devant elle. 3 Tu feras cela, car rien de ce qui est entrepris avec le Saint-Esprit ne reste inachevé. 4 Tu ne peux, en effet, être sûr de rien de ce que tu vois à l’extérieur de toi, mais de ceci tu peux être sûr : Le Saint-Esprit demande que tu Lui offres un lieu de repos où tu te reposeras en Lui. 5 Il t’a répondu, et Il est entré dans ta relation. 6 Ne voudrais-tu pas maintenant Lui rendre Sa gracieuseté et entrer en relation avec Lui? 7 Car c’est Lui Qui a offert à ta relation le don de sainteté sans lequel il t’aurait été à jamais impossible d’apprécier ton frère.

3. La gratitude que tu Lui dois, Il demande seulement que tu la reçoives pour Lui. 2 Et quand tu regardes ton frère avec douceur et gracieuseté, c’est Lui que tu contemples. 3 Car tu regardes là où il est, et pas à part de Lui. 4 Tu ne peux pas voir le Saint-Esprit, mais tu peux voir tes frères véritablement. 5 Et la lumière en eux te montrera tout ce que tu as besoin de voir. 6 Lorsque la paix en toi aura été étendue jusqu’à embrasser tout le monde, la fonction du Saint-Esprit ici sera accomplie. 7 Quel besoin, alors, y aura-t-il de voir? 8 Quand Dieu aura fait le dernier pas Lui-même, le Saint-Esprit rassemblera toutes les grâces et toute la gratitude que tu Lui as rendues et les déposera doucement devant Son Créateur au Nom de Son très saint Fils. 9 Et le Père les acceptera en Son Nom. 10 Quel besoin y a-t-il de voir, en présence de Sa gratitude ?

UCEM~LEÇON 90 – Révision des leçons 79-80.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 90 - Révision des leçons 79-80., Un Cours en Miracles on mars 31, 2009 at 2:58

21 mars ~ dscf0732a

La leçon d’aujourd’hui ici

1. (79) Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu.

2 Que je me rende compte aujourd’hui que le problème est toujours quelque forme de rancœur que je voudrais chérir. 3 Que je comprenne aussi que la solution est toujours un miracle par lequel je laisse la rancœur être remplacée. 4 Aujourd’hui je voudrais me souvenir de la simplicité du salut en renforçant la leçon selon laquelle il n’y a qu’un problème et qu’une solution. 5 Le problème est une rancœur; la solution est un miracle. 6 Et j’invite la solution à venir à moi en pardonnant la rancœur et en accueillant le miracle qui en prend la place.

2. Les applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

2 Ceci me présente un problème que je voudrais voir résolu.

3 Le miracle derrière cette rancœur le résoudra pour moi.

4 La réponse à ce problème est le miracle qu’il dissimule.

3. (80) Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus.

2 Je semble avoir des problèmes uniquement parce que je mésuse du temps. 3 Je crois que le problème vient d’abord, et que du temps doit passer avant qu’il puisse être résolu. 4 Je ne vois pas que le problème et la réponse arrivent simultanément. 5 La raison en est que je ne me rends pas compte encore que Dieu a placé la réponse avec le problème, de façon à ce qu’ils ne puissent être séparés par le temps. 6 Le Saint-Esprit m’enseignera cela, si je Le laisse. 7 Et je comprendrai qu’il m’est impossible d’avoir un problème qui n’ait pas déjà été résolu.

4. Voici des formes de l’idée qui seront utiles pour des applications concrètes :

2 Je n’ai pas besoin d’attendre pour que ceci soit résolu.

3 La réponse à ce problème m’est déjà donnée, si je veux l’accepter.

4 Le temps ne peut pas séparer ce problème de sa solution.

L’inspiration

La prière véritable (C-1.I ici)

La prière est un chemin qu’offre le Saint-Esprit pour atteindre Dieu. Il ne s’agit pas simplement d’une question ou d’une imploration. Elle ne peut réussir avant que tu ne te rendes compte qu’elle ne demande rien. Comment pourrait-elle autrement être au service de son objectif ? Il est impossible de prier pour des idoles et espérer atteindre Dieu. La prière véritable évite le piège de demander pour implorer. Demande à la place de recevoir ce qui est déjà donné, d’accepter ce qui est déjà là.

Il t’a été dit de demander au Saint-esprit la réponse à tout problème spécifique, et que tu recevrais une réponse spécifique si tel est ton besoin. Il t’a aussi été dit qu’il n’y avait qu’un unique problème et qu’une réponse unique. Dans la prière, ce n’est pas contradictoire. Il y a des décisions à prendre ici, et elles doivent être prises qu’elles soient ou non des illusions. Il ne peut t’être demandé d’accepter des réponses qui se trouvent au-delà du niveau de besoin que tu peux recon­naître. Ce n’est par conséquent pas la forme de la question qui importe, ni comment elle est posée. La forme de la réponse, si elle donnée par Dieu, comblera ton besoin tel que tu le vois. Il s’agit simplement d’un écho de la réponse de Sa Voix. Le son réel est toujours un chant d’action de grâces et d’amour.

Tu ne peux alors pas demander l’écho. C’est le son qui est le don. De concert avec lui viennent les nuances, les harmoniques, les échos, mais ils sont secondaires. Dans la véritable prière, tu entends seulement le chant. Tout le reste est simplement un ajout. Tu as cherché d’abord le Royaume des Cieux, et tout le reste t’a été effectivement donné.

Le secret de la prière véritable, c’est d’oublier les choses dont tu penses avoir besoin. Demander quelque chose de spécifique ressemble beaucoup à contempler le péché pour le pardonner ensuite. De la même façon aussi, dans la prière tu passe outre à tes besoins spécifiques tels que tu les vois et tu les laisses aller dans les mains de Dieu. Ils deviennent là les dons que tu Lui fais, car ils Lui disent que tu ne voudrais avoir aucun dieu avant Lui, aucun Amour en dehors du Sien. Que pourrait être Sa Réponse sinon ton souvenir de Lui ? Cela peut-il être négocié contre un conseil insignifiant sur un problème qui ne dure qu’un instant ? Dieu répond seulement pour l’éternité. Mais toutes les petites réponses y sont toujours contenues.

La prière, c’est faire un pas de côté, c’est un lâcher prise, un moment tranquille d’écoute et d’amour. Il ne faudrait pas la confondre avec une quelconque supplication, parce qu’il s’agit d’une façon de te souvenir de ta sainteté. Pourquoi la sainteté devrait-elle implorer alors qu’elle a pleinement droit à tout ce que l’amour a à offrir ? Or, c’est vers l’Amour que tu vas dans la prière. La prière est une offrande, un abandon de toi-même pour être un avec l’Amour. Il n’y a rien à demander parce qu’il ne reste rien à désirer. Ce néant devient l’autel de Dieu. Il disparaît en Lui.

Ce n’est pas là le niveau de prière que tout le monde peut atteindre pour le moment. Ceux qui ne l’ont pas encore atteint ont encore besoin de ton aide pour la prière parce que leur demande n’est pas encore fondée sur l’acceptation. Aider à prier ne veut pas dire que quelqu’un d’autre sert d’intermédiaire entre toi et Dieu. Mais cela veut effectivement dire que quelqu’un d’autre se tient à côté de toi et t’aide à t’élever jusqu’à Lui. Celui qui s’est rendu compte de la bonté de Dieu prie sans peur. Et celui qui prie sans peur ne peut manquer de L’atteindre. Il peut donc aussi atteindre Son Fils, où qu’il soit et quelle que soit la forme qu’il semble prendre.

Prier Christ chez chacun est la véritable prière parce que c’est un don de remerciement à Son Père. Demander que Christ soit simplement Lui-même n’est pas une imploration. C’est un chant d’action de grâces pour ce que tu es. C’est en cela que réside le pouvoir de la prière. Elle ne demande rien et elle reçoit tout. Cette prière peut être partagée parce qu’elle reçoit pour tout le monde. Prier avec quelqu’un qui sait que cela est vrai, c’est recevoir la réponse. Il se peut que la forme spécifique de la résolution d’un problème spécifique arrive à l’un d’entre vous: l’important n’est pas à qui cela arrive. Peut-être vous atteindra-t-elle tous les deux, si vous êtes authentiquement en phase l’un avec l’autre. Elle viendra parce que vous vous êtes rendu compte que Christ est en vous deux. C’est sa seule vérité.