Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for the ‘UCEM~LEÇON 19 – Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.’ Category

UCEM~LEÇON 19 – Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 19 - Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées., Un Cours en Miracles on janvier 18, 2017 at 8:12

LEÇON 19

Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

1. L’idée d’aujourd’hui est évidemment la raison pour laquelle ta vue n’affecte pas que toi seul. 2 Tu remarqueras que parfois les idées reliées à la pensée précèdent celles qui sont reliées à la perception, tandis qu’à d’autres moments l’ordre est inversé. 3 La raison en est que l’ordre n’importe pas. 4 En fait, la pensée et ses résultats sont simultanés, car cause et effet ne sont jamais séparés.

2. Aujourd’hui nous insistons à nouveau sur le fait que les esprits sont joints. 2 Cette idée est rarement entièrement bien accueillie au début, puisqu’elle semble porteuse d’un énorme sentiment de responsabilité, et qu’elle peut même être considérée comme une “invasion dans la vie privée”. 3 Or le fait est qu’il n’y a pas de pensées privées. 4 Malgré ta résistance initiale à cette idée, tu finiras par comprendre qu’elle doit être vraie si le salut est le moindrement possible. 5 Et le salut doit être possible parce qu’il est la Volonté de Dieu.

3. L’examen d’esprit d’une minute environ qui est requis pour les exercices d’aujourd’hui sera entrepris les yeux fermés. 2 L’idée d’aujourd’hui sera d’abord répétée, puis l’esprit examiné attentivement pour y découvrir les pensées qu’il contient à ce moment-là. 3 Considère chacune d’elles, en la désignant par le nom de la personne ou du thème central qu’elle contient, puis garde-la présente à l’esprit en disant :

4 Je ne suis pas seul à éprouver les effets de cette pensée au sujet de _____.

4. L’exigence de faire aussi peu de discrimination que possible en choisissant les sujets pour les périodes d’exercice devrait maintenant t’être assez familière; ainsi, bien qu’elle soit incluse occasionnellement à titre de rappel, elle ne sera plus répétée chaque jour. 2 N’oublie pas, toutefois, qu’il reste essentiel du début à la fin que les sujets soient choisis au hasard pour toutes les périodes d’exercice. 3 En définitive, c’est l’absence d’ordre sous ce rapport qui rendra la re-connaissance de l’absence d’ordre dans les miracles signifiante pour toi.

5. Outre l’application ” au besoin” de l’idée d’aujourd’hui, au moins trois périodes d’exercice sont requises, en écourtant leur durée si nécessaire. 2 N’essaie pas d’en faire plus de quatre.

Introduction aux leçons

Choisis à nouveau – DIEU ÉTANT AMOUR EST AUSSI BONHEUR.

Publicités

UCEM~LEÇON 19 – Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 19 - Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées., Un Cours en Miracles on janvier 18, 2016 at 9:02

LEÇON 19

Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

1. L’idée d’aujourd’hui est évidemment la raison pour laquelle ta vue n’affecte pas que toi seul. 2 Tu remarqueras que parfois les idées reliées à la pensée précèdent celles qui sont reliées à la perception, tandis qu’à d’autres moments l’ordre est inversé. 3 La raison en est que l’ordre n’importe pas. 4 En fait, la pensée et ses résultats sont simultanés, car cause et effet ne sont jamais séparés.

2. Aujourd’hui nous insistons à nouveau sur le fait que les esprits sont joints. 2 Cette idée est rarement entièrement bien accueillie au début, puisqu’elle semble porteuse d’un énorme sentiment de responsabilité, et qu’elle peut même être considérée comme une “invasion dans la vie privée”. 3 Or le fait est qu’il n’y a pas de pensées privées. 4 Malgré ta résistance initiale à cette idée, tu finiras par comprendre qu’elle doit être vraie si le salut est le moindrement possible. 5 Et le salut doit être possible parce qu’il est la Volonté de Dieu.

3. L’examen d’esprit d’une minute environ qui est requis pour les exercices d’aujourd’hui sera entrepris les yeux fermés. 2 L’idée d’aujourd’hui sera d’abord répétée, puis l’esprit examiné attentivement pour y découvrir les pensées qu’il contient à ce moment-là. 3 Considère chacune d’elles, en la désignant par le nom de la personne ou du thème central qu’elle contient, puis garde-la présente à l’esprit en disant :

4 Je ne suis pas seul à éprouver les effets de cette pensée au sujet de _____.

4. L’exigence de faire aussi peu de discrimination que possible en choisissant les sujets pour les périodes d’exercice devrait maintenant t’être assez familière; ainsi, bien qu’elle soit incluse occasionnellement à titre de rappel, elle ne sera plus répétée chaque jour. 2 N’oublie pas, toutefois, qu’il reste essentiel du début à la fin que les sujets soient choisis au hasard pour toutes les périodes d’exercice. 3 En définitive, c’est l’absence d’ordre sous ce rapport qui rendra la re-connaissance de l’absence d’ordre dans les miracles signifiante pour toi.

5. Outre l’application ” au besoin” de l’idée d’aujourd’hui, au moins trois périodes d’exercice sont requises, en écourtant leur durée si nécessaire. 2 N’essaie pas d’en faire plus de quatre.

Introduction au Livre d’exercices pour étudiants

UCEM~LEÇON 19 – Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 19 - Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées., Un Cours en Miracles on janvier 18, 2015 at 9:10

LEÇON 19

Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

1. L’idée d’aujourd’hui est évidemment la raison pour laquelle ta vue n’affecte pas que toi seul. 2 Tu remarqueras que parfois les idées reliées à la pensée précèdent celles qui sont reliées à la perception, tandis qu’à d’autres moments l’ordre est inversé. 3 La raison en est que l’ordre n’importe pas. 4 En fait, la pensée et ses résultats sont simultanés, car cause et effet ne sont jamais séparés.

2. Aujourd’hui nous insistons à nouveau sur le fait que les esprits sont joints. 2 Cette idée est rarement entièrement bien accueillie au début, puisqu’elle semble porteuse d’un énorme sentiment de responsabilité, et qu’elle peut même être considérée comme une “invasion dans la vie privée”. 3 Or le fait est qu’il n’y a pas de pensées privées. 4 Malgré ta résistance initiale à cette idée, tu finiras par comprendre qu’elle doit être vraie si le salut est le moindrement possible. 5 Et le salut doit être possible parce qu’il est la Volonté de Dieu.

3. L’examen d’esprit d’une minute environ qui est requis pour les exercices d’aujourd’hui sera entrepris les yeux fermés. 2 L’idée d’aujourd’hui sera d’abord répétée, puis l’esprit examiné attentivement pour y découvrir les pensées qu’il contient à ce moment-là. 3 Considère chacune d’elles, en la désignant par le nom de la personne ou du thème central qu’elle contient, puis garde-la présente à l’esprit en disant :

4 Je ne suis pas seul à éprouver les effets de cette pensée au sujet de _____.

4. L’exigence de faire aussi peu de discrimination que possible en choisissant les sujets pour les périodes d’exercice devrait maintenant t’être assez familière; ainsi, bien qu’elle soit incluse occasionnellement à titre de rappel, elle ne sera plus répétée chaque jour. 2 N’oublie pas, toutefois, qu’il reste essentiel du début à la fin que les sujets soient choisis au hasard pour toutes les périodes d’exercice. 3 En définitive, c’est l’absence d’ordre sous ce rapport qui rendra la re-connaissance de l’absence d’ordre dans les miracles signifiante pour toi.

5. Outre l’application ” au besoin” de l’idée d’aujourd’hui, au moins trois périodes d’exercice sont requises, en écourtant leur durée si nécessaire. 2 N’essaie pas d’en faire plus de quatre.

UCEM~LEÇON 19 – Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 19 - Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées., Un Cours en Miracles on janvier 19, 2014 at 1:22

LEÇON 19

Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

1. L’idée d’aujourd’hui est évidemment la raison pour laquelle ta vue n’affecte pas que toi seul. 2 Tu remarqueras que parfois les idées reliées à la pensée précèdent celles qui sont reliées à la perception, tandis qu’à d’autres moments l’ordre est inversé. 3 La raison en est que l’ordre n’importe pas. 4 En fait, la pensée et ses résultats sont simultanés, car cause et effet ne sont jamais séparés.

2. Aujourd’hui nous insistons à nouveau sur le fait que les esprits sont joints. 2 Cette idée est rarement entièrement bien accueillie au début, puisqu’elle semble porteuse d’un énorme sentiment de responsabilité, et qu’elle peut même être considérée comme une “invasion dans la vie privée”. 3 Or le fait est qu’il n’y a pas de pensées privées. 4 Malgré ta résistance initiale à cette idée, tu finiras par comprendre qu’elle doit être vraie si le salut est le moindrement possible. 5 Et le salut doit être possible parce qu’il est la Volonté de Dieu.

3. L’examen d’esprit d’une minute environ qui est requis pour les exercices d’aujourd’hui sera entrepris les yeux fermés. 2 L’idée d’aujourd’hui sera d’abord répétée, puis l’esprit examiné attentivement pour y découvrir les pensées qu’il contient à ce moment-là. 3 Considère chacune d’elles, en la désignant par le nom de la personne ou du thème central qu’elle contient, puis garde-la présente à l’esprit en disant :

4 Je ne suis pas seul à éprouver les effets de cette pensée au sujet de _____.

4. L’exigence de faire aussi peu de discrimination que possible en choisissant les sujets pour les périodes d’exercice devrait maintenant t’être assez familière; ainsi, bien qu’elle soit incluse occasionnellement à titre de rappel, elle ne sera plus répétée chaque jour. 2 N’oublie pas, toutefois, qu’il reste essentiel du début à la fin que les sujets soient choisis au hasard pour toutes les périodes d’exercice. 3 En définitive, c’est l’absence d’ordre sous ce rapport qui rendra la re-connaissance de l’absence d’ordre dans les miracles signifiante pour toi.

5. Outre l’application ” au besoin” de l’idée d’aujourd’hui, au moins trois périodes d’exercice sont requises, en écourtant leur durée si nécessaire. 2 N’essaie pas d’en faire plus de quatre.

UCEM~LEÇON 19 – Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 19 - Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées., Un Cours en Miracles on janvier 19, 2013 at 12:29

19 janvier ~ nature-1

LEÇON 19

Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

1. L’idée d’aujourd’hui est évidemment la raison pour laquelle ta vue n’affecte pas que toi seul. 2 Tu remarqueras que parfois les idées reliées à la pensée précèdent celles qui sont reliées à la perception, tandis qu’à d’autres moments l’ordre est inversé. 3 La raison en est que l’ordre n’importe pas. 4 En fait, la pensée et ses résultats sont simultanés, car cause et effet ne sont jamais séparés.

2. Aujourd’hui nous insistons à nouveau sur le fait que les esprits sont joints. 2 Cette idée est rarement entièrement bien accueillie au début, puisqu’elle semble porteuse d’un énorme sentiment de responsabilité, et qu’elle peut même être considérée comme une “invasion dans la vie privée”. 3 Or le fait est qu’il n’y a pas de pensées privées. 4 Malgré ta résistance initiale à cette idée, tu finiras par comprendre qu’elle doit être vraie si le salut est le moindrement possible. 5 Et le salut doit être possible parce qu’il est la Volonté de Dieu.

3. L’examen d’esprit d’une minute environ qui est requis pour les exercices d’aujourd’hui sera entrepris les yeux fermés. 2 L’idée d’aujourd’hui sera d’abord répétée, puis l’esprit examiné attentivement pour y découvrir les pensées qu’il contient à ce moment-là. 3 Considère chacune d’elles, en la désignant par le nom de la personne ou du thème central qu’elle contient, puis garde-la présente à l’esprit en disant :

4 Je ne suis pas seul à éprouver les effets de cette pensée au sujet de _____.

4. L’exigence de faire aussi peu de discrimination que possible en choisissant les sujets pour les périodes d’exercice devrait maintenant t’être assez familière; ainsi, bien qu’elle soit incluse occasionnellement à titre de rappel, elle ne sera plus répétée chaque jour. 2 N’oublie pas, toutefois, qu’il reste essentiel du début à la fin que les sujets soient choisis au hasard pour toutes les périodes d’exercice. 3 En définitive, c’est l’absence d’ordre sous ce rapport qui rendra la re-connaissance de l’absence d’ordre dans les miracles signifiante pour toi.

5. Outre l’application ” au besoin” de l’idée d’aujourd’hui, au moins trois périodes d’exercice sont requises, en écourtant leur durée si nécessaire. 2 N’essaie pas d’en faire plus de quatre.

UCEM~LEÇON 19 – Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 19 - Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées., Un Cours en Miracles on janvier 19, 2012 at 12:16

19 janvier ~ minds

LEÇON 19

Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

AUDIO

1. L’idée d’aujourd’hui est évidemment la raison pour laquelle ta vue n’affecte pas que toi seul. 2 Tu remarqueras que parfois les idées reliées à la pensée précèdent celles qui sont reliées à la perception, tandis qu’à d’autres moments l’ordre est inversé. 3 La raison en est que l’ordre n’importe pas. 4 En fait, la pensée et ses résultats sont simultanés, car cause et effet ne sont jamais séparés.

2. Aujourd’hui nous insistons à nouveau sur le fait que les esprits sont joints. 2 Cette idée est rarement entièrement bien accueillie au début, puisqu’elle semble porteuse d’un énorme sentiment de responsabilité, et qu’elle peut même être considérée comme une “invasion dans la vie privée”. 3 Or le fait est qu’il n’y a pas de pensées privées. 4 Malgré ta résistance initiale à cette idée, tu finiras par comprendre qu’elle doit être vraie si le salut est le moindrement possible. 5 Et le salut doit être possible parce qu’il est la Volonté de Dieu.

3. L’examen d’esprit d’une minute environ qui est requis pour les exercices d’aujourd’hui sera entrepris les yeux fermés. 2 L’idée d’aujourd’hui sera d’abord répétée, puis l’esprit examiné attentivement pour y découvrir les pensées qu’il contient à ce moment-là. 3 Considère chacune d’elles, en la désignant par le nom de la personne ou du thème central qu’elle contient, puis garde-la présente à l’esprit en disant :

  • 4 Je ne suis pas seul à éprouver les effets de cette pensée au sujet de _____.

4. L’exigence de faire aussi peu de discrimination que possible en choisissant les sujets pour les périodes d’exercice devrait maintenant t’être assez familière; ainsi, bien qu’elle soit incluse occasionnellement à titre de rappel, elle ne sera plus répétée chaque jour. 2 N’oublie pas, toutefois, qu’il reste essentiel du début à la fin que les sujets soient choisis au hasard pour toutes les périodes d’exercice. 3 En définitive, c’est l’absence d’ordre sous ce rapport qui rendra la re-connaissance de l’absence d’ordre dans les miracles signifiante pour toi.

5. Outre l’application ” au besoin” de l’idée d’aujourd’hui, au moins trois périodes d’exercice sont requises, en écourtant leur durée si nécessaire. 2 N’essaie pas d’en faire plus de quatre.

UCEM~LEÇON 19 – Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 19 - Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées., Un Cours en Miracles on janvier 19, 2011 at 12:50

19 janvier ~ Pensees

LEÇON 19

Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

L’audio de la leçon 19 ici

1. L’idée d’aujourd’hui est évidemment la raison pour laquelle ta vue n’affecte pas que toi seul. 2 Tu remarqueras que parfois les idées reliées à la pensée précèdent celles qui sont reliées à la perception, tandis qu’à d’autres moments l’ordre est inversé. 3 La raison en est que l’ordre n’importe pas. 4 En fait, la pensée et ses résultats sont simultanés, car cause et effet ne sont jamais séparés.

2. Aujourd’hui nous insistons à nouveau sur le fait que les esprits sont joints. 2 Cette idée est rarement entièrement bien accueillie au début, puisqu’elle semble porteuse d’un énorme sentiment de responsabilité, et qu’elle peut même être considérée comme une “invasion dans la vie privée”. 3 Or le fait est qu’il n’y a pas de pensées privées. 4 Malgré ta résistance initiale à cette idée, tu finiras par comprendre qu’elle doit être vraie si le salut est le moindrement possible. 5 Et le salut doit être possible parce qu’il est la Volonté de Dieu.

3. L’examen d’esprit d’une minute environ qui est requis pour les exercices d’aujourd’hui sera entrepris les yeux fermés. 2 L’idée d’aujourd’hui sera d’abord répétée, puis l’esprit examiné attentivement pour y découvrir les pensées qu’il contient à ce moment-là. 3 Considère chacune d’elles, en la désignant par le nom de la personne ou du thème central qu’elle contient, puis garde-la présente à l’esprit en disant :

  • 4 Je ne suis pas seul à éprouver les effets de cette pensée au sujet de _____.

4. L’exigence de faire aussi peu de discrimination que possible en choisissant les sujets pour les périodes d’exercice devrait maintenant t’être assez familière; ainsi, bien qu’elle soit incluse occasionnellement à titre de rappel, elle ne sera plus répétée chaque jour. 2 N’oublie pas, toutefois, qu’il reste essentiel du début à la fin que les sujets soient choisis au hasard pour toutes les périodes d’exercice. 3 En définitive, c’est l’absence d’ordre sous ce rapport qui rendra la re-connaissance de l’absence d’ordre dans les miracles signifiante pour toi.

5. Outre l’application ” au besoin” de l’idée d’aujourd’hui, au moins trois périodes d’exercice sont requises, en écourtant leur durée si nécessaire. 2 N’essaie pas d’en faire plus de quatre.

UCEM~LEÇON 19 – Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 19 - Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées., Un Cours en Miracles on janvier 19, 2010 at 12:53

19 janvier ~ Pensees

LEÇON 19

Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

1. L’idée d’aujourd’hui est évidemment la raison pour laquelle ta vue n’affecte pas que toi seul. 2 Tu remarqueras que parfois les idées reliées à la pensée précèdent celles qui sont reliées à la perception, tandis qu’à d’autres moments l’ordre est inversé. 3 La raison en est que l’ordre n’importe pas. 4 En fait, la pensée et ses résultats sont simultanés, car cause et effet ne sont jamais séparés.

2. Aujourd’hui nous insistons à nouveau sur le fait que les esprits sont joints. 2 Cette idée est rarement entièrement bien accueillie au début, puisqu’elle semble porteuse d’un énorme sentiment de responsabilité, et qu’elle peut même être considérée comme une “invasion dans la vie privée”. 3 Or le fait est qu’il n’y a pas de pensées privées. 4 Malgré ta résistance initiale à cette idée, tu finiras par comprendre qu’elle doit être vraie si le salut est le moindrement possible. 5 Et le salut doit être possible parce qu’il est la Volonté de Dieu.

3. L’examen d’esprit d’une minute environ qui est requis pour les exercices d’aujourd’hui sera entrepris les yeux fermés. 2 L’idée d’aujourd’hui sera d’abord répétée, puis l’esprit examiné attentivement pour y découvrir les pensées qu’il contient à ce moment-là. 3 Considère chacune d’elles, en la désignant par le nom de la personne ou du thème central qu’elle contient, puis garde-la présente à l’esprit en disant :

4 Je ne suis pas seul à éprouver les effets de cette pensée au sujet de _____.

4. L’exigence de faire aussi peu de discrimination que possible en choisissant les sujets pour les périodes d’exercice devrait maintenant t’être assez familière; ainsi, bien qu’elle soit incluse occasionnellement à titre de rappel, elle ne sera plus répétée chaque jour. 2 N’oublie pas, toutefois, qu’il reste essentiel du début à la fin que les sujets soient choisis au hasard pour toutes les périodes d’exercice. 3 En définitive, c’est l’absence d’ordre sous ce rapport qui rendra la re-connaissance de l’absence d’ordre dans les miracles signifiante pour toi.

5. Outre l’application ” au besoin” de l’idée d’aujourd’hui, au moins trois périodes d’exercice sont requises, en écourtant leur durée si nécessaire. 2 N’essaie pas d’en faire plus de quatre.

L’Inspiration

Concept de soi versus Soi

1. L’apprentissage du monde est bâti sur un concept de soi ajusté à la réalité du monde. 2 Il lui va bien. 3 Car c’est une image qui convient à un monde d’ombres et d’illusions. 4 Il est ici chez lui, où ce qu’il voit ne fait qu’un avec lui. 5 C’est à la construction d’un concept de soi que sert l’apprentissage du monde. 6 Tel est son but : que tu viennes sans un soi, et que tu en fasses un au fur et à mesure. 7 Et au moment où tu atteins la «maturité», tu l’as perfectionné, pour traiter le monde d’égal à égal, en accord avec ses exigences.

2. Le concept de soi est fait par toi. 2 Il n’a pas du tout de ressemblance avec toi. 3 C’est une idole, faite pour prendre la place de ta réalité en tant que Fils de Dieu. 4 Le concept de soi que le monde voudrait enseigner n’est pas la chose qu’il paraît être. 5 Car il est fait pour servir deux buts, dont un seul peut être reconnu par l’esprit. 6 Le premier présente la face de l’innocence, l’aspect qui subit. 7 C’est cette face qui sourit, charme et semble même aimer. 8 Elle recherche des compagnons, et elle regarde, parfois avec pitié, la souffrance, et parfois offre un réconfort. 9 Elle croit qu’elle est bonne dans un monde mauvais.

3. Cet aspect peut se mettre en colère, car le monde est infâme et incapable de fournir l’amour et le refuge que l’innocence mérite. 2 Ainsi cette face est-elle souvent mouillée de larmes devant les injustices que le monde accorde à ceux qui voudraient être généreux et bons. 3 Cet aspect n’attaque jamais en premier. 4 Mais chaque jour cent petites choses lancent de petits assauts contre son innocence, le provoquant jusqu’à l’irritation, et enfin jusqu’à l’insulte et l’injure ouvertes.

4. La face de l’innocence que porte si fièrement le concept de soi peut tolérer l’attaque en légitime défense, car n’est-ce pas un fait bien connu que le monde traite rudement l’innocence sans défense? 2 Nul ne fait une image de lui-même sans y mettre cette face, car il en a besoin. 3 L’autre côté, il ne veut pas le voir. 4 C’est pourtant là que l’apprentissage du monde a ses visées, car c’est là qu’est établie la «réalité» du monde, pour veiller à ce que l’idole dure.

5. Sous la face de l’innocence, il y a une leçon que le concept de soi a été fait pour enseigner. 2 C’est la leçon d’un terrible déplacement et d’une peur si dévastatrice que la face qui sourit au-dessus doit à jamais détourner son regard, de crainte de percevoir la traîtrise qu’elle cache. 3 La leçon enseigne ceci : «Je suis la chose que tu as faite de moi, et quand tu me regardes, tu es condamné à cause de ce que je suis.» 4 À ce concept de soi le monde réagit avec un sourire d’approbation, car il garantit que les chemins du monde sont bien gardés, et que ceux qui les parcourent ne s’échapperont point.

6. Voici la leçon centrale qui assure que ton frère est condamné éternellement. 2 Car ce que tu es est maintenant devenu son péché. 3 Pour cela, il n’est pas de pardon possible. 4 Peu importe maintenant ce qu’il fait, car tu lèves un doigt accusateur, inébranlablement et mortellement pointé vers lui. 5 Il pointe aussi vers toi, mais cela est gardé encore plus profondément dans le brouillard sous la face de l’innocence. 6 Dans ces caveaux voilés, tous ses péchés et tous les tiens sont préservés et gardés dans les ténèbres, où ils ne peuvent pas être perçus comme des erreurs, ce que la lumière montrerait sûrement. 7 Tu ne peux pas être blâmé de ce que tu es, pas plus que tu ne peux changer les choses que cela te fait faire. 8 Ton frère est donc pour toi le symbole de tes péchés, et tu ne fais que le condamner en silence, et pourtant avec une urgence qui n’a point de cesse, pour la chose haïe que tu es.

7. Les concepts sont appris. 2 Ils ne sont pas naturels. 3 À part de l’apprentissage, ils n’existent pas. 4 Ils ne sont pas donnés, donc ils doivent être faits. 5 Aucun d’eux n’est vrai, et beaucoup proviennent d’imaginations fiévreuses, échauffées par la haine et les distorsions nées de la peur. 6 Qu’est-ce qu’un concept, sinon une pensée à laquelle son faiseur donne une signification qui lui est propre? 7 Les concepts maintiennent le monde. 8 Mais ils ne peuvent être utilisés pour démontrer que le monde est réel. 9 Car ils sont tous faits à l’intérieur du monde, nés dans son ombre, grandis à sa manière et enfin «mûris» dans sa pensée. 10 Ce sont des idées d’idoles, peintes avec les brosses du monde, lesquelles ne peuvent pas faire une seule image représentant la vérité.

8. Un concept de soi est in-signifiant, car nul ici ne peut voir à quoi il sert, ni par conséquent se représenter ce que c’est. 2 Or tout l’apprentissage que le monde dirige commence et finit dans le seul but de t’enseigner ce concept de toi-même, afin que tu choisisses de suivre les lois de ce monde et jamais ne cherches à aller au-delà de ses routes, ni ne te rendes compte de la façon dont tu te vois toi-même. 3 Maintenant le Saint-Esprit doit trouver une façon de t’aider à voir que ce concept de soi doit être défait, si quelque paix d’esprit doit t’être donnée. 4 Il ne peut pas non plus être désappris, sauf par des leçons visant à enseigner que tu es quelque chose d’autre. 5 Car autrement, il te serait demandé d’échanger ce que tu crois maintenant contre une perte totale de soi, et une plus grande terreur surgirait en toi.

9. C’est pourquoi les plans de leçon du Saint-Esprit sont structurés en étapes faciles; de sorte que même s’il y a parfois un certain malaise ou quelque détresse, il n’y a pas de bris de ce qui a été appris mais une simple retraduction de ce qui semble en faire la preuve. 2 Considérons donc ce qu’il y a comme preuve que tu es ce que ton frère a fait de toi. 3 Car bien que tu ne perçoives pas encore que c’est ce que tu penses, tu as sûrement appris jusqu’ici que tu te conduis comme si ce l’était. 4 Réagit-il pour toi? 5 Et sait-il exactement ce qui pourrait arriver? 6 Peut-il voir ton avenir et décréter, par avance, ce que tu devrais faire en toute circonstance? 7 Il doit avoir fait le monde tout autant que toi pour avoir une telle prescience des choses à venir.

10. Que tu sois ce que ton frère a fait de toi, cela semble très improbable. 2 Même s’il l’avait fait, qui t’a donné la face de l’innocence? 3 Est-ce ta contribution? 4 Qui, donc, est le «toi» qui l’as faite? 5 Et qui est trompé par toute ta bonté, et l’attaque ainsi? 6 Oublions la sottise du concept et ne pensons qu’à ceci : il y a deux parties à ce que tu penses être. 7 Si l’une était générée par ton frère, qui était là pour faire l’autre? 8 Et à qui quelque chose doit-il être caché? 9 Si le monde est mauvais, il reste qu’il n’est pas besoin de cacher ce dont tu es fait. 10 Qui est là pour le voir? 11 Et qu’est-ce, sinon ce qui est attaqué, qui pourrait avoir besoin de défense?

11. Peut-être que la raison pour laquelle ce concept doit être gardé dans les ténèbres, c’est que, à la lumière, celui qui ne le penserait pas vrai, c’est toi. 2 Et qu’arriverait-il au monde que tu vois, si toutes ses fondations étaient enlevées? 3 Ton concept du monde dépend de ce concept de soi. 4 Et les deux disparaîtraient, si jamais l’un ou l’autre était mis en doute. 5 Le Saint-Esprit ne cherche pas à jeter la panique en toi. 6 Ainsi demande-t-Il simplement s’il est possible de soulever juste une petite question.

12. Il y a des alternatives quant à la chose que tu dois être. 2 Tu pourrais, par exemple, être la chose que tu as choisie que soit ton frère. 3 Cela déplace le concept de soi de ce qui était entièrement passif, en faisant au moins une place pour un choix actif, et l’admission dans une certaine mesure qu’il doit y avoir eu interaction. 4 Il y a une certaine compréhension de ce que tu as choisi pour vous deux, et que ce qu’il représente a une signification qui lui a été donnée par toi. 5 Cela jette aussi un peu de lumière sur la loi de la perception voulant que ce que tu vois reflète l’état d’esprit de celui qui perçoit. 6 Or qui est celui qui a choisi en premier? 7 Si tu es ce que tu as choisi que soit ton frère, c’est qu’il y avait des alternatives parmi lesquelles choisir, et quelqu’un doit d’abord avoir décidé laquelle choisir, en laissant tomber l’autre.

13. Quoique cette étape apporte des gains, elle n’aborde pas encore une question fondamentale. 2 Quelque chose a dû venir avant ces concepts de soi. 3 Et quelque chose a dû faire l’apprentissage qui leur a donné lieu. 4 Et cela ne peut pas non plus être expliqué par l’un ou l’autre point de vue. 5 Le principal avantage à passer du premier au second, c’est que tu as en quelque sorte pris part au choix par ta propre décision. 6 Mais ce gain vient au prix d’une perte presque égale, car maintenant tu te trouves accusé de culpabilité pour ce qu’est ton frère. 7 Et tu dois partager sa culpabilité, parce que tu l’as choisie pour lui à l’image de la tienne. 8 Alors qu’auparavant, lui seul était traître, maintenant tu dois être condamné avec lui.

14. Le concept de soi a toujours été la grande préoccupation du monde. 2 Et chacun croit qu’il doit trouver la réponse à l’énigme de lui-même. 3 Le salut peut être vu comme rien de plus que l’évasion hors des concepts. 4 Il ne se soucie pas du contenu de l’esprit, mais de la simple affirmation qu’il pense. 5 Et ce qui peut penser a le choix, et on peut lui montrer que des pensées différentes ont des conséquences différentes. 6 Ainsi il peut apprendre que tout ce qu’il pense reflète la profonde confusion qu’il ressent quant à savoir comment il a été fait et ce qu’il est. 7 Et le concept de soi paraît vaguement répondre à ce qu’il ne connaît pas.

15. Ne cherche pas ton Soi dans les symboles. 2 Il ne peut y avoir de concept qui puisse représenter ce que tu es. 3 Qu’importe le concept que tu acceptes tant que tu perçois un soi qui interagit avec le mal et réagit à des choses infâmes? 4 Ton concept de toi-même restera encore tout à fait in-signifiant. 5 Et tu ne percevras pas que tu ne peux interagir qu’avec toi-même. 6 Voir un monde coupable n’est que le signe que ton apprentissage a été guidé par le monde, et que tu le vois comme tu te vois toi-même. 7 Le concept de soi embrasse tout ce que tu regardes, et rien n’est en-dehors de cette perception. 8 Si tu peux être blessé par quoi que ce soit, tu vois une image de tes souhaits secrets. 9 Rien de plus. 10 Et dans ta souffrance quelle qu’elle soit, tu vois ton désir dissimulé de tuer.

16. Tu feras de nombreux concepts de soi tout au long de ton apprentissage. 2 Chacun montrera les changements dans tes propres relations, au fur et à mesure que ta perception de toi-même sera changée. 3 Il y aura une certaine confusion chaque fois qu’il y a un changement, mais sois reconnaissant de ce que l’apprentissage du monde relâche sa prise sur ton esprit. 4 Garde confiance et sois sûr et heureux qu’il finira par disparaître, et laissera ton esprit en paix. 5 Le rôle de l’accusateur apparaîtra à de nombreux endroits et sous de nombreuses formes. 6 Et chacune semblera t’accuser. 7 Or ne crains pas qu’elle ne soit pas défaite.

17. Le monde ne peut pas enseigner d’images de toi à moins que tu ne veuilles les apprendre. 2 Le temps viendra où toutes les images auront passé, et tu verras que tu ne connais pas ce que tu es. 3 C’est à cet esprit descellé et ouvert que la vérité retourne, sans être entravée ni liée. 4 Là où les concepts de soi ont été mis de côté, la vérité est révélée exactement telle qu’elle est. 5 Quand chaque concept a été mis en doute et en question, et reconnu comme n’étant fondé sur aucune hypothèse qui tiendrait à la lumière, alors la vérité est laissée libre d’entrer en son sanctuaire, propre et libre de culpabilité. 6 Il n’est pas d’énoncé que le monde ait plus peur d’entendre que celui-ci :

7 Je ne connais pas la chose que je suis, et je ne sais donc pas ce que je fais, où je suis, comment regarder le monde ni comment me regarder moi-même.

8 Or dans cette leçon naît le salut. 9 Et Ce que tu es te parlera de Soi-même.

UCEM~LEÇON 19 – Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 19 - Je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées., Un Cours en Miracles on janvier 19, 2009 at 8:56

19 janvier ~ Pensees

Leçon 19 ici

1. L’idée d’aujourd’hui est évidemment la raison pour laquelle ta vue n’affecte pas que toi seul. 2 Tu remarqueras que parfois les idées reliées à la pensée précèdent celles qui sont reliées à la perception, tandis qu’à d’autres moments l’ordre est inversé. 3 La raison en est que l’ordre n’importe pas. 4 En fait, la pensée et ses résultats sont simultanés, car cause et effet ne sont jamais séparés. (L-I.19.1 ici)

2. Aujourd’hui nous insistons à nouveau sur le fait que les esprits sont joints. 2 Cette idée est rarement entièrement bien accueillie au début, puisqu’elle semble porteuse d’un énorme sentiment de responsabilité, et qu’elle peut même être considérée comme une “invasion dans la vie privée”. 3 Or le fait est qu’il n’y a pas de pensées privées. 4 Malgré ta résistance initiale à cette idée, tu finiras par comprendre qu’elle doit être vraie si le salut est le moindrement possible. 5 Et le salut doit être possible parce qu’il est la Volonté de Dieu. (L-I.19.2 ici)

Cette leçon insiste à nouveau sur le fait que les esprits sont joints et qu’il n’y a pas de pensées privées. Dans la croyance dans la séparation,  j’ai des pensées séparées et privées. Cette  erreur se retrouve dans le fait d’avoir donné comme fonction à l’esprit les attributs des corps que  je vois séparés. Je ne veux pas croire encore que c’est un rêve que j’ai fait et que  je suis le rêveur de tout ce que je perçois. Il m’est très clairement dit dans la leçon que je dois finalement adhérer à cette idée que les esprits sont joints parce que c’est la voie du salut de par la volonté de Dieu. Je ne peux arriver au salut seul. Je ne peux pas être sauvé seul et les autres damnés.

Voilà pourquoi la solution vers le salut se trouve dans l’idée que les esprits sont joints et que des pensées privées ne peuvent exister:

2. La correction ne peut être acceptée ni refusée par toi sans ton frère. 2 Le péché soutient que cela est possible. 3 Or la raison te dit que tu ne peux pas voir ton frère ou toi-même comme pécheur tout en percevant l’autre comme innocent. 4 Qui, se considérant lui-même coupable, voit un monde sans péché? 5 Et qui peut voir un monde pécheur et se considérer lui-même comme étant à part de lui? 6 Le péché soutient que toi et ton frère êtes séparés. 7 Mais la raison te dit que cela doit être faux. 8 Si toi et ton frère êtes joints, comment se pourrait-il que tu aies des pensées privées? 9 Et comment des pensées qui entrent dans ce qui semble seulement être à toi seul pourraient-elles n’avoir aucun effet sur ce qui est à toi? 10 Si les esprits sont joints, cela est impossible. (T-21.VI.2 ici)