Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for novembre 2009|Monthly archive page

UCEM~LEÇON 334 – Aujourd’hui je réclame les dons que fait le pardon

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 334 – Aujourd’hui je réclame les dons que fait le pardon., Un Cours en Miracles on novembre 30, 2009 at 4:29

22 Nov ~ TissVoic

Aujourd’hui je réclame les dons que fait le pardon.

1.Je n’attendrai pas un jour de plus pour trouver les trésors que m’offre mon Père. 2 Les illusions sont toutes vaines et les rêves disparaissent alors même qu’ils sont tissés de pensées qui reposent sur des perceptions fausses. 3 Ne me laisse pas accepter à nouveau de si maigres dons aujourd’hui. 4 La Voix de Dieu offre la paix de Dieu à tous ceux qui entendent et choisissent de Le suivre. 5 Cela est mon choix aujourd’hui. 6 Ainsi je vais trouver les trésors que Dieu m’a donnés.

2. Je ne cherche que l’éternel. 2 Car Ton Fils ne peut se contenter de rien de moins que cela. 3 Quel peut donc être son réconfort, si ce n’est ce que Tu offres à son esprit dérouté et à son coeur effrayé, pour lui donner la certitude et lui apporter la paix ? 4 Aujourd’hui je voudrais contempler mon frère sans péché. 5 C’est Ta Volonté pour moi, car ainsi je verrai mon impeccabilité.

L’Inspiration

Lumière dans le rêve

1. Toi qui as passé ta vie à porter la vérité à l’illusion, la réalité au fantasme, tu as suivi le chemin des rêves. 2 Car tu es passé de l’éveil au sommeil, et encore vers un sommeil toujours plus profond. 3 Chaque rêve menait à d’autres rêves, et chaque fantasme qui semblait apporter une lumière dans les ténèbres ne faisait que rendre les ténèbres plus profondes. 4 Ton but était les ténèbres, où nul rai de lumière ne pourrait entrer. 5 Tu cherchais une noirceur si complète que tu pourrais te cacher à jamais de la vérité, dans une complète insanité. 6 Ce que tu avais oublié, c’est simplement que Dieu ne peut Se détruire Lui-même. 7 La lumière est en toi. 8 Les ténèbres peuvent la couvrir, mais elles ne peuvent l’éteindre.

2. Quand la lumière se rapproche, tu te précipites vers les ténèbres, reculant devant la vérité, retraitant parfois vers des formes de peur moins importantes, et parfois vers la pure terreur. 2 Mais tu avanceras, parce que ton but est d’avancer de la peur vers la vérité. 3 Le but que tu as accepté, ayant signifié ton désir de l’atteindre, c’est le but de la connaissance. 4 La peur semble vivre dans les ténèbres, et quand tu as peur tu fais un pas en arrière. 5 Joignons-nous vite en un instant de lumière, et cela sera suffisant pour te rappeler que ton but est lumière.

3. La vérité s’est précipitée à ta rencontre puisque tu l’as appelée. 2 Si tu savais Qui marche à tes côtés sur le chemin que tu as choisi, la peur serait impossible. 3 Tu ne le sais pas, parce que le voyage dans les ténèbres a été long et cruel, et tu y es entré profondément. 4 Un petit battement de tes paupières, si longtemps fermées, n’a pas encore suffi à te donner confiance en toi, si longtemps méprisé. 5 Tu vas vers l’amour tout en le haïssant encore, et tu as terriblement peur de son jugement sur toi. 6 Tu ne te rends pas compte que ce n’est pas de l’amour que tu as peur, mais seulement de ce que tu en as fait. 7 Tu vas en avançant vers la signification de l’amour, et en t’éloignant de toutes les illusions dont tu l’as entourée. 8 Quand tu retraites vers l’illusion, ta peur augmente, car il n’y a guère de doute que ce que tu penses qu’elle signifie est apeurant. 9 Or qu’est-ce, cela, pour nous qui voyageons sûrement et rapidement en nous éloignant de la peur?

4. Toi qui tiens la main de ton frère, tu tiens aussi la mienne, car vous n’étiez pas seuls lorsque vous vous êtes joints l’un à l’autre. 2 Crois-tu que je te laisserais dans les ténèbres que tu as consenti à quitter avec moi? 3 Dans ta relation est la lumière de ce monde. 4 Et la peur doit maintenant disparaître devant toi. 5 Ne sois pas tenté d’arracher à ton frère le don de foi que tu lui as offert. 6 Tu ne réussiras qu’à t’effrayer toi-même. 7 Le don est fait à jamais, car Dieu Lui-même l’a reçu. 8 Tu ne peux pas le reprendre. 9 Tu as accepté Dieu. 10 La sainteté de ta relation est établie au Ciel. 11 Tu ne comprends pas ce que tu as accepté, mais souviens-toi qu’il n’est pas nécessaire que tu comprennes. 12 Ce qui était nécessaire, c’était simplement que tu souhaites comprendre. 13 Ce souhait, c’était le désir d’être saint. 14 La Volonté de Dieu t’est accordée. 15 Car tu désires la seule chose que tu aies jamais eue, ou aies jamais été.

5. Chaque instant que nous passons ensemble t’enseignera que ce but est possible, tout en renforçant ton désir de l’atteindre. 2 Dans ton désir réside son accomplissement. 3 Ton désir est maintenant en parfait accord avec toute la puissance de la Volonté du Saint-Esprit. 4 Aucun des petits pas chancelants que tu peux faire ne peut séparer ton désir de Sa Volonté et de Sa force. 5 Je tiens ta main, aussi sûrement que tu as consenti à prendre celle de ton frère. 6 Vous ne vous séparerez pas, car je me tiens avec vous et je vais avec vous dans votre avancée vers la vérité. 7 Et là où nous allons, nous portons Dieu avec nous.

6. Dans ta relation, tu t’es joint à moi pour apporter le Ciel au Fils de Dieu, qui se cachait dans les ténèbres. 2 Tu étais désireux de porter les ténèbres à la lumière, et ce désir a donné des forces à tous ceux qui voudraient rester dans les ténèbres. 3 Ceux qui voudraient voir verront. 4 Ils se joindront à moi pour porter leur lumière dans les ténèbres, quand les ténèbres en eux auront été offertes à la lumière et enlevées à jamais. 5 Mon besoin de toi, joint à moi dans la sainte lumière de ta relation, est ton besoin de salut. 6 Ne te donnerais-je pas ce que tu m’as donné? 7 Car lorsque tu t’es joint à ton frère, tu m’as répondu.

7. Toi qui es maintenant le porteur du salut, tu as la fonction d’apporter la lumière aux ténèbres. 2 Les ténèbres en toi ont été portées à la lumière. 3 Rapporte-la aux ténèbres, de l’instant saint auquel tu les as portées. 4 Nous sommes rendus entiers dans notre désir de rendre entier. 5 Ne laisse pas le temps t’inquiéter, car toute la peur que toi et ton frère éprouvez est réellement passée. 6 Le temps a été réajusté pour nous aider à faire, ensemble, ce que vos passés séparés voulaient entraver. 7 Vous êtes allés passé la peur, car deux esprits ne peuvent se joindre dans le désir de l’amour sans que l’amour se joigne à eux.

8. Il n’est pas une seule lumière au Ciel qui ne t’accompagne. 2 Pas un seul Rayon brillant à jamais dans l’Esprit de Dieu qui ne brille sur toi. 3 Le Ciel s’est joint à toi dans ton avancée vers le Ciel. 4 Peux-tu rester dans les ténèbres quand de si grandes lumières se sont jointes à toi pour donner à la petite étincelle de ton désir la puissance de Dieu Lui-même? 5 Toi et ton frère rentrez ensemble chez vous, après un long et in-signifiant voyage que vous aviez entrepris séparément, et qui ne menait nulle part. 6 Tu as trouvé ton frère, et vous vous éclairerez le chemin l’un l’autre. 7 Et de cette lumière les Grands Rayons s’étendront, vers l’arrière jusque dans les ténèbres et vers l’avant jusqu’à Dieu, pour dissiper le passé et faire place ainsi à Sa Présence éternelle, en laquelle tout est radieux dans la lumière.

Publicités

UCEM~LEÇON 326 – Je suis à jamais un effet de Dieu.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 326 – Je suis à jamais un effet de Dieu., Un Cours en Miracles on novembre 22, 2009 at 2:50

21 Nov ~ 1269600165

Je suis à jamais un Effet de Dieu.

1. Père, j’ai été créé dans Ton Esprit, une sainte Pensée qui n’a jamais quitté sa demeure. 2 Je suis à jamais Ton Effet, et Tu es pour toujours et à jamais ma Cause. 3 Tel que Tu m’as créé, je suis resté. 4 Là où Tu m’as établi, je demeure encore. 5 Et tous Tes attributs demeurent en moi, parce que c’est Ta Volonté d’avoir un Fils si pareil à sa Cause que la Cause et Son Effet sont indistinguables. 6 Fais-moi connaître que je suis un Effet de Dieu, et que j’ai donc le pouvoir de créer comme toi. 7 Et comme cela est au Ciel, ainsi sur la terre. 8 Je suis Ton plan ici, et à la fin je connais que Tu rassembleras Tes effets dans le Paradis tranquille de Ton Amour, où la terre disparaîtra, et où toutes les pensées séparées s’uniront dans la gloire en tant que Fils de Dieu.

2. Aujourd’hui regardons la terre s’estomper, d’abord transformée, et puis, pardonnée, disparaître entièrement dans la sainte Volonté de Dieu.

L’Inspiration

Le don des lys

1. Regarde toutes les breloques faites pour être pendues au corps, pour le couvrir ou pour son usage. 2 Vois toutes les choses inutiles faites pour être vues par ses yeux. 3 Pense à toutes les offrandes faites pour son plaisir, et souviens-toi que tout cela a été fait pour que paraisse beau ce que tu hais. 4 Emploierais-tu cette chose haïe pour rapprocher ton frère de toi et pour attirer les yeux de son corps? 5 Apprends que tu ne lui offres qu’une couronne d’épines, sans la reconnaître pour ce qu’elle est mais en essayant de justifier l’interprétation que tu donnes de sa valeur par le fait qu’il l’accepte. 6 Or le don proclame toujours que ton frère ne vaut rien pour toi, comme le fait qu’il l’accepte et s’en réjouit témoigne du manque de valeur qu’il s’accorde à lui-même.

2. S’ils sont véritablement donnés et reçus, les dons ne sont pas faits par des corps. 2 Car les corps ne peuvent ni offrir ni accepter, ni donner ni prendre. 3 Seul l’esprit peut estimer, et seul l’esprit décide ce qu’il voudrait recevoir et donner. 4 Et chaque don qu’il offre dépend de ce qu’il veut. 5 Il ornera avec le plus grand soin la demeure qu’il a choisie, la préparant à recevoir les dons qu’il veut en les offrant à ceux qui viennent à la demeure de son choix ou à ceux qu’il voudrait y attirer. 6 Et là ils échangeront leurs dons, offrant et recevant ce que leurs esprits jugent digne d’eux.

3. Chaque don est une évaluation du receveur et du donneur. 2 Il n’en est pas un qui ne voie la demeure de son choix comme un autel à lui-même. 3 Pas un qui ne cherche à y attirer les adorateurs de ce qu’il y a déposé, le rendant digne de leur dévotion. 4 Et chacun sur son autel a placé une lumière afin qu’ils puissent voir ce qu’il y a déposé et le prennent pour leur. 5 Voilà la valeur que tu attribues à ton frère et à toi-même. 6 Voilà ton don pour les deux; ton jugement sur le Fils de Dieu pour ce qu’il est. 7 N’oublie pas que c’est ton sauveur à qui le don est offert. 8 Offre-lui les épines et tu es crucifié. 9 Offre-lui les lys et c’est toi-même que tu libères.

4. J’ai grand besoin de lys, car le Fils de Dieu ne m’a pas pardonné. 2 Et puis-je lui offrir le pardon quand il m’offre des épines? 3 Car celui qui offre des épines à quiconque est encore contre moi; or qui est entier sans lui? 4 Sois son ami pour moi, afin que je sois pardonné et que tu puisses voir le Fils de Dieu entier. 5 Mais regarde d’abord l’autel dans la demeure de ton choix, et vois ce que tu as déposé là pour me l’offrir. 6 Si ce sont des épines dont les pointes brillent vivement dans une lumière rouge sang, alors le corps est la demeure de ton choix et c’est la séparation que tu m’offres. 7 Et pourtant, les épines ont disparu. 8 Regarde-les maintenant d’encore plus près et tu verras que ton autel n’est plus ce qu’il était.

5. Tu regardes encore avec les yeux du corps, et ils ne peuvent voir que des épines. 2 Or tu as demandé et reçu une autre vue. 3 Ceux qui acceptent pour leur le but du Saint-Esprit partagent aussi Sa vision. 4 Et ce qui Lui permet de voir Son but irradier de chaque autel t’appartient maintenant aussi bien qu’à Lui. 5 Il ne voit pas d’étrangers, seulement de très tendres et très chers amis. 6 Il ne voit pas d’épines mais seulement des lys, brillant dans la douce lumière de la paix qui luit sur tout ce qu’il regarde et aime.

6. À Pâques, regarde ton frère avec des yeux différents. 2 Tu m’as pardonné. 3 Or je ne peux pas utiliser les lys dont tu m’as fait don tant que tu ne les vois pas. 4 Pas plus que tu ne peux utiliser ce que j’ai donné à moins de le partager. 5 La vision du Saint-Esprit n’est pas un don futile, ce n’est pas un jouet dont on s’amuse un moment puis qu’on met de côté. 6 Écoute et entends cela attentivement, et ne pense pas que ce ne soit qu’un rêve, une pensée en l’air pour te divertir ou un jouet que tu ramasserais de temps à autre puis mettrais de côté. 7 Car si c’est ce que tu fais, c’est ce qu’elle sera pour toi.

7. Tu as la vision maintenant pour regarder passé toutes les illusions. 2 Elle t’a été donnée pour que tu ne voies ni épines ni étrangers ni obstacles à la paix. 3 La peur de Dieu n’est rien pour toi maintenant. 4 Qui a peur de regarder les illusions, connaissant que son sauveur est à ses côtés? 5 Avec lui, ta vision est devenue le plus grand pouvoir pour défaire l’illusion que Dieu Lui-même pouvait donner. 6 Car ce que Dieu a donné au Saint-Esprit, tu l’as reçu. 7 Le Fils de Dieu se tourne vers toi pour sa délivrance. 8 Car tu as demandé et reçu la force de regarder cet ultime obstacle et de ne voir ni épines ni clous pour crucifier le Fils de Dieu et le couronner roi de la mort.

8. La demeure de ton choix est de l’autre côté, au-delà du voile. 2 Elle a été soigneusement préparée pour toi et elle est prête à te recevoir maintenant. 3 Tu ne la verras pas avec les yeux du corps. 4 Or tout ce dont tu as besoin, tu l’as. 5 Ta demeure t’appelle depuis le commencement du temps et tu n’as jamais manqué entièrement de l’entendre. 6 Tu entendais, mais tu ne connaissais pas comment ni où regarder. 7 Et maintenant tu connais. 8 En toi réside la connaissance, prête à être dévoilée et libérée de toute la terreur qui la gardait cachée. 9 Il n’y a pas de crainte dans l’amour. 10 Le chant de Pâques est le joyeux refrain qui dit que le Fils de Dieu n’a jamais été crucifié. 11 Levons les yeux ensemble, non dans la peur mais dans la foi. 12 Et il n’y aura pas de peur en nous, car dans notre vision il n’y aura pas d’illusions, seulement un chemin menant à la porte ouverte du Ciel, la demeure que nous partageons dans la quiétude, et où nous vivons dans la douceur et dans la paix, ensemble et ne faisant qu’un.

9. Ne voudrais-tu pas que ton saint frère t’y conduise? 2 Son innocence éclairera ton chemin, t’offrant sa lumière pour te guider et sa sûre protection, et irradiant du saint autel au-dedans de lui où tu as posé les lys du pardon. 3 Laisse-le être le sauveur qui te délivre des illusions, et regarde-le avec la vision nouvelle qui voit les lys et t’apporte la joie. 4 Nous allons au-delà du voile de la peur, nous éclairant le chemin l’un l’autre. 5 La sainteté qui nous conduit est au-dedans de nous, comme l’est notre demeure. 6 Ainsi nous trouverons ce que nous étions censés trouver par Celui Qui nous conduit.

10. Voici la voie qui mène au Ciel et à la paix de Pâques, où nous nous joignons dans l’heureuse conscience que le Fils de Dieu est ressuscité du passé et s’est éveillé au présent. 2 Maintenant il est libre, illimité dans sa communion avec tout ce qui est au-dedans de lui. 3 Maintenant les lys de son innocence sont intouchés par la culpabilité, parfaitement protégés à la fois du frisson glacé de la peur et des vents desséchants du péché. 4 Ton don l’a sauvé des épines et des clous et son bras fort est libre de te guider en toute sûreté à travers eux et au-delà. 5 Va avec lui maintenant en te réjouissant, car le sauveur qui te délivre des illusions est venu t’accueillir et te ramener chez toi avec lui.

11. Voici ton sauveur et ton ami, délivré de la crucifixion par ta vision et libre de te conduire maintenant là où il voudrait être. 2 Il ne te quittera pas, pas plus qu’il n’abandonnera le sauveur à sa douleur. 3 Et c’est avec joie que toi et ton frère irez ensemble sur le chemin de l’innocence, chantant tout en contemplant la porte ouverte du Ciel et reconnaissant la demeure qui vous appelait. 4 Donne joyeusement à ton frère la liberté et la force de t’y conduire. 5 Et viens devant Son saint autel où attendent la force et la liberté, offrir et recevoir la radieuse conscience qui vous ramène chez vous. 6 La lampe est allumée en toi pour ton frère. 7 Et par les mains qui la lui ont donnée, tu seras conduit passé la peur jusqu’à l’amour.

UCEM~LEÇON 325 – Toutes les choses que je pense voir reflètent des idées.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 325 – Toutes les choses que je pense voir reflètent des idées., Un Cours en Miracles on novembre 21, 2009 at 12:58

20 Nov ~ title

Toutes les choses que je pense voir reflètent des idées.

1. Voici l’idée-clef du salut : Ce que je vois reflète un processus dans mon esprit, lequel commence par mon idée de ce que je veux. 2 De là, l’esprit invente une image de la chose que l’esprit désire, juge valable et donc cherche à trouver. 3 Ces images sont ensuite projetées à l’extérieur, regardées, estimées réelles et surveillées comme siennes. 4 De souhaits insanes vient un monde insane. 5 Du jugement vient un monde condamné. 6 Et des pensées de pardon vient un monde de douceur, plein de miséricorde pour le saint Fils de Dieu, pour lui offrir une demeure bienveillante où il peut se reposer un moment avant de reprendre sa route, et d’aider ses frères à aller de l’avant avec lui et à trouver la voie qui mène au Ciel et à Dieu.

2. Notre Père, Tes idées reflètent la vérité, et les miennes à part des Tiennes ne font qu’inventer des rêves. 2 Que je contemple ce que seules les Tiennes reflètent, car les Tiennes et les Tiennes seules établissent la vérité.

L’Inspiration

L’investissement dans la réalité

1. Je t’ai dit un jour de vendre tout ce que tu possèdes, de le donner aux pauvres et de me suivre. 2 Voici ce que je voulais dire : si tu n’as aucun investissement en quoi que ce soit en ce monde, tu peux enseigner aux pauvres où est leur trésor. 3 Les pauvres sont simplement ceux qui ont mal investi, et ils sont pauvres en effet ! 4 Parce qu’ils sont dans le besoin, il t’est donné de les aider, puisque tu es parmi eux. 5 Considère comme ta leçon serait parfaitement apprise si tu étais indésireux de partager leur pauvreté. 6 Car la pauvreté est un manque, et il y a un seul manque puisqu’il y a un seul besoin.

2. Supposons qu’un frère insiste pour que tu fasses quelque chose que tu penses ne pas vouloir faire. 2 Son insistance même devrait te dire qu’il croit que le salut s’y trouve. 3 Si tu insistes à refuser et ressens une vive réponse d’opposition, tu crois que ton salut est de ne pas le faire. 4 Tu fais donc la même erreur que lui, et tu rends son erreur réelle pour vous deux. 5 Insistance signifie investissement, et ce en quoi tu investis est toujours relié à ta notion du salut. 6 La question est toujours double : premièrement, quoi doit être sauvé? 7 Et deuxièmement, comment cela peut-il être sauvé?

3. Chaque fois que tu te fâches contre un frère, quelle que soit la raison, tu crois que l’ego doit être sauvé, et sauvé par l’attaque. 2 Si c’est lui qui attaque, tu es d’accord avec cette croyance; et si c’est toi qui attaques, tu la renforces. 3 Souviens-toi que ceux qui attaquent sont pauvres. 4 Leur pauvreté demande des dons et non un plus grand appauvrissement. 5 Toi qui pourrais les aider, tu agis sûrement de manière destructrice si tu acceptes pour tienne leur pauvreté. 6 Si tu n’avais pas investi comme ils l’ont fait, il ne te viendrait jamais à l’esprit de passer sur leur besoin.

4. Reconnais ce qui n’a pas d’importance, et si tes frères te demandent quelque chose de « choquant », fais-le parce que c’est sans importance. 2 Refuse, et ton opposition établit que cela est important pour toi. 3 C’est toi seul, par conséquent, qui as rendu la requête choquante, et chaque requête d’un frère est pour toi. 4 Pourquoi insisterais-tu pour la lui refuser? 5 Car faire cela, c’est te nier à toi-même et vous appauvrir tous les deux. 6 Il demande le salut, comme toi. 7 La pauvreté est de l’ego et jamais de Dieu. 8 Nulle requête « choquante » ne peut être faite à celui qui reconnaît ce qui a de la valeur et qui ne veut rien accepter d’autre.

5. Le salut est pour l’esprit, et c’est par la paix qu’il est atteint. 2 Voilà la seule chose qui puisse être sauvée et la seule façon de la sauver. 3 Toute autre réponse que l’amour vient d’une confusion sur le « quoi » et le « comment » du salut, et c’est la seule réponse. 4 Ne perds jamais cela de vue et ne te permets jamais de croire, ne serait-ce qu’un instant, qu’il y a une autre réponse. 5 Car tu te placerais assurément parmi les pauvres, qui ne comprennent pas qu’ils demeurent dans l’abondance et que le salut est venu.

6. T’identifier à l’ego, c’est t’attaquer toi-même et te rendre pauvre. 2 C’est pourquoi celui qui s’identifie à l’ego se sent privé de quelque chose. 3 Ce qu’il ressent alors, c’est la dépression ou la colère, car ce qu’il a fait, c’est d’échanger l’amour de Soi pour la haine de soi, de sorte qu’il a maintenant peur de lui-même. 4 Il ne s’en rend pas compte. 5 Même s’il est pleinement conscient de son anxiété, il n’en perçoit pas la source dans sa propre identification à l’ego, et il essaie toujours de la traiter en passant une sorte d’«arrangement» insane avec le monde. 6 Il perçoit toujours ce monde comme extérieur à lui, car cela est crucial pour son adaptation. 7 Il ne se rend pas compte que c’est lui qui fait ce monde, car il n’y a pas de monde à l’extérieur de lui.

7. Si seules les pensées aimantes du Fils de Dieu sont la réalité du monde, le monde réel doit être dans son esprit. 2 Ses pensées insanes aussi doivent être dans son esprit, mais il ne peut tolérer un conflit intérieur d’une telle ampleur. 3 Un esprit divisé est en danger, et reconnaître qu’il embrasse des pensées complètement opposées lui est intolérable. 4 Par conséquent, l’esprit projette la division et non la réalité. 5 Tout ce que tu perçois comme le monde extérieur n’est qu’une tentative de ta part pour maintenir ton identification à l’ego, car chacun croit que l’identification est le salut. 6 Considère pourtant ce qui est arrivé, car les pensées ont certes des conséquences sur le penseur. 7 Tu t’es brouillé avec le monde tel que tu le perçois, parce que tu penses qu’il t’est hostile. 8 Cela est une conséquence nécessaire de ce que tu as fait. 9 Tu as projeté à l’extérieur ce qui est hostile à ce qui est à l’intérieur, et tu dois donc forcément le percevoir ainsi. 10 C’est pourquoi tu dois d’abord te rendre compte que ta haine est dans ton esprit et non hors de lui afin de pouvoir t’en débarrasser; pourquoi aussi tu dois d’abord t’en débarrasser afin de pouvoir percevoir le monde tel qu’il est réellement.

8. J’ai dit plus tôt que Dieu a tant aimé le monde qu’il l’a donné à Son Fils unique. 2 Dieu aime le monde réel, et ceux qui en perçoivent la réalité ne peuvent pas voir le monde de la mort. 3 Car la mort n’est pas du monde réel, où tout est un reflet de l’éternel. 4 Dieu t’a donné le monde réel en échange de celui que tu as fait à partir de ton esprit divisé, et qui est le symbole de la mort. 5 Car si tu pouvais réellement te séparer de l’Esprit de Dieu, tu mourrais.

9. Le monde que tu perçois est un monde de séparation. 2 Peut-être es-tu désireux d’accepter même la mort pour nier ton Père. 3 Or Il ne veut pas qu’il en soit ainsi, donc il n’en est rien. 4 Tu ne peux toujours pas exercer ta volonté contre Lui, et c’est pourquoi tu n’as aucun contrôle sur le monde que tu as fait. 5 Ce n’est pas un monde de volonté parce qu’il est gouverné par le souhait d’être différent de Dieu, et ce souhait n’est pas la volonté. 6 Par conséquent le monde que tu as fait est totalement chaotique, gouverné par des « lois » arbitraires et insensées, et sans aucune sorte de signification. 7 Car il est fait à partir de tout ce que tu ne veux pas, que tu as projeté hors de ton esprit parce que tu en as peur. 8 Or ce monde se trouve uniquement dans l’esprit de son faiseur, ainsi que son salut réel. 9 Ne crois pas qu’il est à l’extérieur de toi, car c’est seulement en reconnaissant où il est que tu gagneras le contrôle sur lui. 10 Car tu peux certes contrôler ton esprit, puisque l’esprit est le mécanisme de décision.

10. Si tu reconnais que toute l’attaque que tu perçois est dans ton propre esprit et nulle part ailleurs, tu en auras enfin trouvé la source; et là où elle commence elle doit prendre fin. 2 Car en ce même lieu réside aussi le salut. 3 Là est l’autel de Dieu où habite le Christ. 4 Tu as profané l’autel, mais pas le monde. 5 Or le Christ a placé pour toi l’Expiation sur l’autel. 6 Apporte à cet autel tes perceptions du monde, car c’est l’autel à la vérité. 7 Là tu verras ta vision changée, et là tu apprendras à voir véritablement. 8 De ce lieu, où Dieu et Son Fils demeurent en paix et où tu es le bienvenu, tu regarderas en paix et tu verras le monde véritablement. 9 Mais pour trouver le lieu, tu dois renoncer à ton investissement dans le monde tel que tu le projettes, et permettre au Saint-Esprit d’étendre le monde réel de l’autel de Dieu jusqu’à toi.

UCEM~LEÇON 324 – Je ne fais que suivre, car je ne voudrais pas mener

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 324 – Je ne fais que suivre, car je ne voudrais pas mener, Un Cours en Miracles on novembre 20, 2009 at 3:34

5733_1086209483223_1465984816_30210241_5341739_s

Je ne fais que suivre, car je ne voudrais pas mener.

1. Père, Tu es Celui Qui m’a donné le plan de mon salut. 2 Tu as fixé la voie que j’ai à suivre, le rôle à prendre, et chaque pas sur la route qui m’est assignée. 3 Je ne peux pas perdre mon chemin. 4 Je ne peux que choisir de m’égarer un moment pour revenir ensuite. 5 Ta Voix aimante me rappellera toujours et guidera mes pas dans la bonne direction. 6 Tous mes frères peuvent suivre dans la voie où je les mène. 7 Or je ne fais que suivre dans la voie qui mène à Toi, comme Tu me diriges et comme Tu le voudrais.

2. Suivons donc Celui Qui connaît le chemin. 2 Nul besoin de nous attarder, et nous ne pouvons nous éloigner de Sa Main aimante que l’espace d’un instant. 3 Nous marchons ensemble, car nous Le suivons. 4 Et c’est Lui Qui rend la fin certaine et garantit notre sûr retour chez nous.

L’Inspiration

II. La fin du doute

1. L’Expiation est dans le temps, mais pas pour le temps. 2 Étant en toi, elle est éternelle. 3 Ce qui contient le souvenir de Dieu ne peut pas être lié par le temps. 4 Pas plus que toi. 5 Car à moins que Dieu ne soit lié, tu ne peux pas l’être. 6 Un instant offert au Saint-Esprit est offert à Dieu en ton nom, et en cet instant tu t’éveilleras doucement en Lui. 7 Dans l’instant béni tu lâcheras prise de tout ce que tu as appris dans le passé, et le Saint-Esprit t’offrira vite l’entière leçon de la paix. 8 Qu’est-ce qui peut prendre du temps, quand tous les obstacles à l’apprentissage ont été enlevés? 9 La vérité est si loin au-delà du temps qu’elle survient tout entière d’un coup. 10 Car de même qu’elle fut créée une, de même son unité ne dépend pas du tout du temps.

2. Ne te soucie pas du temps et ne crains pas l’instant de sainteté qui enlèvera toute peur. 2 Car l’instant de paix est éternel parce qu’il est sans peur. 3 Il viendra, étant la leçon que Dieu te donne, par l’Enseignant qu’il a désigné pour traduire le temps en éternité. 4 Béni soit l’Enseignant de Dieu, Dont la joie est d’enseigner sa sainteté au saint Fils de Dieu. 5 Sa joie n’est pas contenue dans le temps. 6 Son enseignement est pour toi parce que Sa joie est tienne. 7 Par Lui tu te tiens devant l’autel de Dieu, où Il traduit doucement l’enfer en Ciel. 8 Car c’est seulement au Ciel que Dieu veut que tu sois.

3. Combien de temps peut-il falloir pour être là où Dieu veut que tu sois ? 2 Car tu es là où tu as toujours été et seras toujours. 3 Tout ce que tu as, tu l’as pour toujours. 4 L’instant béni s’étire pour englober le temps, comme Dieu S’étend Lui-même pour t’englober. 5 Toi qui as passé des jours, des heures et même des années à enchaîner tes frères à ton ego dans une tentative pour l’appuyer et soutenir sa faiblesse, tu ne perçois pas la Source de la force. 6 En cet instant saint tu désenchaîneras tous tes frères, et tu refuseras de soutenir et leur faiblesse et la tienne.

4. Tu ne te rends pas compte combien tu as mésusé de tes frères en les voyant comme sources de soutien pour l’ego. 2 Le résultat est qu’ils témoignent de l’ego dans ta perception et semblent fournir des raisons pour ne pas en lâcher prise. 3 Or ils sont des témoins bien plus forts et bien plus convaincants pour le Saint-Esprit. 4 Et ils soutiennent Sa force. 5 C’est à toi, donc, de choisir s’ils soutiennent l’ego ou le Saint-Esprit en toi. 6 Et tu reconnaîtras lequel tu as choisi à leurs réactions. 7 Un Fils de Dieu qui a été délivré par le Saint-Esprit en un frère est toujours reconnu. 8 Il n’est pas possible de le nier. 9 Si tu demeures incertain, c’est uniquement parce que tu n’as pas donné une complète délivrance. 10 Et à cause de cela tu n’as pas donné un seul instant complètement au Saint-Esprit. 11 Car quand tu l’auras fait, tu seras sûr de l’avoir fait. 12 Tu en seras sûr parce que Son témoin parlera de Lui avec tant de clarté que tu entendras et comprendras. 13 Tu douteras jusqu’à ce que tu entendes un seul témoin que tu auras entièrement délivré par le Saint-Esprit. 14 Et alors tu ne douteras plus.

5. L’instant saint ne t’est pas encore arrivé. 2 Or il viendra, et tu le reconnaîtras avec une parfaite certitude. 3 Nul don de Dieu n’est reconnu de quelque autre façon. 4 Tu peux t’exercer au mécanisme de l’instant saint et tu apprendras beaucoup en le faisant. 5 Mais sa lumière éclatante, étincelante, qui te rendra littéralement aveugle à ce monde par sa propre vision, tu ne peux pas la fournir. 6 Or la voici, en ce seul instant, complète, accomplie et donnée tout entière.

6. Commence dès maintenant à t’exercer à ton petit rôle qui est de séparer du reste l’instant saint. 2 Tu recevras des instructions très concrètes au fur et à mesure que tu avanceras. 3 Apprendre à séparer du reste cette seule seconde, et à la ressentir comme intemporelle, c’est commencer à ressentir que tu n’es pas séparé. 4 Ne crains pas de ne pas être aidé en cela. 5 L’Enseignant de Dieu et Sa leçon soutiendront ta force. 6 Ce n’est que ta faiblesse qui te quittera dans cet exercice, car c’est l’exercice du pouvoir de Dieu en toi. 7 Utilise-le ne serait-ce qu’un instant et tu ne le nieras jamais plus. 8 Qui peut nier la Présence de ce devant quoi l’univers s’incline, avec gratitude et joie? 9 Devant la re-connaissance de l’univers qui En témoigne, tes doutes doivent disparaître.

UCEM~LEÇON 323 – Je fais avec joie le "sacrifice" de la peur.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 323 – Je fais avec joie le "sacrifice" de la peur., Un Cours en Miracles on novembre 19, 2009 at 3:34

19 Nov ~ 1428000443

Je fais avec joie le « sacrifice » de la peur.

1. Voici le seul « sacrifice » que Tu demandes de Ton Fils bien-aimé : Tu lui demandes de renoncer à toute souffrance, tout sentiment de perte et de tristesse, toute anxiété et tout doute; et de laisser le flot de Ton Amour couler librement dans sa conscience, le guérissant de la douleur et lui donnant Ta Propre joie éternelle. 2 Tel est le « sacrifice » que Tu demandes de moi, et c’en est un que je fais avec joie, seul « coût »  du rétablissement de Ton souvenir en moi, pour le salut du monde.

2. Tandis que nous payons la dette que nous avons envers la vérité — une dette qui consiste simplement à lâcher prise des tromperies de soi et des images que nous adorions faussement —, la vérité nous revient en entièreté et en joie. 2 Nous ne sommes plus trompés. 3 L’amour est maintenant revenu à notre conscience. 4 Et nous sommes en paix de nouveau, car la peur a disparu et seul l’amour demeure.

L’Inspiration

VII. L’inutile sacrifice

1. Au-delà de la piètre attraction de la relation d’amour particulière, et toujours obscurcie par celle-ci, est la puissante attraction du Père sur Son Fils. 2 Il n’y a pas d’autre amour qui puisse te satisfaire, parce qu’il n’y a pas d’autre amour. 3 C’est le seul amour qui soit pleinement donné et pleinement rendu. 4 Étant complet, il ne demande rien. 5 Étant entièrement pur, tous ceux qui sont joints en lui ont tout. 6 Ce n’est la base d’aucune relation où entre l’ego. 7 Car chaque relation dans laquelle l’ego s’embarque est particulière.

2. L’ego n’établit des relations que pour obtenir quelque chose. 2 Et il voudrait que le donneur lui reste lié par la culpabilité. 3 Quelle que soit la relation, il est impossible que l’ego y entre sans colère, car l’ego croit que la colère fait des amis. 4 Ce n’est pas ce qu’il dit, mais c’est son but. 5 Car l’ego croit réellement qu’il peut obtenir et garder en rendant coupable. 6 Voilà son unique attraction; une attraction si faible qu’elle n’aurait pas du tout de prise, sauf que personne ne la reconnaît. 7 Car il semble toujours que c’est par l’amour que l’ego attire; or il n’exerce aucune attraction sur quiconque perçoit que c’est par la culpabilité qu’il attire.

3. L’attraction maladive de la culpabilité doit être reconnue pour ce qu’elle est. 2 Puisqu’elle a été rendue réelle pour toi, il est essentiel que tu la regardes clairement et que tu apprennes, en lui retirant ton investissement, à en lâcher prise. 3 Nul ne choisirait de lâcher prise de ce qu’il croit avoir de la valeur. 4 Or l’attraction de la culpabilité n’a de la valeur pour toi que parce que tu n’as pas regardé ce qu’elle est et l’as jugée complètement dans le noir. 5 Quand nous la porterons à la lumière, tu te demanderas seulement pourquoi tu as jamais pu vouloir d’elle. 6 Tu n’as rien à perdre à regarder les yeux grand ouverts, car une telle laideur n’a pas sa place dans ton saint esprit. 7 Cet hôte de Dieu ne peut avoir là de réel investissement.

4. Nous avons dit plus tôt que l’ego tente de maintenir et d’augmenter la culpabilité, mais de telle façon que tu ne reconnaisses pas ce qu’elle te ferait. 2 Car la doctrine fondamentale de l’ego est que ce que tu fais aux autres, tu y as échappé. 3 L’ego ne veut de bien à personne. 4 Or sa survie dépend de ta croyance que tu es exempté de ses intentions mauvaises. 5 Par conséquent, il te conseille que si tu es son hôte, cela te permettra de diriger sa colère vers l’extérieur et ainsi de te protéger. 6 Il s’embarque donc dans une interminable et infructueuse chaîne de relations particulières, de colère forgée et vouée à cette unique et insane croyance : que plus tu investis de la colère à l’extérieur de toi, plus tu es en sécurité.

5. C’est cette chaîne qui lie le Fils de Dieu à la culpabilité, et c’est cette chaîne que le Saint-Esprit voudrait ôter de son esprit saint. 2 Car la chaîne de sauvagerie n’a pas sa place autour de l’hôte choisi de Dieu, qui ne peut se faire l’hôte de l’ego. 3 Au nom de sa délivrance, et au Nom de Celui Qui voudrait le délivrer, regardons de plus près les relations que l’ego combine, et laissons le Saint-Esprit les juger véritablement. 4 Car il est certain que si tu les examines, tu les Lui offriras avec joie. 5 Ce qu’il peut en faire, tu ne le sais pas, mais tu deviendras désireux de le découvrir si tu es d’abord désireux de percevoir ce que tu en as fait.

6. D’une façon ou d’une autre, chaque relation que fait l’ego est fondée sur l’idée qu’en se sacrifiant lui-même, il devient plus gros. 2 Le « sacrifice », qu’il considère comme une purification, est en fait la racine de son amer ressentiment. 3 Car il préférerait attaquer directement, et éviter de retarder ce qu’il veut réellement. 4 Or l’ego reconnaît la «réalité» telle qu’il la voit, et il admet que personne ne pourrait interpréter une attaque directe comme de l’amour. 5 Or rendre coupable, c’est une attaque directe, même si cela n’en a pas l’air. 6 Car les coupables s’attendent à l’attaque; et l’ayant cherchée, c’est ce qui les attire.

7. Dans ces relations insanes, l’attraction de ce que tu ne veux pas semble être beaucoup plus forte que l’attraction de ce que tu veux. 2 Car chacun pense avoir sacrifié quelque chose à l’autre, et pour cela il le hait. 3 Il pense pourtant que c’est ce qu’il veut. 4 Il n’est pas du tout amoureux de l’autre. 5 Il croit simplement qu’il est amoureux du sacrifice. 6 Et pour ce sacrifice, qu’il exige de lui-même, il exige que l’autre accepte la culpabilité et se sacrifie lui-même aussi. 7 Le pardon devient impossible, car l’ego croit que pardonner à un autre, c’est le perdre. 8 C’est seulement par l’attaque sans le pardon que l’ego peut s’assurer de la culpabilité qui maintient la cohésion de toutes ses relations.

8. Or elles ne tiennent qu’en apparence. 2 Car les relations, pour l’ego, signifient seulement que les corps sont ensemble. 3 C’est toujours cela qu’exige l’ego, et il ne voit pas d’objection où qu’aille l’esprit et quoi qu’il pense, car cela semble sans importance. 4 Tant que le corps est là pour recevoir son sacrifice, il est content. 5 Pour l’ego l’esprit est privé, et seul le corps peut être partagé. 6 Les idées sont foncièrement sans intérêt, sauf dans la mesure où elles rapprochent ou éloignent de lui le corps d’un autre. 7 Et c’est sous ce rapport qu’il évalue les idées comme bonnes ou mauvaises. 8 Ce qui rend un autre coupable et le tient par la culpabilité est «bon». 9 Ce qui le délivre de la culpabilité est «mauvais», parce qu’il ne croirait plus que les corps communiquent, et ainsi il «disparaîtrait».

9. Souffrance et sacrifice sont les dons avec lesquels l’ego voudrait bénir toutes les unions. 2 Et ceux qui sont unis à son autel acceptent la souffrance et le sacrifice comme prix de leur union. 3 Dans ces alliances coléreuses, nées de la peur de la solitude et pourtant vouées à la continuation de la solitude, chacun cherche à soulager sa culpabilité en l’augmentant chez l’autre. 4 Car chacun croit que cela diminue la culpabilité en lui. 5 Il semble toujours que l’autre est en train de l’attaquer et de le blesser, peut-être avec des riens, peut-être «inconsciemment», mais jamais sans exiger de sacrifice. 6 La furie de ceux qui sont joints à l’autel de l’ego excède de beaucoup la conscience que tu en as. 7 Car de ce que l’ego veut réellement, tu ne te rends pas compte.

10. Chaque fois que tu es en colère, tu peux être sûr que tu as formé une relation particulière que l’ego a «bénie», car la colère est sa bénédiction. 2 La colère prend de nombreuses formes, mais elle ne peut pas tromper longtemps ceux qui apprendront que l’amour n’apporte aucune culpabilité, et que ce qui apporte la culpabilité ne peut pas être l’amour et doit être la colère. 3 Toute colère n’est rien de plus qu’une tentative pour amener quelqu’un à se sentir coupable, et cette tentative est la seule base qu’accepte l’ego pour les relations particulières. 4 La culpabilité est le seul besoin qu’a l’ego, et aussi longtemps que tu t’identifies à lui, la culpabilité reste attirante pour toi. 5 Or souviens-toi de ceci : être avec un corps, ce n’est pas communiquer. 6 Et si tu penses que ce l’est, tu te sentiras coupable à propos de la communication et tu auras peur d’entendre le Saint-Esprit, reconnaissant dans Sa Voix ton propre besoin de communiquer.

11. Le Saint-Esprit ne peut pas t’enseigner à travers la peur. 2 Et comment peut-Il communiquer avec toi tant que tu crois que communiquer, c’est t’esseuler? 3 Manifestement, il est insane de croire qu’en communiquant, tu seras abandonné. 4 Et pourtant beaucoup le croient. 5 Car ils pensent qu’ils doivent garder leur esprit privé, sans quoi ils le perdraient, tandis que si leurs corps sont ensemble, leur esprit reste à eux. 6 L’union des corps devient ainsi la façon de garder les esprits séparés. 7 Car les corps ne peuvent pardonner. 8 Ils peuvent seulement faire ce que l’esprit commande.

12. L’illusion de l’autonomie du corps et de son aptitude à vaincre la solitude n’est que le fonctionnement du plan de l’ego pour établir sa propre autonomie. 2 Aussi longtemps que tu croiras qu’être avec un corps, c’est avoir de la compagnie, tu te sentiras forcé d’essayer de garder ton frère dans son corps, tenu là par la culpabilité. 3 Et tu verras la sécurité dans la culpabilité et le danger dans la communication. 4 Car l’ego enseignera toujours que la solitude est résolue par la culpabilité, et que la communication est la cause de la solitude. 5 Malgré l’évidente insanité de cette leçon, beaucoup l’ont apprise.

13. Le pardon réside dans la communication aussi sûrement que la damnation réside dans la culpabilité. 2 C’est la fonction d’enseignant du Saint-Esprit d’instruire ceux qui croient que la communication est la damnation que la communication est le salut. 3 Et Il le fera, car le pouvoir de Dieu en Lui et en toi sont joints en une relation réelle, si sainte et si forte qu’elle peut vaincre même cela sans peur.

14. C’est par l’instant saint que ce qui semble impossible est accompli, montrant à l’évidence que ce n’est pas impossible. 2 Dans l’instant saint la culpabilité n’exerce pas d’attraction, puisque la communication a été rétablie. 3 Et la culpabilité, dont le seul but est d’interrompre la communication, n’a aucune fonction ici. 4 Ici il n’y a pas de dissimulation, ni de pensées privées. 5 Le désir de communiquer attire à lui la communication et vainc complètement la solitude. 6 Il y a ici un pardon complet, car il n’y a aucun souhait d’exclure quiconque de ta complétude, dans la soudaine re-connaissance de la valeur du rôle qu’il y joue. 7 Dans la protection de ton entièreté, tous sont invités et bienvenus. 8 Et tu comprends que ta complétude est celle de Dieu, Dont le seul besoin est que tu sois complet. 9 Car ta complétude te fait Sien en ta conscience. 10 Et c’est ici que tu fais l’expérience d’être tel que tu as été créé, et tel que tu es.

UCEM~LEÇON 322 – Je ne peux renoncer qu’à ce qui n’a jamais été réel.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 322 – Je ne peux renoncer qu’à ce qui n’a jamais été réel., Un Cours en Miracles on novembre 18, 2009 at 2:44

18 nov ~ illusion-d-optique-2_6tv_thumb[1]

Voir: Qu’est-ce que la création ? ici

La leçon du jour ici >

Je ne peux renoncer qu’à ce qui n’a jamais été réel.

1. Je sacrifie des illusions, rien de plus. 2 Et tandis que les illusions disparaissent, je trouve les dons que ces illusions cherchaient à cacher; ils m’attendent et m’accueillent en lumière, prêts à me donner les anciens messages de Dieu. 3 Son souvenir demeure dans chaque don que je reçois de Lui. 4 Et chaque rêve ne sert qu’à dissimuler le Soi qui est le seul Fils de Dieu, pareil à Lui-même, le Saint Qui demeure encore en Lui à jamais, comme Il demeure encore en moi.

2. Père, pour toi tout sacrifice reste à jamais inconcevable. 2 Ainsi je ne peux pas faire de sacrifice, sauf dans les rêves. 3 Tel que Tu m’as créé, je ne peux renoncer à rien de ce que Tu m’as donné. 4 Ce que Tu n’as pas donné n’a pas de réalité. 5 Quelle perte puis-je anticiper, sauf la perte de la peur, et le retour de l’amour dans mon esprit ?

L’Inspiration

Porter le fantasme à la vérité (T-17.I ici >)

1. La trahison du Fils de Dieu réside uniquement dans les illusions, et tous ses « péchés » ne sont que ses propres imaginations. 2 Sa réalité est à jamais sans péché. 3 Il n’a pas besoin d’être pardonné mais réveillé. 4 Dans ses rêves il s’est trahi lui-même, il a trahi ses frères et trahi son Dieu. 5 Or ce qui est fait en rêve n’a pas réellement été fait. 6 Il est impossible de convaincre le rêveur qu’il en est ainsi, car les rêves sont ce qu’ils sont parce qu’ils donnent l’illusion d’être réels. 7 Dans l’éveil seul est la pleine délivrance des rêves, car alors seulement il devient parfaitement apparent qu’ils n’ont eu absolument aucun effet sur la réalité et qu’ils ne l’ont pas changée. 8 Les fantasmes changent la réalité. 9 C’est leur but. 10 Ils ne peuvent pas le faire en réalité, mais ils le peuvent dans l’esprit qui voudrait que la réalité soit différente.

2. Il n’y a donc que ton souhait de changer la réalité qui soit apeurant, parce que par ce souhait tu penses avoir accompli ce que tu souhaites. 2 Cette étrange position, en un sens, reconnaît ton pouvoir. 3 Or en le distordant et en le vouant au « mal », elle le rend aussi irréel. 4 Tu ne peux servir deux maîtres qui demandent de toi des choses conflictuelles. 5 Ce que tu utilises dans le fantasme, tu le nies à la vérité. 6 Or ce que tu donnes à la vérité afin qu’elle l’utilise pour toi est à l’abri du fantasme.

3. Tout ce que cela signifie, lorsque tu maintiens qu’il doit y avoir un ordre de difficulté dans les miracles, c’est qu’il y a certaines choses que tu voudrais retenir à la vérité. 2 Tu crois que la vérité ne saurait pas s’en occuper uniquement parce que tu voudrais les garder loin de la vérité. 3 Tout simplement, ton manque de foi dans le pouvoir qui guérit toute douleur surgit de ton souhait de conserver certains aspects de la réalité pour les fantasmes. 4 Si seulement tu te rendais compte de ce que cela doit faire à ta reconnaissance pour le tout ! 5 Ce que tu te réserves, tu l’enlèves à Celui Qui voudrait te délivrer. 6 À moins que tu ne le rendes, il est inévitable que ton point de vue sur la réalité soit faussé et incorrigé.

4. Aussi longtemps que tu le voudras, aussi longtemps l’illusion d’un ordre de difficulté dans les miracles te restera. 2 Car tu as établi cet ordre dans la réalité en en donnant une partie à un enseignant et une partie à un autre. 3 Ainsi tu apprends à traiter une partie de la vérité d’une certaine façon et l’autre partie d’une autre façon. 4 Fragmenter la vérité, c’est la détruire en la rendant in-signifiante. 5 Des ordres de réalité, c’est une perspective sans compréhension; un cadre de référence pour la réalité auquel elle ne peut pas réellement se comparer.

5. Penses-tu que tu peux porter la vérité au fantasme et apprendre ce que signifie la vérité du point de vue des illusions ? 2 La vérité n’a pas de signification dans l’illusion. 3 Le cadre de référence pour sa signification doit être elle-même. 4 Quand tu essaies de porter la vérité aux illusions, tu essaies de rendre les illusions réelles et de les garder en justifiant ta croyance en elles. 5 Mais remettre les illusions à la vérité, c’est permettre à la vérité d’enseigner que les illusions sont irréelles, et te permettre ainsi de leur échapper. 6 Ne garde aucune idée à l’écart de la vérité, sinon tu établis des ordres de réalité qui doivent t’emprisonner. 7 Il n’y a pas d’ordre dans la réalité, parce que là tout est vrai.

6. Sois désireux, donc, de donner tout ce que tu as gardé en dehors de la vérité à Celui Qui connaît la vérité et en Qui tout est porté à la vérité. 2 Le salut, qui mène hors de la séparation, est complet ou n’est pas du tout. 3 Ne te préoccupe de rien, sauf de ton désir que cela s’accomplisse. 4 Lui l’accomplira, pas toi. 5 Mais n’oublie pas ceci : lorsque tu es troublé et perds la paix de l’esprit parce qu’un autre essaie de résoudre ses problèmes par le fantasme, c’est que tu refuses de te pardonner cette même tentative. 6 Tu le retiens et tu te retiens toi-même loin de la vérité et du salut. 7 En lui pardonnant, tu rends à la vérité ce que vous aviez tous deux nié. 8 Et tu verras le pardon où tu l’as donné.

UCEM~LEÇON 321 – Père, ma liberté est en Toi seul.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 321 – Père, ma liberté est en Toi seul., Un Cours en Miracles on novembre 17, 2009 at 3:03

17 nov ~ 64107379

Voir: Qu’est-ce que la création ? ici

La leçon du jour ici >

Père, ma liberté est en Toi seul.

1. Je ne comprenais pas ce qui me rendait libre, ni ce qu’est ma liberté ni où chercher pour la trouver. 2 Père, j’ai cherché en vain jusqu’à ce que j’entende Ta Voix me dirigeant. 3 Maintenant je ne voudrais plus me guider moi-même. 4 Car je n’ai ni fait ni compris la voie qui mène à trouver ma liberté. 5 Mais j’ai confiance en Toi. 6 Toi Qui m’as doté de ma liberté comme Ton saint Fils, Tu ne seras pas perdu pour moi. 7 Ta Voix me dirige et la voie vers Toi m’est enfin ouverte et claire. 8 Père, ma liberté est en Toi seul. 9 Père, c’est ma volonté de retourner.

2. Aujourd’hui nous répondons pour le monde, qui sera libéré avec nous. 2 Comme nous sommes heureux de trouver notre liberté par la voie certaine que notre Père a établie. 3 Et comme est sûr le salut du monde entier, quand nous apprenons que notre liberté ne peut se trouver qu’en Dieu seul.

L’Inspiration

Qu’une perception nouvelle me vienne maintenant. (L-II.313 ici>)

1. Père, il est une vision qui contemple toutes choses comme étant sans péché, de sorte que la peur a disparu et que là où elle était l’amour est invité. 2 L’amour viendra partout où il est demandé. 3 Cette vision est Ton don. 4 Les yeux du Christ contemplent un monde pardonné. 5 À Ses yeux tous ses péchés sont pardonnés, car Il ne voit de péché nulle part où Il pose le regard. 6 Que Sa perception vraie me vienne maintenant, afin que je m’éveille du rêve de péché et regarde au-dedans mon impeccabilité, que Tu as gardée parfaitement non profanée sur l’autel à Ton saint Fils, le Soi auquel je voudrais m’identifier.

2. Regardons-nous les uns les autres aujourd’hui avec le regard du Christ. 2 Comme nous sommes beaux ! 3 Comme nous sommes saints et aimants ! 4 Frère, viens te joindre à moi aujourd’hui. 5 Nous sauvons le monde quand nous nous sommes joints. 6 Car dans notre vision il devient aussi saint que la lumière en nous.

UCEM~LEÇON 320 – Mon Père me donne tout pouvoir.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 320 – Mon Père me donne tout pouvoir., Un Cours en Miracles on novembre 16, 2009 at 1:50

14 Nov ~ DivineBabaYaadHai-full

Voir: Qu’est-ce que le jugement dernier ? ici

La leçon du jour ici >

Mon Père me donne tout pouvoir.

1. Le Fils de Dieu est illimité. 2 Il n’y a pas de limites à sa force, à sa paix, à sa joie, ni à aucun des attributs que son Père lui a donnés en sa création. 3 Ce qu’il veut avec son Créateur et Rédempteur doit être fait. 4 Sa sainte volonté ne peut jamais être niée, parce que son Père luit sur son esprit et dépose devant lui toute la force et tout l’amour sur la terre et au Ciel. 5 Je suis celui à qui tout cela est donné. 6 Je suis celui en qui le pouvoir de la Volonté de mon Père demeure.

2. Ta Volonté peut faire toutes choses en moi, puis s’étendre aussi au monde entier par moi. 2 Il n’y a pas de limite à Ta Volonté. 3 Ainsi tout pouvoir a été  donné à Ton Fils.

L’Inspiration

Le pardon met fin à toute souffrance et à toute perte. (L-II.249 ici >)

1. Le pardon peint le tableau d’un monde où la souffrance est terminée, où la perte devient impossible et où la colère n’a pas de sens. 2 L’attaque a disparu et la folie a une fin. 3 Quelle souffrance est maintenant concevable? 4 Quelle perte peut être subie ? 5 Le monde devient un lieu de joie, d’abondance, de charité et de dons sans fin. 6 Il est si pareil au Ciel maintenant qu’il est vite transformé en la lumière qu’il reflète. 7 Et c’est ainsi que le voyage qu’a commencé le Fils de Dieu s’est terminé dans la lumière d’où il est venu.

2. Père, nous voudrions Te rendre nos esprits. 2 Nous les avons trahis, maintenus dans un étau d’amertume et effrayés par des pensées de violence et de mort. 3 Maintenant nous voudrions nous reposer à nouveau en Toi, tels que Tu nous as créés.

UCEM~LEÇON 319 – Je suis venu pour le salut du monde.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 319 – Je suis venu pour le salut du monde., Un Cours en Miracles on novembre 15, 2009 at 2:12

15 nov ~ 20031223164558_49

Voir: Qu’est-ce que le jugement dernier ? ici

La leçon du jour ici >

Je suis venu pour le salut du monde.

1. Voilà une pensée de laquelle toute arrogance a été enlevée, et ne reste que la vérité. 2 Car l’arrogance s’oppose à la vérité. 3 Mais quand il n’y a pas d’arrogance, la vérité vient immédiatement remplir l’espace que l’ego a laissé inoccupé par des mensonges. 4 Seul l’ego peut être limité; par conséquent, il doit rechercher des buts qui sont tronqués et limitants. 5 L’ego pense que ce que l’un gagne, la totalité doit le perdre. 6 Et pourtant, c’est la Volonté de Dieu que j’apprenne que ce que l’un gagne est donné à tous.

2. Père, Ta Volonté est totale. 2 Et le but qui en découle partage sa totalité. 3 Quel autre but que le salut du monde pourrais-Tu m’avoir donné ? 4 Et quoi d’autre que cela pourrait être la Volonté que mon Soi a partagé avec Toi ?

L’Inspiration

RAISON ET PERCEPTION

Introduction (T-21.Intr.ici>)

1. La projection fait la perception. 2 Le monde que tu vois, c’est ce que tu lui as donné et rien de plus. 3 Mais bien que ce ne soit pas plus, ce n’est pas moins. 4 Par conséquent, pour toi il est important. 5 C’est le témoin de ton état d’esprit, l’image extérieure d’une condition intérieure. 6 Ce qu’un homme pense, il le perçoit. 7 Par conséquent, ne cherche pas à changer le monde, mais choisis de changer ton esprit au sujet du monde. 8 La perception est un résultat et non une cause. 9 Et c’est pourquoi un ordre de difficulté dans les miracles est in-signifiant. 10 Tout ce qui est regardé avec la vision est guéri et saint. 11 Rien de ce qui est perçu sans elle ne signifie quoi que ce soit. 12 Et là où il n’y a pas de signification, il y a le chaos.

2. La damnation est ton jugement sur toi-même, et c’est cela que tu projetteras sur le monde. 2 Vois-le damné et tout ce que tu vois est ce que tu as fait pour blesser le Fils de Dieu. 3 Si tu contemples le désastre et la catastrophe, tu as essayé de le crucifier. 4 Si tu vois la sainteté et l’espoir, tu t’es joint à la Volonté de Dieu pour le libérer. 5 Il n’y a pas de choix intermédiaire entre ces deux décisions. 6 Et tu verras les témoins du choix que tu as fait, et tu apprendras par cela à reconnaître laquelle tu as choisie. 7 Le monde que tu vois te montre simplement combien de joie tu t’es permis de voir en toi et d’accepter comme tienne. 8 Et si cela est sa signification, alors le pouvoir de lui donner la joie doit résider en toi.

UCEM~LEÇON 318 – En moi les moyens et la fin du salut ne font qu’un.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 318 – En moi les moyens et la fin du salut ne font qu’un., Un Cours en Miracles on novembre 14, 2009 at 3:15

14 nov ~ perseverance-2

Voir: Qu’est-ce que le jugement dernier ? ici

La leçon du jour ici >

En moi les moyens et la fin du salut ne font qu’un.

1. En moi, saint Fils de Dieu, sont réconciliées toutes les parties du plan du Ciel pour sauver le monde. 2 Quel conflit pourrait-il y avoir, alors que toutes les parties n’ont qu’un but et qu’une fin ? 3 Comment pourrait-il y avoir une seule partie qui se tienne seule, ou une partie qui soit plus ou moins importante que les autres ? 4 Je suis le moyen par lequel le Fils de Dieu est sauvé, parce que le but du salut est de trouver l’impeccabilité que Dieu a placée en moi. 5 J’ai été créé la chose que je cherche. 6 Je suis le but que le monde recherche. 7 Je suis le Fils de Dieu, Son seul Amour éternel. 8 Je suis les moyens aussi bien que la fin du salut.

2. Père, que je prenne aujourd’hui le rôle que Tu m’offres dans Ta requête pour que j’accepte l’Expiation pour moi-même. 2 Car ainsi ce qui est par là réconcilié en moi devient aussi sûrement réconcilié avec Toi.

L’Inspiration

LE NOUVEAU COMMENCEMENT

Introduction (T-30.Intr. ici>)

1. Le nouveau commencement devient maintenant le point de mire du curriculum. 2 Le but est clair, mais maintenant tu as besoin de méthodes concrètes pour l’atteindre. 3 La rapidité avec laquelle il peut être atteint dépend uniquement de cette seule chose : ton désir de t’exercer à chaque étape. 4 Chacune aide un petit peu, chaque fois qu’elle est tentée. 5 Ensemble, ces étapes te conduiront des rêves de jugement aux rêves de pardon et hors de la douleur et de la peur. 6 Elles ne sont pas nouvelles pour toi, mais elles sont encore davantage pour toi des idées que des règles de pensée. 7 C’est pourquoi nous avons maintenant besoin de les mettre en pratique pendant quelque temps, jusqu’à ce que ce soient les règles selon lesquelles tu vis. 8 Nous cherchons maintenant à en faire des habitudes, afin que tu les aies toutes prêtes quel que soit le besoin.

UCEM~LEÇON 317 – Je vais dans la voie qui m’est assignée.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 317 – Je vais dans la voie qui m’est assignée., Un Cours en Miracles on novembre 13, 2009 at 3:14

13 nov ~ hart

Voir: Qu’est-ce que le jugement dernier ? ici

La leçon du jour ici >

Je vais dans la voie qui m’est assignée.

1. J’ai une place particulière à remplir; un rôle pour moi seul. 2 Le salut attend jusqu’à ce que je prenne ce rôle pour ce que je choisis de faire. 3 Jusqu’à ce que je fasse ce choix, je suis l’esclave du temps et de la destinée humaine. 4 Mais quand je vais de plein gré et avec joie dans la voie que le plan de mon Père m’a assignée, alors je reconnais que le salut est déjà là, déjà donné à tous mes frères et déjà à moi aussi.

2. Père, Ta voie est ce que je choisis aujourd’hui. 2 Où elle voudrait me conduire, je choisis d’y aller; ce qu’elle voudrait que je fasse, je choisis de le faire. 3 Ta voie est certaine et la fin est sûre. 4 La mémoire de Toi m’attend là. 5 Et tous mes chagrins prennent fin dans Ton étreinte, que Tu as promise à Ton Fils qui pensait à tort s’être égaré de la protection sûre de Tes Bras aimants.

L’Inspiration

Le problème et la réponse (T-11.VIII ici >)

1. Ce cours est très simple. 2 Tu penses peut-être que tu n’as pas besoin d’un cours qui enseigne, en définitive, que seule la réalité est vraie. 3 Mais le crois-tu ? 4 Quand tu percevras le monde réel, tu reconnaîtras que tu ne le croyais pas. 5 Or la rapidité avec laquelle ta nouvelle et seule perception réelle sera traduite en connaissance ne te laissera qu’un instant pour te rendre compte que cela seul est vrai. 6 Et alors tout ce que tu as fait sera oublié : le bon et le mauvais, le faux et le vrai. 7 Car quand le Ciel et la terre deviendront un, même le monde réel disparaîtra de ta vue. 8 La fin du monde n’est pas sa destruction mais sa traduction en Ciel. 9 La réinterprétation du monde est le transfert de toute perception en connaissance.

2. La Bible te dit de devenir comme les petits enfants. 2 Les petits enfants reconnaissent qu’ils ne comprennent pas ce qu’ils perçoivent; ainsi ils demandent ce que cela signifie. 3 Ne fais pas l’erreur de croire que tu comprends ce que tu perçois, car sa signification est perdue pour toi. 4 Or le Saint-Esprit en a sauvé la signification pour toi et si tu Le laisses l’interpréter, il te rendra ce que tu as jeté. 5 Mais tant que tu penses en connaître la signification, tu ne verras pas le besoin de le Lui demander.

3. Tu ne connais pas la signification de quoi que ce soit que tu perçois. 2 Il n’est pas une de tes pensées qui soit entièrement vraie. 3 Reconnaître cela, c’est pour toi un solide début. 4 Tu n’as pas été mal guidé; tu n’as pas accepté de guide du tout. 5 Ton grand besoin est d’être instruit en perception, car tu ne comprends rien. 6 Reconnais cela mais ne l’accepte pas, car comprendre est ton héritage. 7 Les perceptions sont apprises, et tu n’es pas sans Enseignant. 8 Or ton désir d’apprendre de Lui dépend de ton désir de remettre en question tout ce que tu as appris de toi-même, car toi qui as mal appris ne devrais pas être ton propre enseignant.

4. Nul ne peut cacher la vérité, sauf à soi-même. 2 Or Dieu ne te refusera pas la Réponse qu’il a donnée. 3 Demande, donc, ce qui est à toi, mais que tu n’as pas fait, et ne te défends pas contre la vérité. 4 Tu as fait le problème auquel Dieu a répondu. 5 Par conséquent, pose-toi uniquement cette simple question :

6 Est-ce que je veux le problème ou est-ce que je veux la réponse ?

7 Décide-toi pour la réponse et tu l’auras, car tu la verras telle qu’elle est, et elle est déjà à toi.

5. Tu te plains peut-être que ce cours n’est pas assez concret pour que tu puisses le comprendre et l’utiliser. 2 Mais peut-être n’as-tu pas fait ce qu’il préconise concrètement. 3 Ce n’est pas un cours sur le jeu des idées mais sur leur application pratique. 4 Rien n’est plus concret que de se faire dire : si tu demandes, tu recevras. 5 Le Saint-Esprit répondra à tout problème concret aussi longtemps que tu croiras que les problèmes sont concrets. 6 Sa réponse est à la fois multiple et une tant que tu crois que l’Un est multiple. 7 Tu as peut-être peur de Son caractère concret, par peur de ce que tu penses que cela exigera de toi. 8 Or c’est seulement en demandant que tu apprendras que rien de Dieu n’exige quoi que ce soit de toi. 9 Dieu donne ; Il ne prend pas. 10 Quand tu refuses de demander, c’est parce que tu crois que demander revient à prendre plutôt qu’à partager.

6. Le Saint-Esprit te donnera seulement ce qui est à toi et Il ne prendra rien en retour. 2 Car ce qui est à toi est tout, et tu le partages avec Dieu. 3 Voilà sa réalité. 4 Le Saint-Esprit, Dont la seule Volonté est de restaurer, serait-Il capable de mésinterpréter la question que tu dois poser pour apprendre Sa réponse ? 5 Tu as entendu la réponse, mais tu as mal compris la question. 6 Tu crois que demander au Saint-Esprit de te guider, c’est demander d’être privé de quelque chose.

7. Petit enfant de Dieu, tu ne comprends pas ton Père. 2 Tu crois en un monde qui prend, parce que tu crois pouvoir obtenir en prenant. 3 Cette perception t’a fait perdre de vue le monde réel. 4 Tu as peur du monde tel que tu le vois, mais il suffit toujours que tu demandes et le monde réel t’appartiendra. 5 Ne te nie pas cela même qui peut seulement te libérer. 6 Rien de Dieu n’asservira Son Fils, qu’il a créé libre et dont la liberté est protégée par Son Être. 7 Béni sois-tu qui es désireux de demander sans peur la vérité à Dieu, car c’est seulement ainsi que tu peux apprendre que Sa réponse est la délivrance de la peur.

8. Bel enfant de Dieu, tu demandes seulement ce que je t’ai promis. 2 Crois-tu que je te tromperais? 3 Le Royaume des Cieux est en toi. 4 Crois que la vérité est en moi, car je connais qu’elle est en toi. 5 Les Fils de Dieu n’ont rien qu’ils ne partagent. 6 Demande la vérité à n’importe lequel des Fils de Dieu et c’est à moi que tu l’as demandée. 7 Il n’en est pas un parmi nous qui n’ait en lui la réponse, et qui ne l’ait à donner à quiconque la lui demande.

9. Demande n’importe quoi au Fils de Dieu et son Père te répondra, car le Christ ne Se trompe pas sur Son Père et Son Père ne Se trompe pas sur Lui. 2 Donc ne te trompe pas sur ton frère, et ne vois comme sa réalité que ses pensées aimantes, car en niant que son esprit est divisé tu guériras le tien. 3 Accepte-le comme son Père l’accepte et guéris-le dans le Christ, car le Christ est sa guérison et la tienne. 4 Le Christ est le Fils de Dieu Qui en aucune façon n’est séparé de Son Père, Dont chaque pensée est aussi aimante que la Pensée de Son Père par laquelle Il fut créé. 5 Ne te trompe pas sur le Fils de Dieu, car par là tu dois te tromper sur toi-même. 6 Et t’étant trompé sur toi-même, tu te trompes sur ton Père, en Qui nulle tromperie n’est possible.

10. Dans le monde réel il n’y a pas de maladie, car il n’y a ni séparation ni division. 2 Seules sont reconnues les pensées aimantes, et parce que nul n’est sans ton aide, l’Aide de Dieu t’accompagne partout. 3 Comme tu deviendras désireux d’accepter cette Aide en La demandant, tu La donneras parce que tu La voudras. 4 Rien ne sera au-delà de ton pouvoir de guérison, parce qu’à ta simple requête rien ne sera refusé. 5 Quels problèmes ne disparaîtraient pas en Présence de la Réponse de Dieu? 6 Demande, donc, d’apprendre ce qu’est la réalité de ton frère, parce que c’est ce que tu percevras en lui, et tu verras ta beauté reflétée dans la sienne.

11. N’accepte pas la perception variable que ton frère a de lui-même, car son esprit divisé est le tien, et tu n’accepteras pas ta guérison sans la sienne. 2 Car vous partagez le monde réel comme vous partagez le Ciel, et sa guérison est la tienne. 3 T’aimer toi-même, c’est te guérir toi-même, et tu ne peux pas percevoir une partie de toi-même comme malade et atteindre ton but. 4 Frère, nous guérissons ensemble comme nous vivons ensemble et nous aimons ensemble. 5 Ne te trompe pas sur le Fils de Dieu, car il est un avec lui-même et un avec son Père. 6 Aime-le, qui est aimé de son Père, et tu apprendras ce qu’est l’Amour que le Père a pour toi.

12. Si tu perçois une offense en un frère, arrache l’offense de ton esprit, car c’est par le Christ que tu es offensé et c’est sur Lui que tu te trompes. 2 Guéris dans le Christ et ne sois pas offensé par Lui, car il n’y a pas d’offense en Lui. 3 Si ce que tu perçois t’offense, tu es offensé en toi-même et tu condamnes le Fils de Dieu que Dieu ne condamne pas. 4 Laisse le Saint-Esprit ôter toutes les offenses du Fils de Dieu envers lui-même et ne perçois personne sans qu’il te guide, car Il voudrait te sauver de toute condamnation. 5 Accepte Son pouvoir guérisseur et utilise-le pour tous ceux qu’il t’envoie, car Il veut guérir le Fils de Dieu, sur qui Il ne Se trompe pas.

13. Les enfants perçoivent des fantômes effrayants, des monstres et des dragons, et ils sont terrifiés. 2 Or s’ils demandent à quelqu’un en qui ils ont confiance la signification de ce qu’ils perçoivent, et s’ils sont désireux de lâcher prise de leurs propres interprétations en faveur de la réalité, leur peur disparaît avec elles. 3 Quand on aide un enfant à traduire son «fantôme» en rideau, son « monstre » en ombre et son « dragon » en rêve, il ne les craint plus et il rit de bon cœur de sa propre peur.

14. Toi, mon enfant, tu as peur de tes frères et de ton Père et de toi-même. 2 Mais sur eux tu ne fais que te tromper. 3 Demande ce qu’ils sont à l’Enseignant de la réalité, et en entendant Sa réponse tu riras toi aussi de tes peurs et tu les remplaceras par la paix. 4 Car la peur ne réside pas dans la réalité mais dans l’esprit des enfants qui ne comprennent pas la réalité. 5 C’est seulement leur manque de compréhension qui les effraie, et quand ils apprennent à percevoir véritablement ils n’ont plus peur. 6 Et pour cette raison ils demanderont à nouveau la vérité quand ils seront effrayés. 7 Ce n’est pas la réalité de tes frères ou de ton Père ou de toi-même qui t’effraie. 8 Tu ne connais pas ce qu’ils sont; ainsi tu les perçois comme des fantômes, des monstres et des dragons. 9 Demande ce qu’est leur réalité à Celui Qui la connaît, et Il te dira ce qu’ils sont. 10 Car tu ne les comprends pas, et parce que tu es trompé par ce que tu vois, tu as besoin de la réalité pour dissiper tes peurs.

15. N’échangerais-tu pas tes peurs contre la vérité, s’il te suffisait de le demander? 2 Car si Dieu ne Se trompe pas sur toi, tu ne peux te tromper que sur toi-même. 3 Or tu peux apprendre la vérité sur toi-même du Saint-Esprit, Qui t’enseignera que, faisant partie de Dieu, nulle tromperie en toi n’est possible. 4 Quand tu te percevras toi-même sans tromperie, tu accepteras le monde réel à la place du faux que tu as fait. 5 Et alors ton Père se penchera vers toi et fera le dernier pas pour toi, en t’élevant jusqu’à Lui.

UCEM~LEÇON 316 – Tous les dons que je fais à mes frères sont les miens.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 316 – Tous les dons que je fais à mes frères sont les miens., Un Cours en Miracles on novembre 12, 2009 at 11:58

11 Nov ~ Inner%20Light%20&%20the%20Energetic%20Heart,%20low-rez%208_5x11

Voir: Qu’est-ce que le jugement dernier ? ici

La leçon du jour ici >

Tous les dons que je fais à mes frères sont les miens.

1. De même que chaque don que font mes frères est à moi, de même chaque don que je fais m’appartient. 2 Chacun d’eux permet qu’une erreur passée disparaisse sans laisser d’ombre sur l’esprit saint que mon Père aime. 3 Sa grâce m’est donnée dans chaque don reçu par un frère de tous les temps et passé le temps. 4 Mon trésor est plein et des anges en surveillent les portes ouvertes pour qu’aucun don ne soit perdu et que seulement d’autres s’ajoutent. 5 Que j’arrive là où sont mes trésors et que j’entre là où je suis véritablement le bienvenu et chez moi, parmi les dons que Dieu m’a faits.

2. Père, je voudrais accepter Tes dons aujourd’hui. 2 Je ne les reconnais pas. 3 Or j’ai confiance en ce que Toi Qui les as faits me fourniras les moyens par lesquels je peux les contempler, en voir la valeur et les chérir comme étant les seules choses que je veux.

L’Inspiration

LEÇON 172 (L-I.172 ici >)

Dieu n’est qu’Amour, donc je le suis aussi.

1. (153) En ma non-défense réside ma sécurité.

2 Dieu n’est qu’Amour, donc je le suis aussi.

2. (154) Je fais partie des ministres de Dieu.

2 Dieu n’est qu’Amour, donc je le suis aussi.

UCEM~LEÇON 315 – Tous les dons que font mes frères m’appartiennent.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 315 – Tous les dons que font mes frères m’appartiennent., Un Cours en Miracles on novembre 11, 2009 at 2:41

11 nov ~ 3470643669_837355c281

Voir: Qu’est-ce que le jugement dernier ? ici

La leçon du jour ici >

Tous les dons que font mes frères m’appartiennent.

1. Chaque jour un millier de trésors viennent à moi à chaque instant qui passe. 2 Je suis comblé de dons tout au long de la journée; d’une valeur bien au-delà de toutes les choses que je peux concevoir. 3 Un frère sourit à un autre et mon coeur se réjouit. 4 Quelqu’un dit un mot de gratitude ou de miséricorde et mon esprit reçoit ce don et le prend pour sien. 5 Et chacun de ceux qui trouvent la voie vers Dieu devient mon sauveur, qui m’indique le chemin et me donne sa certitude que ce qu’il a appris est sûrement à moi aussi.

2. Je te remercie, Père, des nombreux dons qui viennent à moi aujourd’hui et chaque jour de chaque Fils de Dieu. 2 Mes frères sont illimités dans tous les dons qu’ils me font . 3 Maintenant je peux leur offrir ma reconnaissance, afin que ma gratitude envers eux me conduise jusqu’à mon Créateur et au souvenir de Lui.

L’Inspiration

La fonction du temps (T-13.IV ici >)

1. Et maintenant la raison pour laquelle tu as peur de ce cours devrait être apparente. 2 Car c’est un cours sur l’amour, parce qu’il parle de toi. 3 Il t’a été dit que ta fonction dans ce monde est de guérir et que ta fonction au Ciel est de créer. 4 L’ego enseigne que ta fonction sur terre est de détruire et que tu n’as aucune fonction au Ciel. 5 Il voudrait ainsi te détruire ici et t’enterrer ici, en ne te laissant pour héritage que la poussière dont il pense que tu as été fait. 6 Aussi longtemps qu’il est raisonnablement satisfait de toi, pour autant qu’il raisonne, il t’offre l’oubli. 7 Lorsqu’il devient ouvertement sauvage, il t’offre l’enfer.

2. Or ni l’oubli ni l’enfer ne sont aussi inacceptables pour toi que le Ciel. 2 Ta définition du Ciel, c’est l’enfer et l’oubli, et tu penses que le Ciel réel est la plus grande menace que tu pourrais éprouver. 3 Car l’enfer et l’oubli sont des idées que tu as inventées et tu es résolu à en démontrer la réalité pour établir la tienne. 4 Si leur réalité est mise en question, tu crois que la tienne l’est aussi. 5 Car tu crois que l’attaque est ta réalité, et que ta destruction est la preuve finale que tu avais raison.

3. Dans les circonstances, ne serait-il pas plus désirable d’avoir eu tort, même indépendamment du fait que tu avais tort? 2 Bien qu’il soit peut-être possible de soutenir que la mort suggère qu’il y avait vie, personne ne saurait prétendre qu’elle prouve qu’il y a vie. 3 Même la vie passée que la mort pourrait indiquer n’aurait pu être que futile s’il fallait qu’elle en vienne à cela, et qu’elle en ait même besoin pour prouver qu’elle était. 4 Tu mets le Ciel en question, mais tu ne mets pas cela en question. 5 Or, tu pourrais guérir et être guéri si tu le mettais en question. 6 Et même si tu ne connais pas le Ciel, ne pourrait-il pas être plus désirable que la mort? 7 Tu as été aussi sélectif dans tes mises en question que dans tes perceptions. 8 Un esprit ouvert est plus honnête que cela.

4. L’ego a une étrange notion du temps, et c’est par cette notion que pourrait bien commencer ta mise en question. 2 L’ego investit lourdement dans le passé, et il croit en définitive que le passé est le seul aspect du temps qui soit signifiant. 3 Souviens-toi que s’il insiste tant sur la culpabilité, c’est parce que cela lui permet d’assurer sa continuité en rendant le futur semblable au passé et en évitant ainsi le présent. 4 Avec l’idée de payer pour le passé dans le futur, le passé devient le déterminant du futur, ce qui les rend continus sans un présent intervenant. 5 Car l’ego ne considère le présent que comme une brève transition vers le futur, durant laquelle il porte le passé au futur en interprétant le présent au regard du passé.

5. « Maintenant » ne signifie rien pour l’ego. 2 Le présent lui rappelle simplement les blessures du passé, et il réagit au présent comme si c’était le passé. 3 L’ego ne peut pas tolérer la délivrance du passé, et bien que le passé soit révolu, il essaie d’en préserver l’image en réagissant comme s’il était présent. 4 Il te dicte tes réactions à ceux que tu rencontres dans le présent en prenant le passé comme point de référence, ce qui obscurcit leur réalité présente. 5 En fait, si tu suis les diktats de l’ego, tu réagiras à ton frère comme s’il était quelqu’un d’autre, et cela t’empêchera sûrement de le reconnaître tel qu’il est. 6 Et tu recevras de lui des messages venant de ton propre passé, parce qu’en le rendant réel dans le présent, tu t’interdis d’en lâcher prise. 7 Ainsi tu te nies à toi-même le message de délivrance que chacun de tes frères t’offre maintenant.

6. Ces figures d’ombre du passé sont précisément ce à quoi tu dois échapper. 2 Elles ne sont pas réelles, et elles n’ont pas de prise sur toi à moins que tu ne les apportes avec toi. 3 Elles portent les taches de douleur dans ton esprit, te dictant d’attaquer dans le présent en riposte à un passé qui n’est plus. 4 Et cette décision est promesse de douleur future. 5 À moins d’apprendre que la douleur passée est une illusion, tu choisis un futur d’illusions et tu perds les nombreuses occasions de délivrance que tu pourrais trouver dans le présent. 6 L’ego voudrait préserver tes cauchemars et t’empêcher de t’éveiller et de comprendre qu’ils sont passés. 7 Reconnaîtrais-tu la sainteté d’une rencontre si tu la percevais simplement comme une rencontre avec ton propre passé ? 8 Car tu ne rencontrerais personne, et le partage du salut, qui rend la rencontre sainte, serait exclu de ta vue. 9 Le Saint-Esprit enseigne que c’est toujours toi-même que tu rencontres, et la rencontre est sainte parce que tu l’es. 10 L’ego enseigne que c’est toujours ton passé que tu rencontres, et parce que tes rêves n’étaient pas saints, le futur ne peut pas l’être, et le présent est sans signification.

7. Il est évident que la perception du temps qu’a le Saint-Esprit est l’exact opposé de celle de l’ego. 2 La raison en est tout aussi claire, car ils perçoivent le but du temps de façon diamétralement opposée. 3 Selon l’interprétation du Saint-Esprit, le but du temps est de rendre le besoin de temps non nécessaire. 4 Il considère que la fonction du temps est temporaire et ne sert qu’à Sa seule fonction d’enseignant, laquelle est temporaire par définition. 5 Il insiste donc sur le seul aspect du temps qui se puisse étendre à l’infini, car maintenant est ce qui se rapproche le plus de l’éternité en ce monde. 6 C’est dans la réalité de «maintenant», sans passé ni futur, que l’éternité commence à être appréciée. 7 Car il n’y a ici que «maintenant», et seul «maintenant» fournit les occasions de saintes rencontres dans lesquelles le salut peut être trouvé.

8. En revanche, l’ego considère que la fonction du temps est de s’étendre à la place de l’éternité, car comme le Saint-Esprit, l’ego interprète le but du temps comme le sien. 2 La continuité du passé et du futur, sous sa direction, est le seul but que l’ego perçoit dans le temps, et il se referme sur le présent afin qu’aucun fossé ne puisse se produire dans sa propre continuité. 3 Sa continuité, donc, voudrait te garder dans le temps, tandis que le Saint-Esprit voudrait t’en délivrer. 4 C’est Son interprétation des moyens du salut que tu dois apprendre à accepter, si tu veux partager le but de salut qu’il a pour toi.

9. Toi aussi, tu interpréteras la fonction du temps comme tu interprètes la tienne. 2 Si tu acceptes que ta fonction dans le monde du temps est de guérir, tu insisteras sur le seul aspect du temps dans lequel la guérison peut se produire. 3 La guérison ne peut pas s’accomplir dans le passé. 4 Elle doit s’accomplir dans le présent pour libérer le futur. 5 Cette interprétation lie le futur au présent en étendant le présent plutôt que le passé. 6 Mais si ta fonction telle que tu l’interprètes est de détruire, tu perdras de vue le présent et tu t’accrocheras au passé pour t’assurer un futur destructeur. 7 Et le temps sera tel que tu l’interprètes, car de lui-même il n’est rien.

UCEM~LEÇON 314 – Je cherche un futur différent du passé.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 314 – Je cherche un futur différent du passé., Un Cours en Miracles on novembre 10, 2009 at 4:22

10 nov ~ mp209_2

Voir: Qu’est-ce que le jugement dernier ? ici

La leçon du jour ici >

Je cherche un futur différent du passé.

1. D’une perception nouvelle du monde vient un futur très différent du passé. 2 Le futur est maintenant simplement reconnu comme une extension du présent. 3 Les erreurs passées ne peuvent y faire aucune ombre, de sorte que la peur a perdu ses idoles et ses images, et n’ayant pas de forme, elle n’a pas d’effets. 4 Maintenant la mort ne réclamera pas le futur, car c’est la vie maintenant qui est son but, et tous les moyens dont il est besoin sont fournis avec joie. 5 Qui peut se chagriner ou souffrir quand le présent a été libéré, sa sécurité et sa paix s’étendant à un futur tranquille et plein de joie ?

2. Père, nous avons fait erreur dans le passé et nous choisissons d’utiliser le présent pour être libres. 2 Maintenant nous laissons le futur entre Tes Mains, laissant nos erreurs passées derrière nous, sûrs que Tu tiendras Tes promesses présentes et guideras le futur dans leur sainte lumière.

L’Inspiration

Le lien à la vérité (T-25.I ici >)

1. Ce ne peut pas être qu’il est difficile d’accomplir la tâche que le Christ t’a assignée, puisque c’est Lui Qui l’accomplit. 2 Et l’accomplissant, tu apprends que le corps semble seulement être le moyen de la faire. 3 Car l’Esprit est le Sien. 4 Ainsi il doit être le tien. 5 Sa Sainteté dirige le corps par l’esprit qui est un avec Lui. 6 Et tu es manifeste à ton saint frère, comme lui à toi. 7 Ici est la rencontre du saint Christ avec Lui-même; et nulles différences perçues pour se dresser entre les aspects de Sa Sainteté, qui se rencontrent et se joignent, et L’élèvent jusqu’à Son Père, entier et pur, et digne de Son Amour éternel.

2. Comment peux-tu manifester le Christ en toi, sauf en regardant la sainteté et Le voyant là? 2 La perception te dit que tu es manifeste dans ce que tu vois. 3 Contemple le corps et tu croiras que tu es là. 4 Et chaque corps que tu regardes te fait souvenir de toi; de ta peccabilité et du mal en toi, et par-dessus tout de ta mort. 5 Ne mépriserais-tu pas celui qui te dit cela, et ne chercherais-tu pas plutôt sa mort? 6 Le message et le messager ne font qu’un. 7 Et tu dois voir ton frère comme toi-même. 8 Encadrée dans son corps, tu verras ta peccabilité, en laquelle tu es condamné. 9 Posé dans sa sainteté, le Christ en lui Se proclame toi.

3. La perception est un choix de ce que tu veux être; du monde dans lequel tu veux vivre et de l’état dans lequel tu penses que ton esprit sera content et satisfait. 2 Elle choisit où tu penses que réside ta sécurité, selon ta décision. 3 Elle te révèle à toi-même tel que tu voudrais être. 4 Et toujours elle est fidèle à ton but, dont jamais elle ne se sépare, pas plus qu’elle n’offre le moindre témoignage de quoi que ce soit que le but dans ton esprit ne soutient pas. 5 La perception est une partie de ce que tu as pour but de contempler, car moyens et fin ne sont jamais séparés. 6 Ainsi tu apprends que ce qui semble avoir une vie à part n’en a pas.

4. Tu es le moyen pour Dieu : ni séparé, ni avec une vie à part de la Sienne. 2 Sa vie est manifeste en toi qui es Son Fils. 3 Chaque aspect de Lui-même est encadré de sainteté et d’une parfaite pureté, d’un amour céleste et si complet qu’il souhaite seulement pouvoir délivrer à soi-même tout ce qu’il regarde. 4 Son rayonnement luit à travers chaque corps qu’il regarde et balaie toutes ses ténèbres dans la lumière en regardant simplement par-delà le corps vers la lumière. 5 Le voile est levé par sa douceur et rien ne cache la face du Christ à ceux qui Le regardent. 6 Toi et ton frère vous tenez devant Lui maintenant, pour Le laisser écarter le voile qui semble vous garder séparés et à part.

5. Puisque tu crois être séparé, le Ciel se présente à toi comme étant séparé aussi. 2 Ce n’est pas qu’il le soit en vérité, mais pour que le lien qui t’a été donné pour te joindre à la vérité puisse t’atteindre par ce que tu comprends. 3 Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont Un, comme tous tes frères se joignent en ne faisant qu’un dans la vérité. 4 Le Christ et Son Père n’ont jamais été séparés, et le Christ habite en ta compréhension, en la partie de toi qui partage la Volonté de Son Père. 5 Le Saint-Esprit relie l’autre partie — le minuscule souhait fou d’être séparé, différent et particulier — au Christ, pour rendre l’unité claire à ce qui est réellement un. 6 En ce monde cela n’est pas compris mais peut être enseigné.

6. Le Saint-Esprit sert le but du Christ dans ton esprit, afin que le but de particularité puisse être corrigé là où l’erreur réside. 2 Parce que Son but est encore un à la fois avec le Père et avec le Fils, Il connaît la Volonté de Dieu, et ce que la tienne est réellement. 3 Mais cela est compris par l’esprit perçu comme ne faisant qu’un, conscient qu’il est un et ainsi expérimenté. 4 C’est la fonction du Saint-Esprit de t’enseigner comment ressentir cette unité, ce que tu dois faire pour l’expérimenter et où tu dois aller pour le faire.

7. Tout cela tient compte du temps et du lieu comme s’ils étaient distincts, car tant que tu penses qu’une partie de toi est séparée, le concept d’une Unité jointe en ne faisant qu’Un est in-signifiant. 2 Il est clair qu’un esprit si divisé ne pourrait jamais être l’Enseignant d’une Unité qui unit toutes choses en Elle-même. 3 Ainsi, Ce Qui est au-dedans de cet esprit, et unit toutes choses, doit être son Enseignant. 4 Or Cela doit utiliser le langage que cet esprit peut comprendre, dans la condition où il pense être. 5 Et Cela doit utiliser tout apprentissage pour transférer les illusions à la vérité, en prenant toutes les fausses idées de ce que tu es et en te conduisant au-delà d’elles, à la vérité qui est au-delà d’elles. 6 Tout cela peut se réduire très simplement à ceci :

7 Ce qui est le même ne peut pas être différent, et

ce qui est un ne peut pas avoir de parties séparées

UCEM~LEÇON 313 – Qu’une perception nouvelle me vienne maintenant.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 313 – Qu’une perception nouvelle me vienne maintenant., Un Cours en Miracles on novembre 9, 2009 at 12:41

9 Nov ~ pic4

Voir: Qu’est-ce que le jugement dernier ? ici

La leçon du jour ici >

Qu’une perception nouvelle me vienne maintenant.

1. Père, il est une vision qui contemple toutes choses comme étant sans péché, de sorte que la peur a disparu et que là où elle était l’amour est invité. 2 L’amour viendra partout où il est demandé. 3 Cette vision est Ton don. 4 Les yeux du Christ contemplent un monde pardonné. 5 À Ses yeux tous ses péchés sont pardonnés, car Il ne voit de péché nulle part où Il pose le regard. 6 Que Sa perception vraie me vienne maintenant, afin que je m’éveille du rêve de péché et regarde au-dedans mon impeccabilité, que Tu as gardée parfaitement non profanée sur l’autel à Ton saint Fils, le Soi auquel je voudrais m’identifier.

2. Regardons-nous les uns les autres aujourd’hui avec le regard du Christ. 2 Comme nous sommes beaux ! 3 Comme nous sommes saints et aimants ! 4 Frère, viens te joindre à moi aujourd’hui. 5 Nous sauvons le monde quand nous nous sommes joints. 6 Car dans notre vision il devient aussi saint que la lumière en nous.

L’Inspiration

Il n’y a pas de conflit, car ma volonté est la Tienne. (L_II.331 ici >)

1. Comme il est sot, Père, de croire que Ton Fils pourrait se causer de souffrir ! 2 Pourrait-il faire un plan pour sa damnation et être laissé sans une voie certaine vers sa délivrance ? 3 Tu m’aimes, Père. 4 Tu ne pourrais jamais me laisser là désespéré, à mourir dans un monde de douleur et de cruauté. 5 Comment pourrais-je penser que l’Amour S’est quitté Lui-même ? 6 Il n’y a de volonté que la Volonté de l’Amour. 7 La peur est un rêve et n’a pas de volonté qui puisse être en conflit avec la Tienne. 8 Le conflit est sommeil, et la paix est éveil. 9 La mort est illusion; la vie, vérité éternelle. 10 Il n’y a pas d’opposition à Ta volonté. 11 Il n’y a pas de conflit, car ma volonté est la Tienne.

2. Le pardon nous montre que la Volonté de Dieu est Une, et que nous la partageons. 2 Contemplons les saintes vues que nous montre le pardon aujourd’hui, pour que nous trouvions la paix de Dieu. 3 Amen.

UCEM~LEÇON 312 – Je vois toutes choses comme je voudrais qu’elles soient.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 312 – Je vois toutes choses comme je voudrais qu’elles soient., Un Cours en Miracles on novembre 8, 2009 at 3:37

8 nov ~ image002

Voir: Qu’est-ce que le jugement dernier ? ici

La leçon du jour ici >

Je vois toutes choses comme je voudrais qu’elles soient.

1. La perception suit le jugement. 2 Ayant jugé, nous voyons donc ce que nous voudrions regarder. 3 Car la vue ne peut servir qu’à nous offrir ce que nous voudrions avoir. 4 Il est impossible de passer sur ce que nous voudrions voir et de manquer de voir ce que nous avons choisi de contempler. 5 Comme il est sûr, donc, que le monde réel viendra saluer la sainte vue de quiconque prend le but du Saint-Esprit pour but de sa propre vue. 6 Il ne peut manquer de contempler ce que le Christ voudrait qu’il voie et de partager l’Amour du Christ pour ce qu’il regarde.

2. Je n’ai pas de but pour aujourd’hui, sauf de regarder un monde libéré, rendu libre de tous les jugements que j’ai faits. 2 Père, c’est Ta Volonté pour moi aujourd’hui et ce doit donc être aussi mon but.

L’Inspiration

La cause de la maladie (C-III.1 ici >)

Ne prends pas l’effet pour la cause, et ne pense pas non plus que la maladie soit séparée ou en dehors de ce qui en est nécessairement la cause. C’est un signe, une ombre d’une mauvaise pensée qui a l’air d’être réelle et, selon l’usage du monde, d’être juste. C’est une preuve extérieure de “péchés” intérieurs, et le témoignage de pensées qui ne pardonnent pas, qui blessent et voudraient faire mal au Fils de Dieu. Guérir le corps est impossible et la démonstration en est faite par la nature brève du “rétablissement.” Le corps doit toujours mourir, aussi sa guérison ne fait-elle que retarder son retour à la poussière, où il naquit et où il retournera.

La cause du corps est le non-pardon du Fils de Dieu. Le corps n’a pas quitté sa source, et la démonstration en est clairement faite par sa douleur, sa vieillesse et la marque de la mort qu’il porte. Il semble effrayant et fragile à ceux qui pensent que leur vie est liée à ses ordres et attachée à son souffle instable et minuscule. La mort les fixe du regard tandis que chaque moment échappe irrévocablement à leurs mains qui s’accrochent et qui ne peuvent les faire revenir en arrière. Et ils ressentent de la peur tandis que leurs corps changent et tombent malades. Car ils sentent sur leur coeur l’odeur lourde de la mort.

Le corps peut être guéri en tant qu’effet du pardon véritable. C’est cela seulement qui peut donner souvenance de l’immortalité, qui est le don de la sainteté et de l’amour. Le pardon doit être donné par un esprit qui comprend qu’il lui faut passer outre à toutes les ombres qui sont sur le visage du Christ, dont il faudrait voir que la maladie fait partie. Rien d’autre que cela: le signe du jugement porté par un frère sur un frère, et par le Fils de Dieu sur lui-même. Car il a condamné son corps à être sa prison, et oublié que c’est lui qui lui attribua ce rôle.

Ce qu’il a fait, le Fils de Dieu doit maintenant le défaire. Mais pas tout seul. Car il a jeté loin la clef de la prison, son saint état-sans-péché et la souvenance de l’Amour de son Père. Pourtant, une aide lui est donnée dans la Voix que son Père a placée en lui. Le pouvoir de guérir est maintenant le don de son Père, car à travers Sa Voix Il peut encore atteindre Son Fils, en lui rappelant que le corps peut bien devenir le foyer qu’il a choisi, mais que ce ne sera jamais son foyer en vérité.

Il faut par conséquent établir des distinctions entre la guérison véritable et sa contrepartie fallacieuse. Le monde des opposés est le lieu de la guérison, car que pourrait-il y avoir à guérir au Ciel ? De même qu’au sein du monde la prière peut demander de travers et qu’une apparence de charité pardonne pour tuer, la guérison peut être fausse aussi bien que vraie: un témoin du pouvoir du monde ou de l’éternel Amour de Dieu.

UCEM~LEÇON 311 – Je juge toutes choses comme je voudrais qu’elles soient.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 311 – Je juge toutes choses comme je voudrais qu’elles soient., Un Cours en Miracles on novembre 7, 2009 at 2:25

7 nov ~ pentecote_evangile-et-peinture

Voir: Qu’est-ce que le jugement dernier ? ici

La leçon du jour ici >

Je juge toutes choses comme je voudrais qu’elles soient.

1. Le jugement a été fait pour être une arme utilisée contre la vérité. 2 Il sépare ce contre quoi il est utilisé et le fait ressortir comme si c’était une chose à part. 3 Puis il en fait ce que tu voudrais que ce soit. 4 Il juge ce qu’il ne peut comprendre parce qu’il ne peut pas voir la totalité, et donc il juge faussement. 5 Ne l’utilisons pas aujourd’hui, mais offrons-le comme don à Celui Qui en fait un usage différent. 6 Il nous soulagera du supplice de tous les jugements que nous avons portés contre nous-mêmes et rétablira la paix d’esprit en nous donnant le Jugement de Dieu sur son Fils.

2. Père, c’est l’esprit ouvert que nous attendons aujourd’hui d’entendre Ton Jugement sur le Fils que Tu aimes. 2 Nous ne le connaissons pas et nous ne pouvons juger. 3 Ainsi nous laissons Ton Amour décider ce que doit être celui que Tu as créé Ton Fils.

L’Inspiration

La traîtrise de la particularité (T-24.II ici >)

1. La comparaison doit être un mécanisme de l’ego, car l’amour n’en fait aucune. 2 La particularité fait toujours des comparaisons. 3 Elle est établie par un manque vu en un autre et elle est maintenue en cherchant, et en gardant bien en vue, tous les manques qu’elle peut percevoir. 4 C’est cela qu’elle cherche et cela qu’elle regarde. 5 Et toujours celui qu’elle diminue ainsi serait ton sauveur, si tu n’avais pas choisi plutôt de faire de lui une minuscule mesure de ta particularité. 6 Face à la petitesse que tu vois en lui, tu te tiens grand et majestueux, propre et honnête, pur et sans souillure, par comparaison avec ce que tu vois. 7 Et tu ne comprends pas non plus que c’est toi-même que tu diminues ainsi.

2. La poursuite de la particularité est toujours au coût de la paix. 2 Qui peut attaquer son sauveur et l’amoindrir et pourtant reconnaître son fort soutien ? 3 Qui peut ôter de son omnipotence et pourtant partager son pouvoir ? 4 Et qui peut l’utiliser comme jauge de la petitesse et être délivré des limites ? 5 Tu as une fonction dans le salut. 6 Sa poursuite t’apportera la joie. 7 Mais la poursuite de la particularité doit t’apporter la douleur. 8 Voilà un but qui voudrait faire échec au salut, et ainsi aller à l’encontre de la Volonté de Dieu. 9 Estimer la particularité, c’est estimer une volonté étrangère à qui les illusions de toi-même sont plus chères que la vérité.

3. La particularité est l’idée du péché rendue réelle. 2 Le péché est impossible même à imaginer sans cette base. 3 Car le péché a surgi de là, issu du néant; une fleur du mal sans aucune racine. 4 Voilà le « sauveur » qui s’est fait lui-même, le « créateur » qui crée autrement que le Père et qui a fait Son Fils à sa propre image et non à la Sienne. 5 Ses fils « particuliers » sont nombreux, jamais un, chacun en exil de lui-même et de Celui Dont ils font partie. 6 Et ils n’aiment pas non plus l’Unité qui les a créés ne faisant qu’un avec Lui. 7 Ils ont choisi leur particularité au lieu du Ciel et au lieu de la paix, et ils l’ont soigneusement emballée dans le péché pour la garder à l’abri de la vérité.

4. Tu n’es pas particulier. 2 Si tu penses l’être, et voudrais défendre ta particularité contre la vérité de ce que tu es réellement, comment peux-tu connaître la vérité ? 3 Quelle réponse que donne le Saint-Esprit peut t’atteindre, quand c’est ta particularité que tu écoutes, et qui demande et répond ? 4 Sa minuscule réponse, muette dans la mélodie qui court éternellement de Dieu vers toi en hommage aimant à ce que tu es, est tout ce que tu écoutes. 5 Et cet ample chant d’honneur et d’amour pour ce que tu es semble silencieux et inentendu devant sa « puissance ». 6 Tu tends l’oreille pour entendre sa voix muette, et pourtant l’Appel de Dieu Lui-même est muet pour toi.

5. Tu peux défendre ta particularité, mais jamais tu n’entendras la Voix pour Dieu à côté d’elle. 2 Elles parlent une langue différente et tombent dans des oreilles différentes. 3 Pour chaque particulier un message différent, et ayant une signification différente, est la vérité. 4 Or comment la vérité peut-elle être différente pour chacun ? 5 Les messages particuliers qu’entendent les particuliers les convainquent qu’ils sont différents et à part; chacun dans ses péchés particuliers et « à l’abri » de l’amour, qui ne voit pas du tout sa particularité. 6 La vision du Christ est leur « ennemie », car elle ne voit pas ce qu’ils voudraient regarder, et elle leur montrerait que la particularité qu’ils pensent voir est une illusion.

6. Que verraient-ils à la place ? 2 L’éclat rayonnant du Fils de Dieu, si pareil à son Père que le souvenir de Lui jaillit instantanément à l’esprit. 3 Et avec ce souvenir, le Fils se souvient de ses propres créations, aussi pareilles à lui qu’il l’est à son Père. 4 Et tout le monde qu’il a fait, et toute sa particularité, et tous les péchés qu’il s’est à lui-même reproché pour sa défense, s’évanouiront quand son esprit accepte la vérité sur lui-même, quand elle revient prendre leur place. 5 Voilà le seul « coût » de la vérité : Tu ne verras plus ce qui n’a jamais été, ni n’entendras ce qui ne fait aucun son. 6 Est-ce un sacrifice d’abandonner rien, et de recevoir l’Amour de Dieu pour toujours ?

7. Toi qui as enchaîné ton sauveur à ta particularité et lui as donné sa place, souviens-toi de ceci : Il n’a pas perdu le pouvoir de te pardonner tous les péchés que tu penses avoir placés entre lui et la fonction de salut à lui donnée pour toi. 2 Tu ne changeras pas non plus sa fonction, pas plus que tu ne peux changer la vérité en lui et en toi-même. 3 Mais sois certain que la vérité est exactement la même en tous les deux. 4 Elle ne donne pas de messages différents et n’a qu’une signification. 5 Et c’est une signification que toi et ton frère pouvez comprendre tous les deux, et qui apporte délivrance aux deux. 6 Là se tient ton frère, qui a la clef du Ciel dans sa main, tendue vers toi. 7 Ne laisse pas le rêve de particularité subsister entre vous. 8 Ce qui est un est joint en vérité.

8. Pense à la beauté que tu verras en toi-même, quand tu l’auras regardé comme un ami. 2 Il est l’ennemie de la particularité, mais l’ami seulement de ce qui est réel en toi. 3 Aucune des attaques que tu pensais avoir faites contre lui ne lui a pris le don que Dieu voudrait qu’il te donne. 4 Son besoin de le donner est aussi grand que le tien de l’avoir. 5 Laisse-le te pardonner toute ta particularité, et te rendre entier en esprit et un avec lui. 6 Il attend ton pardon seulement pour pouvoir te le rendre. 7 Ce n’est pas Dieu Qui a condamné Son Fils, mais toi, pour sauver sa particularité et tuer son Soi.

9. Tu es rendu loin sur le chemin de la vérité; trop loin pour chanceler maintenant. 2 Juste un pas de plus et chaque vestige de la peur de Dieu se fondra en amour. 3 La particularité de ton frère et la tienne sont ennemies, et vouées en haine à se tuer l’une l’autre et à nier qu’elles sont les mêmes. 4 Or ce ne sont pas des illusions qui ont atteint cet obstacle final, qui semble rendre Dieu et Son Ciel si éloignés qu’Ils ne peuvent être atteints. 5 Ici en ce saint lieu se tient la vérité qui attend de vous recevoir, toi et ton frère, en une silencieuse bénédiction et en une paix si réelle et si intégrale que rien en tient en dehors. 6 Laisse toutes les illusions de toi-même en dehors de ce lieu, où tu viens avec espoir et honnêteté.

10. Voici le sauveur qui te délivre de ta particularité. 2 Il a besoin de ton acceptation de lui-même comme partie de toi, comme toi de la sienne. 3 Vous êtes pareils à Dieu, comme Dieu l’est à Lui-même. 4 Il n’est pas particulier, car Il ne voudrait pas garder pour Lui une seule partie de ce qu’Il est, non donnée à Son Fils mais gardée pour Lui seul. 5 Et c’est cela que tu crains, car s’Il n’est pas particulier, alors Il a voulu que Son Fils soit comme Lui, et ton frère est comme toi. 6 Non particulier, mais possédant tout, y compris toi. 7 Ne lui donne que ce qu’il a, en te souvenant que Dieu S’est donné Lui-même à toi et à ton frère d’un amour égal, afin que tous deux puissiez partager l’univers avec Lui, Qui a choisi que l’amour ne pourrait jamais être divisé et gardé séparé de ce qu’il est et doit être à jamais.

11. Tu es à ton frère; une partie de l’amour ne lui a pas été niée. 2 Mais se peut-il que tu aies perdu parce qu’il est complet ? 3 Ce qui lui a été donné te rend complet, ainsi que lui. 4 L’Amour de Dieu t’a donné à lui et lui à toi parce qu’Il S’est donné Lui-même. 5 Ce qui est pareil à Dieu est un avec Lui. 6 Et seule la particularité pourrait faire que la vérité de Dieu et toi ne faisant qu’un semble être quoi que ce soit d’autre que le Ciel, avec l’espoir de la paix enfin en vue.

12. La particularité est le sceau de la traîtrise sur le don de l’amour. 2 Tout ce qui sert son but doit être donné pour tuer. 3 Pas un don portant son sceau qui n’offre traîtrise à donneur et receveur. 4 Pas un regard d’yeux qu’elle voile qui ne tombe sur une vue de mort. 5 Pas un croyant en sa puissance qui ne recherche marchés et compromis qui établiraient le péché comme substitut à l’amour, et qui ne le serve fidèlement. 6 Et pas une relation chérissant son but qui ne s’accroche au meurtre comme arme de sécurité et grand défenseur de toutes les illusions conte la « menace » de l’amour.

13. L’espoir de particularité fait paraître possible que Dieu ait fait le corps pour être la prison qui garde Son Fils loin de Lui. 2 Car il exige une place particulière où Dieu ne peut entrer, et une cachette où nul autre que ton petit soi n’est le bienvenu. 3 Rien n’est sacré ici que pour toi, et toi seul, à part et séparé de tous tes frères; à l’abri de toute intrusion de la santé d’esprit dans les illusions; à l’abri de Dieu et à l’abri pour un éternel conflit. 4 Voilà les portes de l’enfer que tu as refermées derrière toi pour gouverner dans la folie et la solitude ton royaume particulier, à part de Dieu, loin de la vérité et du salut.

14. La clef que tu as jetée, Dieu l’a donnée à ton frère, dont les saintes mains te l’offrent quand tu es prêt à accepter Son plan pour ton salut à la place du tien. 2 Comment pourrais-tu arriver à être prêt, si ce n’est par la vue de toute ta misère, et en prenant conscience que ton plan a échoué et qu’il manquera toujours de t’apporter quelque paix et quelque joie que ce soit ? 3 C’est à travers ce désespoir que tu voyages maintenant, et pourtant ce n’est qu’une illusion de désespoir. 4 La mort de la particularité n’est pas ta mort, mais ton éveil à la vie éternelle. 5 Tu ne fais qu’émerger d’une illusion de ce que tu es à l’acceptation de toi-même tel que Dieu t’a créé.

UCEM~LEÇON 310 – Je passe ce jour en l’absence de peur et en l’amour.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 310 – Je passe ce jour en l’absence de peur et en l’amour., Un Cours en Miracles on novembre 6, 2009 at 1:49

6 Nov ~ 7361300024

Voir: Qu’est-ce que le second Avènement ? ici

La leçon du jour ici >

Je passe ce jour en l’absence de peur et en l’amour.

1. Ce jour, Père, je voudrais le passer avec Toi, comme Tu as choisi que tous mes jours devraient être. 2 Ce que j’éprouverai n’est pas du temps. 3 La joie qui me vient n’est pas des jours ni des heures, car elle vient du Ciel à Ton Fils. 4 Ce jour sera Ton doux rappel à me souvenir de Toi, Ton appel gracieux à Ton saint Fils, le signe que Ta grâce m’est venue et que c’est Ta Volonté que je sois rendu libre aujourd’hui.

2. Nous passons cette journée ensemble, toi et moi. 2 Et le monde entier se joint à nous dans notre chant de gratitude et de joie pour Celui Qui nous a donné le salut et Qui nous a rendus libres. 3 Nous sommes ramenés à la paix et à la sainteté. 4 Il n’y a pas de place en nous pour la peur aujourd’hui, car nous avons accueilli l’amour dans notre coeur.

L’Inspiration

Dieu est mon Père, et Il aime Son Fils. (L-II.224 ici >)

1. Ma véritable Identité est si sûre, si élevée, sans péché, glorieuse et grande, entièrement bienfaisante et libre de culpabilité, que le Ciel se tourne vers Elle pour être éclairé. 2 Elle éclaire aussi le monde. 3 Elle est le don que mon Père m’a fait; celui aussi que je fais au monde. 4 Il n’est de don que celui-là qui puisse soit être fait, soit être reçu. 5 Cela et cela seul est la réalité. 6 Cela est la fin de l’illusion. 7 Cela est la vérité.

2. Mon Nom, ô Père, est encore connu de Toi. 2 Je L’ai oublié et je ne connais pas où je vais, qui je suis ni ce que c’est que je fais. 3 Rappelle-le-moi maintenant, Père, car je suis las du monde que je vois. 4 Révèle-moi ce que Tu voudrais que je voie à la place.

UCEM~LEÇON 309 – Je ne craindrai pas de regarder au-dedans aujourd’hui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 309 – Je ne craindrai pas de regarder au-dedans aujourd’hui., Un Cours en Miracles on novembre 5, 2009 at 1:38

5  Nov ~ jesus3

Voir: Qu’est-ce que le second Avènement ? ici

La leçon du jour ici >

Je ne craindrai pas de regarder au-dedans aujourd’hui.

1. Au-dedans de moi est l’éternelle innocence, parce que c’est la Volonté de Dieu qu’elle y soit pour toujours et à jamais. 2 Moi, Son Fils, dont la volonté est illimitée comme la Sienne, ne peux vouloir aucun changement en cela. 3 Car nier la Volonté de mon Père, c’est nier la mienne. 4 Regarder au-dedans, ce n’est que trouver ma volonté telle que Dieu l’a créée et telle qu’elle est. 5 J’ai peur de regarder au-dedans parce que je pense avoir fait une autre volonté qui n’est pas vraie, et l’avoir rendue réelle. 6 Or elle n’a pas d’effets. 7 Au-dedans de moi est la Sainteté de Dieu. 8 Au-dedans de moi est la mémoire de Lui.

2. Le pas que je fais aujourd’hui, mon Père, est ma sûre délivrance des vains rêves de péché. 2 Ton autel se dresse serein et non profané. 3 C’est le saint autel à mon Soi, et je trouve là ma véritable Identité.

L’Inspiration

La fonction du temps (T-13.IV ici)

1. Et maintenant la raison pour laquelle tu as peur de ce cours devrait être apparente. 2 Car c’est un cours sur l’amour, parce qu’il parle de toi. 3 Il t’a été dit que ta fonction dans ce monde est de guérir et que ta fonction au Ciel est de créer. 4 L’ego enseigne que ta fonction sur terre est de détruire et que tu n’as aucune fonction au Ciel. 5 Il voudrait ainsi te détruire ici et t’enterrer ici, en ne te laissant pour héritage que la poussière dont il pense que tu as été fait. 6 Aussi longtemps qu’il est raisonnablement satisfait de toi, pour autant qu’il raisonne, il t’offre l’oubli. 7 Lorsqu’il devient ouvertement sauvage, il t’offre l’enfer.

2. Or ni l’oubli ni l’enfer ne sont aussi inacceptables pour toi que le Ciel. 2 Ta définition du Ciel, c’est l’enfer et l’oubli, et tu penses que le Ciel réel est la plus grande menace que tu pourrais éprouver. 3 Car l’enfer et l’oubli sont des idées que tu as inventées et tu es résolu à en démontrer la réalité pour établir la tienne. 4 Si leur réalité est mise en question, tu crois que la tienne l’est aussi. 5 Car tu crois que l’attaque est ta réalité, et que ta destruction est la preuve finale que tu avais raison.

3. Dans les circonstances, ne serait-il pas plus désirable d’avoir eu tort, même indépendamment du fait que tu avais tort? 2 Bien qu’il soit peut-être possible de soutenir que la mort suggère qu’il y avait vie, personne ne saurait prétendre qu’elle prouve qu’il y a vie. 3 Même la vie passée que la mort pourrait indiquer n’aurait pu être que futile s’il fallait qu’elle en vienne à cela, et qu’elle en ait même besoin pour prouver qu’elle était. 4 Tu mets le Ciel en question, mais tu ne mets pas cela en question. 5 Or, tu pourrais guérir et être guéri si tu le mettais en question. 6 Et même si tu ne connais pas le Ciel, ne pourrait-il pas être plus désirable que la mort? 7 Tu as été aussi sélectif dans tes mises en question que dans tes perceptions. 8 Un esprit ouvert est plus honnête que cela.

4. L’ego a une étrange notion du temps, et c’est par cette notion que pourrait bien commencer ta mise en question. 2 L’ego investit lourdement dans le passé, et il croit en définitive que le passé est le seul aspect du temps qui soit signifiant. 3 Souviens-toi que s’il insiste tant sur la culpabilité, c’est parce que cela lui permet d’assurer sa continuité en rendant le futur semblable au passé et en évitant ainsi le présent. 4 Avec l’idée de payer pour le passé dans le futur, le passé devient le déterminant du futur, ce qui les rend continus sans un présent intervenant. 5 Car l’ego ne considère le présent que comme une brève transition vers le futur, durant laquelle il porte le passé au futur en interprétant le présent au regard du passé.

5. « Maintenant » ne signifie rien pour l’ego. 2 Le présent lui rappelle simplement les blessures du passé, et il réagit au présent comme si c’était le passé. 3 L’ego ne peut pas tolérer la délivrance du passé, et bien que le passé soit révolu, il essaie d’en préserver l’image en réagissant comme s’il était présent. 4 Il te dicte tes réactions à ceux que tu rencontres dans le présent en prenant le passé comme point de référence, ce qui obscurcit leur réalité présente. 5 En fait, si tu suis les diktats de l’ego, tu réagiras à ton frère comme s’il était quelqu’un d’autre, et cela t’empêchera sûrement de le reconnaître tel qu’il est. 6 Et tu recevras de lui des messages venant de ton propre passé, parce qu’en le rendant réel dans le présent, tu t’interdis d’en lâcher prise. 7 Ainsi tu te nies à toi-même le message de délivrance que chacun de tes frères t’offre maintenant.

6. Ces figures d’ombre du passé sont précisément ce à quoi tu dois échapper. 2 Elles ne sont pas réelles, et elles n’ont pas de prise sur toi à moins que tu ne les apportes avec toi. 3 Elles portent les taches de douleur dans ton esprit, te dictant d’attaquer dans le présent en riposte à un passé qui n’est plus. 4 Et cette décision est promesse de douleur future. 5 À moins d’apprendre que la douleur passée est une illusion, tu choisis un futur d’illusions et tu perds les nombreuses occasions de délivrance que tu pourrais trouver dans le présent. 6 L’ego voudrait préserver tes cauchemars et t’empêcher de t’éveiller et de comprendre qu’ils sont passés. 7 Reconnaîtrais-tu la sainteté d’une rencontre si tu la percevais simplement comme une rencontre avec ton propre passé ? 8 Car tu ne rencontrerais personne, et le partage du salut, qui rend la rencontre sainte, serait exclu de ta vue. 9 Le Saint-Esprit enseigne que c’est toujours toi-même que tu rencontres, et la rencontre est sainte parce que tu l’es. 10 L’ego enseigne que c’est toujours ton passé que tu rencontres, et parce que tes rêves n’étaient pas saints, le futur ne peut pas l’être, et le présent est sans signification.

7. Il est évident que la perception du temps qu’a le Saint-Esprit est l’exact opposé de celle de l’ego. 2 La raison en est tout aussi claire, car ils perçoivent le but du temps de façon diamétralement opposée. 3 Selon l’interprétation du Saint-Esprit, le but du temps est de rendre le besoin de temps non nécessaire. 4 Il considère que la fonction du temps est temporaire et ne sert qu’à Sa seule fonction d’enseignant, laquelle est temporaire par définition. 5 Il insiste donc sur le seul aspect du temps qui se puisse étendre à l’infini, car maintenant est ce qui se rapproche le plus de l’éternité en ce monde. 6 C’est dans la réalité de «maintenant», sans passé ni futur, que l’éternité commence à être appréciée. 7 Car il n’y a ici que «maintenant», et seul «maintenant» fournit les occasions de saintes rencontres dans lesquelles le salut peut être trouvé.

8. En revanche, l’ego considère que la fonction du temps est de s’étendre à la place de l’éternité, car comme le Saint-Esprit, l’ego interprète le but du temps comme le sien. 2 La continuité du passé et du futur, sous sa direction, est le seul but que l’ego perçoit dans le temps, et il se referme sur le présent afin qu’aucun fossé ne puisse se produire dans sa propre continuité. 3 Sa continuité, donc, voudrait te garder dans le temps, tandis que le Saint-Esprit voudrait t’en délivrer. 4 C’est Son interprétation des moyens du salut que tu dois apprendre à accepter, si tu veux partager le but de salut qu’il a pour toi.

9. Toi aussi, tu interpréteras la fonction du temps comme tu interprètes la tienne. 2 Si tu acceptes que ta fonction dans le monde du temps est de guérir, tu insisteras sur le seul aspect du temps dans lequel la guérison peut se produire. 3 La guérison ne peut pas s’accomplir dans le passé. 4 Elle doit s’accomplir dans le présent pour libérer le futur. 5 Cette interprétation lie le futur au présent en étendant le présent plutôt que le passé. 6 Mais si ta fonction telle que tu l’interprètes est de détruire, tu perdras de vue le présent et tu t’accrocheras au passé pour t’assurer un futur destructeur. 7 Et le temps sera tel que tu l’interprètes, car de lui-même il n’est rien.

UCEM~LEÇON 308 – Cet instant est le seul temps qui soit.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 308 – Cet instant est le seul temps qui soit., Un Cours en Miracles on novembre 4, 2009 at 3:39

4 nov ~ ici-et-maintenant

Voir: Qu’est-ce que le second Avènement ? ici

La leçon du jour ici >

Cet instant est le seul temps qui soit.

1. J’ai conçu le temps de telle manière que je vais à l’encontre de mon but. 2 Si je choisis d’aller par-delà le temps dans l’intemporel, je dois changer ma perception de ce à quoi sert le temps. 3 Le but du temps ne peut pas être de garder le passé et le futur ne faisant qu’un. 4 Le seul intervalle durant lequel je peux être sauvé du temps, c’est maintenant. 5 Car en cet instant le pardon est venu me rendre libre. 6 La naissance du Christ est maintenant, sans passé ni futur. 7 Il est venu donner Sa bénédiction présente au monde, le ramenant à l’intemporel et à l’amour. 8 Et l’amour est à jamais présent, ici et maintenant.

2. Merci pour cet instant, Père. 2 C’est maintenant que je suis rédimé. 3 Cet instant est le temps que tu as désigné pour la délivrance de Ton Fils, et pour le salut du monde en lui.

L’Inspiration

LEÇON 208 (L-I.208 ici)

Je ne suis pas un corps. Je suis libre.

Car je suis encore tel que Dieu m’a créé.

1.  (188) La paix de Dieu luit en moi maintenant.

2 Je serai calme et laisserai la terre être calme avec moi. 3 Et

dans ce calme nous trouverons la paix de Dieu. 4 Elle est au-

dedans de mon coeur, qui témoigne de Dieu Lui-même.

5 Je ne suis pas un corps. 6 Je suis libre.

7 Car je suis encore tel que Dieu m’a créé.

UCEM~LEÇON 307 – Des souhaits conflictuels ne peuvent pas être ma volonté.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 307 – Des souhaits conflictuels ne peuvent pas être ma volonté., Un Cours en Miracles on novembre 3, 2009 at 3:25

3 Nov ~ 8147800056

Voir: Qu’est-ce que le second Avènement ? ici

La leçon du jour ici >

Des souhaits conflictuels ne peuvent pas être ma volonté.

1. Père, Ta Volonté est la mienne, et Elle seule. 2 Il n’y a pas d’autre volonté que je puisse avoir. 3 Que je n’essaie pas de faire une autre volonté, car cela est insensé et me causera de la douleur. 4 Seule Ta Volonté peut m’apporter le bonheur, et seule la Tienne existe. 5 Si je veux avoir ce que Toi seul peut donner, je dois accepter Ta Volonté pour moi et entrer dans la paix où le conflit est impossible, où Ton Fils ne fait qu’un avec Toi en être et en volonté, et où rien ne contredit la sainte vérité qui est que je reste tel que Tu m’as créé.

2. Par cette prière nous entrons silencieusement dans un état où le conflit ne peut venir, parce que nous joignons notre sainte volonté à Celle de Dieu, en reconnaissant qu’elles sont les mêmes.

L’Inspiration

Atteindre le monde réel (T-13.VII.14:1-3)

14. Chaque fois que tu es tenté d’entreprendre un voyage inutile qui t’éloignerait de la lumière, rappelle-toi ce que tu veux vraiment, et dis:

2 Le Saint-Esprit me conduit au Christ, et où ailleurs voudrais-je aller ? 3 De quoi ai-je besoin, si ce n’est de m’éveiller en Lui ?

UCEM~LEÇON 306 – Le don du Christ est tout ce que je cherche aujourd’hui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 306 – Le don du Christ est tout ce que je cherche aujourd’hui., Un Cours en Miracles on novembre 2, 2009 at 2:31

2 nov ~ durer-mains

Voir: Qu’est-ce que le second Avènement ? ici

La leçon du jour ici >

Le don du Christ est tout ce que je cherche aujourd’hui.

1. Quoi d’autre que la vision du Christ utiliserais-je aujourd’hui, quand elle peut m’offrir une journée où je vois un monde si pareil au Ciel qu’un ancien souvenir me revient ? 2 Aujourd’hui je peux oublier le monde que j’ai fait. 3 Aujourd’hui je peux aller passé toute peur et être ramené à l’amour, à la sainteté et à la paix. 4 Aujourd’hui je suis rédimé et je nais à nouveau dans un monde de miséricorde et de sollicitude; d’aimante bonté et la paix de Dieu.

2. Ainsi, notre Père, nous retournons chez Toi, nous souvenant que nous ne sommes jamais partis; nous souvenant des saints dons que Tu nous as faits. 2 C’est dans la gratitude et la reconnaissance que nous venons, les mains vides, le coeur et l’esprit ouverts, ne demandant que ce que Tu donnes. 3 Nous ne pouvons pas faire d’offrande suffisante pour Ton Fils. 4 Mais dans Ton Amour le don du Christ est à lui.

L’Inspiration

Lumière dans le rêve (T-18.III ici >)

1. Toi qui as passé ta vie à porter la vérité à l’illusion, la réalité au fantasme, tu as suivi le chemin des rêves. 2 Car tu es passé de l’éveil au sommeil, et encore vers un sommeil toujours plus profond. 3 Chaque rêve menait à d’autres rêves, et chaque fantasme qui semblait apporter une lumière dans les ténèbres ne faisait que rendre les ténèbres plus profondes. 4 Ton but était les ténèbres, où nul rai de lumière ne pourrait entrer. 5 Tu cherchais une noirceur si complète que tu pourrais te cacher à jamais de la vérité, dans une complète insanité. 6 Ce que tu avais oublié, c’est simplement que Dieu ne peut Se détruire Lui-même. 7 La lumière est en toi. 8 Les ténèbres peuvent la couvrir, mais elles ne peuvent l’éteindre.

2. Quand la lumière se rapproche, tu te précipites vers les ténèbres, reculant devant la vérité, retraitant parfois vers des formes de peur moins importantes, et parfois vers la pure terreur. 2 Mais tu avanceras, parce que ton but est d’avancer de la peur vers la vérité. 3 Le but que tu as accepté, ayant signifié ton désir de l’atteindre, c’est le but de la connaissance. 4 La peur semble vivre dans les ténèbres, et quand tu as peur tu fais un pas en arrière. 5 Joignons-nous vite en un instant de lumière, et cela sera suffisant pour te rappeler que ton but est lumière.

3. La vérité s’est précipitée à ta rencontre puisque tu l’as appelée. 2 Si tu savais Qui marche à tes côtés sur le chemin que tu as choisi, la peur serait impossible. 3 Tu ne le sais pas, parce que le voyage dans les ténèbres a été long et cruel, et tu y es entré profondément. 4 Un petit battement de tes paupières, si longtemps fermées, n’a pas encore suffi à te donner confiance en toi, si longtemps méprisé. 5 Tu vas vers l’amour tout en le haïssant encore, et tu as terriblement peur de son jugement sur toi. 6 Tu ne te rends pas compte que ce n’est pas de l’amour que tu as peur, mais seulement de ce que tu en as fait. 7 Tu vas en avançant vers la signification de l’amour, et en t’éloignant de toutes les illusions dont tu l’as entourée. 8 Quand tu retraites vers l’illusion, ta peur augmente, car il n’y a guère de doute que ce que tu penses qu’elle signifie est apeurant. 9 Or qu’est-ce, cela, pour nous qui voyageons sûrement et rapidement en nous éloignant de la peur?

4. Toi qui tiens la main de ton frère, tu tiens aussi la mienne, car vous n’étiez pas seuls lorsque vous vous êtes joints l’un à l’autre. 2 Crois-tu que je te laisserais dans les ténèbres que tu as consenti à quitter avec moi? 3 Dans ta relation est la lumière de ce monde. 4 Et la peur doit maintenant disparaître devant toi. 5 Ne sois pas tenté d’arracher à ton frère le don de foi que tu lui as offert. 6 Tu ne réussiras qu’à t’effrayer toi-même. 7 Le don est fait à jamais, car Dieu Lui-même l’a reçu. 8 Tu ne peux pas le reprendre. 9 Tu as accepté Dieu. 10 La sainteté de ta relation est établie au Ciel. 11 Tu ne comprends pas ce que tu as accepté, mais souviens-toi qu’il n’est pas nécessaire que tu comprennes. 12 Ce qui était nécessaire, c’était simplement que tu souhaites comprendre. 13 Ce souhait, c’était le désir d’être saint. 14 La Volonté de Dieu t’est accordée. 15 Car tu désires la seule chose que tu aies jamais eue, ou aies jamais été.

5. Chaque instant que nous passons ensemble t’enseignera que ce but est possible, tout en renforçant ton désir de l’atteindre. 2 Dans ton désir réside son accomplissement. 3 Ton désir est maintenant en parfait accord avec toute la puissance de la Volonté du Saint-Esprit. 4 Aucun des petits pas chancelants que tu peux faire ne peut séparer ton désir de Sa Volonté et de Sa force. 5 Je tiens ta main, aussi sûrement que tu as consenti à prendre celle de ton frère. 6 Vous ne vous séparerez pas, car je me tiens avec vous et je vais avec vous dans votre avancée vers la vérité. 7 Et là où nous allons, nous portons Dieu avec nous.

6. Dans ta relation, tu t’es joint à moi pour apporter le Ciel au Fils de Dieu, qui se cachait dans les ténèbres. 2 Tu étais désireux de porter les ténèbres à la lumière, et ce désir a donné des forces à tous ceux qui voudraient rester dans les ténèbres. 3 Ceux qui voudraient voir verront. 4 Ils se joindront à moi pour porter leur lumière dans les ténèbres, quand les ténèbres en eux auront été offertes à la lumière et enlevées à jamais. 5 Mon besoin de toi, joint à moi dans la sainte lumière de ta relation, est ton besoin de salut. 6 Ne te donnerais-je pas ce que tu m’as donné? 7 Car lorsque tu t’es joint à ton frère, tu m’as répondu.

7. Toi qui es maintenant le porteur du salut, tu as la fonction d’apporter la lumière aux ténèbres. 2 Les ténèbres en toi ont été portées à la lumière. 3 Rapporte-la aux ténèbres, de l’instant saint auquel tu les as portées. 4 Nous sommes rendus entiers dans notre désir de rendre entier. 5 Ne laisse pas le temps t’inquiéter, car toute la peur que toi et ton frère éprouvez est réellement passée. 6 Le temps a été réajusté pour nous aider à faire, ensemble, ce que vos passés séparés voulaient entraver. 7 Vous êtes allés passé la peur, car deux esprits ne peuvent se joindre dans le désir de l’amour sans que l’amour se joigne à eux.

8. Il n’est pas une seule lumière au Ciel qui ne t’accompagne. 2 Pas un seul Rayon brillant à jamais dans l’Esprit de Dieu qui ne brille sur toi. 3 Le Ciel s’est joint à toi dans ton avancée vers le Ciel. 4 Peux-tu rester dans les ténèbres quand de si grandes lumières se sont jointes à toi pour donner à la petite étincelle de ton désir la puissance de Dieu Lui-même ? 5 Toi et ton frère rentrez ensemble chez vous, après un long et in-signifiant voyage que vous aviez entrepris séparément, et qui ne menait nulle part. 6 Tu as trouvé ton frère, et vous vous éclairerez le chemin l’un l’autre. 7 Et de cette lumière les Grands Rayons s’étendront, vers l’arrière jusque dans les ténèbres et vers l’avant jusqu’à Dieu, pour dissiper le passé et faire place ainsi à Sa Présence éternelle, en laquelle tout est radieux dans la lumière.

UCEM~LEÇON 305 – Il est une paix que le Christ nous accorde.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 305 – Il est une paix que le Christ nous accorde., Un Cours en Miracles on novembre 1, 2009 at 3:13

1 nov ~ magasin08 003 copie

Voir: Qu’est-ce que le second Avènement ? ici

La leçon du jour ici >

Il est une paix que le Christ nous accorde.

1. Qui n’utilise que la vision du Christ trouve une paix si profonde et tranquille, si imperturbable et entièrement inchangeable, que le monde n’en contient pas l’équivalent. 2 Les comparaisons se taisent devant cette paix. 3 Et le monde entier s’en va en silence tandis que cette paix l’enveloppe et le porte doucement à la vérité, et plus jamais il ne sera la demeure de la peur. 4 Car l’amour est venu et a guéri le monde en lui donnant la paix du Christ.

2. Père, la paix du Christ nous est donnée, parce que c’est Ta Volonté que nous soyons sauvés. 2 Aide-nous aujourd’hui à accepter Ton don et à ne pas le juger. 3 Car il nous est venu pour nous sauver de notre jugement sur nous-mêmes.

L’Inspiration

Dieu est l’Esprit avec lequel je pense. (L-I.45 ici >)

1. L’idée d’aujourd’hui tient la clé de ce que sont tes pensées réelles. 2 Elles ne sont rien de ce que tu penses penser, tout comme rien de ce que tu penses voir n’est relié à la vision en aucune façon. 3 Il n’y a aucune relation entre ce qui est réel et ce que tu penses réel. 4 Rien de ce que tu penses être tes pensées réelles ne ressemble en quoi que ce soit à tes pensées réelles. 5 Rien de ce que tu penses voir n’a la moindre ressemblance avec ce que la vision te montrera.

2. Tu penses avec l’Esprit de Dieu. 2 Par conséquent, tu partages tes pensées avec Lui, comme Il partage Ses Pensées avec toi. 3 Ce sont les mêmes pensées, parce qu’elles sont pensées par le même Esprit. 4 Partager, c’est rendre pareil, ou rendre un. 5 Et les pensées que tu penses avec l’Esprit de Dieu ne quittent pas ton esprit, parce que les pensées ne quittent pas leur source. 6 Par conséquent, tes pensées sont dans l’Esprit de Dieu, comme tu l’es. 7 Elles sont aussi dans ton esprit, où Il est. 8 De même que tu fais partie de Son Esprit, de même tes pensées font partie de Son Esprit.

3. Où, donc, sont tes pensées réelles ? 2 Aujourd’hui, nous allons tenter de les atteindre. 3 C’est dans ton esprit que nous allons devoir les chercher, parce que c’est là qu’elles se trouvent. 4 Elles doivent y être encore, parce qu’elles ne peuvent pas avoir quitté leur source. 5 Ce qui est pensé par l’Esprit de Dieu est éternel, faisant partie de la création.

5. Nous essaierons aussi de comprendre que seul ce que Dieu veut que nous fassions est ce que nous voulons faire. 2 Et nous essaierons aussi de nous souvenir que nous ne pouvons pas échouer en faisant ce qu’Il veut que nous fassions. 3 Nous avons tout lieu d’être confiants de réussir aujourd’hui. 4 C’est la Volonté de Dieu.

7. Sous toutes les pensées insensées et les idées folles dont tu as encombré ton esprit, sont les pensées que tu as pensées avec Dieu au commencement. 2 Elles sont là dans ton esprit maintenant, complètement inchangées. 3 Elles seront toujours dans ton esprit, exactement comme elles l’ont toujours été. 4 Tout ce que tu as pensé depuis changera, mais le Fondement sur lequel cela repose est entièrement inchangeable.

8. C’est vers ce Fondement que sont dirigés les exercices d’aujourd’hui. 2 Là ton esprit est joint à l’Esprit de Dieu. 3 Là tes pensées ne font qu’un avec les Siennes. 4 Pour ce genre d’exercice, une seule chose est nécessaire : approche-le comme tu t’approcherais d’un autel dédié au Ciel à Dieu le Père et à Dieu le Fils. 5 Car tel est le lieu que tu essaies d’atteindre. 6 Tu seras probablement encore incapable de te rendre compte jusqu’à quelle hauteur tu essaies d’aller. 7 Or, même avec le peu de compréhension que tu as déjà gagnée, tu devrais être à même de te rappeler qu’il ne s’agit pas ici d’un vain jeu, mais d’un exercice en sainteté et d’une tentative pour atteindre le Royaume des Cieux.