Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for the ‘UCEM~LEÇON 57 – Révision des leçons 31-32-33-34-35.’ Category

UCEM~LEÇON 57 – La révision d’aujourd’hui couvre les idées des leçons 31 à 35.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 57 - Révision des leçons 31-32-33-34-35., Un Cours en Miracles on février 25, 2017 at 8:19

LEÇON 57

Aujourd’hui, révisons ces idées :

1. (31) Je ne suis pas la victime du monde que je vois.

2 Comment puis-je être la victime d’un monde qui peut être complètement défait si je choisis qu’il le soit ? 3 Mes chaînes sont relâchées. 4 Je peux les faire tomber par mon simple désir de le faire. 5 La porte de la prison est ouverte. 6 Je peux partir en sortant tout simplement. 7 Rien ne me retient en ce monde. 8 Seul mon souhait de rester me garde prisonnier. 9 Je voudrais abandonner mes souhaits insanes et entrer enfin dans la lumière du soleil.

2. (32) J’ai inventé le monde que je vois.

2 J’ai inventé la prison dans laquelle je me vois. 3 Tout ce que j’ai besoin de faire, c’est de reconnaître cela et je suis libre. 4 Je me suis illusionné au point de croire qu’il est possible d’emprisonner le Fils de Dieu. 5 J’ai fait amèrement erreur dans cette croyance, que je ne veux plus. 6 Le Fils de Dieu doit être libre à jamais. 7 Il est tel que Dieu l’a créé, et non ce que je voudrais faire de lui. 8 Il est là où Dieu voudrait qu’il soit et non là où je pensais le tenir prisonnier.

3. (33) Il y a une autre façon de regarder le monde.

2 Puisque le but du monde n’est pas celui que je lui ai assigné, il doit y avoir une autre façon de le regarder. 3 Je vois tout sens dessus dessous et mes pensées sont l’opposé de la vérité. 4 Je vois le monde comme une prison pour le Fils de Dieu. 5 Ce doit être, donc, que le monde est réellement un lieu où il peut être libéré. 6 Je voudrais regarder le monde tel qu’il est et le voir comme un lieu où le Fils de Dieu trouve sa liberté.

4. (34) Je pourrais voir la paix au lieu de cela.

2 Quand je vois le monde comme un lieu de liberté, je me rends compte qu’il reflète les lois de Dieu plutôt que les règles que j’ai inventées pour qu’il y obéisse. 3 Je comprendrai que c’est la paix, et non la guerre, qui y demeure. 4 Et je percevrai que la paix demeure aussi dans les cœurs de tous ceux qui partagent ce lieu avec moi.

5. (35) Mon esprit fait partie de Celui de Dieu. 2 Je suis très saint.

3 Tandis que je partage la paix du monde avec mes frères, je commence à comprendre que cette paix vient du plus profond de moi. 4 Le monde que je regarde a revêtu la lumière de mon pardon et réfléchit le pardon sur moi. 5 Dans cette lumière je commence à voir ce que mes illusions sur moi-même gardaient caché. 6 Je commence à comprendre la sainteté de toutes choses vivantes, y compris moi-même, ainsi que leur unité avec moi.

Révision I – Introduction

Choisis à nouveau – LE PARDON EST LA CLEF DU BONHEUR.

UCEM~LEÇON 57 – La révision d’aujourd’hui couvre les idées des leçons 31 à 35.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 57 - Révision des leçons 31-32-33-34-35., Un Cours en Miracles on février 25, 2016 at 9:14

.

LEÇON 57

Aujourd’hui, révisons ces idées :

1. (31) Je ne suis pas la victime du monde que je vois.

2 Comment puis-je être la victime d’un monde qui peut être complètement défait si je choisis qu’il le soit ? 3 Mes chaînes sont relâchées. 4 Je peux les faire tomber par mon simple désir de le faire. 5 La porte de la prison est ouverte. 6 Je peux partir en sortant tout simplement. 7 Rien ne me retient en ce monde. 8 Seul mon souhait de rester me garde prisonnier. 9 Je voudrais abandonner mes souhaits insanes et entrer enfin dans la lumière du soleil.

2. (32) J’ai inventé le monde que je vois.

2 J’ai inventé la prison dans laquelle je me vois. 3 Tout ce que j’ai besoin de faire, c’est de reconnaître cela et je suis libre. 4 Je me suis illusionné au point de croire qu’il est possible d’emprisonner le Fils de Dieu. 5 J’ai fait amèrement erreur dans cette croyance, que je ne veux plus. 6 Le Fils de Dieu doit être libre à jamais. 7 Il est tel que Dieu l’a créé, et non ce que je voudrais faire de lui. 8 Il est là où Dieu voudrait qu’il soit et non là où je pensais le tenir prisonnier.

3. (33) Il y a une autre façon de regarder le monde.

2 Puisque le but du monde n’est pas celui que je lui ai assigné, il doit y avoir une autre façon de le regarder. 3 Je vois tout sens dessus dessous et mes pensées sont l’opposé de la vérité. 4 Je vois le monde comme une prison pour le Fils de Dieu. 5 Ce doit être, donc, que le monde est réellement un lieu où il peut être libéré. 6 Je voudrais regarder le monde tel qu’il est et le voir comme un lieu où le Fils de Dieu trouve sa liberté.

4. (34) Je pourrais voir la paix au lieu de cela.

2 Quand je vois le monde comme un lieu de liberté, je me rends compte qu’il reflète les lois de Dieu plutôt que les règles que j’ai inventées pour qu’il y obéisse. 3 Je comprendrai que c’est la paix, et non la guerre, qui y demeure. 4 Et je percevrai que la paix demeure aussi dans les cœurs de tous ceux qui partagent ce lieu avec moi.

5. (35) Mon esprit fait partie de Celui de Dieu. 2 Je suis très saint.

3 Tandis que je partage la paix du monde avec mes frères, je commence à comprendre que cette paix vient du plus profond de moi. 4 Le monde que je regarde a revêtu la lumière de mon pardon et réfléchit le pardon sur moi. 5 Dans cette lumière je commence à voir ce que mes illusions sur moi-même gardaient caché. 6 Je commence à comprendre la sainteté de toutes choses vivantes, y compris moi-même, ainsi que leur unité avec moi.

RÉVISON 1–Introduction–Leçon 1 à 50.

Chapitre 1: I. Principes des miracles

UCEM~LEÇON 57 – La révision d’aujourd’hui couvre les idées des leçons 31 à 35.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 57 - Révision des leçons 31-32-33-34-35., Un Cours en Miracles on février 25, 2015 at 8:36

LEÇON 57

Aujourd’hui, révisons ces idées :

1. (31) Je ne suis pas la victime du monde que je vois.

2 Comment puis-je être la victime d’un monde qui peut être complètement défait si je choisis qu’il le soit ? 3 Mes chaînes sont relâchées. 4 Je peux les faire tomber par mon simple désir de le faire. 5 La porte de la prison est ouverte. 6 Je peux partir en sortant tout simplement. 7 Rien ne me retient en ce monde. 8 Seul mon souhait de rester me garde prisonnier. 9 Je voudrais abandonner mes souhaits insanes et entrer enfin dans la lumière du soleil.

2. (32) J’ai inventé le monde que je vois.

2 J’ai inventé la prison dans laquelle je me vois. 3 Tout ce que j’ai besoin de faire, c’est de reconnaître cela et je suis libre. 4 Je me suis illusionné au point de croire qu’il est possible d’emprisonner le Fils de Dieu. 5 J’ai fait amèrement erreur dans cette croyance, que je ne veux plus. 6 Le Fils de Dieu doit être libre à jamais. 7 Il est tel que Dieu l’a créé, et non ce que je voudrais faire de lui. 8 Il est là où Dieu voudrait qu’il soit et non là où je pensais le tenir prisonnier.

3. (33) Il y a une autre façon de regarder le monde.

2 Puisque le but du monde n’est pas celui que je lui ai assigné, il doit y avoir une autre façon de le regarder. 3 Je vois tout sens dessus dessous et mes pensées sont l’opposé de la vérité. 4 Je vois le monde comme une prison pour le Fils de Dieu. 5 Ce doit être, donc, que le monde est réellement un lieu où il peut être libéré. 6 Je voudrais regarder le monde tel qu’il est et le voir comme un lieu où le Fils de Dieu trouve sa liberté.

4. (34) Je pourrais voir la paix au lieu de cela.

2 Quand je vois le monde comme un lieu de liberté, je me rends compte qu’il reflète les lois de Dieu plutôt que les règles que j’ai inventées pour qu’il y obéisse. 3 Je comprendrai que c’est la paix, et non la guerre, qui y demeure. 4 Et je percevrai que la paix demeure aussi dans les cœurs de tous ceux qui partagent ce lieu avec moi.

5. (35) Mon esprit fait partie de Celui de Dieu. 2 Je suis très saint.

3 Tandis que je partage la paix du monde avec mes frères, je commence à comprendre que cette paix vient du plus profond de moi. 4 Le monde que je regarde a revêtu la lumière de mon pardon et réfléchit le pardon sur moi. 5 Dans cette lumière je commence à voir ce que mes illusions sur moi-même gardaient caché. 6 Je commence à comprendre la sainteté de toutes choses vivantes, y compris moi-même, ainsi que leur unité avec moi.

UCEM~LEÇON 57 – La révision d’aujourd’hui couvre les idées des leçons 31 à 35.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 57 - Révision des leçons 31-32-33-34-35., Un Cours en Miracles on février 26, 2014 at 12:20

LEÇON 57

Aujourd’hui, révisons ces idées :

1. (31) Je ne suis pas la victime du monde que je vois.

2 Comment puis-je être la victime d’un monde qui peut être complètement défait si je choisis qu’il le soit ? 3 Mes chaînes sont relâchées. 4 Je peux les faire tomber par mon simple désir de le faire. 5 La porte de la prison est ouverte. 6 Je peux partir en sortant tout simplement. 7 Rien ne me retient en ce monde. 8 Seul mon souhait de rester me garde prisonnier. 9 Je voudrais abandonner mes souhaits insanes et entrer enfin dans la lumière du soleil.

2. (32) J’ai inventé le monde que je vois.

2 J’ai inventé la prison dans laquelle je me vois. 3 Tout ce que j’ai besoin de faire, c’est de reconnaître cela et je suis libre. 4 Je me suis illusionné au point de croire qu’il est possible d’emprisonner le Fils de Dieu. 5 J’ai fait amèrement erreur dans cette croyance, que je ne veux plus. 6 Le Fils de Dieu doit être libre à jamais. 7 Il est tel que Dieu l’a créé, et non ce que je voudrais faire de lui. 8 Il est là où Dieu voudrait qu’il soit et non là où je pensais le tenir prisonnier.

3. (33) Il y a une autre façon de regarder le monde.

2 Puisque le but du monde n’est pas celui que je lui ai assigné, il doit y avoir une autre façon de le regarder. 3 Je vois tout sens dessus dessous et mes pensées sont l’opposé de la vérité. 4 Je vois le monde comme une prison pour le Fils de Dieu. 5 Ce doit être, donc, que le monde est réellement un lieu où il peut être libéré. 6 Je voudrais regarder le monde tel qu’il est et le voir comme un lieu où le Fils de Dieu trouve sa liberté.

4. (34) Je pourrais voir la paix au lieu de cela.

2 Quand je vois le monde comme un lieu de liberté, je me rends compte qu’il reflète les lois de Dieu plutôt que les règles que j’ai inventées pour qu’il y obéisse. 3 Je comprendrai que c’est la paix, et non la guerre, qui y demeure. 4 Et je percevrai que la paix demeure aussi dans les cœurs de tous ceux qui partagent ce lieu avec moi.

5. (35) Mon esprit fait partie de Celui de Dieu. 2 Je suis très saint.

3 Tandis que je partage la paix du monde avec mes frères, je commence à comprendre que cette paix vient du plus profond de moi. 4 Le monde que je regarde a revêtu la lumière de mon pardon et réfléchit le pardon sur moi. 5 Dans cette lumière je commence à voir ce que mes illusions sur moi-même gardaient caché. 6 Je commence à comprendre la sainteté de toutes choses vivantes, y compris moi-même, ainsi que leur unité avec moi.

UCEM~LEÇON 57 – La révision d’aujourd’hui couvre les idées des leçons 31 à 35.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 57 - Révision des leçons 31-32-33-34-35., Un Cours en Miracles on février 26, 2013 at 12:15

LEÇON 57

Aujourd’hui, révisons ces idées :

1. (31) Je ne suis pas la victime du monde que je vois.

2 Comment puis-je être la victime d’un monde qui peut être complètement défait si je choisis qu’il le soit ? 3 Mes chaînes sont relâchées. 4 Je peux les faire tomber par mon simple désir de le faire. 5 La porte de la prison est ouverte. 6 Je peux partir en sortant tout simplement. 7 Rien ne me retient en ce monde. 8 Seul mon souhait de rester me garde prisonnier. 9 Je voudrais abandonner mes souhaits insanes et entrer enfin dans la lumière du soleil.

2. (32) J’ai inventé le monde que je vois.

2 J’ai inventé la prison dans laquelle je me vois. 3 Tout ce que j’ai besoin de faire, c’est de reconnaître cela et je suis libre. 4 Je me suis illusionné au point de croire qu’il est possible d’emprisonner le Fils de Dieu. 5 J’ai fait amèrement erreur dans cette croyance, que je ne veux plus. 6 Le Fils de Dieu doit être libre à jamais. 7 Il est tel que Dieu l’a créé, et non ce que je voudrais faire de lui. 8 Il est là où Dieu voudrait qu’il soit et non là où je pensais le tenir prisonnier.

3. (33) Il y a une autre façon de regarder le monde.

2 Puisque le but du monde n’est pas celui que je lui ai assigné, il doit y avoir une autre façon de le regarder. 3 Je vois tout sens dessus dessous et mes pensées sont l’opposé de la vérité. 4 Je vois le monde comme une prison pour le Fils de Dieu. 5 Ce doit être, donc, que le monde est réellement un lieu où il peut être libéré. 6 Je voudrais regarder le monde tel qu’il est et le voir comme un lieu où le Fils de Dieu trouve sa liberté.

4. (34) Je pourrais voir la paix au lieu de cela.

2 Quand je vois le monde comme un lieu de liberté, je me rends compte qu’il reflète les lois de Dieu plutôt que les règles que j’ai inventées pour qu’il y obéisse. 3 Je comprendrai que c’est la paix, et non la guerre, qui y demeure. 4 Et je percevrai que la paix demeure aussi dans les cœurs de tous ceux qui partagent ce lieu avec moi.

5. (35) Mon esprit fait partie de Celui de Dieu. 2 Je suis très saint.

3 Tandis que je partage la paix du monde avec mes frères, je commence à comprendre que cette paix vient du plus profond de moi. 4 Le monde que je regarde a revêtu la lumière de mon pardon et réfléchit le pardon sur moi. 5 Dans cette lumière je commence à voir ce que mes illusions sur moi-même gardaient caché. 6 Je commence à comprendre la sainteté de toutes choses vivantes, y compris moi-même, ainsi que leur unité avec moi.

UCEM~LEÇON 57 – La révision d’aujourd’hui couvre les idées des leçons 31 à 35.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 57 - Révision des leçons 31-32-33-34-35., Un Cours en Miracles on février 26, 2012 at 1:19

26 février ~ images

LEÇON 57

Aujourd’hui, révisons ces idées :

AUDIO

1. (31) Je ne suis pas la victime du monde que je vois.

2 Comment puis-je être la victime d’un monde qui peut être complètement défait si je choisis qu’il le soit ? 3 Mes chaînes sont relâchées. 4 Je peux les faire tomber par mon simple désir de le faire. 5 La porte de la prison est ouverte. 6 Je peux partir en sortant tout simplement. 7 Rien ne me retient en ce monde. 8 Seul mon souhait de rester me garde prisonnier. 9 Je voudrais abandonner mes souhaits insanes et entrer enfin dans la lumière du soleil.

2. (32) J’ai inventé le monde que je vois.

2 J’ai inventé la prison dans laquelle je me vois. 3 Tout ce que j’ai besoin de faire, c’est de reconnaître cela et je suis libre. 4 Je me suis illusionné au point de croire qu’il est possible d’emprisonner le Fils de Dieu. 5 J’ai fait amèrement erreur dans cette croyance, que je ne veux plus. 6 Le Fils de Dieu doit être libre à jamais. 7 Il est tel que Dieu l’a créé, et non ce que je voudrais faire de lui. 8 Il est là où Dieu voudrait qu’il soit et non là où je pensais le tenir prisonnier.

3. (33) Il y a une autre façon de regarder le monde.

2 Puisque le but du monde n’est pas celui que je lui ai assigné, il doit y avoir une autre façon de le regarder. 3 Je vois tout sens dessus dessous et mes pensées sont l’opposé de la vérité. 4 Je vois le monde comme une prison pour le Fils de Dieu. 5 Ce doit être, donc, que le monde est réellement un lieu où il peut être libéré. 6 Je voudrais regarder le monde tel qu’il est et le voir comme un lieu où le Fils de Dieu trouve sa liberté.

4. (34) Je pourrais voir la paix au lieu de cela.

2 Quand je vois le monde comme un lieu de liberté, je me rends compte qu’il reflète les lois de Dieu plutôt que les règles que j’ai inventées pour qu’il y obéisse. 3 Je comprendrai que c’est la paix, et non la guerre, qui y demeure. 4 Et je percevrai que la paix demeure aussi dans les cœurs de tous ceux qui partagent ce lieu avec moi.

5. (35) Mon esprit fait partie de Celui de Dieu. 2 Je suis très saint.

3 Tandis que je partage la paix du monde avec mes frères, je commence à comprendre que cette paix vient du plus profond de moi. 4 Le monde que je regarde a revêtu la lumière de mon pardon et réfléchit le pardon sur moi. 5 Dans cette lumière je commence à voir ce que mes illusions sur moi-même gardaient caché. 6 Je commence à comprendre la sainteté de toutes choses vivantes, y compris moi-même, ainsi que leur unité avec moi.

UCEM~LEÇON 57 – Aujourd’hui, révisons ces idées : Les idées 31 à 35.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 57 - Révision des leçons 31-32-33-34-35., Un Cours en Miracles on février 26, 2011 at 1:27

3 fév ~ the_divine_vision

LEÇON 57

Aujourd’hui, révisons ces idées :

L’audio de la leçon 57 ici

1. (31) Je ne suis pas la victime du monde que je vois.

2 Comment puis-je être la victime d’un monde qui peut être complètement défait si je choisis qu’il le soit ? 3 Mes chaînes sont relâchées. 4 Je peux les faire tomber par mon simple désir de le faire. 5 La porte de la prison est ouverte. 6 Je peux partir en sortant tout simplement. 7 Rien ne me retient en ce monde. 8 Seul mon souhait de rester me garde prisonnier. 9 Je voudrais abandonner mes souhaits insanes et entrer enfin dans la lumière du soleil.

2. (32) J’ai inventé le monde que je vois.

2 J’ai inventé la prison dans laquelle je me vois. 3 Tout ce que j’ai besoin de faire, c’est de reconnaître cela et je suis libre. 4 Je me suis illusionné au point de croire qu’il est possible d’emprisonner le Fils de Dieu. 5 J’ai fait amèrement erreur dans cette croyance, que je ne veux plus. 6 Le Fils de Dieu doit être libre à jamais. 7 Il est tel que Dieu l’a créé, et non ce que je voudrais faire de lui. 8 Il est là où Dieu voudrait qu’il soit et non là où je pensais le tenir prisonnier.

3. (33) Il y a une autre façon de regarder le monde.

2 Puisque le but du monde n’est pas celui que je lui ai assigné, il doit y avoir une autre façon de le regarder. 3 Je vois tout sens dessus dessous et mes pensées sont l’opposé de la vérité. 4 Je vois le monde comme une prison pour le Fils de Dieu. 5 Ce doit être, donc, que le monde est réellement un lieu où il peut être libéré. 6 Je voudrais regarder le monde tel qu’il est et le voir comme un lieu où le Fils de Dieu trouve sa liberté.

4. (34) Je pourrais voir la paix au lieu de cela.

2 Quand je vois le monde comme un lieu de liberté, je me rends compte qu’il reflète les lois de Dieu plutôt que les règles que j’ai inventées pour qu’il y obéisse. 3 Je comprendrai que c’est la paix, et non la guerre, qui y demeure. 4 Et je percevrai que la paix demeure aussi dans les cœurs de tous ceux qui partagent ce lieu avec moi.

5. (35) Mon esprit fait partie de Celui de Dieu. 2 Je suis très saint.

3 Tandis que je partage la paix du monde avec mes frères, je commence à comprendre que cette paix vient du plus profond de moi. 4 Le monde que je regarde a revêtu la lumière de mon pardon et réfléchit le pardon sur moi. 5 Dans cette lumière je commence à voir ce que mes illusions sur moi-même gardaient caché. 6 Je commence à comprendre la sainteté de toutes choses vivantes, y compris moi-même, ainsi que leur unité avec moi.

UCEM~LEÇON 57 – Révision des leçons 31 à 35.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 57 - Révision des leçons 31-32-33-34-35., Un Cours en Miracles on février 26, 2010 at 1:18

LEÇON 57

Aujourd’hui, révisons ces idées :

1. (31) Je ne suis pas la victime du monde que je vois.

2 Comment puis-je être la victime d’un monde qui peut être complètement défait si je choisis qu’il le soit ? 3 Mes chaînes sont relâchées. 4 Je peux les faire tomber par mon simple désir de le faire. 5 La porte de la prison est ouverte. 6 Je peux partir en sortant tout simplement. 7 Rien ne me retient en ce monde. 8 Seul mon souhait de rester me garde prisonnier. 9 Je voudrais abandonner mes souhaits insanes et entrer enfin dans la lumière du soleil.

2. (32) J’ai inventé le monde que je vois.

2 J’ai inventé la prison dans laquelle je me vois. 3 Tout ce que j’ai besoin de faire, c’est de reconnaître cela et je suis libre. 4 Je me suis illusionné au point de croire qu’il est possible d’emprisonner le Fils de Dieu. 5 J’ai fait amèrement erreur dans cette croyance, que je ne veux plus. 6 Le Fils de Dieu doit être libre à jamais. 7 Il est tel que Dieu l’a créé, et non ce que je voudrais faire de lui. 8 Il est là où Dieu voudrait qu’il soit et non là où je pensais le tenir prisonnier.

3. (33) Il y a une autre façon de regarder le monde.

2 Puisque le but du monde n’est pas celui que je lui ai assigné, il doit y avoir une autre façon de le regarder. 3 Je vois tout sens dessus dessous et mes pensées sont l’opposé de la vérité. 4 Je vois le monde comme une prison pour le Fils de Dieu. 5 Ce doit être, donc, que le monde est réellement un lieu où il peut être libéré. 6 Je voudrais regarder le monde tel qu’il est et le voir comme un lieu où le Fils de Dieu trouve sa liberté.

4. (34) Je pourrais voir la paix au lieu de cela.

2 Quand je vois le monde comme un lieu de liberté, je me rends compte qu’il reflète les lois de Dieu plutôt que les règles que j’ai inventées pour qu’il y obéisse. 3 Je comprendrai que c’est la paix, et non la guerre, qui y demeure. 4 Et je percevrai que la paix demeure aussi dans les cœurs de tous ceux qui partagent ce lieu avec moi.

5. (35) Mon esprit fait partie de Celui de Dieu. 2 Je suis très saint.

3 Tandis que je partage la paix du monde avec mes frères, je commence à comprendre que cette paix vient du plus profond de moi. 4 Le monde que je regarde a revêtu la lumière de mon pardon et réfléchit le pardon sur moi. 5 Dans cette lumière je commence à voir ce que mes illusions sur moi-même gardaient caché. 6 Je commence à comprendre la sainteté de toutes choses vivantes, y compris moi-même, ainsi que leur unité avec moi.

L’Inspiration

L’instant saint et l’attraction de Dieu

1. De même que l’ego voudrait limiter au corps la perception que tu as de tes frères, de même le Saint-Esprit voudrait délivrer ta vision et te laisser voir les Grands Rayons qui irradient d’eux, si illimités qu’ils vont jusqu’à Dieu. 2 C’est ce passage à la vision qui s’accomplit dans l’instant saint. 3 Or il est besoin que tu apprennes exactement ce que ce passage entraîne, pour que tu deviennes désireux de le rendre permanent. 4 Étant donné ce désir, il ne te quittera pas, car il est permanent. 5 Une fois que tu l’as acceptée comme étant la seule perception que tu veuilles, elle est traduite en connaissance par le rôle que Dieu Lui-même joue dans l’Expiation, car c’est la seule étape en elle qu’il comprenne. 6 Par conséquent, en cela il n’y a pas de retard lorsque tu es prêt. 7 Dieu est prêt maintenant, mais toi tu ne l’es pas.

2. Notre tâche est simplement de continuer, le plus vite possible, le nécessaire processus qui consiste à regarder en face toutes les interférences et à les voir exactement telles qu’elles sont. 2 Car il est impossible de reconnaître pour entièrement insatisfaisant ce que tu penses vouloir. 3 Le corps est le symbole de l’ego, comme l’ego est le symbole de la séparation. 4 Et les deux ne sont rien de plus que des tentatives pour limiter la communication, et par là la rendre impossible. 5 Car la communication doit être illimitée pour avoir une signification, et privée de signification elle ne te satisfera pas complètement. 6 Or elle reste le seul moyen par lequel tu peux établir des relations réelles, lesquelles n’ont pas de limites, ayant été établies par Dieu.

3. Dans l’instant saint, où les Grands Rayons remplacent le corps dans la conscience, il t’est donné de reconnaître les relations sans limites. 2 Mais afin de voir cela, il est nécessaire d’abandonner chaque usage que l’ego fait du corps, et d’accepter le fait que l’ego n’a aucun but que tu voudrais partager avec lui. 3 Car l’ego voudrait limiter chacun à un corps à ses propres fins, et tant que tu penseras qu’il a un but, tu choisiras d’utiliser les moyens par lesquels il essaie de tourner son but en accomplissement. 4 Cela ne sera jamais accompli. 5 Or tu as sûrement reconnu que l’ego, dont les buts sont tout à fait inatteignables, y aspire avec toute sa puissance, et il fait cela avec la force que tu lui as donnée.

4. Il est impossible de diviser ta force entre le Ciel et l’enfer, entre Dieu et l’ego, tout en libérant ta puissance créatrice, ce qui est le seul but pour lequel elle t’a été donnée. 2 L’amour donnerait toujours une augmentation. 3 Les limites sont exigées par l’ego et représentent ses exigences, qui sont de faire petit et ineffectif. 4 Limite à son corps ta vue de ton frère, ce que tu feras tant que tu ne voudras pas l’en libérer, et tu as refusé le don qu’il te fait. 5 Son corps ne peut pas faire ce don. 6 Et ne le cherche pas par le tien. 7 Or vos esprits sont déjà continus et leur union a seulement besoin d’être acceptée pour que la solitude au Ciel ait disparu.

5. Si seulement tu laissais le Saint-Esprit te parler de l’Amour que Dieu a pour toi, et du besoin qu’ont tes créations d’être à jamais avec toi, tu ressentirais l’attraction de l’éternel. 2 Nul ne peut L’entendre parler de cela et rester longtemps désireux de traîner ici. 3 Car c’est ta volonté d’être au Ciel, où tu es complet et tranquille, dans des relations si sûres et si pleines d’amour que toute limite est impossible. 4 N’échangerais-tu pas tes petites relations contre cela? 5 Car le corps est petit et limité, et seuls ceux que tu voudrais voir sans les limites que l’ego voudrait leur imposer peuvent t’offrir le don de la liberté.

6. Tu n’as aucune conception des limites que tu as mises à ta perception, ni aucune idée de toute la beauté que tu pourrais voir. 2 Mais souviens-toi de ceci : l’attraction de la culpabilité s’oppose à l’attraction de Dieu. 3 Son attraction sur toi reste illimitée mais parce que ton pouvoir, étant le Sien, est aussi grand que le Sien, tu peux te détourner de l’amour. 4 Ce que tu investis dans la culpabilité, tu le retires à Dieu. 5 Et ta vue devient faible, basse et limitée, car tu as tenté de séparer le Père du Fils et de limiter leur communication. 6 Ne cherche pas l’Expiation dans une plus grande séparation. 7 Et ne limite pas ta vision du Fils de Dieu à ce qui interfère avec sa délivrance, et ce que le Saint-Esprit doit défaire pour le libérer. 8 Car sa croyance dans les limites l’a emprisonné.

7. Quand le corps cessera de t’attirer, et quand tu ne lui attacheras pas de valeur comme moyen d’obtenir quoi que ce soit, alors il n’y aura pas d’interférence dans la communication et tes pensées seront aussi libres que Celles de Dieu. 2 Quand tu laisses le Saint-Esprit t’enseigner comment utiliser le corps dans le seul but de communiquer, et renonces à l’utiliser pour la séparation et l’attaque que l’ego voit en lui, tu apprends que tu n’as pas du tout besoin d’un corps. 3 Dans l’instant saint il n’y a pas de corps, et tu ressens seulement l’attraction de Dieu. 4 En l’acceptant pour indivisée, tu te joins à Lui tout entier, en un instant, car tu ne mets aucune limite à ton union avec Lui. 5 La réalité de cette relation devient la seule vérité que tu pourrais jamais vouloir. 6 Toute vérité est là.

UCEM~LEÇON 57 – Révision des leçons 31-32-33-34-35.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 57 - Révision des leçons 31-32-33-34-35., Un Cours en Miracles on février 26, 2009 at 8:48

3 février ~ Pablo-Picasso-Visage-de-la-paix--S-rigraphie--7564

La pratique pour cette leçon ici

La leçon ici

1. (31) Je ne suis pas la victime du monde que je vois.

2 Comment puis-je être la victime d’un monde qui peut être complètement défait si je choisis qu’il le soit ? 3 Mes chaînes sont relâchées. 4 Je peux les faire tomber par mon simple désir de le faire. 5 La porte de la prison est ouverte. 6 Je peux partir en sortant tout simplement. 7 Rien ne me retient en ce monde. 8 Seul mon souhait de rester me garde prisonnier. 9 Je voudrais abandonner mes souhaits insanes et entrer enfin dans la lumière du soleil.

2. (32) J’ai inventé le monde que je vois.

2 J’ai inventé la prison dans laquelle je me vois. 3 Tout ce que j’ai besoin de faire, c’est de reconnaître cela et je suis libre. 4 Je me suis illusionné au point de croire qu’il est possible d’emprisonner le Fils de Dieu. 5 J’ai fait amèrement erreur dans cette croyance, que je ne veux plus. 6 Le Fils de Dieu doit être libre à jamais. 7 Il est tel que Dieu l’a créé, et non ce que je voudrais faire de lui. 8 Il est là où Dieu voudrait qu’il soit et non là où je pensais le tenir prisonnier.

3. (33) Il y a une autre façon de regarder le monde.

2 Puisque le but du monde n’est pas celui que je lui ai assigné, il doit y avoir une autre façon de le regarder. 3 Je vois tout sens dessus dessous et mes pensées sont l’opposé de la vérité. 4 Je vois le monde comme une prison pour le Fils de Dieu. 5 Ce doit être, donc, que le monde est réellement un lieu où il peut être libéré. 6 Je voudrais regarder le monde tel qu’il est et le voir comme un lieu où le Fils de Dieu trouve sa liberté.

4. (34) Je pourrais voir la paix au lieu de cela.

2 Quand je vois le monde comme un lieu de liberté, je me rends compte qu’il reflète les lois de Dieu plutôt que les règles que j’ai inventées pour qu’il y obéisse. 3 Je comprendrai que c’est la paix, et non la guerre, qui y demeure. 4 Et je percevrai que la paix demeure aussi dans les cœurs de tous ceux qui partagent ce lieu avec moi.

5. (35) Mon esprit fait partie de Celui de Dieu. 2 Je suis très saint.

3 Tandis que je partage la paix du monde avec mes frères, je commence à comprendre que cette paix vient du plus profond de moi. 4 Le monde que je regarde a revêtu la lumière de mon pardon et réfléchit le pardon sur moi. 5 Dans cette lumière je commence à voir ce que mes illusions sur moi-même gardaient caché. 6 Je commence à comprendre la sainteté de toutes choses vivantes, y compris moi-même, ainsi que leur unité avec moi.

L’inspiration

Les croyances irréconciliables (T-23.I ici)

1. Le souvenir de Dieu vient à l’esprit quiet. 2 Il ne peut venir là où il y a conflit, car un esprit en guerre contre lui-même ne se souvient pas de l’éternelle douceur. 3 Les moyens de la guerre ne sont pas les moyens de la paix, et ce dont les belliqueux voudraient se souvenir n’est pas l’amour. 4 La guerre est impossible à moins que la croyance en la victoire ne soit chérie. 5 Le conflit en toi doit impliquer que tu crois que l’ego a le pouvoir d’être victorieux. 6 Sinon pourquoi t’identifierais-tu à lui ? 7 Tu te rends sûrement compte que l’ego est en guerre contre Dieu. 8 C’est certain qu’il n’a pas d’ennemi. 9 Or tout aussi certaine est sa fixe croyance qu’il a un ennemi qu’il doit vaincre, et qu’il y réussira.

2. Est-ce que tu ne te rends pas compte qu’une guerre contre toi-même serait une guerre contre Dieu ? 2 La victoire est-elle concevable ? 3 Et si elle l’était, est-ce une victoire que tu voudrais ? 4 La mort de Dieu, si elle était possible, serait ta mort. 5 Est-ce une victoire ? 6 L’ego marche toujours vers la défaite, parce qu’il pense que le triomphe sur toi est possible. 7 Et Dieu pense autrement. 8 Cela n’est pas une guerre; seulement la folle croyance que la Volonté de Dieu peut être attaquée et renversée. 9 Tu peux peut-être t’identifier à cette croyance, mais ce ne sera jamais plus que folie. 10 Et la peur règnera dans la folie, et elle semblera y avoir remplacé l’amour. 11 Tel est le but du conflit. 12 Et à ceux qui pensent qu’il est possible, les moyens semblent réels.

3. Sois certain qu’il est impossible que Dieu et l’ego, ou toi et lui, vous rencontriez jamais. 2 Vous semblez vous rencontrer, faire vos alliances étranges sur des bases qui n’ont aucune signification. 3 Car vos croyances convergent sur le corps, la demeure choisie de l’ego, que tu crois être la tienne. 4 Vous vous rencontrez sur une erreur; une erreur d’évaluation de toi. 5 L’ego se joint à une illusion de toi que tu partages avec lui. 6 Et pourtant, les illusions ne peuvent pas se joindre. 7 Elles sont les mêmes et ne sont rien. 8 Leur jonction réside dans le néant; deux sont aussi in-signifiantes qu’une seule ou qu’un millier. 9 L’ego se joint à rien, n’étant rien. 10 La victoire qu’il cherche est aussi in-signifiante que lui.

4. Frère, la guerre contre toi-même est presque terminée. 2 La fin du voyage est à l’endroit de la paix. 3 Ne voudrais -tu pas maintenant accepter la paix à toi offerte ici ? 4 Cet “ennemi” que tu combattais en tant qu’”intrus” dans ta paix est ici transformé, sous tes yeux, en donneur de ta paix. 5 Ton “ennemi” était Dieu Lui-même, à Qui tout conflit, triomphe et attaque de toute sorte sont tous inconnus. 6 Il t’aime parfaitement, complètement et éternellement. 7 Le Fils de Dieu en guerre contre son Créateur est une condition aussi ridicule que la nature rugissant de colère contre le vent, et proclamant qu’il ne fait plus partie d’elle. 8 Serait-il possible que la nature établisse cela, et le rende vrai ? 9 Pas plus qu’il ne t’appartient de dire ce qui fera partie de toi et ce qui est gardé à part.

5.La guerre contre toi-même fut entreprise pour enseigner au Fils de Dieu qu’il n’est pas lui-même, et pas le Fils de son Père. 2 Pour cela, le souvenir de son Père doit être oublié. 3 Il est oublié dans la vie du corps, et si tu penses que tu es un corps, tu croiras que tu l’as oublié. 4 Or la vérité ne peut jamais être oubliée par elle-même, et tu n’as pas oublié ce que tu es. 5 Seule une étrange illusion de toi-même, un souhait de triompher de ce que tu es, ne se souvient pas.

6. La guerre contre toi-même n’est que la bataille de deux illusions, luttant pour se rendre différentes l’une de l’autre, dans la croyance que la conquérante sera vraie. 2 Il n’y a pas de conflit entre elles et la vérité. 3 Pas plus qu’elles ne sont différentes l’une de l’autre. 4 Les deux ne sont pas vraies. 5 Ainsi la forme qu’elles prennent n’importe pas. 6 Ce qui les a faites est insane, et elles font toujours partie de ce qui les a faites. 7 La folie ne présente aucune menace pour la réalité et n’a pas d’influence sur elle. 8 Les illusions ne peuvent pas triompher de la vérité, pas plus qu’elles ne peuvent la menacer d’aucune façon. 9 Et la réalité qu’elles nient ne fait pas partie d’elles.

7. Ce dont tu te souviens fait partie de toi. 2 Car tu dois être tel que Dieu t’a créé. 3 La vérité ne se bat pas contre les illusions, pas plus que les illusions ne se battent contre la vérité. 4 Les illusions ne se battent qu’entre elles. 5 Étant fragmentées, elles fragmentent. 6 Mais la vérité est indivisible, et bien au-delà de leur petite portée. 7 Tu te souviendras de ce que tu connais quand tu auras appris que tu ne peux pas être en conflit. 8 Une illusion sur toi-même peut se battre contre une autre, or la guerre entre deux illusions est un état où rien ne se passe. 9 Il n’y a pas de vainqueur et il n’y a pas de victoire. 10 Et la vérité se tient rayonnante, à l’écart du conflit, intouchée et quiète en la paix de Dieu.

8. Le conflit doit être entre deux forces. 2 Il ne peut exister entre un pouvoir et le néant. 3 Il n’est rien que tu puisses attaquer qui ne fasse partie de toi. 4 Et en l’attaquant, tu fais deux illusions de toi-même, en conflit l’une avec l’autre. 5 Et cela se produit chaque fois que tu regardes quoi que ce soit que Dieu a créé avec quoi que ce soit d’autre qu’amour. 6 Le conflit est apeurant, car il est la naissance de la peur. 7 Or ce qui est né de rien ne peut pas gagner la réalité par la bataille. 8 Pourquoi voudrais-tu remplir ton monde de conflits avec toi-même ? 9 Laisse toute cette folie être défaite pour toi, et tourne-toi en paix vers le souvenir de Dieu, qui brille encore dans ton esprit quiet.

9. Vois comme le conflit des illusions disparaît quand il est porté à la vérité! 2 Car il ne semble réel qu’aussi longtemps qu’il est vu comme une guerre entre des vérités qui sont en conflit : la conquérante sera la plus vraie, la plus réelle, et le vainqueur de l’illusion qui était moins réelle, faite illusion par la défaite. 3 Ainsi, le conflit est le choix entre des illusions, dont l’une sera couronnée comme réelle, l’autre vaincue et méprisée. 4 Ici le souvenir du Père jamais ne reviendra. 5 Or aucune illusion ne peut envahir Sa demeure et Le chasser de ce qu’Il aime à jamais. 6 Et ce qu’Il aime doit être à jamais quiet et en paix parce que c’est Sa demeure.

10. Toi qui es Son bien-aimé, tu n’es pas une illusion, étant aussi vrai et saint que Lui. 2 Le calme de ta certitude en Lui et en toi-même est votre demeure à tous les Deux, Qui habitez en étant un et non séparés. 3 Ouvre la porte de Sa demeure très sainte et laisse le pardon balayer toute trace de la croyance dans le péché qui garde Dieu sans demeure et Son Fils avec Lui. 4 Tu n’es pas un étranger dans la maison de Dieu. 5 Accueille ton frère dans la demeure où Dieu l’a établi en sérénité et en paix, et où Il habite avec lui. 6 Les illusions n’ont pas leur place là où l’amour demeure, te protégeant de tout ce qui n’est pas vrai. 7 Tu habites dans une paix aussi illimitée que son Créateur, et tout est donné à ceux qui voudraient se souvenir de Lui. 8 Sur Sa demeure veille le Saint-Esprit, sûr que jamais la paix ne peut en être troublée.

11. Comment le lieu de repos de Dieu peut-il se retourner contre lui-même et chercher à vaincre Celui Qui demeure là ? 2 Et pense à ce qui arrive quand la maison de Dieu se perçoit elle-même divisée. 3 L’autel disparaît, la lumière pâlit, le temple du Saint devient une maison de péché. 4 Et tu ne te souviens de rien, sauf des illusions. 5 Les illusions peuvent être en conflit, parce que leurs formes sont différentes. 6 Et elles se livrent bataille seulement pour établir quelle forme est vraie.

12. L’illusion rencontre l’illusion; la vérité, elle-même. 2 La rencontre d’illusions conduit à la guerre. 3 La paix, se regardant elle-même, s’étend elle-même. 4 La guerre est la condition dans laquelle la peur naît et grandit et cherche à dominer. 5 La paix est l’état où l’amour demeure et cherche à se partager lui-même. 6 Conflit et paix sont des opposés. 7 Où l’un demeure, l’autre ne peut pas être; où l’un va, l’autre disparaît. 8 Ainsi le souvenir de Dieu est-il obscurci dans les esprits qui sont devenus le champ de bataille des illusions. 9 Or bien au-delà de cette guerre insensée, il brille, prêt à revenir en ta mémoire quand tu te ranges avec la paix.