Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for mars 2009|Monthly archive page

UCEM~LEÇON 90 – Révision des leçons 79-80.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 90 - Révision des leçons 79-80., Un Cours en Miracles on mars 31, 2009 at 2:58

21 mars ~ dscf0732a

La leçon d’aujourd’hui ici

1. (79) Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu.

2 Que je me rende compte aujourd’hui que le problème est toujours quelque forme de rancœur que je voudrais chérir. 3 Que je comprenne aussi que la solution est toujours un miracle par lequel je laisse la rancœur être remplacée. 4 Aujourd’hui je voudrais me souvenir de la simplicité du salut en renforçant la leçon selon laquelle il n’y a qu’un problème et qu’une solution. 5 Le problème est une rancœur; la solution est un miracle. 6 Et j’invite la solution à venir à moi en pardonnant la rancœur et en accueillant le miracle qui en prend la place.

2. Les applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

2 Ceci me présente un problème que je voudrais voir résolu.

3 Le miracle derrière cette rancœur le résoudra pour moi.

4 La réponse à ce problème est le miracle qu’il dissimule.

3. (80) Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus.

2 Je semble avoir des problèmes uniquement parce que je mésuse du temps. 3 Je crois que le problème vient d’abord, et que du temps doit passer avant qu’il puisse être résolu. 4 Je ne vois pas que le problème et la réponse arrivent simultanément. 5 La raison en est que je ne me rends pas compte encore que Dieu a placé la réponse avec le problème, de façon à ce qu’ils ne puissent être séparés par le temps. 6 Le Saint-Esprit m’enseignera cela, si je Le laisse. 7 Et je comprendrai qu’il m’est impossible d’avoir un problème qui n’ait pas déjà été résolu.

4. Voici des formes de l’idée qui seront utiles pour des applications concrètes :

2 Je n’ai pas besoin d’attendre pour que ceci soit résolu.

3 La réponse à ce problème m’est déjà donnée, si je veux l’accepter.

4 Le temps ne peut pas séparer ce problème de sa solution.

L’inspiration

La prière véritable (C-1.I ici)

La prière est un chemin qu’offre le Saint-Esprit pour atteindre Dieu. Il ne s’agit pas simplement d’une question ou d’une imploration. Elle ne peut réussir avant que tu ne te rendes compte qu’elle ne demande rien. Comment pourrait-elle autrement être au service de son objectif ? Il est impossible de prier pour des idoles et espérer atteindre Dieu. La prière véritable évite le piège de demander pour implorer. Demande à la place de recevoir ce qui est déjà donné, d’accepter ce qui est déjà là.

Il t’a été dit de demander au Saint-esprit la réponse à tout problème spécifique, et que tu recevrais une réponse spécifique si tel est ton besoin. Il t’a aussi été dit qu’il n’y avait qu’un unique problème et qu’une réponse unique. Dans la prière, ce n’est pas contradictoire. Il y a des décisions à prendre ici, et elles doivent être prises qu’elles soient ou non des illusions. Il ne peut t’être demandé d’accepter des réponses qui se trouvent au-delà du niveau de besoin que tu peux recon­naître. Ce n’est par conséquent pas la forme de la question qui importe, ni comment elle est posée. La forme de la réponse, si elle donnée par Dieu, comblera ton besoin tel que tu le vois. Il s’agit simplement d’un écho de la réponse de Sa Voix. Le son réel est toujours un chant d’action de grâces et d’amour.

Tu ne peux alors pas demander l’écho. C’est le son qui est le don. De concert avec lui viennent les nuances, les harmoniques, les échos, mais ils sont secondaires. Dans la véritable prière, tu entends seulement le chant. Tout le reste est simplement un ajout. Tu as cherché d’abord le Royaume des Cieux, et tout le reste t’a été effectivement donné.

Le secret de la prière véritable, c’est d’oublier les choses dont tu penses avoir besoin. Demander quelque chose de spécifique ressemble beaucoup à contempler le péché pour le pardonner ensuite. De la même façon aussi, dans la prière tu passe outre à tes besoins spécifiques tels que tu les vois et tu les laisses aller dans les mains de Dieu. Ils deviennent là les dons que tu Lui fais, car ils Lui disent que tu ne voudrais avoir aucun dieu avant Lui, aucun Amour en dehors du Sien. Que pourrait être Sa Réponse sinon ton souvenir de Lui ? Cela peut-il être négocié contre un conseil insignifiant sur un problème qui ne dure qu’un instant ? Dieu répond seulement pour l’éternité. Mais toutes les petites réponses y sont toujours contenues.

La prière, c’est faire un pas de côté, c’est un lâcher prise, un moment tranquille d’écoute et d’amour. Il ne faudrait pas la confondre avec une quelconque supplication, parce qu’il s’agit d’une façon de te souvenir de ta sainteté. Pourquoi la sainteté devrait-elle implorer alors qu’elle a pleinement droit à tout ce que l’amour a à offrir ? Or, c’est vers l’Amour que tu vas dans la prière. La prière est une offrande, un abandon de toi-même pour être un avec l’Amour. Il n’y a rien à demander parce qu’il ne reste rien à désirer. Ce néant devient l’autel de Dieu. Il disparaît en Lui.

Ce n’est pas là le niveau de prière que tout le monde peut atteindre pour le moment. Ceux qui ne l’ont pas encore atteint ont encore besoin de ton aide pour la prière parce que leur demande n’est pas encore fondée sur l’acceptation. Aider à prier ne veut pas dire que quelqu’un d’autre sert d’intermédiaire entre toi et Dieu. Mais cela veut effectivement dire que quelqu’un d’autre se tient à côté de toi et t’aide à t’élever jusqu’à Lui. Celui qui s’est rendu compte de la bonté de Dieu prie sans peur. Et celui qui prie sans peur ne peut manquer de L’atteindre. Il peut donc aussi atteindre Son Fils, où qu’il soit et quelle que soit la forme qu’il semble prendre.

Prier Christ chez chacun est la véritable prière parce que c’est un don de remerciement à Son Père. Demander que Christ soit simplement Lui-même n’est pas une imploration. C’est un chant d’action de grâces pour ce que tu es. C’est en cela que réside le pouvoir de la prière. Elle ne demande rien et elle reçoit tout. Cette prière peut être partagée parce qu’elle reçoit pour tout le monde. Prier avec quelqu’un qui sait que cela est vrai, c’est recevoir la réponse. Il se peut que la forme spécifique de la résolution d’un problème spécifique arrive à l’un d’entre vous: l’important n’est pas à qui cela arrive. Peut-être vous atteindra-t-elle tous les deux, si vous êtes authentiquement en phase l’un avec l’autre. Elle viendra parce que vous vous êtes rendu compte que Christ est en vous deux. C’est sa seule vérité.

Publicités

UCEM~LEÇON 89 – Révision des leçons 77-78.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 89 - Révision des leçons 77-78., Un Cours en Miracles on mars 30, 2009 at 3:26

19 mars ~ ex8vm2re

La leçon ici

1. (77) J’ai droit aux miracles.

2 J’ai droit aux miracles parce que je ne suis soumis à aucune loi, sauf celles de Dieu. 3 Ses lois me délivrent de toutes les rancœurs et les remplacent par des miracles. 4 Et je voudrais accepter les miracles à la place des rancœurs, qui ne sont que des illusions cachant les miracles au-delà. 5 Maintenant je voudrais accepter seulement ce que les lois de Dieu me donnent le droit d’avoir, afin que je l’utilise au nom de la fonction qu’Il m’a donnée.

2. Tu pourrais utiliser ces suggestions pour appliquer concrètement cette idée :

2 Derrière ceci il y a un miracle auquel j’ai droit.

3 Que je n’aie pas de rancœur contre toi, [nom], mais t’offre plutôt le miracle qui t’appartient.

4 Vu véritablement, ceci m’offre un miracle.

3. (78) Que les miracles remplacent toutes les rancœurs.

2 Par cette idée, j’unis ma volonté à celle du Saint-Esprit et je les perçois comme une seule. 3 Par cette idée, j’accepte ma délivrance de l’enfer. 4 Par cette idée, j’exprime mon désir de voir la vérité remplacer toutes mes illusions, selon le plan de Dieu pour mon salut. 5 Je ne voudrais faire aucune exception ni aucun substitut. 6 Je veux le Ciel tout entier et seulement le Ciel, comme Dieu veut que je l’aie.

4 Voici des formes qui seraient utiles pour appliquer cette idée concrètement :

2 Je ne voudrais pas garder cette rancœur à part de mon salut.

3 Que nos rancœurs soient remplacées par des miracles, [nom].

4 Au-delà de ceci est le miracle par lequel toutes mes rancœurs sont remplacées.

L’inspiration

Qu’est-ce que l’ego ? (L-II.12.Qu’est-ce que l’ego ?)

1. L’ego est idolâtrie; le signe d’un soi limité et séparé, né dans un corps, condamné à souffrir et à finir sa vie dans la mort. 2 C’est la “volonté” qui voit la Volonté de Dieu comme ennemie et prend une forme sous la- quelle Elle est niée. 3 L’ego est la “preuve” que la force est faible, que l’amour est apeurant, que la vie est réellement la mort et que seul est vrai ce qui s’oppose à Dieu.

2. L’ego est insane. 2 Dans la peur il se tient au-delà du Partout, à part de Tout, en séparation de l’Infini. 3 Dans son insanité il pense être devenu victorieux de Dieu Lui-même. 4 Et dans sa terrible autonomie, il “voit” la Volonté de Dieu comme étant détruite. 5 Il rêve de punition et tremble devant les figures dans ses rêves, ses ennemis, qui cherchent à l’assassiner avant qu’il ne puisse assurer sa sécurité en les attaquant.

3. Le Fils de Dieu est sans ego. 2 Que peut-il connaître de la folie et de la mort de Dieu, quand il demeure en Lui ? 3 Que peut-il connaître du chagrin et de la souffrance, quand il vit dans la joie éternelle ? 4 Que peut-il connaître de la peur et de la punition, du péché et de la culpabilité, de la haine et de l’attaque, quand tout ce qui l’entoure est la paix éternelle, à jamais libre de conflit et imperturbée, dans le plus profond silence et la tranquillité ?

4. Connaître la réalité, c’est ne pas voir l’ego et ses pensées, ses œuvres, ses actes, ses lois et ses croyances, ses rêves, ses espoirs, ses plans pour son salut, et le coût qu’entraîne la croyance en lui. 2 En souffrance, le prix d’avoir foi en lui est si immense que la crucifixion du Fils de Dieu est offerte chaque jour en son sanctuaire enténébré, et le sang doit couler devant l’autel où ses malades fidèles se préparent à mourir.

5. Or un seul lys de pardon changera les ténèbres en lumière, l’autel aux illusions en sanctuaire de la Vie même. 2 Et la paix sera rendue à jamais aux saints esprits que Dieu a créés Son Fils, Sa demeure, Sa joie, Son amour, complètement Siens, complètement un avec Lui.

UCEM~LEÇON 88 – Révision des leçons 75-76.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 88 - Révision des leçons 75-76., Un Cours en Miracles on mars 29, 2009 at 3:37

Leçon 88

16 mars ~ et-la-lumiere-fut-1
La leçon d’aujourd’hui ici

1. (75) La lumière est venue.

2 En choisissant le salut plutôt que l’attaque, je choisis simplement de reconnaître ce qui est déjà là. 3 Le salut est une décision déjà prise. 4 Il n’y a pas d’attaque ni de rancœurs qui soient là à choisir. 5 C’est pourquoi je choisis toujours entre la vérité et l’illusion; entre ce qui est là et ce qui ne l’est pas. 6 La lumière est venue. 7 Je ne peux choisir que la lumière, car elle n’a pas d’alternative. 8 Elle a remplacé les ténèbres, et les ténèbres ont disparu.

2. Voici les formes qui pourraient être utiles pour appliquer concrètement cette idée :

2 Ceci ne peut pas me montrer les ténèbres, car la lumière est venue.

3 La lumière en toi est tout ce que je voudrais voir, [nom].

4 Je ne voudrais voir en ceci que ce qui est là.

3. (76) Je ne suis soumis à aucune loi, sauf celles de Dieu.

2 Voilà le parfait énoncé de ma liberté. 3 Je ne suis soumis à aucune loi, sauf celles de Dieu. 4 Je suis constamment tenté d’inventer d’autres lois et de leur donner du pouvoir sur moi. 5 Je ne souffre que parce que je crois en elles. 6 Elles n’ont pas d’effet réel sur moi. 7 Je suis parfaitement libre des effets de toutes les lois, sauf celles de Dieu. 8 Et les Siennes sont les lois de la liberté.

4. Pour appliquer cette idée concrètement, les formes suivantes seraient utiles :

2 Ma perception de ceci me montre que je crois en des lois qui n’existent pas.

3 Je vois seulement les lois de Dieu à l’œuvre en ceci.

4 Que je permette aux lois de Dieu d’opérer en ceci, et non aux miennes.

L’inspiration

L’invitation au Saint-Esprit (T-5.I ici)

1. La guérison est une pensée par laquelle deux esprits perçoivent leur unité et deviennent joyeux. 2 Cette joie appelle chaque partie de la Filialité à se réjouir avec eux et laisse Dieu passer en eux et à travers eux. 3 Seul l’esprit guéri peut faire l’expérience de la révélation avec un effet durable, parce que la révélation est une expérience de pure joie. 4 Si tu ne choisis pas d’être entièrement joyeux, ton esprit ne peut pas avoir ce qu’il ne choisit pas d’être. 5 Souviens-toi que le pur-esprit ne fait aucune différence entre avoir et être. 6 La partie supérieure de l’esprit pense selon les lois auxquelles obéit le pur-esprit; par conséquent, elle honore uniquement les lois de Dieu. 7 Pour le pur-esprit, obtenir est in-signifiant et donner est tout. 8 Ayant tout, le pur-esprit garde tout en le donnant; ainsi il crée comme le Père a créé. 9 Bien que cette façon de penser soit totalement étrangère à avoir des choses, même pour la partie inférieure de l’esprit elle est tout à fait compréhensible en relation avec les idées. 10 Si tu partages un bien matériel, tu en partages la propriété. 11 Si tu partages une idée, toutefois, tu ne la diminues pas. 12 Elle est encore toute à toi bien qu’elle ait toute été donnée. 13 De plus, si celui à qui tu la donnes l’accepte pour sienne, il la renforce dans ton esprit et ainsi l’augmente. 14 Si tu peux accepter le concept que le monde est un monde d’idées, alors toute la croyance en la fausse association que fait l’ego entre donner et perdre disparaît.

2. Commençons notre processus de réveil par ces quelques simples concepts:

2 Les pensées augmentent en étant données.

3 Plus nombreux ceux qui croient en elles, plus elles prennent de la force.

4 Tout est une idée.

5 Comment, donc, donner et perdre peuvent-ils être associés ?

3. Voilà l’invitation au Saint-Esprit. 2 J’ai déjà dit que je pouvais m’élever et faire descendre le Saint-Esprit jusqu’à toi, mais je ne peux le faire venir que sur ta propre invitation. 3 Le Saint-Esprit est dans ton esprit juste, comme Il était dans le mien. 4 La Bible dit : ” Ayez en vous le même esprit qui était en Jésus-Christ ”, et elle l’utilise comme une bénédiction. 5 C’est la bénédiction de l’esprit de miracle. 6 Elle te demande de penser comme je pensais, et de te joindre à moi dans la pensée du Christ.

4. Le Saint-Esprit est la seule partie de la Sainte Trinité qui ait une fonction symbolique. 2 On L’appelle le Guérisseur, le Consolateur et le Guide. 3 Il est aussi décrit comme quelque chose de ” séparé ”, à part du Père et du Fils. 4 J’ai dit moi-même : ” Si je m’en vais, je vous enverrai un autre Consolateur, afin qu’il demeure avec vous. ” 5 Sa fonction symbolique rend le Saint-Esprit difficile à comprendre, parce que le symbolisme prête à différentes interprétations. 6 Comme homme et aussi comme une des créations de Dieu, ma justesse de pensée, qui venait du Saint-Esprit ou de l’Inspiration universelle, m’a appris d’abord et avant tout que cette Inspiration est pour tous. 7 Je ne pourrais pas L’avoir moi-même sans connaître cela. 8 ” Connaître ” est le mot propre dans ce contexte, parce que le Saint-Esprit est si proche de la connaissance qu’Il l’appelle; ou mieux, qu’Il lui permet de venir. 9 J’ai parlé plus tôt de la perception supérieure, ou ” vraie ”, qui est si proche de la vérité que Dieu Lui-même peut franchir le mince fossé. 10 La connaissance est toujours prête à s’étendre partout, mais elle ne peut pas s’opposer. 11 Par conséquent, tu peux lui faire obstacle, quoique tu ne puisses jamais la perdre.

5. Le Saint-Esprit est l’Esprit du Christ qui est conscient de la connaissance qui se trouve au-delà de la perception. 2 Il a reçu l’être avec la séparation, comme protection, inspirant en même temps le principe de l’Expiation. 3 Avant cela il n’y avait pas besoin de guérison, car nul n’était inconsolé. 4 La Voix du Saint-Esprit est l’Appel à l’Expiation, ou à la restauration de l’intégrité de l’esprit. 5 L’Expiation étant complétée et la Filialité tout entière guérie, il n’y aura plus d’Appel au retour. 6 Mais ce que Dieu crée est éternel. 7 Le Saint-Esprit restera avec les Fils de Dieu, pour bénir leurs créations et les garder dans la lumière de la joie.

6. Dieu a honoré même les malcréations de Ses enfants, parce qu’ils les avaient faites. 2 Mais Il a aussi béni Ses enfants en les dotant d’une façon de penser capable d’élever leurs perceptions si haut qu’ils pourraient presque remonter jusqu’à Lui. 3 Le Saint-Esprit est l’Esprit de l’Expiation. 4 Il représente un état d’esprit suffisamment proche de l’Unité d’esprit pour qu’un transfert vers elle soit enfin possible. 5 La perception n’est pas la connaissance, mais elle peut être transférée à la connaissance, ou passer en elle. 6 Peut-être même cela aiderait-il plus ici d’utiliser transférée dans le sens littéral de ” trans-portée ”, puisque le dernier pas est fait par Dieu.

7. Le Saint-Esprit, l’Inspiration partagée de toute la Filialité, induit une sorte de perception dont plusieurs éléments sont pareils à ceux dans le Royaume même des Cieux :

2 Premièrement, son universalité est parfaitement claire, et nul qui l’atteint ne pourrait croire un seul instant que de la partager comporte quoi que ce soit d’autre qu’un gain.

3 Deuxièmement, elle est incapable d’attaquer et elle est donc véritablement ouverte. 4 Cela signifie que, bien qu’elle n’engendre pas la connaissance, elle ne lui fait pas du tout obstacle.

5 Finalement, elle indique la voie au-delà de la guérison qu’elle apporte, et elle conduit l’esprit au-delà de sa propre intégration vers les sentiers de la création.

6 C’est à ce point que s’opère un changement quantitatif suffisant pour produire un réel changement qualitatif.

UCEM~LEÇON 87 – Révision des leçons 73-74.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 87 - Révision des leçons 73-74., Un Cours en Miracles on mars 28, 2009 at 1:30

14 mars ~ et-la-lumiere-fut.72582

La leçon 87 ici

1. (73) Je veux que la lumière soit.

2 J’utiliserai le pouvoir de ma volonté aujourd’hui. 3 Ce n’est pas ma volonté d’errer à tâtons dans les ténèbres, effrayé par des ombres, apeuré par des choses non vues et non réelles. 4 La lumière sera mon guide aujourd’hui. 5 Je la suivrai où elle me conduira et je ne regarderai que ce qu’elle me montrera. 6 Aujourd’hui j’éprouverai la paix de la perception vraie.

2. Ces formes de l’idée pourraient aider à l’appliquer concrètement :

2 Ceci ne peut cacher la lumière que je veux voir.

3 Tu te tiens avec moi dans la lumière, [nom].

4 Dans la lumière, ceci paraîtra différent.

3. (74) Il n’est de volonté que Celle de Dieu.

2 Je suis en sécurité aujourd’hui parce qu’il n’est de volonté que Celle de Dieu. 3 C’est seulement lorsque je crois qu’il y a une autre volonté que je peux avoir peur. 4 C’est seulement lorsque j’ai peur que j’essaie d’attaquer, et c’est seulement lorsque j’essaie d’attaquer que je peux croire que mon éternelle sécurité est menacée. 5 Aujourd’hui je reconnaîtrai que tout cela ne s’est pas produit. 6 Je suis en sécurité parce qu’il n’est de volonté que Celle de Dieu.

4. Voici quelques formes de cette idée qui peuvent être utiles pour des applications concrètes :

2 Que je perçoive ceci en accord avec la Volonté de Dieu.

3 C’est la Volonté de Dieu que tu sois Son Fils, [nom], et c’est aussi la mienne.

4 Ceci fait partie de la Volonté de Dieu pour moi, quelle que soit la façon dont je le voie­.

L’inspiration

4. Quelles sont les caractéristiques des enseignants de Dieu ? (M-4.VIII ici)

1. Les traits de surface des enseignants de Dieu ne sont pas du tout pareils. 2 Aux yeux du corps, ils ne se ressemblent pas; ils viennent de milieux extrêmement différents, leur expérience du monde varie grandement et leurs ” personnalités ” superficielles sont tout à fait distinctes. 3 De plus, aux premiers stades de leur fonctionnement en tant qu’enseignants de Dieu, ils n’ont pas encore acquis les caractéristiques plus profondes qui les établiront comme ce qu’ils sont. 4 Dieu fait des dons particuliers à Ses enseignants, parce qu’ils ont un rôle particulier dans Son plan pour l’Expiation. 5 Leur particularité n’est bien sûr que temporaire; fixée dans le temps comme moyen de conduire hors du temps. 6 Leurs dons particuliers, nés dans la relation sainte sur laquelle la situation d’enseignement-apprentissage est axée, deviennent les caractéristiques de tous les enseignants de Dieu qui ont avancé dans leur propre apprentissage. 7 À cet égard, ils sont tous pareils.

2. Toutes les différences entre les Fils de Dieu sont temporaires. 2 Néanmoins, dans le temps on peut dire que les enseignants avancés de Dieu ont les caractéristiques suivantes:

VIII. Patience

1. Ceux qui sont certains du résultat peuvent se permettre d’attendre, et d’attendre sans anxiété. 2 La patience est naturelle à l’enseignant de Dieu. 3 Tout ce qu’il voit est un résultat certain, à un moment qui lui est peut-être encore inconnu mais qui n’est pas en doute. 4 Le moment sera aussi juste que l’est la réponse. 5 Et cela est vrai de tout ce qui arrive maintenant comme dans le futur. 6 Le passé non plus ne contenait pas d’erreur; rien qui n’ait servi au profit du monde autant qu’à celui à qui cela semblait arriver. 7 Cela n’a peut-être pas été compris à ce moment-là. 8 Quand même, l’enseignant de Dieu est désireux de reconsidérer toutes ses décisions passées, si elles causent de la douleur à qui que ce soit. 9 La patience est naturelle à ceux qui ont confiance. 10 Sûrs de l’interprétation finale de toutes choses dans le temps, aucun résultat déjà vu ou encore à venir ne peut leur causer de la peur.

UCEM~LEÇON 86 – Révision des leçons 71-72.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 86 - Révision des leçons 71-72., Un Cours en Miracles on mars 27, 2009 at 4:08

12 mars ~ michelangelo

La leçon ici

1. (71) Seul le plan de Dieu pour le salut marchera.

2 Il est insensé que je cherche frénétiquement le salut un peu partout. 3 Je l’ai vu en beaucoup de gens et en maintes choses mais quand j’essayais de m’en saisir, il n’était pas là. 4 Je me trompais sur là où il est. 5 Je me trompais sur ce qu’il est. 6 Je n’entreprendrai plus de vaine recherche. 7 Seul le plan de Dieu pour le salut marchera. 8 Et je me réjouirai parce que Son plan ne peut jamais échouer.

2. Voici quelques formes suggérées pour appliquer cette idée concrètement :

2 Le plan de Dieu pour le salut me sauvera de ma perception de ceci.

3 Ceci n’est pas une exception au plan de Dieu pour mon salut.

4 Que je perçoive ceci uniquement à la lumière du plan de Dieu pour le salut.

3. (72) Avoir des rancœurs est une attaque contre le plan de Dieu pour le salut.

2 Avoir des rancœurs est une tentative pour prouver que le plan de Dieu pour le salut ne marchera pas. 3 Or seul Son plan marchera. 4 En ayant des rancœurs, j’exclus donc de ma conscience mon seul espoir de salut. 5 Je voudrais ne plus aller à l’encontre de mon propre intérêt de cette manière insane. 6 Je voudrais accepter le plan de Dieu pour le salut et être heureux.

4. Des applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

2 Je choisis entre une malperception et le salut en regardant ceci.

3 Si je vois en ceci une cause de rancœur, je ne verrai pas la cause de mon salut.

4 Ceci demande le salut, pas l’attaque.

L’inspiration

La peur n’est justifiée sous aucune forme. (L.II.240 ici)

1. La peur est tromperie. 2 Elle atteste que tu t’es vu tel que tu ne pourrais jamais être, et qu’en conséquence tu regardes un monde qui est impossible. 3 Pas une chose en ce monde n’est vraie. 4 Peu importe la forme sous laquelle elle peut apparaître. 5 Elle ne fait que témoigner de tes propres illusions sur toi-même. 6 Ne nous laissons pas tromper aujourd’hui. 7 Nous sommes les Fils de Dieu. 8 Il n’y a pas de peur en nous, car chacun de nous est une partie de l’Amour même.

2. Comme nos peurs sont sottes! 2 Permettrais-Tu que Ton Fils souffre ? 3 Donne-nous la foi aujourd’hui pour reconnaître Ton Fils et le rendre libre. 4 Pardonnons-lui en Ton Nom, afin de comprendre sa sainteté et de ressentir l’amour pour lui qui est aussi le Tien.

UCEM~LEÇON 85 – Révision des leçons 69-70.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 85 - Révision des leçons 69-70., Un Cours en Miracles on mars 26, 2009 at 4:07

11 mars ~ Mireillep

La leçon ici

1. (69) Mes rancœurs cachent la lumière du monde en moi.

2 Mes rancœurs me montrent ce qui n’est pas là et me cachent ce que je voudrais voir. 3 Reconnaissant cela, pour quoi ai-je besoin de mes rancœurs ? 4 Elles me gardent dans les ténèbres et cachent la lumière. 5 Rancœurs et lumière ne peuvent aller de pair, mais lumière et vision doivent être jointes pour que je voie. 6 Pour voir, je dois mettre de côté mes rancœurs. 7 Je veux voir, et cela sera le moyen par lequel j’y arriverai.

2. Les applications concrètes de cette idée pourraient prendre les formes suivantes :

2 Que je n’utilise pas ceci pour bloquer ma vue.

3 La lumière du monde dissipera tout ceci.

4 Je n’ai pas besoin de ceci. 5 Je veux voir.

3. (70) Mon salut vient de moi.

2 Aujourd’hui je reconnaîtrai où est mon salut. 3 Il est en moi parce que sa Source est là. 4 Il n’a pas quitté sa Source, ainsi ne peut-il pas avoir quitté mon esprit. 5 Je ne le chercherai pas à l’extérieur de moi. 6 Il ne se trouve pas à l’extérieur pour ensuite être porté au-dedans. 7 Mais d’en dedans de moi il s’étendra au-delà, et tout ce que je verrai ne fera que refléter la lumière qui brille en moi et en elle-même.

4. Ces formes de l’idée conviennent à des applications plus concrètes :

2 Que je ne tente pas par ceci de chercher mon salut loin de moi.

3 Je ne laisserai pas ceci interférer avec la conscience que j’ai de la Source de mon salut.

4 Ceci n’a pas le pouvoir de m’enlever le salut.

L’inspiration

La loi du Royaume (T-7.II ici)

1. Guérir est la seule sorte de pensée en ce monde qui ressemble à la Pensée de Dieu et, à cause des éléments qu’elles ont en commun, qui peut facilement se transférer en elle. 2 Lorsqu’un frère se perçoit comme malade, il se perçoit non entier et donc dans le besoin. 3 Si, toi aussi, tu le vois de cette façon, tu le vois comme s’il était absent ou séparé du Royaume, et ainsi tu obscurcis le Royaume lui-même pour vous deux. 4 La maladie et la séparation ne sont pas de Dieu, mais le Royaume l’est. 5 Si tu obscurcis le Royaume, tu perçois ce qui n’est pas de Dieu.

2. Guérir, donc, c’est corriger la perception en ton frère et en toi-même en partageant le Saint-Esprit avec lui. 2 Cela vous place tous les deux à l’intérieur du Royaume et rétablit son entièreté dans ton esprit. 3 C’est un reflet de la création, parce que cela unifie en augmentant et intègre en étendant. 4 Ce que tu projettes ou étends est réel pour toi. 5 C’est une loi immuable de l’esprit dans ce monde comme dans le Royaume. 6 Toutefois, le contenu est différent en ce monde, parce que les pensées qu’elle gouverne sont très différentes des Pensées dans le Royaume. 7 Pour maintenir l’ordre, il faut que les lois soient adaptées aux circonstances. 8 Telles qu’elles opèrent en ce monde, les lois de l’esprit ont ceci de remarquable qu’en leur obéissant, et je t’assure que tu dois leur obéir, tu peux arriver à des résultats diamétralement opposés. 9 C’est que les lois ont été adaptées aux circonstances de ce monde, dans lequel des résultats diamétralement opposés semblent possible parce que tu peux répondre à deux voix qui sont en conflit.

3. À l’extérieur du Royaume, la loi qui règne à l’intérieur est adaptée : ” Tu crois à ce que tu projettes. ” 2 C’est sous cette forme qu’elle est enseignée, parce qu’à l’extérieur du Royaume apprendre est essentiel. 3 Cette forme implique que c’est à ce que tu as projeté sur les autres, et par conséquent ce que tu crois qu’ils sont, que tu apprendras ce que tu es. 4 Dans le Royaume il n’y a ni enseignement ni apprentissage, parce qu’il n’y a pas de croyance. 5 Il n’y a que la certitude. 6 Dieu et Ses Fils, en leur sûreté d’être, connaissent que tu es ce que tu étends. 7 Cette forme de la loi n’est pas adaptée du tout, étant la loi de la création. 8 Dieu Lui-même a créé la loi en créant par elle. 9 Et Ses Fils, qui créent comme Lui, la suivent avec joie, connaissant que l’augmentation du Royaume en dépend, comme leur propre création en dépendait.

4. Pour aider, les lois doivent être communiquées. 2 En fait, elles doivent être traduites pour ceux qui parlent des langues différentes. 3 Néanmoins, un bon traducteur, bien qu’il doive changer la forme de ce qu’il traduit, ne change jamais la signification. 4 De fait, son seul but est de changer la forme de façon à conserver la signification originale. 5 Le Saint-Esprit est le Traducteur des lois de Dieu pour ceux qui ne les comprennent pas. 6 Tu ne pourrais pas le faire toi-même parce qu’un esprit en conflit, étant incapable de rester fidèle à une seule signification, voudra changer la signification pour préserver la forme.

5. Le but du Saint-Esprit quand Il traduit est l’exact opposé. 2 Il ne traduit que pour préserver la signification originale sous tous les rapports et dans toutes les langues. 3 Par conséquent, Il s’oppose à l’idée voulant que les différences de forme soient signifiantes, soulignant toujours que ces différences n’ont pas d’importance. 4 La signification de Son message est toujours la même : seule importe la signification. 5 Étant de Dieu, la loi de la création ne comporte pas l’usage de la vérité pour convaincre Ses Fils de la vérité. 6 L’extension de la vérité, qui est la loi du Royaume, repose seulement sur la connaissance de ce qu’est la vérité. 7 Voilà ton héritage, qui ne requiert pas du tout d’apprentissage; mais quand tu t’es toi-même déshérité, tu es devenu apprenant par nécessité.

6. Nul ne met en doute la connexion entre l’apprentissage et la mémoire. 2 Sans la mémoire, l’apprentissage est impossible puisqu’il doit être cohérent pour qu’on s’en souvienne. 3 C’est pourquoi l’enseignement du Saint-Esprit est une leçon de souvenir. 4 J’ai déjà dit qu’Il enseigne le souvenir et l’oubli, mais l’oubli ne sert qu’à rendre le souvenir cohérent. 5 Tu oublies pour mieux te souvenir. 6 Tu ne comprends pas Ses traductions tant que tu prêtes l’oreille à deux façons de les interpréter. 7 Par conséquent, tu dois oublier ou renoncer à l’une pour comprendre l’autre. 8 C’est la seule façon pour toi d’apprendre la cohérence, pour enfin être cohérent.

7. Que peut bien signifier la cohérence parfaite du Royaume pour ceux en qui règne la confusion? 2 Il est évident que la confusion interfère avec la signification; par conséquent, elle empêche l’apprenant de l’apprécier. 3 Il n’y a pas de confusion dans le Royaume, parce qu’il y a une seule signification. 4 Cette signification, qui vient de Dieu, est Dieu. 5 Parce qu’elle est aussi toi, tu la partages et tu l’étends comme le fit ton Créateur. 6 Elle n’a pas besoin d’être traduite parce qu’elle est parfaitement comprise, mais elle a besoin d’extension parce qu’elle signifie l’extension. 7 La communication est parfaitement directe et parfaitement unie. 8 Elle est totalement libre, parce que rien de discordant n’y entre jamais. 9 C’est pourquoi elle est le Royaume de Dieu. 10 Elle Lui appartient et elle est donc comme Lui. 11 C’est sa réalité, et rien ne peut l’attaquer.

UCEM~LEÇON 84 – Révision des leçons 67-68.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 84 - Révision des leçons 67-68., Un Cours en Miracles on mars 25, 2009 at 3:18

8 mars ~ 5mcvg3ix

La leçon ici

1. (67) L’amour m’a créé pareil à soi-même.

2 Je suis à l’image de mon Créateur. 3 Je ne peux pas souffrir, je ne peux pas subir de perte et je ne peux pas mourir. 4 Je ne suis pas un corps. 5 Je voudrais reconnaître ma réalité aujourd’hui. 6 Je n’adorerai pas d’idoles et je n’élèverai pas mon propre concept de soi pour remplacer mon Soi. 7 Je suis à l’image de mon Créateur. 8 L’amour m’a créé pareil à soi-même.

2. Les formes suivantes pourraient t’aider à appliquer l’idée concrètement :

2 Que je ne voie pas en ceci une illusion de moi-même.

3 En regardant ceci, que je me souvienne de mon Créateur.

4 Mon Créateur n’a pas créé ceci comme je le vois.

3. (68) L’amour n’a pas de rancœurs.

2 Les rancœurs sont complètement étrangères à l’amour. 3 Les rancœurs attaquent l’amour et gardent sa lumière obscurcie. 4 Si j’ai des rancœurs, j’attaque l’amour; par conséquent, j’attaque mon Soi. 5 Ainsi mon Soi me devient étranger. 6 Je suis déterminé à ne pas attaquer mon Soi aujourd’hui, afin de pouvoir me souvenir de Qui je suis.

4. Ces formes pourraient t’aider à appliquer cette idée concrètement :

2 Ceci n’est pas une justification pour nier mon Soi.

3 Je n’utiliserai pas ceci pour attaquer l’amour.

4 Que je ne tente pas par ceci de m’attaquer moi-même.

L’inspiration

La simplicité du salut (T-31.I ici)

1. Comme le salut est simple ! 2 Tout ce qu’il dit, c’est que ce qui n’a jamais été vrai n’est pas vrai maintenant et ne le sera jamais. 3 L’impossible ne s’est pas produit et ne peut pas avoir d’effets. 4 Et c’est tout. 5 Cela peut-il être dur à apprendre pour quiconque veut que ce soit vrai? 6 Seul l’indésir de l’apprendre pourrait rendre difficile une leçon si facile. 7 Est-ce si dur de voir que ce qui est faux ne peut être vrai, et que ce qui est vrai ne peut être faux? 8 Tu ne peux plus dire que tu ne perçois pas de différences entre faux et vrai. 9 Il t’a été dit exactement comment les distinguer l’un de l’autre, et quoi faire au juste en cas de confusion. 10 Pourquoi donc persistes-tu à ne pas apprendre de si simples choses?

2. Il y a une raison. 2 Mais ne la confonds pas avec une difficulté dans les choses simples que le salut te demande d’apprendre. 3 Il n’enseigne que le très évident. 4 Il va simplement d’une leçon apparente à la suivante, par petites étapes faciles qui te conduisent doucement de l’une à l’autre, sans aucun effort. 5 Cela ne peut pas prêter à confusion, et pourtant la confusion règne en toi. 6 Car tu crois en quelque sorte qu’il est plus facile d’apprendre et de comprendre ce qui est totalement confus. 7 Ce que tu t’es enseigné toi-même représente un tel exploit d’apprentissage que c’est certes incroyable. 8 Mais tu l’as accompli parce que tu le voulais, et tu n’as pas relâché ta diligence pour le juger difficile à apprendre ou trop complexe à saisir.

3. Nul qui comprend ce que tu as appris, tout le soin que tu as mis à l’apprendre, et la peine que tu t’es donnée pour appliquer et répéter sans fin les leçons, sous toutes les formes où tu pouvais les concevoir, ne pourrait jamais douter du pouvoir de ton aptitude à apprendre. 2 Il n’y a pas au monde de plus grand pouvoir. 3 C’est par lui que le monde a été fait, qui encore maintenant ne dépend de rien d’autre. 4 Les leçons que tu t’es enseignées ont été tellement sur-apprises et fixées qu’elles montent comme de lourds rideaux pour obscurcir le simple et l’évident. 5 Ne dis pas que tu ne peux pas les apprendre. 6 Car ton pouvoir d’apprendre est assez fort pour t’enseigner que ta volonté n’est pas la tienne, que tes pensées ne t’appartiennent pas, et même que tu es quelqu’un d’autre.

4. Qui pourrait maintenir que de telles leçons sont faciles? 2 Or tu as appris plus que cela. 3 Tu as continué, entreprenant chaque étape, aussi difficile soit-elle, sans te plaindre, jusqu’à ce qu’un monde ait été bâti qui te convenait. 4 Et chaque leçon qui compose le monde découle du premier accomplissement de l’apprentissage : une énormité si grande que la Voix du Saint-Esprit semble n’être qu’un murmure, doux et léger, devant son immensité. 5 Le monde a commencé par une seule étrange leçon, assez puissante pour rendre Dieu oublié, et Son Fils à lui-même étranger, exilé de la demeure où Dieu Lui-même l’a établi. 6 Toi qui t’es enseigné que le Fils de Dieu est coupable, ne dis pas que tu ne peux pas apprendre les simples choses que le salut t’enseigne !

5. Apprendre est une aptitude que tu as faite et t’es donnée toi-même. 2 Elle n’a pas été faite pour accomplir la Volonté de Dieu, mais pour soutenir le souhait qu’on puisse s’y opposer, et qu’une volonté à part d’elle soit encore plus réelle qu’elle. 3 Et c’est cela que ton apprentissage a cherché à démontrer, et tu as appris ce qu’il a été fait pour enseigner. 4 Et maintenant ton ancien sur-apprentissage se dresse implacablement devant la Voix de la vérité, et t’enseigne que Ses leçons ne sont pas vraies; trop dures à apprendre, trop difficiles à voir, trop opposées à ce qui est réellement vrai. 5 Or tu les apprendras, car les apprendre est le seul but que le Saint-Esprit voit dans le monde entier pour ton aptitude à apprendre. 6 Ses simples leçons de pardon ont un pouvoir plus considérable que les tiennes, parce qu’elles t’appellent de Dieu et de ton Soi.

6. Est-ce une petite Voix, un murmure si doux et si léger qu’Elle ne peut S’élever au-dessus du bruit insensé des sons qui ne signifient rien? 2 Dieu n’a pas voulu que Son Fils L’oubliât. 3 Et la puissance de Sa Volonté est dans la Voix qui parle pour Lui. 4 Quelle leçon apprendras-tu? 5 Quel résultat est inévitable, aussi sûr que Dieu, et bien au-delà de tout doute et questionnement? 6 Se peut-il que ton petit apprentissage, à l’étrange résultat et d’une incroyable difficulté, résiste aux simples leçons qui te sont enseignées à chaque instant de chaque jour, depuis que le temps a commencé et que l’apprentissage a été fait?

7. De leçons à apprendre, il n’y en a que deux. 2 Chacune a son résultat dans un monde différent. 3 Et chaque monde s’ensuit sûrement de sa source. 4 Le résultat certain de la leçon que le Fils de Dieu est coupable est le monde que tu vois. 5 C’est un monde de terreur et de désespoir. 6 Il n’y a pas non plus d’espoir de bonheur en lui. 7 Il n’y a pas de plan que tu puisses faire pour ta sécurité qui jamais ne réussira. 8 Il n’y a pas de joie que tu puisses chercher ici et espérer trouver. 9 Or cela n’est pas le seul résultat que ton apprentissage peut produire. 10 Peu importe à quel point tu peux avoir sur-appris la tâche que tu as choisie, la leçon qui reflète l’Amour de Dieu est encore plus forte. 11 Tu apprendras que le Fils de Dieu est innocent et verras un autre monde.

8. Le résultat de la leçon que le Fils de Dieu est non coupable est un monde dans lequel il n’y a pas de peur, où tout est éclairé d’espoir et scintille d’une douce amabilité. 2 Il n’est rien qui ne t’appelle avec tendresse pour être ton ami, et que tu le laisses se joindre à toi. 3 Et jamais un appel ne reste inentendu, incompris, ou n’est laissé sans recevoir une réponse dans la langue même où l’appel a été fait. 4 Et tu comprendras que c’était cet appel que chacun et chaque chose au monde a toujours fait; mais tu ne l’avais pas perçu tel qu’il était. 5 Et maintenant tu vois que tu faisais erreur. 6 Tu étais trompé par les formes dans lesquelles l’appel était caché. 7 Et ainsi tu ne l’avais pas entendu, et tu avais perdu un ami qui avait toujours voulu faire partie de toi. 8 Ce tendre appel éternel de chaque partie de la création de Dieu vers le tout, est entendu de par le monde qu’apporte cette deuxième leçon.

9. Il n’est pas une chose vivante qui ne partage la Volonté universelle d’être entière, et que tu ne laisses pas son appel inentendu. 2 Sans ta réponse, elle est abandonnée à la mort, comme elle est sauvée de la mort quand tu as entendu son appel comme étant l’ancien appel à la vie, et compris que ce n’est que le tien. 3 Le Christ en toi Se souvient de Dieu avec autant de certitude qu’il connaît Son Amour. 4 Mais c’est seulement si Son Fils est innocent qu’il peut être Amour. 5 Car Dieu serait certes peur si celui qu’il a créé innocent pouvait être l’esclave de la culpabilité. 6 Le Fils parfait de Dieu se souvient de sa création. 7 Mais dans la culpabilité il a oublié ce qu’il est réellement.

10. De même que la peur de Dieu est le résultat certain de la leçon que Son Fils est coupable, de même il doit se souvenir de l’Amour de Dieu quand il apprend son innocence. 2 Car la haine doit engendrer la peur, et regarder son père comme elle-même. 3 Comme tu fais erreur, toi qui manques d’entendre l’appel qui fait écho à chaque semblant d’appel à la mort, qui chante derrière chaque attaque meurtrière et plaide pour que l’amour rétablisse ce monde mourant. 4 Tu ne comprends pas Qui t’appelle derrière chaque forme de haine, chaque appel à la guerre. 5 Or tu Le reconnaîtras en Lui répondant dans la langue où Il appelle. 6 Il apparaîtra quand tu Lui auras répondu, et tu connaîtras en Lui que Dieu est Amour.

11. Qu’est-ce que la tentation, sinon le souhait de prendre la mauvaise décision quant à ce que tu voudrais apprendre, et d’avoir un résultat que tu ne veux pas? 2 C’est la re-connaissance du fait que c’est un état d’esprit non désiré qui devient le moyen par lequel le choix est réexaminé; un autre résultat est vu comme préféré. 3 Tu es trompé si tu crois que tu veux le désastre, la désunion et la douleur. 4 N’entends pas l’appel à cela au-dedans de toi. 5 Mais écoute, plutôt, l’appel plus profond au-delà de celui-là, qui invite à la paix et à la joie. 6 Et le monde entier te donnera la joie et la paix. 7 Car de même que tu entends, tu réponds. 8 Et voilà ! 9 Ta réponse est la preuve de ce que tu as appris. 10 Son résultat est le monde que tu vois.

12. Soyons calmes un instant et oublions toutes les choses que nous avons jamais apprises, toutes les pensées que nous avons eues, chaque préconception que nous avons sur ce que les choses signifient et ce qu’est leur but. 2 Ne nous souvenons pas de nos propres idées sur ce à quoi sert le monde. 3 Nous ne le savons pas. 4 Puisse chaque image que nous avons d’autrui être relâchée de nos esprits et balayée.

13. Sois innocent de jugement, inconscient de toute pensée de mal ou de bien qui t’a jamais traversé l’esprit à propos de quiconque. 2 Maintenant tu ne le connais pas. 3 Mais tu es libre d’apprendre qui il est, et de le connaître à nouveau. 4 Maintenant il est né à nouveau pour toi, comme tu es né à nouveau pour lui, sans le passé qui le condamnait à mourir, et toi avec lui. 5 Maintenant il est libre de vivre comme tu es libre, parce qu’un ancien apprentissage s’en est allé, laissant une place pour que la vérité puisse renaître.

UCEM~LEÇON 83 – Révision des leçons 65-66.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 83 - Révision des leçons 65-66., Un Cours en Miracles on mars 24, 2009 at 6:43

7 mars ~ le-bonheur-img_0057

La leçon ici

1. (65) Ma seule fonction est celle que Dieu m’a donnée.

2 Je n’ai pas d’autre fonction que celle que Dieu m’a donnée. 3 Reconnaître cela me délivre de tout conflit, parce que cela signifie que je ne peux pas avoir de buts conflictuels. 4 Avec un seul et unique but, je suis toujours certain de quoi faire, quoi dire et quoi penser. 5 Tout doute doit disparaître quand j’admets que ma seule fonction est celle que Dieu m’a donnée.

2. Les formes suivantes pourraient être utilisées pour appliquer l’idée plus concrètement :

2 Ma perception de ceci ne change pas ma fonction.

3 Ceci ne me donne pas une fonction autre que celle que Dieu m’a donnée.

4 Que je n’utilise pas ceci pour justifier une fonction que Dieu ne m’a pas donnée.

3. (66) Mon bonheur et ma fonction ne font qu’un.

2 Toutes choses qui viennent de Dieu ne font qu’un. 3 Elles viennent de l’Unité et doivent être reçues ne faisant qu’un. 4 Remplir ma fonction est mon bonheur, parce que les deux viennent de la même Source. 5 Et je dois apprendre à reconnaître ce qui me rend heureux, si je veux trouver le bonheur.

4. Voici quelques formes utiles pour appliquer cette idée concrètement :

2 Ceci ne peut pas séparer mon bonheur de ma fonction.

3 L’unité de mon bonheur et de ma fonction reste entièrement inaffectée par ceci.

4 Rien, y compris ceci, ne peut justifier l’illusion de bonheur à part de ma fonction.

L’inspiration

Je ne suis en danger nulle part au monde. (L.II.244 ici)

1. Ton Fils est en sécurité où qu’il soit, car Tu es là avec lui. 2 Il a seulement besoin d’invoquer Ton Nom pour se rappeler sa sécurité et Ton Amour, car ils ne font qu’un. 3 Comment peut-il avoir peur ou douter ou manquer de savoir qu’il ne peut souffrir, ni être en danger ni faire l’expérience du malheur, quand il T’appartient, bien-aimé et aimant, dans la sécurité de Ton étreinte Paternelle ?

2. Et nous sommes là en vérité. 2 Nulle tempête ne peut venir dans le havre sacré de notre demeure. 3 En Dieu nous sommes en sécurité. 4 Car qu’est-ce qui peut venir menacer Dieu Lui-même, ou apeurer ce qui fera à jamais partie de Lui ?

UCEM~LEÇON 82 – Révision des leçons 63-64.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 82 - Révision des leçons 63-64., Un Cours en Miracles on mars 23, 2009 at 2:52

4 mars ~ 1229317205sbHHhZh

La leçon ici

1. (63) La lumière du monde apporte la paix à chaque esprit par mon pardon.

2 Mon pardon est le moyen par lequel la lumière du monde trouve son expression par moi. 3 Mon pardon est le moyen par lequel je deviens conscient de la lumière du monde en moi. 4 Mon pardon est le moyen par lequel le monde est guéri, avec moi. 5 Que je pardonne, donc, au monde, afin qu’il soit guéri avec moi.

2. Voici quelques formes concrètes suggérées pour appliquer cette idée :

2 Que la paix s’étende de mon esprit au tien, [nom].

3 Je partage la lumière du monde avec toi, [nom].

4 Par mon pardon je peux voir ceci tel que c’est.

3. (64) Que je n’oublie pas ma fonction.

2 Je ne voudrais pas oublier ma fonction, parce que je voudrais me souvenir de mon Soi. 3 Je ne peux pas remplir ma fonction si je l’oublie. 4 Et à moins que je ne remplisse ma fonction, je n’éprouverai pas la joie que Dieu me destine.

4. Voici quelques formes concrètes pouvant convenir à cette idée :

2 Que je n’utilise pas ceci pour me cacher ma fonction.

3 Je voudrais utiliser ceci comme une occasion de remplir ma fonction.

4 Ceci peut menacer mon ego, mais ne peut en aucune façon changer ma fonction.

L’interprétation

Je suis un seul Soi, uni à mon Créateur. (L-I.95 ici)

1. L’idée d’aujourd’hui te décrit exactement tel que Dieu t’a créé. 2 Tu es un en toi-même et un avec Lui. 3 Ton unité est celle de toute la création. 4 Ta parfaite unité rend le changement en toi impossible. 5 Tu n’acceptes pas cela et tu ne te rends pas compte qu’il doit en être ainsi parce que tu crois que tu t’es déjà changé.

2. Tu te vois toi-même comme une parodie ridicule de la création de Dieu : faible, méchant, laid et pécheur, misérable et accablé de douleur. 2 Telle est ta version de toi-même : un soi divisé en de nombreuses parties qui se font la guerre, séparées de Dieu, et dont la précaire cohésion est maintenue par son lunatique et capricieux faiseur, à qui tu adresses tes prières. 3 Il n’entend pas tes prières, car il est sourd. 4 Il ne voit pas l’unité en toi, car il est aveugle. 5 Il ne comprend pas que tu es le Fils de Dieu, car il est insensé et ne comprend rien.

3. Nous allons tenter aujourd’hui d’être conscient seulement de ce qui peut entendre et voir, et qui est plein de sens. 2 Nos exercices viseront de nouveau à atteindre ton seul Soi, lequel est uni à Son Créateur. 3 Avec patience et espoir, nous essayons de nouveau aujourd’hui.

4. Le fait d’employer les cinq premières minutes de chaque heure de veille à la pratique de l’idée du jour présente des avantages particuliers au stade d’apprentissage où tu te trouves maintenant. 2 Il est difficile à ce stade de ne pas permettre à ton esprit de s’égarer lorsqu’il entreprend une période d’exercice prolongée. 3 Tu t’en es sûrement déjà rendu compte. 4 Tu as vu à quel point tu manques de discipline mentale et à quel point tu as besoin d’entraînement de l’esprit. 5 Il est nécessaire que tu en sois conscient, car c’est certes une entrave à ton avancement.

5. Des périodes d’exercice fréquentes mais plus courtes présentent d’autres avantages pour toi en ce moment. 2 Outre le fait de reconnaître que tu as des difficultés à soutenir ton attention, tu dois avoir aussi remarqué que si ton but ne t’est pas fréquemment rappelé, tu as tendance à l’oublier pendant de longues périodes de temps. 3 Il t’arrive souvent d’oublier les courtes applications de l’idée du jour, et tu n’as pas encore développé l’habitude d’utiliser l’idée comme réponse automatique à la tentation.

6. À ce stade, donc, il est nécessaire d’avoir une structure, planifiée de manière à inclure de fréquents rappels de ton but, et des efforts réguliers pour l’atteindre. 2 La régularité n’est pas la condition idéale pour la forme d’exercice la plus bénéfique en vue d’atteindre le salut. 3 Toutefois, elle est avantageuse pour ceux dont la motivation est inconstante et qui ont encore de lourdes défenses contre l’apprentissage.

7. Par conséquent, nous nous en tiendrons pendant un certain temps aux périodes d’exercice de cinq minutes par heure, tout en te conseillant vivement d’en omettre aussi peu que possible. 2 Le fait d’utiliser les cinq premières minutes de l’heure t’aidera particulièrement, puisque cela impose une structure plus ferme. 3 Toutefois, ne te sers pas de tes manquements à cet horaire comme d’une excuse pour ne pas y retourner dès que tu le peux. 4 Tu pourrais être tenté de considérer la journée comme perdue sous prétexte que tu as déjà manqué de faire ce qui était requis. 5 Toutefois, cela devrait simplement être reconnu pour ce que c’est : le refus de laisser corriger ton erreur et l’indésir d’essayer de nouveau.

8. Le Saint-Esprit n’est pas retardé dans Son enseignement par tes erreurs. 2 Il n’y a que ton indésir d’en lâcher prise qui puisse Le retenir. 3 Soyons donc déterminés, en particulier pendant la semaine qui vient, à être désireux de nous le pardonner quand notre diligence nous fait défaut et quand nous manquons de suivre les instructions pour les exercices de l’idée du jour. 4 Cette tolérance à l’égard de la faiblesse nous permettra de passer par-dessus, au lieu de lui donner le pouvoir de retarder notre apprentissage. 5 Si nous lui donnons le pouvoir de faire cela, nous la considérons comme une force, et nous confondons force et faiblesse.

9. Quand tu manques de te conformer aux exigences de ce cours, tu as simplement fait une erreur. 2 Cela demande une correction, et rien d’autre. 3 Permettre à une erreur de continuer, c’est faire des erreurs additionnelles, qui sont basées sur la première et la renforcent. 4 C’est ce processus qui doit être mis de côté, car ce ne serait pour toi qu’une autre façon de défendre les illusions contre la vérité.

10. Lâche prise de toutes ces erreurs en les reconnaissant pour ce qu’elles sont. 2 Ce sont des tentatives pour te garder inconscient de ce que tu es un seul Soi, uni à ton Créateur, ne faisant qu’un avec chaque aspect de la création, d’une puissance et d’une paix illimitées. 3 Voilà la vérité, et rien d’autre n’est vrai. 4 Aujourd’hui nous allons affirmer à nouveau cette vérité et nous essaierons d’atteindre le lieu en toi où il n’y a pas de doute que cela seul est vrai.

11. Commence les périodes d’exercice aujourd’hui avec cette assurance, offerte à ton esprit avec toute la certitude que tu peux donner :

2 Je suis un seul Soi, uni à mon Créateur, ne faisant qu’un avec chaque aspect de la création, et d’une puissance et d’une paix illimitées.

3 Puis ferme les yeux et dis-toi encore une fois, lentement et pensivement, en essayant de permettre à la signification des mots de pénétrer dans ton esprit et de remplacer les idées fausses :

4 Je suis un seul Soi.

5 Répète cela plusieurs fois, puis essaie de sentir la signification que ces mots communiquent.

12. Tu es un seul Soi, uni et en sécurité dans la lumière et la joie et la paix. 2 Tu es le Fils de Dieu, un seul Soi, avec un seul Créateur et un seul but : apporter la conscience de cette unité à tous les esprits, afin que la véritable création puisse étendre la totalité et l’unité de Dieu. 3 Tu es un seul Soi, complet, guéri et entier, avec le pouvoir de lever du monde le voile de ténèbres, et de laisser la lumière en toi passer au travers pour enseigner au monde la vérité à ton sujet..

13. Tu es un seul Soi, en parfaite harmonie avec tout ce qui est et tout ce qui sera. 2 Tu es un seul Soi, le saint Fils de Dieu, uni à tes frères en ce Soi; uni à ton Père en Sa Volonté. 3 Ressens ce seul Soi en toi et laisse-Le dissiper toutes tes illusions et tous tes doutes. 4 Voici ton Soi, le Fils de Dieu Lui-même, sans péché comme Son Créateur, avec Sa force au-dedans de toi et Son Amour à jamais tien. 5 Tu es un seul Soi et il t’est donné de ressentir ce Soi au-dedans de toi et de chasser toutes tes illusions hors du seul Esprit qui est ce Soi, la sainte vérité en toi.

14. N’oublie pas aujourd’hui. 2 Nous avons besoin de ton aide, de ta petite part pour apporter le bonheur au monde entier. 3 Et le Ciel compte sur toi, avec l’assurance que tu essaieras aujourd’hui. 4 Partage, donc, sa sûreté, car elle est tienne. 5 Sois vigilant. 6 N’oublie pas aujourd’hui. 7 Tout le long de la journée, n’oublie pas ton but. 8 Répète l’idée d’aujourd’hui aussi fréquemment que possible et comprends que chaque fois que tu le fais, quelqu’un entend la voix de l’espoir, la vérité remuer dans son esprit, le doux bruissement des ailes de la paix.

15. Ta propre admission que tu es un seul Soi, uni à ton Père, est un appel au monde entier à ne faire qu’un avec toi. 2 À chacun de ceux que tu rencontres aujourd’hui, assure-toi d’offrir la promesse de l’idée d’aujourd’hui, et dis-lui ceci :

3 Tu es un seul Soi avec moi, uni à notre Créateur en ce Soi. 4 Je t’honore à cause de Ce que je suis, et de Ce qu’Il est, Qui nous aime tous les deux ne faisant qu’Un.

UCEM~LEÇON 81 – Révision des leçons 61-62.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 81 - Révision des leçons 61-62., Un Cours en Miracles on mars 22, 2009 at 8:36

2 mars ~ 1229570525Bg7la3s

La leçon ici

Les idées à réviser aujourd’hui sont les suivantes :

1. (61) Je suis la lumière du monde.

2 Comme je suis saint, moi à qui la fonction d’éclairer le monde a été donné. ! 3 Que je sois calme devant ma sainteté. 4 Dans sa douce lumière, que tous mes conflits disparaissent. 5 Dans sa paix, que je me souvienne de Qui je suis !

2. Voici quelques formes concrètes pour appliquer l’idée quand des difficultés particulières semblent se présenter :

2 Que je n’obscurcisse pas la lumière du monde en moi.

3 Que luise la lumière du monde à travers cette apparence.

4 Cette ombre s’évanouira devant la lumière.

3. (62) Le pardon est ma fonction en tant que lumière du monde.

2 C’est en acceptant ma fonction que je verrai la lumière en moi. 3 Et dans cette lumière ma fonction apparaîtra clairement et parfaitement non ambiguë à mes yeux. 4 Mon acceptation ne dépend pas du fait que je reconnais ce qu’est ma fonction, car je ne comprends pas encore le pardon. 5 Or j’ai confiance en ce que, dans la lumière, je la verrai telle qu’elle est.

4. Voici quelques formes concrètes suggérées pour utiliser cette idée :

2 Que cela m’aide à apprendre ce que le pardon signifie.

3 Que je ne sépare pas ma fonction de ma volonté.

4 Je n’utiliserai pas ceci dans un but étranger.

L’inspiration

La réalité substituée      (T-18.I. ici)

1. Substituer, c’est accepter à la place. 2 Si tu voulais seulement considérer exactement ce que cela entraîne, tu percevrais immédiatement à quel point cela est en désaccord avec le but que le Saint-Esprit t’a donné, et qu’il voudrait accomplir pour toi. 3 Substituer, c’est choisir entre, donc renoncer à un aspect de la Filialité en faveur de l’autre. 4 Dans ce but particulier, l’un est jugé plus valable et l’autre est remplacé par lui. 5 La relation dans laquelle la substitution a eu lieu est ainsi fragmentée, et son but est divisé en conséquence. 6 Fragmenter, c’est exclure, et la substitution est la plus solide défense qu’ait l’ego pour la séparation.

2. Le Saint-Esprit n’utilise jamais de substituts. 2 Là où l’ego perçoit une personne comme la remplaçante d’une autre, le Saint-Esprit les voit jointes et indivisibles. 3 Il ne juge pas entre elles, connaissant qu’elles ne font qu’un. 4 Étant unies, elles ne font qu’un parce qu’elles sont les mêmes. 5 Manifestement, la substitution est un processus dans lequel elles sont perçues comme différentes. 6 L’un voudrait unir; l’autre séparer. 7 Ce que Dieu a joint et ce que le Saint-Esprit voit ne faisant qu’un, rien ne peut le séparer. 8 Mais tout semble séparer les relations fragmentées que l’ego parraine pour détruire.

3. L’amour est la seule émotion dans laquelle la substitution est impossible. 2 La peur suppose la substitution par définition, car elle-même remplace l’amour. 3 La peur est une émotion à la fois fragmentée et fragmentante. 4 Elle semble prendre de nombreuses formes et chacune d’elles semble requérir une forme différente de passage à l’acte pour sa satisfaction. 5 Bien que cela semble introduire une conduite très variable, la perception fragmentée dont découle la conduite a un effet bien plus sérieux. 6 Personne n’est vu comme étant complet. 7 L’accent est mis sur le corps, avec une insistance particulière sur certaines parties; et il est utilisé comme mesure de comparaison pour accepter ou rejeter le passage à l’acte d’une forme particulière de peur.

4. Toi qui crois que Dieu est peur, tu n’as fait qu’une substitution. 2 Elle a pris de nombreuses formes, parce que c’était la substitution de l’illusion à la vérité; de la fragmentation à l’entièreté. 3 Elle s’est tellement fractionnée, subdivisée et redivisée, maintes et maintes fois, qu’il est maintenant presque impossible de percevoir qu’elle a jadis été une, et qu’elle est encore ce qu’elle était. 4 Cette seule erreur, qui porta la vérité à l’illusion, l’infini au temps et la vie à la mort, c’est tout ce que tu as jamais fait. 5 Ton monde tout entier repose sur elle. 6 Tout ce que tu vois la reflète et chaque relation particulière que tu as jamais faite en fait partie.

5. Tu es peut-être surpris d’entendre à quel point la réalité est différente de ce que tu vois. 2 Tu ne te rends pas compte de l’immensité de cette seule erreur. 3 Elle était si vaste et si complètement incroyable qu’un monde d’une irréalité totale devait en émerger. 4 Quoi d’autre pouvait-il en sortir? 5 Ses aspects fragmentés sont déjà assez apeurants, quand tu commences à les regarder. 6 Mais rien de ce que tu as vu n’a pu te faire même entrevoir l’énormité de l’erreur originelle, qui a semblé te chasser hors du Ciel et faire éclater la connaissance en d’in-signifiants petits morceaux de perceptions disjointes, tout en te forçant à faire encore de nouvelles substitutions.

6. Ce fut la première projection de l’erreur vers l’extérieur. 2 Le monde surgit pour la cacher et devint l’écran, dressé entre toi et la vérité, sur lequel elle fut projetée. 3 Car la vérité s’étend vers l’intérieur, où l’idée de perte est in-signifiante et où seule l’augmentation est concevable. 4 Trouves-tu réellement étrange qu’un monde où tout est à l’envers et sens dessus dessous ait surgi de cette projection de l’erreur? 5 C’était inévitable. 6 Car la vérité portée à cela ne pouvait que demeurer au-dedans, en silence, sans prendre part à toute la folle projection par laquelle ce monde avait été fait. 7 Ne l’appelle pas péché mais folie, car ce l’était et ce l’est encore. 8 Ne l’investis pas de culpabilité, car la culpabilité implique que cela fut accompli en réalité. 9 Et par-dessus tout, n’en aie pas peur.

7. Quand tu sembles voir surgir pour t’effrayer quelque forme distordue de l’erreur originelle, dis seulement : « Dieu n’est pas peur, mais Amour», et elle disparaîtra. 2 La vérité te sauvera. 3 Elle ne t’a pas quitté pour aller dans le monde fou et te délaisser ainsi. 4 À l’intérieur est la santé d’esprit; l’insanité est à l’extérieur de toi. 5 Tu crois seulement que c’est le contraire; que la vérité est à l’extérieur, et que l’erreur et la culpabilité sont au-dedans. 6 Tes petites substitutions insensées, teintées d’insanité, qui tourbillonnent dans leur course détraquée comme des plumes dansant follement dans le vent, n’ont aucune substance. 7 Elles fusionnent, se mêlent et se séparent, motifs changeants et totalement in-signifiants qu’il n’est pas besoin de juger du tout. 8 Il ne sert à rien de les juger individuellement. 9 Leurs minuscules différences de forme ne sont pas du tout de réelles différences. 10 Aucune n’a la moindre importance. 11 C’est cela qu’elles ont en commun et rien d’autre. 12 Or que faut-il d’autre pour faire qu’elles soient toutes les mêmes ?

8. Laisse-les toutes partir, dansant, plongeant et tournant dans le vent jusqu’à ce qu’elles disparaissent de ta vue, loin, loin à l’extérieur de toi. 2 Puis tourne-toi vers le calme majestueux en dedans, où dans une sainte quiétude demeure le Dieu vivant Que tu n’as jamais quitté, et Qui ne t’a jamais quitté. 3 Le Saint-Esprit te prend doucement par la main et retrace avec toi ton voyage fou à l’extérieur de toi-même, te ramenant doucement vers la vérité et la sécurité en dedans. 4 Il porte à la vérité toutes tes projections insanes et les folles substitutions que tu as placées à l’extérieur de toi. 5 Ainsi Il inverse le cours de l’insanité et te ramène à la raison.

9. Dans ta relation avec ton frère, où Il a pris tout en charge à ta requête, Il a mis le cap sur l’intérieur, sur la vérité que vous partagez. 2 Dans le monde fou à l’extérieur de toi, rien ne peut être partagé, mais seulement substitué; or partager et substituer n’ont rien de commun en réalité. 3 Au-dedans de toi tu aimes ton frère d’un amour parfait. 4 Là est la terre sainte, où nulle substitution ne peut entrer et où seule la vérité en ton frère peut demeurer. 5 Là vous êtes joints en Dieu, ensemble l’un avec l’autre autant que vous l’êtes avec Lui. 6 L’erreur originelle n’est pas entrée là et n’y entrera jamais. 7 Là est l’éclatante vérité à laquelle le Saint-Esprit a dédié ta relation. 8 Laisse-Le l’amener là où tu voudrais qu’elle soit. 9 Donne-Lui juste un peu de foi en ton frère, pour L’aider à te montrer qu’aucun des substituts que tu as faits pour remplacer le Ciel ne peut t’en garder loin.

10. Il n’y a en toi aucune séparation, et aucun substitut ne peut te garder loin de ton frère. 2 Ta réalité était la création de Dieu, et elle n’a pas de substitut. 3 Vous êtes joints si fermement dans la vérité que seul Dieu est là. 4 Et jamais Il n’accepterait autre chose à votre place. 5 Il vous aime tous les deux également et ne faisant qu’un. 6 Or de même qu’il vous aime, de même vous êtes. 7 Vous n’êtes pas joints dans l’illusion mais dans une Pensée si sainte et si parfaite qu’il ne peut rester aucune illusion pour assombrir le saint lieu où vous vous tenez ensemble. 8 Dieu est avec toi, mon frère. 9 Joignons-nous en Lui dans la paix et la gratitude, et acceptons Son don comme étant notre réalité la plus sainte et la plus parfaite, que nous partageons en Lui.

11. Le Ciel est rendu à toute la Filialité par ta relation, car en elle réside la Filialité, entière et belle, en sécurité dans ton amour. 2 Le Ciel est entré calmement, car toutes les illusions ont été doucement portées à la vérité en toi, et l’amour a luit sur toi, bénissant ta relation de vérité. 3 Dieu et toute Sa création y sont entrés ensemble. 4 Comme elle est belle et sainte, ta relation, avec la vérité qui luit sur elle ! 5 Le Ciel la contemple et se réjouit que tu l’aies laissé venir à toi. 6 Et Dieu Lui-même Se réjouit que ta relation soit telle qu’elle a été créée. 7 L’univers au-dedans de toi se tient là avec toi et avec ton frère, ensemble. 8 Et le Ciel regarde avec amour ce qui s’est joint en lui, ainsi qu’avec son Créateur.

12. Ceux que Dieu a appelés ne devraient entendre aucun substitut. 2 Leur appel n’est qu’un écho de l’erreur originelle qui a fracassé le Ciel. 3 Et qu’est devenue la paix en ceux qui ont entendu? 4 Retourne au Ciel avec moi; allons ensemble avec ton frère hors de ce monde et par un autre, vers la beauté et la joie que l’autre contient. 5 Voudrais-tu affaiblir et briser encore davantage ce qui est déjà brisé et sans espoir? 6 Est-ce ici que tu voudrais chercher le bonheur? 7 Ou ne préférerais-tu pas guérir ce qui a été brisé et te joindre pour rendre entier ce qui a été ravagé par la séparation et la maladie ?

13. Ensemble, ton frère et toi, vous avez été appelés à la fonction la plus sainte que contienne ce monde. 2 C’est la seule qui n’ait pas de limites et aille vers chaque fragment brisé de la Filialité, avec un réconfort qui guérit et unit. 3 Cela t’est offert, dans ta relation sainte. 4 Accepte-le ici, et tu donneras comme tu as accepté. 5 La paix de Dieu t’est donnée avec le but lumineux dans lequel tu te joins à ton frère. 6 La sainte lumière qui vous a réunis, toi et lui, doit s’étendre, comme tu l’as accepté.

UCEM~LEÇON 80 – Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 80 - Que je reconnaisse que mes problèmes ont été résolus., Un Cours en Miracles on mars 21, 2009 at 2:37

21 mars ~ dscf0732a

La leçon ici

1. Si tu désires reconnaître tes problèmes, tu reconnaîtras que tu n’as pas de problèmes. 2 Ton seul problème central a reçu sa réponse, et tu n’en as pas d’autre. 3 Par conséquent, tu dois être en paix. 4 Le salut dépend donc du fait de reconnaître ce seul problème, et de comprendre qu’il a été résolu. 5 Un problème, une solution. 6 Le salut est accompli. 7 La délivrance du conflit t’a été donnée. 8 Accepte ce fait et tu es prêt à prendre ta juste place dans le plan de Dieu pour le salut.

2. Ton seul problème a été résolu ! 2 Répète-toi cela à maintes reprises aujourd’hui, avec gratitude et conviction. 3 Tu as reconnu ton seul problème, ouvrant ainsi la voie au Saint-Esprit pour qu’Il te donne la réponse de Dieu. 4 Tu as mis de côté la tromperie et vu la lumière de la vérité. 5 Tu as accepté le salut pour toi-même en portant le problème à la réponse. 6 Et tu peux reconnaître la réponse, parce que le problème a été identifié.

3. Tu as droit à la paix aujourd’hui. 2 Un problème qui a été résolu ne peut pas te troubler. 3 Assure-toi seulement de ne pas oublier que tous les problèmes sont les mêmes. 4 Leurs nombreuses formes ne te tromperont pas tant que tu te souviens de cela. 5 Un problème, une solution. 6 Accepte la paix qu’apporte ce simple énoncé.

4. Pendant nos périodes d’exercice plus longues aujourd’hui, nous réclamerons la paix qui nous revient quand le problème et la réponse ont été mis ensemble. 2 Le problème doit avoir disparu, parce que la réponse de Dieu ne peut échouer. 3 Ayant reconnu l’un, tu as reconnu l’autre. 4 La solution est inhérente au problème. 5 La réponse t’a été donnée, et tu l’as acceptée. 6 Tu es sauvé.

5. Maintenant laisse la paix t’être donnée, que ton acceptation apporte. 2 Ferme les yeux et reçois ta récompense. 3 Reconnais que tes problèmes ont été résolus. 4 Reconnais que tu es hors du conflit, libre et en paix. 5 Par-dessus tout, rappelle-toi que tu as un seul problème, et que ce problème a une seule solution. 6 C’est en cela que réside la simplicité du salut. 7 C’est pour cela que sa réussite est garantie.

6. Assure-toi souvent aujourd’hui que tes problèmes ont été résolus. 2 Répète l’idée avec une conviction profonde, aussi fréquemment que possible. 3 Et assure-toi tout particulièrement d’appliquer l’idée d’aujourd’hui à tout problème concret qui pourrait surgir. 4 Dis vite :

5 Que je reconnaisse que ce problème a été résolu.

7. Soyons déterminés à ne pas accumuler de rancœurs aujourd’hui. 2 Soyons déterminés à être libres de problèmes qui n’existent pas. 3 Le moyen est la simple honnêteté. 4 Ne te trompe pas toi-même sur ce qu’est le problème, et tu dois reconnaître qu’il a été résolu.

L’inspiration

Je ne suis pas un corps. Je suis libre. (L-I.199 ici)

1. La liberté doit être impossible aussi longtemps que tu perçois un corps comme étant toi-même. 2 Le corps est une limite. 3 Qui voudrait chercher la liberté dans un corps là où elle ne peut pas être trouvée. 4 L’esprit peut être libéré quand il ne se voit plus dans un corps, fermement attaché à lui et protégé par sa présence. 5 Si cela était la vérité, l’esprit serait certes vulnérable !

2. L’esprit qui sert le Saint-Esprit est illimité à jamais, à tous égards, par-delà les lois du temps et de l’espace, délié de toute préconception, avec la force et le pouvoir de faire tout ce qui lui est demandé. 2 Les pensées d’attaque ne peuvent entrer dans un tel esprit, parce qu’il a été donné à la Source de l’amour, et la peur ne peut jamais entrer dans un esprit qui s’est attaché à l’amour. 3 Il repose en Dieu. 4 Et qui peut avoir peur qui vit dans l’Innocence, et qui ne fait qu’aimer ?

3. Il est essentiel pour tes progrès dans ce cours que tu acceptes l’idée d’aujourd’hui et qu’elle te soit très chère. 2 Ne t’inquiète pas si pour l’ego elle est tout à fait insane. 3 Le corps est cher à l’ego parce qu’il y habite et qu’il vit en union avec la demeure qu’il a faite. 4 C’est une partie de l’illusion qui l’a gardé d’être lui-même trouvé illusoire.

4. C’est là qu’il se cache et c’est là qu’il peut être vu pour ce qu’il est. 2 Déclare ton innocence, et tu es libre. 3 Le corps disparaît, parce que tu ‘en as aucun besoin, si ce n’est le besoin que voit le Saint-Esprit. 4 Pour cela, le corps apparaîtra comme une forme utile pour ce que l’esprit doit faire. 5 Il devient ainsi un véhicule qui aide à étendre le pardon jusqu’au but intégral qu’il doit atteindre, selon le plan de Dieu.

5. Chéris l’idée d’aujourd’hui et pratique-la aujourd’hui et chaque jour. 2 Inclus-la dans chaque période d’exercice que tu fais. 3 Il n’y a pas une pensée qui n’y gagnera en pouvoir d’aider le monde et aucune qui n’y gagnera aussi en dons supplémentaires pour toi. 4 Nous sonnons l’appel de la liberté dans le monde entier avec cette idée. 5 Voudrais-tu être exempté de l’acceptation des dons que tu fais ?

6. Le Saint-Esprit est la demeure d’esprits qui cherchent la liberté. 2 En Lui ils ont trouvé ce qu’ils ont cherché. 3 Le but du corps maintenant n’est pas ambigu. 4 Et il devient parfait dans son aptitude à servir un but indivisé. 5 En réagissant sans conflit et sans équivoque à l’esprit qui n’a que la pensée de liberté pour but, le corps sert et remplit bien son but. 6 Sans le pouvoir d’asservir, c’est un digne serviteur de la liberté que l’esprit au-dedans du Saint-Esprit recherche.

7. Sois libre aujourd’hui. 2 Et apporte la liberté comme don à ceux qui se croient encore esclaves au-dedans d’un corps. 3 Sois libre, afin que le Saint-Esprit puisse faire usage de ton évasion de l’esclavage pour libérer la multitude qui se perçoit liée, impuissante et apeurée. 4 Laisse l’amour remplacer leurs peurs à travers toi. 5 Accepte le salut maintenant et confie ton esprit à Celui Qui t’appelle à Lui faire ce don. 6 Car Il voudrait te donner la liberté parfaite, la joie parfaite, et l’espoir qui trouve son plein accomplissement en Dieu.

8. Tu es le Fils de Dieu. 2 Dans l’immortalité, tu vis à jamais. 3 Ne voudrais-tu pas lui rendre ton esprit ? 4 Alors pratique bien la pensée que le Saint-Esprit te donne pour aujourd’hui. 5 Tes frères se trouvent délivrés avec toi en elle; le monde est béni avec toi, le Fils de Dieu ne pleurera plus et le Ciel rend grâce de l’augmentation de la joie que ton exercice amène même à lui. 6 Et Dieu Lui-même étend Son Amour et Son bonheur chaque fois que tu dis :

7 Je ne suis pas un corps. 8 Je suis libre. 9 J’entends la Voix que Dieu m’a donnée et c’est seulement à elle que mon esprit obéit.

UCEM~LEÇON 79 – Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 79 - Que je reconnaisse le problème afin qu’il puisse être résolu., Un Cours en Miracles on mars 20, 2009 at 3:16

20 mars ~ GeN_Anxiete-Net

La leçon ici

1. Un problème ne peut pas être résolu si tu ne sais pas ce qu’il est. 2 Même s’il est réellement déjà résolu, tu auras encore le problème parce que tu ne reconnaîtras pas qu’il a été résolu. 3 Voilà la situation du monde. 4 Le problème de la séparation, qui est réellement le seul problème, a déjà été résolu. 5 Or la solution n’est pas reconnue parce que le problème n’est pas reconnu.

2. Chacun en ce monde semble avoir ses propres problèmes particuliers. 2 Or ils sont tous les mêmes et ils doivent être reconnus comme ne faisant qu’un si la seule solution qui les résout tous doit être acceptée. 3 Qui peut voir qu’un problème a été résolu s’il pense que le problème est autre chose ? 4 Même si la réponse lui est donnée, il ne peut pas en voir la pertinence.

3. Telle est la position dans laquelle tu te trouves maintenant. 2 Tu as la réponse, mais tu es encore incertain de ce qu’est le problème. 3 Tu sembles être confronté à une longue série de problèmes différents et, lorsqu’un problème est réglé, un autre surgit, puis encore un autre. 4 Il semble qu’il n’y ait pas de fin. 5 Il n’est pas un moment où tu te sentes complètement libre de problèmes et en paix.

4. La tentation de considérer les problèmes comme multiples est la tentation de garder irrésolu le problème de la séparation. 2 Le monde semble te présenter un grand nombre de problèmes, chacun exigeant une réponse différente. 3 Cette perception te met dans une position où ta façon de résoudre les problèmes doit être inadéquate, et l’échec est inévitable.

5. Nul ne pourrait résoudre tous les problèmes que le monde paraît contenir. 2 Ils semblent être à des niveaux si nombreux, sous des formes si diverses et avec des contenus si variés qu’ils te mettent en face d’une situation impossible. 3 Le désarroi et la dépression sont inévitables quand tu les regardes. 4 Certains surgissent à l’improviste, juste au moment où tu pensais avoir résolu les précédents. 5 D’autres restent irrésolus sous un nuage de déni, qui refont surface de temps en temps pour te hanter avant d’être cachés à nouveau, mais toujours irrésolus.

6. Toute cette complexité n’est qu’une tentative désespérée pour ne pas reconnaître le problème, et donc ne pas le laisser être résolu. 2 Si tu pouvais reconnaître que ton seul problème est la séparation, quelle qu’en soit la forme, tu pourrais accepter la réponse parce que tu en verrais la pertinence. 3 En percevant la constance qui sous-tend tous les problèmes auxquels tu sembles être confronté, tu comprendrais que tu as les moyens de les résoudre tous. 4 Et tu emploierais les moyens, parce que tu reconnais le problème.

7. Pendant nos périodes d’exercice plus longues aujourd’hui, nous demanderons quel est le problème et quelle est sa réponse. 2 Nous ne présumerons pas que nous savons déjà. 3 Nous essaierons de libérer notre esprit de toutes les sortes de problèmes différents que nous pensons avoir. 4 Nous essaierons de nous rendre compte que nous avons un seul problème, que nous avons manqué de reconnaître. 5 Nous demanderons à savoir ce qu’il est et nous attendrons la réponse. 6 Elle nous sera donnée. 7 Puis nous demanderons quelle est sa solution. 8 Et elle nous sera donnée.

8. Les exercices d’aujourd’hui seront fructueux dans la mesure où tu n’insisteras pas pour définir le problème. 2 Tu ne réussiras peut-être pas à lâcher prise de toutes tes notions préconçues, mais cela n’est pas nécessaire. 3 Tout ce qui est nécessaire, c’est de nourrir quelque doute sur la réalité de ta version de ce que sont tes problèmes. 4 Tu essaies de reconnaître que la réponse t’a été donnée en reconnaissant le problème, de sorte que le problème et la réponse peuvent être mis ensemble et tu peux être en paix.

9. Les périodes d’exercice plus courtes aujourd’hui ne seront pas fixées en fonction du temps, mais du besoin. 2 Tu verras de nombreux problèmes aujourd’hui, chacun réclamant une réponse. 3 Nos efforts viseront à reconnaître qu’il y a seulement un problème et une solution. 4 Dans cette re-connaissance, tous les problèmes sont résolus. 5 Dans cette re-connaissance réside la paix.

10. Ne sois pas trompé par la forme des problèmes aujourd’hui. 2 Chaque fois qu’une difficulté semble surgir, dis-toi vite :

3 Que je reconnaisse ce problème afin qu’il puisse être résolu.

4 Puis essaie de suspendre tout jugement sur ce qu’est le problème. 5 Si possible, ferme les yeux pendant un moment et demande ce qu’il est. 6 Tu seras entendu et la réponse te sera donnée.

L’inspiration

La vision de l’impeccabilité (T-20.VIII ici)

1. La vision te viendra d’abord par petits éclairs, mais cela suffira à te montrer ce qui t’est donné, à toi qui vois ton frère sans péché. 2 La vérité t’est rendue par ton désir, comme c’est ton désir d’autre chose qui te l’a fait perdre. 3 Ouvre le saint lieu que tu avais fermé en estimant cette « autre chose », et ce qui n’a jamais été perdu reviendra tranquillement. 4 Cela a été gardé pour toi. 5 La vision ne serait pas nécessaire si le jugement n’avait pas été fait. 6 Désire maintenant qu’il soit entièrement défait, et cela est fait pour toi.

2. Ne veux-tu pas connaître ta propre Identité? 2 N’est-ce pas avec joie que tu échangerais tes doutes pour la certitude? 3 N’est-ce pas volontiers que tu serais libre de la misère, pour apprendre la joie à nouveau? 4 Ta relation sainte t’offre tout cela. 5 De même qu’elle t’a été donnée, de même le seront ses effets. 6 Et de même que son saint but n’a pas été fait par toi, de même les moyens par lesquels sa fin heureuse est tienne ne sont pas de toi. 7 Réjouis-toi de ce qui est tien pour peu que tu le demandes, et ne pense pas que tu aies besoin de faire ni les moyens ni la fin. 8 Tout cela t’est donné, à toi qui voudrais seulement voir ton frère sans péché. 9 Tout cela est donné et n’attend que ton désir de le recevoir. 10 La vision est donnée librement à ceux qui demandent à voir.

3. L’impeccabilité de ton frère t’est donnée en pleine lumière, pour que tu la regardes avec la vision du Saint-Esprit et t’en réjouisses avec Lui. 2 Car la paix viendra à tous ceux qui la demandent avec un désir réel et une sincérité de but, partagé avec le Saint-Esprit et ne faisant qu’un avec Lui sur ce qu’est le salut. 3 Sois désireux, donc, de voir ton frère sans péché, afin que le Christ s’élève devant ta vision et te donne la joie. 4 Ne place aucune valeur dans le corps de ton frère, qui le tient aux illusions de ce qu’il est. 5 C’est son désir de voir son impeccabilité, comme c’est le tien. 6 Bénis le Fils de Dieu dans ta relation, et ne vois pas en lui ce que tu as fait de lui.

4. Le Saint-Esprit garantit que ce que Dieu a voulu et t’a donné sera tien. 2 Voilà ton but maintenant, et la vision qui le fera tien est prête à être donnée. 3 Tu as la vision qui te permet de ne pas voir le corps. 4 Et comme ton regard se posera sur ton frère, tu verras un autel à ton Père, aussi saint que le Ciel, rayonnant de pureté et brillant sous les lys éclatants que tu y as déposés. 5 À quoi pourrais-tu accorder plus de valeur? 6 Pourquoi penses-tu que le corps est une meilleure demeure, un plus sûr abri pour le Fils de Dieu? 7 Pourquoi préférerais-tu regarder cela plutôt que la vérité? 8 Comment l’instrument de la destruction peut-il être préféré et choisi pour remplacer la sainte demeure que t’offre le Saint-Esprit, où Il habitera avec toi?

5. Le corps est signe de faiblesse, de vulnérabilité et de perte de pouvoir. 2 Un tel sauveur peut-il t’aider? 3 Te tournerais-tu dans ta détresse et ton besoin d’aide vers ce qui ne peut aider? 4 Est-ce un choix parfait que de faire appel pour la force au pitoyablement petit? 5 Le jugement semblera rendre faible ton sauveur. 6 Or c’est toi qui as besoin de sa force. 7 Il n’est pas de problème, pas d’événement ni de situation, pas de perplexité que la vision ne résoudra. 8 Tout est rédimé qui est regardé avec la vision. 9 Car ce n’est pas ta vue, et elle apporte les lois bien-aimées de Celui Dont c’est la vue.

6. Tout ce qui est regardé avec la vision tombe en place tout doucement, conformément aux lois qu’y apporte Sa vue calme et certaine. 2 La fin pour toutes choses qu’il contemple est toujours sûre. 3 Car elles rempliront Son but, vues sous une forme inajustée et convenant parfaitement à le remplir. 4 Sous Son doux regard, la destructivité devient bénigne et le péché est tourné en bénédiction. 5 Que peuvent percevoir les yeux du corps, avec le pouvoir de corriger? 6 Ses yeux s’ajustent au péché, incapables de passer par-dessus sous toutes ses formes, le voyant partout et en tout. 7 Regarde par ses yeux et tout se trouve condamné devant toi. 8 Tout ce qui pourrait te sauver, tu ne le verras jamais. 9 Ta relation sainte, la source de ton salut, sera privée de signification, et son but très saint, privé de moyens pour son accomplissement.

7. Le jugement n’est qu’un jouet, une lubie, le moyen insensé de jouer le vain jeu de la mort dans ton imagination. 2 Mais la vision rectifie toutes choses, les amenant doucement sous l’empire bienveillant des lois du Ciel. 3 Et si tu reconnaissais que ce monde est une hallucination? 4 Et si tu comprenais réellement que c’est toi qui l’as inventé? 5 Si tu te rendais compte que ceux qui semblent y marcher, pour pécher et mourir, attaquer, tuer et se détruire eux-mêmes, sont entièrement irréels? 6 Pourrais-tu avoir foi en ce que tu vois, si tu acceptais cela? 7 Et le verrais-tu?

8. Les hallucinations disparaissent une fois qu’elles sont reconnues pour ce qu’elles sont. 2 Cela est la guérison et le remède. 3 N’y crois pas et elles disparaissent. 4 Tout ce que tu as besoin de faire, c’est de reconnaître que tu as fait cela. 5 Une fois que tu acceptes ce simple fait et reprends le pouvoir que tu leur as données, tu en es délivré. 6 Une chose est sûre : les hallucinations servent un but, et quand ce but n’est plus entretenu, elles disparaissent. 7 Par conséquent, la question n’est jamais de savoir si tu les veux, mais toujours si tu veux le but qu’elles servent. 8 Ce monde semble offrir de nombreux buts, chacun d’eux étant différent avec des valeurs différentes. 9 Or ils sont tous les mêmes. 10 Là encore, il n’y a pas d’ordre : seulement une apparente hiérarchie de valeurs.

9. Seuls deux buts sont possibles. 2 Et l’un est le péché, l’autre la sainteté. 3 Il n’y a rien entre les deux, et celui que tu choisis détermine ce que tu vois. 4 Car ce que tu vois n’est que la façon dont tu choisis d’atteindre ton but. 5 Les hallucinations servent le but de la folie. 6 Elles sont les moyens par lesquels le monde extérieur, projeté du dedans, s’ajuste au péché et semble témoigner de sa réalité. 7 Il reste vrai qu’il n’y a rien au-dehors. 8 Or sur rien toutes les projections sont faites. 9 Car ce sont les projections qui donnent au « rien » toute la signification qu’il a.

10. Ce qui n’a pas de signification ne peut pas être perçu. 2 Et la signification regarde toujours au-dedans pour se trouver elle-même, et puis regarde au-dehors. 3 Toute la signification que tu donnes au monde extérieur doit donc refléter la vue que tu as vue au-dedans; ou mieux, si tu as vu ou simplement jugé et rejeté. 4 La vision est le moyen par lequel le Saint-Esprit traduit tes cauchemars en rêves heureux; tes folles hallucinations qui te montrent toutes les conséquences effrayantes d’un péché imaginaire en vues calmes et rassurantes par lesquelles Il les remplacerait. 5 Ces vues et ces sons pleins de douceur sont regardés avec bonheur et entendus avec joie. 6 Ce sont Ses substituts à toutes les vues terrifiantes et aux sons hurlants que le but de l’ego a portés à ta conscience horrifiée. 7 Ils s’écartent du péché, te rappelant que ce n’est pas la réalité qui t’effraie et que les erreurs que tu as faites peuvent être corrigées.

11. Quand tu auras regardé ce qui te semblait terrifiant, et l’auras vu se changer en vues de beauté et de paix; quand tu auras regardé des scènes de violence et de mort et les auras vues se changer en vues tranquilles de jardins à ciel ouvert, le long desquels dansent des ruisseaux à l’eau claire et vivifiante qui jamais ne tarissent; qui aura besoin de te persuader d’accepter le don de vision? 2 Et après la vision, qui est-ce qui pourrait refuser ce qui doit venir après? 3 Ne pense pour un instant qu’à ceci : tu peux contempler la sainteté que Dieu a donnée à Son Fils. 4 Et jamais tu n’auras besoin de penser qu’il y a quelque chose d’autre à voir pour toi.

UCEM~LEÇON 78 – Que les miracles remplacent toutes les rancoeurs.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 78 - Que les miracles remplacent toutes les rancoeurs., Un Cours en Miracles on mars 19, 2009 at 4:53

19 mars ~ ex8vm2re

La leçon ici

1. Il n’est peut-être pas encore tout à fait clair pour toi qu’à chaque décision que tu prends, tu choisis entre une rancoeur et un miracle. 2 Chaque rancoeur se dresse comme un écran de haine devant le miracle qu’elle voudrait dissimuler. 3 En le levant devant tes yeux, tu ne vois pas le miracle qui est derrière. 4 Or tout ce temps il t’attend dans la lumière, mais tu vois tes rancoeurs à la place.

2. Aujourd’hui nous allons aller au-delà des rancoeurs pour regarder le miracle à la place. 2 Nous renverserons ta façon de voir en ne permettant pas à la vue de s’arrêter avant de voir. 3 Nous n’attendrons pas devant l’écran de haine mais nous le déposerons et lèverons doucement les yeux en silence pour contempler le Fils de Dieu.

3. Il t’attend derrière tes rancoeurs et, comme tu les déposes, il apparaît en pleine lumière à l’endroit même où se dressait chacune d’elles. 2 Car chaque rancoeur est un blocage à la vue, et lorsqu’il est levé tu vois le Fils de Dieu où il a toujours été. 3 Il se tient dans la lumière, mais tu étais dans les ténèbres. 4 Chaque rancoeur a rendu les ténèbres plus profondes, et tu ne pouvais pas voir.

4. Aujourd’hui nous essaierons de voir le Fils de Dieu. 2 Nous ne nous laisserons pas être aveugles à son sujet; nous ne regarderons pas nos rancoeurs. 3 Ainsi est renversée la vue du monde, comme nous regardons vers la vérité, loin de la peur. 4 Nous choisirons une personne que tu as utilisée comme cible de tes rancoeurs, et nous mettrons de côté les rancoeurs et la regarderons. 5 Quelqu’un, peut-être, que tu crains ou même que tu hais; quelqu’un que tu penses aimer qui t’a mis en colère; quelqu’un que tu appelles ton ami mais que tu considères parfois peu commode ou difficile à contenter, exigeant, irritant ou infidèle à l’idéal qu’il devrait accepter pour sien, selon le rôle que tu lui as assigné.

5. Tu sais qui choisir : son nom t’a déjà traversé l’esprit. 2 Il sera celui à qui nous demanderons que le Fils de Dieu te soit montré. 3 En le voyant derrière les rancoeurs que tu as nourries contre lui, tu apprendras que ce qui restait caché tant que tu ne le voyais pas est là en chacun, et peut être vu. 4 Celui qui était un ennemi est plus qu’un ami quand il est rendu libre de prendre le saint rôle que lui a assigné le Saint-Esprit. 5 Qu’il soit ton sauveur aujourd’hui. 6 Tel est son rôle dans le plan de Dieu ton Père.

6. Pendant nos périodes d’exercice plus longues aujourd’hui nous le verrons dans ce rôle. 2 Tu essaieras de le tenir dans ton esprit, d’abord tel que tu le considères maintenant. 3 Tu passeras en revue ses fautes, les difficultés que tu as eues avec lui, la douleur qu’il t’a causée, sa négligence et toutes les blessures petites et grandes qu’il t’a faites. 4 Tu regarderas son corps avec ses défauts mais aussi avec ses meilleurs côtés, et tu penseras à ses erreurs et même à ses “péchés”.

7. Demandons ensuite à Celui Qui connaît ce Fils de Dieu dans sa réalité et sa vérité, de pouvoir le regarder d’une façon différente, et de voir briller notre sauveur dans la lumière du vrai pardon, à nous donné. 2 Nous Lui demandons au saint Nom de Dieu et de Son Fils, aussi saint que Lui :

3 Que je voie mon sauveur en celui-ci que Tu as désigné pour être celui à qui je demande de me conduire à la sainte lumière dans laquelle il se tient, afin que je me joigne à lui.

4 Les yeux du corps sont fermés et, tandis que tu penses à celui qui t’a peiné, laisse la lumière en lui être montrée à ton esprit par-delà tes rancoeurs.

8. Ce que tu as demandé ne peut pas t’être nié. 2 Ton sauveur attend cela depuis longtemps. 3 Il voudrait être libre et faire tienne sa liberté. 4 Le Saint-Esprit Se penche de lui vers toi, ne voyant pas de séparation dans le Fils de Dieu. 5 Et ce que tu vois par Lui vous libèrera tous les deux. 6 Sois très tranquille maintenant et regarde ton sauveur en pleine lumière. 7 Aucune sombre rancoeur n’en obscurcit la vue. 8 Tu as permis au Saint-Esprit d’exprimer par lui le rôle que Dieu Lui a donné afin que tu sois sauvé.

9. Dieu te remercie de ces moments de calme aujourd’hui où tu as mis de côté tes images et regardé le miracle de l’amour que le Saint-Esprit te montrait à leur place. 2 Le monde et le Ciel se joignent pour te remercier, car il n’est pas une Pensée de Dieu qui ne se réjouisse quand tu es sauvé, et le monde entier avec toi.

10. Nous nous souviendrons de cela tout le long de la journée et nous prendrons le rôle qui nous est assigné comme partie du plan de Dieu pour le salut, et non du nôtre. 2 La tentation tombe quand nous permettons à chacun de ceux que nous rencontrons de nous sauver et que nous refusons de cacher sa lumière derrière nos rancoeurs. 3 À chacun de ceux que tu rencontres, et de ceux auxquels tu penses ou dont tu te souviens du passé, permets que le rôle de sauveur soit donné, afin de le partager avec lui. 4 Pour vous deux aussi bien que pour tous ceux qui ne voient pas, nous prions :

5 Que les miracles remplacent toutes les rancoeurs.

L’inspiration

Le Fils de Dieu est mon Identité. (L-II.252 ici)

1. Mon Soi est saint au-delà de toutes les pensées de sainteté que je conçois maintenant. 2 Sa pureté étincelante et parfaite est bien plus brillante que toutes les lumières que j’ai jamais contemplées. 3 Son amour est illimité, d’une intensité qui tient toutes choses en lui, dans le calme d’une certitude tranquille. 4 Sa force ne vient pas des impulsions brûlantes qui font bouger le monde mais de l’Amour sans borne de Dieu Lui-même. 5 Comme mon Soi doit être bien au-delà de ce monde, et pourtant comme il est près de moi et proche de Dieu !

2. Père, Tu connais ma véritable Identité. 2 Révèle-La maintenant à moi qui suis Ton Fils, pour que je m’éveille à la vérité en Toi et connaisse que le Ciel m’est rendu.

UCEM~LEÇON 77 – J’ai droit aux miracles.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 77 - J’ai droit aux miracles., Un Cours en Miracles on mars 18, 2009 at 12:35

La leçon ici

1. Tu as droit aux miracles à cause de ce que tu es. 2 Tu recevras des miracles à cause de ce que Dieu est. 3 Et tu offriras des miracles parce que tu ne fais qu’un avec Dieu. 4 Encore une fois, comme le salut est simple ! 5 C’est le simple énoncé de ta véritable Identité. 6 C’est ce que nous allons célébrer aujourd’hui.

2. Ton droit aux miracles ne réside pas dans tes illusions à ton sujet. 2 Il ne dépend d’aucun des pouvoirs magiques que tu t’es attribués ni d’aucun des rituels que tu as élaborés. 3 Il est inhérent à la vérité de ce que tu es. 4 Il est implicite dans ce que Dieu ton Père est. 5 Il était assuré en ta création et garanti par les lois de Dieu.

3. Aujourd’hui nous allons réclamer les miracles auxquels tu as droit, puisqu’ils t’appartiennent. 2 Une pleine délivrance du monde que tu as fait t’a été promise. 3 Il t’a été assuré que le Royaume de Dieu était en toi, et que jamais il ne pouvait être perdu. 4 Nous ne demandons rien de plus que ce qui nous appartient en vérité. 5 Aujourd’hui, toutefois, nous allons aussi nous assurer que nous ne nous contenterons pas de moins.

4. Commence les périodes d’exercice plus longues en te disant avec confiance que tu as droit aux miracles. 2 Les yeux fermés, rappelle-toi que tu ne demandes que ce qui t’appartient de droit. 3 Rappelle-toi aussi que les miracles ne sont jamais pris à l’un et donnés à un autre, et qu’en réclamant tes droits tu soutiens les droits de chacun. 4 Les miracles n’obéissent pas aux lois de ce monde. 5 Ils découlent simplement des lois de Dieu.

5. Après cette brève phase d’introduction, attends tranquillement l’assurance que ta requête est exaucée. 2 Tu as demandé le salut du monde et le tien. 3 Tu as demandé que les moyens te soient donnés par lesquels il est accompli. 4 Tu ne peux manquer d’en être assuré. 5 Tu ne fais que demander que la Volonté de Dieu soit faite.

6. En faisant cela, tu ne demandes pas vraiment quelque chose. 2 Tu énonces un fait qui ne peut être nié. 3 Le Saint-Esprit ne peut que t’assurer que ta requête est exaucée. 4 Le fait est que tu as accepté. 5 Il n’y a pas de place pour le doute et l’incertitude aujourd’hui. 6 Nous posons enfin une réelle question. 7 La réponse est le simple énoncé d’un simple fait. 8 Tu recevras l’assurance que tu cherches.

7. Nos périodes d’exercice plus courtes seront fréquentes et seront aussi consacrées à nous rappeler un simple fait. 2 Dis-toi souvent aujourd’hui :

3 J’ai droit aux miracles.

4 Demande-les chaque fois qu’une situation se présente dans laquelle ils sont nécessaires. 5 Tu reconnaîtras ces situations. 6 Et puisque tu ne comptes pas sur toi-même pour trouver le miracle, tu as pleinement droit de le recevoir chaque fois que tu demandes.

8. Souviens-toi aussi de ne pas te satisfaire de moins que la réponse parfaite 2 En cas de tentation, dis-toi rapidement :

3 Je n’échangerai pas les miracles contre des rancoeurs. 4 Je veux seulement ce qui m’appartient. 5 Dieu a établi mon droit aux miracles.

L’inspiration

Faiblesse et défensive (T-22.V. ici)

1. Comment vainc-t-on les illusions ? 2 Sûrement pas par la force ou la colère, ni en s’y opposant de quelque façon que ce soit. 3 Simplement en laissant la raison te dire qu’elles contredisent la réalité. 4 Elles vont à l’encontre de ce qui doit être vrai. 5 L’opposition vient d’elles, et non de la réalité. 6 La réalité ne s’oppose à rien. 7 Ce qui est, tout simplement, n’a besoin d’aucune défense, et n’en offre aucune. 8 Seules les illusions ont besoin de défense à cause de leur faiblesse. 9 Et comment peut-il être difficile de suivre la voie de la vérité quand seule la faiblesse interfère ? 10 C’est toi qui es fort dans ce semblant de conflit. 11 Et tu n’as pas besoin de défense. 12 Tout ce qui a besoin de défense, tu n’en veux pas, car n’importe quoi qui a besoin de défense t’affaiblira.

2. Considère pour quoi l’ego veut des défenses. 2 Toujours pour justifier ce qui va à l’encontre de la vérité, défie la raison et n’a aucun sens. 3 Cela peut-il être justifié ? 4 Cela peut-il être autre chose qu’une invitation à l’insanité, pour te sauver de la vérité ? 5 Et de quoi voudrais-tu être sauvé, sinon de ce dont tu as peur ? 6 La croyance dans le péché a besoin de grandes défenses, et à un coût énorme. 7 Tout ce que t’offre le Saint-Esprit, il faut t’en défendre et le sacrifier. 8 Car le péché est un bloc taillé dans ta paix et posé entre toi et son retour.

3. Or comment la paix peut-elle être si fragmentée ? 2 Elle est encore entière et rien ne lui a été pris. 3 Vois comme les moyens et les matériaux des rêves mauvais ne sont rien. 4 En vérité toi et ton frère vous tenez ensemble, sans rien entre les deux. 5 Dieu vous tient la main, et que peut séparer ceux qu’Il a joints ne faisant qu’un avec Lui ? 6 C’est contre ton Père que tu voudrais te défendre. 7 Or il reste impossible d’exclure l’amour. 8 Dieu repose avec toi dans la quiétude, non défendu et entièrement non défendant, car dans ce seul état de quiétude sont la force et le pouvoir. 9 Ici nulle faiblesse ne peut entrer, car ici il n’y a pas d’attaque et donc pas d’illusions. 10 L’amour repose dans la certitude. 11 Seule l’incertitude peut être défensive. 12 Et toute incertitude est doute sur toi-même.

4. Comme la peur est faible; comme elle est petite et in-signifiante. 2 Comme elle est in-signifiante devant la force quiète de ceux que l’amour a joints ! 3 Voilà ton “ennemi” : une souris effrayée qui voudrait attaquer l’univers. 4 Quelles sont ses chances de succès ? 5 Peut-il être difficile de faire fi de ses faibles couinements, qui disent son omnipotence et voudraient noyer l’hymne à la louange de son Créateur que tous les cœurs dans l’univers chantent à jamais d’une seule voix ? 6 Lequel est le plus fort ? 7 Cette minuscule souris ou tout ce que Dieu a créé ? 8 Ce n’est pas par cette souris que vous êtes joints, toi et ton frère, mais par la Volonté de Dieu. 9 Et une souris peut-elle trahir ceux que Dieu a joints ?

5. Si seulement tu reconnaissais comme c’est peu de chose qui se dresse entre toi et la conscience de ton union avec ton frère ! 2 Ne te laisse pas tromper par l’illusion qu’il donne de taille et d’épaisseur, de poids, de solidité et de fermeté de fondements. 3 Oui, aux yeux du corps, cela ressemble à un énorme corps solide, aussi inamovible qu’une montagne. 4 Or au-dedans de toi est une Force à laquelle aucune illusion ne peut résister. 5 Ce corps n’est inamovible qu’en apparence : cette Force est irrésistible en vérité. 6 Que doit-il donc arriver, lorsqu’ils se rencontrent ? 7 Est-ce que l’illusion d’inamovibilité peut longtemps être défendue contre ce qui a tranquillement passé au-travers et au-delà ?

6. N’oublie pas : quand tu sens le besoin surgir d’être sur la défensive à n’importe quel sujet, tu t’es identifié toi-même à une illusion. 2 Et tu sens par conséquent que tu es faible parce que tu es seul. 3 Tel est le coût de toutes les illusions. 4 Il n’en est pas une qui ne repose sur la croyance que tu es séparé. 5 Pas une qui ne semble se dresser, pesante, solide et inamovible, entre toi et ton frère. 6 Et pas une sur laquelle la vérité ne puisse passer légèrement et si facilement que tu dois être convaincu, malgré ce que tu pensais qu’elle était, qu’elle n’est rien. 7 Si tu pardonnes à ton frère, c’est ce qui doit arriver. 8 Car c’est ton indésir de passer sur ce qui semble se dresser entre toi et ton frère qui le fait paraître impénétrable et défend l’illusion de son inamovibilité.

UCEM~LEÇON 76 – Je ne suis soumis à aucune loi, sauf celles de Dieu.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 76 - Je ne suis soumis à aucune loi, sauf celles de Dieu., Un Cours en Miracles on mars 17, 2009 at 1:25

Jesus

La leçon ici

1. Nous avons vu plus tôt combien de choses insensées t’ont semblé être le salut. 2 Chacune t’a emprisonné avec des lois aussi insensées qu’elle-même. 3 Tu n’es pas lié par elles. 4 Or pour comprendre qu’il en est ainsi, tu dois d’abord te rendre compte que le salut ne réside pas là. 5 Tant que tu le cherches en des choses qui n’ont pas de signification, tu te lies à des lois qui n’ont aucun sens. 6 Ainsi tu cherches à prouver que le salut est là où il n’est pas.

2. Aujourd’hui nous nous réjouirons que tu ne puisses pas le prouver. 2 Car si tu le pouvais, tu chercherais pour toujours le salut là où il n’est pas, et jamais tu ne le trouverais. 3 L’idée d’aujourd’hui te dit encore une fois combien le salut est simple. 4 Cherche-le là où il t’attend, et c’est là que tu le trouveras. 5 Ne cherche nulle part ailleurs, car il n’est nulle part ailleurs.

3. Pense à la liberté qu’il y a à reconnaître que tu n’es pas lié par toutes les lois étranges et distordues que tu as échafaudées pour te sauver. 2 Tu penses vraiment que tu mourrais de faim si tu n’avais pas des tas de bandes de papiers verts et des piles de disques métalliques. 3 Tu penses réellement qu’une petite pastille ronde ou qu’un quelconque liquide projeté dans tes veines par une aiguille pointue préviendront la maladie et la mort. 4 Tu penses vraiment que tu es seul à moins qu’un autre corps ne soit avec toi.

4. C’est l’insanité qui pense ces choses. 2 Tu les appelles lois et tu les ranges sous différents noms dans un long catalogue de rituels qui n’ont aucune utilité et ne servent aucun but. 3 Tu penses que tu dois obéir aux “lois” de la médecine, de l’économie et de la santé. 4 Protège le corps et tu seras sauvé.

5. Ce ne sont pas des lois mais de la folie. 2 Le corps est mis en danger par l’esprit qui se blesse lui-même. 3 Le corps ne souffre que pour que l’esprit ne voie pas qu’il est sa propre victime. 4 La souffrance du corps est un masque que tient l’esprit pour cacher ce qui souffre réellement. 5 Il ne veut pas comprendre qu’il est son propre ennemi, qu’il s’attaque lui-même et qu’il veut mourir. 6 C’est de cela que tes “lois” voudraient sauver le corps. 7 C’est pour cela que tu penses être un corps.

6. Il n’y a d’autres lois que les lois de Dieu. 2 Cela a besoin d’être répété, maintes et maintes fois, jusqu’à ce que tu te rendes compte que cela s’applique à tout ce que tu as fait en opposition à la Volonté de Dieu. 3 Ta magie ne signifie rien. 4 Ce qu’elle est censée sauver n’existe pas. 5 Seulement ce qu’elle est censée cacher te sauvera.

7. Les lois de Dieu ne peuvent jamais être remplacées. 2 Nous consacrerons cette journée à nous réjouir qu’il en soit ainsi. 3 Ce n’est plus une vérité que nous voudrions cacher. 4 Nous nous rendons compte plutôt que c’est une vérité qui nous garde libres à jamais. 5 La magie emprisonne, mais les lois de Dieu rendent libre. 6 La lumière est venue parce qu’il n’y a d’autres lois que les Siennes.

8. Aujourd’hui nous commencerons les périodes d’exercice plus longues par une brève revue des différentes sortes de “lois” auxquelles nous avons cru devoir obéir. 2 Parmi celles-ci pourraient compter, par exemple, les “lois” de la nutrition, de l’immunisation, de la médication et de la protection du corps d’innombrables façons. 3 Continue ta réflexion : tu crois aux “lois” de l’amitié, des “bonnes” relations et de la réciprocité. 4 Tu penses peut-être même qu’il y a des lois qui stipulent ce qui est à Dieu et ce qui est à toi. 5. De nombreuses “religions” sont fondées là-dessus. 6 Elles ne voudraient pas sauver mais damner au nom du Ciel. 7 Pourtant elles ne sont pas plus étranges que ces autres “lois” auxquelles tu maintiens qu’il faut obéir pour assurer ta sécurité.

9. Il n’y a aucune loi, sauf celles de Dieu. 2 Écarte aujourd’hui toutes sottes croyances magiques et tiens ton esprit dans un état silencieux où il est prêt à entendre la Voix qui te dit la vérité. 3 Tu écouteras Celui Qui dit qu’il n’y a pas de perte sous les lois de Dieu. 4 Nul paiement n’est donné ni reçu. 5 Il ne peut se faire d’échange, il n’y a pas de substitut; et rien n’est remplacé par quelque chose d’autre. 6 Les lois de Dieu donnent pour toujours et ne prennent jamais.

10. Entends Celui Qui te dit cela et rends-toi compte comme sont sottes les “lois” dont tu pensais qu’elles soutenaient le monde que tu pensais voir. 2 Puis continue à écouter. 3 Il t’en dira plus. 4 Sur l’Amour que ton Père a pour toi. 5 Sur la joie infinie qu’Il t’offre. 6 Sur la soif qu’Il a de Son seul Fils, créé pour être Son canal pour la création; à Lui nié par sa croyance en l’enfer.

11. Ouvrons-Lui aujourd’hui Ses canaux, et que Sa Volonté s’étende à travers nous jusqu’à Lui. 2 Ainsi la création est infiniment augmentée. 3 Sa Voix nous parlera de cela, aussi bien que des joies du Ciel que Ses lois gardent à jamais illimitées. 4 Nous répèterons l’idée d’aujourd’hui jusqu’à ce que nous ayons écouté puis compris qu’il n’y a aucune loi, sauf celles de Dieu. 5 Alors nous nous dirons, comme une consécration qui conclura la période d’exercice :

6 Je ne suis soumis à aucune loi, sauf celles de Dieu.

12. Nous répèterons cette consécration aussi souvent que possible aujourd’hui : au moins quatre ou cinq fois par heure ainsi qu’en réponse à toute tentation de nous sentir soumis à d’autres lois au cours de la journée. 2 Par là nous déclarons que nous sommes libres de tout danger et de toute tyrannie. 3 Par là nous admettons que Dieu est notre Père, et que Son Fils est sauvé.

L’inspiration

Le Guide vers le salut (T-5.III ici)

1. La façon de reconnaître ton frère est de reconnaître le Saint-Esprit en lui. 2 J’ai déjà dit que le Saint-esprit est le Pont pour le transfert de la perception à la connaissance, de sorte que nous pouvons utiliser ces termes comme s’ils étaient reliés, parce qu’ils le sont dans Son Esprit. 3 Cette relation doit être dans Son Esprit parce que, si elle ne l’était pas, la séparation entre les deux façons de penser ne serait pas susceptible de guérison. 4 Il fait partie de la Sainte Trinité, parce que Son Esprit est en partie le tien et en partie aussi Celui de Dieu. 5 Cela demande clarification, non dans les termes mais dans l’expérience.

2. Le Saint-Esprit est l’idée de guérison. 2 Étant pensée, l’idée gagne à être partagée. 3 Étant l’Appel pour Dieu, c’est aussi l’idée de Dieu. 4 Puisque tu fais partie de Dieu, c’est aussi l’idée de toi-même, ainsi que de toutes Ses créations. 5 L’idée du Saint-Esprit a les mêmes propriétés que les autres idées parce qu’elle obéit aux lois de l’univers dont elle fait partie. 6 Elle est renforcée en étant donnée. 7 Elle augmente en toi quand tu la donnes à ton frère. 8 Ton frère n’a pas à être conscient du Saint-Esprit en lui-même ou en toi pour que le miracle se produise. 9 Peut-être comme toi a-t-il dissocié l’Appel pour Dieu. 10 Cette dissociation est guérie en vous deux quand tu prends conscience de l’Appel pour Dieu en lui, et reconnais ainsi Son être.

3. Il y a deux façons diamétralement opposées de voir ton frère. Les deux doivent être dans ton esprit parce que tu es celui qui perçois. 3 Elles doivent aussi être dans le sien parce que c’est lui que tu perçois. 4 Vois-le par le Saint-Esprit dans son esprit, et tu Le reconnaîtras dans le tien. 5 Ce que tu reconnais en ton frère, tu le reconnais en toi; et ce que tu partages, tu le renforces.

4. La Voix du Saint-Esprit est faible en toi. 2 C’est pourquoi tu dois La partager. 3 Sa force doit d’abord être augmentée avant que tu puisses L’entendre. 4 Il est impossible de L’entendre en toi-même tant qu’Elle est si faible dans ton esprit. 5 Elle n’est pas faible en Elle-même, mais Elle est limitée par ton indésir de L’entendre. 6 Si tu fais l’erreur de chercher le Saint-Esprit en toi seul, tes pensées t’effraieront parce que, en adoptant le point de vue de l’ego, tu entreprends un voyage qui est étranger à l’ego avec l’ego, comme guide. 7 Cela ne peut pas manquer de produire la peur.

5. Les retards sont de l’ego, parce que le temps est son concept. 2 Ni le temps ni les retards n’ont de signification dans l’éternité. 3 J’ai dit plus tôt que le Saint-Esprit était la Réponse de Dieu à l’ego. 4 Tout ce que le Saint-Esprit te rappelle est en opposition directe avec les notions de l’ego, parce que les perceptions vraies et fausses sont elles-mêmes opposées. 5 Le Saint-Esprit a pour tâche de défaire ce que l’ego a fait. 6 Il le défait au niveau même où opère l’ego, sinon l’esprit serait incapable de comprendre le changement.

6. J’ai souligné à maintes reprises qu’un niveau de l’esprit n’est pas compréhensible à un autre. 2 Il en va ainsi de l’ego et du Saint-Esprit; du temps et de l’éternité. 3 L’éternité est une idée de Dieu, ainsi le Saint-Esprit la comprend-Il parfaitement. 4 Le temps est une croyance de l’ego, l’accepte-t-elle sans poser de questions. 5 Le seul aspect du temps qui soit éternel est maintenant.

7. Le Saint-Esprit est le Médiateur entre les interprétations de l’ego et la connaissance du pur-esprit. 2 Son aptitude à user des symboles Lui permet de travailler avec les croyances de l’ego dans son propre langage. 3 Son aptitude à regarder au-delà des symboles jusque dans l’éternité Lui permet de comprendre les lois de Dieu, pour lesquelles Il parle. 4 Il peut donc accomplir la fonction qui consiste à réinterpréter ce que l’ego fait, non pas en détruisant mais en comprenant. 5 La compréhension est lumière, et la lumière conduit à la connaissance. 6 Le Saint-Esprit est en lumière parce qu’il est en toi qui es lumière, mais toi tu ne connais pas cela. 7 C’est donc la tâche du Saint-Esprit de te réinterpréter au nom de Dieu.

8. Tu ne peux pas te comprendre seul. 2 C’est que tu ne signifies rien à part de ta juste place dans la Filialité, et la juste place de la Filialité est Dieu. 3 C’est cela ta vie, ton éternité et ton Soi. 4 C’est cela que le Saint-Esprit te rappelle. 5 C’est cela que le Saint-Esprit voit. 6 Cette vision effraie l’ego parce qu’elle est si calme. 7 La paix est le plus grand ennemi de l’ego parce qu’elle est si calme. 7 La paix est le plus grand ennemi de l’ego parce que, selon son interprétation de la réalité, la guerre est la garantie de sa survie. 8 L’ego devient fort dans  la dissension. 9 Si tu crois qu’il y a dissension, tu réagiras avec méchanceté, parce que l’idée de danger est entrée dans ton esprit. 10 L’idée elle-même est un appel à l’ego. 11 Le Saint-Esprit est aussi vigilant que l’ego face à l’appel au danger, lui opposant Sa Force tout comme l’ego lui fait accueil. 12 Pour aller à l’encontre de cet accueil, le Saint-Esprit accueille la paix. 13 L’éternité et la paix sont aussi étroitement reliées que le sont le temps et la guerre.

9. La perception tire une signification des relations. 2 Celles que tu acceptes sont les fondements de tes croyances. 3 La séparation n’est qu’un autre terme pour un esprit divisé. 4 L’ego est le symbole de la séparation, tout comme le Saint-Esprit est le symbole de la paix. 5 Ce que tu perçois en autrui, tu le renforces en toi-même. 6 Tu peux laisser ton esprit malpercevoir, mais le Saint-Esprit laisse ton esprit réinterpréter ses propres malperceptions.

10. Le Saint-Esprit est le parfait Enseignant. 2 Il utilise seulement ce que ton esprit comprend déjà pour t’enseigner que tu ne le comprends pas. 3 Le Saint-Esprit sait s’y prendre avec un apprenant récalcitrant sans aller à l’encontre de son esprit, parce qu’une partie de celui-ci est encore pour Dieu. 4 En dépit des tentatives de l’ego pour la dissimuler, cette partie est encore beaucoup plus forte que l’ego, même si l’ego ne la reconnaît pas. 5 Le Saint-Esprit la reconnaît parfaitement parce qu’elle est Sa Propre demeure; le lieu dans l’esprit où il est chez Lui. 6 Toi aussi, tu es là chez toi, parce que c’est un lieu de paix, et la paix est de Dieu. 7 Toi qui fais partie de Dieu, tu n’es pas chez toi, sauf dans Sa paix. 8 Si la paix est éternelle, tu n’es chez toi que dans l’éternité.

11. L’ego a fait le monde comme il le perçoit, mais le Saint-Esprit, Qui réinterprète ce que l’ego a fait, voit le monde comme un mécanisme d’enseignement pour te ramener chez toi. 2 Le Saint-Esprit doit percevoir le temps, et le réinterpréter en l’intemporel. 3 Il doit travailler avec des opposés, parce qu’Il doit travailler avec et pour un esprit qui est en opposition. 4 Corrige et apprends, et sois ouvert à l’apprentissage. 5 Tu n’as pas fait la vérité, mais la vérité peut encore te rendre libre. 6 Regarde comme le Saint-Esprit regarde; comprends comme Il comprend. 7 Sa compréhension se retourne vers Dieu en mémoire de moi. 8 Il est toujours en communion avec Dieu, et Il fait partie de toi. 9 Il est ton Guide vers le salut, parce qu’il tient la mémoire des choses passées et à venir, et les amène au présent. 10 Il tient doucement cette joie dans ton esprit, te demandant seulement de l’augmenter en Son Nom, en la partageant afin d’augmenter Sa  joie en toi.

UCEM~LEÇON 75 – La lumière est venue.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 75 - La lumière est venue., Un Cours en Miracles on mars 16, 2009 at 1:22

16 mars ~ et-au-bout-la-lumiere_article_large

La leçon ici

1. La lumière est venue. 2 Tu es guéri et tu peux guérir. 3 La lumière est venue. 4 Tu es sauvé et tu peux sauver. 5 Tu es en paix et tu apportes la paix avec toi partout où tu vas. 6 Ténèbres, tumulte et mort ont disparu. 7 La lumière est venue.

2. Aujourd’hui, nous célébrons la fin heureuse de ton long rêve de désastre. 2 Il n’y a pas de sombres rêves maintenant. 3 La lumière est venue. 4 Aujourd’hui commence le temps de la lumière pour toi et pour tous. 5 C’est une ère nouvelle, dans laquelle est né un nouveau monde. 6 L’ancien n’y a laissé aucune trace sur son passage. 7 Aujourd’hui nous voyons un monde différent, parce que la lumière est venue.

3. Nos exercices d’aujourd’hui seront des exercices heureux pendant lesquels nous rendrons grâce de la disparition de l’ancien et du commencement du nouveau. 2 Il ne reste pas d’ombres du passé pour enténébrer notre vue et cacher le monde que nous offre le pardon. 3 Aujourd’hui nous allons accepter le nouveau monde pour ce que nous voulons voir. 4 Ce que nous désirons nous sera donné. 5 Nous voulons voir la lumière; la lumière est venue.

4. Nos périodes d’exercice plus longues seront consacrées à regarder le monde que nous montre notre pardon. 2. C’est cela et cela seul que nous voulons voir. 3. Parce que notre but est indivisé, il est inévitable. 4 Aujourd’hui le monde réel se lève devant nous dans la joie, pour enfin être vu. 5 La vue nous est donnée, maintenant que la lumière est venue.

5. Nous ne voulons pas voir l’ombre de l’ego sur le monde aujourd’hui. 2 Nous voyons la lumière et en elle nous voyons le reflet du Ciel s’étendre sur le monde. 3 Commence les périodes d’exercice plus longues en te disant la bonne nouvelle de ta délivrance :

4 La lumière est venue. 5 J’ai pardonné au monde.

6. Ne t’attarde pas sur le passé aujourd’hui. 2 Garde un esprit complètement ouvert, lavé de toutes les idées passées et nettoyé de chaque concept que tu as fait. 3 Tu as pardonné au monde aujourd’hui. 4 Tu peux le regarder maintenant comme si tu ne l’avais jamais vu auparavant. 5 Tu ne sais pas encore de quoi il a l’air. 6 Tu attends simplement qu’il te soit montré. 7 Pendant que tu attends, répète plusieurs fois, lentement et avec une complète patience :

8 La lumière est venue. 9 J’ai pardonné au monde.

7. Rends-toi compte que ton pardon te donne droit à la vision. 2 Comprends que le Saint-Esprit ne manque jamais de donner le don de la vue à ceux qui pardonnent. 3 Crois qu’Il ne te décevra pas maintenant. 4 Tu as pardonné au monde. 5 Il sera avec toi tandis que tu regardes et attends. 6 Il te montrera ce que voit la véritable vision. 7 C’est Sa Volonté, et tu t’es joint à Lui. 8 Attends-Le patiemment. 9 Il sera là. 10 La lumière est venue. 11 Tu as pardonné au monde.

8. Dis-Lui que tu sais que tu ne peux pas échouer parce que tu as confiance en Lui. 2 Et dis-toi que tu attends en toute certitude de voir le monde qu’Il t’a promis. 3 Désormais, tu verras différemment. 4 Aujourd’hui la lumière est venue. 5 Et tu verras le monde qui t’a été promis depuis le commencement des temps, et dans lequel la fin des temps est assurée.

9. Les périodes d’exercice plus courte seront aussi de joyeux rappels de ta délivrance. 2 Rappelle-toi environ tous les quarts d’heure qu’aujourd’hui est un temps de célébration particulière. 3 Rends grâce de la miséricorde et de l’Amour de Dieu. 4 Réjouis-toi du pouvoir qu’a le pardon de guérir ta vue complètement. 5 Sois assuré qu’il y a en ce jour un nouveau commencement. 6 Sans les ténèbres du passé sur tes yeux, tu ne peux manquer de voir aujourd’hui. 7 Et ce que tu verras sera si bienvenu que tu seras heureux d’étendre cette journée à jamais.

10. Alors dis :

2 La lumière est venue. 3 J’ai pardonné au monde.

4 Si tu devais être tenté, dis à quiconque semble te ramener dans les ténèbres :

5 La lumière est venue. 6 Je t’ai pardonné.

11. Nous dédions cette journée à la sérénité dans laquelle Dieu voudrait que tu sois. 2 Garde-la dans la conscience que tu as de toi-même et vois-la partout aujourd’hui, tandis que nous célébrons le commencement de ta vision et la vue du monde réel, qui est venu remplacer le monde impardonné que tu pensais réel.

L’inspiration

Entièreté et pur-esprit (T-1.V ici)

1. Le miracle ressemble beaucoup au corps en ceci qu’ils sont tous deux des aides à l’apprentissage servant à faciliter un état dans lequel ils ne sont plus nécessaires. 2 Lorsqu’est atteint l’état originel de communication directe du pur-esprit, ni le corps ni le miracle ne servent plus aucun but. 3 Tant que tu crois que tu es dans un corps, toutefois, tu peux choisir entre des canaux d’expression qui sont soit sans amour, soit miraculeux. 4 Tu peux faire une coquille vide, mais tu ne peux pas ne rien exprimer du tout. 5 Tu peux attendre, retarder, te paralyser ou réduire ta créativité à presque rien. 6 Mais tu ne peux pas l’abolir. 7 Tu peux détruire ton moyen de communication mais point ton potentiel. 8 Tu ne t’es pas créé toi-même.

2. Pour qui a l’esprit de miracle, la décision fondamentale est de ne pas attendre plus qu’il n’est nécessaire que le temps vienne. 2 Le temps peut gaspiller autant qu’être gaspillé. 3 Par conséquent, le faiseur de miracles accepte avec joie le facteur de contrôle du temps. 4 Il reconnaît que toute compression du temps rapproche chacun de l’ultime délivrance du temps, dans laquelle le Fils et le Père ne font qu’un. 5 Égalité ne veut pas dire égalité maintenant. 6 Quand chacun aura reconnu qu’il a tout, les contributions individuelles à la Filialité ne seront plus nécessaires.

3. Quand l’Expiation aura été complétée, tous les talents seront partagés par tous les Fils de Dieu. 2 Dieu n’est pas partial. 3 Tous Ses enfants ont Son Amour total, et tous Ses dons sont librement et pareillement donnés à tous. 4 « Si vous ne devenez comme les petits enfants » signifie qu’à moins de reconnaître pleinement ta complète dépendance de Dieu, tu ne peux pas connaître la puissance réelle du Fils dans sa relation véritable avec le Père. 5 La particularité des Fils de Dieu ne découle pas de l’exclusion mais de l’inclusion. 6 Tous mes frères sont particuliers. 7 S’ils se croient privés de quelque chose, leur perception se distord. 8 Quand cela se produit, c’est la famille entière de Dieu, ou la Filialité, dont les relations se détériorent.

4. À la fin chaque membre de la famille de Dieu doit retourner. 2 Le miracle l’appelle à retourner parce qu’il le bénit et l’honore même s’il est absent dans le pur-esprit. 3 « On ne se moque pas de Dieu » n’est pas une mise en garde mais un encouragement. 4 On se moquerait de Dieu si l’une de Ses créations manquait de sainteté. 5 La création est entière et la marque de l’entièreté est la sainteté. 6 Les miracles sont des affirmations de la Filialité, qui est un état de complétude et d’abondance.

5. Ce qui est vrai est éternel et ne peut changer ni être changé. 2 Le pur-esprit est donc inaltérable parce qu’il est déjà parfait, mais l’esprit peut décider ce qu’il choisit de servir. 3 La seule limite imposée à son choix est qu’il ne peut servir deux maîtres. 4 S’il choisit de le faire, l’esprit peut devenir le moyen par lequel le pur-esprit crée dans le sens de sa propre création. 5 S’il ne choisit pas librement de le faire, il conserve son potentiel créateur mais se soumet à un contrôle tyrannique plutôt qu’à celui de l’Autorité. 6 Le résultat est qu’il emprisonne, parce que tels sont les diktats des tyrans. 7 Changer d’esprit signifie le mettre à la disposition de la véritable Autorité.

6. Le miracle est signe que l’esprit a choisi d’être conduit par moi au service du Christ. 2 L’abondance du Christ est le résultat naturel d’avoir choisi de Le suivre. 3 Toutes les racines superficielles doivent être arrachées parce qu’elles ne sont pas assez profondes pour te soutenir. 4 L’illusion voulant qu’on puisse enfouir plus profondément des racines superficielles, et faire ainsi qu’elles tiennent, est l’une des distorsions sur lesquelles repose l’inverse de la Règle d’Or. 5 À mesure que ces fausses fondations sont abandonnées, l’équilibre est ressenti temporairement comme étant instable. 6 Toutefois, il n’y a rien de moins stable qu’une orientation sens dessus dessous. 7 Et rien de ce qui la maintient sens dessus dessous ne peut contribuer à accroître la stabilité.

UCEM~LEÇON 74 – Il n’est de volonté que Celle de Dieu.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 74 - Il n’est de volonté que Celle de Dieu., Un Cours en Miracles on mars 15, 2009 at 2:48

15 mars ~ PF243~La-creation-d-Adam-main-Affiches

La leçon ici

1. L’idée d’aujourd’hui peut être considérée comme la pensée centrale vers laquelle sont dirigés tous nos exercices. 2 La Volonté de Dieu est la seule qui soit. 3 Quand tu as reconnu cela, tu as reconnu que ta volonté est la Sienne. 4 La croyance que le conflit est possible a disparu. 5 La paix a remplacé l’idée étrange que tu est déchiré par des buts conflictuels. 6 En tant qu’expression de la Volonté de Dieu, tu n’as d’autre but que le Sien.

2. Il ya une grande paix dans l’idée d’aujourd’hui, et les exercices d’aujourd’hui vont dans la direction pour la trouver. 2 L’idée même est entièrement vraie. 3 Par conséquent, elle ne peut pas engendrer d’illusions. 4 Sans illusions, le conflit est impossible. 5 Essayons de reconnaître cela aujourd’hui et d’éprouver la paix qu’apporte cette re-connaissance.

3. Commence les périodes d’exercice plus longues en répétant ces pensées plusieurs fois, lentement, avec la ferme détermination de comprendre ce qu’elles signifient et de les garder à l’esprit :

2 Il n’est de volonté que Celle de Dieu. 3 Je ne peux pas être en conflit.

4 Ensuite, passe plusieurs minutes à ajouter quelques pensées qui s’y rapportent, telles que :

5 Je suis en paix.

6 Rien ne peut me déranger. 7 Ma volonté est Celle de Dieu.

8 Ma volonté et Celle de Dieu ne font qu’un.

9 Dieu veut la paix pour Son Fils.

10 Pendant cette phase d’introduction, assure-toi de t’occuper rapidement de toute pensée conflictuelle qui pourrait te traverser l’esprit. 11 Dis-toi immédiatement :

12 Il n’est de volonté que Celle de Dieu. 13 Ces pensées conflictuelles sont in-signifiantes.

4. S’il y a une zone de conflit qui semble particulièrement difficile à résoudre, isole-la pour lui accorder une considération particulière. 2 Penses-y brièvement mais très concrètement, en identifiant la ou les personnes et situations en cause, et dis-toi :

3 Il n’est de volonté que Celle de Dieu. 4 Je la partage avec Lui. 5 Mes conflits à propos de _____ ne peuvent être réels.

5. Après t’être dégagé l’esprit de cette façon, ferme les yeux et essaie d’éprouver la paix à laquelle ta réalité te donne droit. 2 Immerge-toi en elle et sens-la se refermer autour de toi. 3 Peut-être auras-tu quelque tentation de prendre ces tentatives pour un repli sur soi, mais la différence est facile à détecter. 4 Si tu réussis, tu éprouveras une joie profonde et une plus grande vivacité, plutôt qu’une espèce de somnolence et d’amollissement.

6. La paix se caractérise par la joie. 2 Par cette expérience, tu reconnaîtras que tu l’as atteinte. 3 Si tu sens que tu te replies sur toi, répète vite l’idée d’aujourd’hui et essaie encore une fois. 4 Fais-le aussi souvent que nécessaire. 5 Tu peux être sûr de gagner beaucoup à refuser de permettre ce repli sur soi, même si tu n’éprouves pas la paix que tu cherches.

7. Pendant les périodes plus courtes, qui devraient être entreprises aujourd’hui à intervalles réguliers et fixés par avance, dis-toi :

2 Il n’est de volonté que Celle de Dieu. 3 Je cherche Sa paix aujourd’hui.

4 Puis essaie de trouver ce que tu cherches. 5 Il serait bon d’y passer une minute ou deux toutes les demi-heures aujourd’hui, les yeux fermés si possible.

L’inspiration

Le Fils non coupable de Dieu (T-13.II ici)

1. Le but ultime de la projection est toujours de se débarrasser de la culpabilité. 2 Or, d’une façon caractéristique, l’ego tente de se débarrasser de la culpabilité uniquement de son point de vue, car autant l’ego veut retenir la culpabilité, autant tu la trouves intolérable, puisque la culpabilité fait obstacle à ton souvenir de Dieu, Dont l’attraction est si forte que tu ne peux y résister. 3 Sur ce point, donc, se produit la plus profonde de toutes les divisions, car si tu dois retenir la culpabilité, ce sur quoi l’ego insiste, tu ne peux pas être toi. 4 C’est seulement en te persuadant qu’il est toi que l’ego peut t’induire à projeter la culpabilité et ainsi à la garder dans ton esprit.

2. Considère pourtant comme c’est une étrange solution que cet arrangement de l’ego. 2 Tu projettes la culpabilité pour t’en débarrasser, mais en fait tu la dissimules simplement. 3 Tu éprouves bel et bien de la culpabilité mais pourquoi, tu n’en as aucune idée. 4 Au contraire, tu l’associes à un bizarre assortiment d’« idéaux de l’ego » qu’il prétend que tu aurais déçu. 5 Or tu n’as pas idée que c’est le Fils de Dieu que tu déçois en le voyant comme coupable. 6 Croyant que tu n’es plus toi, tu ne te rends pas compte que tu te déçois toi-même.

3. De toutes les pierres angulaires que tu caches, la plus noire tient ta croyance en la culpabilité loin de ta conscience. 2 Car en ce lieu secret et ténébreux est la compréhension que tu as trahi le Fils de Dieu en le condamnant à mort. 3 Tu ne soupçonnes même pas que cette idée meurtrière mais insane est cachée là, car la pulsion destructrice de l’ego est si intense que rien de moins que la crucifixion du Fils de Dieu ne peut jamais le satisfaire. 4 Il ne sait pas qui est le Fils de Dieu parce qu’il est aveugle. 5 Mais qu’il perçoive la non-culpabilité où que ce soit et il essaiera de la détruire parce qu’il a peur.

4. Pour une large part, l’étrange conduite de l’ego est directement imputable à la façon dont il définit la culpabilité. 2 Pour l’ego, les non coupables sont coupables. 3 Ceux qui n’attaquent pas sont ses « ennemis » parce qu’en n’accordant pas de valeur à son interprétation du salut, ils sont en excellente position pour en lâcher prise. 4 Ils se sont approchés de la pierre angulaire la plus noire et la plus profonde des fondements de l’ego, et bien que l’ego puisse supporter que tu remettes tout le reste en question, il protège ce seul secret au risque de sa vie car son existence dépend du maintien de ce secret. 5 C’est donc ce secret que nous devons regarder, car l’ego ne peut pas te protéger contre la vérité, et en sa présence l’ego est dissipé.

5. Dans la calme lumière de la vérité, reconnaissons que tu crois avoir crucifié le Fils de Dieu. 2 Tu n’as pas admis ce « terrible » secret parce que tu souhaiterais encore le crucifier si tu pouvais le trouver. 3 Or le souhait te l’a caché parce qu’il est très effrayant, et tu as donc peur de le trouver. 4 Ce souhait de te tuer toi-même, tu t’en es occupé en ne connaissant pas qui tu es et en t’identifiant à autre chose. 5 Tu as projeté la culpabilité aveuglément et sans discrimination, mais tu n’en as pas découvert la source. 6 Car il est vrai que l’ego veut te tuer, et si tu t’identifies à lui tu dois croire que son but est le tien.

6. J’ai dit que la crucifixion était le symbole de l’ego. 2 Quand il a été confronté à la réelle non-culpabilité du Fils de Dieu, il a tenté de le tuer, et la raison qu’il a donnée était que la non-culpabilité était un blasphème contre Dieu. 3 Pour l’ego, c’est l’ego qui est Dieu, et la non-culpabilité doit être interprétée comme l’ultime culpabilité qui justifie pleinement le meurtre. 4 Tu ne comprends pas encore qu’en dernière analyse toute peur que tu éprouves relativement à ce cours provient de cette interprétation, mais si tu considères comment tu y réagis tu seras de plus en plus convaincu que c’est ainsi.

7. Ce cours a établi de façon explicite que son but pour toi est le bonheur et la paix. 2 Or tu en as peur. 3 Il t’a été dit maintes et maintes fois qu’il te rendra libre, or tu réagis parfois comme s’il essayait de t’emprisonner. 4 Tu le rejettes souvent plus volontiers que tu ne rejettes le système de pensée de l’ego. 5 Dans une certaine mesure, donc, tu dois croire qu’en n’apprenant pas le cours, tu te protèges. 6 Et tu ne te rends pas compte que seule ta non-culpabilité peut te protéger.

8. L’Expiation a toujours été interprétée comme la délivrance de la culpabilité, et cela est correct si elle est comprise. 2 Or même quand je l’interprète pour toi, il se peut que tu la rejettes et que tu ne l’acceptes pas pour toi-même. 3 Peut-être as-tu reconnu la futilité de l’ego et de ce qu’il t’offre, mais bien que tu n’en veuilles pas il se peut que tu ne regardes pas encore l’alternative avec joie. 4 À la limite, tu as peur de la rédemption et tu crois qu’elle te tuera. 5 Ne te méprends pas sur la profondeur de cette peur. 6 Car tu crois qu’en présence de la vérité tu pourrais te retourner contre toi-même et te détruire.

9. Petit enfant, il n’en est rien. 2 Ton « secret coupable » n’est rien, et si tu veux bien l’amener à la lumière, la lumière le dissipera. 3 Et alors aucun noir nuage ne restera plus entre toi et le souvenir de ton Père, car tu te souviendras de Son Fils non coupable, qui n’est pas mort parce qu’il est immortel. 4 Et tu verras que tu as été rédimé avec lui, et que tu n’as jamais été séparé de lui. 5 Dans cette compréhension réside ton souvenir, car c’est la re-connaissance de l’amour sans peur. 6 Il y aura une grande joie dans le Ciel à ton retour chez toi, et la joie sera tienne. 7 Car le fils rédimé de l’homme est le Fils non coupable de Dieu, et le reconnaître, lui, c’est ta rédemption.

UCEM~LEÇON 73 – Je veux que la lumière soit.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 73 - Je veux que la lumière soit., Un Cours en Miracles on mars 14, 2009 at 4:00

14 mars ~ et-la-lumiere-fut.72582

La leçon ici

1. Aujourd’hui nous considérons la volonté que tu partages avec Dieu. 2 Ce n’est pas la même chose que les vains souhaits de l’ego, d’où surgissent les ténèbres et le néant. 3 La volonté que tu partages avec Dieu a tout le pouvoir de la création en elle. 4 Les vains souhaits de l’ego ne sont pas partagés, donc ils n’ont pas du tout de pouvoir. 5 Ses souhaits ne sont pas vains en ce sens qu’ils peuvent faire un monde d’illusions dans lequel tu peux croire très fort. 6 Mais ils sont certes vains en ce qui concerne la création. 7 Ils ne font rien qui soit réel.

2. Les vains souhaits et les rancoeurs sont partenaires, ou cofaiseurs, dans la représentation du monde que tu vois. 2 Les souhaits de l’ego l’ont fait surgir, et les rancoeurs, dont l’ego a besoin, qui lui sont nécessaires pour le maintenir, le peuplent de figures qui semblent t’attaquer et réclamer un “juste” jugement. 3 Ces figures deviennent les intermédiaires que l’ego emploie pour faire le trafic des rancoeurs. 4 Ils se dressent entre ta conscience et la réalité de tes frères. 5 En les voyant, tu ne connais ni tes frères ni ton Soi.

3. Ta volonté est perdue pour toi dans ce troc étrange, où la culpabilité est échangée de main en main et où les rancoeurs augmentent avec chaque échange. 2 Est-ce qu’un tel monde peut avoir été créé par la Volonté que le Fils de Dieu partage avec son Père ? 3 Dieu a-t-Il créé le désastre pour Son Fils ? 4 La création est la Volonté des Deux ensemble. 5 Dieu créerait-Il un monde qui Le tue Lui-même ?

4. Aujourd’hui nous allons essayer une fois de plus d’atteindre le monde qui est en accord avec ta volonté. 2 La lumière est en lui parce qu’il ne s’oppose pas à la Volonté de Dieu. 3 Ce n’est pas le Ciel, mais la lumière du Ciel luit sur lui. 4 Les ténèbres ont disparu. 5 Les vains souhaits de l’ego en ont été retirés. 6 Or la lumière qui luit sur ce monde reflète ta volonté, et ce doit donc être en toi que nous la chercherons.

5. Ton image du monde ne peut que refléter ce qui est au-dedans. 2 Ni la source de la lumière ni celle des ténèbres ne peuvent se trouver au-dehors. 3 Les rancoeurs enténèbrent ton esprit et tu regardes un monde enténébré. 4 Le pardon lève les ténèbres, réaffirme ta volonté et te laisse voir un monde de lumière. 5 Nous avons souligné à maintes reprises que la barrière des rancoeurs est facile à franchir et qu’elle ne peut se dresser entre toi et ton salut. 6 La raison en est très simple. 7 Veux-tu réellement être en enfer ? 8 Veux-tu réellement pleurer, souffrir et mourir ?

6. Oublie les arguments de l’ego qui cherchent à prouver que tout cela est réellement le Ciel. 2 Tu sais qu’il n’en est rien. 3 Tu ne peux pas vouloir cela pour toi-même. 4 Il est un point au-delà duquel les illusions ne peuvent aller. 5 Souffrir n’est pas le bonheur, et c’est le bonheur que tu veux réellement. 6 Telle est ta volonté en vérité. 7 Ainsi le salut est-il aussi ta volonté. 8 Tu veux réussir dans ce que nous essayons de faire aujourd’hui. 9 Nous l’entreprenons avec ta bénédiction et ton accord joyeux.

7. Nous réussirons aujourd’hui si tu te souviens que tu veux le salut pour toi-même. 2 Tu veux accepter le plan de Dieu parce que tu y participes. 3 Tu n’as pas de volonté qui puisse réellement s’y opposer et tu ne veux pas le faire. 4 Le salut est pour toi. 5 Par-dessus tout, tu veux la liberté de te rappeler Qui tu es réellement. 6 Aujourd’hui c’est l’ego qui se tient impuissant devant ta volonté. 7 Ta volonté est libre et rien ne saurait prévaloir contre elle.

8. Par conséquent, nous entreprenons les exercices d’aujourd’hui avec une confiance heureuse, certains de trouver ce que tu as pour volonté de trouver, et de nous rappeler ce que tu as pour volonté de te rappeler. 2 Nul vain souhait ne peut nous retenir ni nous tromper par une illusion de force. 3 Aujourd’hui, laisse ta volonté être faite et mets fin à jamais à l’insane croyance que c’est l’enfer à la place du Ciel que tu choisis.

9. Nous commencerons nos périodes d’exercice plus longues en reconnaissant que le plan de Dieu pour le salut, et le Sien seul, est entièrement en accord avec ta volonté. 2 Ce n’est pas le but d’un pouvoir étranger qui t’est imposé contre ton gré. 3 C’est le seul but ici sur lequel toi et ton Père êtes en parfait accord. 4 Tu réussiras aujourd’hui, moment choisi pour la délivrance du Fils de Dieu de l’enfer et de tout vain souhait. 5 Sa volonté est maintenant rendue à sa conscience. 6 Il est désireux en ce jour même de voir la lumière en lui et d’être sauvé.

10. Après t’être rappelé cela, et t’être déterminé à garder ta volonté clairement à l’esprit, dis-toi avec une douce fermeté et une certitude tranquille :

2 Je veux que la lumière soit. 3 Laisse-moi voir la lumière qui reflète la Volonté de Dieu et la mienne.

4 Puis laisse ta volonté s’affirmer, jointe au pouvoir de Dieu et unie à ton Soi. 5 Mets le reste de la période d’exercice sous Leur direction. 6 Joins-toi à Eux, Qui te guident dans la voie.

11. Pendant les périodes d’exercice plus courtes, déclare à nouveau ce que tu veux réellement. 2 Dis :

3 Je veux que la lumière soit. 4 Les ténèbres ne sont pas ma volonté.

5 Cela devrait être répété plusieurs fois par heure. 6 Il est très important, toutefois, d’appliquer immédiatement l’idée d’aujourd’hui sous cette forme si tu es tenté d’avoir quelque rancoeur que ce soit. 7 Cela t’aidera à lâcher prise de tes rancoeurs, au lieu de les chérir et de les cacher dans les ténèbres.

L’inspiration

Comment le jugement est-il abandonné ? (M-10 ici)

1. Le jugement, comme les autres mécanismes par lesquels le monde des illusions se maintient, est totalement incompris du monde. 2 En fait, il est confondu avec la sagesse et se substitue à la vérité. 3 Selon l’usage que le monde fait du terme, un individu est capable de « bon » ou de « mauvais » jugement, et son éducation vise à renforcer le premier et à minimiser le second. 4 Il y a toutefois une confusion considérable quant à la signification de ces catégories. 5 Ce qui est un « bon » jugement pour l’un est un « mauvais » jugement pour un autre. 6 De plus, même la même personne classe la même action comme une preuve de « bon » jugement à un moment et de « mauvais » jugement à un autre moment. 7 Il n’est pas vraiment possible non plus d’enseigner des critères constants servant à déterminer ce que sont ces catégories. 8 À tout moment l’étudiant peut être en désaccord avec ce qu’en dit son aspirant enseignant, et il se peut très bien que l’enseignant lui-même ne soit pas constant dans ses croyances. 9 Un « bon » jugement, en ce sens, ne signifie rien. 10 Pas plus qu’un « mauvais ».

2. Il est nécessaire pour l’enseignant de Dieu de se rendre compte, non pas qu’il ne devrait pas juger, mais qu’il ne peut pas. 2 En abandonnant le jugement, il abandonne simplement ce qu’il n’avait pas. 3 Il abandonne une illusion, ou mieux : il a l’illusion d’abandonner. 4 En fait, il est simplement devenu plus honnête. 5 Comme il reconnaît qu’il lui a toujours été impossible de juger, il ne tente plus de le faire. 6 Cela n’est pas un sacrifice. 7 Au contraire, il se met dans une position où le jugement peut se faire à travers lui plutôt que par lui. 8 Et ce jugement n’est ni « bon » ni « mauvais ». 9 C’est le seul jugement qui soit, et il n’y en a qu’un : « Le Fils de Dieu est non coupable, et le péché n’existe pas. »

3. Le but de notre curriculum, contrairement au but visé par l’apprentissage du monde, est de reconnaître que le jugement au sens habituel est impossible. 2 Cela n’est pas une opinion mais un fait. 3 Pour juger quoi que ce soit correctement, il faudrait être pleinement conscient d’un éventail inconcevablement vaste de choses passées, présentes et à venir. 4 Il faudrait reconnaître à l’avance tous les effets de ses jugements sur tous ceux et tout ce qu’ils concernent d’une façon ou d’une autre. 5 Et il faudrait être certain qu’il n’y a pas de distorsion dans la perception, afin que le jugement soit entièrement équitable envers chacun de ceux sur qui il porte, maintenant et dans le futur. 6 Qui est en position de faire cela ? 7 Qui, sauf en des fantasmes de grandeur, prétendrait à cela ?

4. Rappelle-toi le nombre de fois où tu pensais connaître tous les « faits » dont tu avais besoin pour juger, et comme tu avais tort ! 2 Y a-t-il quelqu’un qui n’ait pas fait cette expérience ? 3 Voudrais-tu savoir combien de fois tu pensais simplement avoir raison, sans jamais te rendre compte que tu avais tort ? 4 Pourquoi choisirais-tu une base aussi arbitraire pour prendre des décisions ? 5 La sagesse n’est pas le jugement ; c’est le renoncement au jugement. 6 Ne porte donc plus qu’un jugement de plus. 7 Celui-ci : Il y a Quelqu’Un avec toi Dont le jugement est parfait. 8 Lui connaît tous les faits passés, présents et à venir. 9 Lui connaît tous les effets de Son jugement sur tous ceux et tout ce qu’il concerne de quelque façon que ce soit. 10 Et Il est entièrement équitable envers chacun, car il n’y a aucune distorsion dans Sa perception.

5. Par conséquent, dépose le jugement, non pas avec regret mais avec un soupir de gratitude. 2 Maintenant tu es libéré d’un fardeau si lourd que tu ne  pouvais que chanceler et t’écrouler sous son poids. 3 Et tout n’était qu’illusion. 4 Rien de plus. 5 Maintenant l’enseignant de Dieu peut se lever, soulagé de son fardeau, et continuer d’un pas léger. 6 Or ce n’est pas cela seul qui est son bénéfice. 7 Ses soucis ont disparu, car il n’en a pas. 8 Il s’en est départi avec le jugement. 9 Il s’est donné lui-même à Celui au jugement Duquel il a choisi maintenant de se fier, au lieu du sien. 10 Maintenant il ne fait pas d’erreurs. 11 Son Guide est sûr. 12 Et là où il était venu juger, il vient bénir. 13 Là où maintenant il rit, avant il venait pleurer.

6 Il n’est pas difficile de renoncer au jugement. 2 Mais il est certes difficile d’essayer de le garder. 3 L’enseignant de Dieu le dépose avec joie dès l’instant qu’il en reconnaît le coût. 4 Toute la laideur qu’il voit autour de lui en est la conséquence. 5 Toute la douleur qu’il regarde en est le résultat. 6 Toute la solitude et le sentiment de perte, de temps qui passe et de désespérance de plus en plus grande, de désespoir qui rend malade et de peur de la mort ; tout cela en est sorti. 7 Et maintenant il connaît que ces choses n’ont pas besoin d’être. 8 Pas une seule n’est vraie. 9 Car il a abandonné leur cause, et elles, qui ne furent jamais que les effets de son choix erroné, sont tombées de lui. 10 Enseignant de Dieu, cette étape t’apportera la paix. 11 Peut-il être difficile de ne vouloir que cela ?

UCEM~LEÇON 72 – Avoir des rancoeurs est une attaque contre le plan de Dieu pour le salut.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 72 - Avoir des rancoeurs est une attaque contre le plan de Dieu pour le salut., Un Cours en Miracles on mars 13, 2009 at 4:00

13 mars ~ kandinskybleujaunerouge

La leçon ici

1. Bien que nous ayons reconnu que le plan de l’ego pour le salut est l’opposé de celui de Dieu, nous n’avons pas encore souligné que c’est une attaque active contre Son plan et un effort délibéré pour le détruire. 2 Dans cette attaque, sont assignés à Dieu les attributs qui sont en fait associés à l’ego, tandis que l’ego paraît prendre les attributs de Dieu.

2. Le souhait fondamental de l’ego est de remplacer Dieu. 2 De fait, l’ego est l’incarnation physique de ce souhait. 3 Car ce souhait est ce qui semble entourer l’esprit d’un corps, le gardant séparé et seul, incapable d’atteindre d’autres esprits sauf par l’entremise du corps qui a été fait pour l’emprisonner. 4 Ce qui est une limite à la communication ne peut pas être le meilleur moyen d’étendre la communication. 5 C’est pourtant ce que l’ego voudrait te faire croire.

3. Bien que la tentative soit évidente ici, qui vise à garder les limitations qu’un corps imposerait, la raison pour laquelle avoir des rancoeurs est une attaque contre le plan de Dieu pour le salut n’est peut-être pas aussi apparente. 2 Mais considérons le genre de choses pour lesquelles tu es enclin à avoir des rancoeurs. 3 Ne sont-elles pas toujours associées à quelque chose que fait un corps ? 4 Une personne dit quelque chose que tu n’aimes pas. 5 Elle fait quelque chose qui te déplaît. 6 Elle “trahit” ses pensées hostiles dans sa conduite.

4. Tu ne t’occupes pas ici de ce qu’est la personne. 2 Au contraire, tu te soucies exclusivement de ce qu’elle fait dans un corps. 3 Tu fais plus que manquer de l’aider à se libérer des limitations du corps. 4 Tu essaies activement de l’y retenir en le confondant avec elle, et en les jugeant comme ne faisant qu’un. 5 En cela Dieu est attaqué, car si Son Fils n’est qu’un corps, Il doit l’être aussi. 6 Un créateur entièrement différent de sa création est inconcevable.

5. Si Dieu est un corps, quel doit être Son plan pour le salut ? 2 Que pourrait-il être, sinon la mort ? 3 En essayant de Se présenter comme l’Auteur de la vie et non de la mort, Il est menteur et trompeur, plein de fausses promesses, offrant des illusions à la place de la vérité. 4 La réalité apparente du corps rend cette vue de Dieu tout à fait convaincante. 5 En fait, si le corps était réel, il serait certes difficile d’échapper à cette conclusion. 6 Et chaque rancoeur que tu as insiste sur le fait que le corps est réel. 7 Elle passe entièrement sur ce qu’est ton frère. 8 Elle renforce ta croyance qu’il est un corps et pour cela elle le condamne. 9 Et elle affirme que son salut doit être la mort, projetant cette attaque sur Dieu et L’en tenant responsable.

6. Dans cette arène soigneusement préparée, où des animaux en colère cherchent leur proie et où la miséricorde ne peut entrer, l’ego vient te sauver. 2 Dieu t’a fait corps. 3 Très bien. 4 Acceptons-le et réjouissons-nous. 5 En tant que corps, ne te laisse pas priver de ce que le corps offre. 6 Prends le peu que tu peux obtenir. 7 Dieu ne t’a rien donné. 8 Le corps est ton seul sauveur. 9 Il est la mort de Dieu et ton salut.

7. Voilà la croyance universelle du monde que tu vois. 2 Certains haïssent le corps et ils essaient de le blesser et de l’humilier. 3 D’autres aiment le corps et ils essaient de le glorifier et de l’exalter. 4 Mais tant que le corps se tient au centre de ton concept de toi-même, tu attaques le plan de Dieu pour le salut et tu nourris tes rancoeurs contre Lui et Sa création afin de ne pas entendre la Voix de la vérité et de ne pas L’accueillir comme Amie. 5 Le sauveur que tu as choisi prend Sa place. 6 C’est ton ami; Il est ton ennemi.

8. Aujourd’hui nous allons essayer d’arrêter ces attaques insensées contre le salut. 2 Nous essaierons plutôt de l’accueillir. 3 Ta perception sens dessus dessous a été ruineuse à ta paix d’esprit. 4 Tu t’es vu dans un corps avec la vérité à l’extérieur de toi, enfermée loin de ta conscience par les limitations du corps. 5 Nous allons maintenant essayer de voir cela différemment.

9. La lumière de la vérité est en nous, où Dieu l’a placée. 2 C’est le corps qui est à l’extérieur de nous, et il ne nous concerne pas. 3 Être sans un corps, c’est être dans notre état naturel. 4 Reconnaître la lumière de la vérité en nous, c’est nous reconnaître tels que nous sommes. 5 Voir notre Soi séparé du corps, c’est mettre fin à l’attaque contre le plan de Dieu pour le salut et l’accepter à la place. 6 Or partout où Son plan est accepté, il est déjà accompli.

10. Notre but durant les périodes d’exercice plus longues aujourd’hui est de prendre conscience que le plan de Dieu pour le salut a déjà été accompli en nous. 2 Pour atteindre ce but, nous devons remplacer l’attaque par l’acceptation. 3 Aussi longtemps que nous l’attaquons, nous ne pouvons pas comprendre ce qu’est le plan que Dieu a pour nous. 4 Par conséquent, nous attaquons ce que nous ne reconnaissons pas. 5 Nous allons maintenant essayer de mettre le jugement de côté et de demander ce qu’est le plan que Dieu a pour nous :

6 Qu’est ce que le salut, Père ? 7 Je ne le sais pas. 8 Dis-le-moi, afin que je comprenne.

9 Puis nous attendrons quiètement Sa réponse. 10 Nous avons attaqué le plan de Dieu pour le salut sans attendre d’avoir entendu ce qu’il est. 11 Nous avons crié nos rancoeurs si fort que nous n’avons pas écouté Sa Voix. 12 Nous avons utilisé nos rancoeurs pour nous fermer les yeux et nous boucher les oreilles.

11. Maintenant nous voudrions voir et entendre et apprendre. 2 “Qu’est-ce que le salut, Père ? ” 3 Demande et la réponse te sera donnée. 4 Cherche et tu trouveras. 5 Nous ne demandons plus à l’ego ce qu’est le salut et où le trouver. 6 Nous le demandons à la vérité. 7 Tu peux donc être certain que la réponse sera vraie à cause de Celui à Qui tu la demandes.

12. Chaque fois que tu sens ta confiance décliner et tes espoirs de succès vaciller et s’éteindre, répète ta question et ta requête, en te souvenant que tu demandes à l’infini Créateur de l’infini, Qui t’a créé pareil à Lui :

2 Qu’est-ce que le salut, Père ? 3 Je ne le sais pas. 4 Dis-le-moi, afin que je comprenne.

5 Il répondra. 6 Sois déterminé à entendre.

13. Une ou peut-être deux périodes d’exercice plus courtes par heure suffiront aujourd’hui, puisqu’elles seront un peu plus longues que d’habitude. 2 Ces exercices devraient commencer ainsi :

3 Avoir des rancoeurs est une attaque contre le plan de Dieu pour le salut. 4 Laisse-moi l’accepter à la place. 5 Qu’est-ce que le salut, Père ?

6 Puis attends en silence une minute environ, préférablement les yeux fermés, et écoute Sa réponse.

L’inspiration

Quelles limites puis-je imposer au Fils de Dieu ? (L-II.280 ici)

1. Celui que Dieu a créé sans limites est libre. 2 Je peux lui inventer un emprisonnement, mais seulement dans les illusions et non dans la vérité. 3 Nulle Pensée de Dieu n’a quitté l’Esprit de son Père. 4 Nulle Pensée de Dieu n’est le moindrement limitée. 5 Nulle Pensée de Dieu n’est autre que pure à jamais. 6 Puis-je imposer des limites au Fils de Dieu, dont le Père a voulu qu’il soit sans limites et pareil à Lui en liberté et en amour ?

2. Que je rende honneur aujourd’hui à Ton Fils, car c’est la seule façon de trouver la voie qui mène à Toi. 2 Père, je n’impose pas de limites au Fils que Tu aimes et que Tu as créé sans limites. 3 L’honneur que je lui rends est à Toi et ce qui est à Toi m’appartient aussi.

UCEM~LEÇON 71 – Seul le plan de Dieu pour le salut marchera.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 71 - Seul le plan de Dieu pour le salut marchera., Un Cours en Miracles on mars 12, 2009 at 6:27

12 mars ~ michelangelo

La leçon ici

1. Tu ne te rends peut-être pas compte que l’ego a monté un plan pour le salut en opposition à celui de Dieu. 2 C’est en ce plan que tu crois. 3 Puisqu’il est l’opposé de celui de Dieu, tu crois aussi qu’accepter le plan de Dieu à la place de celui de l’ego, c’est être damné. 4 Cela semble grotesque, bien sûr. 5 Or après avoir considéré ce qu’est exactement le plan de l’ego, tu te rendras peut-être compte que, si grotesque qu’il puisse être, tu y crois vraiment.

2. Le plan de l’ego pour le salut est centré sur le fait d’avoir des rancoeurs. 2 Il maintient que si quelqu’un d’autre parlait ou agissait différemment, si quelque circonstance ou évènement extérieur était changé, tu serais sauvé. 3 Ainsi la source du salut est constamment perçue comme étant à l’extérieur de toi. 4 Chaque rancoeur que tu as est une déclaration, une assertion en laquelle tu crois et qui dit : “Si cela était différent, je serais sauvé.” 5 Le changement d’esprit nécessaire pour le salut est ainsi demandé de tous et de tout, sauf de toi.

3. Le rôle assigné à ton propre esprit dans ce plan est donc simplement de déterminer ce qui, autre que lui-même, doit changer afin que tu sois sauvé. 2 Selon ce plan insane, toute source de salut perçue est acceptable pourvu qu’elle ne marche pas. 3 Cela garantit que la quête stérile continuera, car l’illusion persiste que, même si cet espoir a toujours été déçu, il y a toujours lieu d’espérer en d’autres endroits et en d’autres choses. 4 Une autre personne fera mieux l’affaire encore; une autre situation promettra encore le succès.

4. Tel est le plan de l’ego pour ton salut. 2 Tu peux sûrement voir comme il s’accorde strictement avec la doctrine fondamentale de l’ego: “Cherche mais ne trouve pas.” 3 Car quelle plus sûre garantie peut-il y avoir de ne pas trouver le salut que de canaliser tous tes efforts à le chercher où il n’est pas ?

5. Le plan de Dieu pour le salut marche simplement parce qu’en suivant Sa direction, tu cherches le salut où il est. 2 Mais pour que tu réussisses, comme Dieu a promis que tu le feras, tu dois être désireux de ne chercher que là. 3 Autrement, ton but est divisé et tu tenteras de suivre deux plans pour le salut qui sont diamétralement opposés à tous égards. 4 Le résultat ne peut apporter que la confusion, la misère et un profond sentiment d’échec et de désespoir.

6. Comment peux-tu échapper de tout cela ? 2 Très simplement. 3 L’idée d’aujourd’hui est la réponse. 4 Seul le plan de Dieu pour le salut marchera. 5 Il ne peut y avoir de réel conflit là-dessus, parce qu’il n’y a pas d’alternative possible au plan de Dieu qui te sauvera. 6 Son plan est le seul dont l’issue soit certaine. 7 Son plan est le seul qui doit réussir.

7. Exerçons-nous aujourd’hui à reconnaître cette certitude. 2 Et réjouissons-nous qu’il y ait une réponse à ce qui semble être un conflit sans solution possible. 3 Toutes choses sont possibles à Dieu. 4 Le salut doit être à toi à cause de Son plan, qui ne peut échouer.

8. Commence les deux périodes d’exercice plus longues en pensant à l’idée d’aujourd’hui, et en te rendant compte qu’elle comporte deux parties dont chacune apporte une égale contribution à l’ensemble. 2 Le plan de Dieu pour ton salut marchera, et d’autres plans ne marcheront pas. 3 Ne te permets pas d’être déprimé ou fâché contre la seconde partie : elle est inhérente à la première. 4 Or dans la première est ta pleine délivrance de toutes tes propres insanes tentatives et de tous tes projets fous pour te libérer toi-même. 5 Ils ont conduit à la dépression et à la colère, mais le plan de Dieu réussira. 6 Il conduira à la délivrance et à la joie.

9. En nous souvenant de cela, consacrons le reste des périodes d’exercice plus longues à demander à Dieu de nous révéler Son plan. 2 Demande-Lui très concrètement :

3 Que voudrais-Tu que je fasses ?

4 Où voudrais-Tu que j’aille ?

5 Que voudrais-Tu que je dise, et à qui ?

6 Mets-Le en charge du reste de la période d’exercice et laisse-Le te dire ce qui a besoin d’être fait par toi dans Son plan pour ton salut. 7 Il répondra en proportion de ton désir d’entendre Sa Voix. 8 Ne refuse pas d’entendre. 9 Le fait même que tu fasses les exercices prouve que tu as quelque désir d’écouter. 10 Cela suffit pour établir ton droit à la réponse de Dieu.

10. Pendant les périodes d’exercice plus courtes, dis-toi souvent que le plan de Dieu pour le salut, et le Sien seul, marchera. 2 Sois attentif à toute tentation d’avoir des rancoeurs aujourd’hui, et réponds-leur par la forme suivante de l’idée d’aujourd’hui :

3 Avoir des rancoeurs est l’opposé du plan de Dieu pour le salut. 4 Et seul Son plan marchera.

5 Essaie de te souvenir de l’idée d’aujourd’hui quelque six ou sept fois par heure. 6 Il ne pourrait y avoir meilleure façon de passer une demi-minute ou moins que de te souvenir de la Source de ton salut, et de La voir là où Elle est.

L’inspiration

La vérité corrigera toutes les erreurs dans mon esprit. (L-I.107 ici)

1. Qu’est-ce qui peut corriger les illusions, si ce n’est la vérité ? 2 Et que sont les erreurs, si ce n’est des illusions qui restent non reconnues pour ce qu’elles sont ? 3 Là où est entrée la vérité, les erreurs disparaissent. 4 Elles s’évanouissent simplement sans laisser de traces qui fassent souvenir d’elles. 5 Elles disparaissent parce que, sans croyance, elle n’ont pas de vie. 6 Ainsi disparaissent-elles dans le néant, retournant là d’où elles sont venues. 7 De la poussière à la poussière elles viennent et vont, car seule reste la vérité.

2. Peux-tu imaginer ce qu’est un état d’esprit sans illusions ? 2 Comment tu te sentirais ? 3 Essaie de te souvenir d’un moment — une minute peut-être, peut-être même moins — où rien ne vint interrompre ta paix, où tu étais certain d’être aimé et en sécurité. 4 Essaie ensuite de te représenter comment ce serait si ce moment s’étendait jusqu’à la fin des temps et dans l’éternité. 5 Puis laisse le sentiment de quiétude que tu as ressenti être multiplié cent fois, et puis encore multiplié cent autres fois.

3. Maintenant tu as un avant-goût, pas plus que juste une très mince indication, de l’état dans lequel ton esprit repose quand la vérité est venue. 2 Sans illusions, il ne pourrait y avoir ni peur, ni doute ni attaque. 3 Quand la vérité est venue, toute douleur est terminée, car il n’y a pas de place dans ton esprit où pourraient s’attarder des pensées transitoires et des idées mortes. 4 La vérité occupe ton esprit complètement, te libérant de toutes croyances en l’éphémère. 5 Elles n’ont pas de place parce que la vérité est venue et elles ne sont nulle part. 6 Elles sont introuvables, car la vérité est partout à jamais, maintenant.

4. Quand la vérité est venue, elle ne reste pas un moment pour ensuite disparaître ou changer en autre chose. 2 Elle ne vire pas ni ne change sa forme, ni ne vient et va puis va et vient à nouveau. 3 Elle reste exactement telle qu’elle a toujours été, fiable en chaque besoin, digne d’une confiance parfaite parmi tous les semblants de difficultés et les doutes que les apparences que le monde présente engendrent. 4 Ils s’envolent simplement quand la vérité corrige les erreurs dans ton esprit.

5. Quand la vérité est venue, elle abrite dans ses ailes le don de parfaite constance et un amour qui ne chancelle pas en face de la douleur mais regarde sans cesse au-delà avec sûreté. 2 Voilà le don de guérison, car la vérité n’a pas besoin de défense; par conséquent, nulle attaque n’est possible. 3 Les illusions peuvent être portées à la vérité pour être corrigées. 4 Mais la vérité se tient bien au-delà des illusions et ne peut pas leur être portée pour les tourner en vérité.

6. La vérité ni ne va ni ne vient, ni ne vire ni ne change, sous une apparence maintenant puis sous une autre, échappant à toute capture, évitant d’être prise. 2 Elle ne se cache pas. 3 Elle se tient en pleine lumière, clairement accessible. 4 Il est impossible que quiconque puisse la chercher véritablement et ne réusisse pas. 5 Cette journée appartient à la vérité. 6 Donne à la vérité son dû et elle te donnera le tien. 7 Tu n’étais pas censé souffrir et mourir. 8 Ton Père veut que ces rêves disparaissent. 9 Laisse la vérité les corriger tous.

7. Nous ne demandons pas ce que nous n’avons pas. 2 Nous demandons simplement ce qui nous appartient, afin de le reconnaître pour nôtre. 3 Aujourd’hui nous pratiquons sur l’heureuse note de certitude qui est née de la vérité. 4 Les pas chancelants et mal assurés de l’illusion ne sont pas l’approche que nous prenons aujourd’hui. 5 Nous sommes aussi certains du succès que nous sommes sûrs de vivre et d’espérer et de respirer et de penser. 6 Nous ne doutons pas que nous marchons avec la vérité aujourd’hui, et nous comptons qu’elle entrera dans tous les exercices que nous faisons en ce jour.

9. La vérité corrigera toutes les erreurs dans ton esprit qui te disent que tu pourrais être à part de Lui. 2 C’est à Lui que tu parles aujourd’hui et fais la promesse de laisser Sa fonction s’accomplir par toi. 3 Partager Sa fonction, c’est partager Sa joie. 4 Sa confiance est avec toi lorsque tu dis :

5 La vérité corrigera toutes les erreurs dans mon esprit, Et je me reposerai en Celui Qui est mon Soi.

UCEM~LEÇON 70 – Mon salut vient de moi.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 70 - Mon salut vient de moi., Un Cours en Miracles on mars 11, 2009 at 3:36

11 mars ~ Mireillep

La leçon ici

1. Toute tentation n’est rien de plus qu’une forme quelconque de la tentation fondamentale de ne pas croire l’idée d’aujourd’hui. 2 Le salut semble venir de partout sauf de toi. 3 Il en va de même pour la source de la culpabilité. 4 Tu ne vois ni la culpabilité ni le salut comme étant dans ton propre esprit et nulle part ailleurs. 5 Quand tu te rends compte que toute culpabilité est uniquement une invention de ton esprit, tu te rends compte aussi que la culpabilité et le salut doivent être au même endroit. 6 En comprenant cela, tu es sauvé.

2. Voici ce qu’il semble t’en coûter pour accepter l’idée d’aujourd’hui : Elle signifie que rien à l’extérieur de toi ne peut te sauver; rien à l’extérieur de toi ne peut te donner la paix. 2 Mais cela signifie aussi que rien à l’extérieur de toi ne peut te blesser ni troubler ta paix ni te contrarier en aucune façon. 3 L’idée d’aujourd’hui te met en charge de l’univers, où tu es à ta place à cause de ce que tu es. 4 Ce n’est pas un rôle qui peut être accepté partiellement. 5 Et tu dois sûrement commencer à voir que de l’accepter est le salut.

3. Toutefois, tu ne vois peut-être pas clairement pourquoi le fait de reconnaître que la culpabilité est dans ton propre esprit entraîne la prise de conscience que le salut y est aussi. 2 Dieu n’aurait pas mis le remède de la maladie là où il ne peut aider. 3 C’est ainsi que ton esprit a fonctionné, mais guère le Sien. 4 Il veut que tu sois guéri, ainsi a-t-Il gardé la Source de la guérison là où réside le besoin de guérison.

4. Tu as essayé de faire exactement l’opposé, toutes tes tentatives, aussi distordues et fantastiques fussent-elles, visant à séparer la guérison de la maladie à laquelle elle était censée s’appliquer, et ainsi à garder la maladie. 2 Ton but était de garantir que la guérison ne se produirait pas. 3 Le but de Dieu était de garantir qu’elle le ferait.

5. Aujourd’hui nous nous exerçons à nous rendre compte que la Volonté de Dieu et la nôtre sont réellement la même en cela. 2 Dieu veut que nous soyons guéris, et nous ne voulons pas réellement être malades, parce que cela nous rend malheureux. 3 Par conséquent, en acceptant l’idée d’aujourd’hui, nous sommes réellement en accord avec Dieu. 4 Il ne veut pas que nous soyons malades. 5 Nous non plus. 6 Il veut que nous soyons guéris. 7 Nous aussi.

6. Aujourd’hui nous sommes prêts à faire deux périodes d’exercice plus longues qui devraient durer de dix à quinze minutes chacune. 2 Toutefois, nous te laisserons encore décider quand les entreprendre. 3 Nous ferons cela pendant un certain nombre de leçons et il serait bien encore une fois que tu décides à l’avance quels seraient les bons moments de la journée à réserver à chacune d’elles, te conformant ensuite à ta propre décision aussi étroitement que possible.

7. Commence ces périodes d’exercice en répétant l’idée d’aujourd’hui, suivie d’un énoncé par lequel tu signifies que tu reconnais que le salut ne vient de rien à l’extérieur de toi. 2 Tu pourrais le formuler ainsi :

3 Mon salut vient de moi. 4 Il ne peut venir de nulle part ailleurs.

5 Consacre ensuite quelques minutes, les yeux fermés, à passer en revue quelques endroits extérieurs où tu as cherché le salut dans le passé : en d’autres gens, dans les possessions, dans divers évènements et situations, et dans les concepts de soi que tu as cherché à rendre réels. 6 Reconnais qu’il n’est pas là, et dis-toi :

7 Mon salut ne peut venir d’aucune de ces choses. 8 Mon salut vient de moi et seulement de moi.

8. Maintenant nous allons essayer à nouveau d’atteindre la lumière en toi, qui est là où se trouve ton salut. 2 Tu ne peux pas le trouver dans les nuages qui entourent la lumière, or c’est là que tu le cherchais. 3 Il n’y est pas. 4 Il est passé les nuages, dans la lumière qui est au-delà. 5 Souviens -toi que tu auras à traverser les nuages avant de pouvoir atteindre la lumière. 6 Mais souviens-toi aussi que tu n’a jamais rien trouvé dans les motifs nuageux que tu imaginais qui ait duré, ou que tu voulais.

9. Puisque toutes les illusions de salut t’ont déçu, tu ne veux sûrement pas rester dans les nuages, y cherchant vainement des idoles, quand tu pourrais si facilement continuer jusqu’en la lumière du vrai salut. 2 Essaie de dépasser les nuages par n’importe quel moyen qui te plaît. 3 Si cela t’aide, pense que je te tiens par la main et que je te conduis. 4 Et je t’assure que cela ne sera pas un vain fantasme.

10. Pendant les courtes et fréquentes périodes d’exercice d’aujourd’hui, rappelle-toi que c’est de toi que vient ton salut et que rien, sinon tes propres pensées, ne peut freiner ton progrès. 2 Tu es libre de toute interférence extérieure. 3 Tu es en charge de ton salut. 4 Tu es en charge de salut du monde. 5 Puis dis :

6 Mon salut vient de moi. 7 Rien à l’extérieur de moi ne peut me retenir. 8 Au-dedans de moi sont le salut du monde et le mien.

L’inspiration

La réalité substituée (T-18.I ici)

1. Substituer, c’est accepter à la place. 2 Si tu voulais seulement considérer exactement ce que cela entraîne, tu percevrais immédiatement à quel point cela est en désaccord avec le but que le Saint-Esprit t’a donné, et qu’il voudrait accomplir pour toi. 3 Substituer, c’est choisir entre, donc renoncer à un aspect de la Filialité en faveur de l’autre. 4 Dans ce but particulier, l’un est jugé plus valable et l’autre est remplacé par lui. 5 La relation dans laquelle la substitution a eu lieu est ainsi fragmentée, et son but est divisé en conséquence. 6 Fragmenter, c’est exclure, et la substitution est la plus solide défense qu’ait l’ego pour la séparation.

2. Le Saint-Esprit n’utilise jamais de substituts. 2 Là où l’ego perçoit une personne comme la remplaçante d’une autre, le Saint-Esprit les voit jointes et indivisibles. 3 Il ne juge pas entre elles, connaissant qu’elles ne font qu’un. 4 Étant unies, elles ne font qu’un parce qu’elles sont les mêmes. 5 Manifestement, la substitution est un processus dans lequel elles sont perçues comme différentes. 6 L’un voudrait unir; l’autre séparer. 7 Ce que Dieu a joint et ce que le Saint-Esprit voit ne faisant qu’un, rien ne peut le séparer. 8 Mais tout semble séparer les relations fragmentées que l’ego parraine pour détruire.

3. L’amour est la seule émotion dans laquelle la substitution est impossible. 2 La peur suppose la substitution par définition, car elle-même remplace l’amour. 3 La peur est une émotion à la fois fragmentée et fragmentante. 4 Elle semble prendre de nombreuses formes et chacune d’elles semble requérir une forme différente de passage à l’acte pour sa satisfaction. 5 Bien que cela semble introduire une conduite très variable, la perception fragmentée dont découle la conduite a un effet bien plus sérieux. 6 Personne n’est vu comme étant complet. 7 L’accent est mis sur le corps, avec une insistance particulière sur certaines parties; et il est utilisé comme mesure de comparaison pour accepter ou rejeter le passage à l’acte d’une forme particulière de peur.

4. Toi qui crois que Dieu est peur, tu n’as fait qu’une substitution. 2 Elle a pris de nombreuses formes, parce que c’était la substitution de l’illusion à la vérité; de la fragmentation à l’entièreté. 3 Elle s’est tellement fractionnée, subdivisée et redivisée, maintes et maintes fois, qu’il est maintenant presque impossible de percevoir qu’elle a jadis été une, et qu’elle est encore ce qu’elle était. 4 Cette seule erreur, qui porta la vérité à l’illusion, l’infini au temps et la vie à la mort, c’est tout ce que tu as jamais fait. 5 Ton monde tout entier repose sur elle. 6 Tout ce que tu vois la reflète et chaque relation particulière que tu as jamais faite en fait partie.

5. Tu es peut-être surpris d’entendre à quel point la réalité est différente de ce que tu vois. 2 Tu ne te rends pas compte de l’immensité de cette seule erreur. 3 Elle était si vaste et si complètement incroyable qu’un monde d’une irréalité totale devait en émerger. 4 Quoi d’autre pouvait-il en sortir? 5 Ses aspects fragmentés sont déjà assez apeurants, quand tu commences à les regarder. 6 Mais rien de ce que tu as vu n’a pu te faire même entrevoir l’énormité de l’erreur originelle, qui a semblé te chasser hors du Ciel et faire éclater la connaissance en d’in-signifiants petits morceaux de perceptions disjointes, tout en te forçant à faire encore de nouvelles substitutions.

6. Ce fut la première projection de l’erreur vers l’extérieur. 2 Le monde surgit pour la cacher et devint l’écran, dressé entre toi et la vérité, sur lequel elle fut projetée. 3 Car la vérité s’étend vers l’intérieur, où l’idée de perte est in-signifiante et où seule l’augmentation est concevable. 4 Trouves-tu réellement étrange qu’un monde où tout est à l’envers et sens dessus dessous ait surgi de cette projection de l’erreur? 5 C’était inévitable. 6 Car la vérité portée à cela ne pouvait que demeurer au-dedans, en silence, sans prendre part à toute la folle projection par laquelle ce monde avait été fait. 7 Ne l’appelle pas péché mais folie, car ce l’était et ce l’est encore. 8 Ne l’investis pas de culpabilité, car la culpabilité implique que cela fut accompli en réalité. 9 Et par-dessus tout, n’en aie pas peur.

7. Quand tu sembles voir surgir pour t’effrayer quelque forme distordue de l’erreur originelle, dis seulement : « Dieu n’est pas peur, mais Amour», et elle disparaîtra. 2 La vérité te sauvera. 3 Elle ne t’a pas quitté pour aller dans le monde fou et te délaisser ainsi. 4 À l’intérieur est la santé d’esprit; l’insanité est à l’extérieur de toi. 5 Tu crois seulement que c’est le contraire; que la vérité est à l’extérieur, et que l’erreur et la culpabilité sont au-dedans. 6 Tes petites substitutions insensées, teintées d’insanité, qui tourbillonnent dans leur course détraquée comme des plumes dansant follement dans le vent, n’ont aucune substance. 7 Elles fusionnent, se mêlent et se séparent, motifs changeants et totalement in-signifiants qu’il n’est pas besoin de juger du tout. 8 Il ne sert à rien de les juger individuellement. 9 Leurs minuscules différences de forme ne sont pas du tout de réelles différences. 10 Aucune n’a la moindre importance. 11 C’est cela qu’elles ont en commun et rien d’autre. 12 Or que faut-il d’autre pour faire qu’elles soient toutes les mêmes ?

8. Laisse-les toutes partir, dansant, plongeant et tournant dans le vent jusqu’à ce qu’elles disparaissent de ta vue, loin, loin à l’extérieur de toi. 2 Puis tourne-toi vers le calme majestueux en dedans, où dans une sainte quiétude demeure le Dieu vivant Que tu n’as jamais quitté, et Qui ne t’a jamais quitté. 3 Le Saint-Esprit te prend doucement par la main et retrace avec toi ton voyage fou à l’extérieur de toi-même, te ramenant doucement vers la vérité et la sécurité en dedans. 4 Il porte à la vérité toutes tes projections insanes et les folles substitutions que tu as placées à l’extérieur de toi. 5 Ainsi Il inverse le cours de l’insanité et te ramène à la raison.

9. Dans ta relation avec ton frère, où Il a pris tout en charge à ta requête, Il a mis le cap sur l’intérieur, sur la vérité que vous partagez. 2 Dans le monde fou à l’extérieur de toi, rien ne peut être partagé, mais seulement substitué; or partager et substituer n’ont rien de commun en réalité. 3 Au-dedans de toi tu aimes ton frère d’un amour parfait. 4 Là est la terre sainte, où nulle substitution ne peut entrer et où seule la vérité en ton frère peut demeurer. 5 Là vous êtes joints en Dieu, ensemble l’un avec l’autre autant que vous l’êtes avec Lui. 6 L’erreur originelle n’est pas entrée là et n’y entrera jamais. 7 Là est l’éclatante vérité à laquelle le Saint-Esprit a dédié ta relation. 8 Laisse-Le l’amener là où tu voudrais qu’elle soit. 9 Donne-Lui juste un peu de foi en ton frère, pour L’aider à te montrer qu’aucun des substituts que tu as faits pour remplacer le Ciel ne peut t’en garder loin.

10. Il n’y a en toi aucune séparation, et aucun substitut ne peut te garder loin de ton frère. 2 Ta réalité était la création de Dieu, et elle n’a pas de substitut. 3 Vous êtes joints si fermement dans la vérité que seul Dieu est là. 4 Et jamais Il n’accepterait autre chose à votre place. 5 Il vous aime tous les deux également et ne faisant qu’un. 6 Or de même qu’il vous aime, de même vous êtes. 7 Vous n’êtes pas joints dans l’illusion mais dans une Pensée si sainte et si parfaite qu’il ne peut rester aucune illusion pour assombrir le saint lieu où vous vous tenez ensemble. 8 Dieu est avec toi, mon frère. 9 Joignons-nous en Lui dans la paix et la gratitude, et acceptons Son don comme étant notre réalité la plus sainte et la plus parfaite, que nous partageons en Lui.

11. Le Ciel est rendu à toute la Filialité par ta relation, car en elle réside la Filialité, entière et belle, en sécurité dans ton amour. 2 Le Ciel est entré calmement, car toutes les illusions ont été doucement portées à la vérité en toi, et l’amour a luit sur toi, bénissant ta relation de vérité. 3 Dieu et toute Sa création y sont entrés ensemble. 4 Comme elle est belle et sainte, ta relation, avec la vérité qui luit sur elle ! 5 Le Ciel la contemple et se réjouit que tu l’aies laissé venir à toi. 6 Et Dieu Lui-même Se réjouit que ta relation soit telle qu’elle a été créée. 7 L’univers au-dedans de toi se tient là avec toi et avec ton frère, ensemble. 8 Et le Ciel regarde avec amour ce qui s’est joint en lui, ainsi qu’avec son Créateur.

12. Ceux que Dieu a appelés ne devraient entendre aucun substitut. 2 Leur appel n’est qu’un écho de l’erreur originelle qui a fracassé le Ciel. 3 Et qu’est devenue la paix en ceux qui ont entendu? 4 Retourne au Ciel avec moi; allons ensemble avec ton frère hors de ce monde et par un autre, vers la beauté et la joie que l’autre contient. 5 Voudrais-tu affaiblir et briser encore davantage ce qui est déjà brisé et sans espoir? 6 Est-ce ici que tu voudrais chercher le bonheur? 7 Ou ne préférerais-tu pas guérir ce qui a été brisé et te joindre pour rendre entier ce qui a été ravagé par la séparation et la maladie ?

13. Ensemble, ton frère et toi, vous avez été appelés à la fonction la plus sainte que contienne ce monde. 2 C’est la seule qui n’ait pas de limites et aille vers chaque fragment brisé de la Filialité, avec un réconfort qui guérit et unit. 3 Cela t’est offert, dans ta relation sainte. 4 Accepte-le ici, et tu donneras comme tu as accepté. 5 La paix de Dieu t’est donnée avec le but lumineux dans lequel tu te joins à ton frère. 6 La sainte lumière qui vous a réunis, toi et lui, doit s’étendre, comme tu l’as accepté.

UCEM~LEÇON 69 – Mes rancoeurs cachent la lumière du monde en moi.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 69 - Mes rancoeurs cachent la lumière du monde en moi., Un Cours en Miracles on mars 10, 2009 at 3:22

10 mars ~ m42

La leçon ici

1. Nul ne peut voir ce que tes rancoeurs dissimulent. 2 Parce que tes rancoeurs cachent la lumière du monde en toi, chacun est dans les ténèbres, avec toi à ses côtés. 3 Mais comme le voile de tes rancoeurs est levé, tu es délivré avec lui. 4 Partage maintenant ton salut avec celui qui se tenait à tes côtés quand tu étais en enfer. 5 Il est ton frère dans la lumière du monde qui vous sauve tous les deux.

2. Aujourd’hui, faisons une autre réelle tentative pour atteindre la lumière en toi. 2 Avant d’entreprendre cela pendant notre période d’exercice plus longue, consacrons quelques minutes à réfléchir à ce que nous essayons de faire. 3 Nous tentons littéralement d’entrer en contact avec le salut du monde. 4 Nous essayons de voir passé le voile de ténèbres qui le garde dissimulé. 5 Nous essayons de laisser le voile être levé et de voir les larmes du Fils de Dieu disparaître dans la lumière du soleil.

3. Commençons aujourd’hui notre période d’exercice plus longue en nous rendant pleinement compte que c’est ainsi, et en étant réellement déterminés à atteindre ce qui nous est plus cher que tout. 2 Le salut est notre seul besoin. 3 Il n’y a pas d’autre but ici et pas d’autre fonction à remplir. 4 Apprendre le salut est notre seul but. 5 Mettons fin aujourd’hui à cette quête ancienne en trouvant la lumière en nous et en la tenant bien haut pour que chacun de ceux qui cherchent avec nous la voie et se réjouisse.

4. Très doucement maintenant, les yeux fermés, essaie de lâcher prise de tout le contenu qui occupe généralement ta conscience. 2 Pense à ton esprit comme à un vaste cercle, entouré d’une couche de lourds et sombres nuages. 3 Tu ne peux voir que les nuages parce que tu sembles être à l’extérieur et tout à fait à part du cercle.

5. De là où tu te tiens, tu ne vois aucune raison de croire qu’il y a une lumière brillante cachée par les nuages. 2 Les nuages semblent être la seule réalité. 3 Ils semblent être tout ce qu’il y a à voir. 4 Par conséquent, tu ne tentes pas de les traverser et de les dépasser, ce qui est la seule façon de te convaincre réellement de leur manque de substance. 5 Nous tenterons de le faire aujourd’hui.

6. Après avoir pensé à l’importance de ce que tu essaies de faire pour toi-même et pour le monde, essaie de te mettre dans un état de calme parfait, en te souvenant seulement à quel point tu veux atteindre la lumière en toi aujourd’hui—maintenant ! 2 Détermine-toi à aller au-delà des nuages. 3 Tends la main et touche-les dans ton esprit. 4 Balaie-les de la main ; sens-les se poser sur tes joues, sur ton front et sur tes paupières quand tu passes au travers. 5 Continue ; les nuages ne peuvent pas t’arrêter.

7. Si tu fais les exercices correctement, tu commenceras à te sentir soulevé et transporté. 2 Ton petit effort et ta petite détermination appellent le pouvoir de l’univers à ton aide, et Dieu Lui-même t’élèvera des ténèbres dans la lumière. 3 Tu es en accord avec Sa Volonté. 4 Tu ne peux pas échouer parce que ta volonté est la Sienne.

8. Aie confiance en ton Père aujourd’hui et sois certain qu’Il t’a entendu et t’a répondu. 2 Tu ne reconnais peut-être pas encore Sa réponse, mais tu peux certes être sûr qu’elle t’est donnée et que tu la recevras. 3 Essaie, tout en tentant d’aller au travers les nuages jusqu’à la lumière, de garder cette confiance à l’esprit. 4 Essaie de te souvenir que tu joins enfin ta volonté à Celle de Dieu. 5 Essaie de garder clairement à l’esprit la pensée que ce que tu entreprends avec Dieu doit réussir. 6 Puis laisse la puissance de Dieu agir en toi et par toi, afin que Sa volonté et la tienne soient faites.

9. Pendant les périodes d’exercice plus courtes, que tu feras aussi souvent que possible étant donné l’importance qu’a l’idée d’aujourd’hui pour toi et pour ton bonheur, rappelle-toi que tes rancoeurs cachent la lumière du monde à ta conscience. 2 Rappelle-toi aussi que tu ne la cherches pas seul, et que tu sais très bien où la chercher. 3 Ensuite, dis :

4 Mes rancoeurs cachent la lumière du monde en moi. 5 Je ne peux pas voir ce que j’ai caché. 6 Or je veux la laisser m’être révélée, pour mon salut et le salut du monde.

7 Aussi, dis-toi :

8 Si je garde cette rancoeur, la lumière du monde me sera cachée,

au cas où tu serais tenté de reprocher quoi que ce soit à quiconque aujourd’hui.

L’inspiration

Il ne m’est pas demandé de faire un sacrifice

pour trouver la miséricorde et la paix de Dieu.

(L-II.343 ici)

1. La fin de la souffrance ne peut pas être une perte. 2 Le don de tout ne peut être qu’un gain. 3 Tu ne fais que donner. 4 Tu ne prends jamais. 5 Et Tu m’as créé pour être pareil à Toi, de sorte que le sacrifice devient impossible pour moi comme pour Toi. 6 Moi aussi, je dois donner. 7 Ainsi toutes choses me sont données pour toujours et à jamais. 8 Comme j’ai été créé, je reste. 9 Ton Fils ne peut pas faire de sacrifice, car il doit être complet, ayant pour fonction de Te compléter. 10 Je suis complet parce que je suis Ton Fils. 11 Je ne peux pas perdre, car je ne peux que donner, et tout est mien éternellement.

2. La miséricorde et la paix de Dieu sont gratuites. 2 Le salut n’a pas de coût. 3 C’est un don qui doit être librement donné et reçu. 4 Et c’est cela que nous voudrions apprendre aujourd’hui.

UCEM~LEÇON 68 – L’amour n’a pas de rancoeurs.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 68 - L’amour n’a pas de rancoeurs., Un Cours en Miracles on mars 9, 2009 at 6:31

9 mars ~ 139594800

La leçon ici

1. Toi que l’amour a créé pareil à soi-même, tu ne peux pas avoir de rancoeurs et connaître ton Soi. 2 Avoir de la rancoeur, c’est oublier qui tu es. 3 Avoir de la rancoeur, c’est te voir toi-même comme un corps. 4 Avoir de la rancoeur, c’est laisser l’ego gouverner ton esprit et condamner le corps à la mort. 5 Tu ne te rends peut-être pas encore pleinement compte de ce que cela fait à ton esprit d’avoir des rancoeurs. 6 Cela semble te couper de ta Source et te rendre différent de Lui. 7 Cela te fait croire qu’Il est pareil à ce que tu penses être devenu, car nul ne peut concevoir son Créateur différent de soi-même.

2. Coupé de ton Soi, qui garde connaissance d’être pareil à Son Créateur, ton Soi semble dormir, tandis que la partie de ton esprit qui tisse des illusions dans son sommeil paraît être éveillée. 2 Tout cela peut-il venir d’avoir des rancoeurs ? 3 Oh oui ! 4 Car celui qui a des rancoeurs nie qu’il a été créé par l’amour, et son Créateur est devenu apeurant pour lui dans son rêve de haine. 5 Qui peut rêver de haine et ne pas craindre Dieu ?

3. Autant il est sûr que ceux qui ont des rancoeurs vont redéfinir Dieu à leur propre image, autant il est certain que Dieu les a créés pareils à Lui et les a définis comme faisant partie de Lui. 2 Autant il est sûr que ceux qui ont des rancoeurs vont ressentir de la culpabilité, autant il est certain que ceux qui pardonnent trouveront la paix. 3 Autant il est sûr que ceux qui ont des rancoeurs vont oublier qui ils sont, autant il est certain que ceux qui pardonnent s’en souviendront.

4. Ne serais-tu pas désireux de renoncer à tes rancoeurs, si tu croyais que tout cela était vrai ? 2 Peut-être ne penses-tu pas pouvoir lâcher prise de tes rancoeurs. 3 Cela, toutefois, n’est qu’une question de motivation. 4 Aujourd’hui nous allons essayer de découvrir comment tu te sentirais sans elles. 5 Si tu réussis ne serait-ce qu’un tout petit peu, tu n’auras plus jamais de problème de motivation.

5. Commence la période d’exercice plus longue d’aujourd’hui en recherchant dans ton esprit ceux contre qui tu as ce que tu considères comme des rancoeurs majeures. 2 Certains d’entre eux seront très faciles à trouver. 3 Puis pense aux rancoeurs apparemment mineures que tu as contre ceux que tu aimes bien et que tu penses même aimer beaucoup. 4 Il t’apparaîtra vite qu’il n’y a personne contre qui tu ne nourris pas quelque sorte de rancoeurs. 5 Cela t’a laissé seul dans tout l’univers dans ta perception de toi-même.

6. Détermine-toi maintenant à voir tous ces gens comme des amis. 2 Dis-leur à tous, en pensant tour à tour à chacun :

3 Je voudrais te voir comme un ami, afin que je me souvienne que tu fais partie de moi, et que j’en vienne à me connaître moi-même.

4 Passe le reste de la période d’exercice à essayer de penser que tu es complètement en paix avec tous et avec tout, en sécurité dans un monde qui te protège et qui t’aime, et que tu aimes en retour. 5 Essaie de sentir la sécurité qui t’entoure, qui plane au-dessus de toi et te soutient. 6 Essaie de croire, même très brièvement, que rien ne peut te nuire en aucune façon. 7 À la fin de la période d’exercice, dis-toi :

8 L’amour n’a pas de rancoeurs. 9 Quand je lâche prise de toutes mes rancoeurs, je connais que je suis en parfaite sécurité.

7. Les périodes d’exercice plus courtes devraient inclure une application rapide de l’idée d’aujourd’hui sous la forme suivante, chaque fois que surgit une pensée de rancoeur contre qui que ce soit, qu’il soit physiquement présent ou non :

2 L’amour n’a pas de rancoeurs. 3 Ne me laisse pas trahir mon Soi.

4 De plus, répète l’idée plusieurs fois par heure sous la forme suivante :

5 L’amour n’a pas de rancoeurs. 6 Je voudrais m’éveiller à mon Soi en mettant de côté toutes mes rancoeurs et en m’éveillant en Lui.

L’inspiration

L’héritage du Fils de Dieu (T-11.IV ici)

1. N’oublie jamais que la Filialité est ton salut, car la Filialité est ton Soi. 2 En tant que création de Dieu, Il est à toi; et parce qu’il t’appartient, Il est à Lui. 3 Ton Soi n’a point besoin de salut, mais ton esprit a besoin d’apprendre ce qu’est le salut. 4 Tu n’es pas sauvé de quoi que ce soit, mais tu es sauvé pour la gloire. 5 La gloire est ton héritage, à toi donné par ton Créateur afin que tu puisses l’étendre. 6 Or si tu hais une partie de ton Soi, toute ta compréhension est perdue parce que tu regardes sans amour ce que Dieu a créé toi. 7 Et puisque ce qu’il a créé fait partie de Lui, tu Lui nies Sa place en Son Propre autel.

2. Pourrais-tu essayer de rendre Dieu sans demeure et connaître que tu es chez toi? 2 Le Fils peut-il nier le Père sans croire que le Père l’a nié? 3 Les lois de Dieu ne tiennent que pour ta protection, et elles ne tiennent jamais en vain. 4 Ce que tu éprouves quand tu nies ton Père est encore pour ta protection, car le pouvoir de ta volonté ne peut pas être diminué sans l’intervention de Dieu contre lui; or toute limitation de ton pouvoir n’est pas la Volonté de Dieu. 5 Par conséquent, tourne-toi uniquement vers le pouvoir que Dieu t’a donné pour te sauver, en te souvenant qu’il est à toi parce qu’il est à Lui, et joins-toi à tes frères dans Sa paix.

3. Ta paix réside dans son illimitation. 2 Limite la paix que tu partages, et ton Soi doit t’être inconnu. 3 Chaque autel à Dieu fait partie de toi, parce que la lumière qu’il a créée ne fait qu’un avec Lui. 4 Voudrais-tu couper un frère de la lumière qui est à toi ? 5 Tu ne le ferais pas si tu te rendais compte que tu ne peux enténébrer que ton propre esprit. 6 Comme tu ramènes ton frère, ainsi toi-même tu retourneras. 7 Telle est la loi de Dieu, pour la protection de l’Entièreté de Son Fils.

4. Toi seul peux te priver de quoi que ce soit. 2 Ne t’oppose pas à cette prise de conscience, car c’est véritablement le commencement des premières lueurs. 3 Souviens-toi aussi que le déni de ce simple fait prend de nombreuses formes; et ces formes, tu dois apprendre à les reconnaître et à t’y opposer fermement, sans exception. 4 C’est une étape cruciale dans le nouveau réveil. 5 Les phases initiales de ce renversement sont souvent assez douloureuses, car lorsque le blâme est retiré du dehors, il y a une forte tendance à le nourrir au-dedans. 6 Il est difficile au début de se rendre compte que c’est exactement la même chose, car il n’y a aucune distinction entre le dedans et le dehors.

5. Si tes frères font partie de toi et que tu les blâmes de tes privations, tu te blâmes toi-même. 2 Et tu ne peux pas te blâmer toi-même sans les blâmer. 3 C’est pourquoi le blâme doit être défait, et non vu ailleurs. 4 Fais-toi-le porter et tu ne peux pas te connaître, car il n’y a que l’ego qui blâme. 5 Le blâme de soi est donc une identification à l’ego, et c’est autant une défense de l’ego que de blâmer les autres. 6 Tu ne peux pas entrer en la Présence de Dieu si tu attaques Son Fils. 7 Quand Son Fils élèvera la voix à la louange de son Créateur, il entendra la Voix pour son Père. 8 Or le Créateur ne peut pas être loué sans Son Fils, car Leur gloire est partagée et Ils sont glorifiés ensemble.

6. Le Christ est à l’autel de Dieu, attendant d’y accueillir Son Fils. 2 Mais viens entièrement sans condamnation, car autrement tu croiras que la porte est barrée et que tu ne peux pas entrer. 3 La porte n’est pas barrée et il est impossible que tu ne puisses entrer dans le lieu où Dieu veut que tu sois. 4 Mais aime-toi de l’Amour du Christ, car c’est ainsi que t’aime ton Père. 5 Tu peux refuser d’entrer, mais tu ne peux pas barrer la porte que le Christ tient ouverte. 6 Viens à moi qui la tiens ouverte pour toi, car tant que je vis elle ne peut être fermée, et je vis pour toujours. 7 Dieu est ma vie et la tienne, et il n’est rien que Dieu nie à Son Fils.

7. À l’autel de Dieu, le Christ attend le rétablissement de Lui-même en toi. 2 Dieu connaît Son Fils aussi entièrement irréprochable que Lui-même, et c’est en appréciant Son Fils que l’on s’approche de Lui. 3 Le Christ attend que tu L’acceptes comme étant toi-même, et Son entièreté comme étant la tienne. 4 Car le Christ est le Fils de Dieu, Qui vit en Son Créateur et resplendit de Sa gloire. 5 Le Christ est l’extension de l’Amour et de la beauté de Dieu, aussi parfait que Son Créateur et en paix avec Lui.

8. Béni soit le Fils de Dieu dont le rayonnement est de son Père, et qui a pour volonté de partager sa gloire comme son Père la partage avec lui. 2 Il n’y a pas de condamnation dans le Fils, car il n’y a pas de condamnation dans le Père. 3 Partageant l’Amour parfait du Père, le Fils doit partager ce qui Lui appartient, car autrement il ne connaîtra ni le Père ni le Fils. 4 La paix soit avec toi qui reposes en Dieu, et en qui repose la Filialité tout entière.

UCEM~LEÇON 67 – L’amour m’a créé pareil à soi-même.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 67 - L’amour m’a créé pareil à soi-même., Un Cours en Miracles on mars 8, 2009 at 3:25

8 mars ~

La leçon ici

1. L’idée d’aujourd’hui est un énoncé complet et exact de ce que tu es. 2 C’est pour cela que tu es la lumière du monde. 3 C’est pour cela que Dieu t’a désigné comme le sauveur du monde. 4 C’est pour cela que le Fils de Dieu se tourne vers toi pour son salut. 5 Il est sauvé par ce que tu es. 6 Nous ferons tous nos efforts aujourd’hui pour atteindre cette vérité à ton sujet et pour nous rendre pleinement compte, ne serait-ce qu’un moment, que c’est la vérité.

2. Pendant la période d’exercice plus longue, nous réfléchirons à ta réalité et à sa nature entièrement inchangée et inchangeable. 2 Nous commencerons par répéter cette vérité à ton sujet, puis nous passerons quelques minutes à ajouter quelques pensées pertinentes, telles que :

3 La sainteté m’a créé saint.

4 La bonté m’a créé bon.

5 L’aide m’a créé capable d’aider.

6 La perfection m’a créé parfait.

7 Tout attribut qui est en accord avec Dieu tel qu’Il Se définit Lui-même est approprié. 8 Nous essayons aujourd’hui de défaire ta définition de Dieu et de la remplacer par la Sienne. 9 Nous essayons aussi de souligner le fait que tu fais partie de Sa définition de Lui-même.

3. Après avoir repassé dans ton esprit plusieurs pensées pertinentes de ce genre, essaie de laisser tomber toute pensée pendant un bref intervalle de préparation, puis essaie d’aller plus loin que toutes les images et toutes les idées préconçues que tu as de toi-même, jusqu’à la vérité en toi. 2 Si l’amour t’a créé pareil à soi-même, ce Soi doit être en toi. 3 Et quelque part dans ton esprit, Il est là pour que tu Le trouves.

4. Peut-être trouveras-tu nécessaire de répéter l’idée d’aujourd’hui de temps en temps pour remplacer les pensées qui te distraient. 2 Peut-être aussi trouveras-tu que cela n’est pas suffisant et que tu as besoin de continuer à ajouter d’autres pensées reliées à la vérité à ton sujet. 3 Mais il se peut que tu réussisses à aller plus loin, passé l’intervalle où tu ne penses à rien, jusqu’à prendre conscience d’une lumière éclatante dans laquelle tu te reconnais toi-même tel que l’amour t’a créé. 4 Sois assuré que tu feras beaucoup aujourd’hui pour rapprocher cette prise de conscience, que tu penses avoir réussi ou non.

5. Cela t’aidera particulièrement aujourd’hui de répéter l’idée du jour aussi souvent que tu le pourras. 2 Tu as besoin d’entendre la vérité à ton sujet aussi fréquemment que possible, parce que ton esprit est tellement préoccupé de fausses images de soi. 3 Il serait extrêmement bénéfique de te rappeler quatre ou cinq fois par heure, peut-être davantage, que l’amour t’a créé pareil à soi-même. 4 Entends en cela la vérité sur toi-même.

6. Pendant les périodes d’exercice plus courtes, essaie de te rendre compte que ce n’est pas ta minuscule voix solitaire qui te dit cela. 2 C’est la Voix pour Dieu, Qui te rappelle ton Père et ton Soi. 3 C’est la Voix de la vérité, qui remplace tout ce que l’ego te dit à ton sujet par la simple vérité au sujet du Fils de Dieu. 4 Tu as été créé par l’amour pareil à soi-même.

L’inspiration

Je suis béni en tant que Fils de Dieu. (L-I.40 ici)

1. Aujourd’hui nous allons commencer à faire valoir certaines des choses heureuses auxquelles tu as droit, étant ce que tu es. 2 De longues périodes d’exercice ne sont pas requises aujourd’hui, mais de courtes périodes très fréquentes sont nécessaires. 3 Une toutes les dix minutes serait très souhaitable; et il est vivement conseillé que tu essaies cet horaire et le respectes autant que possible. 4 Si tu oublies, essaie encore. 5 S’il y a de longues interruptions essaie encore. 6 Chaque fois que tu t’en souviens, essaie encore.

2. Tu n’as pas besoin de fermer les yeux pendant les périodes d’exercice, mais tu verras probablement que cela t’aide si tu le fais. 2 Il se peut toutefois que pendant la journée tu te trouves dans un certain nombre de situations où il ne sera pas possible de fermer les yeux. 3. Ne manque pas une période d’exercice à cause de cela. 4 Tu peux très bien faire l’exercice en n’importe quelle circonstance si tu le veux vraiment.

3. Les exercices d’aujourd’hui prennent peu de temps et n’exigent aucun effort. 2 Répète l’idée d’aujourd’hui, puis ajoute plusieurs des qualités que tu associes au fait d’être un Fils de Dieu, en te les appliquant à toi-même. 3 Une période d’exercice pourrait, par exemple, consister en ce qui suit :

4 Je suis béni en tant que Fils de Dieu.

5 Je suis heureux, en paix, aimant et satisfait.

6 Une autre pourrait prendre la forme suivante :

7 Je suis béni en tant que Fils de Dieu.

8 Je suis calme, tranquille, assuré et confiant.

9. Si tu ne disposes que d’une courte période, il suffira de te dire que tu es béni en tant que Fils de Dieu.

UCEM~LEÇON 66 – Mon bonheur et ma fonction ne font qu’un.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 66 - Mon bonheur et ma fonction ne font qu’un., Un Cours en Miracles on mars 7, 2009 at 4:57

7 mars ~ QuandLeBonheur

La leçon ici

1. Tu as sûrement remarqué que nos dernières leçons mettaient l’accent sur la connexion entre remplir ta fonction et atteindre le bonheur. 2 C’est parce que tu ne vois pas réellement cette connexion. 3 Or il y a plus que juste une connexion entre les deux : ils sont les mêmes. 4 Leurs formes sont différentes mais leur contenu est complètement un.

2. L’ego se bat constamment avec le Saint-Esprit sur la question fondamentale de savoir ce qu’est ta fonction. 2 Ainsi se bat-il constamment avec le Saint-Esprit sur ce qu’est ton bonheur. 3 Ce n’est pas une bataille à deux. 4 L’ego attaque et le Saint-Esprit ne répond pas. 5 Il connaît ce qu’est ta fonction. 6 Il connaît que c’est ton bonheur.

3. Aujourd’hui nous allons tenter d’aller passé cette bataille entièrement in-signifiante pour arriver à la vérité au sujet de ta fonction. 2 Nous ne nous lancerons pas dans d’insensées discussions au sujet de ce qu’elle est. 3 Nous ne deviendrons pas désespérément occupés à définir le bonheur et à déterminer les moyens de l’atteindre. 4 Nous ne complairons pas à l’ego en écoutant ses attaques contre la vérité. 5 Nous serons simplement contents de pouvoir découvrir ce qu’est la vérité.

4. Le but de notre période d’exercice plus longue aujourd’hui est d’accepter le fait qu’il y a non seulement une très réelle connexion entre la fonction que Dieu t’a donnée et ton bonheur, mais qu’ils sont en fait identiques. 2 Dieu te donne seulement le bonheur. 3 Par conséquent, la fonction qu’Il t’a donnée doit être le bonheur, même si elle paraît être différente. 4 Les exercices d’aujourd’hui tentent d’aller au-delà de ces différences d’apparence et de reconnaître un contenu commun là où il existe en vérité.

5. Commence la période d’exercice de dix à quinze minutes en révisant les pensées suivantes :

2 Dieu me donne seulement le bonheur.

3 Il m’a donné ma fonction.

4 Par conséquent, ma fonction doit être le bonheur.

5 Essaie de voir la logique de cet enchaînement, même si tu n’en acceptes pas encore la conclusion. 6 C’est seulement si les deux premières pensées étaient fausses que la conclusion pourrait l’être. 7 Pensons donc aux prémisses pendant un moment, tout en faisant l’exercice.

6. La première prémisse est que Dieu te donne seulement le bonheur. 2 Cela pourrait être faux, bien sûr, mais pour que ce soit faux il est nécessaire de définir Dieu comme quelque chose qu’Il n’est pas. 3 L’Amour ne peut pas donner le mal, et ce qui n’est pas le bonheur est le mal. 4 Dieu ne peut pas donner ce qu’Il n’a pas, et Il ne peut pas avoir ce qu’Il n’est pas. 5 À moins que Dieu te donne seulement le bonheur, Il doit être mauvais. 6 Et c’est cette définition de Lui que tu crois si tu n’acceptes pas la première prémisse.

7. La seconde prémisse est que Dieu t’a donné ta fonction. 2 Nous avons vu qu’il y a seulement deux parties de ton esprit. 3 L’une est gouvernée par l’ego et est faite d’illusions. 4 L’autre est la demeure du Saint-Esprit, où réside la vérité. 5 Il n’y a pas d’autres guides que ceux-là entre lesquels tu puisses choisir et pas d’autres conséquences possibles résultant de ton choix, sinon la peur que l’ego engendre toujours et l’amour qu’offre toujours le Saint-Esprit pour la remplacer.

8. Ainsi, ce doit être que ta fonction est établie par Dieu par Sa Voix, ou qu’elle est faite par l’ego que tu as fait pour Le remplacer. 2 Lequel est vrai ? 3 À moins que Dieu t’ait donné ta fonction, ce doit être un don de l’ego. 4 L’ego a-t-il réellement des dons à faire, étant lui-même une illusion et n’offrant que l’illusion de dons ?

9. Réfléchis à cela pendant la période d’exercice plus longue aujourd’hui. 2 Pense aussi aux nombreuses formes que l’illusion de ta fonction a prises dans ton esprit, et aux nombreuses façons dont tu as essayé de trouver le salut avec l’ego pour guide. 3 L’as-tu trouvé ? 4 Étais-tu heureux ? 5 T’ont-elles apporté la paix ? 6 Nous avons besoin d’une grande honnêteté aujourd’hui. 7 Souviens-toi honnêtement des résultats et demande-toi aussi s’il a jamais été raisonnable d’attendre le bonheur de quoi que ce soit que l’ego ait jamais proposé. 8 Or l’ego est la seule alternative à la Voix du Saint-Esprit.

10. Tu écouteras la folie ou tu entendras la vérité. 2 Essaie de faire ce choix en pensant aux prémisses sur lesquelles repose notre conclusion. 3 Nous pouvons partager cette conclusion, mais aucune autre. 4 Car Dieu Lui-même la partage avec nous. 5 L’idée d’aujourd’hui est un autre pas de géant vers la perception du même comme le même et du différent comme différent. 6 D’un côté sont toutes les illusions. 7 De l’autre est toute la vérité. 8 Essayons aujourd’hui de nous rendre compte que seule la vérité est vraie.

11. Pendant les périodes d’exercice plus courtes, qui t’aideraient le plus aujourd’hui si elles étaient entreprises deux fois par heure, la forme d’application suivante est suggérée :

2 Mon bonheur et ma fonction ne font qu’un, parce que Dieu m’a donné les deux.

3 Il ne faudra pas plus d’une minute, et probablement moins, pour répéter lentement ces mots et y penser un petit moment tout en les disant.

L’inspiration

La simplicité du salut (T-31.I ici)

1. Comme le salut est simple ! 2 Tout ce qu’il dit, c’est que ce qui n’a jamais été vrai n’est pas vrai maintenant et ne le sera jamais. 3 L’impossible ne s’est pas produit et ne peut pas avoir d’effets. 4 Et c’est tout. 5 Cela peut-il être dur à apprendre pour quiconque veut que ce soit vrai? 6 Seul l’indésir de l’apprendre pourrait rendre difficile une leçon si facile. 7 Est-ce si dur de voir que ce qui est faux ne peut être vrai, et que ce qui est vrai ne peut être faux? 8 Tu ne peux plus dire que tu ne perçois pas de différences entre faux et vrai. 9 Il t’a été dit exactement comment les distinguer l’un de l’autre, et quoi faire au juste en cas de confusion. 10 Pourquoi donc persistes-tu à ne pas apprendre de si simples choses?

2. Il y a une raison. 2 Mais ne la confonds pas avec une difficulté dans les choses simples que le salut te demande d’apprendre. 3 Il n’enseigne que le très évident. 4 Il va simplement d’une leçon apparente à la suivante, par petites étapes faciles qui te conduisent doucement de l’une à l’autre, sans aucun effort. 5 Cela ne peut pas prêter à confusion, et pourtant la confusion règne en toi. 6 Car tu crois en quelque sorte qu’il est plus facile d’apprendre et de comprendre ce qui est totalement confus. 7 Ce que tu t’es enseigné toi-même représente un tel exploit d’apprentissage que c’est certes incroyable. 8 Mais tu l’as accompli parce que tu le voulais, et tu n’as pas relâché ta diligence pour le juger difficile à apprendre ou trop complexe à saisir.

3. Nul qui comprend ce que tu as appris, tout le soin que tu as mis à l’apprendre, et la peine que tu t’es donnée pour appliquer et répéter sans fin les leçons, sous toutes les formes où tu pouvais les concevoir, ne pourrait jamais douter du pouvoir de ton aptitude à apprendre. 2 Il n’y a pas au monde de plus grand pouvoir. 3 C’est par lui que le monde a été fait, qui encore maintenant ne dépend de rien d’autre. 4 Les leçons que tu t’es enseignées ont été tellement sur-apprises et fixées qu’elles montent comme de lourds rideaux pour obscurcir le simple et l’évident. 5 Ne dis pas que tu ne peux pas les apprendre. 6 Car ton pouvoir d’apprendre est assez fort pour t’enseigner que ta volonté n’est pas la tienne, que tes pensées ne t’appartiennent pas, et même que tu es quelqu’un d’autre.

4. Qui pourrait maintenir que de telles leçons sont faciles? 2 Or tu as appris plus que cela. 3 Tu as continué, entreprenant chaque étape, aussi difficile soit-elle, sans te plaindre, jusqu’à ce qu’un monde ait été bâti qui te convenait. 4 Et chaque leçon qui compose le monde découle du premier accomplissement de l’apprentissage : une énormité si grande que la Voix du Saint-Esprit semble n’être qu’un murmure, doux et léger, devant son immensité. 5 Le monde a commencé par une seule étrange leçon, assez puissante pour rendre Dieu oublié, et Son Fils à lui-même étranger, exilé de la demeure où Dieu Lui-même l’a établi. 6 Toi qui t’es enseigné que le Fils de Dieu est coupable, ne dis pas que tu ne peux pas apprendre les simples choses que le salut t’enseigne !

5. Apprendre est une aptitude que tu as faite et t’es donnée toi-même. 2 Elle n’a pas été faite pour accomplir la Volonté de Dieu, mais pour soutenir le souhait qu’on puisse s’y opposer, et qu’une volonté à part d’elle soit encore plus réelle qu’elle. 3 Et c’est cela que ton apprentissage a cherché à démontrer, et tu as appris ce qu’il a été fait pour enseigner. 4 Et maintenant ton ancien sur-apprentissage se dresse implacablement devant la Voix de la vérité, et t’enseigne que Ses leçons ne sont pas vraies; trop dures à apprendre, trop difficiles à voir, trop opposées à ce qui est réellement vrai. 5 Or tu les apprendras, car les apprendre est le seul but que le Saint-Esprit voit dans le monde entier pour ton aptitude à apprendre. 6 Ses simples leçons de pardon ont un pouvoir plus considérable que les tiennes, parce qu’elles t’appellent de Dieu et de ton Soi.

6. Est-ce une petite Voix, un murmure si doux et si léger qu’Elle ne peut S’élever au-dessus du bruit insensé des sons qui ne signifient rien? 2 Dieu n’a pas voulu que Son Fils L’oubliât. 3 Et la puissance de Sa Volonté est dans la Voix qui parle pour Lui. 4 Quelle leçon apprendras-tu? 5 Quel résultat est inévitable, aussi sûr que Dieu, et bien au-delà de tout doute et questionnement? 6 Se peut-il que ton petit apprentissage, à l’étrange résultat et d’une incroyable difficulté, résiste aux simples leçons qui te sont enseignées à chaque instant de chaque jour, depuis que le temps a commencé et que l’apprentissage a été fait?

7. De leçons à apprendre, il n’y en a que deux. 2 Chacune a son résultat dans un monde différent. 3 Et chaque monde s’ensuit sûrement de sa source. 4 Le résultat certain de la leçon que le Fils de Dieu est coupable est le monde que tu vois. 5 C’est un monde de terreur et de désespoir. 6 Il n’y a pas non plus d’espoir de bonheur en lui. 7 Il n’y a pas de plan que tu puisses faire pour ta sécurité qui jamais ne réussira. 8 Il n’y a pas de joie que tu puisses chercher ici et espérer trouver. 9 Or cela n’est pas le seul résultat que ton apprentissage peut produire. 10 Peu importe à quel point tu peux avoir sur-appris la tâche que tu as choisie, la leçon qui reflète l’Amour de Dieu est encore plus forte. 11 Tu apprendras que le Fils de Dieu est innocent et verras un autre monde.

8. Le résultat de la leçon que le Fils de Dieu est non coupable est un monde dans lequel il n’y a pas de peur, où tout est éclairé d’espoir et scintille d’une douce amabilité. 2 Il n’est rien qui ne t’appelle avec tendresse pour être ton ami, et que tu le laisses se joindre à toi. 3 Et jamais un appel ne reste inentendu, incompris, ou n’est laissé sans recevoir une réponse dans la langue même où l’appel a été fait. 4 Et tu comprendras que c’était cet appel que chacun et chaque chose au monde a toujours fait; mais tu ne l’avais pas perçu tel qu’il était. 5 Et maintenant tu vois que tu faisais erreur. 6 Tu étais trompé par les formes dans lesquelles l’appel était caché. 7 Et ainsi tu ne l’avais pas entendu, et tu avais perdu un ami qui avait toujours voulu faire partie de toi. 8 Ce tendre appel éternel de chaque partie de la création de Dieu vers le tout, est entendu de par le monde qu’apporte cette deuxième leçon.

9. Il n’est pas une chose vivante qui ne partage la Volonté universelle d’être entière, et que tu ne laisses pas son appel inentendu. 2 Sans ta réponse, elle est abandonnée à la mort, comme elle est sauvée de la mort quand tu as entendu son appel comme étant l’ancien appel à la vie, et compris que ce n’est que le tien. 3 Le Christ en toi Se souvient de Dieu avec autant de certitude qu’il connaît Son Amour. 4 Mais c’est seulement si Son Fils est innocent qu’il peut être Amour. 5 Car Dieu serait certes peur si celui qu’il a créé innocent pouvait être l’esclave de la culpabilité. 6 Le Fils parfait de Dieu se souvient de sa création. 7 Mais dans la culpabilité il a oublié ce qu’il est réellement.

10. De même que la peur de Dieu est le résultat certain de la leçon que Son Fils est coupable, de même il doit se souvenir de l’Amour de Dieu quand il apprend son innocence. 2 Car la haine doit engendrer la peur, et regarder son père comme elle-même. 3 Comme tu fais erreur, toi qui manques d’entendre l’appel qui fait écho à chaque semblant d’appel à la mort, qui chante derrière chaque attaque meurtrière et plaide pour que l’amour rétablisse ce monde mourant. 4 Tu ne comprends pas Qui t’appelle derrière chaque forme de haine, chaque appel à la guerre. 5 Or tu Le reconnaîtras en Lui répondant dans la langue où Il appelle. 6 Il apparaîtra quand tu Lui auras répondu, et tu connaîtras en Lui que Dieu est Amour.

11. Qu’est-ce que la tentation, sinon le souhait de prendre la mauvaise décision quant à ce que tu voudrais apprendre, et d’avoir un résultat que tu ne veux pas? 2 C’est la re-connaissance du fait que c’est un état d’esprit non désiré qui devient le moyen par lequel le choix est réexaminé; un autre résultat est vu comme préféré. 3 Tu es trompé si tu crois que tu veux le désastre, la désunion et la douleur. 4 N’entends pas l’appel à cela au-dedans de toi. 5 Mais écoute, plutôt, l’appel plus profond au-delà de celui-là, qui invite à la paix et à la joie. 6 Et le monde entier te donnera la joie et la paix. 7 Car de même que tu entends, tu réponds. 8 Et voilà ! 9 Ta réponse est la preuve de ce que tu as appris. 10 Son résultat est le monde que tu vois.

12. Soyons calmes un instant et oublions toutes les choses que nous avons jamais apprises, toutes les pensées que nous avons eues, chaque préconception que nous avons sur ce que les choses signifient et ce qu’est leur but. 2 Ne nous souvenons pas de nos propres idées sur ce à quoi sert le monde. 3 Nous ne le savons pas. 4 Puisse chaque image que nous avons d’autrui être relâchée de nos esprits et balayée.

13. Sois innocent de jugement, inconscient de toute pensée de mal ou de bien qui t’a jamais traversé l’esprit à propos de quiconque. 2 Maintenant tu ne le connais pas. 3 Mais tu es libre d’apprendre qui il est, et de le connaître à nouveau. 4 Maintenant il est né à nouveau pour toi, comme tu es né à nouveau pour lui, sans le passé qui le condamnait à mourir, et toi avec lui. 5 Maintenant il est libre de vivre comme tu es libre, parce qu’un ancien apprentissage s’en est allé, laissant une place pour que la vérité puisse renaître.

UCEM~LEÇON 65 – Ma seule fonction est celle que Dieu m’a donnée.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 65 - Ma seule fonction est celle que Dieu m’a donnée., Un Cours en Miracles on mars 6, 2009 at 4:00

6 mars ~ Tableau de Qu Qianmei II

La pratique de la leçon ici

La leçon

1. L’idée d’aujourd’hui réaffirme ton engagement envers le salut. 2 Elle te rappelle aussi que tu n’as pas d’autre fonction que celle-là. 3 Ces deux pensées sont bien sûr nécessaires pour un engagement total. 4 Le salut ne peut pas être le seul but que tu as tant que tu en chéris encore d’autres. 5 Accepter pleinement le salut pour ta seule fonction entraîne nécessairement deux phases : reconnaître que le salut est ta fonction, puis renoncer à tous les autres buts que tu t’es inventés.

2. C’est la seule façon pour toi de prendre ta juste place parmi les sauveurs du monde. 2 C’est la seule façon de pouvoir dire en le pensant vraiment : ” Ma seule fonction est celle que Dieu m’a donnée.” 3 C’est la seule façon pour toi de trouver la paix d’esprit.

3. Aujourd’hui et pendant les quelques jours suivants, réserve dix à quinze minutes pour une période d’exercice plus soutenue, pendant laquelle tu essaies de comprendre et d’accepter ce que l’idée du jour signifie réellement. 2 L’idée d’aujourd’hui t’offre l’évasion hors de toutes tes difficultés perçues. 3 Elle place la clef ouvrant la porte de la paix, que tu as fermée derrière toi, entre tes propres mains. 4 Elle te donne la réponse à toutes les quêtes que tu as entreprises depuis le commencement des temps.

4. Essaie, si possible, de faire les périodes d’exercice plus longues à peu près au même moment chaque jour. 2 Essaie aussi de fixer cet horaire par avance, puis de t’y tenir aussi étroitement que possible. 3 Le but est d’organiser ta journée de telle sorte que tu as réservé du temps pour Dieu, comme pour tous les objectifs et les buts banals que tu poursuivras. 4 Cela fait partie de l’entraînement à long terme en vue d’acquérir la discipline dont ton esprit a besoin pour que le Saint-Esprit puisse l’utiliser constamment dans le but qu’Il partage avec toi.

L’inspiration

La bifurcation de la route (T-22.IV ici)

1. Quand tu arrives à l’endroit où la bifurcation de la route est tout à fait apparente, tu ne peux pas continuer. 2 Tu dois prendre soit une voie, soit l’autre. 3 Car maintenant si tu vas droit devant, dans la voie que tu suivais avant d’atteindre la fourche, tu n’iras nulle part. 4 Si tu t’es rendu si loin, c’est dans le seul but de décider de quel côté tu iras maintenant. 5 La voie que tu as prise jusqu’ici n’a plus d’importance. 6 Elle ne peut plus servir. 7 Nul ne peut prendre la mauvaise décision qui se rend si loin, bien qu’il puisse retarder. 8 Et de tout le voyage, il n’est pas une partie qui semble plus désespérée et plus futile que de se tenir là où la route bifurque sans se décider sur la voie à prendre.

2. Ce ne sont que les quelques premiers pas sur la bonne voie qui semblent difficiles, car tu as choisi, même si tu penses peut-être encore pouvoir retourner en arrière et faire l’autre choix. 2 Il n’en est rien. 3 Un choix qui s’appuie sur la puissance du Ciel ne peut pas être défait. 4 Ta voie est décidée. 5 Il n’est rien qui ne te sera dit, si tu reconnais cela.

3. Ainsi ton frère et toi, vous vous tenez là, en ce saint lieu, devant le voile du péché qui pend entre vous et la face du Christ. 2 Qu’il soit levé ! 3 Soulève-le avec ton frère, car ce n’est qu’un voile dressé entre vous. 4 Soit toi ou ton frère seul le verra comme un bloc solide, sans se rendre compte de la minceur du rideau qui vous sépare maintenant. 5 Or il a presque disparu dans ta conscience et la paix t’a rejoint même ici, devant le voile. 6 Pense à ce qui arrivera après. 7 L’Amour du Christ illuminera ton visage et de lui resplendira sur un monde enténébré qui a besoin de lumière. 8 Et de ce saint lieu Il retournera avec toi, sans le quitter ni te quitter, toi. 9 Tu deviendras Son messager, Le retournant à Lui-même.

4. Pense à la beauté que tu verras, toi qui fais route avec Lui ! 2 Et pense comme toi et ton frère serez beau l’un pour l’autre ! 3 Comme vous serez heureux d’être ensemble, après un si long et solitaire voyage où chacun marchait seul. 4 Les portes du Ciel, maintenant ouvertes pour vous, vous les ouvrirez maintenant aux chagrinés. 5 Et nul ne regardera le Christ en toi qui ne se réjouira. 6 Comme elle est belle, la vue qui s’offrait à toi derrière le voile et que tu apporteras pour éclairer les yeux fatigués de ceux qui sont aussi las maintenant que tu l’étais. 7 Comme ils seront reconnaissants de te voir venir parmi eux, offrant le pardon du Christ pour dissiper leur foi dans le péché.

5. Chaque erreur que vous faites, toi et ton frère, l’autre l’aura doucement corrigée. 2 Car à ses yeux ta beauté est son salut, qu’il voudrait protéger du nuisible. 3 Et tu seras le puissant protecteur de ton frère contre tout ce qui semble se dresser entre vous deux. 4 Ainsi tu parcourras le monde avec moi, dont le message n’a pas encore été donné à tous. 5 Car tu es ici pour qu’il soit reçu. 6 L’offre de Dieu est toujours bonne, mais elle attend d’être acceptée. 7 De toi qui l’as acceptée, elle est reçue. 8 Entre tes mains, jointes à celles de ton frère, elle est remise en sûreté, car toi qui la partages en es devenu le gardien et le protecteur volontaire.

6. À tous ceux qui partagent l’Amour de Dieu, la grâce est donnée d’être les donneurs de ce qu’ils ont reçu. 2 Ainsi ils apprennent que cela leur appartient à jamais. 3 Toutes les barrières disparaissent devant leur venue, comme chaque obstacle a finalement été surmonté qui auparavant semblait se dresser et leur bloquer le chemin. 4 Ce voile que toi et ton frère levez ensemble, ce n’est pas qu’à vous qu’il ouvre la voie vers la vérité. 5 Ceux qui voudraient laisser les illusions être levées de leurs esprits sont les sauveurs de ce monde, qui parcourent le monde avec leur Rédempteur et portent Son message d’espoir, de liberté et de délivrance de la souffrance à quiconque a besoin d’un miracle pour être sauvé.

7. Comme il est facile d’offrir ce miracle à chacun ! 2 Nul ne pourrait trouver cela difficile qui l’a reçu pour lui-même. 3 Car en le recevant, il a appris qu’il n’était pas donné à lui seul. 4 Telle est la fonction d’une relation sainte : recevoir ensemble et donner comme vous avez reçu. 5 Devant le voile cela semble encore difficile. 6 Mais tends ta main, jointe à celle de ton frère, et touche ce bloc qui semble si lourd, et tu apprendras avec quelle facilité tes doigts glissent au travers de ce néant. 7 Ce n’est pas un mur solide. 8 Seule une illusion se dresse entre toi et ton frère, et le saint Soi que vous partagez ensemble.

UCEM~LEÇON 64 – Que je n’oublie pas ma fonction.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 64 - Que je n’oublie pas ma fonction., Un Cours en Miracles on mars 5, 2009 at 7:52

5 mars ; pardon1

La pratique de la leçon ici

La leçon

1. L’idée d’aujourd’hui n’est qu’une autre façon de dire : “Ne me laisse pas m’égarer en tentation.” 2 Le but du monde que tu vois est d’obscurcir ta fonction de pardon et de te fournir une justification pour l’oublier. 3 C’est la tentation d’abandonner Dieu et Son Fils en prenant une apparence physique. 4 C’est cela que les yeux du corps regardent.

2. De tout ce que les yeux du corps semblent voir, il n’est rien qui puisse être autre chose qu’une forme de tentation, puisque cela était le but même du corps. 2 Or nous avons appris que le Saint-Esprit a une autre utilisation pour toutes les illusions que tu as faites et qu’Il voit donc en elles un autre but. 3 Pour le Saint-Esprit, le monde est un lieu où tu apprends à te pardonner ce que tu penses être tes péchés. 4 Dans cette perception, l’apparence physique de la tentation devient la reconnaissance spirituelle du salut.

3. Pour réviser nos quelques dernières leçons, ta fonction ici est d’être la lumière du monde, une fonction à toi donnée par Dieu. 2 C’est seulement l’arrogance de l’ego qui te conduit à remettre cela en question, et seulement la peur de l’ego qui t’induit à te considérer toi-même comme indigne de la tâche que Dieu Lui-même t’a assignée. 3 Le salut du monde attend ton pardon, parce que par lui le Fils de Dieu échappe de toutes les illusions, et ainsi de toute tentation. 4 Le Fils de Dieu, c’est toi.

4. Ce n’est qu’en remplissant la fonction à toi donnée par Dieu que tu seras heureux. 2 La raison en est que ta fonction est d’être heureux en utilisant les moyens par lesquels le bonheur devient inévitable. 3 Il n’y a pas d’autre voie. 4 Par conséquent, chaque fois que tu choisis de remplir ou non ta fonction, tu choisis en réalité d’être heureux ou non.

5. Souvenons-nous de cela aujourd’hui. 2 Souvenons-nous-en le matin et encore le soir, ainsi que tout le long de la journée. 3 Prépare-toi à l’avance pour toutes les décisions que tu prendras aujourd’hui en te souvenant qu’elles sont toutes réellement très simples. 4 Chacune conduira au bonheur ou au malheur. 5 Une décision aussi simple peut-elle vraiment être difficile à prendre ? 6 Ne laisse pas la forme de la décision te tromper. 7 Une complexité de forme n’implique pas une complexité de contenu. 8 Il est impossible qu’une quelconque décision sur terre puisse avoir un contenu différent de ce simple et unique choix. 9 C’est le seul choix que voit le Saint-Esprit. 10 Par conséquent, c’est le seul choix qui soit.

L’inspiration

Où le péché n’est plus (T-26.IV. ici)

1. Le pardon en ce monde est l’équivalent de la justice du Ciel. 2 Il traduit le monde du péché en un monde simple, où la justice peut se refléter de par-delà les portes derrière lesquelles réside un manque total de limites. 3 Rien dans l’amour sans bornes ne pourrait avoir besoin de pardon. 4 Et ce qui est la charité dans le monde fait place à la simple justice passé les portes qui s’ouvrent sur le Ciel. 5 Nul ne pardonne à moins d’avoir cru dans le péché, et de croire encore qu’il a beaucoup à se faire pardonner. 6 Le pardon devient ainsi le moyen par lequel il apprend qu’il n’a rien fait qui soit à pardonner. 7 Le pardon repose toujours sur celui qui l’offre, jusqu’à ce qu’il se voie lui-même comme n’en ayant plus besoin. 8 Et ainsi il est rendu à sa fonction réelle de créer, que son pardon lui offre à nouveau.

2. Le pardon tourne le monde du péché en un monde de gloire, merveilleux à voir. 2 Chaque fleur luit dans la lumière, et chaque oiseau chante la joie du Ciel. 3 Il n’y a pas de tristesse et il n’y a pas d’adieux ici, car tout est totalement pardonné. 4 Et ce qui a été pardonné doit se joindre, car rien ne se dresse entre eux pour les garder séparés et à part. 5 Ceux qui sont sans péché doivent percevoir qu’ils sont un, car rien ne se dresse entre eux pour repousser l’autre. 6 Et dans l’espace que le péché a laissé vacant, ils se joignent pour ne faire qu’un, reconnaissant avec joie que ce qui fait partie d’eux n’a pas été gardé à part et séparé.

3. Le saint lieu où tu te tiens n’est que l’espace où le péché n’est plus. 2 Et là tu vois la face du Christ s’élevant à sa place. 3 Qui pourrait contempler la face du Christ et ne pas se souvenir de Son Père tel qu’il est réellement? 4 Qui pourrait craindre l’amour et se tenir là où le péché a laissé une place pour que l’autel du Ciel s’élève comme une tour très haut au-dessus du monde et s’étire par-delà l’univers jusqu’à toucher le Cœur de toute création? 5 Qu’est-ce que le Ciel, sinon un chant de gratitude, d’amour et de louange par toute chose créée à la Source de sa création? 6 Le plus saint des autels est érigé là où l’on croyait auparavant qu’était le péché. 7 Et ici viennent toutes les lumières du Ciel, pour être rallumées et augmentées en joie. 8 Car ici ce qui était perdu leur est rendu, et tout leur rayonnement est rendu entier à nouveau.

4. Le pardon n’apporte pas de petits miracles à déposer devant les portes du Ciel. 2 Ici le Fils de Dieu Lui-même vient recevoir chaque don qui le rapproche de sa demeure. 3 Aucun n’est perdu, et aucun n’est chéri plus qu’aucun autre. 4 Chacun lui rappelle l’Amour de son Père aussi sûrement que les autres. 5 Et chacun lui enseigne que ce qu’il craignait est ce qu’il aime le plus. 6 Quoi d’autre qu’un miracle pourrait changer son esprit de sorte qu’il comprenne que l’amour n’est pas à craindre ? 7 Quel autre miracle y a-t-il que celui-là? 8 Et de quoi d’autre est-il besoin pour faire disparaître l’espace entre vous ?

5. Là où auparavant le péché était perçu s’élèvera un monde qui deviendra un autel à la vérité, et tu te joindras là aux lumières du Ciel, et tu chanteras leur chant de gratitude et de louange. 2 Et de même qu’elles viennent à toi pour être complètes, de même tu iras avec elles. 3 Car nul n’entend le chant du Ciel et reste sans une voix qui ajoute sa puissance au chant, et le rende encore plus doux. 4 Et chacun se joint au chant à l’autel qui a été élevé sur le point minuscule que le péché proclamait sien. 5 Et ce qui alors était minuscule s’est envolé dans un chant immense auquel l’univers s’est joint d’une seule voix.

6. Ce minuscule point de péché qui se dresse encore entre toi et ton frère, c’est ce qui retarde l’heureuse ouverture des portes du Ciel. 2 Comme est petite l’entrave qui te prive de la richesse du Ciel. 3 Et comme sera grande la joie dans le Ciel quand tu te joindras au chœur puissant chantant l’Amour de Dieu !

UCEM~LEÇON 63 – La lumière du monde apporte la paix à chaque esprit par mon pardon.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 63 - La lumière du monde apporte la paix à chaque esprit par mon pardon., Un Cours en Miracles on mars 4, 2009 at 6:57

4 mars ~ EHRACxB514Cd

La leçon ici

1. Comme tu es saint, toi qui as le pouvoir d’apporter la paix à chaque esprit ! 2 Comme tu es béni, toi qui peux apprendre à reconnaître le moyen de laisser cela être fait par toi ! 3 Quel but pourrais-tu avoir qui t’apporterait un plus grand bonheur ?

2. Tu es certes la lumière du monde, avec une telle fonction. 2 Le Fils de Dieu se tourne vers toi pour sa rédemption. 3 Tu peux la lui donner, car c’est à toi qu’elle appartient. 4 N’accepte pas de but banal ni d’in-signifiant désir à sa place, ou tu oublieras ta fonction et laisseras le Fils de Dieu en enfer. 5 Ce qui t’est demandé, ce n’est pas une vaine requête. 6 Ce qui t’est demandé, c’est d’accepter le salut afin que tu puisses le donner.

3. En reconnaissant l’importance de cette fonction, nous serons heureux de nous la rappeler très souvent aujourd’hui. 2 Nous commencerons la journée en l’acceptant pour vraie, et nous finirons la journée en l’ayant présente à l’esprit. 3 Et tout le long de la journée, nous répéterons ceci aussi souvent que possible :

4 La lumière du monde apporte la paix à chaque esprit par mon pardon.

5 Je suis le moyen désigné par Dieu pour le salut du monde.

4. Si tu fermes les yeux, tu trouveras probablement qu’il est plus facile de laisser venir à toi des pensées qui s’y rapportent pendant les une ou deux minutes que tu devrais consacrer à considérer cela. 2 Toutefois, n’attends pas une telle occasion. 3 Aucune chance ne devrait être perdue de renforcer l’idée d’aujourd’hui. 4 Souviens-toi que le Fils de Dieu se tourne vers toi pour son salut. 5 Et Qui d’autre que ton Soi doit être Son Fils ?

L’inspiration

Comment le jugement est-il abandonné ?(M-10. ici)

1. Le jugement, comme les autres mécanismes par lesquels le monde des illusions se maintient, est totalement incompris du monde. 2 En fait, il est confondu avec la sagesse et se substitue à la vérité. 3 Selon l’usage que le monde fait du terme, un individu est capable de « bon » ou de « mauvais » jugement, et son éducation vise à renforcer le premier et à minimiser le second. 4 Il y a toutefois une confusion considérable quant à la signification de ces catégories. 5 Ce qui est un « bon » jugement pour l’un est un « mauvais » jugement pour un autre. 6 De plus, même la même personne classe la même action comme une preuve de « bon » jugement à un moment et de « mauvais » jugement à un autre moment. 7 Il n’est pas vraiment possible non plus d’enseigner des critères constants servant à déterminer ce que sont ces catégories. 8 À tout moment l’étudiant peut être en désaccord avec ce qu’en dit son aspirant enseignant, et il se peut très bien que l’enseignant lui-même ne soit pas constant dans ses croyances. 9 Un « bon » jugement, en ce sens, ne signifie rien. 10 Pas plus qu’un « mauvais ».

2. Il est nécessaire pour l’enseignant de Dieu de se rendre compte, non pas qu’il ne devrait pas juger, mais qu’il ne peut pas. 2 En abandonnant le jugement, il abandonne simplement ce qu’il n’avait pas. 3 Il abandonne une illusion, ou mieux : il a l’illusion d’abandonner. 4 En fait, il est simplement devenu plus honnête. 5 Comme il reconnaît qu’il lui a toujours été impossible de juger, il ne tente plus de le faire. 6 Cela n’est pas un sacrifice. 7 Au contraire, il se met dans une position où le jugement peut se faire à travers lui plutôt que par lui. 8 Et ce jugement n’est ni « bon » ni « mauvais ». 9 C’est le seul jugement qui soit, et il n’y en a qu’un : « Le Fils de Dieu est non coupable, et le péché n’existe pas. »

3. Le but de notre curriculum, contrairement au but visé par l’apprentissage du monde, est de reconnaître que le jugement au sens habituel est impossible. 2 Cela n’est pas une opinion mais un fait. 3 Pour juger quoi que ce soit correctement, il faudrait être pleinement conscient d’un éventail inconcevablement vaste de choses passées, présentes et à venir. 4 Il faudrait reconnaître à l’avance tous les effets de ses jugements sur tous ceux et tout ce qu’ils concernent d’une façon ou d’une autre. 5 Et il faudrait être certain qu’il n’y a pas de distorsion dans la perception, afin que le jugement soit entièrement équitable envers chacun de ceux sur qui il porte, maintenant et dans le futur. 6 Qui est en position de faire cela ? 7 Qui, sauf en des fantasmes de grandeur, prétendrait à cela ?

4. Rappelle-toi le nombre de fois où tu pensais connaître tous les « faits » dont tu avais besoin pour juger, et comme tu avais tort ! 2 Y a-t-il quelqu’un qui n’ait pas fait cette expérience ? 3 Voudrais-tu savoir combien de fois tu pensais simplement avoir raison, sans jamais te rendre compte que tu avais tort ? 4 Pourquoi choisirais-tu une base aussi arbitraire pour prendre des décisions ? 5 La sagesse n’est pas le jugement ; c’est le renoncement au jugement. 6 Ne porte donc plus qu’un jugement de plus. 7 Celui-ci : Il y a Quelqu’Un avec toi Dont le jugement est parfait. 8 Lui connaît tous les faits passés, présents et à venir. 9 Lui connaît tous les effets de Son jugement sur tous ceux et tout ce qu’il concerne de quelque façon que ce soit. 10 Et Il est entièrement équitable envers chacun, car il n’y a aucune distorsion dans Sa perception.

5. Par conséquent, dépose le jugement, non pas avec regret mais avec un soupir de gratitude. 2 Maintenant tu es libéré d’un fardeau si lourd que tu ne  pouvais que chanceler et t’écrouler sous son poids. 3 Et tout n’était qu’illusion. 4 Rien de plus. 5 Maintenant l’enseignant de Dieu peut se lever, soulagé de son fardeau, et continuer d’un pas léger. 6 Or ce n’est pas cela seul qui est son bénéfice. 7 Ses soucis ont disparu, car il n’en a pas. 8 Il s’en est départi avec le jugement. 9 Il s’est donné lui-même à Celui au jugement Duquel il a choisi maintenant de se fier, au lieu du sien. 10 Maintenant il ne fait pas d’erreurs. 11 Son Guide est sûr. 12 Et là où il était venu juger, il vient bénir. 13 Là où maintenant il rit, avant il venait pleurer.

6 Il n’est pas difficile de renoncer au jugement. 2 Mais il est certes difficile d’essayer de le garder. 3 L’enseignant de Dieu le dépose avec joie dès l’instant qu’il en reconnaît le coût. 4 Toute la laideur qu’il voit autour de lui en est la conséquence. 5 Toute la douleur qu’il regarde en est le résultat. 6 Toute la solitude et le sentiment de perte, de temps qui passe et de désespérance de plus en plus grande, de désespoir qui rend malade et de peur de la mort ; tout cela en est sorti. 7 Et maintenant il connaît que ces choses n’ont pas besoin d’être. 8 Pas une seule n’est vraie. 9 Car il a abandonné leur cause, et elles, qui ne furent jamais que les effets de son choix erroné, sont tombées de lui. 10 Enseignant de Dieu, cette étape t’apportera la paix. 11 Peut-il être difficile de ne vouloir que cela ?

UCEM~LEÇON 62 – Le pardon est ma fonction en tant que lumière du monde.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 62 - Le pardon est ma fonction en tant que lumière du monde., Un Cours en Miracles on mars 3, 2009 at 5:22

3 mars ~ Guerison7

La leçon ici

1. C’est ton pardon qui portera le monde des ténèbres à la lumière. 2 C’est ton pardon qui te laisse reconnaître la lumière dans laquelle tu vois. 3 Le pardon démontre que tu es la lumière du monde. 4 C’est par ton pardon que la vérité à ton sujet te revient en mémoire. 5 Par conséquent, dans ton pardon réside ton salut.

2. Les illusions sur toi-même et sur le monde ne font qu’un. 2 C’est pourquoi tout pardon est un don fait à toi-même. 3 Ton but est de découvrir qui tu es, ayant nié ton Identité en attaquant la création et son Créateur. 4 Maintenant tu apprends comment te souvenir de la vérité. 5 Car cette attaque doit être remplacée par le pardon, afin que les pensées de vie puissent remplacer les pensées de mort.

3. Souviens-toi que dans chaque attaque, tu fais appel à ta propre faiblesse; alors que chaque fois que tu pardonnes, tu fais appel à la force du Christ en toi. 2 Alors ne commences-tu pas à comprendre ce que le pardon fera pour toi ? 3 Il ôtera de ton esprit tout sentiment de faiblesse, de tension et de fatigue. 4 Il enlèvera toute peur, toute culpabilité et toute douleur. 5 Il rendra à ta conscience l’invulnérabilité et la puissance que Dieu a données à Son Fils.

4. Réjouissons-nous de commencer et de terminer cette journée en répétant l’idée d’aujourd’hui, et de l’utiliser aussi fréquemment que possible tout le long de la journée. 2 Elle aidera à rendre la journée aussi heureuse pour toi que Dieu veut que tu sois. 3 Et elle aidera ceux qui t’entourent, aussi bien que ceux qui semblent être très loin dans l’espace et le temps, à partager ce bonheur avec toi.

5. Dis-toi aujourd’hui, aussi souvent que tu le peux, les yeux fermés si possible :

2 Le pardon est ma fonction en tant que lumière du monde.

3 Je voudrais remplir ma fonction afin d’être heureux.

4 Puis consacre une minute ou deux à considérer ta fonction ainsi que le bonheur et la délivrance qu’elle t’apportera. 5 Laisse venir librement les pensées qui s’y rapportent, car ton coeur reconnaîtra ces paroles et dans ton esprit est la conscience qu’elles sont vraies. 6 Si ton attention s’égare, répète l’idée et ajoute :

7 Je voudrais m’en souvenir parce que je veux être heureux.

L’inspiration

Le dieu de la maladie (T-10.III ici)

1. Tu n’as pas attaqué Dieu et tu L’aimes vraiment. 2 Peux-tu changer ta réalité ? 3 Nul ne peut avoir pour volonté de se détruire soi-même. 4 Quand tu penses que tu t’attaques toi-même, c’est le signe infaillible que tu hais ce que tu penses être. 5 Et c’est cela, et seulement cela, que tu peux attaquer. 6 Ce que tu penses être peut être très haïssable, et ce que cette étrange image te fait faire peut être très destructeur. 7 Or la destruction n’est pas plus réelle que l’image, quoique ceux qui font des idoles les adorent vraiment. 8 Les idoles ne sont rien,  mais leurs adorateurs sont les Fils de Dieu dans la maladie. 9 Dieu voudrait qu’ils soient délivrés de leur maladie et retournés à Son Esprit. 10 Il ne limitera pas ton pouvoir de les aider, parce qu’Il te l’a donné. 11 N’en aie pas peur, parce que c’est ton salut.

2. Quel Consolateur peut-il y avoir pour les enfants malades de Dieu, si ce n’est Son pouvoir par toi ? 2 Souviens-toi que peu importe où Il est accepté dans la Filialité. 3 Il est toujours accepté pour tous; et quand ton esprit Le reçoit, le souvenir de Lui s’éveille dans toute la Filialité. 4 Guéris tes frères simplement en acceptant Dieu pour eux. 5 Vos esprits ne sont pas séparés, et Dieu a un seul canal pour la guérison parce qu’Il a un seul Fils. 6 Le Lien de Communication restant entre Dieu et tous Ses enfants les unit entre eux, et les unit à Lui. 7 En être conscient, c’est les guérir, parce que c’est être conscient que nul n’est séparé et qu’ainsi nul n’est malade.

3. Croire qu’un Fils de Dieu peut-être malade, c’est croire qu’une partie de Dieu peut souffrir. 2 L’amour ne peut pas souffrir, parce qu’il ne peut pas attaquer. 3 Le souvenir de l’amour s’accompagne donc d’invulnérabilité. 4 Même s’il y croit, ne te range pas du côté de la maladie en présence d’un Fils de Dieu, car ton acceptation de Dieu en lui reconnaît l’Amour de Dieu qu’il a oublié. 5 En le reconnaissant pour une partie de Dieu, tu lui rappelles la vérité à son sujet, qu’il nie. 6 Voudrais-tu renforcer son déni de Dieu et ainsi te perdre de vue ? 7 Ou voudrais-tu  lui rappeler son entièreté et te souvenir avec lui de ton Créateur ?

4. Croire qu’un Fils de Dieu est malade, c’est adorer la même idole que lui. 2 Dieu a créé l’amour et non l’idolâtrie. 3 Toutes les formes d’idolâtrie sont des caricatures de la création qu’enseignent des esprits malades et trop divisés pour connaître que la création partage le pouvoir sans jamais l’usurper. 4 La maladie est idolâtrie, parce que c’est la croyance que le pouvoir peut t’être enlevé. 5 Or cela est impossible, parce que tu fais partie de Dieu, Qui est tout pouvoir. 6 Un dieu malade doit être une idole, faite à l’image de ce que son faiseur pense être. 7 Et c’est exactement ce que l’ego perçoit dans un Fils de Dieu : un dieu malade, qui s’est créé lui-même, qui se suffit à lui-même, très méchant et très vulnérable. 8 Est-ce cette idole que tu voudrais adorer ? 9 Est-ce pour sauver cette image que tu voudrais être si vigilant ? 10 As-tu vraiment peur de perdre ça ?

5. Regarde calmement la conclusion logique du système de pensée de l’ego et juge si ce qu’il offre est réellement ce que tu veux, car c’est ce qu’il t’offre. 2 Pour obtenir cela, tu désires attaquer la Divinité de tes frères et ainsi perdre la tienne de vue. 3 Et tu désires la tenir cachée pour protéger une idole que tu penses capable de te sauver des dangers qu’elle représente, mais qui n’existent pas.

6. Il n’y a pas d’idolâtres dans le Royaume, mais tout ce que Dieu a créé est grandement apprécié, chacun ayant la calme connaissance qu’il fait partie de Lui. 2 Le Fils de Dieu ne connaît pas d’idoles, mais il connaît son Père. 3 La santé en ce monde est l’équivalent de la valeur au Ciel. 4 Ce n’est pas par mon mérite que je contribue à toi mais par mon amour, car tu ne t’accordes pas de valeur. 5 Quand tu ne t’accordes pas de valeur, tu deviens malade, mais la valeur que je t’accorde peut te guérir, parce que la valeur du Fils de Dieu est une. 6 Quand j’ai dit : “Je vous donne ma paix”, je le pensais vraiment. 7 La paix vient de Dieu par moi à toi. 8 Elle est pour toi, même s’il se peut que tu ne la demandes pas.

7. Quand une frère est malade, c’est parce qu’il ne demande pas la paix; par conséquent, il ne connait pas qu’il l’a. 2 L’acceptation de la paix est le déni de l’illusion, et la maladie est une  illusion. 3 Or chaque Fils de Dieu a le pouvoir de nier les illusions partout dans le Royaume, simplement en les niant complètement en lui-même. 4 Je peux te guérir parce que je te connais. 5 Je connais ta valeur pour toi, et c’est cette valeur qui te rend entier. 6 Un esprit entier n’est pas idolâtre; il ne sait rien des lois conflictuelles. 7 Je te guérirai simplement parce que j’ai un seul message, et il est vrai. 8 Ta foi en lui te rend entier quand tu as foi en moi.

8. C’est sans tromperie que j’apporte le message de Dieu; tu apprendras cela en apprenant que tu reçois toujours autant que tu acceptes. 2 Tu pourrais accepter la paix maintenant pour chacun, et offrir à tous la parfaite délivrance de toutes les illusions parce que tu as entendu Sa Voix. 3 Mais n’aie pas d’autres dieux devant Lui ou tu n’entendras pas. 4 Dieu n’est pas jaloux des dieux que tu fais mais tu l’es, toi. 5 Tu voudrais les sauver et les servir, parce que tu crois qu’ils t’ont fait. 6 Tu penses qu’ils sont ton père, parce que tu projettes sur eux le fait apeurant que tu les as faits pour remplacer Dieu. 7 Or quand ils semblent te parler, souviens-toi que rien ne peut remplacer Dieu, et quels que soient les remplacements que tu as tentés, ils ne sont rien.

9. Tout simplement, donc, tu crois peut-être que tu as peur du néant, mais en réalité tu as peur de rien. 2 En prenant conscience de cela, tu es guéri. 3 Tu entendras le dieu que tu écoutes. 4 Tu as fait le dieu de la maladie, et en le faisant tu t’es rendu capable de l’entendre. 5 Or tu ne l’as pas créé, parce qu’il n’est pas la Volonté du Père. 6 Il n’est donc pas éternel et il sera défait pour toi à l’instant où tu signifieras ton désir de n’accepter que l’éternel.

10. Si Dieu a un seul Fils, il y a un seul Dieu. 2 Tu partages la réalité avec Lui, parce que la réalité n’est pas divisée. 3 Accepter d’autres dieux devant Lui, c’est placer d’autres images devant toi. 4 Tu ne te rends pas compte combien tu écoutes tes dieux ni combien tu es vigilant en leur nom. 5 Or ils existent uniquement parce que tu les honores. 6 Rends l’honneur où il est dû et à toi sera la paix. 7 C’est ton héritage de ton vrai Père. 8 Tu ne peux pas faire ton Père, et le père que tu as fait ne t’a pas fait. 9 Aux illusions nul honneur n’est dû, car les honorer c’est honorer rien. 10 Or la peur non plus ne leur est pas due, car rien ne peut pas être apeurant. 11 Tu as choisi d’avoir peur de l’amour à cause de sa parfaite incapacité de nuire, et tu as été désireux, à cause de cette peur, d’abandonner ta propre parfaite capacité d’aider et ta propre Aide parfaite.

11. Ce n’est qu’à l’autel de Dieu que tu trouveras la paix. 2 Et cet autel est en toi parce que Dieu l’a mis là. 3 Sa Voix t’appelle encore à retourner, et Il sera entendu lorsque tu ne placeras pas d’autres dieux devant Lui. 4 Tu peux abandonner le dieu de la maladie pour tes frères; en fait, c’est ce que tu devras faire si tu l’abandonnes pour toi-même. 5 Car si tu vois le dieu de la maladie où que ce soit,  tu l’as accepté. 6 Et si tu l’acceptes, tu te prosterneras devant lui et tu l’adoreras, parce qu’il a été fait comme remplaçant de Dieu. 7 Il est la croyance que tu peux choisir quel dieu est réel. 8 Bien qu’il soit clair que cela n’a rien à voir avec la réalité, il est également clair que cela a tout à voir avec la réalité telle que tu la perçois.

UCEM~LEÇON 61 – Je suis la lumière du monde.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 61 - Je suis la lumière du monde., Un Cours en Miracles on mars 2, 2009 at 4:30

2 mars ~ 1229570525Bg7la3s

La leçon ici

1. Qui est la lumière du monde, sinon le Fils de Dieu ? 2 Cela n’est donc qu’un simple énoncé de la vérité à ton sujet. 3 C’est l’opposé d’un énoncé d’orgueil, d’arrogance ou de tromperie de soi. 4 cela ne décrit pas le concept de soi que tu as fait. 5 Cela ne s’applique à aucune des caractéristiques dont tu as doté tes idoles. 6 Cela s’applique à toi tel que Dieu t’a créé. 7 C’est un simple énoncé de la vérité.

2. Pour l’ego, l’idée d’aujourd’hui est le summum de la glorification de soi. 2 Mais l’ego ne comprend pas l’humilité, qu’il prend pour un rabaissement de soi. 3 L’humilité consiste à accepter ton rôle dans le salut et à n’en prendre aucun autre. 4 Ce n’est pas de l’humilité que d’insister pour dire que tu ne peux pas être la lumière du monde si telle est la fonction que Dieu t’a assignée. 5 Il n’y a que l’arrogance qui affirmerait que cette fonction ne peut être pour toi, et l’arrogance est toujours de l’ego.

3. La véritable humilité requiert que tu acceptes l’idée d’aujourd’hui, parce que c’est la Voix de Dieu qui te dit qu’elle est vraie. 2 C’est un premier pas vers l’acceptation de ta fonction réelle sur terre. 3 C’est un pas de géant vers la prise de ta juste place dans le salut. 4 C’est l’assertion positive de ton droit d’être sauvé, et c’est l’admission du pouvoir qui t’est donné de sauver autrui.

4. Tâche de penser à cette idée aussi souvent que possible aujourd’hui. 2 C’est la réponse parfaite à toutes les illusions et donc à toute tentation. 3 Elle porte à la vérité toutes les images que tu as faites sur toi-même et elle t’aide à partir en paix, débarrassé de ton fardeau et certain de ton but.

5. Autant de périodes d’exercice que possible devraient être entreprises aujourd’hui, bien que chacune n’ait pas besoin de dépasser une minute ou deux. 2 Elles devraient commencer en te disant :

3 Je suis la lumière du monde. 4 Cela est ma seule fonction.

5 C’est pourquoi je suis ici.

6 Puis pense à ces énoncés pendant un petit moment, de préférence les yeux fermés si la situation le permet. 7 Laisse quelques pensées pertinentes te venir à l’esprit, et répète-toi l’idée si ton esprit s’égare de la pensée centrale.

6. Assure-toi de commencer et de finir la journée par une période d’exercice. 2 Ainsi tu t’éveilleras en admettant la vérité à ton sujet, tu la renforceras tout le long de la journée et tu t’endormiras en réaffirmant ta fonction et ton seul but ici. 3 Ces deux périodes d’exercice peuvent être plus longues que les autres, si tu trouves qu’elles t’aident et si tu veux les prolonger.

7. L’idée d’aujourd’hui va bien au-delà de la vue mesquine de l’ego sur ce que tu es et ce qu’est ton but.  2 Pour toi qui apporte le salut, cela est bien sûr nécessaire. 3 C’est le premier de plusieurs pas de géant que nous ferons dans les quelques semaines qui viennent. 4 Essaie aujourd’hui de commencer à bâtir un solide fondement pour ces avancées. 5 Tu es la lumière du monde. 6 Dieu a bâti Son plan pour le salut de Son Fils sur toi.

L’inspiration

La guérison comme délivrance de la peur (T-2.IV ici)

1. Mettons maintenant l’accent sur la guérison. 2 Le miracle est le moyen, l’Expiation est le principe et la guérison est le résultat. 3 Parler du « miracle de la guérison », c’est combiner de façon inappropriée deux ordres de réalité. 4 La guérison n’est pas un miracle. 5 L’Expiation, ou l’ultime miracle, est un remède, et toute guérison est un résultat. 6 Le genre d’erreur auquel s’applique l’Expiation n’importe pas. 7 Essentiellement, toute guérison est délivrance de la peur. 8 Pour entreprendre cela tu ne peux pas toi-même avoir peur. 9 Tu ne comprends pas la guérison à cause de ta propre peur.

2. Une étape majeure dans le plan de l’Expiation est de défaire l’erreur à tous les niveaux. 2 La maladie — ou la « non -justesse d’esprit » — est le résultat d’une confusion de niveaux, parce qu’elle entraîne toujours la croyance que ce qui ne va pas à un niveau peut en affecter un autre défavorablement. 3 Nous avons parlé des miracles comme du  moyen de corriger la confusion de niveaux, car toutes les erreurs doivent être corrigées au niveau où elles se produisent. 4 Seul l’esprit est capable d’erreur. 5 Le corps ne peut agir faussement qu’en réaction à une pensée fausse. 6 Le corps ne peut pas créer; et c’est la croyance qu’il le peut, une erreur fondamentale, qui produit tous les symptômes physiques. 7 La maladie physique représente une croyance en la magie. 8 Toute la distorsion qui a fait la magie repose sur la croyance qu’il y a dans la matière une faculté créatrice que l’esprit ne peut contrôler. 9 Cette erreur peut prendre deux formes : il est possible de croire que l’esprit peut malcréer dans le corps ou bien que le corps peut malcréer dans l’esprit. 10 Lorsqu’il est bien compris que l’esprit, seul niveau de création, ne peut pas créer au-delà de lui-même, ni l’un ni l’autre type de confusion n’a plus besoin de se produire.

3. Seul l’esprit peut créer parce que le pur-esprit a déjà été créé, et le corps est un mécanisme d’apprentissage pour l’esprit. 2 Les mécanismes d’apprentissage ne sont pas en eux-mêmes des leçons. 3 Leur but est simplement de faciliter l’apprentissage. 4 Le pire que puisse faire l’usage erroné d’un mécanisme d’apprentissage, c’est de manquer de faciliter l’apprentissage. 5 Il n’a pas en soi le pouvoir d’introduire des erreurs d’apprentissage proprement dites. 6 Lorsqu’il est bien compris, le corps a ceci de commun avec l’Expiation qu’il est invulnérable à toute application à deux tranchants. 7 Ce n’est pas parce que le corps est un miracle, mais parce qu’en lui-même il ne prête pas à la mésinterprétation. 8 Le corps fait simplement partie de ton expérience dans le monde physique. 9 Ses aptitudes peuvent être et sont fréquemment sur-estimées. 10 Toutefois, il est presque impossible de nier son existence en ce monde. 11 Ceux qui le font se livrent à une forme de déni particulièrement indigne. 12 Ici, le terme « indigne » suggère simplement qu’il n’est pas nécessaire de protéger l’esprit en niant ce qui n’est pas de l’esprit. 13 Si l’on nie cet aspect regrettable du pouvoir de l’esprit, on nie aussi le pouvoir lui-même.

4. Tous les moyens matériels que tu acceptes comme remèdes contre les maladies du corps sont des réaffirmations de principes magiques. 2 C’est le premier pas dans la croyance que le corps fait sa propre maladie. 3 C’est un deuxième faux pas que de tenter de le guérir par des agents non créateurs. 4 Toutefois, il ne s’ensuit pas qu’il est mal d’utiliser ces agents à des fins correctives. 5 Parfois la maladie a une prise suffisamment forte sur l’esprit pour rendre une personne temporairement inaccessible à l’Expiation. 6 Dans ce cas il peut être sage d’utiliser une approche de l’esprit et du corps qui représente un compromis, en donnant croyance temporairement à l’action guérissante de quelque chose d’extérieur. 7 Ceci parce que la dernière chose qui puisse aider ceux qui ne sont pas dans l’esprit juste, ou les malades, est une augmentation de la peur. 8 Ils sont déjà dans un état affaibli par la peur. 9 S’ils étaient prématurément exposés à un miracle, ils pourraient être saisis de panique. 10 C’est ce qui risque d’arriver lorsqu’une perception sens dessus dessous a induit la croyance que les miracles sont effrayants.

5. Ce n’est pas dans la manière dont elle s’exprime que réside la valeur de l’Expiation. 2 En fait, si elle est utilisée véritablement, elle s’exprimera inévitablement de la façon qui pourra le plus aider le receveur. 3 Cela signifie qu’un miracle, pour atteindre sa pleine efficacité, doit être exprimé dans un langage que le bénéficiaire peut comprendre sans peur. 4 Cela ne signifie pas nécessairement que ce soit le plus haut niveau de communication dont il est capable. 5 Cela signifie toutefois que c’est le plus haut niveau de communication dont il est capable maintenant. 6 Le seul but du miracle est d’élever le niveau de communication et non de l’abaisser en augmentant la peur.

UCEM~LEÇON 60 – Révision des leçons 46-47-48-49-50.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 60 - Révision des leçons 46-47-48-49-50., Un Cours en Miracles on mars 1, 2009 at 4:46

19 février ~ l-amour-de-dieu

La pratique pour cette leçon ici

La leçon ici

1. (46) Dieu est l’Amour dans lequel je pardonne.

2 Dieu ne pardonne pas parce qu’Il n’a jamais condamné. 3 Ceux qui sont sans blâme ne peuvent blâmer, et ceux qui ont accepté leur innocence ne voient rien à pardonner. 4 Or le pardon est le moyen par lequel je reconnaîtrai mon innocence. 5 Il est le reflet de l’Amour de Dieu sur terre. 6 Il me rapprochera suffisamment du Ciel pour que l’Amour de Dieu puisse descendre jusqu’à moi et m’élever jusqu’à Lui.

2. (47) Dieu est la force à laquelle je me fie.

2 Ce n’est pas par ma propre force que je pardonne. 3 C’est par la force de Dieu en moi, dont je me souviens en pardonnant. 4 Comme je commence à voir, je reconnais Son reflet sur terre. 5 Je pardonne à toutes choses parce que je sens Sa force remuer en moi. 6 Et je commence à me souvenir de l’Amour que j’avais choisi d’oublier, mais Qui ne m’a pas oublié.

3. (48) Il n’y a rien à craindre.

2 Comme le monde me paraîtra sûr quand je pourrai le voir ! 3 Il ne ressemblera à rien de ce que j’imagine voir maintenant. 4 Tous ceux et tout ce que je vois se pencheront vers moi pour me bénir. 5 Je reconnaîtrai en chacun mon Ami le plus cher. 6 Que pourrait-il y avoir à craindre dans un monde auquel j’ai pardonné, et qui m’a pardonné ?

4. (49) La voix de Dieu me parle tout le long de la journée.

2 Il n’est pas un moment où la Voix de Dieu cesse de faire appel à mon pardon pour me sauver. 3 Il n’est pas un moment où Sa Voix manque de diriger mes pensées, de guider mes actions et de conduire mes pas. 4 Je vais continuellement vers la vérité. 5 Je ne peux aller nulle part ailleurs, parce que la Voix de Dieu est la seule Voix et le seul Guide qui ait été donné à Son Fils.

5. (50) Je suis soutenu par l’Amour de Dieu.

2 Comme j’écoute la Voix de Dieu, je suis soutenu par Son Amour. 3 Comme j’ouvre les yeux, Son Amour illumine le monde pour que je le voie. 4 Comme je pardonne, Son Amour me rappelle que Son Fils est sans péché. 5 Et comme je regarde le monde avec la vision qu’Il m’a donnée, je me souviens que je suis Son Fils.

L’inspiration

La plus grande jonction (T-28.IV ici )

1. Accepter l’Expiation pour toi-même signifie de ne pas donner soutien au rêve de maladie et de mort de quelqu’un. 2 Cela signifie que tu ne partages pas son souhait de se séparer et ne le laisses pas retourner les illusions contre lui-même. 3 Tu ne souhaites pas non plus qu’elles soient retournées, plutôt, contre toi. 4 Ainsi elles n’ont pas d’effets. 5 Et tu es libre des rêves de douleur parce que tu le laisses l’être. 6 À moins que tu ne l’aides, tu souffriras avec lui parce que tel est ton souhait. 7 Et tu deviens une figure dans son rêve de douleur, comme lui dans le tien. 8 Ainsi toi et ton frère devenez tous deux des illusions, et sans identité. 9 Tu pourrais être n’importe qui ou n’importe quoi, selon celui dont tu partages le rêve mauvais. 10 Tu peux être sûr d’une seule chose : que tu es mauvais, car tu partages des rêves de peur.

2. Il y a une façon de trouver la certitude ici et maintenant. 2 Refuse de faire partie des rêves apeurants, quelque forme qu’ils prennent, car tu perdras ton identité en eux. 3 Tu te trouves toi-même en ne les acceptant pas comme te causant et te donnant des effets. 4 Tu te tiens à part d’eux, mais non à part de celui qui les rêve. 5 Ainsi tu sépares le rêveur du rêve, et tu te joins en l’un, mais lâche prise de l’autre. 6 Le rêve n’est qu’illusion dans l’esprit. 7 Avec l’esprit tu voudrais t’unir, mais jamais avec le rêve. 8 C’est le rêve que tu crains, et non l’esprit. 9 Tu les vois comme étant la même chose, parce que tu penses que tu n’es qu’un rêve. 10 Ce qui est réel et ce qui n’est qu’illusion en toi, tu ne le connais pas et tu ne peux pas le distinguer.

3. Comme toi, ton frère pense qu’il est un rêve. 2 Ne partage pas son illusion de lui-même, car ton Identité dépend de sa réalité. 3 Pense plutôt à lui comme à un esprit dans lequel les illusions persistent encore, mais un esprit qui est un frère pour toi. 4 Il n’est pas rendu frère par ce qu’il rêve; pas plus que son corps, « héros » du rêve, n’est ton frère. 5 C’est sa réalité qui est ton frère, comme la tienne l’est pour lui. 6 Ton esprit et le sien sont joints en fraternité. 7 Son corps et ses rêves semblent seulement faire un petit fossé, là où les tiens se sont joints aux siens.

4. Et pourtant, de fossé entre vos esprits, il n’y en a pas. 2 Ainsi te joindre à ses rêves, c’est ne pas le rencontrer, parce que ses rêves voudraient le séparer de toi. 3 Par conséquent, délivre-le simplement en réclamant ton droit à la fraternité, et non aux rêves de peur. 4 Laisse-le reconnaître qui il est, en ne soutenant pas ses illusions par ta foi, car si tu le fais, tu auras foi dans les tiennes. 5 Ayant foi dans les tiennes, il ne sera pas délivré, et tu restes esclave de ses rêves. 6 Et des rêves de peur hanteront le petit fossé, inhabité sauf par les illusions que tu as soutenues dans l’esprit de ton frère.

5. Sois certain que, si tu fais ta part, il fera la sienne, car il se joindra à toi là où tu te tiens. 2 Ne l’appelle pas à te rencontrer dans le fossé entre vous, ou tu dois croire que c’est ta réalité aussi bien que la sienne. 3 Tu ne peux pas faire sa part, mais c’est ce que tu fais quand tu deviens une figure passive dans ses rêves, plutôt que le rêveur des tiens. 4 L’identité en rêve est in-signifiante parce que le rêveur et le rêve ne font qu’un. 5 Qui partage un rêve doit être le rêve qu’il partage, parce qu’en partageant une cause est produite.

6. Tu partages la confusion et la confusion règne en toi, car dans le fossé il n’existe pas de soi stable. 2 Ce qui est le même semble différent, parce que ce qui est le même paraît être autre. 3 Ses rêves sont les tiens parce que tu les laisses l’être. 4 Mais si tu enlevais les tiens, il en serait libre, ainsi que des siens. 5 Tes rêves sont témoins des siens, et les siens attestent la vérité des tiens. 6 Or si tu vois qu’il n’y a pas de vérité dans les tiens, ses rêves disparaîtront, et il comprendra ce qui a fait le rêve.

7. Le Saint-Esprit est dans vos deux esprits, et Il est Un parce qu’il n’y a pas de fossé qui sépare Son Unité d’Elle-même. 2 Le fossé entre vos corps n’importe pas, car ce qui est joint en Lui est toujours un. 3 Nul n’est malade si quelqu’un d’autre accepte son union avec lui. 4 Son désir d’être un esprit malade et séparé ne peut rester sans un témoin ou une cause. 5 Et les deux ont disparu si quelqu’un a pour volonté d’être uni avec lui. 6 Il rêve qu’il était séparé de son frère qui, en ne partageant pas ses rêves, a laissé vacant l’espace entre eux. 7 Et le Père vient Se joindre à Son Fils à qui S’est joint le Saint-Esprit.

8. La fonction du Saint-Esprit est de prendre l’image brisée du Fils de Dieu et de remettre en place les morceaux. 2 Cette sainte image, entièrement guérie, Il la présente à chaque morceau séparé qui pense être une image en soi. 3 À chacun Il offre son Identité, que l’image entière représente, au lieu du petit bout brisé dont il insistait pour dire que c’était lui. 4 Quand il verra cette image, il se reconnaîtra lui-même. 5 Si tu ne partages pas le rêve mauvais de ton frère, c’est cette image que le miracle placera dans le petit fossé, lavé de toutes les graines de maladie et de péché. 6 Et là le Père recevra Son Fils, parce que Son Fils a été gracieux envers lui-même.

9. Je Te rends grâce, Père, connaissant que Tu viendras combler chaque petit fossé entre les morceaux brisés de ton saint Fils. 2 Ta Sainteté, complète et parfaite, réside en chacun d’eux. 3 Et ils sont joints parce que ce qui est en l’un est en eux tous. 4 Comme est saint le plus petit grain de sable, quand il est reconnu comme faisant partie de l’image complète du Fils de Dieu ! 5 Les formes que semblent prendre les morceaux brisés ne signifient rien. 6 Car le tout est en chacun. 7 Et chaque aspect du Fils de Dieu est exactement le même que toute autre partie.

10. Ne te joins pas aux rêves de ton frère mais joins-toi à lui; et là où tu te joins au Fils est le Père. 2 Qui cherche des substituts quand il perçoit qu’il n’a rien perdu? 3 Qui voudrait avoir les «bénéfices» de la maladie quand il a reçu le simple bonheur de la santé? 4 Ce que Dieu a donné ne peut être une perte, et ce qui n’est pas de Lui n’a pas d’effets. 5 Qu’est-ce, donc, que tu percevrais dans le petit fossé? 6 Les graines de la maladie viennent de la croyance qu’il y a de la joie dans la séparation, et que l’abandonner serait un sacrifice. 7 Mais les miracles sont le résultat quand tu n’insistes pas pour voir dans le fossé ce qui n’est pas là. 8 Ton désir de lâcher prise des illusions, voilà tout ce que requiert le Guérisseur du Fils de Dieu. 9 Il placera le miracle de la guérison là où étaient les germes de maladie. 10 Et il n’y aura pas de perte, mais seulement du gain.