Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

UCEM~RÉVISION III – Introduction (Instructions pour la révision des leçons 91 à 110)

In Les leçons et l'Inspiration, RÉVISION III ~ Introduction ~ Leçons 91 à 110., UCEM, Un Cours en Miracles on avril 20, 2016 at 8:17

RÉVISION III

Introduction

1. Notre prochaine révision commence aujourd’hui. 2 Chaque jour nous réviserons deux leçons récentes pour dix jours consécutifs de mise en pratique. 3 Pour ces périodes d’exercice, nous observerons une formule particulière qu’il t’est fortement conseillé de suivre le plus étroitement possible.

2. Nous comprenons, bien sûr, qu’il est peut-être impossible pour toi d’entreprendre chaque jour et à chaque heure du jour ce qui est suggéré ici comme l’optimum. 2 L’apprentissage ne sera pas entravé si tu sautes une période d’exercice parce que cela t’est impossible à l’heure prévue. 3 Il n’est pas nécessaire non plus que tu fasses des efforts excessifs pour être sûr de te rattraper quant au nombre. 4 Le rituel n’est pas ce que nous visons et cela irait à l’encontre de notre but.

3. Mais l’apprentissage sera entravé si tu sautes une période d’exercice parce que tu es indésireux d’y consacrer le temps qu’il t’est demandé de donner. 2 Ne t’y trompe pas. 3 L’indésir peut être très soigneusement dissimulé sous le couvert de situations que tu ne peux contrôler. 4 Apprends à distinguer les situations qui se prêtent mal aux exercices de celles que tu établis pour soutenir le camouflage de cet indésir.

4. Ces périodes d’exercice perdues parce que tu ne voulais pas les faire, quelle que soit la raison, devraient être faites aussitôt que tu as changé d’esprit sur ton but. 2 Tu es indésireux de coopérer à la pratique du salut seulement si cela interfère avec des buts qui te sont plus chers. 3 Après leur avoir retiré la valeur que tu leur donnais, permets à tes périodes d’exercice de remplacer tes litanies à leur adresse. 4 Ils ne t’ont rien donné. 5 Mais tes exercices peuvent tout t’offrir. 6 Accepte donc ce qu’ils t’offrent et sois en paix.

5. La formule à utiliser pour ces révisions est la suivante : Deux fois par jour consacre cinq minutes, ou plus si tu préfères, à considérer les pensées qui sont assignées. 2 Relis les idées et les commentaires inscrits pour l’exercice de chaque jour. 3 Puis commence à y penser en laissant ton esprit les rapporter à tes besoins, à tes problèmes apparents et à toutes tes préoccupations.

6. Place les idées dans ton esprit et laisse-le les utiliser comme bon lui semble. 2 Aie foi en ce qu’il les utilisera sagement, aidé dans ses décisions par Celui Qui t’a donné les pensées. 3 À quoi peux-tu te fier, sinon à ce qui est dans ton esprit ? 4 Dans ces révisions, aie foi en ce que les moyens qu’utilise le Saint-Esprit n’échoueront pas. 5 La sagesse de ton esprit te viendra en aide. 6 Donne les instructions au départ, puis détends-toi avec une foi tranquille, et laisse l’esprit employer les pensées que tu lui as données telles qu’elles t’ont été données pour son usage.

7. Elles t’ont été données avec une parfaite confiance, une parfaite assurance que tu en ferais bon usage, une foi parfaite en ce que tu verrais leurs messages et les utiliserais pour toi-même. 2 Offre-les à ton esprit avec la même confiance, la même assurance et la même foi. 3 Il n’échouera pas. 4 Il est le moyen que le Saint-Esprit a choisi pour ton salut. 5 Puisqu’il a Sa confiance, Son moyen doit sûrement mériter la tienne aussi.

8. Nous mettons l’accent sur les bénéfices pour toi si tu consacres les cinq premières minutes de la journée à tes révisions, et leur donnes aussi les cinq dernières minutes de veille de ta journée. 2 Si cela ne peut pas se faire, essaie au moins de les diviser de manière à en entreprendre une le matin et une autre dans l’heure juste avant de te coucher.

9. Les exercices à faire tout le long de la journée sont tout aussi importants et ont peut-être même une plus grande valeur. 2 Tu as été enclin à ne t’exercer qu’aux moments prévus, puis à passer à d’autres choses sans appliquer à ces choses ce que tu as appris. 3 Avec pour résultat que tu n’as gagné que peu de renforcement et n’as pas donné à ton apprentissage une vraie chance de prouver l’importance de ces dons potentiels. 4 Voici une autre chance d’en faire bon usage.

10. Dans ces révisions nous insistons sur le besoin de ne pas laisser ton apprentissage dormir entre tes périodes d’exercice plus longues. 2 Essaie de réviser brièvement mais sérieusement les deux idées quotidiennes à chaque heure. 3 Utilise l’une à l’heure, et l’autre une demi-heure plus tard. 4 Tu n’as pas besoin d’accorder plus d’un instant à chacune. 5 Répète l’idée, puis permets à ton esprit de se reposer un moment en silence et en paix. 6 Ensuite passe à d’autres choses, mais essaie de garder la pensée avec toi, et laisse-la te servir d’aide pour garder ta paix aussi tout le long du jour.

11. Si tu es secoué, penses-y de nouveau. 2 Ces périodes d’exercice sont conçues pour t’aider à développer l’habitude d’appliquer ce que tu apprends chaque jour à tout ce que tu fais. 3 Ne répète pas l’idée pour la mettre ensuite de côté. 4 Il n’y a pas de limites à son utilité pour toi. 5 Elle est censée te servir de toutes les façons, en tout temps et en tout lieu, et chaque fois que tu as besoin d’une aide quelconque. 6 Essaie donc de l’emporter avec toi dans les activités de la journée et de la rendre sainte, digne du Fils de Dieu, acceptable pour Dieu et pour ton Soi.

12. Les révisions de chaque jour se concluront par la répétition de la pensée à utiliser à chaque heure, ainsi que de celle à appliquer à la demi-heure. 2 Ne les oublie pas. 3 Pour chacune de ces idées cette seconde chance apportera de si grandes avancées, et nous retirerons de ces révisions des gains si importants pour notre apprentissage, que nous continuerons sur un terrain plus solide, d’un pas plus assuré et avec une foi plus grande.

13. N’oublie pas comme tu as peu appris.

2 N’oublie pas comme tu peux apprendre beaucoup maintenant.

3 N’oublie pas le besoin que ton Père a de toi, tout en révisant ces pensées qu’Il t’a données.

RÉVISION III – Introduction (Instructions pour la révision des leçons 91 à 110) – audio

UCEM~INTRODUCTION au Livre d’Exercices pour Étudiants

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~INTRODUCTION au Livre d’Exercices pour Étudiants, Un Cours en Miracles on décembre 31, 2015 at 8:25

INTRODUCTION

1. Un fondement théorique comme celui que le texte procure est un cadre nécessaire pour rendre les leçons de ce livre d’exercices signifiantes. 2 Or c’est de faire les exercices qui rendra le but de ce cours possible. 3 Un esprit inexercé ne peut rien accomplir. 4 C’est le but de ce livre d’exercices d’entrainer ton esprit à penser de la façon qui est présentée dans le texte.

2. Les exercices sont très simples. 2 Ils ne requièrent pas beaucoup de temps et peu importe où tu les fais. 3 Ils n’ont pas besoin de préparation. 4 La période d’entraînement est de un an. 5 Les exercices sont numérotés de 1 à 365. 6 N’entreprends pas de faire plus d’une leçon par jour.

3. Le livre d’exercices est divisé en deux sections principales, la première traitant du défaire de ta façon de voir maintenant; et la seconde, de l’acquisition de la perception vraie. 2 À l’exception des périodes de révision, les exercices de chaque jour sont planifiés autour d’une idée centrale, qui est d’abord énoncée. 3 Suit une description des procédures concrètes par lesquelles l’idée du jour sera appliquée.

4. Le but de ce livre d’exercices est d’entraîner ton esprit d’une manière systématique à une perception différente de tous et de tout en ce monde. 2. Les exercices sont planifiés de façon à t’aider à généraliser les leçons, afin que tu comprennes que chacune d’elles est également applicable à tous ceux et à tout ce que tu vois.

5. Le transfert de l’entraînement en perception vraie ne se fait pas comme le transfert de l’entraînement du monde. 2 Si la perception vraie a été atteinte par rapport à une personne, une situation ou un évènement quelconque, le transfert total à tous et à tout est certain. 3 D’autre part, une seule exception tenue à part de la perception vraie rend ses accomplissements impossibles n’importe où.

6. Les seules règles générales à observer d’un bout à l’autre sont donc: Premièrement, que les exercices soient faits d’une manière très concrète, comme il sera indiqué. 2 Cela t’aidera à appliquer les idées en question à toute situation dans laquelle tu te trouves, ainsi qu’à tous ceux et à tout ce qu’elle englobe. 3 Deuxièmement, assure-toi de ne pas décider par toi-même qu’il y a certaines personnes, situations ou choses auxquelles les idées sont inapplicables. 4 Cela interférera avec le transfert de l’entraînement. 5 C’est la nature même de la perception vraie de n’avoir pas de limites. 6 C’est l’opposé de ta façon de voir maintenant.

7. Le but général des exercices est d’augmenter ton aptitude à étendre les idées que tu pratiqueras jusqu’à tout y inclure. 2 Cela n’exigera aucun effort de ta part. 3 Les exercices eux-mêmes satisfont aux conditions nécessaires pour ce type de transfert.

8. Certaines des idées que présente le livre d’exercices te paraîtront difficiles à croire; d’autres te sembleront tout à fait surprenantes. 2 Cela n’a aucune importance. 3 Il t’est simplement demandé d’appliquer les idées de la manière indiquée. 4 Il ne t’est pas demandé de les juger. 5 Il t’est seulement demandé de les utiliser. 6 C’est leur utilisation qui leur donnera une signification pour toi et te montrera qu’elles sont vraies.

9. Souviens-toi seulement de ceci: tu n’as pas besoin de croire les idées, tu n’as pas besoin de les accepter, tu n’as pas même besoin de leur faire bon accueil. 2 Il se peut qu’à certaines d’entre elles, tu résistes activement. 3 Rien de tout cela n’a d’importance, et leur efficacité n’en est pas diminuée. 4 Mais ne te permets pas de faire des exceptions dans l’application des idées que contient le livre d’exercices; et quelles que soient tes réactions à ces idées, utilise-les. 5 Rien d’autre que cela n’est requis.

Introduction aux leçons

UCEM~LEÇON 126 – Tout ce que je donne est donné à moi-même.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 126 - Tout ce que je donne est donné à moi-même., Un Cours en Miracles on mai 5, 2016 at 8:14

LEÇON 126

Tout ce que je donne est donné à moi-même.

1. L’idée d’aujourd’hui, qui est complètement étrangère à l’ego et à la pensée du monde, est cruciale pour le renversement de pensée que ce cours amènera. 2 Si tu croyais cet énoncé, il n’y aurait rien qui fasse problème dans le pardon complet, la certitude de but et la sûre direction. 3 Tu comprendrais le moyen par lequel le salut vient à toi, et tu n’hésiterais pas à l’utiliser maintenant.

2. Considérons ce que tu crois, à la place de cette idée. 2 Il te semble que les autres personnes sont à part de toi et capables de se conduire de certaines façons qui n’ont pas d’influence sur tes pensées, ni les tiennes sur les leurs. 3 Par conséquent, tes attitudes n’ont pas d’effet sur eux, et leurs appels à l’aide n’ont aucun rapport avec les tiens. 4 De plus, tu penses qu’ils peuvent pécher sans affecter la perception que tu as de toi-même, tandis que tu peux juger leur péché tout en restant à part de la condamnation et en paix.

3. Quand tu “pardonnes” un péché, il n’y a pas de gain pour toi directement. 2 Tu fais la charité à quelqu’un d’indigne, simplement pour faire ressortir que tu es meilleur, sur un plan supérieur à celui à qui tu pardonnes. 3 Il n’a pas mérité ta tolérance charitable, accordée à quelqu’un qui est indigne de ce don, parce que ses péchés l’ont rabaissé au-dessous d’une véritable égalité avec toi. 4 Il ne peut pas prétendre à ton pardon. 5 C’est un don qui lui est offert, mais guère à toi-même.

4. Ainsi le pardon est-il fondamentalement déraisonnable; c’est un caprice charitable, bienveillant mais immérité, un don accordé à certains moments, refusé à d’autres. 2 Immérité, il est juste de le refuser, et il n’est pas juste non plus que tu doives souffrir quand il est refusé. 3 Le péché que tu pardonnes n’est pas le tien. 4 C’est quelqu’un à part de toi qui l’a commis. 5 Et si alors tu lui fais la grâce de lui donner ce qu’il ne mérite pas, le don n’est pas plus à toi que ne l’était son péché.

5. Si cela est vrai, le pardon n’a pas de base sûre et fiable sur laquelle reposer. 2 C’est une excentricité par laquelle tu choisis parfois de donner avec indulgence un sursis immérité. 3 Or il te reste le droit de ne pas laisser le pécheur échapper à la juste rétribution de son péché. 4 Penses-tu que le Seigneur du Ciel permettrait que le salut du monde dépende de cela ? 5 N’est-ce pas que Sa Sollicitude pour toi serait bien petite, si ton salut reposait sur un caprice ?

6. Tu ne comprends pas le pardon. 2 Tel que tu le vois, ce n’est qu’un frein à une attaque ouverte, qui ne requiert aucune correction dans ton esprit. 3 Il ne peut pas te donner la paix tel que tu la perçois. 4 Il ne constitue pas le moyen de te délivrer de ce que tu vois chez quelqu’un d’autre que toi. 5 Il n’a pas le pouvoir de rétablir ton unité avec cet autre dans ta conscience. 6 Il n’est pas ce que Dieu avait l’intention qu’il soit pour toi.

7. Ne Lui ayant pas fait le don qu’Il demande de toi, tu ne peux pas reconnaître Ses dons, et tu penses qu’Il ne te les a pas faits. 2 Or te demanderait-Il un don à moins qu’il ne soit pour toi ? 3 Pourrait-Il Se satisfaire de gestes vides et évaluer des dons si mesquins comme étant dignes de Son Fils ? 4 Le salut est un meilleur don que cela. 5 Et le véritable pardon, comme moyen par lequel il est atteint, doit guérir l’esprit qui donne, car donner, c’est recevoir. 6 Ce qui reste non reçu n’a pas été donné, mais ce qui a été donné doit avoir été reçu.

8. Aujourd’hui nous essayons de comprendre cette vérité que donneur et receveur sont le même. 2 Tu auras besoin d’aide pour rendre cela signifiant, parce que c’est tellement étranger aux pensées auxquelles tu es habitué. 3 Mais l’Aide Dont tu as besoin est là. 4 Donne-Lui ta foi aujourd’hui, et demande-Lui de partager ta pratique de la vérité aujourd’hui. 5 Et si tu ne saisis qu’une toute petite lueur de la délivrance qui réside dans l’idée à laquelle nous nous exerçons aujourd’hui, ce sera un jour de gloire pour le monde.

9. Donne quinze minutes deux fois aujourd’hui pour tenter de comprendre l’idée du jour. 2 C’est par cette pensée que le pardon prend sa juste place dans tes priorités. 3 C’est la pensée qui délivrera ton esprit de chaque barrière à ce que signifie le pardon et te permettra de te rendre compte de la valeur qu’il a pour toi.

10. En silence ferme les yeux sur le monde qui ne comprend pas le pardon, et cherche asile dans le lieu tranquille où les pensées sont changées et les fausses croyances abandonnées. 2 Répète l’idée d’aujourd’hui et demande de l’aide pour comprendre ce qu’elle signifie réellement. 3 Sois désireux d’être enseigné. 4 Réjouis-toi d’entendre la Voix de la vérité et de la guérison te parler, et tu comprendras les paroles qu’Il dit et tu reconnaîtras que ce sont tes paroles qu’Il te dit.

11. Aussi souvent que tu le peux, rappelle-toi que tu as un but aujourd’hui, un but qui donne une valeur particulière à ce jour pour toi-même et pour tous tes frères. 2 Ne laisse pas ton esprit oublier ce but trop longtemps, mais dis-toi :

  • 3 Tout ce que je donne est donné à moi-même.

  • 4 L’Aide dont j’ai besoin pour apprendre que cela est vrai est avec moi maintenant.

  • 5 Et je Lui ferai confiance.

6 Puis passe un moment tranquille, ouvrant ton esprit à Sa correction et à Son Amour. 7 Et ce que tu entendras de Lui, tu le croiras, car ce qu’Il donne sera reçu par toi.

Chapitre 9: III La correction de l’erreur

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 5 262 autres abonnés