Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for décembre 2009|Monthly archive page

Voeux pour 2010 ~ Cette année est une année de joie

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, Un Cours en Miracles, Voeux pour 2010 ~ Cette année est une année de joie on décembre 31, 2009 at 5:39

8 nov ~ image002

Cette année est une année de joie, durant laquelle ton écoute augmentera, et ta paix grandira avec son augmentation. La puissance de la sainteté et la faiblesse de l’attaque sont toutes deux portées à ta conscience. Et cela a été accompli dans un esprit fermement convaincu que la sainteté est faiblesse et l’attaque, pouvoir. Cela ne devrait-il pas être un miracle suffisant pour t’enseigner que ton Enseignant n’est pas de toi? Mais souviens-toi aussi que chaque fois que tu as écouté Son interprétation, les résultats t’ont apporté de la joie. En considérant honnêtement ce qu’ils ont été, préférerais-tu les résultats de ta propre interprétation? Dieu veut mieux pour toi. Ne pourrais-tu pas regarder avec une plus grande charité celui que Dieu aime d’un Amour parfait?

Jésus de Nazareth

Publicités

UCEM~Épilogue au Livre d’Exercices aux Étudiants

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~Épilogue au Livre d'Exercices aux Étudiants, Un Cours en Miracles on décembre 31, 2009 at 5:26

firstqsos_esa

ÉPILOGUE

1. Ce cours est un commencement et non une fin. 2 Ton Ami va avec toi. 3 Tu n’es pas seul. 4 Nul ne peut appeler en vain qui fait appel à Lui. 5 Quelle que soit ta préoccupation, sois certain qu’Il a la réponse et qu’Il te la donnera avec joie, si tu te tournes simplement vers Lui et la Lui demandes. 6 Il ne refusera pas de donner toutes les réponses dont tu as besoin pour quoi que ce soit qui semble te troubler. 7 Il connaît la solution de tous les problèmes et la résolution de tous les doutes. 8 Sa certitude est tienne. 9 Tu as seulement besoin de la Lui demander et elle te sera donnée.

2. Il est aussi certain que tu arriveras chez toi que le soleil a sa route toute tracée avant qu’il ne se lève, après qu’il se soit couché et pendant les heures de pénombre entre les deux. 2 De fait, ta route est encore plus certaine. 3 Car il ne peut pas être possible de changer la course de ceux que Dieu a appelés à Lui. 4 Par conséquent, obéis à ta volonté et suis Celui Que tu as accepté pour ta voix, pour parler de ce que tu veux réellement et dont tu as réellement besoin. 5 C’est Sa Voix qui parle pour Dieu et pour toi aussi. 6 Ainsi Il parle de liberté et de vérité.

3. Il ne t’est plus assigné de leçons précises, car il n’en est plus besoin. 2 Désormais, n’écoute que la Voix pour Dieu et pour ton Soi quand tu te retires du monde pour chercher la réalité à la place. 3 Il dirigera tes efforts en te disant exactement quoi faire, comment diriger ton esprit et quand venir à Lui en silence, demander Sa sûre direction et Sa Parole certaine. 4 C’est Sa Parole que Dieu t’as donnée. 5 C’est Sa Parole que tu as choisie pour tienne.

4. Et maintenant je te place entre Ses mains, pour que tu Le suives fidèlement et Le prennes pour Guide à travers chaque difficulté et toutes les douleurs que tu pourrais penser réelles. 2 Il ne te donnera pas de plaisirs qui passeront, car Il ne donne que l’éternel et le bon. 3 Laisse-Le te préparer davantage. 4 Il a mérité ta confiance en te parlant quotidiennement de ton Père, de ton frère et de ton Soi. 5 Il continuera. 6 Maintenant tu avances avec Lui, aussi certain que Lui de où tu vas; aussi sûr que Lui de comment tu devrais procéder; aussi confiant qu’Il l’est dans le but et dans ta sûre arrivée à la fin.

5. La fin est certaine et les moyens le sont aussi. 2 À cela nous disons : Amen. 3 Il te sera dit exactement ce que Dieu veut pour toi chaque fois qu’il y aura un choix à faire. 4 Et Il parlera pour Dieu et pour ton Soi, garantissant ainsi que l’enfer ne te réclamera pas et que chaque choix que tu fais mettra le Ciel un peu plus à ta portée. 5 À partir de maintenant, nous allons avec Lui en nous tournant vers Lui pour être guidés, pour la paix et pour une sûre direction. 6 La joie nous accompagne en chemin. 7 Car nous allons vers notre demeure où nous trouverons une porte ouverte que Dieu a gardée non fermée pour nous accueillir.

6. Nous Lui confions nos voies et nous disons : Amen. 2 En paix nous poursuivrons dans Sa voie et Lui confierons toutes choses. 3 Avec confiance nous attendons Ses réponses en demandant Sa Volonté dans tout ce que nous faisons. 4 Il aime le Fils de Dieu comme nous voudrions l’aimer. 5 Et Il nous enseigne comment le contempler par Ses yeux et l’aimer comme Il l’aime. 6 Tu ne vas pas seul. 7 Les anges de Dieu volent tout près et tout autour de toi. 8 Son Amour t’entoure et de ceci tu peux être sûr : que jamais je ne te laisserai inconsolé.

UCEM~LEÇON 365 – Cet instant saint, je voudrais Te le donner. Sois en charge. Car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction me donne la paix.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 365 - Cet instant saint, je voudrais Te le donner. Sois en charge. Car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction me donne la paix., Un Cours en Miracles on décembre 31, 2009 at 3:24

firstqsos_esa

LEÇON 365

Cet instant saint, je voudrais Te le donner.

Sois en charge. Car je voudrais Te suivre,

certain que Ta direction me donne la paix.

1. Si j’ai besoin d’un mot pour m’aider, Il me le donnera. 2 Si j’ai besoin d’une pensée, Il me la donnera aussi. 3 Et si je n’ai besoin que de calme et d’un esprit tranquille et ouvert, voila les dons que je recevrai de Lui. 4 Il est en charge à ma demande. 5 Et Il m’entendra et me répondra, parce qu’Il parle pour Dieu mon Père et Son saint Fils.

L’Inspiration

L’arrivée de l’Invité

1. Pourquoi ne percevrais-tu pas comme délivrance de la souffrance d’apprendre que tu es libre? 2 Pourquoi n’acclamerais-tu pas la vérité au lieu de la regarder comme une ennemie? 3 Pourquoi une voie facile, et si clairement marquée qu’il est impossible de perdre son chemin, te semble-t-elle épineuse, rocailleuse, et bien trop difficile à suivre? 4 N’est-ce pas parce que tu la vois comme la route vers l’enfer au lieu de la regarder comme une simple façon, sans sacrifice ni perte, de te trouver toi-même au Ciel et en Dieu? 5 Jusqu’à ce que tu te rendes compte que tu n’abandonnes rien, jusqu’à ce que tu comprennes qu’il n’y a pas de perte, tu auras certains regrets au sujet de la voie que tu as choisie. 6 Et tu ne verras pas les nombreux gains que ton choix t’a offerts. 7 Or bien que tu ne les voies pas, ils sont là. 8 Leur cause a été effectuée, et ils doivent être présents là où leur cause est entrée.

2. Tu as accepté la cause de la guérison, et ce doit donc être que tu es guéri. 2 Étant guéri, le pouvoir de guérir doit aussi maintenant t’appartenir. 3 Le miracle n’est pas une chose séparée qui arrive soudainement, comme un effet sans une cause. 4 Pas plus qu’il n’est, en soi, une cause. 5 Mais là où est sa cause, là il doit être. 6 Maintenant il est causé, quoique pas encore perçu. 7 Et ses effets sont là, quoique pas encore vus. 8 Regarde maintenant au-dedans, et tu ne verras pas un motif de regret, mais certes une cause d’heureuse réjouissance et d’espoir de paix.

3. C’était désespéré de tenter de trouver l’espoir de paix sur un champ de bataille. 2 C’était vain de demander l’évasion du péché et de la douleur à ce qui a été fait pour remplir la fonction de conserver le péché et la douleur. 3 Car la douleur et le péché sont une seule illusion, comme la haine et la peur, l’attaque et la culpabilité ne font qu’un. 4 Là où ils sont sans cause, leurs effets ont disparu; et l’amour doit venir partout où ils ne sont pas. 5 Pourquoi ne te réjouis-tu pas? 6 Tu es libre de la douleur et de la maladie, de la misère et de la perte, et de tous les effets de la haine et de l’attaque. 7 La douleur n’est plus ton amie ni la culpabilité ton dieu, et tu devrais faire bon accueil aux effets de l’amour.

4. Ton Invité est arrivé. 2 Tu Lui as demandé, et Il est venu. 3 Tu ne L’as pas entendu entrer, car tu ne Lui as pas entièrement fait accueil. 4 Et pourtant Ses dons sont venus avec Lui. 5 Il les a déposés à tes pieds, et Il te demande maintenant de les regarder et de les prendre pour tiens. 6 Il a besoin de ton aide pour les donner à tous ceux qui font route à part, croyant qu’ils sont séparés et seuls. 7 Ils seront guéris quand tu accepteras tes dons, parce que ton Invité accueillera tous ceux dont les pieds ont touché la terre sainte sur laquelle tu te tiens, et où Ses dons pour eux sont déposés.

5. Tu ne vois pas combien tu peux maintenant donner, à cause de tout ce que tu as reçu. 2 Or Celui Qui est entré attend seulement que tu viennes là où tu L’as invité. 3 Il n’est pas d’autre endroit où Il puisse trouver Son hôte, ni où Son hôte puisse Le rencontrer. 4 Et nulle part ailleurs où Ses dons de paix et de joie, et tout le bonheur que Sa Présence apporte, puissent être obtenus. 5 Car ils sont là où est Celui qui les a apportés, afin qu’ils soient à toi. 6 Tu ne peux pas voir ton Invité, mais tu peux voir les dons qu’il a apportés. 7 Et quand tu les regardes, tu croiras que Sa Présence doit être là. 8 Car ce que tu peux faire maintenant ne pourrait pas être fait sans l’amour et la grâce que Sa Présence contient.

6. Telle est la promesse du Dieu vivant : que Son Fils a la vie et chaque chose vivante fait partie de lui, et rien d’autre n’a la vie. 2 Ce à quoi tu as donné la «vie» n’est pas vivant, et ne fait que symboliser ton souhait d’être vivant à part de la vie, vivant dans la mort, avec la mort perçue comme la vie, et la vie comme la mort. 3 À la confusion succède ici la confusion, car c’est sur la confusion que ce monde a été basé, et il n’est rien d’autre sur quoi il repose. 4 Sa base ne change pas, bien qu’elle semble être constamment en changement. 5 Or qu’est-ce que cela, sauf l’état que signifie réellement la confusion? 6 La stabilité ne signifie rien pour ceux en qui règne la confusion, et le changement devient la loi sur laquelle ils fondent leur vie.

7. Le corps ne change pas. 2 Il représente le rêve plus vaste que le changement est possible. 3 Changer, c’est atteindre un état différent de celui où tu te trouvais auparavant. 4 Il n’y a pas de changement dans l’immortalité, et le Ciel n’en connaît pas. 5 Or ici, sur terre, il a un double but, car il peut servir à enseigner des choses opposées. 6 Et elles reflètent l’enseignant qui les enseigne. 7 Le corps peut sembler changer avec le temps, avec la maladie ou avec la santé, et avec les événements qui semblent l’altérer. 8 Or cela signifie seulement que l’esprit reste inchangé en sa croyance sur ce qu’est le but du corps.

8. Être malade, c’est l’exigence que le corps soit une chose qu’il n’est pas. 2 Son néant est la garantie qu’il ne peut pas être malade. 3 Dans ton exigence qu’il soit plus que cela réside l’idée de la maladie. 4 Car c’est demander que Dieu soit moins que tout ce qu’il est réellement. 5 Qu’advient-il, donc, de toi, car c’est de toi que le sacrifice est demandé? 6 Car il Lui est dit qu’une partie de Lui ne Lui appartient plus. 7 Il doit sacrifier ton soi, et par Son sacrifice tu es rendu plus et Il est amoindri par la perte de toi. 8 Et ce qui est disparu de Lui devient ton dieu, qui te protège de faire partie de Lui.

9. Le corps à qui il est demandé d’être un dieu sera attaqué, parce que son néant n’a pas été reconnu. 2 Ainsi il semble être une chose qui a du pouvoir en soi. 3 En tant que quelque chose, il peut être perçu, et tu peux penser qu’il sent et qu’il agit, et qu’il te tient en son pouvoir comme prisonnier de lui-même. 4 Il peut manquer d’être ce que tu as exigé qu’il soit. 5 Et tu le haïras pour sa petitesse, oublieux du fait que l’échec ne réside pas en ce qu’il n’est pas plus qu’il devrait être, mais seulement en ce que tu manques de percevoir qu’il n’est rien. 6 Or son néant est ton salut, dont tu voudrais fuir.

10. En tant que « quelque chose », il est demandé au corps d’être l’ennemi de Dieu, et de remplacer ce qu’il est par la petitesse, les limites et le désespoir. 2 C’est Sa perte que tu célèbres quand tu contemples le corps comme une chose que tu aimes, ou le regardes comme une chose que tu hais. 3 Car s’Il est la somme de tout, alors ce qui n’est pas en Lui n’existe pas, et de cela Sa complétude signifie le néant. 4 Ton sauveur n’est pas mort, pas plus qu’il ne demeure dans ce qui fut bâti comme temple à la mort. 5 Il vit en Dieu et c’est cela qui fait de lui ton sauveur, et seulement cela. 6 Le néant de son corps délivre le tien de la maladie et de la mort. 7 Car ce qui est tien ne peut pas être plus ou moins que ce qui est sien.

UCEM~LEÇON 364 – Cet instant saint, je voudrais Te le donner. Sois en charge. Car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction me donne la paix.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 364 - Cet instant saint, je voudrais Te le donner. Sois en charge. Car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction me donne la paix., Un Cours en Miracles on décembre 30, 2009 at 2:28

firstqsos_esa

LEÇON 364

Cet instant saint, je voudrais Te le donner.

Sois en charge. Car je voudrais Te suivre,

certain que Ta direction me donne la paix.

1. Si j’ai besoin d’un mot pour m’aider, Il me le donnera. 2 Si j’ai besoin d’une pensée, Il me la donnera aussi. 3 Et si je n’ai besoin que de calme et d’un esprit tranquille et ouvert, voilà les dons que je recevrai de Lui. 4 Il est en charge à  ma demande. 5 Et Il m’entendra et me répondra, parce qu’Il parle pour Dieu mon Père et Son saint Fils.

L’Inspiration

L’inutile sacrifice

1. Au-delà de la piètre attraction de la relation d’amour particulière, et toujours obscurcie par celle-ci, est la puissante attraction du Père sur Son Fils. 2 Il n’y a pas d’autre amour qui puisse te satisfaire, parce qu’il n’y a pas d’autre amour. 3 C’est le seul amour qui soit pleinement donné et pleinement rendu. 4 Étant complet, il ne demande rien. 5 Étant entièrement pur, tous ceux qui sont joints en lui ont tout. 6 Ce n’est la base d’aucune relation où entre l’ego. 7 Car chaque relation dans laquelle l’ego s’embarque est particulière.

2. L’ego n’établit des relations que pour obtenir quelque chose. 2 Et il voudrait que le donneur lui reste lié par la culpabilité. 3 Quelle que soit la relation, il est impossible que l’ego y entre sans colère, car l’ego croit que la colère fait des amis. 4 Ce n’est pas ce qu’il dit, mais c’est son but. 5 Car l’ego croit réellement qu’il peut obtenir et garder en rendant coupable. 6 Voilà son unique attraction; une attraction si faible qu’elle n’aurait pas du tout de prise, sauf que personne ne la reconnaît. 7 Car il semble toujours que c’est par l’amour que l’ego attire; or il n’exerce aucune attraction sur quiconque perçoit que c’est par la culpabilité qu’il attire.

3. L’attraction maladive de la culpabilité doit être reconnue pour ce qu’elle est. 2 Puisqu’elle a été rendue réelle pour toi, il est essentiel que tu la regardes clairement et que tu apprennes, en lui retirant ton investissement, à en lâcher prise. 3 Nul ne choisirait de lâcher prise de ce qu’il croit avoir de la valeur. 4 Or l’attraction de la culpabilité n’a de la valeur pour toi que parce que tu n’as pas regardé ce qu’elle est et l’as jugée complètement dans le noir. 5 Quand nous la porterons à la lumière, tu te demanderas seulement pourquoi tu as jamais pu vouloir d’elle. 6 Tu n’as rien à perdre à regarder les yeux grand ouverts, car une telle laideur n’a pas sa place dans ton saint esprit. 7 Cet hôte de Dieu ne peut avoir là de réel investissement.

4. Nous avons dit plus tôt que l’ego tente de maintenir et d’augmenter la culpabilité, mais de telle façon que tu ne reconnaisses pas ce qu’elle te ferait. 2 Car la doctrine fondamentale de l’ego est que ce que tu fais aux autres, tu y as échappé. 3 L’ego ne veut de bien à personne. 4 Or sa survie dépend de ta croyance que tu es exempté de ses intentions mauvaises. 5 Par conséquent, il te conseille que si tu es son hôte, cela te permettra de diriger sa colère vers l’extérieur et ainsi de te protéger. 6 Il s’embarque donc dans une interminable et infructueuse chaîne de relations particulières, de colère forgée et vouée à cette unique et insane croyance : que plus tu investis de la colère à l’extérieur de toi, plus tu es en sécurité.

5. C’est cette chaîne qui lie le Fils de Dieu à la culpabilité, et c’est cette chaîne que le Saint-Esprit voudrait ôter de son esprit saint. 2 Car la chaîne de sauvagerie n’a pas sa place autour de l’hôte choisi de Dieu, qui ne peut se faire l’hôte de l’ego. 3 Au nom de sa délivrance, et au Nom de Celui Qui voudrait le délivrer, regardons de plus près les relations que l’ego combine, et laissons le Saint-Esprit les juger véritablement. 4 Car il est certain que si tu les examines, tu les Lui offriras avec joie. 5 Ce qu’il peut en faire, tu ne le sais pas, mais tu deviendras désireux de le découvrir si tu es d’abord désireux de percevoir ce que tu en as fait.

6. D’une façon ou d’une autre, chaque relation que fait l’ego est fondée sur l’idée qu’en se sacrifiant lui-même, il devient plus gros. 2 Le « sacrifice », qu’il considère comme une purification, est en fait la racine de son amer ressentiment. 3 Car il préférerait attaquer directement, et éviter de retarder ce qu’il veut réellement. 4 Or l’ego reconnaît la «réalité» telle qu’il la voit, et il admet que personne ne pourrait interpréter une attaque directe comme de l’amour. 5 Or rendre coupable, c’est une attaque directe, même si cela n’en a pas l’air. 6 Car les coupables s’attendent à l’attaque; et l’ayant cherchée, c’est ce qui les attire.

7. Dans ces relations insanes, l’attraction de ce que tu ne veux pas semble être beaucoup plus forte que l’attraction de ce que tu veux. 2 Car chacun pense avoir sacrifié quelque chose à l’autre, et pour cela il le hait. 3 Il pense pourtant que c’est ce qu’il veut. 4 Il n’est pas du tout amoureux de l’autre. 5 Il croit simplement qu’il est amoureux du sacrifice. 6 Et pour ce sacrifice, qu’il exige de lui-même, il exige que l’autre accepte la culpabilité et se sacrifie lui-même aussi. 7 Le pardon devient impossible, car l’ego croit que pardonner à un autre, c’est le perdre. 8 C’est seulement par l’attaque sans le pardon que l’ego peut s’assurer de la culpabilité qui maintient la cohésion de toutes ses relations.

8. Or elles ne tiennent qu’en apparence. 2 Car les relations, pour l’ego, signifient seulement que les corps sont ensemble. 3 C’est toujours cela qu’exige l’ego, et il ne voit pas d’objection où qu’aille l’esprit et quoi qu’il pense, car cela semble sans importance. 4 Tant que le corps est là pour recevoir son sacrifice, il est content. 5 Pour l’ego l’esprit est privé, et seul le corps peut être partagé. 6 Les idées sont foncièrement sans intérêt, sauf dans la mesure où elles rapprochent ou éloignent de lui le corps d’un autre. 7 Et c’est sous ce rapport qu’il évalue les idées comme bonnes ou mauvaises. 8 Ce qui rend un autre coupable et le tient par la culpabilité est «bon». 9 Ce qui le délivre de la culpabilité est «mauvais», parce qu’il ne croirait plus que les corps communiquent, et ainsi il «disparaîtrait».

9. Souffrance et sacrifice sont les dons avec lesquels l’ego voudrait bénir toutes les unions. 2 Et ceux qui sont unis à son autel acceptent la souffrance et le sacrifice comme prix de leur union. 3 Dans ces alliances coléreuses, nées de la peur de la solitude et pourtant vouées à la continuation de la solitude, chacun cherche à soulager sa culpabilité en l’augmentant chez l’autre. 4 Car chacun croit que cela diminue la culpabilité en lui. 5 Il semble toujours que l’autre est en train de l’attaquer et de le blesser, peut-être avec des riens, peut-être «inconsciemment», mais jamais sans exiger de sacrifice. 6 La furie de ceux qui sont joints à l’autel de l’ego excède de beaucoup la conscience que tu en as. 7 Car de ce que l’ego veut réellement, tu ne te rends pas compte.

10. Chaque fois que tu es en colère, tu peux être sûr que tu as formé une relation particulière que l’ego a «bénie», car la colère est sa bénédiction. 2 La colère prend de nombreuses formes, mais elle ne peut pas tromper longtemps ceux qui apprendront que l’amour n’apporte aucune culpabilité, et que ce qui apporte la culpabilité ne peut pas être l’amour et doit être la colère. 3 Toute colère n’est rien de plus qu’une tentative pour amener quelqu’un à se sentir coupable, et cette tentative est la seule base qu’accepte l’ego pour les relations particulières. 4 La culpabilité est le seul besoin qu’a l’ego, et aussi longtemps que tu t’identifies à lui, la culpabilité reste attirante pour toi. 5 Or souviens-toi de ceci : être avec un corps, ce n’est pas communiquer. 6 Et si tu penses que ce l’est, tu te sentiras coupable à propos de la communication et tu auras peur d’entendre le Saint-Esprit, reconnaissant dans Sa Voix ton propre besoin de communiquer.

11. Le Saint-Esprit ne peut pas t’enseigner à travers la peur. 2 Et comment peut-Il communiquer avec toi tant que tu crois que communiquer, c’est t’esseuler? 3 Manifestement, il est insane de croire qu’en communiquant, tu seras abandonné. 4 Et pourtant beaucoup le croient. 5 Car ils pensent qu’ils doivent garder leur esprit privé, sans quoi ils le perdraient, tandis que si leurs corps sont ensemble, leur esprit reste à eux. 6 L’union des corps devient ainsi la façon de garder les esprits séparés. 7 Car les corps ne peuvent pardonner. 8 Ils peuvent seulement faire ce que l’esprit commande.

12. L’illusion de l’autonomie du corps et de son aptitude à vaincre la solitude n’est que le fonctionnement du plan de l’ego pour établir sa propre autonomie. 2 Aussi longtemps que tu croiras qu’être avec un corps, c’est avoir de la compagnie, tu te sentiras forcé d’essayer de garder ton frère dans son corps, tenu là par la culpabilité. 3 Et tu verras la sécurité dans la culpabilité et le danger dans la communication. 4 Car l’ego enseignera toujours que la solitude est résolue par la culpabilité, et que la communication est la cause de la solitude. 5 Malgré l’évidente insanité de cette leçon, beaucoup l’ont apprise.

13. Le pardon réside dans la communication aussi sûrement que la damnation réside dans la culpabilité. 2 C’est la fonction d’enseignant du Saint-Esprit d’instruire ceux qui croient que la communication est la damnation que la communication est le salut. 3 Et Il le fera, car le pouvoir de Dieu en Lui et en toi sont joints en une relation réelle, si sainte et si forte qu’elle peut vaincre même cela sans peur.

14. C’est par l’instant saint que ce qui semble impossible est accompli, montrant à l’évidence que ce n’est pas impossible. 2 Dans l’instant saint la culpabilité n’exerce pas d’attraction, puisque la communication a été rétablie. 3 Et la culpabilité, dont le seul but est d’interrompre la communication, n’a aucune fonction ici. 4 Ici il n’y a pas de dissimulation, ni de pensées privées. 5 Le désir de communiquer attire à lui la communication et vainc complètement la solitude. 6 Il y a ici un pardon complet, car il n’y a aucun souhait d’exclure quiconque de ta complétude, dans la soudaine re-connaissance de la valeur du rôle qu’il y joue. 7 Dans la protection de ton entièreté, tous sont invités et bienvenus. 8 Et tu comprends que ta complétude est celle de Dieu, Dont le seul besoin est que tu sois complet. 9 Car ta complétude te fait Sien en ta conscience. 10 Et c’est ici que tu fais l’expérience d’être tel que tu as été créé, et tel que tu es.

UCEM~LEÇON 363 – Cet instant saint, je voudrais Te le donner. Sois en charge. Car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction me donne la paix.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 363 - Cet instant saint, je voudrais Te le donner. Sois en charge. Car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction me donne la paix., Un Cours en Miracles on décembre 29, 2009 at 2:09

firstqsos_esa

LEÇON 363

Cet instant saint, je voudrais Te le donner.

Sois en charge. Car je voudrais Te suivre,

certain que Ta direction me donne la paix.

1. Si j’ai besoin d’un mot pour m’aider, Il me le donnera. 2 Si j’ai besoin d’une pensée, Il me la donnera aussi. 3 Et si je n’ai besoin que de calme et d’un esprit tranquille et ouvert, voilà les dons que je recevrai de Lui. 4 Il est en charge à  ma demande. 5 Et Il m’entendra et me répondra, parce qu’Il parle pour Dieu mon Père et Son saint Fils.

L’Inspiration

L’accord pour se joindre

1. Ce qui attend avec une certitude parfaite au-delà du salut ne nous concerne pas. 2 Car tu viens à peine de commencer à laisser diriger tes premiers pas incertains vers le haut de l’échelle que la séparation t’a fait descendre. 3 Le miracle seul te concerne à présent. 4 C’est ici que nous devons commencer. 5 Puis, ayant commencé, la voie sera rendue sereine et simple qui monte jusqu’à l’éveil et à la fin du rêve. 6 Quand tu acceptes un miracle, tu n’ajoutes pas ton rêve de peur à un autre qui est déjà en train d’être rêvé. 7 Sans soutien, le rêve s’effacera sans effets. 8 Car c’est ton soutien qui le renforce.

2. Aucun esprit n’est malade jusqu’à ce qu’un autre esprit ne lui accorde qu’ils sont séparés. 2 C’est donc leur décision conjointe d’être malades. 3 Si tu refuses de donner ton accord et si tu acceptes le rôle que tu joues pour que la maladie devienne réelle, l’autre esprit ne peut projeter sa culpabilité sans que tu l’aides à se percevoir lui-même séparé et à part de toi. 4 Ainsi le corps n’est pas perçu comme étant malade par vos deux esprits de deux points de vue séparés. 5 S’unir à l’esprit d’un frère prévient la cause de la maladie et des effets perçus. 6 La guérison est l’effet d’esprits qui se joignent, comme la maladie vient d’esprits qui se séparent.

3. Le miracle ne fait rien justement parce que les esprits sont joints et ne peuvent se séparer. 2 Or dans le rêve cela a été renversé, et les esprits séparés sont vus comme des corps, qui sont séparés et ne peuvent se joindre. 3 Ne permets pas à ton frère d’être malade, car s’il l’est, tu l’as abandonné à son propre rêve en le partageant avec lui. 4 Il n’a pas vu la cause de la maladie où elle est, et sur le fossé entre vous, où la maladie a été nourrie, tu as passé. 5 Ainsi vous êtes joints en maladie, pour préserver le petit fossé non guéri, où la maladie est gardée soigneusement protégée, chérie et soutenue par une ferme croyance, afin que Dieu ne vienne pas jeter un pont sur le petit fossé qui mène à Lui. 6 Ne combats pas Sa venue avec des illusions, car c’est Sa venue que tu veux plus que toutes les choses qui semblent scintiller dans le rêve.

4. La fin du rêve est la fin de la peur, et l’amour n’a jamais été dans le monde des rêves. 2 Le fossé est petit. 3 Or il tient les graines de la peste et toute forme de maladie, parce que c’est le souhait de rester à part et de ne pas se joindre. 4 Ainsi il semble donner une cause à la maladie qui n’est pas sa cause. 5 Le but du fossé est toute la cause qu’ait la maladie. 6 Car il a été fait pour te garder séparé, dans un corps que tu regardes comme s’il était la cause de la douleur.

5. La cause de la souffrance est la séparation, et non le corps, qui n’en est que l’effet. 2 Or la séparation n’est qu’un espace vide, qui ne renferme rien, ne fait rien, aussi insubstantiel que l’espace vide entre les rides qu’un bateau a faites en passant. 3 Et recouvertes tout aussi vite, comme l’eau déferle pour combler le fossé, et comme les vagues en se joignant le recouvrent. 4 Où est le fossé entre les vagues une fois qu’elles se sont jointes et ont recouvert l’espace qui semblait les maintenir séparées un petit moment? 5 Où sont les motifs de maladie une fois que les esprits se sont joints pour combler le petit fossé entre eux, où les graines de la maladie semblaient pousser?

6. Dieu construit le pont, mais seulement dans l’espace laissé propre et vacant par le miracle. 2 Sur les graines de la maladie et la honte de la culpabilité, Il ne peut jeter de pont, car Il ne peut détruire la volonté étrangère qu’il n’a pas créée. 3 Laisse ses effets être disparus et ne t’y cramponne pas, les mains avides, pour les garder pour toi. 4 Le miracle les balaiera tous, faisant ainsi de la place pour Celui Qui veut venir et jeter un pont pour le retour de Son Fils à Lui-même.

7. Compte, donc, les miracles argentés et les rêves dorés de bonheur comme étant tout le trésor que tu voudrais garder dans la réserve du monde. 2 La porte est ouverte, point aux voleurs, mais à tes frères affamés qui ont pris pour de l’or le brillant d’un caillou, et qui ont emmagasiné un amas de neige qui brillait comme de l’argent. 3 Il ne leur reste rien derrière la porte ouverte. 4 Qu’est-ce que le monde, sauf un petit fossé perçu pour déchirer l’éternité et la briser en jours, en mois et en années? 5 Et qu’es-tu, toi qui vis dans le monde, sauf une image du Fils de Dieu brisée en mille morceaux, chacun dissimulé dans un bout d’argile séparé et incertain?

8. N’aie pas peur, mon enfant, mais laisse ton monde être doucement éclairé par les miracles. 2 Et là où le petit fossé était vu se dressant entre toi et ton frère, joins-toi à lui. 3 Et maintenant la maladie sera vue sans une cause. 4 Le rêve de guérison réside dans le pardon, et te montre doucement que tu n’as jamais péché. 5 Le miracle voudrait ne laisser aucune preuve de culpabilité qui t’apporte témoignage de ce qui n’a jamais été. 6 Et dans ta réserve il fera une place de bienvenue pour ton Père et ton Soi. 7 La porte est ouverte, pour que puissent venir tous ceux qui ne voudraient plus avoir faim et voudraient prendre plaisir au grand festin qui leur est servi là. 8 Et ils rencontreront tes autres Invités, à Qui le miracle a demandé de venir à toi.

9. C’est un festin certes fort différent de ceux que le rêve du monde t’a montrés. 2 Car ici, plus quiconque reçoit, plus il en reste pour tous les autres à partager. 3 Les Invités ont apporté avec Eux des provisions illimitées. 4 Nul n’est privé ni ne peut priver. 5 Voici un festin que le Père a dressé devant Son Fils, et qu’il partage également avec lui. 6 Et dans Leur partage, il ne peut y avoir de fossé dans lequel l’abondance s’essouffle et s’appauvrit. 7 Ici les années maigres ne peuvent entrer, car le temps n’attend pas ce festin, qui n’a pas de fin. 8 Car l’amour a dressé sa table dans l’espace qui semblait garder tes Invités à part de toi.

UCEM~LEÇON 362 – Cet instant saint, je voudrais Te le donner. Sois en charge. Car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction me donne la paix.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 362 - Cet instant saint, je voudrais Te le donner. Sois en charge. Car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction me donne la paix., Un Cours en Miracles on décembre 28, 2009 at 3:12

firstqsos_esa

LEÇON 362

Cet instant saint, je voudrais Te le donner.

Sois en charge. Car je voudrais Te suivre,

certain que Ta direction me donne la paix.

1. Si j’ai besoin d’un mot pour m’aider, Il me le donnera. 2 Si j’ai besoin d’une pensée, Il me la donnera aussi. 3 Et si je n’ai besoin que de calme et d’un esprit tranquille et ouvert, voilà les dons que je recevrai de Lui. 4 Il est en charge à  ma demande. 5 Et Il m’entendra et me répondra, parce qu’Il parle pour Dieu mon Père et Son saint Fils.

L’Inspiration

De nombreuses formes; une seule correction

1. Il n’est pas difficile de comprendre les raisons pour lesquelles tu ne demandes pas au Saint-Esprit de résoudre tous les problèmes pour toi. 2 Il n’a pas une plus grande difficulté à en résoudre certains que d’autres. 3 Tous les problèmes sont les mêmes pour Lui, parce que chacun est résolu exactement sous le même angle et par la même approche. 4 Les aspects qui ont besoin d’être résolus ne changent pas, quelle que soit la forme que le problème semble prendre. 5 Un problème peut apparaître sous de nombreuses formes, et il le fera tant que le problème durera. 6 Il ne sert à rien de tenter de le résoudre sous une forme particulière. 7 Il reviendra et reviendra encore et encore, jusqu’à ce qu’il ait trouvé réponse pour toujours et ne surgisse plus sous aucune forme. 8 Et alors seulement en es-tu délivré.

2. Le Saint-Esprit t’offre délivrance de chaque problème que tu penses avoir. 2 Ils sont les mêmes pour Lui parce que chacun, peu importe la forme qu’il semble prendre, est une demande que quelqu’un subisse une perte et fasse un sacrifice pour que tu puisses gagner. 3 Et quand la situation est résolue de façon que personne ne perde, le problème disparaît, parce que c’était une erreur de perception qui a maintenant été corrigée. 4 Une erreur n’est pas plus difficile pour Lui à porter à la vérité qu’une autre. 5 Car il y a une seule erreur : toute l’idée que la perte est possible, et qu’il pourrait en résulter un gain pour qui que ce soit. 6 Si cela était vrai, alors Dieu serait inéquitable; le péché serait possible, l’attaque justifiée et la vengeance juste.

3. Cette seule erreur, sous toutes ses formes, a une seule correction. 2 Il n’y a pas de perte; penser qu’il y en a est une erreur. 3 Tu n’as pas de problèmes, bien que tu penses en avoir. 4 Et pourtant tu ne pourrais pas penser ainsi si tu les voyais disparaître un à un, sans égard à la taille, la complexité, le lieu et le temps, ni aucun des attributs que tu perçois et qui font paraître chacun différent des autres. 5 Ne pense pas que les limites que tu imposes à ce que tu vois puissent limiter Dieu en aucune façon.

4. Le miracle de la justice peut corriger toutes les erreurs. 2 Chaque problème est une erreur. 3 C’est une injustice faite au Fils de Dieu, et par conséquent il n’est pas vrai. 4 Le Saint-Esprit n’évalue pas les injustices comme grandes ou petites, ou plus ou moins. 5 Elles n’ont pas de propriétés pour Lui. 6 Ce sont des erreurs dont souffre le Fils de Dieu, mais inutilement. 7 Alors Il retire les épines et les clous. 8 Il ne S’arrête pas pour juger si la blessure est grande ou petite. 9 Il porte un seul jugement : que blesser le Fils de Dieu doit être inéquitable et que par conséquent il n’en est rien.

5. Toi qui crois plus sûr de ne donner que certaines erreurs à corriger tout en gardant les autres pour toi, souviens-toi de ceci : la justice est totale. 2 Une justice partielle, cela n’existe pas. 3 Si le Fils de Dieu est coupable, alors il est condamné et il ne mérite aucune miséricorde du Dieu de justice. 4 Mais ne demande pas à Dieu de le punir parce que tu le trouves coupable et voudrais qu’il meure. 5 Dieu t’offre les moyens de voir son innocence. 6 Serait-il équitable de le punir parce que tu ne veux pas regarder ce qu’il y a à voir? 7 Chaque fois que tu gardes un problème pour le résoudre toi-même, ou juges que c’en est un qui n’a pas de résolution, tu l’as rendu grand et sans espoir de guérison. 8 Tu nies que le miracle de la justice puisse être équitable.

6. Si Dieu est juste, alors il ne peut y avoir de problèmes que la justice ne puisse résoudre. 2 Mais tu crois que certaines injustices sont équitables et bonnes, et nécessaires pour te préserver toi-même. 3 Ce sont ces problèmes dont tu penses qu’ils sont grands et qu’ils ne peuvent être résolus. 4 Car il y a ceux dont tu veux qu’ils subissent une perte, et il n’en est pas un à qui tu souhaites d’être entièrement préservé du sacrifice. 5 Considère encore une fois ta fonction particulière. 6 L’un t’est donné pour que tu voies en lui sa parfaite impeccabilité. 7 Et de lui tu ne demanderas aucun sacrifice parce que tu ne pourrais pas avoir pour volonté qu’il subisse une perte. 8 Le miracle de justice que tu appelles reposera sur toi aussi sûrement que sur lui. 9 Et le Saint-Esprit ne sera pas satisfait non plus jusqu’à ce qu’il ait été reçu par chacun. 10 Car ce que tu Lui donnes est à tous, et par toi le donnant Il peut S’assurer que chacun le reçoit également.

7. Pense, donc, comme ta propre délivrance sera grande quand tu seras désireux de recevoir la correction pour tous tes problèmes. 2 Tu n’en garderas pas un, car de la douleur, sous toutes ses formes, tu ne voudras plus. 3 Et tu verras chaque petite blessure résolue sous le doux regard du Saint-Esprit. 4 Car toutes sont petites à Ses yeux et ne valent pas plus qu’un minuscule soupir avant que de disparaître et d’être à jamais défaites et oubliées. 5 Ce qui auparavant semblait être un problème particulier, une erreur sans remède, ou une affliction incurable, a été transformé en bénédiction universelle. 6 Le sacrifice a disparu. 7 Et à sa place l’Amour de Dieu peut remonter à la mémoire, Qui dissipera tout souvenir de sacrifice et de perte.

8. Le souvenir de Dieu ne peut pas revenir jusqu’à ce que la justice soit aimée au lieu de crainte. 2 Il ne peut être injuste envers qui ou quoi que ce soit, parce qu’il connaît que tout ce qui est Lui appartient, et sera à jamais tel qu’il l’a créé. 3 Tout ce qu’il aime ne peut être que sans péché et au-delà de l’attaque. 4 Ta fonction particulière ouvre grand la porte derrière laquelle la mémoire de Son Amour est gardée parfaitement intacte et non profanée. 5 Et tout ce que tu as besoin de faire, c’est de souhaiter que le Ciel te soit donné au lieu de l’enfer, et chaque verrou et chaque barrière qui semblaient tenir la porte solidement barrée et verrouillée tomberont et disparaîtront tout simplement. 6 Car ce n’est pas la Volonté de ton Père que tu offres ou reçoives moins qu’il n’a donné, quand Il t’a créé dans l’amour parfait.

UCEM~LEÇON 361 – Cet instant saint, je voudrais Te le donner. Sois en charge. Car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction me donne la paix.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 361 - Cet instant saint, je voudrais Te le donner. Sois en charge. Car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction me donne la paix., Un Cours en Miracles on décembre 27, 2009 at 3:51

firstqsos_esa

LEÇON 361

Cet instant saint, je voudrais Te le donner.

Sois en charge. Car je voudrais Te suivre,

certain que Ta direction me donne la paix.

1. Si j’ai besoin d’un mot pour m’aider, Il me le donnera. 2 Si j’ai besoin d’une pensée, Il me la donnera aussi. 3 Et si je n’ai besoin que de calme et d’un esprit tranquille et ouvert, voilà les dons que je recevrai de Lui. 4 Il est en charge à  ma demande. 5 Et Il m’entendra et me répondra, parce qu’Il parle pour Dieu mon Père et Son saint Fils.

L’Inspiration

Les obstacles à la paix

D. Le quatrième obstacle : La peur de Dieu

1. Que verrais-tu sans la peur de la mort? 2 Que ressentirais-tu et que penserais-tu si la mort n’exerçait aucune attraction sur toi? 3 Tout simplement, tu te souviendrais de ton Père. 4 Du Créateur de la vie, Source de tout ce qui vit, Père de l’univers et de l’univers des univers, et de tout ce qui se trouve même au-delà, tu te souviendrais. 5 Or tandis que ce souvenir te monte à l’esprit, la paix doit encore surmonter un dernier obstacle, après quoi le salut est complété et le Fils de Dieu est entièrement ramené à la santé d’esprit. 6 Car là ton monde prend fin.

2. Le quatrième obstacle à surmonter tombe comme un voile pesant sur la face du Christ. 2 Or comme Sa face s’élèvera derrière lui, rayonnante de joie parce qu’il est dans l’Amour de Son Père, la paix balaiera doucement le voile et courra à Sa rencontre, pour enfin se joindre à Lui. 3 Car ce sombre voile, sous lequel la face du Christ Lui-même ressemble à celle d’un lépreux, et les Rayons éclatants de l’Amour de Son Père qui illuminent Sa Face de gloire apparaissent comme des torrents de sang, s’évanouit dans la lumière resplendissante qui se trouve derrière, quand la peur de la mort a disparu.

3. Ceci est le voile le plus noir, soutenu par la croyance en la mort et protégé par son attraction. 2 Le dévouement à la mort et à sa souveraineté n’est que le vœu solennel, la promesse faite en secret à l’ego de ne jamais lever ce voile, de ne pas s’en approcher ni même de soupçonner qu’il est là. 3 C’est le marché secret conclu avec l’ego afin de garder ce qui se trouve derrière le voile à jamais effacé et oublié. 4 Voilà ta promesse de ne jamais permettre que l’union t’appelle hors de la séparation; la grande amnésie dans laquelle le souvenir de Dieu semble tout à fait oublié; le clivage de ton Soi d’avec toi : la peur de Dieu, dernière étape dans ta dissociation.

4. Vois comment la croyance en la mort semble te « sauver ». 2 Car si cela disparaissait, que pourrais-tu craindre, sinon la vie? 3 C’est l’attraction de la mort qui fait que la vie semble laide, cruelle et tyrannique. 4 Tu n’as pas plus peur de la mort que de l’ego. 5 Ce sont les amis que tu as choisis. 6 Car dans ton alliance secrète avec eux, tu as consenti à ne jamais laisser la peur de Dieu être levée, pour pouvoir regarder la face du Christ et te joindre à Lui en Son Père.

5. Chaque obstacle que la paix doit franchir est surmonté exactement de la même façon : la peur qui l’a soulevé cède à l’amour qui est derrière, et la peur disparaît. 2 Il en va de même ici. 3 Le souhait de te débarrasser de la paix et de chasser le Saint-Esprit s’évanouit en présence de la re-connaissance tranquille du fait que tu L’aimes. 4 L’exaltation du corps est délaissée en faveur du pur-esprit, que tu aimes comme jamais tu ne pourrais aimer le corps. 5 Et l’attrait de la mort est perdu à jamais tandis que l’attraction de l’amour remue et t’appelle. 6 De par-delà chacun des obstacles à l’amour, l’Amour Lui-même a appelé. 7 Et chacun a été surmonté par le pouvoir de l’attraction de ce qui est derrière. 8 Le fait que tu voulais la peur semblait les maintenir en place. 9 Or quand tu as entendu la Voix de l’Amour au-delà d’eux, tu as répondu et ils ont disparu.

6. Et maintenant tu te tiens terrorisé devant ce que tu avais juré de ne jamais regarder. 2 Tu baisses les yeux en te souvenant de la promesse faite à tes « amis ». 3 La « beauté » du péché, l’attrait délicat de la culpabilité, la « sainte » image cireuse de la mort, et la peur de la vengeance de l’ego que tu avais juré par le sang de ne pas déserter, tous surgissent et t’enjoignent de ne pas lever les yeux. 4 Car tu te rends compte que si tu regardes cela et laisse le voile être levé, ils disparaîtront à jamais. 5 Tous tes «amis», tes «protecteurs» et ta «demeure» disparaîtront. 6 Tu ne te souviendras de rien dont tu te souviens maintenant.

7. Il te semble que le monde t’abandonnera complètement pour peu que tu lèves les yeux. 2 Or tout ce qui arrivera, c’est que tu quitteras le monde à jamais. 3 Ce sera le rétablissement de ta volonté. 4 Regarde-le, les yeux grand ouverts, et jamais plus tu ne croiras que tu es à la merci de choses qui te dépassent, de forces que tu ne peux contrôler ou de pensées qui te viennent contre ta volonté. 5 C’est ta volonté de regarder cela. 6 Aucun désir fou, aucune impulsion banale à oublier de nouveau, aucune peur lancinante ni les sueurs froides de ce qui semble être la mort ne peuvent se dresser contre ta volonté. 7 Car ce qui t’attire de par-delà le voile est aussi au plus profond de toi, inséparé d’elle et complètement un.

a) La levée du voile

8. N’oublie pas que vous vous êtes rendus si loin ensemble, toi et ton frère. 2 Et ce n’est sûrement pas l’ego qui vous a conduits jusqu’ici. 3 Aucun obstacle à la paix ne peut être surmonté par son aide. 4 Il ne révèle pas ses secrets en t’enjoignant de les regarder puis d’aller au-delà. 5 Il ne voudrait pas que tu voies sa faiblesse et que tu apprennes qu’il n’a pas le pouvoir de te garder loin de la vérité. 6 Le Guide Qui t’a conduit ici reste avec toi et quand tu lèveras les yeux tu seras prêt à regarder la terreur sans aucune peur. 7 Mais d’abord lève les yeux et regarde ton frère avec l’innocence née du pardon complet de ses illusions, et par les yeux de la foi qui ne les voit pas.

9. Nul ne peut regarder la peur de Dieu sans être terrifié, à moins d’avoir accepté l’Expiation et d’avoir appris que les illusions ne sont pas réelles. 2 Nul ne peut se tenir seul devant cet obstacle, car il n’aurait pas pu se rendre si loin si son frère n’avait pas marché à ses côtés. 3 Et nul n’oserait y poser son regard sans avoir, en son cœur, pardonné complètement à son frère. 4 Reste là un moment et ne tremble pas. 5 Tu seras prêt. 6 Joignons-nous ici dans un instant saint, en ce lieu où le but, donné dans un instant saint, t’a conduit. 7 Et joignons-nous en ayant foi en ce que Celui Qui nous a rassemblés ici t’offrira l’innocence dont tu as besoin, et en ce que tu l’accepteras pour mon amour et le Sien.

10. Il n’est pas possible non plus de regarder cela trop tôt. 2 Voici le lieu où chacun doit venir quand il est prêt. 3 Une fois qu’il a trouvé son frère, il est prêt. 4 Or simplement d’atteindre le lieu ne suffit pas. 5 Un voyage sans un but est encore in-signifiant et même quand il est terminé il ne semble pas avoir de sens. 6 Comment peux-tu savoir qu’il est terminé, si ce n’est en te rendant compte que son but est atteint? 7 Ici, avec la fin du voyage devant toi, tu en vois le but. 8 Et c’est ici que tu choisis de le regarder ou de continuer à errer, mais seulement pour revenir et choisir à nouveau.

11. Pour regarder la peur de Dieu, il est certes besoin de quelque préparation. 2 Seuls ceux qui sont sains d’esprit peuvent regarder la pure insanité et la folie furieuse avec pitié et compassion, mais sans peur. 3 Car elles ne semblent effrayantes qu’à ceux qui les partagent; et tu les partages tant que tu n’as pas regardé ton frère avec une foi, une tendresse et un amour parfaits. 4 Devant le pardon complet, tu restes encore sans pardonner. 5 Tu as peur de Dieu parce que tu as peur de ton frère. 6 Ceux à qui tu ne pardonnes pas, tu les crains. 7 Et personne n’atteint l’amour avec la peur à ses côtés.

12. Ce frère qui se tient à tes côtés semble encore être un étranger. 2 Tu ne le connais pas et ton interprétation de lui est très apeurante. 3 Et tu l’attaques encore, pour garder ce qui semble être toi indemne. 4 Or ton salut est entre ses mains. 5 Tu vois sa folie, que tu hais parce que tu la partages. 6 Et toute la pitié et le pardon qui la guériraient font place à la peur. 7 Frère, tu as besoin de pardonner à ton frère, car vous partagerez ensemble soit la folie, soit le Ciel. 8 Et toi et lui lèverez les yeux ensemble dans la foi, ou pas du tout.

13. À tes côtés est celui qui t’offre le calice de l’Expiation, car le Saint-Esprit est en lui. 2 Voudrais-tu lui reprocher ses péchés ou accepter le don qu’il te fait? 3 Ce donneur de salut est-il ton ami ou ton ennemi? 4 Choisis lequel il est, en te souvenant que tu recevras de lui conformément à ton choix. 5 Il a en lui le pouvoir de pardonner ton péché, comme toi le sien. 6 Aucun des deux ne peut se le donner seul. 7 Or à côté de chacun se tient votre sauveur. 8 Laisse-le être ce qu’il est, et ne cherche pas à faire de l’amour un ennemi.

14. Contemple ton Ami, le Christ Qui se tient à tes côtés. 2 Qu’Il est saint et qu’il est beau ! 3 Tu pensais qu’il avait péché parce que tu avais jeté sur Lui le voile du péché afin de cacher Sa beauté. 4 Or Il t’offre encore le pardon, pour partager Sa Sainteté. 5 Cet « ennemi », cet « étranger » t’offre encore le salut comme Son Ami. 6 Les « ennemis » du Christ, les adorateurs du péché, ne savent pas Qui ils attaquent.

15, Voici ton frère, que le péché a crucifié et qui attend d’être délivré de la douleur. 2 Ne voudrais-tu pas lui offrir le pardon, quand lui seul peut te l’offrir? 3 Pour sa rédemption, il te donnera la tienne, aussi sûrement que Dieu a créé chaque chose vivante et qu’il l’aime. 4 Et il la donnera véritablement, car elle sera à la fois offerte et reçue. 5 Il n’est de grâce au Ciel que tu ne puisses offrir à ton frère et recevoir de ton Ami très saint. 6 Ne le laisse pas la retenir, car en la recevant tu la lui offres. 7 Et il recevra de toi ce que tu as reçu de lui. 8 La rédemption t’a été donnée pour que tu la donnes à ton frère et ainsi la reçoives. 9 Celui à qui tu pardonnes est libre; et ce que tu donnes, tu le partages. 10 Pardonne les péchés que ton frère pense avoir commis, et toute la culpabilité que tu penses voir en lui.

16. Voici le saint lieu de la résurrection, où nous revenons; où nous reviendrons jusqu’à ce que la rédemption soit accomplie et reçue. 2 Pense à qui est ton frère, avant de le condamner. 3 Et rends grâce à Dieu de sa sainteté et du don de sainteté qui lui a été donné pour toi. 4 Joins-toi à lui dans la joie, et de son esprit troublé et torturé enlève toute trace de culpabilité. 5 Aide-le à soulever le lourd fardeau du péché que tu lui avais imposé et qu’il avait accepté pour sien, puis jette-le au loin légèrement et avec un rire heureux. 6 Ne le presse pas comme des épines sur son front, ne l’y cloue pas, sans rédemption et sans espoir.

17. Donne la foi à ton frère, car la foi, l’espérance et la miséricorde sont à toi pour que tu les donnes. 2 Entre les mains qui donnent, le don est remis. 3 Regarde ton frère et vois en lui le don de Dieu que tu voudrais recevoir. 4 Nous sommes presque à Pâques, le temps de la résurrection. 5 Donnons-nous l’un à l’autre la rédemption et partageons-la afin de nous élever ne faisant qu’un dans la résurrection, et non séparés dans la mort. 6 Contemple le don de liberté que j’ai donné au Saint-Esprit pour toi. 7 Et soyez libres ensemble, toi et ton frère, comme vous offrez au Saint-Esprit ce même don. 8 Et en le donnant, recevez-le de Lui en retour de ce que vous avez donné. 9 Il nous a conduits ensemble, toi et moi, afin que nous nous rencontrions ici, en ce saint lieu, pour prendre la même décision.

18. Libère ton frère ici, comme je t’ai libéré. 2 Fais-lui ce même don et ne le regarde pas en le condamnant d’aucune façon. 3 Vois-le aussi non coupable que je te vois, et passe sur les péchés qu’il pense voir en lui-même. 4 Ici même, en ce jardin de supplices et de mort apparents, offre à ton frère la liberté et la délivrance complète du péché. 5 Ainsi nous préparerons ensemble la voie vers la résurrection du Fils de Dieu et le laisserons s’élever à nouveau au souvenir joyeux de son Père, Qui ne connaît ni le péché ni la mort mais seulement la vie éternelle.

19. Ensemble nous disparaîtrons dans la Présence au-delà du voile, non pour nous perdre mais nous trouver; non pour être vus mais connus. 2 Et connaissant, rien dans le plan que Dieu a établi pour le salut ne sera laissé inachevé. 3 Tel est le but du voyage, sans lequel le voyage est in-signifiant. 4 Là est la paix de Dieu, à toi donnée par Lui éternellement. 5 Là sont le repos et la quiétude que tu cherches, la raison du voyage depuis le tout début. 6 Le Ciel est le don que tu dois à ton frère, la dette de gratitude que tu offres au Fils de Dieu en remerciement de ce qu’il est, et de ce que son Père en le créant a voulu qu’il soit.

20. Réfléchis bien à la façon dont tu voudrais regarder le donneur de ce don, car de même que tu le considères, de même le don t’apparaîtra. 2 De même que tu le vois soit comme le donneur de culpabilité ou de salut, de même son offrande sera vue et reçue. 3 Les crucifiés donnent la douleur parce qu’ils sont dans la douleur. 4 Mais ceux qui sont rédimés donnent la joie parce qu’ils ont été guéris de la douleur. 5 Chacun donne comme il reçoit, mais il doit choisir ce que sera ce qu’il reçoit. 6 Et il reconnaîtra ce qu’il a choisi à ce qu’il donne, et ce qui lui est donné. 7 Et il n’est donné à rien ni en enfer ni au Ciel d’interférer avec sa décision.

21. Tu t’es rendu si loin parce que ce voyage était ton choix. 2 Nul n’entreprend de faire ce qu’il croit être in-signifiant. 3 Ce en quoi tu avais foi est toujours fidèle et veille sur toi avec une foi si douce et pourtant si forte qu’elle t’emportera loin au-delà du voile et placera le Fils de Dieu en lieu sûr, sous la protection de son Père. 4 Voilà le seul but qui donne à ce monde, et au long voyage à travers ce monde, toute la signification qui s’y trouve. 5 Au-delà de cela, ils sont in-signifiants. 6 Toi et ton frère vous tenez ensemble, sans être encore convaincus qu’ils ont un but. 7 Or il t’est donné de voir ce but en ton saint Ami et de le reconnaître pour tien.

UCEM~DERNIÈRES LEÇONS – Introduction

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~DERNIÈRES LEÇONS - Introduction, Un Cours en Miracles on décembre 26, 2009 at 11:46

firstqsos_esa

DERNIÈRES LEÇONS

Introduction

1. Nous laisserons nos dernières leçons aussi libres de mots que possible. 2 Nous ne les utiliserons qu’au début de nos exercices et seulement pour nous rappeler que nous cherchons à aller au-delà des mots. 3 Tournons-nous vers Celui Qui nous guide dans la voie et assure nos pas. 4 C’est à Lui Que nous laissons ces leçons, comme c’est à Lui désormais que nous confions nos vies. 5 Car nous ne voudrions pas retourner à nouveau à la croyance dans le péché qui a fait paraître le monde laid et incertain, attaquant et destructeur, dangereux dans toutes ses voies et traître au-delà de tout espoir de confiance et d’évasion de la douleur.

2. Sa voie est la seule qui mène à trouver la paix que Dieu nous a donnée. 2 C’est Sa voie que chacun doit suivre à la fin, parce que c’est cette fin que Dieu Lui-même a désignée. 3 Dans le rêve du temps, elle semble être bien loin. 4 Et pourtant, en vérité, elle est déjà ici, déjà elle nous guide gracieusement dans la voie à suivre. 5 Suivons ensemble la voie que la vérité nous indique. 6 Et soyons les meneurs de nos nombreux frères qui cherchent la voie, mais ne la trouvent pas.

3. À ce but consacrons nos esprits, et dirigeons toutes nos pensées afin de servir la fonction du salut. 2 À nous le but est donné de pardonner au monde. 3 C’est le but que Dieu nous a donné. 4 C’est Sa fin du rêve que nous cherchons, et non la nôtre. 5 Car nous ne manquerons pas de reconnaître tout ce que nous pardonnons comme faisant partie de Dieu Lui-même. 6 Ainsi Son souvenir est redonné, complètement et complet.

4. C’est notre fonction de nous souvenir de Lui sur terre, comme il nous est donné d’être Sa Propre complétude dans la réalité. 2 N’oublions donc pas que notre but est partagé, car c’est ce souvenir qui contient la mémoire de Dieu et qui indique la voie vers Lui et vers le Ciel de Sa paix. 3 N’allons-nous pas pardonner à notre frère, qui peut nous offrir cela ? 4 Il est la voie, la vérité et la vie qui nous montrent la voie. 5 En lui réside le salut, qui nous est offert par notre pardon, à lui donné.

5. Nous ne terminerons pas cette année sans le don que notre Père a promis à Son saint Fils. 2 Nous sommes pardonnés maintenant. 3 Et nous sommes sauvés de tout le courroux que nous pensions appartenir à Dieu et dont nous  avons découvert qu’il n’était qu’un rêve. 4 Nous sommes ramenés à la santé d’esprit dans laquelle nous comprenons que la colère est insane, que l’attaque est folle et que la vengeance n’est qu’un sot fantasme. 5 Nous avons été sauvés du courroux parce que nous avons appris que nous faisions erreur. 6 Rien de plus. 7 Or est-ce qu’un père est en colère contre son fils parce que celui-ci ne comprenait pas la vérité ?

6 Nous venons à Dieu avec honnêteté, en disant que nous ne comprenions pas, et nous Lui demandons de nous aider à apprendre Ses leçons, par la Voix de Son Propre Enseignant. 2 Blesserait-Il Son Fils ? 3 Ou S’empresserait-Il de lui répondre, en disant : « Voici Mon Fils, et tout de que J’ai est à lui » ? 4 Sois certain qu’Il te répondra ainsi, car ce sont la Ses Propres paroles. 5 Et nul ne peut jamais avoir plus que cela, car dans ces paroles est tout ce qui est et tout ce qui sera de tout temps et dans l’éternité.

Un classique de la messe de minuit.

In UCEM on décembre 26, 2009 at 8:21

 

Minuit Chrétien ici

UCEM~LEÇON 360 – Paix à moi, le saint Fils de Dieu. Paix à mon frère, qui ne fait qu’un avec moi. Que le monde entier soit comblé de paix par nous.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 360 - Paix à moi, le saint Fils de Dieu. Paix à mon frère, qui ne fait qu'un avec moi. Que le monde entier soit comblé de paix par nous., Un Cours en Miracles on décembre 26, 2009 at 3:36

173_QuasarXmas

LEÇON 360

Paix à moi, le saint Fils de Dieu.

Paix à mon frère, qui ne fait qu’un avec moi.

Que le monde entier soit comblé de paix par nous.

1. Père, c’est Ta paix que je voudrais donner, en la recevant de Toi. 2 Je suis Ton Fils, à jamais exactement tel que Tu m’as créé, car les Grands Rayons demeurent à jamais calmes et imperturbés au-dedans de moi. 3 Je voudrais les atteindre en silence et en certitude, car la certitude ne peut se trouver nulle part ailleurs. 4 Paix à moi et paix au monde entier. 5 En sainteté nous avons été créés, et en sainteté nous demeurons. 6 Ton Fils est pareil à Toi en parfaite impeccabilité. 7 Et avec cette pensée, nous disons joyeusement : Amen.

L’Inspiration

La puissance de la sainteté

1. Tu penses peut-être encore que la sainteté est impossible à comprendre, parce que tu ne peux pas voir comment elle peut s’étendre jusqu’à inclure tout le monde. 2 Et il t’a été dit qu’elle doit inclure tout le monde pour être sainte. 3 Ne te préoccupe pas de l’extension de la sainteté, car tu ne comprends pas la nature des miracles. 4 Pas plus que tu ne les fais. 5 C’est leur extension, bien au-delà des limites que tu perçois, qui démontre que ce n’est pas toi qui les fais. 6 Pourquoi devrais-tu t’inquiéter de la façon dont le miracle s’étend à toute la Filialité, alors que tu ne comprends pas le miracle lui-même ? 7 Un attribut n’est pas plus difficile à comprendre que le tout. 8 Si tant est qu’il y a des miracles, leurs attributs doivent être miraculeux, puisqu’ils en font partie.

2. Il y a une tendance à fragmenter, puis à se préoccuper de la vérité d’une seule petite partie du tout. 2 Et cela n’est qu’une façon d’éviter le tout, ou d’en détourner ton regard, pour le poser sur ce que tu penses être plus à même de comprendre. 3 Car cela n’est qu’une autre façon d’essayer encore de garder la compréhension pour toi. 4 Voici une meilleure façon, et bien plus utile, de penser aux miracles : Tu ne les comprends pas, ni en partie ni en entier. 5 Or c’est par toi qu’ils ont été faits. 6 Par conséquent, ta compréhension ne peut pas être nécessaire. 7 Or il reste qu’il est impossible d’accomplir ce que tu ne comprends pas. 8 Ainsi il doit y avoir Quelque Chose en toi qui comprend.

3. Le miracle ne peut pas te sembler naturel, parce que ce que tu as fait pour blesser ton esprit l’a tellement dénaturé qu’il ne se souvient pas de ce qui lui est naturel. 2 Et quand on te dit ce qui est naturel, tu ne peux pas le comprendre. 3 Reconnaître la partie pour le tout, et le tout dans chacune des parties, est parfaitement naturel, car c’est ainsi que Dieu pense, et ce qui Lui est naturel t’est naturel. 4 Une perception entièrement naturelle te montrerait instantanément qu’un ordre de difficulté dans les miracles est tout à fait impossible, car cela comporte une contradiction de ce que les miracles signifient. 5 Et si tu pouvais comprendre leur signification, leurs attributs ne pourraient guère te rendre perplexe.

4. Tu as fait des miracles, mais il est bien évident que tu ne les as pas faits seul. 2 Tu as réussi chaque fois que tu as rejoint un autre esprit et t’es joint à lui. 3 Quand deux esprits se joignent pour ne faire qu’un et partagent une même idée également, le premier maillon a été fait dans la prise de conscience de la Filialité ne faisant qu’un. 4 Quand tu as fait cette jonction, comme le Saint-Esprit t’enjoint de le faire, et la Lui as offerte pour qu’il l’utilise comme bon Lui semble, Sa perception naturelle de ton don Lui permet de la comprendre, et te permet d’utiliser Sa compréhension pour ton bien. 5 Il est impossible de te convaincre de la réalité de ce qui a clairement été accompli par ton désir, tant que tu crois que tu dois le comprendre, sans quoi ce n’est pas réel.

5. Comment la foi en la réalité peut-elle être tienne tant que tu es résolu à la rendre irréelle? 2 Es-tu réellement plus en sécurité en maintenant la réalité des illusions que tu ne le serais en acceptant joyeusement la vérité pour ce qu’elle est, et en en rendant grâce? 3 Honore la vérité qui t’a été donnée, et réjouis-toi de ne pas la comprendre. 4 Les miracles sont naturels à Celui Qui parle pour Dieu. 5 Car Sa tâche est de traduire le miracle en la connaissance qu’il représente, et qui t’est cachée. 6 Que Sa compréhension du miracle te suffise, et ne te détourne pas de tous les témoins qu’il t’a donnés de Sa réalité.

6. Aucune preuve ne te convaincra de la vérité de ce que tu ne veux pas. 2 Or ta relation avec Lui est réelle. 3 Ne considère pas cela avec crainte, mais avec joie. 4 Celui à Qui tu as fait appel est avec toi. 5 Souhaite-Lui la bienvenue et honore les témoins qui t’apportent la bonne nouvelle de Sa venue. 6 Il est vrai, comme tu le crains, que Le reconnaître, c’est nier tout ce que tu penses savoir. 7 Mais ce que tu penses savoir n’a jamais été vrai. 8 Que pourrais-tu gagner à t’y accrocher en niant les preuves de la vérité? 9 Car tu es venu trop près de la vérité pour y renoncer maintenant, et tu vas céder à son irrésistible attraction. 10 Tu peux retarder cela maintenant, mais seulement un petit moment. 11 L’Hôte de Dieu t’a appelé, et tu as entendu. 12 Tu ne seras plus jamais entièrement désireux de ne pas écouter.

7. Cette année est une année de joie, durant laquelle ton écoute augmentera, et ta paix grandira avec son augmentation. 2 La puissance de la sainteté et la faiblesse de l’attaque sont toutes deux portées à ta conscience. 3 Et cela a été accompli dans un esprit fermement convaincu que la sainteté est faiblesse et l’attaque, pouvoir. 4 Cela ne devrait-il pas être un miracle suffisant pour t’enseigner que ton Enseignant n’est pas de toi? 5 Mais souviens-toi aussi que chaque fois que tu as écouté Son interprétation, les résultats t’ont apporté de la joie. 6 En considérant honnêtement ce qu’ils ont été, préférerais-tu les résultats de ta propre interprétation? 7 Dieu veut mieux pour toi. 8 Ne pourrais-tu pas regarder avec une plus grande charité celui que Dieu aime d’un Amour parfait?

8. N’interprète pas contre l’Amour de Dieu, car tu as de nombreux témoins qui en parlent si clairement que seuls les aveugles et les sourds pourraient manquer de les voir et de les entendre. 2 Cette année, détermine-toi à ne pas nier ce qui t’a été donné par Dieu. 3 Éveille-toi et partage-le, car c’est la seule raison pour laquelle Il t’a appelé. 4 Sa Voix a parlé clairement, et pourtant tu as si peu de foi en ce que tu as entendu, parce que tu as préféré mettre une foi encore plus grande dans le désastre que tu as fait. 5 Aujourd’hui, prenons ensemble la résolution d’accepter l’heureuse nouvelle que le désastre n’est pas réel et que la réalité n’est pas un désastre. 6 La réalité est sûre et sans danger, et elle est entièrement bonne avec tous et avec tout. 7 Il n’est pas de plus grand amour que d’accepter cela et d’être heureux. 8 Car l’amour demande seulement que tu sois heureux, et il te donnera tout ce qui contribue au bonheur.

9. Tu n’as jamais confié au Saint-Esprit un seul problème qu’il n’ait résolu pour toi, et jamais tu ne le feras. 2 Tu n’as jamais essayé de résoudre quoi que ce soit toi-même avec le moindre succès. 3 N’est-il pas temps de faire le rapprochement entre ces faits pour en saisir le sens? 4 Voici l’année pour mettre en application les idées qui t’ont été données. 5 Car les idées sont des forces considérables, à utiliser et non pas à garder inactives. 6 Elles t’ont déjà suffisamment prouvé leur pouvoir pour que tu mettes ta foi en elles et non dans leur déni. 7 Cette année, investis dans la vérité et laisse-la œuvrer en paix. 8 Aie foi en Celui Qui a foi en toi. 9 Pense à ce que tu as réellement vu et entendu, et reconnais-le. 10 Peux-tu être seul avec de tels témoins?

UCEM~LEÇON 359 – La réponse de Dieu est quelque forme de paix. Toute douleur est guérie; toute misère remplacée par la joie. Toutes les portes de prison sont ouvertes. Et tout péché est compris comme étant simplement une erreur.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 359 - La réponse de Dieu est quelque forme de paix. Toute douleur est guérie; toute misère remplacée par la joie. Toutes les portes de prison sont ouvertes. Et tout péché est (...)., Un Cours en Miracles on décembre 25, 2009 at 2:18

173_QuasarXmas

LEÇON 359

La réponse de Dieu est quelque forme de paix. Toute douleur

est guérie; toute misère remplacée par la joie.

Toutes les portes de prison sont ouvertes. Et tout péché

est compris comme étant simplement une erreur.

1. Père, aujourd’hui nous pardonnerons à Ton monde et laisserons la création T’appartenir. 2 Nous avons mal compris toutes choses. 3 Mais nous n’avons pas fait des pécheurs des saints Fils de Dieu. 4 Ce que Tu as créé sans péché le demeure pour toujours et à jamais. 5 Ainsi sommes-nous. 6 Et nous nous réjouissons d’apprendre que nous avons fait des erreurs qui n’ont pas d’effets réels sur nous. 7 Le péché est impossible, et de ce fait le pardon repose sur une base certaine et plus solide que le monde d’ombre que nous voyons. 8 Aide-nous à pardonner, car nous voudrions être rédimés. 9 Aide-nous à pardonner, car nous voudrions être en paix.

L’Inspiration

La guérison comme perception corrigée

1. J’ai dit plus tôt que le Saint-Esprit est la Réponse. 2 Il est la Réponse à tout, parce qu’il connaît ce qu’est la réponse à tout. 3 L’ego ne connaît pas ce qu’est une vraie question, bien qu’il en pose un nombre infini. 4 Or tu peux apprendre cela en apprenant à mettre en question la valeur de l’ego, et en établissant ainsi ton aptitude à évaluer ses questions. 5 Quand l’ego te tente à la maladie, ne demande pas au Saint-Esprit de guérir le corps, car cela serait simplement d’accepter la croyance de l’ego que le corps est le but approprié de la guérison. 6 Demande, plutôt, que le Saint-Esprit t’enseigne la juste perception du corps, car seule la perception peut être distordue. 7 Seule la perception peut être malade, parce que seule la perception peut être fausse.

2. La perception fausse est le souhait que les choses soient telles qu’elles ne sont pas. 2 La réalité de toute chose est totalement incapable de nuire, parce que la totale incapacité de nuire est la condition de sa réalité. 3 C’est aussi la condition pour que tu aies conscience de sa réalité. 4 Tu n’as pas à chercher la réalité. 5 C’est elle qui te cherchera et te trouvera quand tu rempliras ses conditions. 6 Ses conditions font partie de ce qu’elle est. 7 Et cette partie seulement dépend de toi. 8 Le reste est d’elle-même. 9 Tu as si peu à faire parce que ta petite partie est si puissante qu’elle t’apportera le tout. 10 Accepte, donc, ta petite partie, et laisse le tout être à toi.

3. L’entièreté guérit parce qu’elle est de l’esprit. 2 Toutes les formes de maladie, même à la mort, sont des expressions physiques de la peur de l’éveil. 3 Ce sont des tentatives pour renforcer le sommeil de peur de s’éveiller. 4 C’est une façon pitoyable d’essayer de ne pas voir en rendant inefficaces les facultés pour voir. 5  » Repose en paix  » est une bénédiction pour les vivants, et non pour les morts, parce que le repos vient d’être éveillé et non de dormir. 6 Dormir, c’est se retirer; être éveillé, c’est s’unir. 7 Les rêves sont des illusions d’union, parce qu’ils reflètent les notions distordues de l’ego sur ce qu’est l’union. 8 Or le Saint-Esprit aussi peut utiliser le sommeil et faire usage des rêves au service de la veille si tu Le laisses le faire.

4. Comment tu t’éveilles est signe de comment tu as utilisé le sommeil. 2 À qui l’as-tu donné ? 3 Sous l’égide de quel enseignant l’as-tu placé ? 4 Chaque fois que tu t’éveilles dés-inspiré, tu ne l’as pas donné au Saint-Esprit. 5 Quand tu t’éveilles joyeusement, alors seulement tu as utilisé le sommeil conformément à Son but. 6 Tu peux certes être  » abruti  » de sommeil, si tu en mésuses au service de la maladie. 7 Le sommeil n’est pas plus une forme de mort que la mort n’est une forme d’inconscience. 8 L’inconscience complète est impossible. 9 Tu peux reposer en paix uniquement parce que tu es éveillé.

5. La guérison est délivrance de la peur de l’éveil et substitution de la décision de s’éveiller. 2 La décision de s’éveiller est le reflet de la volonté d’aimer, puisque toute guérison comporte le remplacement de la peur par l’amour. 3 Le Saint-Esprit ne peut pas distinguer entre les degrés d’erreur, car s’Il enseignait qu’une forme de maladie est plus sérieuse qu’une autre, Il enseignerait qu’une erreur peut être plus réelle qu’une autre. 4 Sa fonction est de distinguer seulement entre le faux et le vrai, remplaçant le faux par le vrai.

6. L’ego, qui veut toujours affaiblir l’esprit, tente de le détruire en essayant de le séparer du corps. 2 Or l’ego croit en fait qu’il le protège. 3 C’est parce que l’ego croit que l’esprit est dangereux et que rendre sans esprit, c’est guérir. 4 Mais rendre sans esprit est impossible, puisque cela signifierait de rendre rien ce que Dieu a créé. 5 L’ego méprise la faiblesse, bien qu’il fasse tous ses efforts pour l’induire. 6 L’ego ne veut que ce qu’il hait. 7 Pour l’ego, cela est parfaitement sensé. 8 Croyant au pouvoir de l’attaque, l’ego veut l’attaque.

7. La Bible t’enjoint d’être parfait, de guérir toutes les erreurs, de n’avoir aucune pensée pour le corps en tant que séparé et d’accomplir toutes choses en mon nom. 2 Ce n’est pas seulement mon nom, car notre identification est partagée. 3 Le Nom du Fils de Dieu est un, et si tu es enjoint de faire les œuvres de l’amour, c’est parce que nous partageons cette Unité. 4 Nos esprit sont entiers parce qu’ils sont un. 5 Si tu es malade, tu te retires de moi. 6 Or tu ne peux pas te retirer de moi seul. 7 Tu peux seulement te retirer de toi-même et de moi.

8. Tu as sûrement commencé à te rendre compte que ceci est un cours très pratique, un cours qui dit exactement ce qu’il veut dire. 2 Je ne te demanderais pas de faire des choses que tu ne peux pas faire, et il est impossible que je puisse faire des choses que tu ne peux pas. 3 Cela étant donné, et donné très littéralement, rien ne peut t’empêcher de faire exactement ce que je demande, et tout plaide pour que tu le fasses. 4 Je ne te fixe aucune limite parce que Dieu ne t’en impose aucune. 5 Quand tu te limites toi-même, nous ne sommes plus d’un seul esprit, et cela est la maladie. 6 Or la maladie n’est pas du corps, mais de l’esprit. 7 Toutes les formes de maladie sont des signes que l’esprit est divisé, et qu’il n’accepte pas un but unifié.

9. L’unification du but est donc la seule façon dont le Saint-Esprit guérit. 2 C’est parce que c’est le seul niveau où la guérison signifie quoi que ce soit. 3 Rétablir la signification dans un système de pensée chaotique, c’est la façon de le guérir. 4 Ta tâche consiste seulement à remplir les conditions de la signification, puisque la signification elle-même est de Dieu. 5 Or ton retour à la signification est essentiel à la Sienne, parce que ta signification fait partie de la Sienne. 6 Ta guérison, donc, fait partie de Sa santé, puisqu’elle fait partie de Son Entièreté. 7 Il ne peut pas la perdre mais tu peux, toi, ne pas la connaître. 8 Or c’est toujours Sa Volonté pour toi, et Sa Volonté doit tenir à jamais et en toutes choses.

Paix, Amour et Bonheur

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, Un Cours en Miracles on décembre 24, 2009 at 5:18

quasar

Ne laisse aucun désespoir assombrir la joie de Noël, car le temps du Christ est in-signifiant à part de la joie.

Joignons-nous dans la célébration de la paix en n’exigeant aucun sacrifice de personne, car c’est ainsi que tu m’offres l’amour que je t’offre.

Que peut-il y avoir de plus joyeux que de percevoir que nous ne sommes privés de rien?

Tel est le message du temps du Christ, que je te donne pour que tu puisses le donner et le retourner au Père, Qui me l’a donné.

Car au temps du Christ, la communication est rétablie, et Il Se joint à nous pour célébrer la création de Son Fils.

Jésus de Nazareth dans notre Cours en Miracles.

UCEM~LEÇON 358 – Nul appel à Dieu ne peut être inentendu ni laissé sans réponse. Et de ceci je peux être sûr : Sa réponse est celle que je veux réellement.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 358 - Nul appel à Dieu ne peut être inentendu ni laissé sans réponse. Et de ceci je peux être sûr : Sa réponse est celle que je veux réellement., Un Cours en Miracles on décembre 24, 2009 at 1:30

24 déc ~ StH LMP0002

LEÇON 358

Nul appel à Dieu ne peut être inentendu ni laissé sans

réponse. Et de ceci je peux être sûr :

Sa réponse est celle que je veux réellement.

1. Toi Qui Te souviens de ce que je suis réellement, Tu es le seul à Te souvenir de ce que je veux réellement. 2 Tu parles pour Dieu, donc Tu parles pour moi. 3 Et ce que Tu me donnes vient de Dieu Lui-même. 4 Alors Ta Voix, mon Père, est aussi la mienne, et tout ce que je veux est ce que Tu m’offres, exactement sous la forme que Tu as choisie pour moi. 5 Que je me souvienne de tout ce que je ne connais pas, et que ma voix se taise, en me souvenant. 6 Mais ne me laisse pas oublier Ton Amour et Ta sollicitude, gardant pour toujours en ma conscience Ta promesse à Ton fils. 7 Que je n’oublie pas que mon soi n’est rien, mais que mon Soi est tout.

L’Inspiration

Les lois du chaos

1. Les « lois » du chaos peuvent être portées à la lumière, quoique jamais comprises. 2 Des lois chaotiques ne sont guère signifiantes, et par conséquent elles sont hors de la sphère de la raison. 3 Or elles semblent être un obstacle à la raison et à la vérité. 4 Regardons-les donc calmement, afin de pouvoir regarder au-delà, en comprenant ce qu’elles sont et non ce qu’elles voudraient maintenir. 5 Il est essentiel que soit compris ce à quoi elles servent, parce que c’est leur but de rendre in-signifiant, et d’attaquer la vérité. 6 Voilà les lois qui gouvernent le monde que tu as fait. 7 Et pourtant elles ne gouvernent rien et n’ont pas besoin d’être violées; simplement regardées et dépassées.

2. La première loi chaotique est que la vérité est différente pour chacun. 2 Comme tous ces principes, celui-là maintient que chacun est séparé et possède un ensemble de pensées différent qui le distingue des autres. 3 Ce principe se développe à partir de la croyance qu’il y a une hiérarchie d’illusions : certaines ont plus de valeur et sont donc vraies. 4 Chacun établit cela pour lui-même et le rend vrai par son attaque contre ce qu’un autre estime. 5 Et cela est justifié parce que les valeurs diffèrent et ceux qui les détiennent semblent être différents et donc ennemis.

3. Pense donc comme cela semble interférer avec le premier principe des miracles. 2 Car cela établit des degrés de vérité parmi les illusions, laissant paraître que certaines d’entre elles sont plus difficiles à vaincre que d’autres. 3 S’il était compris qu’elles sont toutes les mêmes et pareillement non vraies, il serait facile, alors, de comprendre que les miracles s’appliquent à elles toutes. 4 Les erreurs de toute sorte peuvent être corrigées parce qu’elles ne sont pas vraies. 5 Lorsque portées à la vérité plutôt que les unes aux autres, elles disparaissent simplement. 6 Aucune partie de rien ne peut être plus résistante à la vérité qu’une autre.

4. La seconde loi du chaos, chère en effet à chaque adorateur du péché, est que chacun doit pécher, et par conséquent mérite l’attaque et la mort. 2 Ce principe, étroitement relié au premier, est la demande que les erreurs appellent la punition et non la correction. 3 Car la destruction de celui qui fait l’erreur le place au-delà de la correction et au-delà du pardon. 4 Ce qu’il a fait est ainsi interprété comme une sentence irrévocable contre lui-même, que Dieu Lui-même est impuissant à vaincre. 5 Le péché ne peut pas être remis, étant la croyance que le Fils de Dieu peut faire des erreurs pour lesquelles sa propre destruction devient inévitable.

5. Pense à ce que cela semble faire à la relation entre le Père et le Fils. 2 Maintenant il semble qu’ils ne puissent jamais être Un à nouveau. 3 Car l’Un doit toujours être condamné, et par l’Autre. 4 Maintenant Ils sont différents, et ennemis. 5 Et Leur relation est une relation d’opposition, tout comme les aspects séparés du Fils ne se rencontrent que pour entrer en conflit mais non pour se joindre. 6 L’un devient faible, l’autre fort par sa défaite. 7 Et la peur de Dieu et l’un de l’autre apparaît maintenant comme sensée, rendue réelle par ce que le Fils de Dieu a fait à la fois à lui-même et à son Créateur.

6. L’arrogance sur laquelle tiennent les lois du chaos ne saurait être plus apparente que telle qu’elle émerge ici. 2 Voilà un principe qui voudrait définir ce que le Créateur de la réalité doit être; ce qu’il doit penser et ce qu’il doit croire; et comment Il doit répondre, le croyant. 3 Il n’apparaît pas même nécessaire de L’interroger sur la vérité de ce qui a été établi pour Sa croyance. 4 Cela, Son Fils peut le Lui dire, et Il n’a que le choix entre le croire sur parole et faire erreur. 5 Cela mène directement à la troisième grotesque croyance qui semble rendre le chaos éternel. 6 Car si Dieu ne peut pas faire erreur, Il doit accepter la croyance de Son Fils en ce qu’il est et le haïr pour cela.

7. Vois comme la peur de Dieu est renforcée par ce troisième principe. 2 Maintenant il devient impossible de se tourner vers Lui pour demander de l’aide dans la misère. 3 Car maintenant Il est devenu l’« ennemi » Qui l’a causée, à Qui il est inutile de faire appel. 4 Le salut ne peut pas non plus résider au-dedans du Fils, dont chaque aspect semble être en guerre contre Lui, et justifié dans son attaque. 5 Et maintenant le conflit est rendu inévitable, au-delà de l’aide de Dieu. 6 Car maintenant le salut doit rester impossible, parce que le Sauveur est devenu l’ennemi.

8. Il ne peut y avoir ni délivrance ni évasion. 2 Ainsi l’Expiation devient un mythe et c’est la vengeance, et non le pardon, qui est la Volonté de Dieu. 3 De là où tout cela commence, il n’y a pas d’aide en vue qui puisse réussir. 4 Seule la destruction peut être le résultat. 5 Et Dieu Lui-même semble Se ranger avec elle, pour vaincre Son Fils. 6 Ne pense pas que l’ego te permettra de trouver une évasion de ce qu’il veut. 7 Cela est la fonction de ce cours, qui n’estime pas ce que l’ego chérit.

9. L’ego n’estime que ce qu’il prend. 2 Ce qui mène à la quatrième loi du chaos, laquelle, si les autres sont acceptées, doit être vraie. 3 Cette loi apparente est la croyance que tu as ce que tu as pris. 4 Par là, la perte d’un autre devient ton gain, et ainsi il n’est pas reconnu que tu ne peux jamais prendre qu’à toi-même. 5 Or toutes les autres lois doivent mener à ceci. 6 Car les ennemis ne donnent pas volontiers les uns aux autres, pas plus qu’ils ne chercheraient à partager les choses qu’ils estiment. 7 Et ce que tes ennemis voudraient garder loin de toi doit valoir la peine d’être possédé, parce qu’ils le gardent caché hors de ta vue.

10. On voit émerger ici tous les mécanismes de la folie : l’«ennemi» rendu fort en gardant caché le précieux héritage qui devrait être tien; ta position et ton attaque justifiées pour ce qui a été retenu; et la perte inévitable que l’ennemi doit subir pour te sauver toi-même. 2 Ainsi les coupables clament-ils leur «innocence». 3 S’ils n’étaient pas forcés à cette vile attaque par la conduite sans scrupule de l’ennemi, ils ne répondraient qu’avec bonté. 4 Mais dans un monde brutal, les bons ne peuvent survivre; ainsi doivent-ils prendre ou on leur prendra.

11. Et maintenant il y a une vague question sans réponse, pas encore « expliquée ». 2 Quelle est cette chose précieuse, cette perle inestimable, ce trésor secret et caché qu’il faut arracher dans une juste colère à cet ennemi extrêmement traître et fourbe? 3 Ce doit être ce que tu veux mais n’as jamais trouvé. 4 Et maintenant tu « comprends » la raison pourquoi tu ne l’as pas trouvé. 5 Car il t’a été pris par cet ennemi et caché là où tu ne penserais pas à regarder. 6 Il l’a caché dans son corps, en en faisant une couverture pour sa culpabilité, une cachette pour ce qui t’appartient. 7 Maintenant son corps doit être détruit et sacrifié pour que tu puisses avoir ce qui t’appartient. 8 Sa trahison exige sa mort, pour que tu puisses vivre. 9 Et tu n’attaques qu’en légitime défense.

12. Mais qu’est-ce que tu veux qui ait besoin de sa mort? 2 Peux-tu être sûr que ton attaque meurtrière est justifiée à moins de savoir à quoi elle sert? 3 Et voici qu’un dernier principe du chaos vient à la «rescousse». 4 Il tient qu’il y a un substitut à l’amour. 5 Voilà la magie qui guérira toute ta douleur; le facteur manquant dans ta folie qui la rend «saine». 6 Voilà la raison pourquoi tu dois attaquer. 7 Voilà ce qui rend ta vengeance justifiée. 8 Contemple, dévoilé, le don secret de l’ego, arraché du corps de ton frère, caché là par malice et par haine envers celui à qui le don appartient. 9 Il voudrait te priver de l’ingrédient secret qui donnerait une signification à ta vie. 10 Le substitut à l’amour, né de ton inimitié contre ton frère, doit être le salut. 11 Il n’a pas de substitut, et il n’y en a qu’‘un. 12 Et toutes tes relations ont pour seul but de t’en saisir et de le faire tien.

13. Jamais ta possession n’est rendue complète. 2 Et jamais ton frère ne cessera son attaque contre toi pour ce que tu as volé. 3 Pas plus que Dieu ne mettra fin à Sa vengeance contre les deux, car dans Sa folie Il doit avoir ce substitut à l’amour et vous tuer tous les deux. 4 Toi qui crois être sain d’esprit, avoir les pieds sur la terre ferme et parcourir un monde où une signification se peut trouver, considère ceci : Voilà les lois sur lesquelles ta «santé d’esprit» semble reposer. 5 Voilà les principes qui font que la terre sous tes pieds semble ferme. 6 Et c’est ici que tu cherches une signification. 7 Voilà les lois que tu as faites pour ton salut. 8 Elles maintiennent en place le substitut au Ciel que tu préfères. 9 C’est leur but; c’est pour cela qu’elles ont été faites. 10 Il ne sert à rien de demander ce qu’elles signifient. 11 Cela est apparent. 12 Les moyens de la folie doivent être insanes. 13 Es-tu aussi certain que tu te rends compte que le but est la folie?

14. Nul ne veut la folie, et nul ne s’accroche à sa folie s’il voit que c’est ce qu’elle est. 2 Ce qui protège la folie, c’est la croyance qu’elle est vraie. 3 C’est la fonction de l’insanité de prendre la place de la vérité. 4 Elle doit être vue comme vérité pour être crue. 5 Et si elle est vérité, alors son opposé, qui avant était la vérité, doit maintenant être folie. 6 Un tel renversement, de bout en bout, où la folie est santé d’esprit, les illusions vraies, l’attaque une bonté, la haine l’amour et le meurtre une bénédiction, est le but que servent les lois du chaos. 7 Ce sont les moyens par lesquels les lois de Dieu paraissent être renversées. 8 Ici les lois du péché paraissent tenir l’amour captif, et rendre sa liberté au péché.

15. Il ne semble pas que ce soient les buts du chaos, car par le grand renversement elles paraissent être les lois de l’ordre. 2 Comment pourrait-il ne pas en être ainsi? 3 Le chaos est absence de lois et n’a pas de lois. 4 Pour être cru, ses lois apparentes doivent être perçues comme vraies. 5 Leur but de folie doit être vu comme la santé d’esprit. 6 Et la peur, avec ses lèvres couleur de cendre et ses yeux qui ne voient pas, aveuglée et terrible à regarder, est soulevée sur le trône de l’amour, sa moribonde conquérante, son substitut, le sauveur qui délivre du salut. 7 Comme les lois de la peur font paraître la mort belle ! 8 Rends grâce au héros sur le trône de l’amour, qui a sauvé le Fils de Dieu pour la peur et la mort !

16. Et pourtant, comment se peut-il que des lois comme celles-là puissent être crues? 2 Il y a un étrange mécanisme qui rend cela possible. 3 Et il ne nous est pas inconnu : nous avons vu de nombreuses fois déjà comment il paraît fonctionner. 4 En vérité, il ne fonctionne pas, or en rêve, où seules des ombres jouent les rôles principaux, il semble des plus puissants. 5 Aucune loi du chaos ne pourrait forcer la croyance si ce n’était de l’accent sur la forme et du mépris du contenu. 6 Nul qui pense qu’une de ces lois est vraie ne voit ce qu’elle dit. 7 Certaines formes qu’elle prend semblent avoir une signification, et c’est tout.

17. Comment certaines formes de meurtre peuvent-elles ne pas signifier la mort? 2 Une attaque sous quelque forme que ce soit peut-elle être l’amour? 3 Quelle forme de condamnation est une bénédiction? 4 Qui rend son sauveur impuissant et trouve le salut? 5 Ne laisse pas la forme de l’attaque contre lui te tromper. 6 Tu ne peux pas chercher à lui nuire et être sauvé. 7 Qui peut trouver un abri contre l’attaque en se retournant contre lui-même? 8 Comment cela peut-il importer, quelle forme prend cette folie? 9 Elle est un jugement qui va à l’encontre de lui-même, condamnant ce qu’elle dit vouloir sauver. 10 Ne sois pas trompé quand la folie prend une forme que tu penses belle. 11 Ce qui est déterminé à te détruire n’est pas ton ami.

18. Tu voudrais maintenir, et penser vrai, que tu ne crois pas à ces lois insensées et n’agis pas selon ce qu’elles disent. 2 Et quand tu regardes ce qu’elles disent, elles ne peuvent être crues. 3 Frère, pourtant tu y crois. 4 Car autrement, comment pourrais-tu percevoir la forme qu’elles prennent, avec un tel contenu? 5 Est-ce que n’importe quelle forme de cela peut être défendable? 6 Or tu y crois pour la forme qu’elles prennent, et tu ne reconnais pas le contenu. 7 Il ne change jamais. 8 Peux-tu peindre des lèvres roses à un squelette, l’habiller en beauté, le cajoler et le dorloter, et le faire vivre? 9 Et peux-tu te contenter d’une illusion que tu vis?

19. Il n’y a pas de vie en dehors du Ciel. 2 Où Dieu a créé la vie, là doit être la vie. 3 En tout état à part du Ciel, la vie est illusion. 4 Au mieux, cela ressemble à la vie; au pire, à la mort. 5 Or les deux sont des jugements sur ce qui n’est pas la vie, égaux par leur inexactitude et leur manque de signification. 6 Une vie qui n’est pas au Ciel est impossible, et ce qui n’est pas au Ciel n’est nulle part. 7 En dehors du Ciel, seul tient le conflit des illusions : insensé, impossible et au-delà de toute raison, et pourtant perçu comme une barrière éternelle devant le Ciel. 8 Les illusions ne sont que des formes. 9 Le contenu n’en est jamais vrai.

20. Les lois du chaos gouvernent toutes les illusions. 2 Leurs formes sont en conflit, de sorte qu’il paraît tout à fait possible d’en estimer certaines au-dessus des autres. 3 Or chacune repose aussi sûrement que le font les autres sur la croyance que les lois du chaos sont les lois de l’ordre. 4 Chacune soutient ces lois complètement, offrant un témoignage certain que ces lois sont vraies. 5 Les formes de l’attaque qui semblent plus douces ne sont pas moins certaines dans leur témoignage, ni dans leurs résultats. 6 Il est certain que les illusions apporteront la peur à cause des croyances qu’elles impliquent, et non pour leur forme. 7 Et le manque de foi en l’amour, sous n’importe quelle forme, témoigne du chaos comme réalité.

21. De la croyance dans le péché, la foi dans le chaos doit suivre. 2 C’est parce qu’elle suit qu’elle semble être une conclusion logique; une étape valable dans une pensée ordonnée. 3 Les étapes vers le chaos se suivent en bon ordre depuis leur point de départ. 4 Chacune est une forme différente dans la progression du renversement de la vérité, menant toujours plus profondément dans la terreur et loin de la vérité. 5 Ne pense pas qu’une étape soit plus petite qu’une autre, ni qu’il soit plus facile de revenir de l’une que de l’autre. 6 Toute la descente à partir du Ciel réside en chacune. 7 Et là où commence ta pensée, là elle doit finir.

22. Frère, ne fais pas un seul pas dans la descente vers l’enfer. 2 Car en ayant fait un, tu ne reconnaîtras pas les autres pour ce qu’ils sont. 3 Et ils suivront. 4 L’attaque sous quelque forme que ce soit a mis ton pied sur l’escalier tortueux qui conduit du Ciel. 5 Or à tout instant il est possible de laisser tout cela être défait. 6 Comment peux-tu savoir si tu as choisi les marches vers le Ciel ou la voie vers l’enfer? 7 Très facilement. 8 Comment te sens-tu? 9 La paix est-elle dans ta conscience? 10 Sais-tu avec certitude où tu vas? 11 Et es-tu sûr que le but du Ciel peut être atteint? 12 Sinon, tu marches seul. 13 Demande, donc, à ton Ami de se joindre à toi, et de te donner la certitude sur où tu vas.

UCEM~LEÇON 357 – La vérité répond à chaque appel que nous faisons à Dieu, répondant d’abord par des miracles, puis nous revenant pour être elle-même.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 357 - La vérité répond à chaque appel que nous faisons à Dieu, répondant d'abord par des miracles, puis nous revenant pour être elle-même., Un Cours en Miracles on décembre 23, 2009 at 3:05

23 déc ~ 1107339-1412731

LEÇON 357

La vérité répond à chaque appel que nous faisons

à Dieu, répondant d’abord par des miracles, puis

nous revenant pour être elle-même.

1. Le pardon, qui est le reflet de la vérité, me dit comment offrir des miracles et échapper ainsi de la prison dans laquelle je pense vivre. 2 Ton saint Fils m’est indiqué, d’abord en mon frère, puis en moi. 3 Ta Voix m’instruit patiemment d’entendre Ta Parole et de donner comme je reçois. 4 Et tout en regardant Ton Fils aujourd’hui, j’entends Ta Voix m’instruire de trouver la voie qui mène à Toi, comme Tu as décidé que doit être la voie :

5 «Contemple son impeccabilité et sois guéri.»

L’Inspiration

Le choix de la non-culpabilité

1. L’apprenant heureux ne peut pas se sentir coupable d’apprendre. 2 Cela est si essentiel à l’apprentissage qu’il ne faudrait jamais l’oublier. 3 L’apprenant non coupable apprend facilement parce que ses pensées sont libres. 4 Or cela entraîne qu’il reconnaît que la culpabilité est une interférence, et non le salut, et qu’elle ne remplit absolument aucune fonction utile.

2. Tu es peut-être habitué à n’utiliser la non-culpabilité que pour compenser la douleur de la culpabilité, et tu ne la considères pas comme ayant une valeur en soi. 2 Tu crois que la culpabilité et la non-culpabilité ont toutes deux de la valeur, chacune représentant une évasion de ce que l’autre ne t’offre pas. 3 Tu ne veux pas l’une ou l’autre seule, car sans les deux tu ne te vois pas comme entier et par conséquent heureux. 4 Or tu n’es entier qu’en ta non-culpabilité, et c’est seulement en ta non-culpabilité que tu peux être heureux. 5 Il n’y a aucun conflit ici. 6 Souhaiter la culpabilité de quelque façon ou sous quelque forme que ce soit, te fait perdre d’apprécier la valeur de ta non-culpabilité, et la repousse de ta vue.

3. Il n’y a pas de compromis que tu puisses faire avec la culpabilité tout en échappant à la douleur que seule apaise la non-culpabilité. 2 Apprendre, c’est vivre ici, de même que créer, c’est être au Ciel. 3 Chaque fois que la douleur de la culpabilité semble t’attirer, souviens-toi que si tu lui cèdes, tu te décides contre ton bonheur, et tu n’apprendras pas comment être heureux. 4 Dis-toi donc, doucement, mais avec la conviction née de l’Amour de Dieu et de Son Fils :

5 Ce que j’éprouve, je le rendrai manifeste.

6 Si je suis non coupable, je n’ai rien à craindre.

7 Je choisi de témoigner de mon acceptation de l’Expiation, et non de son rejet.

8 Je voudrais accepter ma non-culpabilité en la rendant manifeste et en la partageant.

9 Que j’apporte au Fils de Dieu la paix qui vient de Son Père.

4. À chaque jour, à chaque heure et à chaque minute, même à chaque seconde, tu décides entre la crucifixion et la résurrection; entre l’ego et le Saint-Esprit. 2 L’ego est le choix pour la culpabilité; le Saint-Esprit, le choix pour la non-culpabilité. 3 Le pouvoir de décider est tout ce que tu as. 4 Le choix qui s’offre à toi est fixe, parce qu’il n’y a pas d’autre alternative qu’entre la vérité et l’illusion. 5 Et il n’y a pas entre elles de chevauchement, parce que ce sont des opposés qui ne peuvent pas être réconciliés et ne peuvent pas être vrais tous les deux. 6 Tu es coupable ou non coupable, lié ou libre, malheureux ou heureux.

5. Le miracle t’enseigne que tu as choisi la non-culpabilité, la liberté et la joie. 2 Ce n’est pas une cause mais un effet. 3 C’est le résultat naturel du juste choix, attestant le bonheur qui te vient d’avoir choisi d’être libre de la culpabilité. 4 Chacun de ceux à qui tu offres la guérison te la rend. 5 Celui que tu attaques la garde et la chérit en te la reprochant. 6 Qu’il fasse cela ou ne le fasse pas importe peu : tu penseras qu’il le fait. 7 Il est impossible d’offrir ce que tu ne veux pas sans encourir cette peine. 8 Le coût de donner est de recevoir. 9 Ou c’est une peine dont tu souffres, ou c’est l’heureuse acquisition d’un trésor à chérir.

6. Nulle peine n’est jamais demandée au Fils de Dieu, sauf par lui-même et de lui-même. 2 Chaque chance qui lui est donnée de guérir est une autre occasion de remplacer les ténèbres par la lumière et la peur par l’amour. 3 S’il la refuse, il se lie aux ténèbres, parce qu’il n’a pas choisi de libérer son frère et d’entrer avec lui dans la lumière. 4 En donnant un pouvoir à rien, il jette l’heureuse occasion d’apprendre que rien n’a pas de pouvoir. 5 Et en ne dissipant pas les ténèbres, il s’est mis à craindre et les ténèbres et la lumière. 6 La joie d’apprendre que les ténèbres n’ont pas de pouvoir sur le Fils de Dieu est l’heureuse leçon que le Saint-Esprit enseigne, et qu’Il voudrait que tu enseignes avec Lui. 7 C’est Sa joie de l’enseigner, comme ce sera la tienne.

7. La façon d’enseigner cette simple leçon est simplement ceci: la non-culpabilité est invulnérabilité. 2 Par conséquent, rends manifeste à chacun ton invulnérabilité. 3 Enseigne-lui que, quoi qu’il puisse essayer de te faire, ta parfaite délivrance de la croyance qu’il puisse te nuire lui montre qu’il est non-coupable. 4 Il ne peut rien faire qui puisse te blesser, et en refusant de lui permettre de penser qu’il le peut, tu lui enseignes que l’Expiation, que tu as acceptée pour toi-même, est aussi à lui. 5 Il n’y a rien à pardonner. 6 Personne ne peut blesser le Fils de Dieu. 7 Sa culpabilité est entièrement sans cause; or étant sans cause elle ne peut exister.

8. Dieu est la seule Cause, et la culpabilité n’est pas de Lui. 2 N’enseigne à personne qu’il t’a blessé, car si tu le fais tu t’enseignes à toi-même que ce qui n’est pas de Dieu a un pouvoir sur toi. 3 Le sans-cause ne peut pas être. 4 Ne l’atteste pas et n’encourage pas la croyance en lui dans aucun esprit. 5 Souviens-toi toujours que l’esprit est un, et la cause est une. 6 Tu apprendras à communiquer avec cette unité uniquement en apprenant à nier le sans-cause, acceptant pour tienne la Cause de Dieu. 7 Le pouvoir que Dieu a donné à Son Fils lui appartient, et il n’est rien d’autre que Son Fils puisse voir ou choisir de regarder sans s’imposer à lui-même la peine de culpabilité, au lieu de tout l’heureux enseignement que le Saint-Esprit lui offrirait avec joie.

9. Chaque fois que tu choisis de prendre une décision pour toi-même, tu penses de façon destructrice et la décision sera mauvaise. 2 Elle te blessera à cause du concept de décision qui y a mené. 3 Il n’est pas vrai que tu puisses prendre des décisions par toi-même ou pour toi-même seul. 4 Aucune pensée du Fils de Dieu ne peut être séparée ou isolée en ses effets. 5 Chaque décision est prise pour la Filialité tout entière, dirigée en dedans et en dehors, et influence une constellation plus large que tout ce dont tu as jamais pu rêver.

10. Ceux qui acceptent l’Expiation sont invulnérables. 2 Mais ceux qui se croient coupables répondront à la culpabilité, parce qu’ils pensent qu’elle est le salut, et ils ne refuseront pas de la voir ni de se ranger de son côté. 3 Ils croient que l’augmentation de la culpabilité est protection de soi. 4 Et ils n’arrivent pas à comprendre le simple fait que ce qu’ils ne veulent pas doit les blesser. 5 Tout cela survient parce qu’ils ne croient pas que ce qu’ils veulent est bon. 6 Or la volonté leur a été donnée parce qu’elle est sainte et leur apportera tout ce dont ils ont besoin, venant aussi naturellement que la paix qui ne connaît pas de limites. 7 Il n’est rien que leur volonté ne leur fournisse pas qui leur offre quoi que ce soit de valeur. 8 Or parce qu’ils ne comprennent pas leur volonté, le Saint-Esprit la comprend quiètement pour eux, et leur donne ce qu’ils veulent sans effort ni tension, et sans l’impossible fardeau de décider seuls ce qu’ils veulent et ce dont ils ont besoin.

11. Il n’arrivera jamais que tu aies à prendre des décisions pour toi-même. 2 Tu n’es pas privé d’aide, et d’une Aide qui connaît la réponse. 3 Te contenterais-tu de peu, qui est tout ce que toi-même seul peux t’offrir, quand Celui Qui te donne tout te l’offrira tout simplement? 4 Il ne te demandera jamais ce que tu as fait pour te rendre digne du don de Dieu. 5 Ne te le demande donc pas à toi-même. 6 Plutôt, accepte Sa réponse, car Il connaît que tu es digne de tout ce que Dieu veut pour toi. 7 Ne tente pas d’échapper au don de Dieu qu’il t’offre si librement et avec tant de joie. 8 Il ne t’offre que ce que Dieu Lui a donné pour toi. 9 Tu n’as pas besoin de décider si oui ou non tu le mérites. 10 Dieu connaît que tu le mérites.

12. Voudrais-tu nier la vérité de la décision de Dieu et mettre ta piètre évaluation de toi-même à la place de Sa calme et inébranlable estime de Son Fils? 2 Rien ne peut ébranler la conviction de Dieu quant à la pureté parfaite de tout ce qu’Il a créé, car c’est totalement pur. 3 Ne te décide pas contre cela, car étant de Lui ce doit être vrai. 4 La paix demeure dans chaque esprit qui accepte calmement le plan que Dieu a établi pour son Expiation, renonçant ainsi au sien. 5 Tu ne connais pas ce qu’est le salut, car tu ne le comprends pas. 6 Ne prends aucune décision quant à ce qu’il est, ni où il est, mais demande tout au Saint-Esprit et laisse toutes décisions à Son doux conseil.

13. Celui Qui connaît le plan Dieu, que Dieu voudrait que tu suives, peut t’enseigner ce qu’il est. 2 Seule Sa sagesse est capable de te guider pour le suivre. 3 Chaque décision que tu entreprends seul signifie seulement que tu voudrais définir ce qu’est le salut, et de quoi tu voudrais être sauvé. 4 Le Saint-Esprit connaît que tout salut est évasion hors de la culpabilité. 5 Tu n’as pas d’autre «ennemi» et contre cette étrange distorsion de la pureté du Fils de Dieu le Saint-Esprit est ton seul Ami. 6 Il est le puissant protecteur de l’innocence qui te libère. 7 Et c’est Sa décision de défaire tout ce qui obscurcirait ton innocence de ton esprit dégagé.

14. Laisse-Le, donc, être le seul Guide que tu veuilles suivre vers le salut. 2 Il connaît la voie et Il t’y conduit avec joie. 3 Avec Lui tu ne manqueras pas d’apprendre que ce que Dieu veut pour toi est ta volonté. 4 Sans Lui pour te guider, tu penseras que tu la connais seul, et tu te décideras contre ta paix aussi sûrement que tu as décidé que le salut était en toi seul. 5 Le salut est de Celui à Qui Dieu l’a donné pour toi. 6 Il ne l’a pas oublié. 7 Ne L’oublie pas et Il prendra chaque décision pour toi, pour ton salut et la paix de Dieu en toi.

15. Ne cherche pas à déterminer la valeur du Fils de Dieu, qu’Il a créé saint, car faire cela, c’est évaluer son Père et Le juger et Le rejeter. 2 Et de ce crime imaginaire, que nul ni en ce monde ni au Ciel ne saurait commettre, tu te sentiras coupable. 3 Le Saint-Esprit enseigne seulement que le «péché» de se placer sur le trône de Dieu n’est pas une source de culpabilité. 4 Ce qui ne peut pas arriver ne peut pas avoir d’effets à craindre. 5 Sois tranquille dans ta foi en Lui, Qui t’aime et Qui voudrait te conduire hors de l’insanité. 6 La folie peut être ton choix, mais pas ta réalité. 7 N’oublie jamais l’Amour de Dieu, Qui S’est souvenu de toi. 8 Car il est tout à fait impossible qu’Il puisse jamais laisser Son Fils tomber de l’Esprit aimant dans lequel il fut créé, et où sa demeure fut fixée pour toujours dans la paix parfaite.

16. Dis seulement au Saint-Esprit : « Décide pour moi », et c’est fait. 2 Car Ses décisions sont des reflets de ce que Dieu connaît de toi, et dans cette lumière l’erreur quelle qu’elle soit devient impossible. 3 Pourquoi lutterais-tu avec tant de frénésie afin de prévoir tout ce que tu ne peux pas connaître, alors que toute connaissance se trouve derrière chaque décision que le Saint-Esprit prend pour toi? 4 Apprends ce que sont Sa sagesse et Son amour, et enseigne Sa réponse à tous ceux qui luttent dans les ténèbres. 5 Car tu décides pour eux et pour toi-même.

17. Qu’il est doux de décider toutes choses par Celui Dont l’Amour égal est donné à tous également ! 2 Il ne te laisse personne en dehors de toi. 3 Ainsi Il te donne ce qui t’appartient, parce que ton Père voudrait que tu le partages avec Lui. 4 En tout laisse-Le te conduire, et ne reviens pas là-dessus. 5 Aie confiance en ce qu’il te répondra rapidement, sûrement, et avec Amour pour tous ceux qui seront touchés d’une façon ou d’une autre par la décision. 6 Et chacun le sera. 7 Voudrais-tu prendre sur toi la seule responsabilité de décider ce qui ne peut apporter que du bien à tous ? 8 Le saurais-tu ?

18. Tu t’es enseigné l’habitude la plus contre nature qui soit de ne pas communiquer avec ton Créateur. 2 Or tu restes en étroite communication avec Lui et avec tout ce qui est au-dedans de Lui, comme cela est au-dedans de toi. 3 Désapprends l’isolement sous Son aimable direction et apprends ce qu’est toute l’heureuse communication que tu as jetée mais ne pouvais pas perdre.

19. Chaque fois que tu as des doutes sur ce que tu devrais faire, pense à Sa Présence en toi et dis-toi ceci, et seulement ceci:

2 Il me conduit et Il connaît la voie, que moi je ne connais pas.

3 Or ce qu’Il voudrait que j’apprenne, jamais Il ne le gardera  loin de moi.

4 Ainsi j’ai confiance en ce qu’Il me communiquera tout ce qu’Il connaît pour moi.

5 Puis laisse-Le t’enseigner tranquillement comment percevoir ta non-culpabilité, qui est déjà là.

UCEM~LEÇON 356 – La maladie n’est qu’un autre nom pour le péché. La guérison n’est qu’un autre nom pour Dieu. Ainsi le miracle est un appel à Lui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 356 - La maladie n'est qu'un autre nom pour le péché. La guérison n'est qu'un autre nom pour Dieu. Ainsi le miracle est un appel à Lui., Un Cours en Miracles on décembre 22, 2009 at 3:18

22 déc ~ aveugle de Jéricho 1

LEÇON 356

La maladie n’est qu’un autre nom pour le péché.

La guérison n’est qu’un autre nom pour Dieu.

Ainsi le miracle est un appel à Lui.

1. Père, Tu as promis que Tu ne manquerais jamais de répondre à tout appel que Ton Fils pourrait Te faire. 2 Peu importe où il est, ce que semble être son problème ou ce qu’il croit être devenu. 3 Il est Ton Fils, et Tu lui répondras. 4 Le miracle reflète Ton Amour, ainsi il lui répond. 5 Ton Nom remplace toute pensée de péché, et celui qui est sans péché ne peut souffrir. 6 Ton Nom donne réponse à Ton Fils, parce qu’invoquer Ton Nom, c’est simplement invoquer le sien.

L’Inspiration

La raison et les formes d’erreur

1. L’introduction de la raison dans le système de pensée de l’ego est le commencement de son défaire, car la raison et l’ego sont contradictoires. 2 Il n’est pas possible non plus qu’ils coexistent dans ta conscience. 3 Car le but de la raison est de rendre clair, et donc évident. 4 Tu peux voir la raison. 5 Ce n’est pas une façon de parler, car là est le commencement d’une vision qui a une signification. 6 La vision est sens, littéralement. 7 Si ce n’est pas la vue du corps, elle doit être comprise. 8 Car elle est claire, et ce qui est évident n’est pas ambigu. 9 Elle peut être comprise. 10 Et c’est là que la raison et l’ego se séparent, pour aller chacun de son côté.

2. Toute la continuité de l’ego dépend de sa croyance que tu ne peux pas apprendre ce cours. 2 Partage cette croyance et la raison sera incapable de voir tes erreurs et de faire de la place pour leur correction. 3 Car la raison voit à travers l’erreur en te disant que ce que tu pensais réel ne l’est pas. 4 La raison peut voir la différence entre le péché et les erreurs, parce qu’elle veut la correction. 5 Par conséquent, elle te dit que ce que tu pensais incorrigible peut être corrigé, et que ce devait donc être une erreur. 6 L’opposition de l’ego à la correction mène à sa fixe croyance dans le péché, et à sa négligence de l’erreur. 7 Il ne voit rien qui puisse être corrigé. 8 Ainsi l’ego condamne, et la raison sauve.

3. La raison en elle-même n’est pas le salut, mais elle fait de la place pour la paix et t’amène à un état d’esprit dans lequel le salut peut t’être donné. 2 Le péché est un bloc, installé comme une lourde grille, verrouillée et sans clef, barrant la route vers la paix. 3 Nul qui le regarde sans l’aide de la raison ne tenterait de le passer. 4 Les yeux du corps le voient comme du granit, solide et si épais que ce serait folie d’essayer de le passer. 5 Or la raison voit facilement à travers parce que c’est une erreur. 6 La forme qu’il prend ne peut dissimuler son vide aux yeux de la raison.

4. Seule la forme de l’erreur attire l’ego. 2 Il ne reconnaît pas la signification, et il ne voit pas si elle est là ou non. 3 Tout ce que les yeux du corps peuvent voir est une faute, une erreur de perception, un fragment distordu du tout sans la signification que le tout donnerait. 4 Et pourtant les erreurs, peu importe leur forme, peuvent être corrigées. 5 Le péché n’est qu’une erreur sous une forme particulière que l’ego vénère. 6 Il voudrait préserver toutes les erreurs et en faire des péchés. 7 Car là est sa propre stabilité, son ancre pesante dans le monde mouvant qu’il a fait; la pierre sur laquelle est bâtie son église, et où ses adorateurs sont liés à des corps, croyant que la liberté du corps est la leur.

5. La raison te dira que la forme de l’erreur n’est pas ce qui en fait une erreur. 2 Si ce que la forme dissimule est une erreur, la forme ne peut en prévenir la correction. 3 Les yeux du corps ne voient que la forme. 4 Ils ne peuvent pas voir au-delà de ce qu’ils ont été faits pour voir. 5 Ils ont été faits pour regarder l’erreur et ne pas voir plus loin. 6 C’est certes une étrange perception que la leur, car ils ne peuvent voir que les illusions, incapables de regarder plus loin que le bloc de granit du péché, s’arrêtant à la forme extérieure de rien. 7 Pour cette forme de vision distordue, l’extérieur de toute chose, le mur qui se dresse entre toi et la vérité, est entièrement vrai. 8 Or comment une vue qui s’arrête au néant, comme si c’était un mur solide, peut-elle voir véritablement? 9 Car elle est retenue par la forme, ayant été faite pour garantir que rien d’autre que la forme ne sera perçu.

6. Ces yeux, faits pour ne pas voir, ne verront jamais. 2 Car l’idée qu’ils représentent n’a pas quitté son faiseur, et c’est leur faiseur qui voit par eux. 3 Quel était le but de son faiseur, sinon de ne pas voir? 4 Pour cela, les yeux du corps sont de parfaits moyens, mais pas pour voir. 5 Vois comme les yeux du corps se posent sur l’extérieur des choses sans pouvoir aller au-delà. 6 Regarde comme ils s’arrêtent au néant, incapables d’aller par-delà la forme jusqu’à la signification. 7 Rien d’aussi aveuglant que la perception de la forme. 8 Car la vue de la forme signifie que la compréhension a été obscurcie.

7. Seules les erreurs ont des formes différentes, et c’est ainsi qu’elles peuvent tromper. 2 Tu peux changer la forme parce qu’elle n’est pas vraie. 3 Elle ne pourrait pas être la réalité parce qu’elle peut être changée. 4 La raison te dira que si la forme n’est pas la réalité, elle doit être une illusion et elle ne peut être vue. 5 Et si tu la vois, tu dois faire erreur, car tu vois ce qui ne peut pas être réel comme si ce l’était. 6 Ce qui ne peut voir au-delà de ce qui n’est pas là doit être une perception distordue, et doit percevoir les illusions comme étant la vérité. 7 Pourrait-elle, donc, reconnaître la vérité ?

8. Ne laisse pas la forme de ses erreurs te garder loin de celui dont la sainteté est tienne. 2 Ne laisse pas la vision de sa sainteté, dont la vue te montrerait ton pardon, t’être cachée par ce que les yeux du corps peuvent voir. 3 Ne laisse pas la conscience que tu as de ton frère être bloquée par ta perception de ses péchés et de son corps. 4 Qu’y a-t-il en lui que tu voudrais attaquer, sinon ce que tu associes à son corps, que tu crois capable de pécher? 5 Au-delà de ses erreurs est sa sainteté et ton salut. 6 Tu ne lui as pas donné sa sainteté, mais tu as tenté de voir tes péchés en lui pour te sauver toi-même. 7 Et pourtant, sa sainteté est ton pardon. 8 Peux-tu être sauvé en rendant pécheur celui dont la sainteté est ton salut?

9. Une relation sainte, même née tout récemment, doit estimer la sainteté par-dessus tout. 2 Des valeurs non saintes produiront la confusion, et dans la conscience. 3 Dans une relation non sainte, chacun est estimé parce qu’il semble justifier le péché de l’autre. 4 Chacun voit dans l’autre ce qui le pousse à pécher contre sa volonté. 5 Ainsi il impose à l’autre ses péchés et il est attiré vers lui pour perpétuer ses péchés. 6 Et ainsi il doit devenir impossible pour chacun de se voir soi-même comme causant le péché par son désir que le péché soit réel. 7 Or la raison voit une relation sainte telle qu’elle est : un état d’esprit commun, où les deux sont heureux de remettre l’erreur à la correction, afin que les deux puissent être guéris joyeusement en ne faisant qu’un.

UCEM~LEÇON 355 – Il n’y a pas de fin à toute la paix, toute la joie et tous les miracles que je donne quand j’accepte la Parole de Dieu. Pourquoi pas aujourd’hui ?

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 355 - Il n'y a pas de fin à toute la paix, toute la joie et tous les miracles que je donne quand j'accepte la Parole de Dieu. Pourquoi pas aujourd'hui ?, Un Cours en Miracles on décembre 21, 2009 at 3:41

21 déc ~ logo-Tresor

LEÇON 355

Il n’y a pas de fin à toute la paix, toute la joie

et tous les miracles que je donne quand j’accepte

la Parole de Dieu. Pourquoi pas aujourd’hui ?

1. Pourquoi devrais-je attendre, mon Père, la joie que Tu m’as promise ? 2 Car Tu tiendras Ta Parole donnée à Ton Fils en exil. 3 Je suis sûr que mon trésor m’attend et j’ai seulement besoin de tendre la main pour le trouver. 4 Même maintenant je le touche du doigt. 5 Il est tout près. 6 Je n’ai pas besoin d’attendre un instant de plus pour être en paix à jamais. 7 C’est Toi Que je choisis, et mon Identité avec Toi. 8 Ton Fils voudrait être Lui-même et Te connaître comme son Père et Créateur, et son Amour.

L’Inspiration

La lumière de la relation sainte

1. Veux-tu la liberté du corps ou de l’esprit? 2 Car tu ne peux pas avoir les deux. 3 Laquelle estimes-tu? 4 Laquelle est ton but? 5 Car tu vois l’une comme un moyen et l’autre, une fin. 6 Et l’une doit servir à l’autre et lui donner prédominance, augmentant son importance en diminuant la sienne propre. 7 Les moyens servent la fin et lorsque la fin est atteinte, la valeur des moyens décroît jusqu’à ce qu’ils soient entièrement éclipsés lorsqu’ils sont reconnus comme n’ayant plus de fonction. 8 Il n’en est pas un qui n’ait soif de liberté et n’essaie de la trouver. 9 Or il la cherchera là où il croit qu’elle est et qu’elle peut être trouvée. 10 Il la croira possible de l’esprit ou du corps, et de l’autre il fera un moyen servant à atteindre son choix.

2. Où la liberté du corps a été choisie, l’esprit est utilisé comme moyen dont la valeur réside dans son aptitude à trouver les manières d’atteindre la liberté du corps. 2 Or la liberté du corps est sans signification, ainsi l’esprit est-il voué au service des illusions. 3 C’est une situation si contradictoire et si impossible que quiconque choisit cela n’a aucune idée de ce qui a de la valeur. 4 Or même dans cette confusion, si profonde qu’elle ne peut être décrite, le Saint-Esprit attend avec une douce patience, aussi certain du résultat qu’il est sûr de l’Amour de Son Créateur. 5 Il connaît que celui qui a pris cette folle décision est aussi cher à Son Créateur que l’amour l’est à lui-même.

3. Ne sois pas du tout troublé de penser comment Il peut changer si facilement les rôles de moyen et de fin dans ce que Dieu aime, et voudrait libre à jamais. 2 Mais sois plutôt reconnaissant de pouvoir être un moyen servant à Sa fin. 3 C’est le seul service qui conduise à la liberté. 4 Pour servir à cette fin, le corps doit être perçu comme étant sans péché, parce que le but est l’impeccabilité. 5 L’absence de contradiction rend la douce transition de moyen à fin aussi facile que le passage de la haine à la gratitude aux yeux qui pardonnent. 6 Tu seras sanctifié par ton frère, n’utilisant ton corps que pour servir ceux qui sont sans péché. 7 Et il te sera impossible de haïr ce qui sert à ceux que tu voudrais guérir.

4. Cette relation sainte, qui est belle en son innocence, puissante en sa force, et flamboie d’une lumière bien plus brillante que le soleil qui éclaire le ciel que tu vois, est choisie de ton Père comme moyen pour Son Propre plan. 2 Sois reconnaissant qu’elle ne serve pas du tout au tien. 3 Rien ne lui est confié qui puisse être mal utilisé; et rien ne lui est donné qui ne sera utilisé. 4 Cette relation sainte a le pouvoir de guérir toute douleur, quelle qu’en soit la forme. 5 Ni toi ni ton frère ne pouvez servir seuls. 6 La guérison réside uniquement dans votre volonté conjointe. 7 Car là est ta guérison, et là tu accepteras l’Expiation. 8 Et dans ta guérison la Filialité est guérie parce que ta volonté et celle de ton frère sont jointes.

5. Devant une relation sainte, il n’y a pas de péché. 2 La forme de l’erreur n’est plus vue, et la raison, jointe à l’amour, regarde tranquillement toute confusion en remarquant simplement : « C’était une erreur. » 3 Et alors la même Expiation que tu as acceptée dans ta relation corrige l’erreur et dépose à sa place une partie du Ciel. 4 Comme tu es béni, toi qui as laissé ce don être donné ! 5 Chaque partie du Ciel que tu apportes t’est donnée. 6 Et chaque place vide dans le Ciel que tu remplis à nouveau de l’éternelle lumière que tu apportes luit maintenant sur toi. 7 Les moyens de l’impeccabilité ne peuvent pas connaître la peur parce qu’ils ne portent que l’amour avec eux.

6. Enfant de la paix, la lumière est venue à toi. 2 Tu ne reconnais pas la lumière que tu apportes, et pourtant tu te souviendras. 3 Qui peut se nier à lui-même la vision qu’il apporte aux autres? 4 Et qui pourrait manquer de reconnaître un don qu’il a laissé être déposé au Ciel par lui-même? 5 Le doux service que tu rends au Saint-Esprit, c’est à toi-même que tu le rends. 6 Toi qui es maintenant Son moyen, tu dois aimer tout ce qu’il aime. 7 Et ce que tu apportes, c’est ton souvenir de tout ce qui est éternel. 8 Nulle trace de quoi que ce soit dans le temps ne peut rester longtemps dans un esprit qui sert l’intemporel. 9 Et nulle illusion ne peut troubler la paix d’une relation qui est devenue le moyen de la paix.

7. Quand tu as regardé ton frère avec un pardon complet, duquel aucune erreur n’est exclue et rien n’est gardé caché, quelle faute peut-il y avoir où que ce soit sur laquelle tu ne puisses passer? 2 Quelle forme de souffrance pourrait te boucher la vue, t’empêchant de voir plus loin qu’elle? 3 Et quelle illusion pourrait-il y avoir que tu ne reconnaîtrais pas comme une erreur; une ombre à travers laquelle tu marches complètement imperturbé? 4 Dieu ne laisserait rien interférer avec ceux dont la volonté est Sienne, et ils reconnaîtront que leur volonté est Sienne, parce qu’ils servent Sa Volonté. 5 Et la servent de plein gré. 6 Et la mémoire de ce qu’ils sont pourrait-elle tarder encore longtemps?

8. Tu verras ta valeur par les yeux de ton frère, et chacun est délivré quand il voit son sauveur à la place de l’agresseur qu’il pensait là. 2 Par cette délivrance, le monde est délivré. 3 Voilà ton rôle pour apporter la paix. 4 Car tu as demandé quelle était ta fonction ici et la réponse t’a été donnée. 5 Ne cherche pas à la changer ni à lui substituer un autre but. 6 Celle-ci, et elle seule, t’a été donnée. 7 Accepte-la et remplis-la de plein gré, car ce que le Saint-Esprit fait des dons que tu donnes à ton frère, à qui Il les offre, et où et quand, cela Lui appartient. 8 Il les accordera là où ils sont reçus et bienvenus. 9 Il utilisera chacun d’eux pour la paix. 10 De même, pas le moindre sourire, pas le moindre désir de passer sur l’erreur la plus minuscule ne seront perdus pour qui que ce soit.

9. Qu’est-ce que cela peut bien être, sinon une bénédiction universelle, que de regarder ce que ton Père aime avec charité? 2 L’extension du pardon est la fonction du Saint-Esprit. 3 Laisse-Lui cela. 4 Aie pour seul souci de Lui donner ce qui peut être étendu. 5 Ne garde aucun des noirs secrets dont Il ne peut pas faire usage, mais offre-Lui tous les dons minuscules qu’il peut étendre à jamais. 6 Il prendra chacun d’eux et en fera une force puissante pour la paix. 7 Il ne lui refusera aucune bénédiction ni ne le limitera en aucune façon. 8 Il lui joindra tout le pouvoir que Dieu Lui a donné, pour faire de chaque petit don d’amour une source de guérison pour tous. 9 Chaque petit don que tu fais à ton frère illumine le monde. 10 Ne te soucie pas des ténèbres; détourne ton regard et porte-le sur ton frère. 11 Et laisse les ténèbres être dissipées par Celui Qui connaît la lumière et la dépose doucement dans chaque sourire tranquille, de foi et de confiance, avec lequel tu bénis ton frère.

10. De ton apprentissage dépend le bien-être du monde. 2 Et c’est seulement l’arrogance qui nierait le pouvoir de ta volonté. 3 Penses-tu que la Volonté de Dieu soit impuissante? 4 Est-ce de l’humilité? 5 Tu ne vois pas ce que cette croyance a fait. 6 Tu te vois toi-même vulnérable, fragile et facilement détruit, à la merci d’innombrables agresseurs plus puissants que toi. 7 Regardons sans détour la façon dont cette erreur s’est produite, car là est enfouie l’ancre pesante qui semble garder en place la peur de Dieu, inamovible et solide comme le roc. 8 Tant qu’elle restera, il semblera en être ainsi.

11. Qui peut attaquer le Fils de Dieu sans attaquer son Père? 2 Comment le Fils de Dieu peut-il être faible, fragile et facilement détruit à moins que son Père ne le soit? 3 Tu ne vois pas que chaque péché et chaque condamnation que tu perçois et justifies est une attaque contre ton Père. 4 Et c’est pourquoi cela ne s’est pas produit et ne pourrait pas être réel. 5 Tu ne vois pas que tu tentes cela parce que tu penses que le Père et le Fils sont séparés. 6 Et tu dois penser qu’ils sont séparés, à cause de la peur. 7 Car il semble plus sûr d’attaquer quelqu’un d’autre ou toi-même que d’attaquer le grand Créateur de l’univers, Dont tu connais le pouvoir.

12. Si tu ne faisais qu’un avec Dieu et si tu reconnaissais cette unité, tu connaîtrais que Son pouvoir est tien. 2 Mais de cela tu ne te souviendras pas tant que tu croiras que l’attaque quelle qu’elle soit signifie quoi que ce soit. 3 Elle est injustifiée sous quelque forme que ce soit, parce qu’elle n’a aucune signification. 4 La seule façon dont elle pourrait être justifiée est si toi et ton frère étiez séparés l’un de l’autre et que tous étaient séparés de leur Créateur. 5 Car alors seulement il serait possible d’attaquer une partie de la création sans le tout, le Fils sans le Père; et d’attaquer quelqu’un d’autre sans toi-même, ou de te blesser sans que l’autre ne souffre. 6 Et c’est cette croyance que tu veux. 7 Or en quoi sa valeur réside-t-elle, sinon dans le désir d’attaquer en toute sécurité? 8 L’attaque n’est ni sûre ni dangereuse. 9 Elle est impossible. 10 Et c’est ainsi parce que l’univers est un. 11 Tu ne choisirais pas l’attaque de sa réalité s’il n’était pas essentiel à l’attaque de le voir séparé de son faiseur. 12 Ainsi il semble que l’amour pourrait attaquer et devenir apeurante.

13. Seuls ceux qui sont différents peuvent attaquer. 2 Ainsi tu en conclus que, parce que tu peux attaquer, toi et ton frère devez être différents. 3 Or le Saint-Esprit explique cela différemment. 4 Parce que toi et ton frère n’êtes pas différents, tu ne peux pas attaquer. 5 Chacune de ces positions est une conclusion logique. 6 Chacune pourrait être maintenue, mais jamais les deux. 7 La seule question à laquelle il faille répondre pour décider laquelle doit être vraie, c’est à savoir si toi et ton frère êtes différents. 8 De la position de ce que tu comprends, vous semblez l’être, et vous pouvez donc attaquer. 9 Des deux alternatives, cela paraît plus naturel et plus en accord avec ton expérience. 10 Par conséquent, il est nécessaire que tu aies d’autres expériences, plus en accord avec la vérité, pour t’enseigner ce qui est naturel et vrai.

14. C’est la fonction de ta relation sainte. 2 Car ce que l’un pense, l’autre en fera l’expérience avec lui. 3 Qu’est-ce que cela peut signifier, sinon que ton esprit et celui de ton frère sont un? 4 Ne regarde pas ce fait heureux avec peur, et ne pense pas qu’il pose sur toi un lourd fardeau. 5 Car une fois que tu l’auras accepté avec joie, tu te rendras compte que ta relation est un reflet de l’union du Créateur et de Son Fils. 6 D’esprits aimants, il n’y a pas de séparation. 7 Et chaque pensée dans l’un apporte la joie à l’autre parce qu’ils sont les mêmes. 8 La joie est illimitée, parce que chaque brillante pensée d’amour étend son être et crée plus d’elle-même. 9 Il n’y a de différence nulle part en elle, car toute pensée est pareille à elle-même.

15. La lumière qui se joint à toi et ton frère luit dans tout l’univers; et parce qu’elle vous joint, toi et lui, de même elle vous rend un avec votre Créateur. 2 Et en Lui toute création est jointe. 3 Regretterais-tu de ne pas pouvoir avoir peur seul, quand ta relation peut aussi enseigner que le pouvoir de l’amour est là, qui rend toute peur impossible? 4 Ne tente pas de garder un peu de l’ego avec ce don. 5 Car il t’a été donné pour être utilisé et non obscurci. 6 Ce qui t’enseigne que tu ne peux pas te séparer nie l’ego. 7 Laisse la vérité décider si toi et ton frère êtes différents ou les mêmes, et t’enseigner lequel est vrai.

UCEM~LEÇON 354 – Nous nous tenons ensemble, le Christ et moi, dans la paix et la certitude de but. En Lui est Son Créateur, comme Il est en moi.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 354 - Nous nous tenons ensemble, le Christ et moi, dans la paix et la certitude de but. En Lui est Son Créateur, comme Il est en moi., Un Cours en Miracles on décembre 20, 2009 at 3:20

20 déc ~ 7286800031

LEÇON 354

Nous nous tenons ensemble, le Christ et moi,

dans la paix et la certitude de but. En Lui

est Son Créateur, comme Il est en moi.

1. Mon unité avec le Christ m’établit comme Ton Fils, au-delà de la portée du temps et entièrement libre de toute autre loi que la Tienne. 2 Je n’ai pas de soi, sauf le Christ en moi. 3 Je n’ai de but que le Sien. 4 Et Il est pareil à Son Père. 5 Ainsi je dois être un avec Toi aussi bien qu’avec Lui. 6 Car qui est le Christ, sinon Ton Fils tel que Tu L’as créé ? 7 Et que suis-je, sinon le Christ en moi ?

L’Inspiration

La fin de la maladie

1. Toute magie est une tentative pour réconcilier l’inconciliable. 2 Toute religion est la re-connaissance de ce que l’inconciliable ne peut être réconcilié. 3 Maladie et perfection sont inconciliables. 4 Si Dieu t’a créé parfait, tu es parfait. 5 Si tu crois que tu peux être malade, tu as placé d’autres dieux devant Lui. 6 Dieu n’est pas en guerre contre le dieu de la maladie que tu as fait, mais tu l’es, toi. 7 Il est le symbole de la décision de rejeter Dieu, et tu as peur de lui parce qu’il n’est pas conciliable avec la Volonté de Dieu. 8 Si tu l’attaques, tu le rends réel pour toi. 9 Mais si tu refuses de l’adorer sous quelque forme qu’il t’apparaisse et où que tu penses le voir, il disparaîtra dans le néant dont il a été fait.

2. La réalité ne peut se faire jour que dans un esprit qu’aucun nuage n’obscurcit. 2 Elle est toujours là pour être acceptée, mais son acceptation dépend de ton désir de l’avoir. 3 Connaître la réalité doit comporter le désir de juger l’irréalité pour ce qu’elle est. 4 Passer sur le néant, c’est simplement le juger correctement et, grâce à ton aptitude à l’estimer véritablement, en lâcher prise. 5 La connaissance ne peut pas se faire jour dans un esprit rempli d’illusions, parce que la vérité et l’illusion sont inconciliables. 6 La vérité est entière et elle ne peut pas être connue par une partie d’esprit.

3. La Filialité ne peut pas être perçue comme partiellement malade, parce que la percevoir de cette façon c’est ne pas la percevoir du tout. 2 Si la Filialité est une, elle est une à tous égards. 3 L’unité est indivisible. 4 Si tu perçois d’autres dieux, ton esprit est divisé et tu ne seras pas capable de limiter la division, parce que c’est le signe que tu as soustrait une partie de ton esprit à la Volonté de Dieu. 5 Cela signifie qu’elle est hors de contrôle. 6 Être hors de contrôle, c’est être hors de la raison, et alors l’esprit devient déraisonnable. 7 En définissant l’esprit faussement, tu le perçois fonctionnant faussement.

4. Les lois de Dieu garderont ton esprit en paix parce que la paix est Sa Volonté, et Ses lois sont établies pour la maintenir. 2 Ses lois sont celles de la liberté, mais les tiennes sont celles de l’asservissement. 3 Puisque liberté et asservissement sont inconciliables, leurs lois ne peuvent être comprises ensemble. 4 Les lois de Dieu n’opèrent que pour ton bien, et il n’est point d’autres lois à part des Siennes. 5 Tout le reste est simplement sans loi et donc chaotique. 6 Or Dieu Lui-même a protégé tout ce qu’il a créé par Ses lois. 7 Tout ce qui ne leur est pas soumis n’existe pas. 8 «Les lois du chaos» est une expression in-signifiante. 9 La création est en parfait accord avec Ses Lois et le chaotique est sans signification parce qu’il est sans Dieu. 10 Tu as «donné» ta paix aux dieux que tu as faits mais ils ne sont pas là pour te l’enlever et tu ne peux pas la leur donner.

5. Tu n’es pas libre d’abandonner la liberté, mais seulement de la nier. 2 Tu ne peux pas faire ce qui n’était pas l’intention de Dieu, car ce qui n’est pas Son intention n’arrive pas. 3 Tes dieux n’apportent pas le chaos; c’est toi qui les revêts de chaos et qui l’acceptes d’eux. 4 Tout cela n’a jamais été. 5 Il n’y a jamais rien eu, que les lois de Dieu, et il n’y aura jamais rien, que Sa Volonté. 6 Tu fus créé par Ses lois et par Sa Volonté, et la manière de ta création t’a établi comme créateur. 7 Ce que tu as fait est si indigne de toi que tu ne pourrais guère le vouloir, si tu étais désireux de le voir tel que c’est. 8 Tu ne verras rien du tout. 9 Et ta vision automatiquement se portera plus loin sur ce qui est en toi et tout autour de toi. 10 La réalité ne peut pas passer au travers des obstructions que tu interposes, mais elle t’enveloppera complètement quand tu en lâcheras prise.

6. Quand tu as fait l’expérience de la protection de Dieu, faire des idoles devient inconcevable. 2 Il n’y a pas d’étranges images dans l’Esprit de Dieu, et ce qui n’est pas dans Son Esprit ne peut pas être dans le tien, parce que vous êtes d’un même esprit et cet esprit Lui appartient. 3 Il est à toi parce qu’il Lui appartient; car la propriété, pour Lui, c’est le partage. 4 Et s’il en est ainsi pour Lui, il en est ainsi pour toi. 5 Ses définitions sont Ses lois, car par elles Il a établi l’univers pour ce qu’il est. 6 Aucun des faux dieux que tu tentes d’interposer entre toi et ta réalité n’affecte le moindrement la vérité. 7 La paix est à toi parce que Dieu t’a créé. 8 Et Il n’a créé rien d’autre.

7. Le miracle est l’acte d’un Fils de Dieu qui a mis de côté tous les faux dieux et qui appelle ses frères à faire de même. 2 C’est un acte de foi, parce qu’il reconnaît que son frère peut le faire. 3 C’est un appel au Saint-Esprit dans son esprit, un appel qui est renforcé par l’union. 4 Parce que le faiseur de miracles a entendu la Voix de Dieu, il La renforce en un frère malade en affaiblissant sa croyance en la maladie, qu’il ne partage pas. 5 Le pouvoir d’un esprit peut luire en un autre, parce que toutes les lampes de Dieu furent allumées par la même étincelle. 6 Elle est partout et elle est éternelle.

8. En beaucoup il ne reste que l’étincelle, car les Grands Rayons sont obscurcis. 2 Or Dieu a gardé l’étincelle vivante afin que les Rayons ne puissent jamais être complètement oubliés. 3 Pour peu que tu voies la petite étincelle, tu apprendras qu’il est une plus grande lumière, car les Rayons sont là sans être vus. 4 Percevoir l’étincelle guérira, mais connaître la lumière créera. 5 Or dans le retour il faut d’abord que la petite lumière soit reconnue, car la séparation fut une descente de l’immensité vers la petitesse. 6 Mais l’étincelle est toujours aussi pure que la Grande Lumière, parce qu’elle est l’appel restant de la création. 7 Mets toute ta foi en elle et Dieu Lui-même te répondra.

UCEM~LEÇON 353 – Mes yeux, ma langue, mes mains, mes pieds aujourd’hui ont un seul but : être donnés au Christ pour qu’Il les utilise pour combler le monde de miracles.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 353 - Mes yeux, ma langue, mes mains, mes pieds aujourd'hui ont un seul but : être donnés au Christ pour qu'Il les utilise pour combler le monde de miracles., Un Cours en Miracles on décembre 19, 2009 at 12:59

19 déc ~ Christ

LEÇON 353

Mes yeux, ma langue, mes mains, mes pieds aujourd’hui

ont un seul but : être donnés au Christ pour qu’Il les utilise

pour combler le monde de miracles.

1. Père, aujourd’hui je donne au Christ tout ce qui est à moi afin qu’Il l’utilise de la manière qui servira le mieux le but que je partage avec Lui. 2 Rien n’est à moi seul, car Lui et moi nous sommes joints dans un même but. 3 Ainsi l’apprentissage est presque arrivé à son terme. 4 Je travaille avec Lui pendant un temps pour servir Son but. 5 Puis je me perds dans mon Identité et reconnais que le Christ n’est que mon Soi.

L’Inspiration

La fin des illusions

1. Il est impossible de lâcher prise du passé sans renoncer à la relation particulière. 2 Car la relation particulière est une tentative pour reproduire le passé et le changer. 3 Les affronts imaginaires, le souvenir de douleurs, les déceptions passées, les injustices et les privations perçues, entrent tous dans la relation particulière, qui devient une façon de chercher à soigner tes blessures d’amour-propre. 4 Quelle base aurais-tu pour choisir un partenaire particulier sans le passé? 5 Chaque choix de ce genre est fait parce qu’il y a dans le passé quelque chose de « mal » auquel tu t’accroches, et que quelqu’un d’autre doit expier.

2. La relation particulière tire vengeance du passé. 2 En cherchant à enlever la souffrance dans le passé, elle passe sur le présent dans sa préoccupation du passé et son engagement total envers lui. 3 Aucune relation particulière n’est éprouvée dans le présent. 4 Les ombres du passé l’enveloppent et en font ce qu’elle est. 5 Elle n’a pas de signification dans le présent et, si elle ne signifie rien maintenant, elle ne peut pas du tout avoir de réelle signification. 6 Comment peux-tu changer le passé, sinon dans le fantasme? 7 Et qui peut te donner ce dont tu penses que le passé t’a privé? 8 Le passé n’est rien. 9 Ne cherche pas à lui faire porter le blâme de tes privations, car le passé a disparu. 10 Tu ne peux pas réellement ne pas lâcher prise de ce qui a déjà disparu. 11 Ce doit être, par conséquent, que tu maintiens l’illusion qu’il n’a pas disparu, parce que tu penses que cela sert un quelconque but que tu veux voir accompli. 12 Et ce doit être aussi que ce but ne peut pas être accompli dans le présent, mais seulement dans le passé.

3. Ne sous-estime pas l’intensité de la soif de vengeance de l’ego sur le passé. 2 Elle est complètement sauvage et complètement insane. 3 Car l’ego se souvient de tout ce que tu as fait qui l’a offensé, et il cherche à te le faire payer. 4 Les fantasmes qu’il apporte dans les relations qu’il a choisies pour mettre en scène sa haine sont les fantasmes de ta destruction. 5 Car l’ego te reproche le passé, et dans ton évasion hors du passé il se voit privé de la vengeance qu’il croit que tu mérites pleinement. 6 Or si tu ne t’alliais pas à lui pour ta propre destruction, l’ego ne pourrait pas te lier au passé. 7 Dans la relation particulière, tu permets ta propre destruction. 8 Que cela soit insane, c’est évident. 9 Mais ce qui est moins évident, c’est que le présent ne t’est d’aucune utilité tant que tu t’allies à l’ego dans la poursuite de son but.

4. Le passé a disparu; ne cherche pas à le préserver dans la relation particulière qui te lie à lui, et qui voudrait t’enseigner que ton salut est passé et que tu dois donc retourner dans le passé pour trouver le salut. 2 Il n’est pas de fantasme qui ne contienne le rêve de châtiment pour le passé. 3 Voudrais-tu réaliser le rêve ou en lâcher prise ?

5. Dans la relation particulière, il ne semble pas que ce soit un passage à l’acte de vengeance que tu cherches. 2 Et même quand la haine et la sauvagerie percent brièvement, l’illusion d’amour n’est pas profondément ébranlée. 3 Or la seule chose à laquelle l’ego ne permet jamais d’atteindre la conscience, c’est que la relation particulière est un passage à l’acte de vengeance contre toi-même. 4 Or quoi d’autre pourrait-elle être? 5 En cherchant la relation particulière, tu ne cherches pas la gloire en toi-même. 6 Tu as nié qu’elle y était et la relation en devient pour toi le substitut. 7 Et la vengeance devient ton substitut à l’Expiation, et ton évasion hors de la vengeance devient ta perte.

6. Contre cette idée insane que l’ego se fait du salut, le Saint-Esprit pose doucement l’instant saint. 2 Nous avons dit plus tôt que le Saint-Esprit doit enseigner par comparaisons, et qu’il utilise des opposés pour indiquer la vérité. 3 L’instant saint est l’opposé de la fixe croyance de l’ego dans le salut par la vengeance sur le passé. 4 Dans l’instant saint il est compris que le passé a disparu, et avec sa disparition la soif de vengeance a été extirpée et a disparu. 5 Le calme et la paix de maintenant t’enveloppent d’une douceur parfaite. 6 Tout a disparu, sauf la vérité.

7. Pendant un certain temps tu tenteras peut-être d’apporter les illusions dans l’instant saint, pour t’empêcher de prendre pleinement conscience de la complète différence, à tous égards, entre ton expérience de la vérité et de l’illusion. 2 Or tu ne tenteras pas cela longtemps. 3 Dans l’instant saint la puissance du Saint-Esprit prévaudra, parce que tu t’es joint à Lui. 4 Les illusions que tu apportes avec toi affaibliront ton expérience de Lui un certain temps, et t’empêcheront de garder cette expérience dans ton esprit. 5 Or l’instant saint est éternel, et tes illusions du temps n’empêcheront pas l’intemporel d’être ce qu’il est, ni toi d’en faire l’expérience tel qu’il est.

8. Ce que Dieu t’a donné est véritablement donné et sera véritablement reçu. 2 Car les dons de Dieu n’ont pas de réalité si tu ne les reçois pas. 3 Le fait que tu les reçois complète Son don. 4 Tu recevras parce que Sa Volonté est de donner. 5 Il a donné l’instant saint pour qu’il te soit donné et il est impossible que tu ne le reçoives pas parce qu’Il l’a donné. 6 Quand Il a voulu que Son Fils soit libre, Son Fils fut libre. 7 Dans l’instant saint, Il te rappelle que Son Fils sera toujours exactement tel qu’il a été créé. 8 Et tout ce que le Saint-Esprit enseigne sert à te rappeler que tu as reçu ce que Dieu t’a donné.

9. Il n’y a rien que tu puisses reprocher à la réalité. 2 Tout ce qui doit être pardonné, ce sont les illusions que tu as reprochées à tes frères. 3 Leur réalité n’a pas de passé, et seules des illusions peuvent être pardonnées. 4 Dieu ne reproche rien à personne, car Il est incapable d’aucune sorte d’illusion. 5 Délivre tes frères de l’esclavage de leurs illusions en leur pardonnant les illusions que tu perçois en eux. 6 Ainsi tu apprendras que tu as été pardonné, car c’est toi qui leur as offert des illusions. 7 Dans l’instant saint, cela est fait pour toi dans le temps, pour t’apporter la véritable condition du Ciel.

10. Souviens-toi que tu choisis toujours entre la vérité et l’illusion; entre l’Expiation réelle qui guérirait et l’« expiation » de l’ego qui détruirait. 2 La puissance de Dieu et tout Son Amour, sans limite, te soutiendront lorsque tu chercheras uniquement ta place dans le plan de l’Expiation qui vient de Son Amour. 3 Sois l’allié de Dieu et non de l’ego en cherchant comment l’Expiation peut venir à toi. 4 Son aide suffit, car Son Messager comprend comment te rendre le Royaume, et comment placer dans ta relation avec Lui tout ton investissement dans le salut.

11. Cherche et trouve Son message dans l’instant saint, où toutes les illusions sont pardonnées. 2 De là le miracle s’étend pour bénir chacun et résoudre tous les problèmes, qu’ils soient perçus comme grands ou petits, possibles ou impossibles. 3 Il n’est rien qui ne fera place à Lui et à Sa Majesté. 4 Se joindre à Lui en étroite relation, c’est accepter que les relations soient réelles, et c’est abandonner, par leur réalité, toutes les illusions pour la réalité de ta relation avec Dieu. 5 Louée soit ta relation avec Lui et avec nul autre. 6 La vérité réside là et nulle part ailleurs. 7 Tu choisis cela ou rien.

12. Pardonne-nous nos illusions, Père, et aide-nous à accepter notre véritable relation avec Toi, dans laquelle il n’est pas d’illusion et où nulle jamais ne pourra entrer. 2 Notre sainteté est la Tienne. 3 Que peut-il y avoir en nous qui ait besoin de pardon quand la Tienne est parfaite? 4 Le sommeil de l’oubli n’est que l’indésir de nous souvenir de Ton pardon et de Ton Amour. 5 Ne nous laisse pas nous égarer en tentation, car la tentation du Fils de Dieu n’est pas ta Volonté. 6 Et laisse-nous recevoir uniquement ce que Tu as donné, et n’accepter que cela dans les esprits que Tu as créés et que Tu aimes. 7 Amen.

UCEM~LEÇON 352 – Le jugement et l’amour sont des opposés. De l’un viennent tous les chagrins du monde. Mais de l’autre vient la paix de Dieu Lui-même.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 352 - Le jugement et l'amour sont des opposés. De l'un viennent tous les chagrins du monde. Mais de l'autre vient la paix de Dieu Lui-même., Un Cours en Miracles on décembre 18, 2009 at 1:35

18 déc ~ Otages-m

LEÇON 352

Le jugement et l’amour sont des opposés.

De l’un viennent tous les chagrins du monde.

Mais de l’autre vient la paix de Dieu Lui-même.

1. Le pardon ne voit que la seule impeccabilité et ne juge pas. 2 C’est par cela que je viens à Toi. 3 Le jugement me bandera les yeux et me rendra aveugle. 4 Or l’amour, reflété ici dans le pardon, me rappelle que Tu m’as donné une voie pour retrouver Ta paix. 5 Je suis rédimé quand je choisis de suivre cette voie. 6 Tu ne m’as pas laissé inconsolé. 7 J’ai en moi à la fois le souvenir de Toi et Celui Qui m’y conduit. 8 Père, je voudrais entendre Ta Voix et trouver Ta paix aujourd’hui. 9 Car je voudrais aimer ma propre Identité et trouver en Elle le souvenir de Toi.

L’Inspiration

Les lois de la guérison

1. Ceci est un cours en miracles. 2 Par conséquent, les lois de la guérison doivent d’abord être comprises afin que le but de ce cours puisse être atteint. 3 Passons en revue les principes que nous avons traités, et arrangeons-les de façon à résumer tout ce qui doit se produire pour que la guérison soit possible. 4 Car une fois qu’elle est possible, elle doit se produire.

2. Toute maladie vient de la séparation. 2 Lorsque la séparation est niée, elle disparaît. 3 Car elle a disparu aussitôt que l’idée qui l’a amenée a été guérie et remplacée par la santé d’esprit. 4 La maladie et le péché sont vus comme conséquence et cause, dans une relation gardée cachée à la conscience afin d’être soigneusement préservée de la lumière de la raison.

3. La culpabilité demande punition, et sa requête est accordée. 2 Pas en vérité, mais dans le monde d’ombres et d’illusions bâti sur le péché. 3 Le Fils de Dieu a perçu ce qu’il voulait voir, parce que la perception est un souhait satisfait. 4 La perception change, faite pour prendre la place de la connaissance inchangeable. 5 Or la vérité est inchangée. 6 Elle ne peut pas être perçue, mais seulement connue. 7 Ce qui est perçu prend de nombreuses formes, mais aucune d’elles n’a de signification. 8 Porté à la vérité, le caractère insensé en est apparent. 9 Tenu à part de la vérité, il semble avoir une signification et être réel.

4. Les lois de la perception sont l’opposé de la vérité, et ce qui est vrai de la connaissance n’est pas vrai de quoi que ce soit qui est à part d’elle. 2 Or Dieu a donné une réponse au monde de la maladie, qui s’applique à toutes ses formes. 3 La réponse de Dieu est éternelle, bien qu’elle œuvre dans le temps, où il est besoin d’elle. 4 Or, parce qu’elle est de Dieu, les lois du temps n’affectent pas son fonctionnement. 5 Elle est dans ce monde, mais n’en fait pas partie. 6 Car elle est réelle, et elle demeure là où doit être toute réalité. 7 Les idées ne quittent pas leur source, et leurs effets n’en sont séparés qu’en apparence. 8 Les idées sont de l’esprit. 9 Ce qui est projeté au-dehors, et semble être extérieur à l’esprit, n’est pas du tout à l’extérieur, mais un effet de ce qui est au-dedans et n’a pas quitté sa source.

5. La réponse de Dieu réside là où doit être la croyance dans le péché, car c’est là seulement que ses effets peuvent être complètement défaits et sans cause. 2 Les lois de la perception doivent être renversées, parce qu’elles sont des renversements des lois de la vérité. 3 Les lois de la vérité à jamais seront vraies, et elles ne peuvent pas être renversées; or elles peuvent être vues sens dessus dessous. 4 Et cela doit être corrigé là où réside l’illusion de renversement.

6. Il est impossible qu’une illusion soit moins accessible à la vérité que les autres. 2 Mais il est possible qu’à certaines une plus grande valeur soit donnée, et qu’elles soient offertes moins volontiers à la vérité pour la guérison et pour l’aide. 3 Aucune illusion n’a la moindre vérité en elle. 4 Or il semble que certaines soient plus vraies que d’autres, quoique cela n’ait manifestement aucun sens. 5 Tout ce qu’une hiérarchie d’illusions peut montrer, c’est une préférence et non la réalité. 6 En quoi la préférence concerne-t-elle la vérité? 7 Les illusions sont des illusions et sont fausses. 8 Ta préférence ne leur donne pas de réalité. 9 Aucune n’est vraie en aucune façon, et toutes doivent céder avec la même facilité devant ce que Dieu a donné comme réponse à toutes. 10 La Volonté de Dieu est Une. 11 Et n’importe quel souhait qui semble aller contre Sa Volonté n’a pas de fondement dans la vérité.

7. Le péché n’est pas une erreur, car il va au-delà de la correction jusqu’à l’impossibilité. 2 Or la croyance qu’il est réel a fait que certaines erreurs semblent être à jamais sans espoir de guérison, et des raisons durables pour l’enfer. 3 S’il en était ainsi, alors au Ciel s’opposerait son propre opposé, aussi réel que lui. 4 Alors la Volonté de Dieu serait divisée en deux, et toute création serait soumise aux lois de deux pouvoirs opposés, jusqu’à ce que Dieu devienne impatient, divise le monde et Se charge Lui-même de l’attaque. 5 Ainsi a-t-Il perdu l’Esprit, proclamant que le péché Lui a pris Sa réalité et a porté Son Amour enfin aux pieds de la vengeance. 6 Avec un tableau aussi insane, on peut s’attendre à une défense insane, mais elle ne peut pas établir que le tableau doit être vrai.

8. Rien ne donne une signification où il n’y a pas de signification. 2 Et la vérité n’a pas besoin de défense pour la rendre vraie. 3 Les illusions n’ont pas de témoins et pas d’effets. 4 Qui les regarde n’est que trompé. 5 Le pardon est la seule fonction ici et il sert à apporter la joie que ce monde nie à chaque aspect du Fils de Dieu où il pensait que le péché régnait. 6 Tu ne vois peut-être pas le rôle que joue le pardon pour mettre fin à la mort et à toutes les croyances qui surgissent des brumes de la culpabilité. 7 Les péchés sont des croyances que tu imposes entre ton frère et toi. 8 Ils te limitent à un temps et à un lieu, et donnent un petit espace à toi, un autre petit espace à lui. 9 Cette séparation d’avec le reste est symbolisée, dans ta perception, par un corps qui est clairement séparé et une chose à part. 10 Or ce que ce symbole représente n’est que ton souhait d’être à part et séparé.

9. Le pardon enlève ce qui se dresse entre ton frère et toi. 2 C’est le souhait que tu sois joint à lui et non à part. 3 Nous l’appelons « souhait » parce qu’il conçoit encore d’autres choix et n’a pas encore entièrement dépassé le monde du choix. 4 Or ce souhait est en accord avec l’état du Ciel, et non en opposition avec la Volonté de Dieu. 5 Bien qu’il n’aille pas jusqu’à te donner ton plein héritage, il enlève les obstacles que tu as placés entre le Ciel où tu es, et la re-connaissance de où et de ce que tu es. 6 Les faits sont inchangés. 7 Or les faits peuvent être niés et donc inconnus, bien qu’ils fussent connus avant d’être niés.

10. Le salut, parfait et complet, ne demande qu’un petit souhait : que ce qui est vrai soit vrai; un petit désir de passer sur ce qui n’est pas là; un petit soupir qui parle pour le Ciel par préférence à ce monde que la mort et la désolation semblent gouverner. 2 En joyeuse réponse, la création s’élèvera au-dedans de toi, pour remplacer le monde que tu vois par le Ciel, entièrement parfait et complet. 3 Qu’est-ce que le pardon, si ce n’est le désir que la vérité soit vraie? 4 Qu’y a-t-il qui puisse rester non guéri et arraché d’une unité qui tient toutes choses en elle-même? 5 Il n’y a pas de péché. 6 Et chaque miracle est possible dès l’instant que le Fils de Dieu perçoit que ses souhaits et la Volonté de Dieu ne font qu’un.

11. Quelle est la Volonté de Dieu? 2 Il veut que Son Fils ait tout. 3 Et cela, Il l’a garanti lorsqu’il l’a créé tout. 4 Il est impossible que quoi que ce soit soit perdu, si ce que tu as est ce que tu es. 5 Voilà le miracle par lequel la création est devenue ta fonction, que tu partages avec Dieu. 6 Cela n’est pas compris à part de Lui et n’a donc pas de signification en ce monde. 7 Ici le Fils de Dieu ne demande pas trop mais bien trop peu. 8 Il voudrait sacrifier sa propre identité avec tout pour trouver un petit trésor qui lui soit propre. 9 Et cela il ne peut le faire sans un sentiment d’isolement, de perte et de solitude. 10 Voilà le trésor qu’il a cherché à trouver. 11 Et il ne pouvait qu’en avoir peur. 12 La peur est-elle un trésor? 13 L’incertitude peut-elle être ce que tu veux? 14 Ou est-ce une méprise sur ta volonté, et sur ce que tu es réellement?

12. Considérons ce qu’est l’erreur, afin qu’elle puisse être corrigée, et non protégée. 2 Le péché est la croyance que l’attaque peut être projetée à l’extérieur de l’esprit où la croyance a surgi. 3 Ici la ferme conviction que les idées peuvent quitter leur source est rendue réelle et signifiante. 4 Et de cette erreur le monde du péché et du sacrifice surgit. 5 Ce monde est une tentative pour prouver ton innocence, tout en chérissant l’attaque. 6 Son échec vient du fait que tu te sens encore coupable, bien que sans comprendre pourquoi. 7 Les effets sont vus comme étant séparés de leur source et semblent être au-delà de ce que tu peux contrôler ou prévenir. 8 Ce qui est ainsi gardé à part ne peut jamais être joint.

13. Cause et effet sont un et non séparés. 2 Dieu veut que tu apprennes ce qui a toujours été vrai : qu’il t’a créé comme partie de Lui, et cela doit être encore vrai parce que les idées ne quittent pas leur source. 3 Telle est la loi de la création : que chaque idée que l’esprit conçoit ne fait qu’ajouter à son abondance et jamais ne lui enlève. 4 Cela est aussi vrai des souhaits futiles que de ce qui est véritablement ta volonté, parce que l’esprit peut souhaiter être trompé mais il ne peut pas faire de lui-même ce qu’il n’est pas. 5 Et croire que les idées peuvent quitter leur source, c’est inviter les illusions à être vraies, mais sans succès. 6 Car jamais le succès ne sera possible à tenter de tromper le Fils de Dieu.

14. Le miracle est possible quand cause et conséquence sont mises ensemble, et non gardées séparées. 2 La guérison de l’effet sans la cause peut simplement faire passer les effets à d’autres formes. 3 Et cela n’est pas délivrance. 4 Jamais le Fils de Dieu ne pourrait se contenter de moins que le plein salut et l’évasion hors de la culpabilité. 5 Car autrement il demande encore d’avoir à faire quelque sacrifice, et par là il nie que tout est à lui, illimité par aucune sorte de perte. 6 Un minuscule sacrifice est exactement pareil dans ses effets à toute l’idée de sacrifice. 7 Si la perte est possible sous quelque forme que ce soit, alors le Fils de Dieu est rendu incomplet et non lui-même. 8 Et il ne se connaîtra pas lui-même, ni ne reconnaîtra sa volonté. 9 Il a désavoué son Père et lui-même, et fait des Deux ses ennemis dans la haine.

15. Les illusions ont été faites pour servir le but qu’elles servent. 2 Et de leur but elles tirent quelque signification qu’elles semblent avoir. 3 Dieu a donné à toutes les illusions qui ont été faites un autre but qui justifierait un miracle, quelque forme qu’elles aient prises. 4 Dans chaque miracle réside toute la guérison, car Dieu a répondu à elles toutes ne faisant qu’un. 5 Et ce qui est un pour Lui doit être le même. 6 Si tu crois que ce qui est le même est différent, tu ne fais que te tromper toi-même. 7 Ce que Dieu appelle un sera un à jamais, et non séparé. 8 Son Royaume est uni; ainsi il fut créé et ainsi il sera toujours.

16. Le miracle ne fait qu’appeler ton ancien Nom, que tu reconnaîtras parce que la vérité est dans ta mémoire. 2 Et c’est ce Nom que ton frère invoque pour sa délivrance et la tienne. 3 Le Ciel luit sur le Fils de Dieu. 4 Ne nie pas le Fils de Dieu, afin d’être délivré. 5 À chaque instant il est né à nouveau, jusqu’à ce qu’il choisisse de ne pas mourir à nouveau. 6 Dans chaque souhait de blesser, il choisit la mort au lieu de ce que son Père veut pour lui. 7 Or chaque instant lui offre la vie parce que son Père veut qu’il vive.

17. Dans la crucifixion la rédemption est déposée, car il n’est pas besoin de guérison là où il n’y a ni douleur ni souffrance. 2 Le pardon est la réponse à quelque sorte d’attaque que ce soit. 3 Ainsi l’attaque est privée de ses effets, et à la haine réponse est donnée au nom de l’amour. 4 Toute gloire à toi pour toujours à qui il a été donné de sauver le Fils de Dieu de la crucifixion, de l’enfer et de la mort. 5 Car tu as le pouvoir de sauver le Fils de Dieu parce que son Père a voulu qu’il en soit ainsi. 6 Et tout le salut repose entre tes mains, pour être à la fois offert et reçu ne faisant qu’un.

18. Utiliser le pouvoir que Dieu t’a donné comme Il voudrait qu’il soit utilisé, cela est naturel. 2 Ce n’est pas arrogant d’être tel qu’il t’a créé ni de faire usage de ce qu’il a donné pour répondre à toutes les erreurs de Son Fils et le libérer. 3 Mais il est arrogant de mettre de côté le pouvoir qu’il a donné, et de choisir un petit souhait insensé au lieu de ce qu’il veut. 4 Le don que Dieu te fait est illimité. 5 Il n’y a pas de circonstance à laquelle il ne puisse répondre, et pas de problème qui ne soit résolu dans sa gracieuse lumière.

19. Demeure en paix là où Dieu voudrait que tu sois. 2 Et sois le moyen par lequel ton frère trouve la paix dans laquelle tes souhaits sont satisfaits. 3 Unissons-nous pour bénir le monde du péché et de la mort. 4 Car ce qui peut sauver chacun d’entre nous peut nous sauver tous. 5 Il n’y a pas de différence parmi les Fils de Dieu. 6 L’unité que nie la particularité les sauvera tous, car ce qui est un ne peut avoir de particularité. 7 Et tout appartient à chacun d’eux. 8 Il n’y a pas de souhaits qui se trouvent entre un frère et les siens. 9 Obtenir de l’un, c’est les priver tous. 10 Et pourtant, en bénir un seul, c’est les bénir tous ne faisant qu’un.

20. Ton ancien Nom appartient à tous, comme le leur t’appartient. 2 Invoque le nom de ton frère et Dieu répondra, car c’est à Lui que tu fais appel. 3 Pourrait-Il refuser de répondre alors qu’il a déjà répondu à tous ceux qui Lui font appel? 4 Un miracle ne peut faire aucun changement. 5 Mais il peut faire que ce qui a toujours été vrai soit reconnu par ceux qui ne le connaissent pas; et que par ce petit don de la vérité simplement laissée être elle-même, il soit permis au Fils de Dieu d’être lui-même, et que toute la création soit rendue libre d’invoquer le seul Nom de Dieu.

UCEM~LEÇON 351 – Mon frère sans péché est mon guide vers la paix. Mon frère pécheur est mon guide vers la douleur. Et je verrai celui que je choisis de voir.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 351 - Mon frère sans péché est mon guide vers la paix. Mon frère pécheur est mon guide vers la douleur. Et je verrai celui que je choisis de voir., Un Cours en Miracles on décembre 17, 2009 at 5:32

17 déc ~ Portrait-d-une-personne

LEÇON 351

Mon frère sans péché est mon guide vers la paix.

Mon frère pécheur est mon guide vers la douleur.

Et je verrai celui que je choisis de voir.

1. Qui est mon frère, sinon Ton saint Fils ? 2 Si je le vois pécheur, je me proclame moi-même pécheur et non Fils de Dieu; seul et sans ami dans un monde apeurant. 3 Or cette perception est un choix que je fais et auquel je peux renoncer. 4 Je peux aussi voir mon frère sans péché, comme étant Ton saint Fils. 5 Et ce choix me fait voir mon impeccabilité, mon éternel Consolateur et Ami à mes côtés, et ma voie sûre et claire. 6 Choisis donc pour moi, mon Père, par Ta Voix. 7 Car Lui seul porte jugement en Ton Nom.

L’Inspiration

Le pont vers le monde réel

1. La quête de la relation particulière est le signe que tu t’assimiles à l’ego et non à Dieu. 2 Car la relation particulière n’a de valeur que pour l’ego. 3 Pour l’ego, à moins qu’une relation n’ait une valeur particulière, elle n’a pas de signification, car il perçoit tout amour comme particulier. 4 Or cela ne peut pas être naturel, car c’est différent de la relation de Dieu et de Son Fils; et toutes les relations qui sont différentes de celle-là doivent être contre nature. 5 Car Dieu a créé l’amour tel qu’il le voulait, et Il l’a donné tel qu’il est. 6 L’amour n’a pas de signification, sauf tel que son Créateur l’a défini par Sa Volonté. 7 Il est impossible de le définir autrement et de le comprendre.

2. L’amour est liberté. 2 Le chercher en te mettant en esclavage, c’est te séparer de lui. 3 Pour l’Amour de Dieu, ne cherche plus l’union dans la séparation ni la liberté dans l’esclavage ! 4 Comme tu délivres, ainsi tu seras délivré. 5 N’oublie pas cela, sinon l’Amour sera incapable de te trouver et de te consoler.

3. Il est une façon dont le Saint-Esprit demande ton aide, si tu veux bien de la Sienne. 2 L’instant saint est Son aide la plus précieuse pour te protéger de l’attraction de la culpabilité, qui est le réel appât dans la relation particulière. 3 Tu ne reconnais pas que cela est son réel attrait, car l’ego t’a enseigné que la liberté réside en elle. 4 Or plus tu regardes de près la relation particulière, plus il devient apparent qu’elle doit favoriser la culpabilité et donc qu’elle doit emprisonner.

4. La relation particulière est totalement in-signifiante sans un corps. 2 Si tu l’estimes, tu dois aussi estimer le corps. 3 Et ce que tu estimes, tu le gardes. 4 La relation particulière est un mécanisme pour limiter ton soi à ton corps, et pour limiter ta perception des autres aux leurs. 5 Les Grands Rayons établiraient le manque total de valeur de la relation particulière, s’ils étaient vus. 6 Car en les voyant le corps disparaîtrait, parce qu’il perdrait sa valeur. 7 Ainsi tout ce que tu investis pour le voir lui serait retiré.

5. Tu vois le monde que tu estimes. 2 De ce côté-ci du pont, tu vois le monde des corps séparés, cherchant à se joindre les uns aux autres en des unions séparées, et à devenir un en perdant. 3 Lorsque deux individus cherchent à devenir un, ils essaient de faire décroître leur immensité. 4 Chacun voudrait nier sa puissance, car l’union séparée exclut l’univers. 5 Ce qui est laissé au-dehors excède de loin ce qu’on voudrait y faire entrer, car Dieu est laissé au-dehors et on y fait entrer rien. 6 Si une seule de ces unions était faite dans une foi parfaite, l’univers y entrerait. 7 Or la relation particulière que cherche l’ego n’inclut même pas un seul individu entier. 8 L’ego ne veut qu’une partie de lui et ne voit que cette partie et rien d’autre.

6. De l’autre côté du pont, c’est tellement différent ! 2 Pendant un certain temps le corps est encore vu, mais pas exclusivement, comme il est vu ici. 3 La petite étincelle qui tient en elle-même les Grands Rayons est aussi visible, et cette étincelle ne peut pas être longtemps limitée à la petitesse. 4 Une fois que tu auras traversé le pont, la valeur du corps aura tellement diminué à tes yeux que tu ne verras plus du tout le besoin de le magnifier. 5 Car tu te rendras compte que la seule valeur qu’ait le corps est de te permettre d’amener tes frères avec toi jusqu’au pont, pour y être délivrés ensemble.

7. Le pont lui-même n’est rien de plus qu’une transition dans la façon de voir de la réalité. 2 De ce côté-ci, tout ce que tu vois est grossièrement distordu et complètement hors de proportion. 3 Ce qui est petit et insignifiant est magnifié et ce qui est fort et puissant est réduit à la petitesse. 4 Dans la transition, il y a une période de confusion durant laquelle il se peut qu’un sentiment de réelle désorientation se produise. 5 Mais ne la crains pas, car cela signifie seulement que tu as été désireux de lâcher prise du cadre de référence distordu qui semblait assurer la cohésion de ton monde. 6 Ce cadre de référence est construit autour de la relation particulière. 7 Sans cette illusion, il ne pourrait y avoir pour toi de signification à chercher encore ici.

8. Ne crains pas d’être brusquement soulevé et précipité dans la réalité. 2 Le temps est bon, et si tu l’utilises au profit de la réalité, il suivra doucement ton rythme pendant ta transition. 3 Il y a urgence uniquement à dégager ton esprit de sa position fixe ici. 4 Cela ne te laissera pas sans demeure ni sans cadre de référence. 5 La période de désorientation, qui précède la transition proprement dite, est bien plus courte que le temps qu’il a fallu pour fixer ton esprit si fermement sur les illusions. 6 Tout retard te blessera maintenant plus qu’avant, pour la seule raison que tu te rends compte que c’est un retard, et que l’évasion hors de la douleur est réellement possible. 7 Trouve espoir et consolation, plutôt que désespoir, en ceci : Tu ne pourrais pas longtemps trouver ici même l’illusion de l’amour dans une relation particulière. 8 Car tu n’es plus entièrement insane et tu reconnaîtras vite pour ce qu’elle est la culpabilité de la trahison de soi.

9. Rien de ce que tu cherches à renforcer dans la relation particulière ne fait réellement partie de toi. 2 Et tu ne peux pas garder une partie du système de pensée qui t’enseignait qu’elle était réelle et comprendre la Pensée qui connaît ce que tu es. 3 Tu as permis à la Pensée de ta réalité d’entrer dans ton esprit, et parce que tu l’as invitée, elle demeurera avec toi. 4 Ton amour pour elle ne te permettra pas de te trahir toi-même, et tu ne pourrais pas entrer dans une relation où elle ne pourrait pas venir avec toi, car tu ne voudrais pas en être séparé.

10. Réjouis-toi d’avoir échappé au simulacre de salut que l’ego t’offrait, et ne reviens pas avec nostalgie sur la parodie qu’il a faite de tes relations. 2 Personne maintenant n’a besoin de souffrir, car tu es rendu trop loin pour céder à l’illusion de beauté et de sainteté de la culpabilité. 3 Seuls ceux qui sont entièrement insanes pourraient regarder la mort et la souffrance, la maladie et le désespoir, et la voir ainsi. 4 Ce que la culpabilité a forgé est laid, apeurant et très dangereux. 5 Ne vois là aucune illusion de vérité et de beauté. 6 Et sois reconnaissant de ce qu’il y a une place où la vérité et la beauté t’attendent. 7 Va à leur rencontre avec joie et apprends comme beaucoup t’attend pour le simple désir de renoncer à rien parce que ce n’est rien.

11. La nouvelle perspective que tu gagneras à traverser le pont sera de comprendre où est le Ciel. 2 De ce côté-ci, il semble être à l’extérieur et par-delà le pont. 3 Or en traversant pour te joindre à lui, c’est lui qui se joint à toi et devient un avec toi. 4 Alors tu penseras, étonné et ravi, que pour tout cela tu as renoncé à rien ! 5 La joie du Ciel, qui n’a pas de limite, est augmentée de chaque lumière qui retourne prendre en lui sa juste place. 6 N’attends pas plus longtemps, pour l’Amour de Dieu et de toi. 7 Et puisse l’instant saint te donner des ailes, comme il le fera sûrement si tu le laisses seulement venir à toi.

12. Le Saint-Esprit ne demande ton aide qu’en ce petit peu : Chaque fois que tes pensées s’égarent vers une relation particulière qui t’attire encore, entre avec Lui dans un instant saint et là laisse-Le te délivrer. 2 Il a seulement besoin de ton désir de partager Son point de vue pour te le donner complètement. 3 Et ton désir n’a pas besoin d’être complet parce que le Sien est parfait. 4 C’est Sa tâche d’expier ton indésir par Sa foi parfaite, et c’est Sa foi que tu partages là avec Lui. 5 Du fait que tu as reconnu ton indésir d’être délivré, Son parfait désir t’est donné. 6 Fais appel à Lui, car le Ciel répond à Son Appel. 7 Et laisse-Le faire appel au Ciel pour toi.

UCEM~LEÇON 350 – Les miracles reflètent l’Amour éternel de Dieu. Les offrir, c’est se souvenir de Lui et, par Son souvenir, sauver le monde.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 350 - Les miracles reflètent l'Amour éternel de Dieu. Les offrir, c'est se souvenir de Lui et, par Son souvenir, sauver le monde., Un Cours en Miracles on décembre 16, 2009 at 4:07

16 déc ~ 1335063510

LEÇON 350

Les miracles reflètent l’Amour éternel de Dieu.

Les offrir, c’est se souvenir de Lui et,

par Son souvenir, sauver le monde.

1. Ce que nous pardonnons devient une partie de nous, tels que nous nous percevons. 2 Le Fils de Dieu incorpore toutes choses en lui-même tel que Tu l’as créé. 3 Ton souvenir dépend de son pardon. 4 Ce qu’il est, est inaffecté par ses pensées. 5 Mais ce qu’il regarde est leur résultat direct. 6 Par conséquent, mon Père, je voudrais me tourner vers Toi. 7 Seul Ton souvenir me rendra libre. 8 Et seul mon pardon m’enseigne à laisser Ton souvenir me revenir et à le donner au monde en reconnaissance.

2. En recueillant des miracles de Lui, nous serons certes reconnaissants. 2 Car en nous souvenant de Lui, Son Fils nous sera rendu dans la réalité de l’Amour.

L’Inspiration

La réalité substituée

1. Substituer, c’est accepter à la place. 2 Si tu voulais seulement considérer exactement ce que cela entraîne, tu percevrais immédiatement à quel point cela est en désaccord avec le but que le Saint-Esprit t’a donné, et qu’il voudrait accomplir pour toi. 3 Substituer, c’est choisir entre, donc renoncer à un aspect de la Filialité en faveur de l’autre. 4 Dans ce but particulier, l’un est jugé plus valable et l’autre est remplacé par lui. 5 La relation dans laquelle la substitution a eu lieu est ainsi fragmentée, et son but est divisé en conséquence. 6 Fragmenter, c’est exclure, et la substitution est la plus solide défense qu’ait l’ego pour la séparation.

2. Le Saint-Esprit n’utilise jamais de substituts. 2 Là où l’ego perçoit une personne comme la remplaçante d’une autre, le Saint-Esprit les voit jointes et indivisibles. 3 Il ne juge pas entre elles, connaissant qu’elles ne font qu’un. 4 Étant unies, elles ne font qu’un parce qu’elles sont les mêmes. 5 Manifestement, la substitution est un processus dans lequel elles sont perçues comme différentes. 6 L’un voudrait unir; l’autre séparer. 7 Ce que Dieu a joint et ce que le Saint-Esprit voit ne faisant qu’un, rien ne peut le séparer. 8 Mais tout semble séparer les relations fragmentées que l’ego parraine pour détruire.

3. L’amour est la seule émotion dans laquelle la substitution est impossible. 2 La peur suppose la substitution par définition, car elle-même remplace l’amour. 3 La peur est une émotion à la fois fragmentée et fragmentante. 4 Elle semble prendre de nombreuses formes et chacune d’elles semble requérir une forme différente de passage à l’acte pour sa satisfaction. 5 Bien que cela semble introduire une conduite très variable, la perception fragmentée dont découle la conduite a un effet bien plus sérieux. 6 Personne n’est vu comme étant complet. 7 L’accent est mis sur le corps, avec une insistance particulière sur certaines parties; et il est utilisé comme mesure de comparaison pour accepter ou rejeter le passage à l’acte d’une forme particulière de peur.

4. Toi qui crois que Dieu est peur, tu n’as fait qu’une substitution. 2 Elle a pris de nombreuses formes, parce que c’était la substitution de l’illusion à la vérité; de la fragmentation à l’entièreté. 3 Elle s’est tellement fractionnée, subdivisée et redivisée, maintes et maintes fois, qu’il est maintenant presque impossible de percevoir qu’elle a jadis été une, et qu’elle est encore ce qu’elle était. 4 Cette seule erreur, qui porta la vérité à l’illusion, l’infini au temps et la vie à la mort, c’est tout ce que tu as jamais fait. 5 Ton monde tout entier repose sur elle. 6 Tout ce que tu vois la reflète et chaque relation particulière que tu as jamais faite en fait partie.

5. Tu es peut-être surpris d’entendre à quel point la réalité est différente de ce que tu vois. 2 Tu ne te rends pas compte de l’immensité de cette seule erreur. 3 Elle était si vaste et si complètement incroyable qu’un monde d’une irréalité totale devait en émerger. 4 Quoi d’autre pouvait-il en sortir? 5 Ses aspects fragmentés sont déjà assez apeurants, quand tu commences à les regarder. 6 Mais rien de ce que tu as vu n’a pu te faire même entrevoir l’énormité de l’erreur originelle, qui a semblé te chasser hors du Ciel et faire éclater la connaissance en d’in-signifiants petits morceaux de perceptions disjointes, tout en te forçant à faire encore de nouvelles substitutions.

6. Ce fut la première projection de l’erreur vers l’extérieur. 2 Le monde surgit pour la cacher et devint l’écran, dressé entre toi et la vérité, sur lequel elle fut projetée. 3 Car la vérité s’étend vers l’intérieur, où l’idée de perte est in-signifiante et où seule l’augmentation est concevable. 4 Trouves-tu réellement étrange qu’un monde où tout est à l’envers et sens dessus dessous ait surgi de cette projection de l’erreur? 5 C’était inévitable. 6 Car la vérité portée à cela ne pouvait que demeurer au-dedans, en silence, sans prendre part à toute la folle projection par laquelle ce monde avait été fait. 7 Ne l’appelle pas péché mais folie, car ce l’était et ce l’est encore. 8 Ne l’investis pas de culpabilité, car la culpabilité implique que cela fut accompli en réalité. 9 Et par-dessus tout, n’en aie pas peur.

7. Quand tu sembles voir surgir pour t’effrayer quelque forme distordue de l’erreur originelle, dis seulement : « Dieu n’est pas peur, mais Amour», et elle disparaîtra. 2 La vérité te sauvera. 3 Elle ne t’a pas quitté pour aller dans le monde fou et te délaisser ainsi. 4 À l’intérieur est la santé d’esprit; l’insanité est à l’extérieur de toi. 5 Tu crois seulement que c’est le contraire; que la vérité est à l’extérieur, et que l’erreur et la culpabilité sont au-dedans. 6 Tes petites substitutions insensées, teintées d’insanité, qui tourbillonnent dans leur course détraquée comme des plumes dansant follement dans le vent, n’ont aucune substance. 7 Elles fusionnent, se mêlent et se séparent, motifs changeants et totalement in-signifiants qu’il n’est pas besoin de juger du tout. 8 Il ne sert à rien de les juger individuellement. 9 Leurs minuscules différences de forme ne sont pas du tout de réelles différences. 10 Aucune n’a la moindre importance. 11 C’est cela qu’elles ont en commun et rien d’autre. 12 Or que faut-il d’autre pour faire qu’elles soient toutes les mêmes?

8. Laisse-les toutes partir, dansant, plongeant et tournant dans le vent jusqu’à ce qu’elles disparaissent de ta vue, loin, loin à l’extérieur de toi. 2 Puis tourne-toi vers le calme majestueux en dedans, où dans une sainte quiétude demeure le Dieu vivant Que tu n’as jamais quitté, et Qui ne t’a jamais quitté. 3 Le Saint-Esprit te prend doucement par la main et retrace avec toi ton voyage fou à l’extérieur de toi-même, te ramenant doucement vers la vérité et la sécurité en dedans. 4 Il porte à la vérité toutes tes projections insanes et les folles substitutions que tu as placées à l’extérieur de toi. 5 Ainsi Il inverse le cours de l’insanité et te ramène à la raison.

9. Dans ta relation avec ton frère, où Il a pris tout en charge à ta requête, Il a mis le cap sur l’intérieur, sur la vérité que vous partagez. 2 Dans le monde fou à l’extérieur de toi, rien ne peut être partagé, mais seulement substitué; or partager et substituer n’ont rien de commun en réalité. 3 Au-dedans de toi tu aimes ton frère d’un amour parfait. 4 Là est la terre sainte, où nulle substitution ne peut entrer et où seule la vérité en ton frère peut demeurer. 5 Là vous êtes joints en Dieu, ensemble l’un avec l’autre autant que vous l’êtes avec Lui. 6 L’erreur originelle n’est pas entrée là et n’y entrera jamais. 7 Là est l’éclatante vérité à laquelle le Saint-Esprit a dédié ta relation. 8 Laisse-Le l’amener là où tu voudrais qu’elle soit. 9 Donne-Lui juste un peu de foi en ton frère, pour L’aider à te montrer qu’aucun des substituts que tu as faits pour remplacer le Ciel ne peut t’en garder loin.

10. Il n’y a en toi aucune séparation, et aucun substitut ne peut te garder loin de ton frère. 2 Ta réalité était la création de Dieu, et elle n’a pas de substitut. 3 Vous êtes joints si fermement dans la vérité que seul Dieu est là. 4 Et jamais Il n’accepterait autre chose à votre place. 5 Il vous aime tous les deux également et ne faisant qu’un. 6 Or de même qu’il vous aime, de même vous êtes. 7 Vous n’êtes pas joints dans l’illusion mais dans une Pensée si sainte et si parfaite qu’il ne peut rester aucune illusion pour assombrir le saint lieu où vous vous tenez ensemble. 8 Dieu est avec toi, mon frère. 9 Joignons-nous en Lui dans la paix et la gratitude, et acceptons Son don comme étant notre réalité la plus sainte et la plus parfaite, que nous partageons en Lui.

11. Le Ciel est rendu à toute la Filialité par ta relation, car en elle réside la Filialité, entière et belle, en sécurité dans ton amour. 2 Le Ciel est entré calmement, car toutes les illusions ont été doucement portées à la vérité en toi, et l’amour a luit sur toi, bénissant ta relation de vérité. 3 Dieu et toute Sa création y sont entrés ensemble. 4 Comme elle est belle et sainte, ta relation, avec la vérité qui luit sur elle ! 5 Le Ciel la contemple et se réjouit que tu l’aies laissé venir à toi. 6 Et Dieu Lui-même Se réjouit que ta relation soit telle qu’elle a été créée. 7 L’univers au-dedans de toi se tient là avec toi et avec ton frère, ensemble. 8 Et le Ciel regarde avec amour ce qui s’est joint en lui, ainsi qu’avec son Créateur.

12. Ceux que Dieu a appelés ne devraient entendre aucun substitut. 2 Leur appel n’est qu’un écho de l’erreur originelle qui a fracassé le Ciel. 3 Et qu’est devenue la paix en ceux qui ont entendu? 4 Retourne au Ciel avec moi; allons ensemble avec ton frère hors de ce monde et par un autre, vers la beauté et la joie que l’autre contient. 5 Voudrais-tu affaiblir et briser encore davantage ce qui est déjà brisé et sans espoir? 6 Est-ce ici que tu voudrais chercher le bonheur? 7 Ou ne préférerais-tu pas guérir ce qui a été brisé et te joindre pour rendre entier ce qui a été ravagé par la séparation et la maladie ?

13. Ensemble, ton frère et toi, vous avez été appelés à la fonction la plus sainte que contienne ce monde. 2 C’est la seule qui n’ait pas de limites et aille vers chaque fragment brisé de la Filialité, avec un réconfort qui guérit et unit. 3 Cela t’est offert, dans ta relation sainte. 4 Accepte-le ici, et tu donneras comme tu as accepté. 5 La paix de Dieu t’est donnée avec le but lumineux dans lequel tu te joins à ton frère. 6 La sainte lumière qui vous a réunis, toi et lui, doit s’étendre, comme tu l’as accepté.

UCEM~LEÇON 349 – Aujourd’hui je laisse la vision du Christ regarder toutes choses pour moi sans les juger, mais en donnant plutôt à chacune d’elles un miracle d’amour.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 349 - Aujourd'hui je laisse la vision du Christ regarder toutes choses pour moi sans les juger, mais en donnant plutôt à chacune d'elles un miracle d'amour., Un Cours en Miracles on décembre 15, 2009 at 4:01

15 déc ~ Guerison7

LEÇON 349

Aujourd’hui je laisse la vision du Christ regarder

toutes choses pour moi sans les juger,

mais en donnant plutôt à chacune d’elles un miracle d’amour.

1. Ainsi je voudrais libérer toutes les choses que je vois et leur donner la liberté que je cherche. 2 Car ainsi j’obéis à la loi de l’amour et je donne ce que je voudrais trouver et faire mien. 3 Cela me sera donné, parce que je l’ai choisi pour être le don que je veux faire. 4 Père, Tes dons sont les miens. 5 Chacun de ceux que j’accepte me donne un miracle à donner. 6 Et en donnant comme je voudrais recevoir, j’apprends que Tes miracles guérisseurs m’appartiennent.

2. Notre Père connaît nos besoins. 2 Il nous donne la grâce de tous les satisfaire. 3 Ainsi nous nous fions à Lui pour nous envoyer des miracles afin de bénir le monde et de guérir nos esprits tandis que nous retournons chez Lui.

L’Inspiration

Le don des lys

1. Regarde toutes les breloques faites pour être pendues au corps, pour le couvrir ou pour son usage. 2 Vois toutes les choses inutiles faites pour être vues par ses yeux. 3 Pense à toutes les offrandes faites pour son plaisir, et souviens-toi que tout cela a été fait pour que paraisse beau ce que tu hais. 4 Emploierais-tu cette chose haïe pour rapprocher ton frère de toi et pour attirer les yeux de son corps? 5 Apprends que tu ne lui offres qu’une couronne d’épines, sans la reconnaître pour ce qu’elle est mais en essayant de justifier l’interprétation que tu donnes de sa valeur par le fait qu’il l’accepte. 6 Or le don proclame toujours que ton frère ne vaut rien pour toi, comme le fait qu’il l’accepte et s’en réjouit témoigne du manque de valeur qu’il s’accorde à lui-même.

2. S’ils sont véritablement donnés et reçus, les dons ne sont pas faits par des corps. 2 Car les corps ne peuvent ni offrir ni accepter, ni donner ni prendre. 3 Seul l’esprit peut estimer, et seul l’esprit décide ce qu’il voudrait recevoir et donner. 4 Et chaque don qu’il offre dépend de ce qu’il veut. 5 Il ornera avec le plus grand soin la demeure qu’il a choisie, la préparant à recevoir les dons qu’il veut en les offrant à ceux qui viennent à la demeure de son choix ou à ceux qu’il voudrait y attirer. 6 Et là ils échangeront leurs dons, offrant et recevant ce que leurs esprits jugent digne d’eux.

3. Chaque don est une évaluation du receveur et du donneur. 2 Il n’en est pas un qui ne voie la demeure de son choix comme un autel à lui-même. 3 Pas un qui ne cherche à y attirer les adorateurs de ce qu’il y a déposé, le rendant digne de leur dévotion. 4 Et chacun sur son autel a placé une lumière afin qu’ils puissent voir ce qu’il y a déposé et le prennent pour leur. 5 Voilà la valeur que tu attribues à ton frère et à toi-même. 6 Voilà ton don pour les deux; ton jugement sur le Fils de Dieu pour ce qu’il est. 7 N’oublie pas que c’est ton sauveur à qui le don est offert. 8 Offre-lui les épines et tu es crucifié. 9 Offre-lui les lys et c’est toi-même que tu libères.

4. J’ai grand besoin de lys, car le Fils de Dieu ne m’a pas pardonné. 2 Et puis-je lui offrir le pardon quand il m’offre des épines? 3 Car celui qui offre des épines à quiconque est encore contre moi; or qui est entier sans lui? 4 Sois son ami pour moi, afin que je sois pardonné et que tu puisses voir le Fils de Dieu entier. 5 Mais regarde d’abord l’autel dans la demeure de ton choix, et vois ce que tu as déposé là pour me l’offrir. 6 Si ce sont des épines dont les pointes brillent vivement dans une lumière rouge sang, alors le corps est la demeure de ton choix et c’est la séparation que tu m’offres. 7 Et pourtant, les épines ont disparu. 8 Regarde-les maintenant d’encore plus près et tu verras que ton autel n’est plus ce qu’il était.

5. Tu regardes encore avec les yeux du corps, et ils ne peuvent voir que des épines. 2 Or tu as demandé et reçu une autre vue. 3 Ceux qui acceptent pour leur le but du Saint-Esprit partagent aussi Sa vision. 4 Et ce qui Lui permet de voir Son but irradier de chaque autel t’appartient maintenant aussi bien qu’à Lui. 5 Il ne voit pas d’étrangers, seulement de très tendres et très chers amis. 6 Il ne voit pas d’épines mais seulement des lys, brillant dans la douce lumière de la paix qui luit sur tout ce qu’il regarde et aime.

6. À Pâques, regarde ton frère avec des yeux différents. 2 Tu m’as pardonné. 3 Or je ne peux pas utiliser les lys dont tu m’as fait don tant que tu ne les vois pas. 4 Pas plus que tu ne peux utiliser ce que j’ai donné à moins de le partager. 5 La vision du Saint-Esprit n’est pas un don futile, ce n’est pas un jouet dont on s’amuse un moment puis qu’on met de côté. 6 Écoute et entends cela attentivement, et ne pense pas que ce ne soit qu’un rêve, une pensée en l’air pour te divertir ou un jouet que tu ramasserais de temps à autre puis mettrais de côté. 7 Car si c’est ce que tu fais, c’est ce qu’elle sera pour toi.

7. Tu as la vision maintenant pour regarder passé toutes les illusions. 2 Elle t’a été donnée pour que tu ne voies ni épines ni étrangers ni obstacles à la paix. 3 La peur de Dieu n’est rien pour toi maintenant. 4 Qui a peur de regarder les illusions, connaissant que son sauveur est à ses côtés? 5 Avec lui, ta vision est devenue le plus grand pouvoir pour défaire l’illusion que Dieu Lui-même pouvait donner. 6 Car ce que Dieu a donné au Saint-Esprit, tu l’as reçu. 7 Le Fils de Dieu se tourne vers toi pour sa délivrance. 8 Car tu as demandé et reçu la force de regarder cet ultime obstacle et de ne voir ni épines ni clous pour crucifier le Fils de Dieu et le couronner roi de la mort.

8. La demeure de ton choix est de l’autre côté, au-delà du voile. 2 Elle a été soigneusement préparée pour toi et elle est prête à te recevoir maintenant. 3 Tu ne la verras pas avec les yeux du corps. 4 Or tout ce dont tu as besoin, tu l’as. 5 Ta demeure t’appelle depuis le commencement du temps et tu n’as jamais manqué entièrement de l’entendre. 6 Tu entendais, mais tu ne connaissais pas comment ni où regarder. 7 Et maintenant tu connais. 8 En toi réside la connaissance, prête à être dévoilée et libérée de toute la terreur qui la gardait cachée. 9 Il n’y a pas de crainte dans l’amour. 10 Le chant de Pâques est le joyeux refrain qui dit que le Fils de Dieu n’a jamais été crucifié. 11 Levons les yeux ensemble, non dans la peur mais dans la foi. 12 Et il n’y aura pas de peur en nous, car dans notre vision il n’y aura pas d’illusions, seulement un chemin menant à la porte ouverte du Ciel, la demeure que nous partageons dans la quiétude, et où nous vivons dans la douceur et dans la paix, ensemble et ne faisant qu’un.

9. Ne voudrais-tu pas que ton saint frère t’y conduise? 2 Son innocence éclairera ton chemin, t’offrant sa lumière pour te guider et sa sûre protection, et irradiant du saint autel au-dedans de lui où tu as posé les lys du pardon. 3 Laisse-le être le sauveur qui te délivre des illusions, et regarde-le avec la vision nouvelle qui voit les lys et t’apporte la joie. 4 Nous allons au-delà du voile de la peur, nous éclairant le chemin l’un l’autre. 5 La sainteté qui nous conduit est au-dedans de nous, comme l’est notre demeure. 6 Ainsi nous trouverons ce que nous étions censés trouver par Celui Qui nous conduit.

10. Voici la voie qui mène au Ciel et à la paix de Pâques, où nous nous joignons dans l’heureuse conscience que le Fils de Dieu est ressuscité du passé et s’est éveillé au présent. 2 Maintenant il est libre, illimité dans sa communion avec tout ce qui est au-dedans de lui. 3 Maintenant les lys de son innocence sont intouchés par la culpabilité, parfaitement protégés à la fois du frisson glacé de la peur et des vents desséchants du péché. 4 Ton don l’a sauvé des épines et des clous et son bras fort est libre de te guider en toute sûreté à travers eux et au-delà. 5 Va avec lui maintenant en te réjouissant, car le sauveur qui te délivre des illusions est venu t’accueillir et te ramener chez toi avec lui.

11. Voici ton sauveur et ton ami, délivré de la crucifixion par ta vision et libre de te conduire maintenant là où il voudrait être. 2 Il ne te quittera pas, pas plus qu’il n’abandonnera le sauveur à sa douleur. 3 Et c’est avec joie que toi et ton frère irez ensemble sur le chemin de l’innocence, chantant tout en contemplant la porte ouverte du Ciel et reconnaissant la demeure qui vous appelait. 4 Donne joyeusement à ton frère la liberté et la force de t’y conduire. 5 Et viens devant Son saint autel où attendent la force et la liberté, offrir et recevoir la radieuse conscience qui vous ramène chez vous. 6 La lampe est allumée en toi pour ton frère. 7 Et par les mains qui la lui ont donnée, tu seras conduit passé la peur jusqu’à l’amour.

UCEM~LEÇON 348 – Je n’ai pas cause de colère ni de peur, car Tu es tout autour de moi. Et dans chaque besoin que je perçois, Ta grâce me suffit.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 348 - Je n'ai pas cause de colère ni de peur, car Tu es tout autour de moi. Et dans chaque besoin que je perçois, Ta grâce me suffit., Un Cours en Miracles on décembre 14, 2009 at 3:32

14 déc ~ 2660759026_1

LEÇON 348

Je n’ai pas cause de colère ni de peur,

car Tu es tout autour de moi. Et dans chaque besoin

que je perçois, Ta grâce me suffit.

1. Père, laisse-moi me souvenir que Tu es ici, et que je ne suis pas seul. 2 Tout autour de moi est l’Amour éternel. 3 Je n’ai pas cause de quoi que ce soit, sauf de la paix et de la joie parfaites que je partage avec Toi. 4 Qu’ai-je besoin de la colère ou de la peur ? 5 Tout autour de moi est la parfaite sécurité. 6 Puis-je avoir peur, quand Ta promesse éternelle vient avec moi ? 7 Tout autour de moi est la parfaite impeccabilité. 8 Que puis-je craindre, quand tu m’as créé dans une sainteté aussi parfaite que la Tienne ?

2. La grâce de Dieu nous suffit dans tout ce qu’Il voudrait que nous fassions. 2 Et c’est cela seul que nous choisissons pour être notre volonté aussi bien que la Sienne.

L’Inspiration

Le curriculum sain

1. Seul l’amour est fort parce qu’il est indivisé. 2 Les forts n’attaquent pas parce qu’ils ne voient pas le besoin de le faire. 3 Pour que l’idée d’attaque puisse entrer dans ton esprit, il faut d’abord que tu te sois perçu toi-même comme faible. 4 Parce que tu t’es attaqué toi-même et parce que tu as cru que l’attaque était effective, tu te vois toi-même comme affaibli. 5 Ne percevant plus tes frères et toi comme égaux, et te considérant comme le plus faible, tu tentes «d’égaliser» la situation que tu as faite. 6 Pour ce faire tu utilises l’attaque parce que tu crois que l’attaque a réussi à t’affaiblir.

2. C’est pourquoi la re-connaissance de ta propre invulnérabilité est si importante pour le rétablissement de ta santé d’esprit. 2 Car si tu acceptes ton invulnérabilité, tu reconnais que l’attaque n’a pas d’effet. 3 Bien que tu te sois attaqué toi-même, tu démontreras qu’en réalité il ne s’est rien passé. 4 En attaquant, par conséquent, tu n’as rien fait. 5 Quand tu auras compris cela, tu verras que l’attaque n’a pas de sens, car il est évident qu’elle ne marche pas et ne peut pas te protéger. 6 Or la re-connaissance de ton invulnérabilité a plus qu’une valeur négative. 7 Si tes attaques contre toi-même n’ont pas réussi à t’affaiblir, tu es encore fort. 8 Tu n’as donc pas besoin d’«égaliser» la situation pour établir ta force.

3. À moins de reconnaître que ton attaque contre toi-même n’a pas d’effets, jamais tu ne te rendras compte de la complète inutilité de l’attaque. 2 Car les autres réagissent certes à l’attaque quand ils la perçoivent, et si tu essaies de les attaquer tu ne pourras pas éviter d’interpréter cela comme un renforcement. 3 Le seul endroit où tu puisses annuler tout renforcement, c’est en toi-même. 4 Car tu es toujours le premier point de ton attaque; et si cela n’a jamais été, cela n’a pas de conséquences.

4. L’Amour du Saint-Esprit est ta force, car le tien est divisé; par conséquent, il n’est pas réel. 2 Tu ne peux pas te fier à ton propre amour quand tu l’attaques. 3 Tu ne peux pas apprendre ce qu’est l’amour parfait avec un esprit divisé, parce qu’un esprit divisé a fait de lui-même un mauvais apprenant. 4 Tu as tenté de rendre la séparation éternelle, parce que tu voulais conserver les caractéristiques de la création, mais avec ton propre contenu. 5 Or la création n’est pas de toi, et les mauvais apprenants ont certes besoin d’un enseignement particulier.

5. Tu as des handicaps d’apprentissage, très littéralement. 2 Dans certains domaines tes capacités d’apprentissage sont tellement détériorées que tu ne peux plus progresser que sous une direction constante, nette et précise, fournie par un Enseignant Qui peut transcender tes ressources limitées. 3 Il devient ta Ressource parce que de toi-même tu ne peux pas apprendre. 4 La situation d’apprentissage dans laquelle tu t’es placé est impossible, et dans cette situation il est clair qu’il te faut un Enseignant particulier et un curriculum particulier. 5 Les mauvais apprenants ne sont pas de bons choix comme enseignants, ni pour eux-mêmes ni pour personne d’autre. 6 Tu ne te tournerais guère vers eux pour établir le curriculum par lequel ils peuvent échapper de leurs limitations. 7 S’ils comprenaient ce qui les dépasse, ils ne seraient pas handicapés.

6. Tu ne connais pas ce que signifie l’amour, et voilà ton handicap. 2 Ne tente pas de t’enseigner ce que tu ne comprends pas et n’essaie pas de fixer des buts de curriculum là où les tiens ont manifestement échoué. 3 Ton but d’apprentissage était de ne pas apprendre, et cela ne peut pas mener à un apprentissage réussi. 4 Tu ne peux pas transférer ce que tu n’as pas appris, et la détérioration de l’aptitude à généraliser est un échec d’apprentissage crucial. 5 Demanderais-tu à ceux qui n’ont pas réussi à apprendre à quoi servent les aides à l’apprentissage ? 6 Ils ne le savent pas. 7 S’ils pouvaient interpréter les aides correctement, ils en auraient appris quelque chose.

7. J’ai dit que la règle de l’ego est : « Cherche et ne trouve pas. » 2 Traduit en termes de curriculum, cela signifie : «Essaie d’apprendre mais ne réussis pas.» 3 Le résultat de ce but de curriculum est évident. 4 Toute aide valable à l’enseignement, toute instruction réelle et tout guide d’apprentissage sensé seront mal interprétés, puisqu’ils sont tous là pour faciliter l’apprentissage auquel s’oppose cet étrange curriculum. 5 Si tu essaies d’apprendre comment ne pas apprendre, et si le but de ton enseignement vise à son propre échec, que peux-tu espérer d’autre que la confusion ? 6 Un tel curriculum n’a pas de sens. 7 Cette tentative d’«apprendre» a tellement affaibli ton esprit que tu ne peux pas aimer, car le curriculum que tu as choisi est contre l’amour, et cela équivaut à un cours sur la façon de t’attaquer toi-même. 8 Ce curriculum a un but supplémentaire, qui est d’apprendre comment ne pas vaincre la division qui rend son but premier crédible. 9 Et tu ne vaincras pas la division dans ce curriculum, car tout ton apprentissage ira à son profit. 10 Or ton esprit parle contre ton apprentissage comme ton apprentissage parle contre ton esprit, et tu luttes ainsi avec succès contre tout apprentissage, car c’est ce que tu veux. 11 Mais peut-être est-ce que tu ne te rends pas compte, même encore, qu’il est quelque chose que tu veux apprendre, et que tu peux l’apprendre parce que tu as choisi de le faire.

8. Toi qui as tenté d’apprendre ce que tu ne veux pas devrais reprendre courage, car bien que le curriculum que tu t’es donné soit certes déprimant, il n’est que ridicule quand tu le regardes de plus près. 2 Est-il possible que la façon de réaliser un but soit de ne pas l’atteindre? 3 Cesse maintenant d’être ton propre enseignant. 4 Cette démission ne mènera pas à la dépression. 5 C’est le simple résultat d’une évaluation honnête de ce que tu t’es enseigné et des résultats d’apprentissage qui en ont suivi. 6 Dans les conditions d’apprentissage correctes, que tu ne peux ni fournir ni comprendre, tu deviendras un excellent apprenant et un excellent enseignant. 7 Mais cela n’est pas encore et cela ne sera pas tant que toute la situation d’apprentissage telle que tu l’as montée ne sera pas renversée.

9. Compris correctement, ton potentiel d’apprentissage est illimité parce qu’il te conduira à Dieu. 2 Tu peux enseigner la voie vers Lui et tu peux l’apprendre, si tu suis l’Enseignant Qui connaît la voie vers Lui et Qui comprend Son curriculum pour l’apprendre. 3 Le curriculum est totalement non ambigu, parce que le but n’est pas divisé et que les moyens et la fin s’accordent complètement. 4 Tu as seulement besoin de lui prêter ton attention indivisée. 5 Tout le reste te sera donné. 6 Car tu veux vraiment bien apprendre, et rien ne peut s’opposer à la décision du Fils de Dieu. 7 Son apprentissage est aussi illimité que lui.

UCEM~LEÇON 347 – La colère doit venir du jugement. Le jugement est l’arme que je voudrais utiliser contre moi-même pour garder le miracle loin de moi.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 347 - La colère doit venir du jugement. Le jugement est l'arme que je voudrais utiliser contre moi-même pour garder le miracle loin de moi., Un Cours en Miracles on décembre 13, 2009 at 3:25

13 déc ~ jugement_tm

LEÇON 347

La colère doit venir du jugement. Le jugement

est l’arme que je voudrais utiliser contre moi-même

pour garder le miracle loin de moi.

1. Père, je veux ce qui va à l’encontre de ma volonté et je ne veux pas ce que ma volonté est d’avoir. 2 Redresse mon esprit, mon Père. 3 Il est malade. 4 Mais tu as offert la liberté et je choisis de réclamer Ton don aujourd’hui. 5 Ainsi je remets tout jugement à Celui Que Tu m’as donné afin qu’Il juge pour moi. 6 Il voit ce que je contemple et pourtant Il connaît la vérité. 7 Il regarde la douleur et pourtant Il comprend qu’elle n’est pas réelle, et dans Sa compréhension elle est guérie. 8 Il donne les miracles que mes rêves voudraient cacher à ma conscience. 9 Qu’Il juge, Lui, aujourd’hui. 10 Je ne connais pas ma volonté, mais Il est sûr que c’est la Tienne. 11 Et Il parlera pour moi et appellera Tes miracles à venir à moi.

2. Écoute aujourd’hui. 2 Sois très calme et entends la douce Voix pour Dieu t’assurant qu’Il t’a jugé comme étant le Fils qu’Il aime.

L’Inspiration

Les obstacles à la paix

1. Comme la paix s’étend du fin fond de toi-même pour embrasser toute la Filialité et lui donner le repos, elle rencontre de nombreux obstacles. 2 Certains de ces obstacles, c’est toi qui tenteras de les imposer. 3 D’autres sembleront surgir d’ailleurs : de tes frères et de divers aspects du monde extérieur. 4 Or la paix les couvrira doucement et s’étendra au-delà sans encombre. 5 L’extension de Son but de ta relation aux autres, pour doucement les faire entrer, est la façon dont le Saint-Esprit accordera les moyens et le but. 6 La paix qu’il a déposée, au plus profond de toi et de ton frère, s’étendra quiètement à chaque aspect de ta vie, vous entourant, toi et ton frère, d’un bonheur radieux et de la calme conscience d’une complète protection. 7 Et tu porteras son message d’amour, de sécurité et de liberté à chaque frère qui s’approche de ton temple, où l’attend la guérison. 8 Tu n’attendras pas pour le lui donner, car tu l’appelleras et il te répondra, reconnaissant dans ton appel l’Appel pour Dieu. 9 Puis tu le feras entrer et lui offriras le repos, comme il t’a été donné.

2. Tu feras tout cela. 2 Or la paix qui est déjà au plus profond de toi doit d’abord prendre de l’expansion et franchir les obstacles que tu as placés devant elle. 3 Tu feras cela, car rien de ce qui est entrepris avec le Saint-Esprit ne reste inachevé. 4 Tu ne peux, en effet, être sûr de rien de ce que tu vois à l’extérieur de toi, mais de ceci tu peux être sûr : Le Saint-Esprit demande que tu Lui offres un lieu de repos où tu te reposeras en Lui. 5 Il t’a répondu, et Il est entré dans ta relation. 6 Ne voudrais-tu pas maintenant Lui rendre Sa gracieuseté et entrer en relation avec Lui? 7 Car c’est Lui Qui a offert à ta relation le don de sainteté sans lequel il t’aurait été à jamais impossible d’apprécier ton frère.

3. La gratitude que tu Lui dois, Il demande seulement que tu la reçoives pour Lui. 2 Et quand tu regardes ton frère avec douceur et gracieuseté, c’est Lui que tu contemples. 3 Car tu regardes là où il est, et pas à part de Lui. 4 Tu ne peux pas voir le Saint-Esprit, mais tu peux voir tes frères véritablement. 5 Et la lumière en eux te montrera tout ce que tu as besoin de voir. 6 Lorsque la paix en toi aura été étendue jusqu’à embrasser tout le monde, la fonction du Saint-Esprit ici sera accomplie. 7 Quel besoin, alors, y aura-t-il de voir? 8 Quand Dieu aura fait le dernier pas Lui-même, le Saint-Esprit rassemblera toutes les grâces et toute la gratitude que tu Lui as rendues et les déposera doucement devant Son Créateur au Nom de Son très saint Fils. 9 Et le Père les acceptera en Son Nom. 10 Quel besoin y a-t-il de voir, en présence de Sa gratitude ?

A. Le premier obstacle : Le souhait de s’en débarrasser

1. Le premier obstacle que la paix doit franchir, c’est ton souhait de t’en débarrasser. 2 Car elle ne peut s’étendre à moins que tu ne la gardes. 3 Tu es le centre d’où elle irradie vers l’extérieur, pour appeler les autres à entrer. 4 Tu es sa maison, la tranquille demeure d’où elle va doucement vers les autres, mais sans jamais te quitter. 5 Si tu veux la rendre sans demeure, comment peut-elle demeurer au-dedans du Fils de Dieu? 6 Si elle doit se répandre à travers toute la création, il faut qu’elle commence par toi, et de toi qu’elle aille vers chacun de ceux qui appellent, lui apportant le repos comme il se joint à toi.

2. Pourquoi voudrais-tu que la paix soit sans demeure? 2 De quoi penses-tu qu’elle doive te déposséder pour demeurer avec toi? 3 Quel semble être le prix que tu es si indésireux de payer? 4 La petite barrière de sable se dresse encore entre toi et ton frère. 5 Voudrais-tu maintenant la renforcer? 6 Il ne t’est pas demandé d’en lâcher prise pour toi seul. 7 Le Christ te le demande pour Lui-même. 8 Il voudrait apporter la paix à chacun, or comment peut-Il le faire, sauf par toi? 9 Laisserais-tu un petit banc de sable, un mur de poussière, un semblant de barrière minuscule, se dresser entre tes frères et le salut? 10 Et pourtant, ce petit reste d’attaque que tu nourris encore contre ton frère, c’est le premier obstacle que la paix en toi rencontre dans sa progression. 11 Ce petit mur de haine voudrait encore s’opposer à la Volonté de Dieu, et la garder limitée.

3. Le but du Saint-Esprit repose en paix au-dedans de toi. 2 Or tu es encore indésireux de le laisser se joindre à toi entièrement. 3 Tu t’opposes encore à la Volonté de Dieu, juste un petit peu. 4 Et ce petit peu est une limite que tu voudrais imposer au tout. 5 La Volonté de Dieu est Une et non multiple. 6 Elle n’a pas d’opposition, car il n’y en a pas d’autre qu’elle. 7 Ce que tu voudrais encore contenir derrière ta petite barrière et garder séparé de ton frère semble plus puissant que l’univers, car cela retiendrait l’univers et son Créateur. 8 Ce petit mur cacherait le but du Ciel, et le garderait loin du Ciel.

4. Voudrais-tu repousser le salut du donneur de salut? 2 Car tel tu es devenu. 3 La paix ne pourrait pas plus te quitter que quitter Dieu. 4 Ne crains pas ce petit obstacle. 5 Il ne peut contenir la Volonté de Dieu. 6 La paix le franchira et se joindra à toi sans entrave. 7 Le salut ne peut pas t’être refusé. 8 C’est ton but. 9 Tu ne peux rien choisir d’autre. 10 Tu n’as pas de but à part de ton frère ni à part celui que tu as demandé au Saint-Esprit de partager avec toi. 11 Le petit mur tombera si tranquillement sous les ailes de la paix. 12 Car la paix enverra ses messagers de toi vers le monde entier, et les barrières tomberont devant leur venue aussi facilement que seront surmontées celles que tu interposes.

5. Vaincre le monde n’est pas plus difficile que de surmonter ton petit mur. 2 Car dans le miracle de ta relation sainte, sans cette barrière, chaque miracle est contenu. 3 Il n’y a pas d’ordre de difficulté dans les miracles, car ils sont tous les mêmes. 4 Chacun est une douce victoire de l’attrait de l’amour sur l’attrait de la culpabilité. 5 Comment cela peut-il manquer d’être accompli, partout où il est entrepris? 6 La culpabilité ne peut pas élever de réelles barrières contre lui. 7 Et tout ce qui semble se dresser entre toi et ton frère doit tomber à cause de l’attrait auquel tu as répondu. 8 De toi qui as répondu, Celui Qui t’a répondu voudrait appeler. 9 Il a Sa demeure dans ta relation sainte. 10 Ne tente pas de te dresser entre Lui et Son saint but, car c’est le tien. 11 Mais laisse-Le étendre tranquillement le miracle de ta relation comme il t’a été donné vers tous ceux qu’elle contient.

6. Il y a dans le Ciel un silence, une heureuse attente, une petite pause de joie en reconnaissance de la fin du voyage. 2 Car le Ciel te connaît bien, comme tu connais le Ciel. 3 Aucune illusion ne se dresse maintenant entre toi et ton frère. 4 Ne regarde pas le petit mur d’ombres. 5 Le soleil s’est levé au-dessus. 6 Comment une ombre peut-elle te garder loin du soleil? 7 Pas plus que les ombres ne peuvent te garder loin de la lumière dans laquelle les illusions prennent fin. 8 Chaque miracle n’est que la fin d’une illusion. 9 Tel fut le voyage, telle en est la fin. 10 Et dans le but de vérité que tu as accepté, toutes les illusions doivent prendre fin.

7. Le petit souhait insane de te débarrasser de Celui Que tu as invité et de Le repousser, doit produire un conflit. 2 Tandis que tu regardes le monde, ce petit souhait, déraciné et flottant à la dérive, peut s’arrêter et se poser brièvement sur n’importe quoi, car maintenant il est sans but. 3 Avant que n’entre le Saint-Esprit pour demeurer avec toi, il semblait avoir un but puissant : le fixe et inchangeable dévouement au péché et à ses résultats. 4 Maintenant il va errant sans but et sans raison, ne causant que de minuscules interruptions dans l’attrait de l’amour.

8. Ce souhait qui est comme plume au vent, cette minuscule illusion, ce résidu microscopique de la croyance dans le péché, c’est tout ce qui reste de ce qui autrefois semblait être le monde. 2 Ce n’est plus une implacable barrière contre la paix. 3 Son errance inutile prête à ses résultats une apparence encore plus erratique et imprévisible qu’auparavant. 4 Or que pourrait-il y avoir de plus instable qu’un système délirant rigoureusement organisé? 5 Son apparente stabilité est la faiblesse qui le pénètre, s’étendant à tout. 6 La variabilité qu’induit ce petit résidu ne fait qu’indiquer ses résultats limités.

9. Quelle puissance peut avoir une petite plume devant les grandes ailes de la vérité? 2 Peut-elle s’opposer au vol d’un aigle ou entraver la marche de l’été? 3 Peut-elle interférer avec les effets du soleil d’été sur un jardin couvert de neige? 4 Vois avec quelle facilité ce brin est soulevé et emporté au loin pour ne jamais revenir, et sépare-t’en avec joie et non regret. 5 Car ce n’est rien en soi et cela ne représentait rien quand tu avais une foi plus grande en sa protection. 6 N’aimerais-tu pas mieux saluer le soleil d’été plutôt que de regarder fixement un flocon de neige disparaissant, tout en frissonnant au souvenir du froid de l’hiver?

UCEM~LEÇON 346 – Aujourd’hui la paix de Dieu m’enveloppe et j’oublie toutes choses, sauf Son Amour.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 346 - Aujourd'hui la paix de Dieu m'enveloppe et j'oublie toutes choses, sauf Son Amour., Un Cours en Miracles on décembre 12, 2009 at 2:53

12 déc ~ 166150

LEÇON 346

Aujourd’hui la paix de Dieu m’enveloppe

et j’oublie toutes choses, sauf Son Amour.

1. Père, je m’éveille aujourd’hui avec des miracles corrigeant ma perception de toutes choses. 2 Ainsi commence la journée que je partage avec Toi comme je partagerai l’éternité, car le temps s’est écarté aujourd’hui. 3 Je ne cherche pas les choses du temps et je ne les regarderai donc pas. 4 Ce que je cherche aujourd’hui transcende toutes les lois du temps et les choses perçues dans le temps. 5 Je voudrais oublier toutes choses, sauf Ton Amour. 6 Je voudrais demeurer en Toi et ne connaître de lois que Ta loi de l’amour. 7 Et je voudrais trouver la paix que Tu as créée pour Ton Fils, et oublier tous les sots jouets que j’ai faits, en contemplant Ta gloire et la mienne.

2. Et quand le soir viendra aujourd’hui, nous ne nous souviendrons de rien, sauf de la paix de Dieu. 2 Car nous apprendrons aujourd’hui quelle paix est à nous quand nous oublions toutes choses, sauf l’Amour de Dieu.

L’Inspiration

La paix du Ciel

1. L’oubli, le sommeil et même la mort deviennent les meilleurs conseils de l’ego pour traiter avec la rude intrusion perçue de la culpabilité dans la paix. 2 Or nul ne considère qu’il est en conflit et ravagé par une guerre cruelle s’il ne croit pas que les deux adversaires dans cette guerre sont réels. 3 Croyant cela il doit s’échapper, car une telle guerre mettrait sûrement fin à sa paix d’esprit et ainsi le détruirait. 4 Or s’il pouvait seulement se rendre compte que cette guerre oppose un pouvoir réel à un pouvoir irréel, il pourrait se regarder lui-même et voir sa liberté. 5 Nul ne se trouve ravagé et déchiré par des batailles sans fin si lui-même les perçoit comme étant entièrement sans signification.

2. Dieu ne voudrait pas que Son Fils se mette en bataille; ainsi l’«ennemi» imaginaire de Son Fils est totalement irréel. 2 Tu essaies seulement d’échapper à une guerre amère de laquelle tu as échappé. 3 La guerre a disparu. 4 Car tu as entendu l’hymne de liberté s’élevant jusqu’au Ciel. 5 À Dieu appartiennent la joie et le bonheur pour ta délivrance, car ce n’est pas toi qui l’as faite. 6 Or de même que tu n’as pas fait la liberté, de même tu n’as pas fait une guerre qui mettrait en danger la liberté. 7 Rien de destructeur n’a jamais été ni ne sera jamais. 8 La guerre, la culpabilité, le passé ont disparu ne faisant qu’un dans l’irréalité d’où ils sont venus.

3. Quand nous serons tous unis au Ciel, tu n’estimeras rien de ce que tu estimes ici. 2 Car rien de ce que tu estimes ici, tu ne l’estimes entièrement; par conséquent, tu ne l’estimes pas du tout. 3 La valeur est là où Dieu l’a placée, et la valeur de ce que Dieu estime ne peut être jugée, car c’est chose établie. 4 Elle est entièrement de valeur. 5 On ne peut que l’apprécier ou non. 6 L’estimer partiellement, c’est n’en pas connaître la valeur. 7 Au Ciel est tout ce que Dieu estime, et rien d’autre. 8 Le Ciel est parfaitement non ambigu. 9 Tout est clair et lumineux et appelle une seule réponse. 10 Il n’y a ni ténèbres ni contrastes. 11 Il n’y a pas de variation. 12 Il n’y a pas d’interruption. 13 Il y a un sentiment de paix si  profond qu’aucun rêve en ce monde n’a jamais apporté même la moindre idée de ce que c’est.

4. Rien en ce monde ne peut donner cette paix, car rien en ce monde n’est entièrement partagé. 2 Une perception parfaite peut simplement te montrer ce qui est capable d’être entièrement partagé. 3 Elle peut aussi te montrer les résultats du partage, tandis que tu te souviens encore des résultats du non-partage. 4 Le Saint-Esprit indique quiètement le contraste, connaissant qu’à la fin tu Le laisseras juger pour toi de la  différence, Lui permettant de démontrer lequel doit être vrai. 5 Il a une foi parfaite en ton jugement final, parce qu’Il connaît que c’est Lui Qui le rendra pour toi. 6 Douter de cela, ce serait douter que Sa mission sera remplie. 7 Comment cela est-il possible, quand Sa mission est de Dieu ?

5. Toi dont l’esprit est enténébré de doute et de culpabilité, souviens-toi de ceci : Dieu t’a donné le Saint-Esprit, et Lui a donné pour mission d’enlever tout doute et toute trace de culpabilité que Son cher Fils s’est lui-même imposés. 2 Il est impossible que cette mission échoue. 3 Rien ne peut empêcher l’accomplissement de ce que Dieu voudrait voir accompli. 4 Quelles que soient tes réactions à la Voix du Saint-Esprit, quelle que soit la voix que tu choisis d’écouter, quelles que soient les étranges pensées qui peuvent te venir à l’esprit, la Volonté de Dieu est faite. 5 Tu trouveras la paix dans laquelle Il t’a établi, parce qu’Il ne change pas d’Esprit. 6 Il est invariable comme la paix dans laquelle tu demeures, et que le Saint-Esprit te rappelle.

6. Au Ciel tu ne te souviendras pas de changement ni de passage. 2 Tu n’as besoin de contraste qu’ici. 3 Contraste et différences sont des outils d’enseignement nécessaires, car par eux tu apprends ce qu’il faut éviter et ce qu’il faut rechercher. 4 Quand tu auras appris cela, tu trouveras la réponse qui fera disparaître le besoin de quelque différence que ce soit. 5 La vérité vient de sa propre volonté à elle-même. 6 Quand tu auras appris que tu appartiens à la vérité, elle coulera doucement sur toi et sans aucune sorte de différence. 7 Car tu n’auras besoin d’aucun contraste pour t’aider à te rendre compte que c’est cela que tu veux, et seulement cela. 8 Ne crains pas que le Saint-Esprit échoue dans ce que ton Père Lui a donné à faire. 9 La Volonté de Dieu ne peut échouer en rien.

7. N’aie foi qu’en cette seule chose, et cela suffira : Dieu veut que tu sois au Ciel, et rien ne peut t’en garder loin, ni lui de toi. 2 Tes plus folles malperceptions, tes bizarres imaginations, tes plus noirs cauchemars, ne signifient rien. 3 Ils ne prévaudront point contre la paix que Dieu veut pour toi. 4 Le Saint-Esprit rétablira ta santé d’esprit parce que l’insanité n’est pas la Volonté de Dieu. 5 Si cela Lui suffit, c’est assez pour toi. 6 Ce que Dieu voudrait voir enlevé, tu ne le garderas pas, parce que cela rompt la communication avec toi avec qui Il voudrait communiquer. 7 Sa Voix sera entendue.

8. Le Lien de Communication que Dieu Lui-même a placé au-dedans de toi, joignant ton esprit au Sien, ne peut être rompu. 2 Tu peux croire que tu veux qu’Il soit rompu, et il est vrai que cette croyance interfère avec la paix profonde dans laquelle la douce et constante communication que Dieu voudrait partager avec toi est connue. 3 Or Ses canaux d’extension ne peuvent pas être entièrement fermés et séparés de Lui. 4 La paix sera à toi parce que Sa paix coule encore vers toi venant de Lui Dont la Volonté est la paix. 5 Tu l’as maintenant. 6 Le Saint-Esprit t’enseignera comment l’utiliser et, en l’étendant, à apprendre qu’elle est en toi. 7 Dieu t’a voulu le Ciel, et jamais Il ne voudra autre chose pour toi. 8 Le Saint-Esprit ne connaît que Sa Volonté. 9 Il n’y a aucune chance que le Ciel ne soit pas à toi, car Dieu est sûr, et ce qu’Il veut est aussi sûr que Lui.

9. Tu apprendras le salut parce que tu apprendras comment sauver. 2 Il ne sera pas possible de t’exempter toi-même de ce que le Saint-Esprit veut t’enseigner. 3 Le salut est aussi sûr que Dieu. 4 Sa certitude suffit. 5 Apprends que même le plus noir cauchemar qui trouble l’esprit du Fils de Dieu endormi n’a pas de pouvoir sur lui. 6 Il apprendra la leçon de l’éveil. 7 Dieu veille sur lui et la lumière l’entoure.

10. Le Fils de Dieu peut-il se perdre dans des rêves, alors que Dieu a placé en lui le joyeux Appel à s’éveiller et se réjouir? 2 Il ne peut pas se séparer de ce qui est en lui. 3 Son sommeil ne résistera pas à l’Appel à s’éveiller. 4 La mission de la rédemption sera remplie aussi sûrement que la création restera inchangée pour toute l’éternité. 5 Tu n’as pas besoin de connaître que le Ciel est à toi pour qu’il le soit. 6 Il l’est. 7 Mais pour le connaître, il faut que tu acceptes la Volonté de Dieu pour ta volonté.

11 Le Saint-Esprit défera pour toi tout ce que tu as appris qui enseigne que ce qui n’est pas vrai doit être réconcilié avec la vérité. 2 Cela est la réconciliation que l’ego voudrait substituer à ta réconciliation avec la santé d’esprit et la paix. 3 Le Saint-Esprit a une tout autre sorte de réconciliation pour toi dans Son Esprit;  une réconciliation qu’Il effectuera tout aussi sûrement que l’ego n’effectuera pas ce qu’il tente. 4 L’échec est de l’ego et non de Dieu. 5 De Lui tu ne peux pas t’égarer, et il n’y a aucune possibilité de ce que le plan que le Saint-Esprit offre à chacun, pour le salut de chacun, ne soit pas parfaitement accompli. 6 Tu seras délivré, et tu ne te rappelleras rien de tout ce que tu as fait qui n’ait été créé pour toi et par toi en retour. 7 Car comment peut-tu te souvenir de ce qui n’a jamais été  vrai, ou ne pas te souvenir de ce qui l’a toujours été ? 8 C’est dans cette réconciliation avec la vérité, et seulement la vérité, que réside la paix du Ciel.

UCEM~LEÇON 345 – Je n’offre que des miracles aujourd’hui, car je voudrais qu’ils me soient rendus.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 345 - Je n'offre que des miracles aujourd'hui, car je voudrais qu'ils me soient rendus., Un Cours en Miracles on décembre 11, 2009 at 4:12

11 déc ~ dscf0732a

LEÇON 345

Je n’offre que des miracles aujourd’hui,

car je voudrais qu’ils me soient rendus.

1. Père, un miracle reflète les dons que Tu me fais, à moi Ton Fils. 2 Et chaque miracle que je fais m’est rendu, me rappelant que la loi de l’amour est universelle. 3 Même ici il prend une forme qui peut être reconnue et vue à l’œuvre. 4 Les miracles que je donne me sont rendus exactement sous la forme dont j’ai besoin pour m’aider avec les problèmes que je perçois. 5 Père, au Ciel c’est différent, car là il n’y a pas de besoins. 6 Mais ici sur terre, le miracle est plus près de Tes dons qu’aucun autre don que je puisse faire. 7 Que je fasse donc aujourd’hui ce seul don qui, né du pardon véritable, éclaire la voie que je dois parcourir pour me souvenir de Toi.

2. Paix à tous les cœurs qui cherchent aujourd’hui. 2 La lumière est venue offrir des miracles afin de bénir le monde fatigué. 3 Il trouvera le repos aujourd’hui, car nous offrirons ce que nous avons reçu.

L’Inspiration

Les leçons du Saint-Esprit

1. Comme tout bon enseignant, le Saint-Esprit en connaît plus que tu n’en connais maintenant, mais Il n’enseigne que pour te rendre égal à Lui. 2 Tu t’étais déjà enseigné faussement, ayant cru ce qui n’était pas vrai. 3 Tu ne croyais pas en ta propre perfection. 4 Dieu t’enseignerait-Il que tu as fait un esprit divisé, quand Il ne connaît ton esprit qu’entier ? 5 Ce que Dieu connaît, c’est que Ses canaux de communication ne Lui sont  pas ouverts, de sorte qu’Il ne peut pas impartir Sa joie et connaître que Ses enfants sont entièrement joyeux. 6 Donner Sa joie est un processus continu, non dans le temps mais dans l’éternité. 7 L’extension de Dieu vers l’extérieur, mais non Sa complétude, est bloquée quand la Filialité ne communique pas avec Lui en ne faisant qu’un. 8 Alors Il a pensé :  » Mes enfants dorment et doivent être réveillés.  »

2. Comment peux-tu réveiller des enfants plus tendrement qu’en leur parlant d’une Voix douce qui ne les effraiera pas mais leur rappellera simplement que la nuit est finie et que la lumière est venue ? 2 Tu ne les informes pas que les cauchemars qui les ont tellement effrayés ne sont pas réels, parce que les enfants croient en la magie. 3 Tu leur donnes simplement l’assurance qu’ils sont en sécurité maintenant. 4 Ensuite tu leur apprends à faire la différence entre dormir et être éveillé, pour leur faire comprendre qu’ils n’ont pas besoin d’avoir peur des rêves. 5 Ainsi, quand viennent de mauvais rêves, ils feront eux-mêmes appel à la lumière pour les dissiper.

3. Un sage enseignant enseigne par l’approche et non par l’évitement. 2 Il n’insiste pas sur ce que tu dois éviter pour ne pas te blesser, mais sur ce qu’il te faut apprendre pour avoir la joie. 3 Pense à la peur et à la confusion qu’un enfant éprouverait si on lui disait :  » Ne fais pas ceci parce que cela va te blesser et te mettre en danger; mais si tu fais cela plutôt, tu éviteras de te blesser, tu seras en sécurité et alors tu n’auras pas peur.  » 4 Il vaut sûrement mieux n’utiliser que ces trois mots :  » Fais seulement cela !  » 5 Ce simple énoncé est parfaitement clair, facile à comprendre et très facile à retenir.

4. Le Saint-Esprit ne détaille jamais les erreurs parce qu’Il n’effraie pas les enfants, et ceux qui manquent de sagesse sont des enfants. 2 Or Il répond toujours à leur appel, et le fait qu’ils peuvent compter sur Lui les rend plus certains. 3 Il est vrai que les enfants confondent fantasmes et réalité, et ils sont effrayés parce qu’ils ne font pas la différence. 4 Le Saint-Esprit ne fait pas de distinction entre les rêves. 5 Il les dissipe simplement. 6 Sa lumière est toujours l’Appel au réveil, quel qu’ait été ton rêve. 7 Il n’y a rien de durable dans les rêves, et le Saint-Esprit, Qui rayonne de la lumière de Dieu Lui-même, parle seulement pour ce qui dure à jamais.

A. Pour avoir, donne à tous

1. Quand ton corps et ton ego et tes rêves auront disparu, tu connaîtras que tu dureras à jamais. 2 Peut-être penses-tu que cela s’accomplit par la mort, mais rien ne s’accomplit par la mort, parce que la mort n’est rien. 3 Tout s’accomplit par la vie, et la vie est de l’esprit et dans l’esprit. 4 Le corps ne vit ni ne meurt, parce qu’il ne peut te contenir, toi qui es la vie. 5 Si nous partageons le même esprit, tu peux vaincre la mort parce que je l’ai fait. 6 La mort est une tentative pour résoudre le conflit en ne décidant pas. 7 Comme toute autre solution impossible qu’essaie l’ego, elle ne marchera pas.

2. Dieu n’a pas fait le corps, parce qu’il est destructible et par conséquent n’est pas du Royaume. 2 Le corps est le symbole de ce que tu penses être. 3 Il est clair que c’est un mécanisme de séparation; par conséquent, il n’existe pas. 4 Le Saint-Esprit, comme toujours, prend ce que tu as fait et le traduit en mécanisme d’apprentissage. 5 Et comme toujours, Il réinterprète ce que l’ego utilise comme un argument à l’appui de la séparation pour faire la démonstration du contraire. 6 Si l’esprit peut guérir le corps, mais que le corps ne peut guérir l’esprit, alors l’esprit doit être plus fort que le corps. 7 Chaque miracle démontre cela.

3. J’ai dit que le Saint-Esprit est la motivation des miracles. 2 Il te dit toujours que seul l’esprit est réel, parce que seul l’esprit peut être partagé. 3 Le corps est séparé; par conséquent, il ne peut pas faire partie de toi. 4 Être d’un même esprit est signifiant, mais être d’un même corps est in-signifiant. 5 Selon les lois de l’esprit, donc, le corps est in-signifiant.

4. Pour le Saint-Esprit, il n’y a pas d’ordre de difficulté dans les miracles. 2 Cela t’est maintenant assez familier, mais ce n’est pas encore devenu crédible. 3 Par conséquent, tu ne le comprends pas et tu ne peux pas l’utiliser. 4 Nous avons trop à accomplir au nom du Royaume pour laisser ce concept crucial nous échapper. 5 C’est une véritable pierre angulaire du système de pensée que j’enseigne et que je veux que tu enseignes. 6 Tu ne peux pas faire de miracles sans y croire, parce que c’est la croyance en une parfaite égalité. 7 Seul un don égal peut être offert aux Fils égaux de Dieu, et c’est d’apprécier pleinement. 8 Rien de plus et rien de moins. 9 Sans une gradation, un ordre de difficulté ne signifie rien, et il ne doit y avoir aucune gradation dans ce que tu offres à ton frère.

5. Le Saint-Esprit, Qui mène à Dieu, traduit la communication en être, tout comme Il traduit finalement la perception en connaissance. 2 Tu ne perds pas ce que tu communiques. 3 L’ego utilise le corps pour l’attaque, pour le plaisir et pour l’orgueil. 4 L’insanité de cette perception la rend certes apeurante. 5 Le Saint-Esprit voit le corps uniquement comme un moyen de communication; et parce que la communication est un partage, elle devient communion. 6 Peut-être penses-tu que la peur aussi bien que l’amour peut être communiquée; et qu’elle peut donc être partagée. 7 Or cela n’est pas aussi réel qu’il peut le paraître. 8 Ceux qui communiquent la peur favorisent l’attaque, et l’attaque rompt toujours la communication, la rendant impossible. 9 Il est vrai que les ego se joignent en des allégeances temporaires, mais c’est toujours en vue de ce que chacun peut obtenir séparément 10 Le Saint-Esprit communique seulement ce que chacun peut donner à tous. 11 Il ne reprend jamais rien, parce qu’Il veut que tu le gardes. 12 Par conséquent, Son enseignement commence par cette leçon :

13 Pour avoir, donne tout à tous.

6. C’est une étape très préliminaire, et c’est la seule que tu doives  entreprendre par toi-même. 2 Il n’est même pas nécessaire que tu complètes l’étape toi-même, mais il est nécessaire que tu te tournes dans cette direction. 3 Ayant choisi d’aller dans cette voie, tu te places en charge du voyage, où toi et toi seul dois demeurer. 4 Il te semblera peut-être que cette étape exacerbe le conflit au lieu de le résoudre, parce que c’est l’étape initiale pour renverser ta perception et la remettre à l’endroit. 5 Cela entre en conflit avec la perception sens dessus dessous que tu n’as pas encore abandonnée, sinon le changement de direction n’aurait pas été nécessaire. 6 Certains demeurent très longtemps sur cette étape, et le conflit est ressenti très intensément. 7 Il se peut qu’à ce stade ils essaient d’accepter le conflit plutôt que de passer à l’étape suivante menant à sa résolution. 8 Toutefois, ayant fait le premier pas, ils recevront de l’aide. 9 Une fois qu’ils ont choisi ce qu’ils ne peuvent compléter seuls, ils ne sont plus seuls.

B. Pour avoir la paix, enseigne la paix pour l’apprendre

1. Tous ceux qui croient en la séparation ont une peur fondamentale de la riposte et de l’abandon. 2 Ils croient en l’attaque et le rejet; ainsi c’est ce qu’ils perçoivent, enseignent et apprennent. 3 Il est clair que ces idées insanes résultent de la dissociation et de la projection. 4 Ce que tu enseignes, c’est ce que tu es, mais il est très apparent que tu peux enseigner faussement et que tu peux donc t’enseigner ce qui est faux. 5 Beaucoup ont pensé que je les attaquais, même s’il était apparent que je ne le faisais pas. 6 Un apprenant insane apprend d’étranges leçons. 7 Ce que tu dois reconnaître, c’est qu’en ne partageant pas un système de pensée, tu l’affaiblis. 8 Par conséquent, ceux qui y croient perçoivent cela comme une attaque dirigée contre eux. 9 C’est que chacun s’identifie avec son système de pensée, et chaque système de pensée est centré sur ce que tu crois être. 10 Si le centre du système de pensée est vrai, seule la vérité s’étend à partir de lui. 11 Mais si un mensonge est en son centre, seule la tromperie en procède.

2. Tous les bons enseignants se rendent compte que seul un changement fondamental durera, mais ils ne commencent pas à ce niveau. 2 Renforcer la motivation pour le changement est leur but premier. 3 C’est aussi leur but ultime. 4 Tout ce qu’un enseignant a besoin de faire pour garantir un changement, c’est d’accroître chez l’apprenant la motivation pour le changement. 5 Un changement de motivation est un changement d’esprit, et il est inévitable que cela produise un changement fondamental parce que l’esprit est fondamental.

3. La première étape dans le processus de renversement ou de défaire est le défaire du concept d’obtention. 2 Conséquemment, la première leçon du Saint-Esprit était :  » Pour avoir, donne tout à tous.  » 3 J’ai dit que cela était susceptible d’accroître le conflit temporairement, et nous pouvons maintenant clarifier cela davantage. 4 À ce stade, l’égalité entre avoir et être n’est pas encore perçue. 5 Jusqu’à ce qu’elle le soit, il semblera qu’avoir est l’opposé de donner. 6 Par conséquent, la première leçon semble contenir une contradiction, puisque l’esprit qui l’apprend est en conflit. 7 Cela signifie qu’il y a conflit de motivations, et la leçon ne peut donc pas encore être apprise de façon cohérente. 8 De plus, l’esprit de l’apprenant projette son propre conflit et ne perçoit ainsi aucune cohérence dans l’esprit des autres, ce qui lui rend suspectes leurs motivations. 9 Voilà réellement pourquoi, à maints égards, la première leçon est la plus difficile à apprendre. 10 Encore très conscient de l’ego en toi, et répondant principalement à l’ego en l’autre, voilà qu’il t’est enseigné à réagir aux deux comme si ce que tu crois n’était pas vrai.

4. Sens dessus dessous comme toujours, l’ego perçoit la première leçon comme étant insane. 2 En fait, il n’a pas le choix puisque l’alternative, qui lui serait encore moins acceptable, serait évidemment qu’il est insane. 3 Le jugement de l’ego, ici comme toujours, est prédéterminé par ce qu’il est. 4 Le changement fondamental se produira quand même avec le changement d’esprit du penseur. 5 Entre-temps, la Voix du Saint-Esprit se faisant de plus en plus claire, il devient impossible à l’apprenant de ne pas écouter. 6 Pour un temps, donc, il reçoit et accepte des messages conflictuels.

5. D’évidence, la voie qui mène hors du conflit entre deux systèmes de pensée opposés, c’est d’en choisir un et de renoncer à l’autre. 2 Si tu t’identifies à ton système de pensée, et tu ne peux pas y échapper, et si tu acceptes deux systèmes de pensée qui sont en désaccord complet, la paix de l’esprit est impossible. 3 Si tu enseignes les deux, ce que tu feras sûrement aussi longtemps que tu acceptes les deux, tu enseignes le conflit et tu l’apprends. 4 Or ce que tu veux, c’est la paix, sinon tu n’aurais pas appelé à ton aide la Voix pour la paix. 5 Sa leçon n’est pas insane; le conflit l’est.

6. Il ne peut pas y avoir conflit entre santé d’esprit et insanité. 2 Une seule est vraie, donc une seule est réelle. 3 L’ego tente de te persuader que c’est à toi de décider quelle voix est vraie, mais le Saint-Esprit t’enseigne que la vérité fut créée par Dieu, et que ta décision ne peut la changer. 4 Lorsque tu commences à te rendre compte du pouvoir tranquille de la Voix du Saint-Esprit, et de Sa parfaite constance, il doit aussi commencer à se faire jour dans ton esprit que tu essaies de défaire une décision qui fut prise pour toi irrévocablement. 5 Voilà pourquoi j’ai suggéré plus tôt que tu te rappelles de laisser le Saint-Esprit décider de choisir Dieu pour toi.

7. Il ne t’est pas demandé de prendre des décisions insanes, quoi que tu puisses le penser. 2 Toutefois, cela doit être insane de croire que c’est à toi de décider quelles sont les créations de Dieu. 3 Le Saint-Esprit perçoit le conflit exactement tel qu’il est. 4 Par conséquent, Sa seconde leçon est :

5 Pour avoir la paix, enseigne la paix pour l’apprendre.

8. Ceci est encore une étape préliminaire, puisqu’avoir et être ne sont toujours pas assimilés l’un à l’autre. 2 Toutefois, elle est plus avancée que la première étape, qui n’est réellement que le début du renversement de la pensée. 3 La seconde étape est une affirmation positive de ce que tu veux. 4 C’est donc un pas dans la direction qui mène hors du conflit, puisque cela signifie que les alternatives ont été considérées et que l’une d’elles a été choisie comme  étant plus désirable. 5 Néanmoins, l’expression  » plus désirable  » implique encore qu’il y a des degrés de désirabilité. 6 Par conséquent, bien que cette étape soit essentielle pour arriver à l’ultime décision, il est clair que ce n’est pas la dernière. 7 L’absence d’un ordre de difficulté dans les miracles n’a pas encore été acceptée, parce que rien n’est difficile qui est entièrement désiré. 8 Désirer entièrement, c’est créer, et créer ne peut pas être difficile si Dieu Lui-même t’a créé créateur.

9. La seconde étape, donc, bien qu’elle constitue un pas de géant vers la perception unifiée qui reflète la connaissance de Dieu, est encore une étape perceptuelle. 2 En faisant ce pas et en gardant cette direction, tu te fraies un chemin vers le centre de ton système de pensée, où se produira le changement fondamental. 3 À la deuxième étape, le progrès est intermittent, mais la deuxième étape est plus facile que la première parce qu’elle suit. 4 De se rendre compte qu’elle doit suivre démontre une conscience de plus en plus grande que le Saint-Esprit te conduira.

C. Ne sois vigilant que pour Dieu et Son Royaume

1. Nous avons dit plus tôt que le Saint-Esprit évalue et qu’Il doit le faire. 2 Il fait le tri du vrai et du faux dans ton esprit, et Il t’enseigne à juger chaque pensée à laquelle tu permets d’entrer à la lumière de ce que Dieu y a mis. 3 Tout ce qui s’accorde avec cette lumière, Il le retient, pour renforcer le Royaume en toi. 4 Ce qui s’accorde partiellement avec elle, Il l’accepte et le purifie. 5 Mais ce qui est en total désaccord avec elle, Il le juge et le rejette. 6 C’est ainsi qu’Il garde le Royaume parfaitement cohérent et parfaitement unifié. 7 Rappelle-toi, toutefois, que ce que le Saint-Esprit rejette, l’ego l’accepte. 8 C’est parce qu’ils sont en désaccord fondamental sur tout, puisqu’ils sont en désaccord fondamental sur ce que tu es. 9 Sur cette question cruciale, les croyances de l’ego varient, et c’est pourquoi il favorise différentes humeurs. 10 Le Saint-Esprit ne varie jamais sur ce point; par conséquent, la seule humeur qu’Il engendre est la joie. 11 Il la protège en rejetant tout ce qui ne favorise pas la joie, et Il est donc le seul à pouvoir te garder entièrement joyeux.

2. Le Saint-Esprit ne t’enseigne pas à juger autrui, parce qu’Il ne veut pas que tu enseignes l’erreur ni l’apprennes toi-même. 2 Il ne serait guère constant s’Il te permettait de renforcer ce que tu dois apprendre à éviter. 3 Dans l’esprit du penseur, donc, Il juge, mais dans le seul but d’unifier l’esprit afin qu’il puisse percevoir sans jugement. 4 Cela permet à l’esprit d’enseigner sans jugement et donc d’apprendre à être sans jugement. 5 Le défaire est nécessaire uniquement dans ton esprit, afin que tu ne projettes pas au lieu d’étendre. 6 Dieu Lui-même a établi ce que tu peux étendre en parfaite sécurité. 7 Par conséquent, la troisième leçon du Saint-Esprit est:

8 Ne sois vigilant que pour Dieu et Son Royaume.

3.  C’est une étape majeure vers un changement fondamental. 2 Or s’y trouve encore un aspect du renversement de la pensée, puisque cela implique qu’il y a quelque chose contre quoi tu dois être vigilant. 3 Elle est très avancée par rapport à la première leçon, qui n’est que le commencement du renversement de la pensée, et aussi par rapport à la seconde, qui consiste essentiellement à identifier ce qui est plus désirable. 4 Cette étape, qui suit de la seconde comme la seconde suivait de la première, met l’accent sur la dichotomie entre le désirable et l’indésirable. 5 Ainsi, elle rend le choix ultime inévitable.

4. Alors que la première étape semble augmenter le conflit et que la seconde peut encore entraîner un conflit dans une certaine mesure, cette étape requiert une vigilance constante à l’encontre du conflit. 2 Je t’ai déjà dit que tu peux être aussi vigilant contre l’ego que pour lui. 3 Cette leçon enseigne non seulement que tu peux l’être mais que tu dois l’être. 4 Elle ne s’occupe pas d’un ordre de difficulté, mais de la priorité claire et nette de la vigilance. 5 Cette leçon est sans équivoque en ce sens qu’elle enseigne qu’il ne doit y avoir aucune exception, bien qu’elle ne nie pas que la tentation se présentera de faire des exceptions. 6 Ici, donc, tu devras faire preuve de cohérence en dépit du chaos. 7 Or, le chaos et la cohérence ne peuvent coexister très longtemps, puisqu’ils s’excluent réciproquement. 8 Toutefois, aussi longtemps que tu dois être vigilant contre quoi que ce soit, tu ne reconnais pas cette exclusion réciproque, et tu crois encore que tu peux choisir l’un ou l’autre. 9 En enseignant quoi choisir, le Saint-Esprit t’enseignera finalement que tu n’as pas du tout besoin de choisir. 10 Ainsi ton esprit sera finalement libéré du choix et dirigé vers la création dans le Royaume.

5. Choisir par le Saint-Esprit te conduira au Royaume. 2 C’est par ton être véritable que tu crées, mais tu dois apprendre à te souvenir de ce que tu es. 3 La façon de t’en souvenir est inhérente à la troisième étape, qui réunit les leçons contenues dans les deux premières et va au-delà vers l’intégration réelle. 4 Si tu te permets de n’avoir dans l’esprit que ce que Dieu y  a mis, tu reconnais ton esprit tel que Dieu l’a créé. 5 Par conséquent, tu l’acceptes tel qu’il est. 6 Puisqu’il est entier, tu enseignes la paix parce que tu crois en elle. 7 Le dernier pas, c’est encore Dieu Qui le fera pour toi, mais à la troisième étape le Saint-Esprit t’a préparé pour Dieu. 8 Il te prépare pour la traduction d’avoir en être par la nature même des étapes que tu dois faire avec Lui.

6. Tu apprends d’abord qu’avoir repose sur donner et non sur obtenir. 2 Ensuite tu apprends que ce que tu enseignes, tu l’apprends, et que tu veux apprendre la paix. 3 Telle est la condition pour t’identifier avec le Royaume, puisque c’est la condition du Royaume. 4 Tu as cru que tu étais sans le Royaume, et dans ta croyance tu t’en es donc exclu. 5 Par conséquent, il est essentiel de t’enseigner que tu dois être inclus, et que la seule chose à exclure est la croyance que tu ne l’es pas.

7. Ainsi, la troisième étape est une protection pour ton esprit, te permettant de t’identifier seulement avec son centre, où Dieu a placé l’autel à Lui-même. 2 Les autels sont des croyances, mais Dieu et Ses créations sont au-delà de toute croyance parce qu’ils sont au-delà de toute question. 3 La Voix pour Dieu ne parle que pour la croyance au-delà de toute question, qui est la préparation en vue d’être sans aucune question. 4 Tant que ta croyance en Dieu et en Son Royaume est assaillie par quelque doute dans ton esprit, Son parfait accomplissement ne t’est pas apparent. 5 C’est pourquoi tu dois être vigilant au nom de Dieu. 6 L’ego parle contre Sa création, et par conséquent il engendre le doute. 7 Tu ne peux pas aller au-delà de la croyance jusqu’à ce que tu croies pleinement.

8. D’enseigner la Filialité tout entière sans exception démontre que tu perçois son entièreté et que tu as appris qu’elle est une. 2 Maintenant tu dois être vigilant pour garder son unité dans ton esprit parce que si tu laisses entrer le doute, tu perdras conscience de son entièreté et tu seras incapable de l’enseigner. 3 L’entièreté du Royaume ne dépend pas de ta perception, mais ta conscience de son entièreté en dépend. 4 C’est seulement ta conscience qui a besoin de protection, puisque l’être ne peut pas être assailli. 5 Or tu ne peux pas avoir un réel sentiment d’être, aussi longtemps que tu doutes de ce que tu es. 6 C’est pourquoi la vigilance est essentielle. 7 Il ne faut pas que des doutes quant à être entrent dans ton esprit, sinon tu ne pourras pas connaître ce que tu es avec certitude. 8 La certitude est de Dieu pour toi. 9 La vigilance n’est pas nécessaire pour la vérité, mais elle est nécessaire contre les illusions.

9. La vérité est sans illusions, donc elle est dans le Royaume. 2 Tout ce qui est à l’extérieur du Royaume est illusion. 3 Quand tu as jeté la vérité, tu t’es vu toi-même comme si tu étais sans elle. 4 En faisant un autre royaume auquel tu accordais de la valeur, tu n’as pas gardé uniquement le Royaume de Dieu dans ton esprit; ainsi, tu as placé une partie de ton esprit à l’extérieur du royaume. 5 Ce que tu as fait a emprisonné ta volonté et t’a donné un esprit malade qui doit être guéri. 6 Ta vigilance contre cette maladie est la façon de le guérir. 7 Une fois que ton esprit est guéri, il rayonne la santé et par là il enseigne la guérison. 8 Cela t’établit comme un enseignant qui enseigne comme moi. 9 La vigilance était requise de moi autant qu’elle l’est de toi, et ceux qui choisissent d’enseigner la même chose doivent être d’accord sur ce qu’ils croient.

10. La troisième étape, donc, est l’énoncé de ce que tu veux croire, et entraîne le désir de renoncer à tout le reste. 2 Le Saint-Esprit te permettra de faire ce pas, si tu Le suis. 3 Ta vigilance est le signe que tu veux qu’Il te guide. 4 La vigilance exige un effort, mais seulement jusqu’à ce que tu apprennes que l’effort lui-même n’est pas nécessaire. 5 Tu as déployé d’énormes efforts pour préserver ce que tu as fait parce que ce n’était pas vrai. 6 Par conséquent, c’est contre cela que tu dois maintenant diriger tes efforts. 7 Cela seul peut annuler le besoin d’effort et faire appel à l’être qui est à la fois ce que tu as et ce que tu es. 8 Cette re-connaissance n’exige absolument aucun effort puisqu’il est déjà vrai et n’a besoin d’aucune protection. 9 Il est dans la parfaite sécurité de Dieu. 10 Par conséquent, l’inclusion est totale et la création est sans limite.

UCEM~LEÇON 344 – Aujourd’hui j’apprends la loi de l’amour : que ce que je donne à mon frère est le don que je me fais.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 344 - Aujourd'hui j'apprends la loi de l'amour : que ce que je donne à mon frère est le don que je me fais., Un Cours en Miracles on décembre 10, 2009 at 5:43

10 Déc ~ 7468900001

LEÇON 344

Aujourd’hui j’apprends la loi de l’amour :

que ce que je donne à mon frère est le don que je me fais.

1. Cela est Ta loi, Père, et non la mienne. 2 Je ne comprenais pas ce que donner signifie et je pensais sauver ce que je désirais pour moi seul. 3 Mais en regardant le trésor que je pensais avoir, j’ai trouvé un espace vide où il n’y eut, n’y a et n’y aura jamais rien. 4 Qui peut partager un rêve ? 5 Et que peut m’offrir une illusion ? 6 Or celui à qui je pardonne me fera des dons bien au-delà de la valeur de quoi que ce soit sur terre. 7 Que mes frères pardonnés emplissent mes réserves des trésors du Ciel, qui seuls sont réel. 8 Ainsi s’accomplit la loi de l’amour. 9 Ainsi Ton fils ressuscite et retourne chez Toi.

2. Comme nous sommes près les uns des autres, quand nous allons vers Dieu. 2 Comme Il est près de nous. 3 Et comme sont proches la fin du rêve de péché et la rédemption du Fils de Dieu.

L’Inspiration

Entrer dans l’arche

1. Rien ne peut te blesser à moins que tu ne lui donnes le pouvoir de le faire. 2 Or tu donnes ce pouvoir comme les lois de ce monde interprètent donner : en donnant, tu perds. 3 Ce n’est pas du tout à toi qu’il appartient de donner le pouvoir. 4 Le pouvoir est de Dieu, donné par Lui et réveillé à nouveau par le Saint-Esprit, Qui connaît qu’en donnant, tu gagnes. 5 Il ne donne pas de pouvoir au péché, qui n’en a donc pas; ni à ses résultats, comme ce monde les voit — la maladie et la mort, la misère et la douleur. 6 Ces choses ne se sont pas produites parce que le Saint-Esprit ne les voit pas et qu’il ne donne aucun pouvoir à leur source apparente. 7 Ainsi Il voudrait t’en garder libre. 8 Étant sans illusion sur ce que tu es, le Saint-Esprit donne simplement tout à Dieu, Qui a déjà donné et reçu tout ce qui est vrai. 9 Ce qui n’est pas vrai, Il ne l’a ni reçu ni donné.

2. Le péché n’a pas de place au Ciel, où ses résultats sont étrangers et ne peuvent pas plus entrer que leur source. 2 Là réside ton besoin de voir ton frère sans péché. 3 En lui est le Ciel. 4 Vois plutôt le péché en lui et le Ciel est perdu pour toi. 5 Mais vois-le tel qu’il est et ce qui est à toi rayonne de lui vers toi. 6 Ton sauveur te donne seulement l’amour, mais ce que tu voudrais recevoir de lui dépend de toi. 7 Il lui est donné de passer sur toutes tes erreurs, et là réside son propre salut. 8 Il en va de même du tien. 9 Le salut est une leçon de donner, comme le Saint-Esprit l’interprète. 10 C’est le nouveau réveil des lois de Dieu dans des esprits qui ont établi d’autres lois et leur ont donné le pouvoir de faire respecter ce que Dieu n’a pas créé.

3. Tes lois insanes ont été faites pour garantir que tu ferais des erreurs et leur donnerais un pouvoir sur toi en acceptant leurs résultats comme ton juste dû. 2 Si ce n’est pas folie, qu’est-ce que c’est? 3 Et est-ce cela que tu voudrais voir dans ton sauveur, qui te délivre de l’insanité? 4 Il est aussi libre de cela que tu l’es, et dans la liberté que tu vois en lui, tu vois la tienne. 5 Car cela, vous le partagez. 6 Ce que Dieu a donné obéit à Ses lois, et seulement aux Siennes. 7 Il n’est pas possible non plus que ceux qui les suivent subissent les résultats de toute autre source.

4. Ceux qui choisissent la liberté ne font l’expérience que de ses résultats. 2 Leur pouvoir est de Dieu, et ils le donnent seulement à ce que Dieu a donné, pour le partager avec eux. 3 Rien d’autre ne peut les toucher, car ils ne voient que cela, partageant leur pouvoir conformément à la Volonté de Dieu. 4 Et c’est ainsi que leur liberté est établie et maintenue. 5 Elle est soutenue à travers toutes les tentations d’emprisonner ou d’être emprisonné. 6 C’est à ceux-là qui ont appris ce qu’est la liberté que tu devrais demander ce qu’est la liberté. 7 Ne demande pas au moineau comment l’aigle prend son essor, car ceux qui ont de petites ailes n’ont pas accepté pour eux-mêmes le pouvoir de partager avec toi.

5. Ceux qui sont sans péché donnent comme ils ont reçu. 2 Vois donc en ton frère le pouvoir de l’impeccabilité, et partage avec lui le pouvoir de la délivrance du péché que tu lui as offerte. 3 À chacun de ceux qui errent sur cette terre dans une apparente solitude, un sauveur est donné dont la fonction particulière ici est de le délivrer, et ainsi de se libérer lui-même. 4 Dans le monde de la séparation, chacun est désigné séparément, bien qu’ils soient tous les mêmes. 5 Or ceux qui connaissent qu’ils sont tous les mêmes n’ont pas besoin du salut. 6 Et chacun trouve son sauveur lorsqu’il est prêt à regarder la face du Christ et à Le voir sans péché.

6. Le plan n’est pas de toi et tu n’as pas besoin de te soucier de quoi que soit, sauf du rôle qui t’a été donné à apprendre. 2 Car Celui Qui connaît le reste y verra sans ton aide. 3 Mais ne pense pas qu’il n’ait pas besoin de ta part pour L’aider avec le reste. 4 Car dans ta part réside le tout, sans lequel nulle part n’est complète, pas plus que le tout n’est complet sans ta part. 5 Dans l’arche de la paix, on entre deux à deux, or c’est le commencement d’un autre monde qui va avec ces deux. 6 Chaque relation sainte doit entrer là pour apprendre sa fonction particulière dans le plan du Saint-Esprit, maintenant qu’elle partage Son but. 7 Et tandis que ce but s’accomplit, un nouveau monde surgit dans lequel le péché ne peut entrer mais où le Fils de Dieu peut entrer sans crainte et où il se repose un moment pour oublier l’emprisonnement et se souvenir de la liberté. 8 Comment peut-il entrer, pour se reposer et se souvenir, sans toi? 9 Sauf si tu es là, il n’est pas complet. 10 Et c’est de sa complétude qu’il se souvient là.

7. Voilà le but qui t’est donné. 2 Ne pense pas que de pardonner à ton frère ne serve qu’à vous deux. 3 Car le monde nouveau repose tout entier entre les mains de chaque paire qui entre ici pour se reposer. 4 Et tandis qu’ils se reposent, la face du Christ luit sur eux et ils se souviennent des lois de Dieu, oubliant tout le reste et n’aspirant qu’à voir Ses lois parfaitement accomplies en eux-mêmes et en tous leurs frères. 5 Penses-tu qu’une fois cela accompli, tu te reposeras sans eux? 6 Tu ne pourrais pas plus en laisser un à l’extérieur que je ne pourrais te laisser et oublier une partie de moi-même.

8. Peut-être te demandes-tu comment tu peux être en paix alors que, tant que tu es dans le temps, il y a tant à faire encore avant que le chemin de la paix ne soit ouvert. 2 Peut-être cela te paraît-il impossible. 3 Mais demande-toi s’il est possible que Dieu ait un plan pour ton salut qui ne marche pas. 4 Une fois que tu auras accepté Son plan comme étant la seule fonction que tu veuilles remplir, il n’est rien d’autre que le Saint-Esprit n’arrangera pour toi sans effort de ta part. 5 Il ira devant toi pour aplanir ton chemin, ne laissant sur ta route aucune pierre sur laquelle tu pourrais trébucher, aucun obstacle qui pourrait te barrer la route. 6 Il n’est rien qui te sera refusé dont tu aies besoin. 7 Il n’est pas une difficulté apparente qui ne fondra avant que tu ne l’atteignes. 8 Tu n’as pas besoin de penser à quoi que ce soit, insoucieux de tout sauf du seul but que tu voudrais accomplir. 9 Comme il t’a été donné, ainsi sera son accomplissement. 10 La garantie de Dieu prévaudra contre tous les obstacles, car elle repose sur la certitude et non sur les contingences. 11 Elle repose sur toi. 12 Et que peut-il y avoir de plus certain qu’un Fils de Dieu?

UCEM~LEÇON 343 ~ Il ne m’est pas demandé de faire un sacrifice pour trouver la miséricorde et la paix de Dieu.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 343 ~ Il ne m'est pas demandé de faire un sacrifice pour trouver la miséricorde et la paix de Dieu., Un Cours en Miracles on décembre 9, 2009 at 3:37

9 déc ~ Perfection

LEÇON 343

Il ne m’est pas demandé de faire un sacrifice

pour trouver la miséricorde et la paix de Dieu.

1. La fin de la souffrance ne peut pas être une perte. 2 Le don de tout ne peut être qu’un gain. 3 Tu ne fais que donner. 4 Tu ne prends jamais. 5 Et Tu m’as créé pour être pareil à Toi, de sorte que le sacrifice devient impossible pour moi comme pour Toi. 6 Moi aussi, je dois donner. 7 Ainsi toutes choses me sont données pour toujours et à jamais. 8 Comme j’ai été créé, je reste. 9 Ton Fils ne peut pas faire de sacrifice, car il doit être complet, ayant pour fonction de Te compléter. 10 Je suis complet parce que je suis Ton Fils. 11 Je ne peux pas perdre, car je ne peux que donner, et tout est mien éternellement.

2. La miséricorde et la paix de Dieu sont gratuites. 2 Le salut n’a pas de coût. 3 C’est un don qui doit être librement donné et reçu. 4 Et c’est cela que nous voudrions apprendre aujourd’hui.

L’Inspiration

L’inutile sacrifice

1. Au-delà de la piètre attraction de la relation d’amour particulière, et toujours obscurcie par celle-ci, est la puissante attraction du Père sur Son Fils. 2 Il n’y a pas d’autre amour qui puisse te satisfaire, parce qu’il n’y a pas d’autre amour. 3 C’est le seul amour qui soit pleinement donné et pleinement rendu. 4 Étant complet, il ne demande rien. 5 Étant entièrement pur, tous ceux qui sont joints en lui ont tout. 6 Ce n’est la base d’aucune relation où entre l’ego. 7 Car chaque relation dans laquelle l’ego s’embarque est particulière.

2. L’ego n’établit des relations que pour obtenir quelque chose. 2 Et il voudrait que le donneur lui reste lié par la culpabilité. 3 Quelle que soit la relation, il est impossible que l’ego y entre sans colère, car l’ego croit que la colère fait des amis. 4 Ce n’est pas ce qu’il dit, mais c’est son but. 5 Car l’ego croit réellement qu’il peut obtenir et garder en rendant coupable. 6 Voilà son unique attraction; une attraction si faible qu’elle n’aurait pas du tout de prise, sauf que personne ne la reconnaît. 7 Car il semble toujours que c’est par l’amour que l’ego attire; or il n’exerce aucune attraction sur quiconque perçoit que c’est par la culpabilité qu’il attire.

3. L’attraction maladive de la culpabilité doit être reconnue pour ce qu’elle est. 2 Puisqu’elle a été rendue réelle pour toi, il est essentiel que tu la regardes clairement et que tu apprennes, en lui retirant ton investissement, à en lâcher prise. 3 Nul ne choisirait de lâcher prise de ce qu’il croit avoir de la valeur. 4 Or l’attraction de la culpabilité n’a de la valeur pour toi que parce que tu n’as pas regardé ce qu’elle est et l’as jugée complètement dans le noir. 5 Quand nous la porterons à la lumière, tu te demanderas seulement pourquoi tu as jamais pu vouloir d’elle. 6 Tu n’as rien à perdre à regarder les yeux grand ouverts, car une telle laideur n’a pas sa place dans ton saint esprit. 7 Cet hôte de Dieu ne peut avoir là de réel investissement.

4. Nous avons dit plus tôt que l’ego tente de maintenir et d’augmenter la culpabilité, mais de telle façon que tu ne reconnaisses pas ce qu’elle te ferait. 2 Car la doctrine fondamentale de l’ego est que ce que tu fais aux autres, tu y as échappé. 3 L’ego ne veut de bien à personne. 4 Or sa survie dépend de ta croyance que tu es exempté de ses intentions mauvaises. 5 Par conséquent, il te conseille que si tu es son hôte, cela te permettra de diriger sa colère vers l’extérieur et ainsi de te protéger. 6 Il s’embarque donc dans une interminable et infructueuse chaîne de relations particulières, de colère forgée et vouée à cette unique et insane croyance : que plus tu investis de la colère à l’extérieur de toi, plus tu es en sécurité.

5. C’est cette chaîne qui lie le Fils de Dieu à la culpabilité, et c’est cette chaîne que le Saint-Esprit voudrait ôter de son esprit saint. 2 Car la chaîne de sauvagerie n’a pas sa place autour de l’hôte choisi de Dieu, qui ne peut se faire l’hôte de l’ego. 3 Au nom de sa délivrance, et au Nom de Celui Qui voudrait le délivrer, regardons de plus près les relations que l’ego combine, et laissons le Saint-Esprit les juger véritablement. 4 Car il est certain que si tu les examines, tu les Lui offriras avec joie. 5 Ce qu’il peut en faire, tu ne le sais pas, mais tu deviendras désireux de le découvrir si tu es d’abord désireux de percevoir ce que tu en as fait.

6. D’une façon ou d’une autre, chaque relation que fait l’ego est fondée sur l’idée qu’en se sacrifiant lui-même, il devient plus gros. 2 Le « sacrifice », qu’il considère comme une purification, est en fait la racine de son amer ressentiment. 3 Car il préférerait attaquer directement, et éviter de retarder ce qu’il veut réellement. 4 Or l’ego reconnaît la «réalité» telle qu’il la voit, et il admet que personne ne pourrait interpréter une attaque directe comme de l’amour. 5 Or rendre coupable, c’est une attaque directe, même si cela n’en a pas l’air. 6 Car les coupables s’attendent à l’attaque; et l’ayant cherchée, c’est ce qui les attire.

7. Dans ces relations insanes, l’attraction de ce que tu ne veux pas semble être beaucoup plus forte que l’attraction de ce que tu veux. 2 Car chacun pense avoir sacrifié quelque chose à l’autre, et pour cela il le hait. 3 Il pense pourtant que c’est ce qu’il veut. 4 Il n’est pas du tout amoureux de l’autre. 5 Il croit simplement qu’il est amoureux du sacrifice. 6 Et pour ce sacrifice, qu’il exige de lui-même, il exige que l’autre accepte la culpabilité et se sacrifie lui-même aussi. 7 Le pardon devient impossible, car l’ego croit que pardonner à un autre, c’est le perdre. 8 C’est seulement par l’attaque sans le pardon que l’ego peut s’assurer de la culpabilité qui maintient la cohésion de toutes ses relations.

8. Or elles ne tiennent qu’en apparence. 2 Car les relations, pour l’ego, signifient seulement que les corps sont ensemble. 3 C’est toujours cela qu’exige l’ego, et il ne voit pas d’objection où qu’aille l’esprit et quoi qu’il pense, car cela semble sans importance. 4 Tant que le corps est là pour recevoir son sacrifice, il est content. 5 Pour l’ego l’esprit est privé, et seul le corps peut être partagé. 6 Les idées sont foncièrement sans intérêt, sauf dans la mesure où elles rapprochent ou éloignent de lui le corps d’un autre. 7 Et c’est sous ce rapport qu’il évalue les idées comme bonnes ou mauvaises. 8 Ce qui rend un autre coupable et le tient par la culpabilité est «bon». 9 Ce qui le délivre de la culpabilité est «mauvais», parce qu’il ne croirait plus que les corps communiquent, et ainsi il «disparaîtrait».

9. Souffrance et sacrifice sont les dons avec lesquels l’ego voudrait bénir toutes les unions. 2 Et ceux qui sont unis à son autel acceptent la souffrance et le sacrifice comme prix de leur union. 3 Dans ces alliances coléreuses, nées de la peur de la solitude et pourtant vouées à la continuation de la solitude, chacun cherche à soulager sa culpabilité en l’augmentant chez l’autre. 4 Car chacun croit que cela diminue la culpabilité en lui. 5 Il semble toujours que l’autre est en train de l’attaquer et de le blesser, peut-être avec des riens, peut-être «inconsciemment», mais jamais sans exiger de sacrifice. 6 La furie de ceux qui sont joints à l’autel de l’ego excède de beaucoup la conscience que tu en as. 7 Car de ce que l’ego veut réellement, tu ne te rends pas compte.

10. Chaque fois que tu es en colère, tu peux être sûr que tu as formé une relation particulière que l’ego a «bénie», car la colère est sa bénédiction. 2 La colère prend de nombreuses formes, mais elle ne peut pas tromper longtemps ceux qui apprendront que l’amour n’apporte aucune culpabilité, et que ce qui apporte la culpabilité ne peut pas être l’amour et doit être la colère. 3 Toute colère n’est rien de plus qu’une tentative pour amener quelqu’un à se sentir coupable, et cette tentative est la seule base qu’accepte l’ego pour les relations particulières. 4 La culpabilité est le seul besoin qu’a l’ego, et aussi longtemps que tu t’identifies à lui, la culpabilité reste attirante pour toi. 5 Or souviens-toi de ceci : être avec un corps, ce n’est pas communiquer. 6 Et si tu penses que ce l’est, tu te sentiras coupable à propos de la communication et tu auras peur d’entendre le Saint-Esprit, reconnaissant dans Sa Voix ton propre besoin de communiquer.

11. Le Saint-Esprit ne peut pas t’enseigner à travers la peur. 2 Et comment peut-Il communiquer avec toi tant que tu crois que communiquer, c’est t’esseuler? 3 Manifestement, il est insane de croire qu’en communiquant, tu seras abandonné. 4 Et pourtant beaucoup le croient. 5 Car ils pensent qu’ils doivent garder leur esprit privé, sans quoi ils le perdraient, tandis que si leurs corps sont ensemble, leur esprit reste à eux. 6 L’union des corps devient ainsi la façon de garder les esprits séparés. 7 Car les corps ne peuvent pardonner. 8 Ils peuvent seulement faire ce que l’esprit commande.

12. L’illusion de l’autonomie du corps et de son aptitude à vaincre la solitude n’est que le fonctionnement du plan de l’ego pour établir sa propre autonomie. 2 Aussi longtemps que tu croiras qu’être avec un corps, c’est avoir de la compagnie, tu te sentiras forcé d’essayer de garder ton frère dans son corps, tenu là par la culpabilité. 3 Et tu verras la sécurité dans la culpabilité et le danger dans la communication. 4 Car l’ego enseignera toujours que la solitude est résolue par la culpabilité, et que la communication est la cause de la solitude. 5 Malgré l’évidente insanité de cette leçon, beaucoup l’ont apprise.

13. Le pardon réside dans la communication aussi sûrement que la damnation réside dans la culpabilité. 2 C’est la fonction d’enseignant du Saint-Esprit d’instruire ceux qui croient que la communication est la damnation que la communication est le salut. 3 Et Il le fera, car le pouvoir de Dieu en Lui et en toi sont joints en une relation réelle, si sainte et si forte qu’elle peut vaincre même cela sans peur.

14. C’est par l’instant saint que ce qui semble impossible est accompli, montrant à l’évidence que ce n’est pas impossible. 2 Dans l’instant saint la culpabilité n’exerce pas d’attraction, puisque la communication a été rétablie. 3 Et la culpabilité, dont le seul but est d’interrompre la communication, n’a aucune fonction ici. 4 Ici il n’y a pas de dissimulation, ni de pensées privées. 5 Le désir de communiquer attire à lui la communication et vainc complètement la solitude. 6 Il y a ici un pardon complet, car il n’y a aucun souhait d’exclure quiconque de ta complétude, dans la soudaine re-connaissance de la valeur du rôle qu’il y joue. 7 Dans la protection de ton entièreté, tous sont invités et bienvenus. 8 Et tu comprends que ta complétude est celle de Dieu, Dont le seul besoin est que tu sois complet. 9 Car ta complétude te fait Sien en ta conscience. 10 Et c’est ici que tu fais l’expérience d’être tel que tu as été créé, et tel que tu es.

UCEM~LEÇON 342 – Je laisse le pardon se poser sur toutes choses, car ainsi le pardon me sera donné.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 342 - Je laisse le pardon se poser sur toutes choses, car ainsi le pardon me sera donné., Un Cours en Miracles on décembre 8, 2009 at 4:05

shutterstock_8493226-1

LEÇON 342

Je laisse le pardon se poser sur toutes choses,

car ainsi le pardon me sera donné.

1. Je Te rends grâce, Père, de Ton plan pour me sauver de l’enfer que j’ai fait. 2 Il n’est pas réel. 3 Et Tu m’as donné les moyens de me prouver son irréalité. 4 La clef est dans ma main et j’ai atteint la porte derrière laquelle se trouve la fin des rêves. 5 Je me tiens aux portes du Ciel, me demandant si je dois entrer et être chez moi. 6 Que je n’attende pas encore aujourd’hui. 7 Que je pardonne à toutes choses et que la création soit telle que tu la voudrais et telle qu’elle est. 8 Que je me souvienne que je suis Ton Fils et, en ouvrant enfin la porte, que j’oublie les illusions dans la lumière éclatante de la vérité, tandis que me revient le souvenir de Toi.

2. Frère, pardonne-moi maintenant. 2 Je viens à toi pour te ramener chez nous avec moi. 3 Et comme nous allons, le monde vient avec nous sur la route qui mène à Dieu.

L’Inspiration

Le don de la liberté

1. Si la Volonté de Dieu pour toi est la paix et la joie complètes, et si tu ne ressens pas uniquement cela, ce doit être que tu refuses de reconnaître Sa Volonté. 2 Sa Volonté ne vacille pas, étant à jamais inchangeable. 3 Quand tu n’es pas en paix, ça ne peut être que parce que tu ne crois pas que tu es en Lui. 4 Or Il est Tout en tous. 5 Sa paix est complète, et tu dois y être inclus. 6 Ses lois te gouvernent parce qu’elles gouvernent tout. 7 Tu ne peux pas t’exempter de Ses lois, bien que tu puisses leur désobéir. 8 Or si tu le fais, et seulement si tu le fais, tu te sentiras seul et impuissant, parce que tu te nies tout à toi-même.

2. Je suis venu comme une lumière dans un monde qui se nie tout à lui-même. 2 Il fait cela simplement en se dissociant de tout. 3 Il est donc une illusion d’isolement, maintenue par la peur de cette même solitude qui est son illusion. 4 J’ai dit que j’étais avec toi tous les jours jusqu’à la fin du monde. 5 C’est pourquoi je suis la lumière du monde. 6 Si je suis avec toi dans la solitude du monde, la solitude n’est plus. 7 Tu ne peux pas maintenir l’illusion de solitude si tu n’es pas seul. 8 Mon but, donc, est encore de vaincre le monde. 9 Je ne l’attaque pas, mais ma lumière doit le dissiper à cause de ce qu’il est. 10 La lumière n’attaque pas les ténèbres, mail elle les dissipe. 11 Si ma lumière t’accompagne partout, tu les dissipes avec moi. 12 La lumière devient nôtre, et tu ne peux pas plus demeurer dans les ténèbres que les ténèbres ne peuvent demeurer là où tu vas. 13 La mémoire de moi, c’est la mémoire de toi-même et de Celui Qui m’a envoyé à toi.

3. Tu étais dans les ténèbres jusqu’à ce que la Volonté de Dieu fut faite complètement par n’importe quelle partie de la Filialité. 2 Quand cela fut fait, elle était accomplie parfaitement par tous. 3 Comment autrement, pourrait-elle être parfaitement accomplie ? 4 Ma mission était simplement d’unir la volonté de la Filialité à la Volonté du Père en ayant moi-même conscience de la Volonté du Père. 5 C’est cette conscience que je suis venu te donner, et la difficulté que tu as à l’accepter est le problème de ce monde. 6 Le salut est de le dissiper, et en ce sens je suis le salut du monde. 7 Le monde doit donc me mépriser et me rejeter, parce que le monde est la croyance que l’amour est impossible. 8 Si tu acceptes le fait que je suis avec toi, tu nies le monde et tu acceptes Dieu. 9 Ma volonté est la Sienne; et ta décision de m’entendre est la décision d’entendre Sa Voix et de demeurer en Sa Volonté. 10 Comme Dieu m’a envoyé à toi, ainsi je t’enverrai aux autres. 11 Et j’irai à eux avec toi, afin que nous puissions leur enseigner la paix et l’union.

4. Ne penses-tu pas que le monde a besoin de paix autant que toi ? 2 Ne veux-tu pas la lui donner autant que tu veux la recevoir ? 3 Car sinon, tu ne la recevras pas. 4 Si tu veux l’avoir de moi, tu dois la donner. 5 La guérison ne vient de personne d’autre. 6 Tu dois accepter d’être guidé de l’intérieur. 7 Tu dois vouloir être guidé ou bien cela ne signifiera rien pour toi. 8 C’est pourquoi la guérison est une entreprise qui repose sur la collaboration. 9 Je  peux te dire quoi faire, mais tu dois collaborer en croyant que je connais ce que tu devrais faire. 10 Alors seulement ton esprit choisira de me suivre. 11 Sans ce choix tu ne pourrais pas être guéri parce que tu auras décidé de rejeter la guérison, et ce rejet de ma décision pour toi rend la guérison impossible.

5. La guérison reflète notre volonté conjointe. 2 Cela devient évident quand tu considères à quoi sert la guérison. 3 La guérison est la façon dont la séparation est vaincue. 4 La séparation est vaincue par l’union. 5 Elle ne peut pas être vaincue en se séparant. 6 La décision de s’unir doit être sans équivoque, sinon l’esprit lui-même est divisé et non entier. 7 Ton esprit est le moyen par lequel tu détermines ta propre condition, parce que l’esprit est le mécanisme de la décision. 8 C’est le pouvoir par lequel tu te sépares ou te joins, et ressens conséquemment la douleur ou la joie. 9 Ma décision ne peut pas vaincre la tienne, parce que la tienne est aussi puissante que la mienne. 10 Si elle ne l’était pas, les Fils de Dieu seraient inégaux. 11 Toutes choses sont possibles par notre décision conjointe, mais la mienne seule ne peut pas t’aider. 12 Ta volonté est aussi libre que la mienne, et Dieu Lui-même n’irait pas à son encontre. 13 Je ne peux pas vouloir ce que Dieu ne veut pas. 14 Je peux offrir ma force pour rendre la tienne invincible, mais je ne peux pas m’opposer à ta décision sans lui faire concurrence et violer ainsi la Volonté de Dieu pour toi.

6. Rien de ce que Dieu a créé ne peut s’opposer à ta décision, comme rien de ce que Dieu a créé ne peut s’opposer à Sa Volonté. 2 Dieu a donné à ta volonté sa puissance, et je ne peux que la reconnaître en l’honneur de la Sienne. 3 Si tu veux être comme moi, je t’aiderai, connaissant que nous sommes pareils. 4 Si tu veux être différent, j’attendrai jusqu’à ce que tu changes d’esprit. 5 Je peux t’enseigner, mais toi seul peux choisir d’écouter mon enseignement. 6 Comment pourrait-il en être autrement, si le Royaume de Dieu est liberté ? 7 La liberté ne peut pas être apprise par la tyrannie de quelque sorte que ce soit; et la parfaite égalité de tous les Fils de Dieu ne peut pas être reconnue par la domination d’un esprit sur un autre. 8 Les Fils de Dieu sont égaux en volonté, tous étant la Volonté du Père. 9 Cela est la seule leçon que je suis venu enseigner.

7. Si ta volonté n’était pas la mienne, elle ne serait pas Celle de notre Père. 2 Cela signifierait que tu as emprisonné la tienne et que tu ne l’as pas laissée être libre. 3 De toi-même tu ne peux rien faire, parce que de toi-même tu n’es rien. 4 Je ne suis rien sans le Père et tu n’es rien sans moi, parce qu’en niant le Père tu te nies toi-même. 5 Je me souviendrai toujours de toi, et dans ma mémoire de toi réside ta mémoire de toi-même. 6 Dans notre mémoire l’un de l’autre réside notre mémoire de Dieu. 7 Et dans cette mémoire réside ta liberté parce que ta liberté est en Lui. 8 Joins-toi donc à moi en louange de Lui et de toi qu’Il a créé. 9 C’est le don de gratitude que nous Lui faisons et qu’Il partagera avec toutes Ses créations, à qui Il donne également tout ce qui est acceptable pour Lui. 10 Parce que c’est acceptable pour Lui, c’est le don de la liberté, qui est Sa Volonté pour tous Ses Fils. 11 En offrant la liberté, tu seras libre.

8. Étant la re-connaissance de ce qu’ils sont et de ce qu’Il est, la liberté est le seul don que tu puisses faire aux Fils de Dieu. 2 La liberté est création, parce qu’elle est amour. 3 Celui que tu cherches à emprisonner, tu ne l’aimes pas. 4 Par conséquent, quand tu cherches à emprisonner qui que ce soit, y compris toi, tu ne l’aimes pas et tu ne peux pas t’identifier à lui. 5 Quand tu t’emprisonnes toi-même, tu perds de vue ta véritable identification avec moi et avec le Père. 6 Ton identification est avec le Père et avec le Fils. 7 Ce ne peut pas être avec l’Un sans l’Autre. 8 Si tu fais partie de l’Un, tu dois faire partie de l’Autre, parce qu’ils sont Un. 9 La Sainte Trinité est sainte parce qu’Elle est Une. 10 Si tu t’exclus toi-même de cette union, tu perçois la Sainte Trinité comme séparée. 11 Tu dois Y être inclus, parce qu’Elle est tout. 12 À moins que tu n’Y prennes ta place et ne remplisses ta fonction comme partie d’Elle, la Sainte Trinité est aussi dépouillée que toi. 13 Aucune partie d’Elle ne peut être emprisonnée si Sa vérité doit être connue.

UCEM~LEÇON 341 – Je ne peux attaquer que ma propre impeccabilité, et c’est elle seulement qui me garde en sécurité.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 341 – Je ne peux attaquer que ma propre impeccabilité, et c’est elle seulement qui me garde en sécurité., Un Cours en Miracles on décembre 7, 2009 at 3:51

7 déc ~ image-078

LEÇON 341

Je ne peux attaquer que ma propre impeccabilité,

et c’est elle seulement qui me garde en sécurité.

1. Père, Ton Fils est saint. 2 Je suis celui à qui Tu souris avec une tendresse et un amour si grands, si profonds et si calmes, que l’univers Te sourit en retour et partage Ta Sainteté. 3 Comme nous sommes purs, donc, comme nous sommes en sécurité, comme nous sommes saints nous qui demeurons dans Ton sourire, avec tout Ton Amour à nous accordé, nous qui vivons ne faisant qu’un avec Toi, en fraternité et Paternité complètes; dans une impeccabilité si parfaite que le Seigneur de l’Impeccabilité nous conçoit comme Son fils, un univers de Pensée Le complétant.

2. Alors n’attaquons pas notre impeccabilité, car elle contient la Parole de Dieu à nous donnée. 2 Et dans son doux reflet nous sommes sauvés.

L’Inspiration

Les deux mondes

1. Il t’a été dit de porter les ténèbres à la lumière et la culpabilité à la sainteté. 2 Il t’a été dit aussi que l’erreur doit être corrigée à sa source. 3 Par conséquent, c’est cette minuscule partie de toi-même, la petite pensée qui semble être coupée et séparée, dont le Saint-Esprit a besoin. 4 Le reste est pleinement sous la garde de Dieu et n’a pas besoin de guide. 5 Or cette pensée folle et délirante a besoin d’aide parce que, dans son délire, elle pense qu’elle est le Fils de Dieu, entière et toute-puissante, unique souveraine du royaume qu’elle a isolé afin d’y exercer sa tyrannie, contraignant par la folie à l’obéissance et à l’esclavage. 6 C’est cette petite partie que tu penses avoir volée au Ciel. 7 Rends-la au Ciel. 8 Le Ciel ne l’a pas perdue, mais c’est toi qui as perdu de vue le Ciel. 9 Laisse le Saint-Esprit l’enlever du royaume desséché dans lequel tu l’as fait ressortir, entourée de ténèbres, gardée par l’attaque et renforcée par la haine. 10 Il y a encore à l’intérieur de ses barricades un segment minuscule du Fils de Dieu, complet et saint, serein et inconscient de ce que tu penses qui l’entoure.

2. Ne sois pas séparé, car Celui Qui l’entoure t’a apporté l’union, retournant ta petite offrande de ténèbres à la lumière éternelle. 2 Comment cela se fait-il? 3 C’est extrêmement simple, étant basé sur ce qu’est réellement ce petit royaume. 4 Les sables arides, les ténèbres et l’absence de vie, ne sont vus que par les yeux du corps. 5 Sa morne vue est distordue, et les messages qu’il te transmet, à toi qui l’as fait pour limiter ta conscience, sont petits et limités et si fragmentés qu’ils sont in-signifiants.

3. Du monde des corps, fait par l’insanité, des messages insanes semblent être renvoyés à l’esprit qui l’a fait. 2 Et ces messages rendent témoignage de ce monde, proclamant qu’il est vrai. 3 Car tu as envoyé ces messagers pour qu’ils te rapportent cela. 4 Tout ce que ces messages te transmettent est tout à fait extérieur. 5 Il n’y a aucun message qui parle de ce qui se trouve au-dessous, car ce n’est pas le corps qui pourrait en parler. 6 Ses yeux ne le perçoivent pas; ses sens en restent tout à fait inconscients; sa langue ne peut pas en transmettre les messages. 7 Or Dieu peut t’amener là, si tu es désireux de suivre le Saint-Esprit à travers l’apparente terreur, ayant confiance en ce qu’il ne t’abandonnera pas et ne te laissera pas là. 8 Car ce n’est pas Son but de t’effrayer, mais seulement le tien. 9 Tu es sérieusement tenté de L’abandonner au cercle extérieur de la peur, mais Il voudrait te conduire en toute sécurité au travers et bien au-delà.

4. Le cercle de la peur se trouve juste au-dessous du niveau que le corps voit et il semble être tout le fondement sur lequel le monde est basé. 2 Là sont toutes les illusions, toutes les pensées tordues, toutes les attaques insanes, la fureur, la vengeance et la trahison qui furent faites pour maintenir la culpabilité en place, de sorte que le monde puisse en émerger et la garder cachée. 3 Son ombre monte à la surface, assez pour garder dans les ténèbres ses manifestations les plus extérieures et pour lui apporter le désespoir et la solitude et la laisser sans joie. 4 Or son intensité est voilée par ses lourdes couvertures, tenue à l’écart de ce qui a été fait pour la garder cachée. 5 Le corps ne peut pas la voir, car le corps en a surgi pour sa protection, qui dépend de ce qu’elle ne soit pas vue. 6 Les yeux du corps ne la verront jamais. 7 Mais ils verront ce qu’elle dicte.

5. Le corps restera le messager de la culpabilité et il agira sous sa direction aussi longtemps que tu croiras que la culpabilité est réelle. 2 Car la réalité de la culpabilité est l’illusion qui la fait paraître lourde et opaque, impénétrable, et un réel fondement pour le système de pensée de l’ego. 3 Sa minceur et sa transparence ne deviennent apparentes que lorsque tu vois la lumière derrière elle. 4 Alors tu la vois comme un voile fragile devant la lumière.

6. Cette barrière qui paraît si lourde, ce plancher artificiel qui ressemble à du roc, est comme un amoncellement de nuages bas et sombres, qui semble former un mur solide devant le soleil. 2 Son apparence impénétrable est entièrement illusoire. 3 Il cède mollement aux sommets montagneux qui le dépassent et il n’a pas du tout le pouvoir de retenir quiconque désire grimper plus haut pour voir le soleil. 4 Il n’est pas assez fort pour arrêter la chute d’un bouton ni pour tenir une plume. 5 Rien ne peut reposer sur lui, car ce n’est que l’illusion d’un fondement. 6 Essaie seulement de le toucher et il disparaît; essaie de l’attraper et tes mains ne retiennent rien.

7. Or, dans cet amoncellement de nuages, il est facile de voir tout un monde s’élever. 2 Une solide chaîne de montagnes, un lac, une ville, tout cela s’élève dans ton imagination; et les messagers de ta perception reviennent des nuages en t’assurant que tout est bien là. 3 Des figures se détachent et se meuvent, les actions semblent réelles et des formes apparaissent qui passent du beau au grotesque. 4 Elles vont et viennent, aussi longtemps que tu veux jouer à faire semblant comme les enfants. 5 Pourtant, peu importe le temps et l’imagination que tu y mets, tu ne le confonds pas avec le monde au-dessous et tu ne cherches pas à le rendre réel.

8. Il devrait en être ainsi des noirs nuages de la culpabilité, qui ne sont pas plus impénétrables et pas plus substantiels. 2 Tu ne te cogneras pas contre eux en les traversant. 3 Laisse ton Guide t’enseigner leur insubstantielle nature comme Il te conduit passé les nuages, car il y a au-dessous un monde de lumière sur lequel ils ne jettent aucune ombre. 4 Leurs ombres s’étirent sur le monde au-delà, encore plus loin de la lumière. 5 Or, des nuages, les ombres ne peuvent pas tomber sur la lumière.

9. Ce monde de lumière, ce cercle de clarté est le monde réel, où la culpabilité rencontre le pardon. 2 Ici le monde extérieur est vu à nouveau, sans l’ombre que jette sur lui la culpabilité. 3 Ici tu es pardonné, car ici tu as pardonné à chacun. 4 Ici est la nouvelle perception, où tout est éclatant et brillant d’innocence, lavé dans les eaux du pardon et purifié de toute mauvaise pensée que tu y avais mise. 5 Ici il n’y a pas d’attaque contre le Fils de Dieu, et tu es le bienvenu. 6 Ici est ton innocence, qui attend de te vêtir et de te protéger, et de te préparer pour l’étape finale du voyage vers l’intérieur. 7 Ici sont déposés les sombres et lourds vêtements de la culpabilité pour être remplacés doucement par la pureté et l’amour.

10. Or même le pardon n’est pas la fin. 2 Le pardon rend beau mais il ne crée pas. 3 Il est la source de la guérison, mais c’est le messager de l’amour et non sa Source. 4 Ici tu es conduit, afin que Dieu Lui-même puisse faire le dernier pas sans entraves, car ici rien n’interfère avec l’amour, qui est laissé libre d’être lui-même. 5 Un pas au-delà de ce saint lieu de pardon, un pas de plus vers l’intérieur mais celui que tu ne peux pas faire, te transporte vers quelque chose de complètement différent. 6 Ici est la Source de lumière : rien de perçu, de pardonné ni de transformé. 7 Mais simplement connu.

11. Ce cours conduira à la connaissance, mais la connaissance elle-même est encore au-delà de la sphère de notre curriculum. 2 Il n’est pas besoin non plus que nous essayions de parler de ce qui doit à jamais rester au-delà des mots. 3 Nous avons seulement besoin de nous rappeler que quiconque atteint le monde réel, au-delà duquel l’apprentissage ne peut aller, ira au-delà, mais d’une manière différente. 4 Où l’apprentissage finit, Dieu commence, car l’apprentissage finit devant Celui Qui est complet où Il commence, et là où il n’y a pas de fin. 5 Ce n’est pas à nous de nous attarder sur ce qui ne peut pas être atteint. 6 Il y a trop à apprendre. 7 Il reste encore à atteindre l’état dans lequel tu es prêt pour la connaissance.

12. L’amour ne s’apprend pas. 2 Sa signification repose en lui. 3 Et l’apprentissage prend fin quand tu as reconnu tout ce qu’il n’est pas. 4 C’est cela qui interfère; c’est cela qui doit être défait. 5 L’amour ne s’apprend pas, parce qu’il n’y eut jamais un temps où tu ne l’aies connu. 6 L’apprentissage est sans utilité en Présence de ton Créateur, Dont la re-connaissance par toi et la tienne par Lui transcendent de si loin tout apprentissage que tout ce que tu as appris est in-signifiant et à jamais remplacé par la connaissance de l’amour et sa seule signification.

13. Ta relation avec ton frère a été arrachée du monde des ombres, et son but non saint a été porté en toute sécurité à travers les barrières de la culpabilité, lavé par le pardon, rendu brillant puis replanté fermement dans le monde de lumière. 2 De là elle t’appelle à suivre le parcours qu’elle a suivi, soulevée bien au-dessus des ténèbres et doucement déposée devant les portes du Ciel. 3 L’instant saint dans lequel toi et ton frère étiez unis n’est que le messager de l’amour, envoyé d’au-delà du pardon pour te rappeler tout ce qui se trouve au-delà. 4 Or c’est par le pardon que tu t’en souviendras.

14. Quand la mémoire de Dieu te sera venue dans le saint lieu du pardon, tu ne te souviendras de rien d’autre et la mémoire sera aussi inutile que l’apprentissage, car ton seul but sera de créer. 2 Or tu ne peux pas connaître cela tant que chaque perception n’a pas été nettoyée, purifiée et finalement à jamais enlevée. 3 Le pardon n’enlève que le non-vrai, levant les ombres du monde et le portant, sain et sauf dans sa douceur, jusqu’au monde éclatant de la perception neuve et propre. 4 Voilà ton but maintenant. 5 Et c’est là que la paix t’attend.

UCEM~LEÇON 340 – Je peux être libre de la souffrance aujourd’hui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 340 – Je peux être libre de la souffrance aujourd’hui., Un Cours en Miracles on décembre 6, 2009 at 4:02

5 Déc ~ 8800704769

LEÇON 340

Je peux être libre de la souffrance aujourd’hui.

1. Père, je Te remercie pour cette journée et pour la liberté que je suis certain qu’elle apportera. 2 Ce jour est saint, car aujourd’hui Ton fils sera rédimé. 3 Sa souffrance est terminée. 4 Car Il entendra Ta Voix le diriger afin qu’il trouve la vision du Christ par le pardon et soit libre à jamais de toute souffrance. 5 Merci de cette journée, mon Père. 6 Je ne suis né dans ce monde que pour accomplir cette journée et ce qu’elle contient de joie et de liberté pour Ton saint Fils et pour le monde qu’il a fait, qui est délivré avec lui aujourd’hui.

2. Réjouis-toi aujourd’hui ! 2 Réjouis-toi ! 3 Il n’y a pas de place pour autre chose que la joie et la gratitude aujourd’hui. 4 Notre Père a rédimé Son Fils aujourd’hui. 5 Il n’en est pas un parmi nous qui ne sera sauvé aujourd’hui. 6 Pas un qui restera dans la peur, et pas un que le Père ne ramènera à Lui, éveillé au Ciel dans le Cœur de l’Amour.

L’Inspiration

La puissance de la sainteté

1. Tu penses peut-être encore que la sainteté est impossible à comprendre, parce que tu ne peux pas voir comment elle peut s’étendre jusqu’à inclure tout le monde. 2 Et il t’a été dit qu’elle doit inclure tout le monde pour être sainte. 3 Ne te préoccupe pas de l’extension de la sainteté, car tu ne comprends pas la nature des miracles. 4 Pas plus que tu ne les fais. 5 C’est leur extension, bien au-delà des limites que tu perçois, qui démontre que ce n’est pas toi qui les fais. 6 Pourquoi devrais-tu t’inquiéter de la façon dont le miracle s’étend à toute la Filialité, alors que tu ne comprends pas le miracle lui-même ? 7 Un attribut n’est pas plus difficile à comprendre que le tout. 8 Si tant est qu’il y a des miracles, leurs attributs doivent être miraculeux, puisqu’ils en font partie.

2. Il y a une tendance à fragmenter, puis à se préoccuper de la vérité d’une seule petite partie du tout. 2 Et cela n’est qu’une façon d’éviter le tout, ou d’en détourner ton regard, pour le poser sur ce que tu penses être plus à même de comprendre. 3 Car cela n’est qu’une autre façon d’essayer encore de garder la compréhension pour toi. 4 Voici une meilleure façon, et bien plus utile, de penser aux miracles : Tu ne les comprends pas, ni en partie ni en entier. 5 Or c’est par toi qu’ils ont été faits. 6 Par conséquent, ta compréhension ne peut pas être nécessaire. 7 Or il reste qu’il est impossible d’accomplir ce que tu ne comprends pas. 8 Ainsi il doit y avoir Quelque Chose en toi qui comprend.

3. Le miracle ne peut pas te sembler naturel, parce que ce que tu as fait pour blesser ton esprit l’a tellement dénaturé qu’il ne se souvient pas de ce qui lui est naturel. 2 Et quand on te dit ce qui est naturel, tu ne peux pas le comprendre. 3 Reconnaître la partie pour le tout, et le tout dans chacune des parties, est parfaitement naturel, car c’est ainsi que Dieu pense, et ce qui Lui est naturel t’est naturel. 4 Une perception entièrement naturelle te montrerait instantanément qu’un ordre de difficulté dans les miracles est tout à fait impossible, car cela comporte une contradiction de ce que les miracles signifient. 5 Et si tu pouvais comprendre leur signification, leurs attributs ne pourraient guère te rendre perplexe.

4. Tu as fait des miracles, mais il est bien évident que tu ne les as pas faits seul. 2 Tu as réussi chaque fois que tu as rejoint un autre esprit et t’es joint à lui. 3 Quand deux esprits se joignent pour ne faire qu’un et partagent une même idée également, le premier maillon a été fait dans la prise de conscience de la Filialité ne faisant qu’un. 4 Quand tu as fait cette jonction, comme le Saint-Esprit t’enjoint de le faire, et la Lui as offerte pour qu’il l’utilise comme bon Lui semble, Sa perception naturelle de ton don Lui permet de la comprendre, et te permet d’utiliser Sa compréhension pour ton bien. 5 Il est impossible de te convaincre de la réalité de ce qui a clairement été accompli par ton désir, tant que tu crois que tu dois le comprendre, sans quoi ce n’est pas réel.

5. Comment la foi en la réalité peut-elle être tienne tant que tu es résolu à la rendre irréelle? 2 Es-tu réellement plus en sécurité en maintenant la réalité des illusions que tu ne le serais en acceptant joyeusement la vérité pour ce qu’elle est, et en en rendant grâce? 3 Honore la vérité qui t’a été donnée, et réjouis-toi de ne pas la comprendre. 4 Les miracles sont naturels à Celui Qui parle pour Dieu. 5 Car Sa tâche est de traduire le miracle en la connaissance qu’il représente, et qui t’est cachée. 6 Que Sa compréhension du miracle te suffise, et ne te détourne pas de tous les témoins qu’il t’a donnés de Sa réalité.

6. Aucune preuve ne te convaincra de la vérité de ce que tu ne veux pas. 2 Or ta relation avec Lui est réelle. 3 Ne considère pas cela avec crainte, mais avec joie. 4 Celui à Qui tu as fait appel est avec toi. 5 Souhaite-Lui la bienvenue et honore les témoins qui t’apportent la bonne nouvelle de Sa venue. 6 Il est vrai, comme tu le crains, que Le reconnaître, c’est nier tout ce que tu penses savoir. 7 Mais ce que tu penses savoir n’a jamais été vrai. 8 Que pourrais-tu gagner à t’y accrocher en niant les preuves de la vérité? 9 Car tu es venu trop près de la vérité pour y renoncer maintenant, et tu vas céder à son irrésistible attraction. 10 Tu peux retarder cela maintenant, mais seulement un petit moment. 11 L’Hôte de Dieu t’a appelé, et tu as entendu. 12 Tu ne seras plus jamais entièrement désireux de ne pas écouter.

7. Cette année est une année de joie, durant laquelle ton écoute augmentera, et ta paix grandira avec son augmentation. 2 La puissance de la sainteté et la faiblesse de l’attaque sont toutes deux portées à ta conscience. 3 Et cela a été accompli dans un esprit fermement convaincu que la sainteté est faiblesse et l’attaque, pouvoir. 4 Cela ne devrait-il pas être un miracle suffisant pour t’enseigner que ton Enseignant n’est pas de toi? 5 Mais souviens-toi aussi que chaque fois que tu as écouté Son interprétation, les résultats t’ont apporté de la joie. 6 En considérant honnêtement ce qu’ils ont été, préférerais-tu les résultats de ta propre interprétation? 7 Dieu veut mieux pour toi. 8 Ne pourrais-tu pas regarder avec une plus grande charité celui que Dieu aime d’un Amour parfait?

8. N’interprète pas contre l’Amour de Dieu, car tu as de nombreux témoins qui en parlent si clairement que seuls les aveugles et les sourds pourraient manquer de les voir et de les entendre. 2 Cette année, détermine-toi à ne pas nier ce qui t’a été donné par Dieu. 3 Éveille-toi et partage-le, car c’est la seule raison pour laquelle Il t’a appelé. 4 Sa Voix a parlé clairement, et pourtant tu as si peu de foi en ce que tu as entendu, parce que tu as préféré mettre une foi encore plus grande dans le désastre que tu as fait. 5 Aujourd’hui, prenons ensemble la résolution d’accepter l’heureuse nouvelle que le désastre n’est pas réel et que la réalité n’est pas un désastre. 6 La réalité est sûre et sans danger, et elle est entièrement bonne avec tous et avec tout. 7 Il n’est pas de plus grand amour que d’accepter cela et d’être heureux. 8 Car l’amour demande seulement que tu sois heureux, et il te donnera tout ce qui contribue au bonheur.

9. Tu n’as jamais confié au Saint-Esprit un seul problème qu’il n’ait résolu pour toi, et jamais tu ne le feras. 2 Tu n’as jamais essayé de résoudre quoi que ce soit toi-même avec le moindre succès. 3 N’est-il pas temps de faire le rapprochement entre ces faits pour en saisir le sens? 4 Voici l’année pour mettre en application les idées qui t’ont été données. 5 Car les idées sont des forces considérables, à utiliser et non pas à garder inactives. 6 Elles t’ont déjà suffisamment prouvé leur pouvoir pour que tu mettes ta foi en elles et non dans leur déni. 7 Cette année, investis dans la vérité et laisse-la œuvrer en paix. 8 Aie foi en Celui Qui a foi en toi. 9 Pense à ce que tu as réellement vu et entendu, et reconnais-le. 10 Peux-tu être seul avec de tels témoins?

UCEM~LEÇON 339 – Je recevrai tout ce que je demande.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 339 - Je recevrai tout ce que je demande., Un Cours en Miracles on décembre 5, 2009 at 4:05

5 déc ~ Jesus-colombe8

LEÇON 339

Je recevrai tout ce que je demande.

1. Nul ne désire la douleur. 2 Mais il peut penser que douleur est plaisir. 3 Nul n’éviterait son bonheur. 4 Mais il peut penser que la joie est douloureuse, menaçante et dangereuse. 5 Chacun recevra ce qu’il demande. 6 Mais il se peut qu’il se méprenne sur ce qu’il veut, l’état qu’il voudrait atteindre. 7 Alors que peut-il demander dont il voudrait quand il le reçoit ? 8 Il a demandé ce qui l’effraiera et lui apportera de la souffrance. 9 Soyons résolus aujourd’hui à demander ce que nous voulons réellement, et seulement cela, afin que nous passions cette journée sans peur et sans confondre la douleur avec la joie ni la peur avec l’amour.

2. Père, ceci est Ta journée. 2 C’est une journée où je ne voudrais rien faire par moi-même, mais entendre Ta Voix dans tout ce que je fais;  et ne demander que ce que Tu m’offres, n’acceptant que les Pensées que Tu partages avec moi.

L’Inspiration

Le message de la relation sainte

1. Laisse la raison faire un autre pas. 2 Si tu attaques celui que Dieu voudrait guérir et que tu hais celui qu’il aime, alors toi et ton Créateur avez une volonté différente. 3 Or si tu es Sa Volonté, ce que tu dois croire alors, c’est que tu n’es pas toi-même. 4 Tu peux certes croire cela, et tu le fais. 5 Et tu as foi en cela, dont tu vois beaucoup de preuves. 6 Et d’où, te demandes-tu, vient ton étrange malaise, ton sentiment d’être déconnecté, et cette peur qui te hante du manque de signification en toi-même? 7 C’est comme si tu étais entré sans le moindre plan, sauf pour en ressortir, car cela seul semble certain.

2. Or nous avons entendu plus tôt une description très ressemblante, mais ce n’était pas de toi. 2 Quand même, cette idée étrange décrite avec tant d’exactitude, tu penses que c’est toi. 3 La raison te dirait que le monde que tu vois par des yeux qui ne sont pas les tiens, ne peut pas avoir de sens pour toi. 4 À qui une telle vue pourrait-elle renvoyer ses messages? 5 Sûrement pas à toi, dont la vue est entièrement indépendante des yeux qui regardent le monde. 6 Si ce n’est pas ta vision, que peut-elle te montrer? 7 Le cerveau ne peut pas interpréter ce que ta vision voit. 8 Cela, tu le comprendrais. 9 Le cerveau interprète pour le corps, dont il fait partie. 10 Mais ce qu’il dit, tu ne peux pas le comprendre. 11 Or tu l’as écouté. 12 Et longtemps tu t’es efforcé de comprendre ses messages.

3. Tu ne t’es pas rendu compte qu’il est impossible de comprendre ce qui manque entièrement de t’atteindre. 2 Tu n’as reçu aucun message que tu comprennes. 3 Car tu as écouté ce qui ne peut jamais communiquer. 4 Pense, donc, à ce qui se passe. 5 Niant ce que tu es, et croyant fermement que tu es autre chose, cette « autre chose » que tu as faite pour être toi devient ta vue. 6 Or ce doit être l’« autre chose » qui voit et qui, n’étant pas toi, t’explique sa vue. 7 Ta vision, bien sûr, rendrait cela tout à fait non nécessaire. 8 Mais si tu as les yeux fermés et si tu as fait appel à cette chose pour te conduire, lui demandant de t’expliquer le monde qu’elle voit, tu n’as aucune raison de ne pas écouter, ni de soupçonner que ce qu’elle te dit n’est pas vrai. 9 La raison te dirait que ce ne peut pas être vrai parce que tu ne le comprends pas. 10 Dieu n’a pas de secrets. 11 Il ne te conduit pas à travers un monde de misère, attendant pour te dire, à la fin du voyage, pourquoi Il t’a fait cela.

4. Qu’est-ce qui pourrait être caché à la Volonté de Dieu? 2 Tu crois pourtant que tu as des secrets. 3 Que pourraient être tes secrets, sinon une autre «volonté» qui t’est propre, à part de la Sienne? 4 La raison te dirait que cela n’est pas un secret qu’il est besoin de cacher comme un péché. 5 Mais une erreur, certes ! 6 Ne laisse pas ta peur du péché le protéger de la correction, car l’attraction de la culpabilité n’est que de la peur. 7 Voilà la seule émotion que tu aies faite, quoi qu’elle puisse sembler être. 8 C’est l’émotion du secret, des pensées privées et du corps. 9 C’est cette seule émotion qui s’oppose à l’amour et qui conduit toujours à la vue de différences et à la perte de l’identique. 10 C’est cette seule émotion qui te garde aveugle et dépendant du soi que tu penses avoir fait pour te conduire à travers le monde qu’il a fait pour toi.

5. Ta vue t’a été donnée, avec tout ce que tu peux comprendre. 2 Tu ne percevras aucune difficulté à comprendre ce que cette vision te dit, car chacun voit uniquement ce qu’il pense être. 3 Et ce que ta vue te montre, tu le comprendras parce que c’est la vérité. 4 Seule ta vision peut te transmettre ce que tu peux voir. 5 Elle t’atteint directement, sans qu’il soit besoin de l’interpréter pour toi. 6 Ce qui a besoin d’interprétation doit être étranger. 7 Et jamais cela ne sera rendu compréhensible par un interprète que tu ne peux pas comprendre.

6. De tous les messages que tu as reçus sans les comprendre, seul ce cours est accessible à ta compréhension et peut être compris. 2 C’est ton langage. 3 Si tu ne le comprends pas encore, c’est seulement parce que toute ta communication est comme celle d’un bébé. 4 Les sons que fait un bébé et ceux qu’il entend ne sont pas fiables du tout, car pour lui ils signifient différentes choses à différents moments. 5 Ni les sons qu’il entend ni les vues qu’il voit ne sont encore stables. 6 Mais ce qu’il entend sans le comprendre sera sa langue maternelle, dans laquelle il communiquera avec ceux qui l’entourent, comme eux avec lui. 7 Et les figures étranges et mouvantes qu’il voit autour de lui deviendront ses consolatrices, et il reconnaîtra sa demeure et les verra là avec lui.

7. Ainsi dans chaque relation sainte renaît l’aptitude à communiquer au lieu de séparer. 2 Or une relation sainte, qui elle-même vient à peine de renaître d’une relation non sainte, et qui pourtant est plus ancienne que la vieille illusion qu’elle a remplacée, est maintenant comme un bébé en sa renaissance. 3 C’est pourtant en cet enfant que la vision t’est rendue, et il parlera une langue que tu peux comprendre. 4 Il n’est pas nourri par l’« autre chose » que tu pensais toi. 5 Ce n’est pas là qu’il a été donné, et il n’a été reçu par rien d’autre que toi.Car deux frères ne peuvent s’unir que par le Christ, Dont la vision les voit ne faisant qu’un.

8. Pense à ce qui t’est donné, mon saint frère. 2 Cet enfant t’enseignera ce que tu ne comprends pas, et le rendra clair. 3 Car il ne parlera pas dans une langue étrangère. 4 Il n’aura pas besoin d’interprète pour toi, car c’est toi qui lui as enseigné ce qu’il connaît parce que tu le connaissais. 5 Il ne pouvait venir à personne d’autre que toi, jamais à «autre chose». 6 Où le Christ est entré, nul n’est seul, car Il ne pourrait jamais trouver une demeure dans les séparés. 7 Or Il doit renaître dans Son ancienne demeure, si neuve en apparence et pourtant aussi vieille que Lui, un minuscule nouveau venu qui dépend de la sainteté de ta relation pour Le laisser vivre.

9. Sois certain que Dieu n’a pas confié Son Fils à l’indigne. 2 Rien que ce qui fait partie de Lui est digne d’être joint. 3 Il n’est pas possible non plus que quoi que ce soit ne faisant pas partie de Lui puisse se joindre. 4 La communication doit avoir été rendue à ceux qui se joignent, car ils ne pourraient pas faire cela par des corps. 5 Qu’est-ce, donc, qui les a joints? 6 La raison te dira qu’ils ont dû se voir l’un l’autre par une vision qui n’est pas du corps, et communiquer dans une langue que le corps ne parle pas. 7 Ce ne peut pas non plus être une vue ou un son effrayant qui les a doucement réunis. 8 Plutôt, chacun a vu en l’autre le parfait abri où son Soi pouvait renaître en sécurité et en paix. 9 C’est ce que sa raison lui a dit et c’est ce qu’il a cru parce que c’était la vérité.

10. Voilà la première perception directe que tu peux faire. 2 Tu la fais par une prise de conscience plus vieille que la perception et qui pourtant renaît en un seul instant. 3 Car qu’est-ce que le temps pour ce qui a toujours été? 4 Pense à ce qu’a apporté cet instant : la re-connaissance que l’« autre chose » que tu pensais toi est une illusion. 5 Et la vérité est venue instantanément, pour te montrer où doit être ton Soi. 6 C’est le déni des illusions qui fait appel à la vérité, car nier les illusions, c’est reconnaître que la peur est in-signifiante. 7 Dans la sainte demeure où la peur est impuissante, l’amour entre avec gratitude, reconnaissant de ce qu’il ne fait qu’un avec vous qui vous êtes joints pour le laisser entrer.

11. Le Christ vient à ce qui est pareil à Lui; au même et non différent. 2 Car Il est toujours attiré vers Lui-même. 3 Qu’y a-t-il d’aussi pareil à Lui qu’une relation sainte? 4 Et ce qui attire toi et ton frère l’un vers l’autre L’attire vers vous. 5 Là, Sa douceur et Sa tendre innocence sont protégées de l’attaque. 6 Là, Il peut revenir avec confiance, car la foi en autrui est toujours la foi en Lui. 7 Tu as certes raison de considérer ton frère comme la demeure qu’il a choisie, car là ta volonté s’accorde avec la Sienne et avec celle de Son Père. 8 Telle est la Volonté de ton Père pour toi, et la tienne avec la Sienne. 9 Celui qui est attiré vers le Christ est attiré vers Dieu aussi sûrement que les Deux sont attirés vers chaque relation sainte, la demeure préparée pour Eux tandis que la terre est changée en Ciel.

UCEM~LEÇON 338 – Je ne suis affecté que par mes pensées.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 338 – Je ne suis affecté que par mes pensées., Un Cours en Miracles on décembre 4, 2009 at 3:28

Folder

LEÇON 338

Je ne suis affecté que par mes pensées.

1. Il n’est besoin que de cela pour que le salut vienne au monde entier. 2 Car dans cette seule pensée chacun est enfin délivré de la peur. 3 Maintenant il a appris que personne ne l’effraie, que rien ne peut le mettre en danger. 4 Il n’a pas d’ennemis et il est à l’abri de toutes choses extérieures. 5 Ses pensées peuvent l’effrayer, mais puisque ces pensées appartiennent à lui seul, il a le pouvoir de les changer et d’échanger chaque pensée de peur contre une pensée heureuse d’amour. 6 Il s’est crucifié lui-même. 7 Mais le plan de Dieu est que Son Fils bien-aimé sera rédimé.

2. Ton plan est sûr, mon Père, et le Tien seul. 2 Tous les autres plans échoueront. 3 Et j’aurai des pensées qui m’effraieront, jusqu’à ce que j’apprenne que Tu m’as donné la seule Pensée qui me conduise au salut. 4 Les miennes seules échoueront et ne me conduiront nulle part. 5 Mais la Pensée que Tu m’as donnée promet de me conduire chez moi, parce qu’elle contient Ta promesse à Ton fils.

L’Inspiration

Le curriculum sain

1. Seul l’amour est fort parce qu’il est indivisé. 2 Les forts n’attaquent pas parce qu’ils ne voient pas le besoin de le faire. 3 Pour que l’idée d’attaque puisse entrer dans ton esprit, il faut d’abord que tu te sois perçu toi-même comme faible. 4 Parce que tu t’es attaqué toi-même et parce que tu as cru que l’attaque était effective, tu te vois toi-même comme affaibli. 5 Ne percevant plus tes frères et toi comme égaux, et te considérant comme le plus faible, tu tentes «d’égaliser» la situation que tu as faite. 6 Pour ce faire tu utilises l’attaque parce que tu crois que l’attaque a réussi à t’affaiblir.

2. C’est pourquoi la re-connaissance de ta propre invulnérabilité est si importante pour le rétablissement de ta santé d’esprit. 2 Car si tu acceptes ton invulnérabilité, tu reconnais que l’attaque n’a pas d’effet. 3 Bien que tu te sois attaqué toi-même, tu démontreras qu’en réalité il ne s’est rien passé. 4 En attaquant, par conséquent, tu n’as rien fait. 5 Quand tu auras compris cela, tu verras que l’attaque n’a pas de sens, car il est évident qu’elle ne marche pas et ne peut pas te protéger. 6 Or la re-connaissance de ton invulnérabilité a plus qu’une valeur négative. 7 Si tes attaques contre toi-même n’ont pas réussi à t’affaiblir, tu es encore fort. 8 Tu n’as donc pas besoin d’«égaliser» la situation pour établir ta force.

3. À moins de reconnaître que ton attaque contre toi-même n’a pas d’effets, jamais tu ne te rendras compte de la complète inutilité de l’attaque. 2 Car les autres réagissent certes à l’attaque quand ils la perçoivent, et si tu essaies de les attaquer tu ne pourras pas éviter d’interpréter cela comme un renforcement. 3 Le seul endroit où tu puisses annuler tout renforcement, c’est en toi-même. 4 Car tu es toujours le premier point de ton attaque; et si cela n’a jamais été, cela n’a pas de conséquences.

4. L’Amour du Saint-Esprit est ta force, car le tien est divisé; par conséquent, il n’est pas réel. 2 Tu ne peux pas te fier à ton propre amour quand tu l’attaques. 3 Tu ne peux pas apprendre ce qu’est l’amour parfait avec un esprit divisé, parce qu’un esprit divisé a fait de lui-même un mauvais apprenant. 4 Tu as tenté de rendre la séparation éternelle, parce que tu voulais conserver les caractéristiques de la création, mais avec ton propre contenu. 5 Or la création n’est pas de toi, et les mauvais apprenants ont certes besoin d’un enseignement particulier.

5. Tu as des handicaps d’apprentissage, très littéralement. 2 Dans certains domaines tes capacités d’apprentissage sont tellement détériorées que tu ne peux plus progresser que sous une direction constante, nette et précise, fournie par un Enseignant Qui peut transcender tes ressources limitées. 3 Il devient ta Ressource parce que de toi-même tu ne peux pas apprendre. 4 La situation d’apprentissage dans laquelle tu t’es placé est impossible, et dans cette situation il est clair qu’il te faut un Enseignant particulier et un curriculum particulier. 5 Les mauvais apprenants ne sont pas de bons choix comme enseignants, ni pour eux-mêmes ni pour personne d’autre. 6 Tu ne te tournerais guère vers eux pour établir le curriculum par lequel ils peuvent échapper de leurs limitations. 7 S’ils comprenaient ce qui les dépasse, ils ne seraient pas handicapés.

6. Tu ne connais pas ce que signifie l’amour, et voilà ton handicap. 2 Ne tente pas de t’enseigner ce que tu ne comprends pas et n’essaie pas de fixer des buts de curriculum là où les tiens ont manifestement échoué. 3 Ton but d’apprentissage était de ne pas apprendre, et cela ne peut pas mener à un apprentissage réussi. 4 Tu ne peux pas transférer ce que tu n’as pas appris, et la détérioration de l’aptitude à généraliser est un échec d’apprentissage crucial. 5 Demanderais-tu à ceux qui n’ont pas réussi à apprendre à quoi servent les aides à l’apprentissage ? 6 Ils ne le savent pas. 7 S’ils pouvaient interpréter les aides correctement, ils en auraient appris quelque chose.

7. J’ai dit que la règle de l’ego est : « Cherche et ne trouve pas. » 2 Traduit en termes de curriculum, cela signifie : «Essaie d’apprendre mais ne réussis pas.» 3 Le résultat de ce but de curriculum est évident. 4 Toute aide valable à l’enseignement, toute instruction réelle et tout guide d’apprentissage sensé seront mal interprétés, puisqu’ils sont tous là pour faciliter l’apprentissage auquel s’oppose cet étrange curriculum. 5 Si tu essaies d’apprendre comment ne pas apprendre, et si le but de ton enseignement vise à son propre échec, que peux-tu espérer d’autre que la confusion ? 6 Un tel curriculum n’a pas de sens. 7 Cette tentative d’«apprendre» a tellement affaibli ton esprit que tu ne peux pas aimer, car le curriculum que tu as choisi est contre l’amour, et cela équivaut à un cours sur la façon de t’attaquer toi-même. 8 Ce curriculum a un but supplémentaire, qui est d’apprendre comment ne pas vaincre la division qui rend son but premier crédible. 9 Et tu ne vaincras pas la division dans ce curriculum, car tout ton apprentissage ira à son profit. 10 Or ton esprit parle contre ton apprentissage comme ton apprentissage parle contre ton esprit, et tu luttes ainsi avec succès contre tout apprentissage, car c’est ce que tu veux. 11 Mais peut-être est-ce que tu ne te rends pas compte, même encore, qu’il est quelque chose que tu veux apprendre, et que tu peux l’apprendre parce que tu as choisi de le faire.

8. Toi qui as tenté d’apprendre ce que tu ne veux pas devrais reprendre courage, car bien que le curriculum que tu t’es donné soit certes déprimant, il n’est que ridicule quand tu le regardes de plus près. 2 Est-il possible que la façon de réaliser un but soit de ne pas l’atteindre? 3 Cesse maintenant d’être ton propre enseignant. 4 Cette démission ne mènera pas à la dépression. 5 C’est le simple résultat d’une évaluation honnête de ce que tu t’es enseigné et des résultats d’apprentissage qui en ont suivi. 6 Dans les conditions d’apprentissage correctes, que tu ne peux ni fournir ni comprendre, tu deviendras un excellent apprenant et un excellent enseignant. 7 Mais cela n’est pas encore et cela ne sera pas tant que toute la situation d’apprentissage telle que tu l’as montée ne sera pas renversée.

9. Compris correctement, ton potentiel d’apprentissage est illimité parce qu’il te conduira à Dieu. 2 Tu peux enseigner la voie vers Lui et tu peux l’apprendre, si tu suis l’Enseignant Qui connaît la voie vers Lui et Qui comprend Son curriculum pour l’apprendre. 3 Le curriculum est totalement non ambigu, parce que le but n’est pas divisé et que les moyens et la fin s’accordent complètement. 4 Tu as seulement besoin de lui prêter ton attention indivisée. 5 Tout le reste te sera donné. 6 Car tu veux vraiment bien apprendre, et rien ne peut s’opposer à la décision du Fils de Dieu. 7 Son apprentissage est aussi illimité que lui.

UCEM~LEÇON 337 – Mon impeccabilité me protège de tout ce qui est nuisible.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 337 – Mon impeccabilité me protège de tout ce qui est nuisible., Un Cours en Miracles on décembre 3, 2009 at 7:44

3 déc ~ etre-de-lumi-re

LEÇON 337

Mon impeccabilité me protège de tout ce qui est nuisible.

1 Mon impeccabilité m’assure la paix parfaite, la sécurité éternelle et l’amour perpétuel, la libération pour toujours de toute pensée de perte et la délivrance complète de la souffrance. 2 Seul le bonheur peut être mon état, car seul le bonheur m’est donné. 3 Que dois-je faire pour connaître que tout cela est à moi ? 4 Je dois accepter l’Expiation pour moi-même, et rien de plus. 5 Dieu a déjà fait tout ce qu’il est besoin de faire. 6 Et je dois apprendre que je n’ai pas besoin de faire quoi que ce soit de moi-même, car j’ai seulement besoin d’accepter mon Soi, mon impeccabilité, créée pour moi et déjà à moi maintenant, pour sentir que l’Amour de Dieu me protège de tout ce qui est nuisible, pour comprendre que mon Père aime Son Fils; pour connaître que je suis le Fils que mon Père aime.

2. Toi Qui m’as créé dans l’impeccabilité, Tu ne fais pas erreur sur ce que je suis. 2 J’ai fait erreur en pensant que j’avais péché, mais j’accepte l’Expiation pour moi-même. 3 Père, mon rêve est terminé maintenant. 4 Amen.

L’Inspiration

L’égalité des miracles

1. Quand aucune perception ne se dresse entre Dieu et Ses créations, ou entre Ses enfants et les leurs, la connaissance de la création doit continuer à jamais. 2 Les reflets que tu acceptes dans le miroir de ton esprit dans le temps ne font que rapprocher ou éloigner l’éternité. 3 Mais l’éternité même est au-delà de tout temps. 4 Sors du temps et touche-la, avec l’aide de son reflet en toi. 5 Et tu te tourneras du temps vers la sainteté, aussi sûrement que le reflet de la sainteté appelle chacun à mettre de côté toute culpabilité. 6 Reflète la paix du Ciel ici et porte ce monde au Ciel. 7 Car le reflet de la vérité attire chacun à la vérité; et chacun, en y entrant, laisse derrière lui tous les reflets.

2. Au Ciel la réalité est partagée et non reflétée. 2 En partageant son reflet ici, sa vérité devient la seule perception qu’accepte le Fils de Dieu. 3 Et ainsi se fait jour en lui le souvenir de Son Père, et rien d’autre que sa propre réalité ne peut plus le satisfaire. 4 Toi sur terre, tu n’as aucune conception de l’illimité, car le monde dans lequel tu sembles vivre est un monde de limites. 5 Dans ce monde, ce n’est pas vrai que n’importe quoi sans ordre de difficulté peut arriver. 6 Par conséquent, le miracle a une fonction unique, et est motivé par un Enseignant unique Qui apporte à ce monde les lois d’un autre monde. 7 Le miracle est la seule chose que tu puisses faire qui transcende l’ordre, étant basé non pas sur les différences mais sur l’égalité.

3. Les miracles ne se font pas concurrence, et le nombre de ceux que tu peux faire est illimité. 2 Ils peuvent être simultanés et légion. 3 Cela n’est pas difficile à comprendre, dès que tu peux concevoir qu’ils sont possibles. 4 Ce qui est plus difficile à saisir, c’est l’absence d’un ordre de difficulté qui étiquette le miracle comme quelque chose qui doit venir d’ailleurs, et non d’ici. 5 Du point de vue du monde, cela est impossible.

4. Peut-être es-tu conscient de l’absence de concurrence entre tes pensées, qui, bien qu’elles puissent être en conflit, peuvent arriver ensemble et en grand nombre. 2 De fait, tu y es peut-être tellement habitué que cela te cause peu de surprise. 3 Or tu as aussi l’habitude de classer certaines de tes pensées comme étant plus importantes, plus vastes ou meilleures, plus sages, plus fécondes ou plus précieuses que d’autres. 4 Cela est vrai des pensées qui traversent l’esprit de ceux qui pensent vivre à part. 5 Car certaines sont des reflets du Ciel, tandis que d’autres sont motivées par l’ego, qui ne pense qu’en apparence.

5. Le résultat est un motif ondoyant et changeant qui n’est jamais au repos et jamais ne s’arrête. 2 Il passe sans cesse sur le miroir de ton esprit et les reflets du Ciel ne durent qu’un instant et puis pâlissent, effacés par les ténèbres. 3 Où il y avait de la lumière, les ténèbres l’enlèvent en un instant, et des motifs alternants de lumière et de ténèbres balaient ton esprit en permanence. 4 Le petit peu de santé d’esprit qu’il reste encore est maintenu grâce au sens de l’ordre que tu établis. 5 Or le fait même que tu puisses faire cela, et mettre un ordre quelconque dans le chaos, te montre que tu n’es pas un ego, et qu’il doit y avoir en toi plus qu’un ego. 6 Car l’ego est chaos, et s’il était tout ce que tu es, aucun ordre ne serait possible. 7 Or bien que l’ordre que tu imposes à ton esprit limite l’ego, il te limite aussi. 8 Ordonner, c’est juger, et c’est arranger selon ce jugement. 9 Par conséquent, ce n’est pas ta fonction mais celle du Saint-Esprit.

6. Il te paraîtra difficile d’apprendre que tu n’as absolument aucune base sur laquelle ordonner tes pensées. 2 Cette leçon, le Saint-Esprit l’enseigne en te donnant les brillants exemples des miracles pour te montrer que ta façon d’ordonner est mauvaise, mais qu’une meilleure voie t’est offerte. 3 Le miracle offre exactement la même réponse à chaque appel à l’aide. 4 Il ne juge pas l’appel. 5 Il reconnaît simplement ce qu’il est et répond en conséquence. 6 Il ne considère pas quel appel est le plus fort, ou le plus grand ou le plus important. 7 Tu te demandes peut-être comment on peut te demander, à toi qui es encore lié au jugement, de faire ce qui ne requiert aucun jugement de ta part. 8 La réponse est très simple. 9 C’est la puissance de Dieu, et non la tienne, qui engendre les miracles. 10 Le miracle lui-même ne fait que témoigner que tu as en toi la puissance de Dieu. 11 C’est la raison pour laquelle le miracle donne une égale bénédiction à tous ceux qui y participent, et c’est aussi pourquoi tout le monde y participe. 12 La puissance de Dieu est illimitée. 13 Étant toujours maximale, elle offre tout à chaque appel de qui que ce soit. 14 Il n’y a pas d’ordre de difficulté ici. 15 Un appel à l’aide reçoit de l’aide.

7. Le seul jugement que cela comporte est l’unique division que fait le Saint-Esprit en deux catégories : l’une d’amour et l’autre l’appel à l’amour. 2 Tu ne peux pas faire cette division sans risque, car tu es dans une bien trop grande confusion soit pour reconnaître l’amour, soit pour croire que tout le reste n’est rien d’autre qu’un appel à l’amour. 3 Tu es trop lié à la forme, et non au contenu. 4 Ce que tu considères comme le contenu n’est pas du tout le contenu. 5 Ce n’est que la forme, et rien d’autre. 6 Car tu ne réponds pas à ce qu’un frère t’offre réellement mais seulement à la manière particulière dont l’ego perçoit son offrande et la juge.

8. L’ego est incapable de comprendre le contenu, et il ne s’en soucie nullement. 2 Pour l’ego, si la forme est acceptable, le contenu doit l’être. 3 Autrement, il attaquera la forme. 4 Si tu crois comprendre quelque chose à la «dynamique» de l’ego, je t’assure que tu n’y comprends rien. 5 Car de toi-même tu ne pourrais pas la comprendre. 6 L’étude de l’ego n’est pas l’étude de l’esprit. 7 De fait, l’ego aime à s’étudier lui-même, et il approuve tout à fait l’entreprise des étudiants qui voudraient l’«analyser», approuvant ainsi son importance. 8 Or ils ne font qu’étudier une forme avec un contenu in-signifiant. 9 Car leur enseignant est insensé, bien qu’il prenne soin de dissimuler ce fait derrière des mots ronflants mais qui manquent de tout sens cohérent lorsqu’ils sont mis ensemble.

9. C’est une caractéristique des jugements de l’ego. 2 Séparément, ils semblent tenir, mais rassemble-les et le système de pensée qui émerge de cet assemblage est incohérent et absolument chaotique. 3 Car la forme n’est pas suffisante pour la signification, et le manque sous-jacent de contenu rend un système cohérent impossible. 4 Par conséquent, la séparation reste la condition choisie de l’ego. 5 Car personne, seul, ne peut juger véritablement de l’ego. 6 Or là où deux ou trois se joignent pour chercher la vérité, l’ego ne peut plus défendre son manque de contenu. 7 Le fait de l’union leur dit qu’il n’est pas vrai.

10. Il est impossible de se souvenir de Dieu en secret et seul. 2 Car se souvenir de Lui signifie que tu n’es pas seul, et que tu es désireux de t’en souvenir. 3 N’aie aucune pensée pour toi-même, car aucune pensée tenue par toi n’est pour toi-même. 4 Si tu veux te souvenir de ton Père, laisse le Saint-Esprit ordonner tes pensées et ne donne que la réponse par laquelle Il te répond. 5 Chacun recherche l’amour comme tu le fais, mais il ne connaît pas cela à moins de s’unir à toi dans cette quête. 6 Si vous entreprenez la quête ensemble, vous emportez avec vous une lumière si puissante qu’une signification est donnée à ce que vous voyez. 7 Le voyage solitaire échoue parce qu’il a exclu ce qu’il voulait trouver.

11. Comme Dieu communique avec le Saint-Esprit en toi, ainsi le Saint-Esprit traduit Ses communications par toi, afin que tu puisses les comprendre. 2 Dieu n’a pas de communications secrètes, car tout de Lui est parfaitement ouvert et librement accessible à tous, étant pour tous. 3 Rien ne vit en secret, et ce que tu voudrais cacher au Saint-Esprit n’est rien. 4 Chaque interprétation que tu voudrais poser sur un frère est insensée. 5 Laisse le Saint-Esprit te montrer ton frère et t’enseigner à la fois son amour et son appel à l’amour. 6 Ni son esprit ni le tien ne contiennent davantage que ces deux ordres de pensée.

12. Le miracle est la re-connaissance de ce que cela est vrai. 2 Où il y a l’amour, ton frère doit te le donner à cause de ce qu’est l’amour. 3 Mais où il y a un appel à l’amour, c’est toi qui dois le donner à cause de ce que tu es. 4 J’ai dit plus tôt que ce cours t’enseignerait comment te souvenir de ce que tu es en te rendant ton Identité. 5 Nous avons déjà appris que cette Identité est partagée. 6 Le miracle devient le moyen de La partager. 7 En fournissant ton Identité partout où Elle n’est pas reconnue, tu La reconnaîtras. 8 Et Dieu Lui-même, Qui veut être avec Son Fils à jamais, bénira chaque re-connaissance de Son Fils de tout l’Amour qu’il a pour lui. 9 Et le pouvoir de tout Son Amour ne sera pas absent non plus d’aucun miracle que tu offres à Son Fils. 10 Comment, donc, peut-il y avoir quelque ordre de difficulté parmi eux?

UCEM~LEÇON 336 – Le pardon me fait connaître que les esprits sont joints.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 336 – Le pardon me fait connaître que les esprits sont joints., Un Cours en Miracles on décembre 2, 2009 at 3:15

2 déc ~ ORIMAG0009 (42)

LEÇON 336

Le pardon me fait connaître que les esprits sont joints.

1. Le pardon est le moyen désigné pour la fin de la perception. 2 La connaissance est rétablie une fois que la perception est d’abord changée, puis fait place entièrement à ce qui reste à jamais au-delà de sa plus haute portée. 3 Car les vues et les sons ne peuvent servir, au mieux, qu’à rappeler le souvenir qui réside au-delà d’eux tous. 4 Le pardon balaie les distorsions et ouvre à la vérité l’autel caché. 5 Ses lys luisent dans l’esprit en l’appelant à revenir et à regarder au-dedans, pour trouver ce qu’il a vainement cherché au-dehors. 6 Car c’est là, et là seulement, qu’est rétablie la paix de l’esprit, car c’est la demeure de Dieu Lui-même.

2. Que le pardon, dans la quiétude, efface mes rêves de séparation et de péché. 2 Puis laisse-moi, Père, regarder au-dedans, et trouver que Ta promesse de mon impeccabilité est tenue; que Ta Parole reste inchangée dans mon esprit, que Ton Amour demeure encore dans mon coeur

L’Inspiration

La guérison comme perception corrigée

1. J’ai dit plus tôt que le Saint-Esprit est la Réponse. 2 Il est la Réponse à tout, parce qu’il connaît ce qu’est la réponse à tout. 3 L’ego ne connaît pas ce qu’est une vraie question, bien qu’il en pose un nombre infini. 4 Or tu peux apprendre cela en apprenant à mettre en question la valeur de l’ego, et en établissant ainsi ton aptitude à évaluer ses questions. 5 Quand l’ego te tente à la maladie, ne demande pas au Saint-Esprit de guérir le corps, car cela serait simplement d’accepter la croyance de l’ego que le corps est le but approprié de la guérison. 6 Demande, plutôt, que le Saint-Esprit t’enseigne la juste perception du corps, car seule la perception peut être distordue. 7 Seule la perception peut être malade, parce que seule la perception peut être fausse.

2. La perception fausse est le souhait que les choses soient telles qu’elles ne sont pas. 2 La réalité de toute chose est totalement incapable de nuire, parce que la totale incapacité de nuire est la condition de sa réalité. 3 C’est aussi la condition pour que tu aies conscience de sa réalité. 4 Tu n’as pas à chercher la réalité. 5 C’est elle qui te cherchera et te trouvera quand tu rempliras ses conditions. 6 Ses conditions font partie de ce qu’elle est. 7 Et cette partie seulement dépend de toi. 8 Le reste est d’elle-même. 9 Tu as si peu à faire parce que ta petite partie est si puissante qu’elle t’apportera le tout. 10 Accepte, donc, ta petite partie, et laisse le tout être à toi.

3. L’entièreté guérit parce qu’elle est de l’esprit. 2 Toutes les formes de maladie, même à la mort, sont des expressions physiques de la peur de l’éveil. 3 Ce sont des tentatives pour renforcer le sommeil de peur de s’éveiller. 4 C’est une façon pitoyable d’essayer de ne pas voir en rendant inefficaces les facultés pour voir. 5  » Repose en paix  » est une bénédiction pour les vivants, et non pour les morts, parce que le repos vient d’être éveillé et non de dormir. 6 Dormir, c’est se retirer; être éveillé, c’est s’unir. 7 Les rêves sont des illusions d’union, parce qu’ils reflètent les notions distordues de l’ego sur ce qu’est l’union. 8 Or le Saint-Esprit aussi peut utiliser le sommeil et faire usage des rêves au service de la veille si tu Le laisses le faire.

4. Comment tu t’éveilles est signe de comment tu as utilisé le sommeil. 2 À qui l’as-tu donné ? 3 Sous l’égide de quel enseignant l’as-tu placé ? 4 Chaque fois que tu t’éveilles dés-inspiré, tu ne l’as pas donné au Saint-Esprit. 5 Quand tu t’éveilles joyeusement, alors seulement tu as utilisé le sommeil conformément à Son but. 6 Tu peux certes être  » abruti  » de sommeil, si tu en mésuses au service de la maladie. 7 Le sommeil n’est pas plus une forme de mort que la mort n’est une forme d’inconscience. 8 L’inconscience complète est impossible. 9 Tu peux reposer en paix uniquement parce que tu es éveillé.

5. La guérison est délivrance de la peur de l’éveil et substitution de la décision de s’éveiller. 2 La décision de s’éveiller est le reflet de la volonté d’aimer, puisque toute guérison comporte le remplacement de la peur par l’amour. 3 Le Saint-Esprit ne peut pas distinguer entre les degrés d’erreur, car s’Il enseignait qu’une forme de maladie est plus sérieuse qu’une autre, Il enseignerait qu’une erreur peut être plus réelle qu’une autre. 4 Sa fonction est de distinguer seulement entre le faux et le vrai, remplaçant le faux par le vrai.

6. L’ego, qui veut toujours affaiblir l’esprit, tente de le détruire en essayant de le séparer du corps. 2 Or l’ego croit en fait qu’il le protège. 3 C’est parce que l’ego croit que l’esprit est dangereux et que rendre sans esprit, c’est guérir. 4 Mais rendre sans esprit est impossible, puisque cela signifierait de rendre rien ce que Dieu a créé. 5 L’ego méprise la faiblesse, bien qu’il fasse tous ses efforts pour l’induire. 6 L’ego ne veut que ce qu’il hait. 7 Pour l’ego, cela est parfaitement sensé. 8 Croyant au pouvoir de l’attaque, l’ego veut l’attaque.

7. La Bible t’enjoint d’être parfait, de guérir toutes les erreurs, de n’avoir aucune pensée pour le corps en tant que séparé et d’accomplir toutes choses en mon nom. 2 Ce n’est pas seulement mon nom, car notre identification est partagée. 3 Le Nom du Fils de Dieu est un, et si tu es enjoint de faire les œuvres de l’amour, c’est parce que nous partageons cette Unité. 4 Nos esprit sont entiers parce qu’ils sont un. 5 Si tu es malade, tu te retires de moi. 6 Or tu ne peux pas te retirer de moi seul. 7 Tu peux seulement te retirer de toi-même et de moi.

8. Tu as sûrement commencé à te rendre compte que ceci est un cours très pratique, un cours qui dit exactement ce qu’il veut dire. 2 Je ne te demanderais pas de faire des choses que tu ne peux pas faire, et il est impossible que je puisse faire des choses que tu ne peux pas. 3 Cela étant donné, et donné très littéralement, rien ne peut t’empêcher de faire exactement ce que je demande, et tout plaide pour que tu le fasses. 4 Je ne te fixe aucune limite parce que Dieu ne t’en impose aucune. 5 Quand tu te limites toi-même, nous ne sommes plus d’un seul esprit, et cela est la maladie. 6 Or la maladie n’est pas du corps, mais de l’esprit. 7 Toutes les formes de maladie sont des signes que l’esprit est divisé, et qu’il n’accepte pas un but unifié.

9. L’unification du but est donc la seule façon dont le Saint-Esprit guérit. 2 C’est parce que c’est le seul niveau où la guérison signifie quoi que ce soit. 3 Rétablir la signification dans un système de pensée chaotique, c’est la façon de le guérir. 4 Ta tâche consiste seulement à remplir les conditions de la signification, puisque la signification elle-même est de Dieu. 5 Or ton retour à la signification est essentiel à la Sienne, parce que ta signification fait partie de la Sienne. 6 Ta guérison, donc, fait partie de Sa santé, puisqu’elle fait partie de Son Entièreté. 7 Il ne peut pas la perdre mais tu peux, toi, ne pas la connaître. 8 Or c’est toujours Sa Volonté pour toi, et Sa Volonté doit tenir à jamais et en toutes choses.

UCEM~LEÇON 335 – Je choisis de voir l’impeccabilité de mon frère.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 335 – Je choisis de voir l’impeccabilité de mon frère., Un Cours en Miracles on décembre 1, 2009 at 4:40

10 nov ~ 06_sixteenmirrors03divinelight

LEÇON 335

Je choisis de voir l’impeccabilité de mon frère.

1. Le pardon est un choix. 2 Je ne vois jamais mon frère tel qu’il est, car cela est bien au-delà de la perception. 3 Ce que je vois en lui est simplement ce que je souhaite voir, parce que cela représente ce que je veux pour vérité. 4 C’est à cela seul que je réponds, peu importe à quel point j’y semble contraint par des événements extérieurs. 5 Je choisis de voir ce que je voudrais regarder, et c’est cela que je vois, et seulement cela. 6 L’impeccabilité de mon frère me montre que je voudrais contempler la mienne. 7 Et je la verrai, ayant choisi de contempler mon frère en sa sainte lumière.

2. Qu’est-ce qui pourrait me rendre le souvenir de Toi, si ce n’est de voir l’impeccabilité de mon frère ? 2 Sa sainteté me rappelle qu’il a été créé un avec moi et pareil à moi. 3 En lui je trouve mon Soi, et dans Ton Fils je trouve aussi le souvenir de Toi.

La « dynamique » de l’ego

1. Nul ne peut échapper des illusions à moins de les regarder, car ne pas regarder est la façon de les protéger. 2 Il n’y a pas lieu de reculer devant les illusions, car elles ne peuvent pas être dangereuses. 3 Nous sommes prêts à regarder de plus près le système de pensée de l’ego parce qu’ensemble nous avons la lampe qui le dissipera; et puisque tu te rends compte que tu ne le veux pas, tu dois être prêt. 4 Soyons très calmes en faisant cela, car nous ne faisons que chercher honnêtement la vérité. 5 La « dynamique » de l’ego sera notre leçon pendant quelque temps, car nous devons d’abord l’examiner pour ensuite voir au-delà, puisque tu l’as rendue réelle. 6 Ensemble, tranquillement, nous déferons cette erreur, puis nous regarderons au-delà vers la vérité.

2. Qu’est-ce que la guérison, si ce n’est l’enlèvement de tout ce qui fait obstacle à la connaissance ? 2 Et comment peut-on dissiper les illusions, si ce n’est en les regardant en face, sans les protéger? 3 N’aie pas peur, donc, car ce que tu regarderas, c’est la source de la peur, et tu commences à apprendre que la peur n’est pas réelle. 4 Tu apprends aussi que ses effets peuvent être dissipés par le simple déni de leur réalité. 5 L’étape suivante est évidemment de reconnaître que ce qui n’a pas d’effets n’existe pas. 6 Les lois n’opèrent pas dans le vide et ce qui ne mène à rien ne s’est pas produit. 7 Si la réalité se reconnaît à son extension, ce qui ne mène à rien ne peut être réel. 8 N’aie pas peur, donc, de regarder la peur, car elle ne peut être vue. 9 Par définition, la clarté défait la confusion; et de regarder les ténèbres à la lumière doit les dissiper.

3. Commençons cette leçon sur la « dynamique de l’ego » en comprenant que l’expression elle-même ne signifie rien. 2 Elle contient dans ses termes mêmes la contradiction qui la rend in-signifiante. 3 Le mot « dynamique » suggère le pouvoir de faire quelque chose, et toute la fausseté de la séparation réside dans la croyance que l’ego a le pouvoir de faire quoi que ce soit. 4 L’ego te fait peur parce que tu crois cela. 5 Or la vérité est toute simple :

6 Tout pouvoir est de Dieu.

7 Ce qui n’est pas de Lui n’a pas le pouvoir

de faire quoi que ce soit.

4. Quand nous regardons l’ego, donc, nous ne considérons pas une dynamique mais un délire. 2 Tu peux sûrement observer sans crainte un système délirant, car il ne peut avoir d’effets si sa source n’est pas réelle. 3 Il devient encore plus évident que la peur est inappropriée si tu reconnais le but de l’ego, qui est si clairement insensé que tout effort fait en son nom est nécessairement dépensé pour rien. 4 Le but de l’ego est très explicitement sa propre autonomie. 5 Depuis le commencement, donc, son but est d’être séparé, se suffisant à lui-même, et indépendant de tout pouvoir autre que le sien. 6 Voilà pourquoi il est le symbole de la séparation.

5. Chaque idée a un but, et ce but est toujours la conséquence naturelle de ce qu’elle est. 2 Tout ce qui émane de l’ego est la conséquence naturelle de sa croyance centrale, et la façon de défaire ses résultats est simplement de reconnaître que leur source n’est pas naturelle, étant en désaccord avec ta vraie nature. 3 J’ai dit plus tôt que de vouloir à l’encontre de Dieu, ce n’est pas réellement vouloir mais prendre ses souhaits pour la réalité. 4 Sa Volonté est Une parce que l’extension de Sa Volonté ne peut pas être différente d’elle-même. 5 Ce que tu éprouves réellement, donc, c’est le conflit entre les vains souhaits de l’ego et la Volonté de Dieu, que tu partages. 6 Cela peut-il être un réel conflit?

6. Ton indépendance est celle de la création et non de l’autonomie. 2 Ta fonction créatrice réside tout entière dans ta complète dépendance de Dieu, Qui partage Sa fonction avec toi. 3 Par son désir de la partager, Il est devenu aussi dépendant de toi que tu l’es de Lui. 4 N’attribue pas l’arrogance de l’ego à Celui Dont la Volonté est de ne pas être indépendant de toi. 5 Il t’a inclus dans Son Autonomie. 6 Peux-tu croire que l’autonomie ait une signification à part de Lui ? 7 La croyance en l’autonomie de l’ego te coûte la connaissance de ta dépendance de Dieu, en laquelle réside ta liberté. 8 L’ego considère toute dépendance comme menaçante, et il a tourné même ta soif de Dieu en un moyen de s’établir lui-même. 9 Mais ne te laisse pas tromper par son interprétation de ton conflit.

7 L’ego attaque toujours au nom de la séparation. 2 Croyant avoir le pouvoir de le faire, il ne fait rien d’autre, parce que son but d’autonomie n’est rien d’autre. 3 Dans sa confusion, l’ego ne sait rien de la réalité, mais il ne perd pas de vue son but. 4 Il est bien plus vigilant que toi, parce qu’il est parfaitement certain de son but. 5 Ta confusion vient du fait que tu ne reconnais pas le tien.

8. Tu dois reconnaître que la dernière chose que souhaite l’ego, c’est que tu te rendes compte que tu as peur de lui. 2 Car si l’ego pouvait susciter la peur, cela diminuerait ton indépendance et affaiblirait ton pouvoir. 3 Or sa seule prétention à ton allégeance est le pouvoir qu’il peut te donner. 4 Sans cette croyance tu ne l’écouterais pas du tout. 5 Comment, donc, son existence peut-elle continuer si tu te rends compte qu’en l’acceptant tu te rapetisses et te prives toi-même de pouvoir?

9. L’ego peut te permettre, et de fait il te permet de te considérer toi-même hautain, incroyant, « le cœur léger », distant, sans émotions profondes, endurci, indifférent et même désespéré, mais pas réellement apeuré. 2 Minimiser la peur, mais sans la défaire, c’est pour l’ego un effort constant, et c’est certes un talent où il met beaucoup d’ingéniosité. 3 Comment peut-il prêcher la séparation sans la soutenir au moyen de la peur, et l’écouterais-tu si tu reconnaissais que c’est ce qu’il fait?

10. Ce qui menace l’ego d’une manière fondamentale, c’est donc que tu reconnaisses que quoi que ce soit qui semble te séparer de Dieu n’est que la peur, quelque forme qu’elle prenne et peu importe la façon dont l’ego voudrait que tu en fasses l’expérience. 2 Son rêve d’autonomie est ébranlé jusque dans ses fondements par cette prise de conscience. 3 Car bien que tu puisses admettre une fausse idée d’indépendance, tu n’accepteras pas le coût de la peur si tu le reconnais. 4 Or tel est le coût, et l’ego ne peut pas le minimiser. 5 Si tu passes sur l’amour, c’est sur toi-même que tu passes, et tu dois craindre l’irréalité parce que tu t’es nié toi-même. 6 En croyant avoir réussi à attaquer la vérité, tu crois que l’attaque a un pouvoir. 7 C’est donc de toi, tout simplement, que tu t’es mis à avoir peur. 8 Et nul ne veut trouver ce qu’il croit capable de le détruire.

11. Si le but d’autonomie de l’ego pouvait s’accomplir, cela pourrait faire échouer le but de Dieu, ce qui est impossible. 2 C’est seulement en apprenant ce qu’est la peur que tu pourras enfin apprendre à distinguer le possible de l’impossible et le faux du vrai. 3 Selon l’enseignement de l’ego, son but peut être accompli et le but de Dieu ne peut pas l’être. 4 Selon l’enseignement du Saint-Esprit, seul le but de Dieu peut être accompli, et il est déjà accompli.

12. Dieu est aussi dépendant de toi que tu l’es de Lui, parce que Son Autonomie englobe la tienne; par conséquent, elle est incomplète sans elle. 2 Tu ne peux établir ton autonomie qu’en t’identifiant à Lui et en remplissant ta fonction telle qu’elle existe en vérité. 3 L’ego croit que le bonheur est d’accomplir son but. 4 Mais il t’est donné de connaître que la fonction de Dieu est la tienne, et le bonheur ne peut pas se trouver à part de Votre Volonté conjointe. 5 Reconnais seulement que le but de l’ego, que tu as poursuivi si diligemment, ne t’a apporté que la peur, et il devient difficile de maintenir que la peur est le bonheur. 6 Soutenu par la peur, c’est ce que l’ego voudrait que tu croies. 7 Or le Fils de Dieu n’est pas insane et il ne peut pas le croire. 8 Qu’il le reconnaisse seulement et il ne l’acceptera pas. 9 Car seuls ceux qui sont insanes choisiraient la peur à la place de l’amour, et seuls ceux qui sont insanes pourraient croire que l’amour peut être gagné par l’attaque. 10 Mais ceux qui sont sains d’esprit se rendent compte que seule l’attaque pourrait produire la peur, dont l’Amour de Dieu les protège complètement.

13. L’ego analyse; le Saint-Esprit accepte. 2 Apprécier l’entièreté, cela ne peut venir que de l’acceptation, car analyser signifie décomposer ou séparer du reste. 3 Il est clair que tenter de comprendre la totalité en la décomposant, c’est l’approche typiquement contradictoire que l’ego utilise en tout. 4 L’ego croit que le pouvoir, la compréhension et la vérité résident dans la séparation, et pour établir cette croyance il doit attaquer. 5 Inconscient que la croyance ne peut pas être établie et obsédé par la conviction que la séparation est le salut, l’ego attaque tout ce qu’il perçoit en le décomposant en petites parties déconnectées, sans relations signifiantes entre elles et par conséquent sans signification. 6 L’ego substituera toujours le chaos à la signification, car si la séparation est le salut, l’harmonie est une menace.

14. Les interprétations que donne l’ego des lois de la perception sont, et doivent être, l’exact opposé de celles du Saint-Esprit. 2 L’ego se concentre sur l’erreur et passe sur la vérité. 3 Il rend réelle chaque erreur qu’il perçoit, et par un raisonnement circulaire caractéristique il en arrive à la conclusion qu’à cause de l’erreur, une vérité constante doit être in-signifiante. 4 L’étape suivante, donc, est évidente. 5 Si une vérité constante ne signifie rien, l’inconstance doit être vraie. 6 Gardant clairement l’erreur à l’esprit et protégeant ce qu’il a rendu réel, l’ego passe à l’étape suivante dans son système de pensée : L’erreur est réelle et la vérité est une erreur.

15. L’ego n’essaie même pas de comprendre cela, et il est clair que c’est incompréhensible, mais l’ego essaie très fort de le démontrer, et il fait cela constamment. 2 Analysant pour attaquer la signification, l’ego réussit à passer par-dessus, et ce qui lui reste est une série de perceptions fragmentées qu’il unifie en sa faveur. 3 Cela devient donc l’univers qu’il perçoit. 4 Et c’est cet univers, en retour, qui devient la démonstration de sa propre réalité.

16. Ne sous-estime pas l’attrait des démonstrations de l’ego sur ceux qui veulent bien l’écouter. 2 Une perception sélective choisit soigneusement ses témoins, et ses témoins sont conséquents. 3 À ceux qui sont insanes, les arguments en faveur de l’insanité paraissent solides. 4 Car le raisonnement finit à son commencement, et aucun système de pensée ne transcende sa source. 5 Mais un raisonnement qui ne signifie rien ne peut rien démontrer, et ceux qui sont convaincus par ce raisonnement doivent s’illusionner. 6 L’ego peut-il enseigner véritablement quand il passe sur la vérité? 7 Peut-il percevoir ce qu’il a nié? 8 Ses témoins attestent son déni, mais guère ce qu’il a nié. 9 L’ego regarde le Père en face et ne Le voit pas, car il a nié Son Fils.

17. Voudrais-tu, toi, te souvenir du Père ? 2 Accepte Son Fils et tu te souviendras de Lui. 3 Rien ne peut démontrer que Son Fils est indigne, car rien ne peut prouver qu’un mensonge est vrai. 4 Ce que tu vois de Son Fils par les yeux de l’ego est une démonstration de ce que Son Fils n’existe pas, or où est le Fils le Père doit être. 5 Accepte ce que Dieu ne nie pas, et cela te démontrera sa propre vérité. 6 Les témoins de Dieu se tiennent dans Sa lumière et contemplent ce qu’il a créé. 7 Leur silence est signe qu’ils ont contemplé le Fils de Dieu, et en la Présence du Christ il n’est rien qu’ils aient besoin de démontrer, car le Christ leur parle de Lui-même et de Son Père. 8 Ils sont silencieux parce que le Christ leur parle, et ce sont Ses paroles qu’ils prononcent.

18. Chaque frère que tu rencontres devient un témoin du Christ ou de l’ego, selon ce que tu perçois en lui. 2 Chacun te convainc de ce que tu veux percevoir, et de la réalité du royaume que tu as choisi pour ta vigilance. 3 Tout ce que tu perçois est un témoin du système de pensée que tu veux vrai. 4 Chaque frère a le pouvoir de te délivrer, si tu choisis d’être libre. 5 Tu ne peux pas accepter un faux témoignage de lui à moins d’avoir convoqué de faux témoins contre lui. 6 S’il ne te parle pas du Christ, tu ne lui as pas parlé du Christ. 7 Tu n’entends que ta propre voix, et si le Christ parle par toi, tu L’entendras.