Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for avril 2010|Monthly archive page

UCEM~LEÇON 120 – Révision des leçons 109 et 110.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 120 - Révision des leçons 109-110., Un Cours en Miracles on avril 30, 2010 at 12:31

30 avril ~ desert-homme-vision1

LEÇON 120

À réviser matin et soir.

1. (109) Je repose en Dieu.

2 Je repose en Dieu aujourd’hui, et je Le laisse œuvrer

en moi et par moi, tandis que je repose en Lui en

quiétude et en parfaite certitude.

2. (110) Je suis tel que Dieu m’a créé.

2 Je suis le Fils de Dieu.

3 Aujourd’hui je mets de côté toutes les illusions malades

de moi-même, et je laisse mon Père me dire Qui je suis réellement.

3. À l’heure :

2 Je repose en Dieu.

3 À la demi-heure :

4 Je suis tel que Dieu m’a créé.

L’Inspiration

Le guérisseur non guéri

1. Le plan de l’ego pour le pardon est bien plus utilisé que celui de Dieu. 2 C’est qu’il est entrepris par des guérisseurs non guéris et il est donc de l’ego. 3 Considérons maintenant plus attentivement le guérisseur non guéri. 4 Par définition, il essaie de donner ce qu’il n’a pas reçu. 5 Si le guérisseur non guéri est théologien, par exemple, il commencera peut-être par cette prémisse: «  Je suis un pauvre pécheur, comme toi.  » 6 S’il est psychothérapeute, il est plus probable qu’il commence par la croyance tout aussi incroyable que l’attaque est réelle à la fois pour lui et pour le patient, mais qu’elle n’a d’importance ni pour l’un ni pour l’autre.

2. J’ai dit maintes fois que les croyances de l’ego ne peuvent pas être partagées, et c’est pourquoi elles sont irréelles. 2 Comment, donc, le fait de les «  découvrir  »  peut-il les rendre réelles ? 3 Chaque guérisseur qui recherche la vérité dans les fantasmes doit être non guéri, parce qu’il ne sait pas où chercher la vérité et il n’a donc pas de réponse au problème de la guérison.

3. C’est un avantage de faire venir les cauchemars à la conscience, mais seulement pour enseigner qu’ils ne sont pas réels et que tout ce qu’ils contiennent est in-signifiant. 2 Le guérisseur non guéri ne peut pas faire cela parce qu’il ne le  croit pas. 3 Tous les guérisseurs non guéris suivent le plan de l’ego pour le pardon, sous une forme ou sous une autre. 4 S’ils sont théologiens, ils sont susceptibles de se condamner eux-mêmes, d’enseigner la condamnation et de préconiser une solution apeurante. 5 Projetant la condamnation sur Dieu, ils Le font paraître vengeur et craignent Son châtiment. 6 Ce qu’ils ont fait, c’est simplement de s’identifier à l’ego, et en percevant ce qu’il fait, ils se condamnent eux-mêmes à cause de cette confusion. 7 Il est compréhensible qu’il y ait eu des révoltes contre ce concept, mais c’est encore y croire que de se révolter contre lui.

4 Certaines formes plus récentes du plan de l’ego aident aussi peu que les plus anciennes, parce que la forme n’importe pas et le contenu n’a pas changé. 2 Sous l’une de ces formes nouvelles, par exemple, il se peut qu’un psychothérapeute interprète les symboles de l’ego dans un cauchemar et les  utilise ensuite pour prouver que le cauchemar est réel. 3 L’ayant rendu réel, il tente alors d’en dissiper les effets en dépréciant l’importance du rêveur. 4 Ce serait une approche guérissante si le rêveur était aussi identifié comme irréel. 5 Or si le rêveur est assimilé à l’esprit, le pouvoir correcteur de l’esprit par le Saint-Esprit est nié. 6 Même comme l’ego l’entend, c’est une contradiction, contradiction  qu’il remarque habituellement même dans sa confusion.

5. S’il faut réduire l’importance de l’esprit pour contrebalancer la peur, comment cela peut-il développer la force du moi ? 2 C’est à cause de telles incohérences manifestes que personne n’a jamais réellement expliqué ce qui arrive en psychothérapie. 3 En réalité, il n’arrive rien. 4 Il n’est rien arrivé de réel au guérisseur non guéri, et il doit apprendre de son propre enseignement. 5 Son ego cherchera toujours à obtenir quelque chose de la situation. 6 Par conséquent, le guérisseur non guéri ne sait pas comment donner et ne peut donc pas partager. 7 Il ne peut pas corriger parce qu’il ne travaille pas correctivement. 8 Il croit qu’il lui appartient d’enseigner au patient ce qui est réel, bien qu’il ne le sache pas lui-même.

6. Que devrait-il donc arriver ? 2 Quand Dieu dit : «  Que la lumière soit  », la lumière fut. 3 Peux-tu trouver la lumière en analysant les ténèbres comme le fait le psychothérapeute, ou comme le théologien, en reconnaissant les ténèbres en toi-même puis en cherchant une lointaine lumière pour les chasser, tout en soulignant son éloignement ? 4 La guérison n’est pas mystérieuse. 5 Rien ne changera à moins d’avoir été compris, puisque la lumière est compréhension. 6 Un «  pauvre pécheur  »  ne peut pas être guéri sans magie, pas plus qu’un «  esprit sans importance  »  ne peut s’estimer lui-même sans magie.

7. Sous ces deux formes, donc, l’approche de l’ego doit arriver à une impasse : cette caractéristique «  situation impossible  » à laquelle l’ego conduit toujours. 2 Cela peut aider quelqu’un de lui montrer vers quoi il se dirige, mais c’est peine perdue si on ne l’aide pas aussi à changer de direction. 3 Le guérisseur non guéri ne peut pas faire cela pour lui, puisqu’il ne peut pas le faire pour lui-même. 4 La seule contribution signifiante qu’un guérisseur puisse faire, c’est de présenter l’exemple de quelqu’un dont la direction a été changée pour lui et qui ne croit plus à aucune sorte de cauchemars. 5 C’est donc la lumière dans son esprit qui répondra au questionneur, qui doit décider avec Dieu que la lumière est parce qu’il la voit. 6 Et parce qu’il la reconnaît, le guérisseur connaît qu’elle est là. 7 C’est ainsi que la perception est finalement traduite en connaissance. 8 Le faiseur de miracles commence par percevoir la lumière, puis il traduit sa perception en assurance en l’étendant continuellement et en acceptant qu’elle soit reconnue. 9 Ses effets l’assurent qu’elle est là.

8. Un thérapeute ne guérit pas : il laisse la guérison se faire. 2 Il peut indiquer les ténèbres mais il ne peut pas apporter la lumière de lui-même, car la lumière n’est pas de lui. 3 Or, étant pour lui, elle doit être aussi pour son patient. 4 Le Saint-Esprit est le seul Thérapeute. 5 Dans toute situation où Il est le Guide, Il rend la guérison très claire. 6 Tu ne peux que Le laisser remplir Sa fonction. 7 Il n’a pas besoin d’aide pour cela. 8 Il te dira exactement quoi faire pour aider qui que ce soit qu’il envoie à toi pour être aidé, et Il lui parlera par toi si tu n’interfères pas. 9 Souviens-toi que c’est toi qui choisis le guide pour aider, et le mauvais choix n’aidera pas. 10 Mais souviens-toi aussi que le bon aidera. 11 Fais-Lui confiance, car l’aide est Sa fonction, et Il est de Dieu. 12 Comme tu éveilleras d’autres esprits au Saint-Esprit, par Lui et non par toi-même, tu comprendras que tu n’obéis pas aux lois de ce monde. 13 Mais les lois auxquelles tu obéis marchent. 14 L’énoncé : «  Ce qui est bon est ce qui marche  »  est judicieux quoique insuffisant. 15 Seul ce qui est bon peut marcher. 16 Rien d’autre ne marche.

9. Ce cours présente une situation d’apprentissage très directe et très simple, et il fournit le Guide Qui te dis quoi faire. 2 Si tu le fais tu verras qu’il marche. 3 Ses résultats sont plus convaincants que ses mots. 4 Ils te convaincront que les mots sont vrais. 5 En suivant le bon Guide, tu apprendras la plus simple de toutes les leçons:

6 C’est à leurs fruits que vous les connaîtrez,

et qu’ils se connaîtront eux mêmes.

Publicités

UCEM~LEÇON 119 – Révision des leçons 107 et 108.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 119 - Révision des leçons 107-108., Un Cours en Miracles on avril 29, 2010 at 12:07

29 avril ~ esprit de dieu

LEÇON 119

À réviser matin et soir :

1. (107) La vérité corrigera toutes les erreurs dans mon esprit.

2 Je fais erreur quand je pense pouvoir être blessé de quelque façon que ce soit.

3 Je suis le Fils de Dieu, dont le Soi repose en sécurité dans l’Esprit de Dieu.

2. (108) Donner et recevoir ne font qu’un en vérité.

2 Je pardonnerai toutes choses aujourd’hui, afin d’apprendre comment accepter la vérité en moi, et en venir à reconnaître mon impeccabilité.

3. À l’heure :

2 La vérité corrigera toutes les erreurs dans mon esprit.

3 À la demi-heure :

4 Donner et recevoir ne font qu’un en vérité.

L’Inspiration

Ta fonction dans l’Expiation

1. Quand tu acceptes la non-culpabilité de ton frère, tu vois l’Expiation en lui. 2 Car en la proclamant en lui, tu la fais tienne, et tu verras ce que tu cherchais. 3 Tu ne verras pas le symbole de la non-culpabilité de ton frère brillant en lui tant que tu croiras encore qu’elle n’est pas là. 4 Sa non-culpabilité est ton Expiation. 5 Accorde-la-lui et tu verras la vérité de ce que tu as reconnu. 6 Or la vérité est offerte premièrement pour être reçue, comme Dieu la donna premièrement à Son Fils. 7 Le premier dans le temps ne signifie rien, mais le Premier dans l’éternité est Dieu le Père, Qui est à la fois Premier et Un. 8 Au-delà du Premier il n’y en a pas d’autre, car il n’y a pas d’ordre, pas de second ni de troisième, et rien que le Premier.

2. Toi qui appartiens à la Cause Première, créé par Lui à l’image de Lui-même et faisant partie de Lui, tu es plus que simplement non coupable. 2 L’état de non-culpabilité n’est que la condition dans laquelle ce qui n’est pas là a été enlevé de l’esprit désordonné qui pensait que ce l’était. 3 C’est cet état, et seulement cela, que tu dois atteindre, avec Dieu à tes côtés. 4 Car jusqu’à ce que tu le fasses, tu continueras de penser que tu es séparé de Lui. 5 Tu peux peut-être sentir Sa Présence près de toi, mais tu ne peux pas connaître que tu ne fais qu’un avec Lui. 6 Cela ne peut pas s’enseigner. 7 L’apprentissage concerne uniquement la condition dans laquelle cela vient tout seul.

3. Quand tu auras permis que soit défait pour toi tout ce qui dans ton esprit très saint obscurcissait la vérité, et que par conséquent tu te tiendras en grâce devant ton Père, Il Se donnera Lui-même à toi comme Il l’a toujours fait. 2 Se donner Lui-même, c’est tout ce qu’il connaît, or donc c’est toute la connaissance. 3 Car ce qu’il ne connaît pas ne peut pas être et par conséquent ne peut pas être donné. 4 Ne demande pas à être pardonné, car cela a déjà été accompli. 5 Demande, plutôt, à apprendre comment pardonner, et à ramener dans ton esprit qui ne pardonne pas ce qui a toujours été. 6 L’Expiation devient réelle et visible pour ceux qui l’utilisent. 7 Sur terre c’est ta seule fonction, et tu dois apprendre que c’est tout ce que tu veux apprendre. 8 Tu te sentiras coupable jusqu’à ce que tu apprennes cela. 9 Car à la fin, quelque forme qu’elle prenne, ta culpabilité surgit de ce que tu as manqué de remplir ta fonction dans l’Esprit de Dieu avec tous les tiens. 10 Peux-tu échapper à cette culpabilité en manquant de remplir ta fonction ici?

4. Tu n’as pas besoin de comprendre la création pour faire ce qui doit être fait avant que la connaissance ait une signification pour toi. 2 Dieu ne brise pas de barrières; pas plus qu’il ne les a faites. 3 Quand tu les laisses aller, elles disparaissent. 4 Dieu n’échouera pas, comme Il n’a jamais échoué en quoi que ce soit. 5 Décide que Dieu a raison et que tu es dans l’erreur à ton sujet. 6 Il t’a créé à partir de Lui-même, mais toujours au-dedans de Lui. 7 Il connaît ce que tu es. 8 Souviens-toi qu’après Lui il n’y a pas de second. 9 Il n’y a personne, donc, qui puisse être sans Sa Sainteté, ni personne qui soit indigne de Son parfait Amour. 10 Ne manque pas à ta fonction, qui est d’aimer dans un lieu sans amour fait de ténèbres et de tromperie, car c’est ainsi que ténèbres et tromperie sont défaites. 11 Ne te manque pas à toi-même, mais plutôt offre à Dieu et à toi-même Son Fils irréprochable. 12 Pour ce petit don de reconnaissance pour Son Amour, Dieu Lui-même échangera ton don pour le Sien.

5. Avant de prendre pour toi-même quelque décision que ce soit, souviens-toi que tu t’es décidé contre ta fonction au Ciel, puis considère soigneusement si tu veux prendre des décisions ici. 2 Ta fonction ici est seulement de décider de ne pas décider ce que tu veux, en re-connaissance du fait que tu ne le sais pas. 3 Comment, donc, peux-tu décider ce que tu devrais faire? 4 Laisse toute décision à Celui Qui parle pour Dieu, et pour ta fonction telle qu’il la connaît. 5 Ainsi Il t’enseignera à lever le terrible fardeau que tu t’es imposé en n’aimant pas le Fils de Dieu et en tentant de lui enseigner la culpabilité au lieu de l’amour. 6 Renonce à cette insane et frénétique tentative qui te dérobe la joie de vivre avec ton Dieu et Père, et de t’éveiller avec joie à Son Amour et à Sa Sainteté, qui se joignent en tant que vérité en toi, te rendant un avec Lui.

6. Quand tu as appris à décider avec Dieu, toutes les décisions deviennent aussi faciles et justes que de respirer. 2 Cela est sans effort, et tu seras conduit aussi doucement que si l’on te portait sur un paisible sentier par un jour d’été. 3 C’est seulement ta propre volition qui semble faire qu’il est dur de décider. 4 Le Saint-Esprit ne tardera pas à répondre à chacune de tes questions sur quoi faire. 5 Il le sait. 6 Et Il te le dira, puis Il le fera pour toi. 7 Toi qui es fatigué, tu verras que cela est plus reposant que le sommeil. 8 Car tu peux emporter ta culpabilité dans le sommeil, mais pas dans cela.

7. À moins d’être non coupable, tu ne peux pas connaître Dieu, dont la Volonté est que tu Le connaisses. 2 Par conséquent, tu dois être non coupable. 3 Or si tu n’acceptes pas les conditions nécessaires pour Le connaître, tu L’as nié et tu ne Le reconnais pas, bien qu’il soit tout autour de toi. 4 Il ne peut pas être connu sans Son Fils, dont la non-culpabilité est la condition pour Le connaître. 5 Accepter Son Fils comme coupable, c’est nier le Père si complètement que la connaissance est balayée loin de toute re-connaissance dans l’esprit même où Dieu Lui-même l’a placée. 6 Si seulement tu écoutais, et apprenais combien cela est impossible ! 7 Ne Le dote pas d’attributs que tu comprends. 8 Tu ne L’as pas fait, et tout ce que tu comprends n’est pas de Lui.

8. Ta tâche n’est pas de faire la réalité. 2 Elle est là sans ton faire, mais pas sans toi. 3 Toi qui as tenté de te jeter toi-même et qui as si peu estimé Dieu, écoute-moi parler pour Lui et pour toi-même. 4 Tu ne peux pas comprendre à quel point ton Père t’aime, car il n’y a aucun parallèle dans ton expérience du monde pour t’aider à le comprendre. 5 Il n’y a rien sur terre avec quoi cela puisse se comparer, et rien de ce que tu as jamais ressenti à part de Lui n’y ressemble même vaguement. 6 Tu ne peux même pas donner une bénédiction avec une parfaite douceur. 7 Voudrais-tu en connaître Un Qui donne à jamais, et Qui ne connaît que donner?

9. Les enfants du Ciel vivent dans la lumière de la bénédiction de leur Père, parce qu’ils connaissent qu’ils sont sans péché. 2 L’Expiation fut établie comme moyen de rendre la non-culpabilité aux esprits qui l’ont niée, et qui ainsi se sont nié le Ciel. 3 L’Expiation t’enseigne la véritable condition du Fils de Dieu. 4 Elle ne t’enseigne pas ce que tu es ni ce qu’est ton Père. 5 Le Saint-Esprit, Qui s’en souvient pour toi, t’enseigne simplement comment enlever les blocages qui se dressent entre toi et ce que tu connais. 6 Sa mémoire est tienne. 7 Si tu te souviens de ce que tu as fait, tu ne te souviens de rien. 8 Le souvenir de la réalité est en Lui; par conséquent, il est en toi.

10. Le non-coupable et le coupable sont totalement incapables de se comprendre l’un l’autre. 2 Chacun perçoit l’autre comme pareil à lui-même, ce qui les rend tous deux incapables de communiquer parce que chacun voit l’autre autrement qu’il se voit lui-même. 3 Dieu ne peut communiquer qu’avec le Saint-Esprit dans ton esprit, parce que Lui seul partage la connaissance de ce que tu es avec Dieu. 4 Et seul le Saint-Esprit peut répondre à Dieu pour toi, car Lui seul connaît ce qu’est Dieu. 5 Tout le reste que tu as placé au-dedans de ton esprit ne peut exister, car ce qui n’est pas en communication avec l’Esprit de Dieu n’a jamais été. 6 La communication avec Dieu est la vie. 7 Et rien sans elle n’est.

UCEM~LEÇON 118 – Révision des leçons 105 et 106.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 118 - Révision des leçons 105-106., Un Cours en Miracles on avril 28, 2010 at 12:13

28 avril ~ Pablo-Picasso-L-homme-en-prole---la-paix-166150

LEÇON 118

À réviser matin et soir :

1. (105) La paix et la joie de Dieu sont miennes.

2 Aujourd’hui j’accepterai la paix et la joie de Dieu, en

joyeux échange contre tous les substituts que j’ai faits

au bonheur et à la paix.

2. (106) Que je sois calme et que j’écoute la vérité.

2 Que ma propre petite et faible voix se taise, et que

j’entende la Voix puissante pour la Vérité Elle-même

m’assurer que je suis le Fils parfait de Dieu.

3. À l’heure :

2 La paix et la joie de Dieu sont miennes.

3 À la demi-heure :

4 Que je sois calme et que j’écoute la vérité.

L’Inspiration

La réelle alternative

1. Il y a une tendance à penser que le monde peut offrir consolation et évasion des problèmes mêmes qu’il a pour but de garder. 2 Pourquoi le ferait-il? 3 Parce que c’est un lieu où le choix parmi des illusions semble être le seul choix. 4 Et c’est toi qui contrôles les conséquences de ton choix. 5 Ainsi tu penses qu’à l’intérieur de la mince tranche qui va de la naissance à la mort, un peu de temps t’est donné à utiliser pour toi seul; un temps pendant lequel chacun est en conflit avec toi, mais tu peux choisir quelle route te fera sortir du conflit, et te mènera loin des difficultés qui ne te concernent pas. 6 Or tu es concerné. 7 Comment, donc, peux-tu en échapper en les laissant derrière toi? 8 Ce qui doit aller avec toi, tu l’emporteras, quelle que soit la route que tu choisis de suivre.

2. Un choix réel n’est pas une illusion. 2 Mais le monde n’en a pas à offrir. 3 Toutes ses routes ne mènent qu’au désappointement, au néant et à la mort. 4 Il n’y a pas de choix dans ses alternatives. 5 Ne cherche pas à échapper des problèmes ici. 6 Le monde a été fait pour que les problèmes soient sans issue. 7 Ne sois pas trompé par tous les noms différents donnés à ses routes. 8 Elles ont une seule fin. 9 Et chacune n’est que le moyen de gagner cette fin, car c’est ici que toutes ses routes mèneront, si différentes qu’elles paraissent au départ; si différentes qu’elles paraissent en chemin. 10 Leur fin est certaine, car il n’y a pas de choix parmi elles. 11 Elles mènent toutes à la mort. 12 Sur certaines, tu voyages gaiement pendant un moment, avant que n’entre la désolation. 13 Sur d’autres, les épines se font sentir immédiatement. 14 Le choix n’est pas quelle sera la fin, mais quand elle viendra.

3. Il n’y a pas de choix là où chaque fin est certaine. 2 Peut-être préférerais-tu les essayer toutes avant d’apprendre réellement qu’elles ne font qu’un. 3 Les routes que ce monde peut offrir semblent être en très grand nombre, mais le temps doit venir où chacun commence à voir combien elles se ressemblent les unes les autres. 4 Des hommes sont morts en voyant cela, parce qu’ils ne voyaient pas d’autre voie que les chemins que le monde offrait. 5 Et en apprenant qu’ils ne menaient nulle part, ils ont perdu espoir. 6 C’était pourtant le moment où ils auraient pu apprendre leur plus grande leçon. 7 Tous doivent atteindre ce point, puis aller au-delà. 8 Il est certes vrai qu’il n’y a pas du tout de choix en ce monde. 9 Mais ce n’est pas la leçon en soi. 10 La leçon a un but, et par là tu en viens à comprendre à quoi elle sert.

4. Pourquoi chercherais-tu à essayer une autre route, une autre personne ou un autre lieu, quand tu as appris comment commence la leçon, mais sans percevoir encore à quoi elle sert? 2 Son but est la réponse à la quête que doivent entreprendre tous ceux qui croient encore qu’il y a une autre réponse à trouver. 3 Apprends maintenant, sans désespoir, qu’il n’y a pas d’espoir de réponse dans le monde. 4 Mais ne juge pas la leçon qui ne fait que commencer par cela. 5 Ne cherche pas dans le monde un autre panneau qui semble indiquer encore une autre route. 6 Ne cherche plus d’espoir là où il n’y en a pas. 7 Apprends vite maintenant, et comprends que tu ne fais que perdre du temps à moins que tu n’ailles au-delà de ce que tu as appris vers ce qu’il te reste à apprendre. 8 Car de ce point le plus bas l’apprentissage te mènera jusqu’à des sommets de bonheur, dans lesquels tu vois le but de la leçon resplendissant, et parfaitement dans les limites de ta capacité d’apprendre.

5. Qui serait désireux d’être détourné de toutes les routes du monde, à moins qu’il n’en comprenne la réelle futilité? 2 N’est-il pas nécessaire qu’il commence par là, pour chercher plutôt une autre voie? 3 Car tant qu’il voit un choix où il n’y en a pas, quel pouvoir de décision peut-il utiliser? 4 La grande libération de pouvoir doit commencer en apprenant où il peut réellement être utilisé. 5 Or quelle décision a du pouvoir si elle est appliquée à des situations qui n’offrent pas de choix?

6. Apprendre que le monde peut offrir un seul choix, quelle que soit la forme qu’il prend, c’est commencer à accepter qu’il y a une réelle alternative. 2 Lutter contre cette étape, c’est aller à l’encontre du but que tu as ici. 3 Tu n’es pas venu pour apprendre à trouver une route que le monde ne contient pas. 4 La quête de chemins différents dans le monde n’est que la quête de différentes formes de vérité. 5 Et cela empêcherait la vérité d’être atteinte.

7. Ne pense pas que le bonheur se puisse jamais trouver en suivant une route qui s’en éloigne. 2 Cela n’a aucun sens, et ce ne peut pas être la bonne voie. 3 À toi qui sembles trouver ce cours trop difficile à apprendre, laisse-moi répéter que pour atteindre un but tu dois aller en sa direction et non en t’en éloignant. 4 Et chaque route qui mène dans l’autre sens ne fait pas avancer dans la découverte du but. 5 Si cela est difficile à comprendre, alors ce cours est impossible à apprendre. 6 Mais alors seulement. 7 Car autrement, c’est le simple enseignement de l’évidence.

8. Il y a un choix que tu as le pouvoir de faire quand tu as vu les alternatives réelles. 2 Jusqu’à ce que ce point soit atteint, tu n’as pas le choix, et tu ne peux que décider comment tu pourrais faire le meilleur choix pour te tromper toi-même à nouveau. 3 Ce cours ne tente pas d’enseigner davantage que cela : le pouvoir de décision ne peut pas consister à choisir différentes formes de ce qui est toujours une même illusion et une même erreur. 4 Tous les choix du monde dépendent de ceci : tu choisis entre ton frère et toi, et tu gagneras autant qu’il perdra; et ce que tu perds est ce qui lui est donné. 5 Comme cela est entièrement opposé à la vérité, alors que tout le but de la leçon est d’enseigner que ce que ton frère perd, tu l’as perdu; et que ce qu’il gagne est ce qui t’est donné.

9. Il n’a pas quitté Ses Pensées ! 2 Mais tu as oublié Sa Présence et tu ne t’es pas souvenu de Son Amour. 3 Il n’y a pas de chemin dans le monde qui puisse mener à Lui, ni de but mondain qui puisse être un avec le Sien. 4 Quelle route dans le monde entier mènera vers l’intérieur, quand chaque route a été faite pour séparer le voyage du but qu’il doit avoir à moins de n’être que futile errance? 5 Toutes les routes qui éloignent de ce que tu es te mèneront à la confusion et au désespoir. 6 Or jamais Il n’a laissé Ses Pensées à la mort, sans leur Source à jamais en elles-mêmes.

10. Il n’a pas quitté Ses Pensées ! 2 Il ne pouvait pas plus en partir qu’elles-mêmes ne pouvaient Le forclore. 3 En union avec Lui, elles demeurent, et dans Leur Unité les Deux sont gardés complets. 4 Il n’y a pas de route qui t’éloigne de Lui. 5 Un voyage hors de toi n’existe pas. 6 Comme il est sot et insane de penser qu’il puisse y avoir une route avec un tel but ! 7 Où pourrait-elle aller? 8 Et comment pourrais-tu être amené à y voyager, marchant là sans être uni à ta propre réalité?

11. Pardonne-toi ta folie, et oublie tous les voyages insensés et tous les buts sans but. 2 Ils n’ont pas de signification. 3 Tu ne peux pas échapper de ce que tu es. 4 Car Dieu est miséricordieux, et Il n’a pas laissé Son Fils L’abandonner. 5 Sois reconnaissant de ce qu’il est, car en cela est ton évasion hors de la folie et de la mort. 6 Tu ne peux être trouvé nulle part ailleurs que là où Il est. 7 Il n’y a pas de chemin qui ne mène à Lui.

UCEM~LEÇON 117 – Révision des leçons 103 et 104.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 117 - Révision des leçons 103-104., Un Cours en Miracles on avril 27, 2010 at 12:12

27 avril ~ bonheur-cadeau-L-1

LEÇON 117

À réviser matin et soir :

1. (103) Dieu, étant Amour, et aussi bonheur.

2 Que je me souvienne que l’amour est le bonheur, et

que rien d’autre n’apporte la joie.

3 Ainsi je choisis de ne pas entretenir de substituts à l’amour.

2. (104) Je ne cherche que ce qui m’appartient en vérité.

2 L’amour est mon héritage, et avec lui la joie.

3 Ce sont les dons que mon Père m’a faits.

4 Je voudrais accepter tout ce qui est mien en vérité.

3. À l’heure :

2 Dieu, étant Amour, est aussi bonheur.

3 À la demi-heure :

4 Je ne cherche que ce qui m’appartient en vérité.

L’Inspiration

Le test de la vérité

1. Or la chose essentielle est d’apprendre que tu ne connais pas. 2 La connaissance est puissance, et toute puissance est de Dieu. 3 Toi qui as tenté de garder la puissance pour toi-même, tu l’as « perdue ». 4 Tu as encore cette puissance, mais entre elle et la conscience que tu en as, tu as interposé tant de choses que tu ne peux pas l’utiliser. 5 Tout ce que tu t’es enseigné t’a rendu ta puissance de plus en plus obscure. 6 Tu ne connais pas ce qu’elle est, ni où. 7 Tu as fait un semblant de puissance et une démonstration de force si pitoyables qu’ils ne peuvent que te faillir. 8 Car la puissance n’est pas un semblant de force et la vérité est au-delà de toute semblance. 9 Or tout ce qui se dresse entre toi et la puissance de Dieu en toi n’est que ton apprentissage du faux, et de toutes tes tentatives pour défaire le vrai.

2. Sois désireux, donc, que tout cela soit défait, et réjouis-toi qu’à cela tu ne sois pas lié à jamais. 2 Car tu t’es enseigné comment emprisonner le Fils de Dieu, une leçon si impensable que seuls ceux qui sont insanes, dans le plus profond sommeil, pourraient même en rêver. 3 Dieu peut-Il apprendre comment ne pas être Dieu? 4 Et Son Fils, ayant reçu de Lui tout pouvoir, peut-il apprendre à être impuissant? 5 Que t’es-tu enseigné que tu puisses préférer garder, à la place de ce que tu as et de ce que tu es?

3. L’Expiation t’enseigne comment échapper pour toujours de tout ce que tu t’es enseigné dans le passé, en te montrant seulement ce que tu es maintenant. 2 L’apprentissage est accompli avant que ses effets ne soient manifestes. 3 L’apprentissage, donc, est dans le passé, mais son influence détermine le présent en lui donnant la signification quelle qu’elle soit qu’il a pour toi. 4 Ton apprentissage ne donne aucune signification au présent. 5 Rien de ce que tu as jamais appris ne peut t’aider à comprendre le présent, ni t’enseigner comment défaire le passé. 6 Ton passé est ce que tu t’es enseigné toi-même. 7 Lâche prise de tout cela. 8 Ne tente pas de comprendre n’importe quel événement, n’importe quoi ou n’importe qui à sa « lumière », car les ténèbres dans lesquelles tu essaies de voir ne peuvent qu’obscurcir. 9 Ne fais pas du tout confiance aux ténèbres pour illuminer ta compréhension, car en faisant cela tu contredis la lumière et par là tu penses voir les ténèbres. 10 Or les ténèbres ne peuvent être vues, car elles ne sont rien de plus qu’une condition dans laquelle voir devient impossible.

4. Toi qui n’as pas encore porté toutes les ténèbres que tu t’es enseignées à la lumière en toi, tu ne peux guère juger de la vérité et de la valeur de ce cours. 2 Or Dieu ne t’a pas abandonné. 3 Ainsi est-il une autre leçon envoyée de Lui et déjà apprise pour chaque enfant de lumière par Celui à Qui Dieu l’a donnée. 4 Cette leçon resplendit de la gloire de Dieu, car en elle réside Son pouvoir, qu’il partage avec tant de joie avec Son Fils. 5 Apprends quel est Son bonheur, qui est le tien. 6 Mais pour accomplir cela, toutes tes noires leçons doivent être portées de plein gré à la vérité, et joyeusement déposées par des mains ouvertes pour recevoir et non fermées pour prendre. 7 Celui Qui enseigne la lumière acceptera de toi chaque leçon de ténèbres que tu Lui apportes, parce que tu n’en veux pas. 8 Et Il échangera avec joie chacune d’elles contre la leçon de lumière qu’il a apprise pour toi. 9 Ne crois jamais qu’aucune leçon apprise par toi à part de Lui ne signifie quoi que ce soit.

5. Il est un test, aussi sûr que Dieu, permettant de reconnaître si ce que tu as appris est vrai. 2 Si tu es entièrement libre de toute espèce de peur, et si tous ceux qui te rencontrent ou qui pensent seulement à toi partagent ta paix parfaite, alors tu peux être sûr que tu as appris la leçon de Dieu, et non la tienne. 3 À moins que tout cela soit vrai, il y a dans ton esprit de sombres leçons qui te blessent et te freinent, toi et tous ceux qui t’entourent. 4 L’absence d’une paix parfaite ne signifie qu’une chose : Tu penses que ta volonté pour le Fils de Dieu n’est pas la Volonté du Père pour lui. 5 C’est ce que chaque sombre leçon enseigne sous une forme ou sous une autre. 6 Et chacune des leçons lumineuses par lesquelles le Saint-Esprit remplacera les sombres leçons que tu n’acceptes pas, t’enseigne que ta volonté s’accorde à celle du Père et de Son Fils.

6. Ne te soucie pas de savoir comment tu peux apprendre une leçon si complètement différente de tout ce que tu t’es enseigné toi-même. 2 Comment le saurais-tu? 3 Ton rôle est très simple. 4 Tu as seulement besoin de reconnaître que tout ce que tu as appris, tu ne le veux pas. 5 Demande d’être enseigné, et n’utilise pas tes expériences pour confirmer ce que tu as appris. 6 Lorsque ta paix est menacée ou troublée de quelque façon que ce soit, dis-toi:

7 Je ne connais pas ce que signifie quoi que ce soit, y compris ceci.

8 Ainsi je ne sais pas comment y répondre.

9 Et je n’utiliserai pas ce que j’ai appris dans le passé comme lumière pour me guider maintenant.

10 Par ce refus d’essayer de t’enseigner à toi-même ce que tu ne connais pas, le Guide Que Dieu t’a donné te parlera. 11 Il prendra dans ta conscience la place qui Lui revient dès l’instant que tu l’abandonneras et la Lui offriras.

7. Tu ne peux pas être ton guide vers les miracles, car c’est toi qui les as rendus nécessaires. 2 Et parce que tu l’as fait, les moyens sur lesquels tu peux compter pour les miracles t’ont été fournis. 3 Le Fils de Dieu ne peut pas faire de besoins que son Père ne satisfera pas, pour autant qu’il se tourne vers Lui un tout petit peu. 4 Or Il ne peut pas forcer Son Fils à se tourner vers Lui et rester Lui-même. 5 Il est impossible que Dieu perde Son Identité, car s’Il la perdait, tu perdrais la tienne. 6 Et Il ne peut pas, étant la tienne, se changer Lui-même, car ton Identité est inchangeable. 7 Le miracle reconnaît Son inchangeabilité en voyant Son Fils tel qu’il a toujours été, et non tel qu’il voudrait se faire lui-même. 8 Le miracle apporte les effets que seule peut apporter la non-culpabilité, et ainsi établit le fait que la non-culpabilité doit être.

8. Toi qui es si fermement lié à la culpabilité et si engagé à le rester, comment peux-tu établir pour toi-même ta non-culpabilité? 2 Cela est impossible. 3 Mais assure-toi que tu es bien désireux de reconnaître que c’est impossible. 4 C’est seulement parce que tu penses pouvoir mener une petite partie, ou t’occuper de certains aspects de ta vie seul, que la direction du Saint-Esprit est limitée. 5 Ainsi tu voudrais Le rendre non fiable et utiliser cette non-fiabilité imaginaire comme excuse pour Lui cacher certaines sombres leçons. 6 Et en limitant ainsi la mesure dans laquelle tu acceptes d’être guidé, tu es incapable de compter sur les miracles pour répondre à tous tes problèmes pour toi.

9. Penses-tu que le Saint-Esprit te refuserait ce qu’il voudrait te voir donner? 2 Tu n’as aucun problème qu’il ne puisse résoudre en t’offrant un miracle. 3 Les miracles sont pour toi. 4 Et chaque peur, chaque douleur et chaque épreuve que tu as, a été défaite. 5 Il les a toutes portées à la lumière, les ayant acceptées à ta place, et ayant reconnu qu’elles n’ont jamais été. 6 Il n’est pas de sombres leçons qu’il n’ait déjà éclairées pour toi. 7 Les leçons que tu voudrais t’enseigner, Il les a déjà corrigées. 8 Elles n’existent pas du tout dans Son Esprit. 9 Car le passé ne Le lie pas, et par conséquent ne te lie pas. 10 Il ne voit pas le temps comme tu le vois. 11 Et chaque miracle qu’il t’offre corrige l’usage que tu fais du temps, et le fait Sien.

10. Lui Qui t’a libéré du passé voudrait t’enseigner que tu en es libre. 2 Il voudrait seulement que tu acceptes Ses accomplissements pour tiens, parce qu’il les a faits pour toi. 3 Et parce qu’il l’a fait, ce sont les tiens. 4 Il t’a rendu libre de ce que tu as fait. 5 Tu peux Le nier, mais tu ne peux pas Lui faire appel en vain. 6 Il donne toujours Ses dons à la place des tiens. 7 Il voudrait établir Son enseignement lumineux si fermement dans ton esprit qu’aucune sombre leçon de culpabilité ne puisse demeurer dans ce qu’il a établi comme saint par Sa Présence. 8 Remercie Dieu de ce qu’il est là et œuvre par toi. 9 Et toutes Ses œuvres sont les tiennes. 10 Il t’offre un miracle pour chacune de celles que tu Le laisses faire par toi.

11. Le Fils de Dieu sera toujours indivisible. 2 Comme nous tenons tous en Dieu ne faisant qu’un, ainsi nous apprenons en Lui ne faisant qu’un. 3 L’Enseignant de Dieu est aussi pareil à Son Créateur que l’est Son Fils, et c’est par Son Enseignant que Dieu proclame Son Unité et celle de Son Fils. 4 Écoute en silence et n’élève pas la voix contre Lui. 5 Car Il enseigne le miracle de l’unité, et devant Sa leçon la division disparaît. 6 Enseigne comme Lui ici, et tu te souviendras que tu as toujours créé comme ton Père. 7 Le miracle de la création n’a jamais cessé, portant le saint sceau de l’immortalité. 8 Telle est la Volonté de Dieu pour toute la création, et toute la création se joint à Lui dans cette volonté.

12. Ceux qui toujours se souviennent qu’ils ne connaissent rien, et qui sont devenus désireux d’apprendre tout, l’apprendront. 2 Mais chaque fois qu’ils se fient à eux-mêmes, ils n’apprendront pas. 3 Ils ont détruit ce qui les motive à apprendre en pensant qu’ils connaissent déjà. 4 Ne pense pas que tu comprennes quoi que ce soit avant d’avoir passé le test de la paix parfaite, car la paix et la compréhension vont de pair et jamais elles ne peuvent se trouver l’une sans l’autre. 5 Chacune apporte l’autre avec elle, car la loi de Dieu est qu’elles ne soient pas séparées. 6 Elles sont cause et effet, l’une de l’autre; ainsi où l’une est absente, l’autre ne peut pas être.

13. Ceux qui reconnaissent qu’ils ne peuvent pas connaître à moins que les effets de la compréhension ne soient avec eux, ceux-là seulement peuvent réellement apprendre. 2 Pour cela, ce doit être la paix qu’ils veulent, et rien d’autre. 3 Chaque fois que tu penses connaître, la paix te quittera, parce que tu as abandonné l’Enseignant de la paix. 4 Chaque fois que tu te rends pleinement compte que tu ne connais pas, la paix reviendra, car tu L’auras invité à revenir en abandonnant l’ego en faveur de Lui. 5 Ne fais pas appel à l’ego pour quoi que ce soit; c’est seulement cela que tu as besoin de faire. 6 Le Saint-Esprit, de Lui-même, remplira tout esprit qui fait ainsi de la place pour Lui.

14. Si tu veux la paix, tu dois abandonner l’enseignant de l’attaque. 2 L’Enseignant de la paix ne t’abandonnera jamais. 3 Tu peux Le déserter mais Lui ne réciproquera jamais, car Sa foi en toi est Sa compréhension. 4 Elle est aussi ferme que Sa foi en Son Créateur, et Il connaît que la foi en Son Créateur doit englober la foi en Sa création. 5 Dans cette cohérence réside Sa Sainteté, qu’il ne peut pas abandonner, car ce n’est pas Sa Volonté de le faire. 6 Ayant toujours en vue ta perfection, Il fait le don de la paix à quiconque perçoit le besoin de la paix, et voudrait l’avoir. 7 Fais place à la paix et elle viendra. 8 Car la compréhension est en toi, et d’elle doit venir la paix.

15. La puissance de Dieu, dont elles proviennent toutes deux, est tienne aussi sûrement qu’elle est Sienne. 2 Tu penses que tu ne Le connais pas, uniquement parce que, seul, il est impossible de Le connaître. 3 Or vois les œuvres considérables qu’il fera par toi et tu seras convaincu de les avoir faites par Lui. 4 Il est impossible de nier la Source d’effets si puissants qu’ils ne pourraient pas être de toi. 5 Laisse-Lui de la place et tu te trouveras si rempli de puissance que rien ne prévaudra contre ta paix. 6 Et ce sera le test par lequel tu reconnais que tu as compris.

UCEM~LEÇON 116 – Révision des leçons 101 et 102.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 116 - Révision des leçons 101-102., Un Cours en Miracles on avril 26, 2010 at 12:42

26 aVRIL ~ 1481452373_ae0e2920f1

LEÇON 116

À réviser matin et soir :

1. (101) La Volonté de Dieu pour moi est le parfait bonheur.

2 La Volonté de Dieu est le parfait bonheur pour moi.

3 Et je ne peux souffrir que de la croyance qu’il y a une

autre volonté à part de la Sienne.

2. (102) Je partage la Volonté de Dieu de bonheur pour moi.

2 Je partage la Volonté de mon Père pour moi, Son Fils.

3 Ce qu’il m’a donné est tout ce que je veux.

4 Ce qu’il m’a donné est tout ce qu’il y a.

3. À l’heure :

2 La Volonté de Dieu pour moi est le parfait bonheur.

3. À la demi-heure :

4. Je partage la Volonté de Dieu de bonheur pour moi.

L’Inspiration

La fonction particulière

1. La grâce de Dieu repose doucement sur des yeux qui pardonnent, et tout ce qu’ils contemplent parle de Lui à celui qui regarde. 2 Il ne peut voir aucun mal; rien à craindre dans le monde, et personne qui soit différent de lui. 3 Et comme il les aime, ainsi il se regarde lui-même avec amour et douceur. 4 Il ne voudrait pas plus se condamner lui-même pour ses erreurs que damner autrui. 5 Il n’est pas un arbitre de vengeance, ni un punisseur de péché. 6 La bonté de son regard repose sur lui-même avec toute la tendresse qu’il offre aux autres. 7 Car il voudrait seulement guérir et seulement bénir. 8 Étant en accord avec ce que Dieu veut, il a le pouvoir de guérir et de bénir tous ceux qu’il contemple avec la grâce de Dieu sur son regard.

2. Les yeux s’habituent aux ténèbres, et la lumière d’un jour brillant semble douloureuse pour des yeux longtemps accoutumés aux vagues effets perçus au crépuscule. 2 Et ils se détournent de la lumière du soleil et de la clarté qu’elle apporte à ce qu’ils regardent. 3 Le vague semble mieux; plus facile à voir et mieux reconnu. 4 En quelque sorte, le flou et plus obscur semble plus facile à regarder, moins douloureux pour les yeux que ce qui est entièrement clair et non ambigu. 5 Or ce n’est pas à cela que les yeux servent, et qui peut dire qu’il préfère les ténèbres tout en maintenant qu’il veut voir?

3. Le souhait de voir appelle la grâce de Dieu à descendre sur tes yeux et apporte le don de lumière qui rend la vue possible. 2 Voudrais-tu contempler ton frère? 3 Dieu est heureux de te le faire voir. 4 Il ne veut pas que ton sauveur soit non reconnu de toi. 5 Il ne veut pas non plus qu’il reste sans la fonction qu’il lui a donnée. 6 Ne le laisse plus seul, car les solitaires sont ceux qui ne voient pour eux aucune fonction à remplir dans le monde; nulle part où l’on ait besoin d’eux et nul but qu’ils soient les seuls à pouvoir remplir parfaitement.

4. Telle est la bienveillante perception qu’a le Saint-Esprit de la particularité : Son usage de ce que tu as fait, pour guérir au lieu de nuire. 2 À chacun Il donne une fonction particulière dans le salut que lui seul peut remplir; un rôle juste pour lui. 3 Et le plan n’est pas complet jusqu’à ce qu’il trouve sa fonction particulière et remplisse le rôle qui lui est assigné, pour se rendre complet dans un monde où règne l’incomplétude.

5. Ici, où les lois de Dieu ne prévalent pas sous une forme parfaite, quand même il peut faire une chose parfaite et faire un choix parfait. 2 Et par cet acte de fidélité particulière envers quelqu’un perçu comme autre que lui, il apprend que le don fut donné à lui-même, et qu’ils doivent donc ne faire qu’un. 3 Le pardon est la seule fonction signifiante dans le temps. 4 C’est le moyen que le Saint-Esprit utilise pour traduire la particularité de péché en salut. 5 Le pardon est pour tous. 6 Mais quand il repose sur tous, il est complet, et chaque fonction de ce monde est complétée avec lui. 7 Alors le temps n’est plus. 8 Or, dans le temps, il y a encore beaucoup à faire. 9 Et chacun doit faire ce qui lui est imparti, car le plan tout entier dépend de son rôle. 10 Il a un rôle particulier dans le temps, car ainsi il l’a choisi et, le choisissant, il l’a fait pour lui-même. 11 Son souhait ne lui a pas été nié mais a été changé de forme, pour qu’il serve son frère et lui-même et devienne ainsi un moyen de sauver au lieu de perdre.

6. Le salut n’est rien de plus qu’un rappel de ce que ce monde n’est pas ta demeure. 2 Ses lois ne te sont pas imposées, ses valeurs ne sont pas les tiennes. 3 Et rien de ce que tu penses voir en lui n’est réellement là. 4 Cela est vu et compris lorsque chacun assume son rôle dans son défaire, comme il l’avait fait pour le faire. 5 Il a les moyens pour l’un et l’autre, comme il les a toujours eus. 6 La particularité qu’il a choisie pour se blesser, Dieu l’a désignée pour être le moyen pour son salut, à l’instant même où le choix a été fait. 7 Son péché particulier a été fait sa grâce particulière. 8 Sa haine particulière devint son amour particulier.

7. Le Saint-Esprit a besoin de ta fonction particulière, pour que la Sienne soit remplie. 2 Ne pense pas que tu manques d’une valeur particulière ici. 3 Tu la voulais, et elle t’est donnée. 4 Tout ce que tu as fait peut servir le salut facilement et bien. 5 Le Fils de Dieu ne peut faire aucun choix que le Saint-Esprit ne puisse employer pour lui, et non contre lui. 6 Ce n’est que dans les ténèbres que ta particularité semble être une attaque. 7 Dans la lumière, tu la vois comme ta fonction particulière dans le plan pour sauver le Fils de Dieu de toute attaque, et lui laisser comprendre qu’il est en sécurité, comme il l’a toujours été, et le restera dans le temps et l’éternité pareillement. 8 Voilà la fonction qui t’est donnée pour ton frère. 9 Prends-la doucement, donc, de la main de ton frère, et laisse le salut s’accomplir parfaitement en toi. 10 Fais cette seule chose, pour que tout te soit donné.

UCEM~LEÇON 115 – Révision des leçons 99 et 100.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 115 - Révision des leçons 99-100., Un Cours en Miracles on avril 25, 2010 at 12:37

4458_107050034026_107046544026_2777646_7302994_n

LEÇON 115

À réviser matin et soir :

1. (99) Le salut est ma seule fonction ici.

2 Ma fonction ici est de pardonner au monde toutes les erreurs que j’ai faites.

3 Car ainsi j’en suis délivré avec le monde entier.

2. (100) Mon rôle est essentiel au plan de Dieu pour le salut.

2 Je suis essentiel au plan de Dieu pour le salut du monde.

3 Car Il m’a donné Son plan afin que je sauve le monde.

3. À l’heure :

2 Le salut est ma seule fonction ici.

3 À la demi-heure :

4 Mon rôle est essentiel au plan de Dieu pour le salut.

L’Inspiration

Le rêveur du rêve

1. La souffrance est un accent sur tout ce que le monde a fait pour te blesser. 2 Ici est clairement montrée la version démente que donne le monde du salut. 3 Comme dans un rêve de punition, où le rêveur est inconscient de ce qui a provoqué l’attaque contre lui, il se voit lui-même injustement attaqué par quelque chose qui n’est pas lui. 4 Il est la victime de ce « quelque chose d’autre », une chose extérieure à lui et dont il n’y a pas de raison pour qu’il soit tenu responsable. 5 Il doit être innocent parce qu’il ne sait pas ce qu’il fait, mais ce qui lui est fait. 6 Or sa propre attaque contre lui-même est encore apparente, car c’est lui qui ressent la souffrance. 7 Et il ne peut s’échapper, parce qu’il en voit la source à l’extérieur de lui-même.

2. Maintenant il t’est montré que tu peux t’échapper. 2 Tout ce dont il est besoin, c’est que tu regardes le problème tel qu’il est, et non de la façon dont tu l’as monté. 3 Comment pourrait-il y avoir une autre façon de résoudre un problème qui est très simple, mais qui a été obscurci par de lourds nuages de complication, lesquels ont été faits pour garder le problème irrésolu? 4 Sans les nuages, le problème émergera dans toute sa primitive simplicité. 5 Le choix ne sera pas difficile, parce que le problème est absurde quand il est vu clairement. 6 Nul n’a la moindre difficulté à se décider à laisser un simple problème être résolu s’il voit qu’il le blesse, et qu’il est aussi très facile à enlever.

3. Le «raisonnement» par lequel le monde est fait, sur lequel il repose, par lequel il est maintenu, est simplement ceci : « Tu es la cause de ce que je fais. 2 Ta présence justifie ma colère, et tu existes et penses à part de moi. 3 Tant que tu attaques, je dois être innocent. 4 Et ce dont je souffre, c’est ton attaque. » 5 Nul qui regarde ce «raisonnement» exactement tel qu’il est ne pourrait manquer de voir qu’il n’est pas suivi et n’a aucun sens. 6 Or il paraît sensé, parce qu’il semble que le monde te blesse. 7 Il semble donc qu’il n’est point besoin d’aller au-delà de l’évidence en fait de cause.

4. Il en est certes besoin. 2 L’évasion du monde hors de la condamnation est un besoin que ceux qui sont dans le monde ont en commun. 3 Or ils ne reconnaissent pas leur besoin commun. 4 Car chacun pense que, s’il joue son rôle, la condamnation du monde reposera sur lui. 5 Et c’est cela qu’il perçoit comme étant son rôle dans la délivrance du monde. 6 La vengeance doit avoir un point de mire. 7 Autrement le couteau vengeur serait dans sa propre main, et pointé contre lui-même. 8 Il doit le voir dans la main d’un autre, s’il veut être victime d’une attaque qu’il n’a pas choisie. 9 Ainsi il souffre des blessures qu’un couteau qu’il ne tient pas lui a faites.

5. Tel est le but du monde qu’il voit. 2 Et vu ainsi, le monde fournit les moyens par lesquels ce but semble être rempli. 3 Les moyens attestent le but, mais ne sont pas eux-mêmes une cause. 4 Pas plus que la cause ne sera changée en étant vue à part de ses effets. 5 La cause produit les effets, qui ensuite rendent témoignage de la cause, et non d’eux-mêmes. 6 Regarde, donc, au-delà des effets. 7 Ce n’est pas ici que doit résider la cause de la souffrance et du péché. 8 Et ne t’attarde pas sur la souffrance et le péché, car ils ne sont que des reflets de leur cause.

6. Le rôle que tu joues pour sauver le monde de la condamnation est ta propre évasion. 2 N’oublie pas que le témoin du monde du mal ne peut parler que pour ce qui a vu un besoin de mal dans le monde. 3 Et c’est là que ta culpabilité a d’abord été vue. 4 Dans la séparation d’avec ton frère a commencé la première attaque contre toi-même. 5 Et c’est de cela que le monde rend témoignage. 6 Ne cherche pas une autre cause, et ne cherche pas son défaire parmi les puissantes légions de ses témoins. 7 Ils soutiennent sa prétention à ton allégeance. 8 Ce qui dissimule la vérité n’est pas là où tu devrais chercher pour trouver la vérité.

7. Les témoins du péché se tiennent tous dans un seul petit espace. 2 Et c’est ici que tu trouves la cause de ta façon de voir le monde. 3 Autrefois tu étais inconscient de ce qui devait être réellement la cause de tout ce que le monde paraissait t’imposer, que tu n’avais ni invité ni demandé. 4 Tu étais sûr d’une seule chose : De toutes les nombreuses causes que tu percevais comme t’apportant douleur et souffrance, ta culpabilité ne faisait pas partie. 5 Pas plus que tu ne les avais demandées pour toi-même de quelque façon que ce soit. 6 C’est ainsi que toutes les illusions se sont produites. 7 Celui qui les fait ne se voit pas lui-même les faisant, et leur réalité ne dépend pas de lui. 8 Quelle que soit leur cause, c’est quelque chose qui est tout à fait à part de lui, et ce qu’il voit est séparé de son esprit. 9 Il ne peut pas douter de la réalité de ses rêves, parce qu’il ne voit pas le rôle qu’il joue pour les faire et les faire paraître réels.

8. Nul ne peut se réveiller d’un rêve que le monde rêve pour lui. 2 Il devient une partie du rêve de quelqu’un d’autre. 3 Il ne peut pas choisir de s’éveiller d’un rêve qu’il n’a pas fait. 4 Il reste impuissant, victime d’un rêve conçu et chéri par un esprit séparé. 5 De lui, en effet, cet esprit doit bien peu se soucier, aussi indifférent à sa paix et à son bonheur que le temps qu’il fait ou l’heure du jour. 6 Il ne l’aime pas, mais il lui donne comme il veut n’importe quel rôle qui satisfasse son rêve. 7 Sa valeur est si petite qu’il n’est qu’une ombre qui danse et saute en l’air au gré d’une intrigue insensée conçue à l’intérieur du vain rêve du monde.

9. Voilà la seule image que tu puisses voir; la seule alternative que tu puisses choisir, l’autre possibilité de cause, si tu n’es pas le rêveur de tes rêves. 2 Et c’est cela que tu choisis si tu nies que la cause de la souffrance est dans ton esprit. 3 Réjouis-toi, en effet, qu’elle le soit, car tu es ainsi le seul décideur de ton destin dans le temps. 4 C’est à toi de faire le choix entre une mort endormie avec les rêves du mal et un heureux réveil avec la joie de la vie.

10. Entre quoi pourrais-tu choisir, si ce n’est la vie et la mort, l’éveil et le sommeil, la paix et la guerre, tes rêves et ta réalité? 2 Il y a un risque de penser que la mort est la paix, parce que le monde assimile le corps au Soi que Dieu a créé. 3 Or une chose ne peut jamais être son opposé. 4 Et la mort est l’opposé de la paix, parce que c’est l’opposé de la vie. 5 Et la vie est la paix. 6 Réveille-toi et oublie toute pensée de mort, et tu découvriras que tu as la paix de Dieu. 7 Or s’il t’est réellement donné de choisir, alors tu dois voir les causes des choses entre lesquelles tu choisis exactement telles qu’elles sont et où elles sont.

11. Quels choix peuvent être faits entre deux états, dont un seulement est clairement reconnu? 2 Qui pourrait être libre de choisir entre des effets, quand un seul est vu comme lui appartenant? 3 Un choix honnête ne pourrait jamais être perçu comme un choix divisé entre un toi minuscule et un monde énorme, avec des rêves différents au sujet de la vérité en toi. 4 Le fossé entre la réalité et les rêves ne réside pas entre le rêve du monde et ce que tu rêves en secret. 5 Ils ne font qu’un. 6 Le rêve du monde n’est qu’une partie de ton propre rêve dont tu t’es départi, et que tu as vue comme si c’était à la fois son début et sa fin. 7 Or c’est ton rêve secret qui l’a fait débuter, ce que tu ne perçois pas, bien qu’il ait causé la partie que tu vois et dont tu ne doutes pas qu’elle est réelle. 8 Comment pourrais-tu en douter tant que tu es endormi et rêves en secret que sa cause est réelle?

12. Un frère séparé de toi, un ancien ennemi, un meurtrier qui te traque dans la nuit et conspire ta mort, tout en planifiant qu’elle soit longue et lente; c’est de cela que tu rêves. 2 Or sous ce rêve il en est encore un autre, dans lequel tu deviens le meurtrier, l’ennemi secret, le pilleur et le destructeur de ton frère et du monde pareillement. 3 Là est la cause de la souffrance, l’espace entre tes petits rêves et ta réalité. 4 Le petit fossé que tu ne vois même pas, le lieu de naissance des illusions et de la peur, le temps de la terreur et de la haine ancienne, l’instant du désastre, sont tous là. 5 Là est la cause de l’irréalité. 6 Et c’est là qu’elle sera défaite.

13. Tu es le rêveur du monde des rêves. 2 Il n’a pas d’autre cause et n’en aura jamais. 3 Rien de plus effrayant qu’un rêve futile a terrifié le Fils de Dieu et lui a fait penser qu’il avait perdu son innocence, nié son Père et fait la guerre contre lui-même. 4 Le rêve est si effrayant, il semble si réel, qu’il ne pourrait pas se réveiller à la réalité sans une sueur de terreur et sans un cri de peur mortelle, à moins qu’un rêve plus doux ne précède son réveil et ne permette à son esprit plus calme d’accueillir, et non de craindre, la Voix qui appelle avec amour pour le réveiller; un rêve plus doux, dans lequel sa souffrance est guérie et où son frère est son ami. 5 Dieu a voulu qu’il s’éveille doucement et avec joie, et Il lui a donné les moyens de s’éveiller sans peur.

14. Accepte le rêve qu’il t’a donné au lieu du tien. 2 Il n’est pas difficile de changer un rêve une fois que le rêveur a été reconnu. 3 Repose dans le Saint-Esprit, et permets à Ses doux rêves de prendre la place de ceux que tu rêvais dans la terreur et dans la peur de la mort. 4 Il apporte des rêves de pardon, dans lesquels le choix n’est pas qui est l’assassin et qui sera la victime. 5 Dans les rêves qu’il apporte, il n’y a pas de meurtre et il n’y a pas de mort. 6 Le rêve de culpabilité s’efface de ta vue, bien que tes yeux soient fermés. 7 Un sourire est venu éclairer ta face endormie. 8 Le sommeil est paisible maintenant, car ce sont des rêves heureux.

15. Rêve tendrement de ton frère qui est sans péché et s’unit à toi en sainte innocence. 2 Et de ce rêve le Seigneur du Ciel éveillera Lui-même Son Fils bien-aimé. 3 Rêve aux gentillesses de ton frère au lieu de t’attarder dans tes rêves sur ses erreurs. 4 Choisis ses prévenances comme objet de tes rêves, au lieu de faire le compte des blessures qu’il a données. 5 Pardonne-lui ses illusions et rends-lui grâce de toute l’aide qu’il a donnée. 6 Et ne balaie pas ses nombreux dons parce qu’il n’est pas parfait dans tes rêves. 7 Il représente son Père, Que tu vois comme t’offrant à la fois la vie et la mort.

16. Frère, Il ne donne que la vie. 2 Or ce que tu vois comme les dons que ton frère offre représente les dons que tu rêves que ton Père te fait. 3 Laisse tous les dons de ton frère être vus à la lumière de la charité et de la bonté qui te sont offertes. 4 Et ne laisse aucune douleur troubler ton rêve de profonde gratitude pour les dons qu’il te fait.

UCEM ~ NOUVEAU ~ Suggestions pour débutants.

In Les leçons et l'Inspiration, Pour débutants, UCEM, Un Cours en Miracles on avril 24, 2010 at 9:11

Pierrot

Suggestions pour débutants

Suggestions pour débutants qui entreprennent l’étude d’ Un Cours en Miracles.

Félicitations pour le début d’un grand voyage.

  1. Familiarises-toi avec le Texte (T), le Livre d’Exercices pour Étudiants (365 leçons) (L) et le Manuel pour Enseignants (M).
  2. Lis à plusieurs reprises l’ Introduction, le fameux paragraphe commençant par ” Ceci est un cours en miracles. “, qui se trouve juste après la table des matières, au début du Texte. Révises-la fréquemment jusqu’à ce que toute sa profondeur commence à pénétrer ton être. Un groupe d’étude que j’ai fréquenté en fait la lecture au début de chaque rencontre.
  3. Puis va à la fin du volume, à la page 77 intitulé Clarification des termes. Lis l’Introduction et les Six Petits Essais et l’Épilogue de cette section. Ceux-ci devraient être lus plusieurs fois car ils contiennent les termes et les concepts qui sont la base du Cours en Miracles et ces termes et concepts ne signifient pas ce dont tu peux t’attendre de leurs usages communs. Tu n’as pas besoin de tout lire d’un trait, et cela n’est pas recommandé parce qu’ils possèdent tellement d’informations critiques que tu veux te donner le temps de les assimiler.
  4. Puis va au Livre d’Exercices pour Étudiants (qui se situe au milieu du volume) et lis l’Introduction assidûment. L’auteur est très spécifique quant à la façon d’entreprendre les leçons.
  5. Commence avec la Leçon 1 et essaie de faire une leçon chaque jour, de façon séquentielle. Ne te laisse pas décourager par le fait que les 40 premières leçons semblent nier tout ce dont tu crois vrai. C’est un ” logiciel de programmation divine ” pour ton esprit et tu en viendras à voir sa valeur en ” désactivant ” le ” vieux programme ” avant d’installer le nouveau.
  6. Lis le premier article dans le Texte, ” 50 Principes des Miracles. ” Ceci te donnera une idée de ce qu’est un miracle tout en clarifiant plus à fond ce qu’est le Cours.
  7. Fais les leçons quotidiennement dans la mesure qui te convient le mieux.
  8. Essaie de lire quelques paragraphes ou quelques sections dans le Texte aussi souvent que tu te sentiras incité à le faire, en commençant par le Chapitre 1. Tu n’as pas à te sentir pressé. En le lisant et en y réfléchissant laisse-le te pénétrer. Chaque phrase contient sa profondeur. Et les autres sont aussi importantes.
  9. À chaque fois que tu le désires, sens-toi bien libre de lire le Manuel des Enseignants, spécialement pour voir où va te mener UCEM. L’idée du Cours n’est pas le savoir. C’est le pardon, la paix et le bonheur.

Avec Amour,

UCEM~LEÇON 114 – Révision des leçons 97 et 98.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 114 - Révision des leçons 97-98., Un Cours en Miracles on avril 24, 2010 at 12:09

24 avril ~ 7350500009

LEÇON 114

À réviser matin et soir :

1. (97) Je suis pur-esprit.

2 Je suis le Fils de Dieu.

3 Aucun corps ne peut contenir mon pur-esprit

ni m’imposer une limite que Dieu n’a pas créée.

2. (98) J’accepterai mon rôle dans le plan de Dieu pour le salut.

2 Quelle peut être ma fonction,

si ce n’est d’accepter la Parole de Dieu,

Qui m’a créé pour ce que je suis et serai à jamais ?

3. À l’heure :

2 Je suis pur-esprit.

3 À la demi-heure :

4 J’accepterai mon rôle dans le plan de Dieu pour le salut.

L’Inspiration
Le jugement du Saint-Esprit

1. Il t’a été dit de ne pas rendre l’erreur réelle, et la façon de le faire est très simple. 2 Si tu veux croire en l’erreur, tu dois la rendre réelle parce qu’elle n’est pas vraie. 3 Mais la vérité est réelle en elle-même, et pour croire en la vérité tu n’as rien à faire. 4 Comprends bien que tu ne réponds pas directement à quoi que ce soit, mais à l’interprétation que tu en donnes. 5 Ainsi, ton interprétation devient la justification de ta réponse. 6 C’est pourquoi il est hasardeux pour toi d’analyser les motifs d’autrui. 7 Si tu décides que quelqu’un essaie réellement de t’attaquer, de te déserter ou de t’asservir, tu répondras comme s’il l’avait réellement fait, ayant rendu son erreur réelle pour toi. 8 En interprétant l’erreur, tu lui donnes un pouvoir; et ayant fait cela, tu passeras sur la vérité.

2. L’analyse des motivations de l’ego est très compliquée, très obscurcissante, et jamais sans implication de ton propre ego. 2 Tout le processus est une tentative claire et nette pour démontrer ta propre aptitude à comprendre ce que tu perçois. 3 Cela se voit par le fait que tu réagis à tes interprétations comme si elles étaient correctes. 4 Peut-être alors contrôles-tu tes réactions au niveau du comportement, mais pas des émotions. 5 Ce qui évidemment serait une division ou une attaque contre l’intégrité de ton esprit, dressant deux niveaux en lui l’un contre l’autre.

3. Il y a une seule interprétation des motivations qui ait le moindre sens. 2 Et parce que c’est le jugement du Saint-Esprit, cela ne requiert absolument aucun effort de ta part. 3 Toute pensée aimante est vraie. 4 Tout le reste est un appel à la guérison et à l’aide, quelque forme qu’il prenne. 5 Quelle justification peut-il y avoir pour quiconque répond avec colère à l’appel à l’aide d’un frère ? 6 Aucune réponse n’est appropriée, sauf le désir de la lui donner, car c’est cela et seulement cela qu’il demande. 7 Offre-lui quoi que ce soit d’autre et tu t’arroges le droit d’attaquer sa réalité en l’interprétant comme bon te semble. 8 Le danger que cela représente pour ton propre esprit n’est peut-être pas encore pleinement apparent. 9 Si tu crois qu’un appel à l’aide est autre chose, c’est à autre chose que tu réagiras. 10 Ta réponse sera donc inappropriée à la réalité telle qu’elle est, mais pas à ta perception d’elle.

4. Il n’y a rien qui t’empêche de reconnaître tous les appels à l’aide exactement pour ce qu’ils sont, sauf ton propre besoin imaginaire d’attaquer. 2 C’est seulement cela qui te rend désireux de te lancer dans d’interminables «batailles» avec la réalité, dans lesquelles tu nies la réalité du besoin de guérison en le rendant irréel. 3 Tu ne ferais pas cela si ce n’était de ton indésir d’accepter la réalité telle qu’elle est, que tu te caches à toi-même conséquemment.

5. C’est sûrement un bon conseil de te dire de ne pas juger ce que tu ne comprends pas. 2 Nul n’est un témoin fiable qui a un investissement personnel, car la vérité pour lui est devenue ce qu’il veut qu’elle soit. 3 Si tu es indésireux de percevoir un appel à l’aide pour ce qu’il est, c’est parce que tu es indésireux de donner de l’aide et d’en recevoir. 4 Manquer de reconnaître un appel à l’aide, c’est refuser l’aide. 5 Maintiendrais-tu que tu n’en as pas besoin? 6 C’est pourtant ce que tu maintiens quand tu refuses de reconnaître l’appel d’un frère, car ce n’est qu’en répondant à son appel que tu peux être aidé. 7 Nie-lui ton aide et tu ne reconnaîtras pas la Réponse de Dieu pour toi. 8 Le Saint-Esprit n’a pas besoin de ton aide pour interpréter les motivations, mais toi tu as besoin de la Sienne.

6. La seule réponse appropriée à ton frère est de l’apprécier. 2 La gratitude lui est due à la fois pour ses pensées aimantes et pour ses appels à l’aide, car les deux sont capables de te faire prendre conscience de l’amour si tu les perçois véritablement. 3 Or toute la tension que tu ressens vient de tes tentatives pour ne pas faire justement cela. 4 Comme il est simple, donc, le plan de Dieu pour le salut. 5 Il y a une seule réponse à la réalité, car la réalité n’évoque absolument aucun conflit. 6 Il y a un seul Enseignant de la réalité, Qui comprend ce qu’elle est. 7 Il ne change pas d’Esprit sur la réalité parce que la réalité ne change pas. 8 Bien que tes interprétations de la réalité soient in-signifiantes en ton état divisé, les Siennes restent constamment vraies. 9 Il te les donne parce qu’elles sont pour toi. 10 Ne tente pas d’« aider » un frère à ta façon, car tu ne peux pas t’aider toi-même. 11 Mais entends son appel à l’Aide de Dieu et tu reconnaîtras ton propre besoin du Père.

7. Tes interprétations des besoins de ton frère sont ton interprétation des tiens. 2 En donnant de l’aide, tu en demandes; et si tu perçois un seul besoin en toi, tu seras guéri. 3 Car tu reconnaîtras la Réponse de Dieu telle que tu La veux, et si tu La veux en vérité, Elle sera tienne véritablement. 4 Chaque appel auquel tu réponds au Nom du Christ rapproche de ta conscience le souvenir de ton Père. 5 Par égard pour ton propre besoin, donc, entends chaque appel à l’aide pour ce qu’il est, afin que Dieu puisse te répondre.

8. En appliquant d’une manière de plus en plus constante l’interprétation que donne le Saint-Esprit des réactions d’autrui, tu prendras conscience de plus en plus que Ses critères s’appliquent également à toi. 2 Car il ne suffit pas de reconnaître la peur pour en échapper, bien que la re-connaissance soit nécessaire pour démontrer le besoin d’en échapper. 3 Le Saint-Esprit doit encore traduire la peur en vérité. 4 Si tu étais laissé avec la peur, une fois que tu l’as reconnue, tu aurais fait un pas qui t’éloigne de la réalité plutôt que de t’en rapprocher. 5 Or nous avons maintes fois insisté sur le besoin de reconnaître la peur et de la regarder en face, sans fard, comme d’une étape cruciale dans le processus par lequel l’ego est défait. 6 Considère alors comment l’interprétation que donne le Saint-Esprit des motifs d’autrui te servira bien. 7 En t’enseignant à n’accepter que les pensées aimantes en autrui et à considérer tout le reste comme un appel à l’aide, Il t’a enseigné que la peur même est un appel à l’aide. 8 Voilà ce que reconnaître la peur signifie réellement. 9 Si tu ne la protèges pas, Il la réinterprétera. 10 C’est le suprême avantage d’apprendre à percevoir l’attaque comme un appel à l‘amour. 11 Nous avons déjà appris que la peur et l’attaque sont inévitablement associées. 12 S’il n’y a que l’attaque qui produise la peur, et si tu vois l’attaque comme l’appel à l’aide qu’elle est, l’irréalité de la peur doit commencer à se faire jour en toi. 13 Car la peur est un appel à l’amour, ce qui était nié étant reconnu inconsciemment.

9. La peur est un symptôme de ton propre profond sentiment de perte. 2 Si tu apprends à suppléer la perte quand tu la perçois en autrui, la cause fondamentale de la peur est enlevée. 3 Par là tu t’enseignes que la peur n’existe pas en toi. 4 Le moyen de l’enlever est en toi, et tu l’as démontré en le donnant. 5 La peur et l’amour sont les seules émotions dont tu es capable. 6 L’une est fausse, car elle a été faite à partir du déni; et l’existence même du déni dépend de la croyance en ce qui est nié. 7 En interprétant correctement la peur comme l’affirmation positive de la croyance sous-jacente qu’elle masque, tu sapes son utilité perçue en la rendant inutile. 8 Des défenses qui ne fonctionnent pas sont automatiquement abandonnées. 9 Si tu élèves ce que la peur dissimule jusqu’à la prédominance la plus claire et nette et sans équivoque, la peur devient in-signifiante. 10 Tu as nié son pouvoir de dissimuler l’amour, ce qui était son seul but. 11 Le voile que tu as tiré sur le visage de l’amour a disparu.

10. Si tu veux voir l’amour, qui est la réalité du monde, comment pourrais-tu faire mieux que de reconnaître, dans chaque défense contre lui, l’appel sous-jacent pour lui? 2 Et comment pourrais-tu mieux apprendre ce qu’est sa réalité qu’en répondant à cet appel en le donnant? 3 Le Saint-Esprit donne de la peur une interprétation qui la dissipe, car la conscience de la vérité ne peut pas être niée. 4 C’est ainsi que le Saint-Esprit remplace la peur par l’amour et traduit l’erreur en vérité. 5 Et c’est ainsi que tu apprendras de Lui comment remplacer ton rêve de séparation par le fait de l’unité. 6 Car la séparation n’est que le déni de l’union; correctement interprétée, elle témoigne de ta connaissance éternelle que l’union est vraie.

UCEM~LEÇON 113 – Révision des leçons 95 et 96.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 113 - Révision des leçons 95-96., Un Cours en Miracles on avril 23, 2010 at 12:04

23 avril - perceive20with20the20eyes20of20love

LEÇON 113

À réviser matin et soir :

1. (95) Je suis un seul Soi, uni à mon Créateur.

2 La sérénité et la paix parfaite sont miennes, parce que

je suis un seul Soi, complètement entier, ne faisant

qu’un avec toute la création et avec Dieu.

2. (96) Le salut vient de mon seul Soi.

2 De mon seul Soi, Dont la connaissance reste encore

dans mon esprit, je vois le plan parfait de Dieu pour

mon salut parfaitement accompli.

3. À l’heure :

2 Je suis un seul Soi, uni à mon Créateur.

3 À la demi-heure :

4 Le salut vient de mon seul Soi.

L’Inspiration

DIEU OU L’EGO ~ Introduction

1. Ou c’est Dieu ou c’est l’ego qui est insane. 2 Si tu examines équitablement la preuve des deux côtés, tu te rendras compte que cela doit être vrai. 3 Ni Dieu ni l’ego ne propose un système de pensée partiel. 4 Chacun a sa cohérence interne, mais ils sont diamétralement opposés à tous égards, si bien qu’une allégeance partielle est impossible. 5 Souviens-toi aussi que leurs résultats sont aussi différents que leurs fondements, et leurs natures fondamentalement inconciliables ne peuvent pas être réconciliées par des oscillations de l’un à l’autre. 6 Rien de vivant n’est sans père, car la vie est création. 7 Par conséquent, ta décision est toujours une réponse à la question : « Qui est mon père ? » 8 Et tu seras fidèle au père que tu choisis.

2. Or que dirais-tu à quelqu’un qui croirait que cette question comporte réellement un conflit? 2 Si tu as fait l’ego, comment l’ego a-t-il pu te faire? 3 Le problème de l’autorité est encore la seule source de conflit, parce que l’ego a été fait du souhait qu’avait le Fils de Dieu de L’engendrer. 4 L’ego n’est donc rien de plus qu’un système délirant à l’intérieur duquel tu as fait ton propre père. 5 Ne t’y trompe pas. 6 Cela paraît insane lorsqu’énoncé en parfaite honnêteté, mais l’ego ne regarde jamais ce qu’il fait en parfaite honnêteté. 7 Or voilà sa prémisse insane, cachée avec soin dans la sombre pierre angulaire de son système de pensée. 8 Et c’est soit l’ego, que tu as fait, qui est ton père, ou c’est tout son système de pensée qui ne tient pas.

3. Tu fais par la projection, mais Dieu crée par l’extension. 2 La pierre angulaire de la création de Dieu, c’est toi, car Son système de pensée est lumière. 3 Souviens-toi des Rayons qui sont là sans être vus. 4 Plus tu t’approches du centre de Son système de pensée, plus la lumière devient claire. 5 Plus tu t’approches du fondement du système de pensée de l’ego, plus le chemin s’assombrit et s’obscurcit. 6 Or même la petite étincelle dans ton esprit suffit pour l’éclairer. 7 Porte sans crainte cette lumière avec toi et lève-la bravement devant le fondement du système de pensée de l’ego. 8 Sois désireux de le juger en parfaite honnêteté. 9 Ouvre la sombre pierre de terreur sur laquelle il repose et sors-la en pleine lumière. 10 Là tu verras qu’il reposait sur l’in-signifiance, et que tout ce dont tu avais peur n’était basé sur rien.

4. Mon frère, tu fais partie de Dieu et partie de moi. 2 Quand tu auras enfin regardé le fondement de l’ego sans reculer, tu auras aussi regardé le nôtre. 3 Je viens à toi de la part de notre Père pour t’offrir tout à nouveau. 4 Ne le refuse pas afin de garder cachée une sombre pierre angulaire, car sa protection ne te sauvera pas. 5 Je te donne la lampe et j’irai avec toi. 6 Tu ne feras pas ce voyage seul. 7 Je te mènerai à ton vrai Père, Qui comme moi a besoin de toi. 8 N’est-ce pas avec joie que tu répondras à l’appel de l’amour?

UCEM~LEÇON 112 – Révision des leçons 93 et 94.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 112 - Révision des leçons 93-94., Un Cours en Miracles on avril 21, 2010 at 11:52

22 avril ~ DSC_0031a

LEÇON 112

À réviser matin et soir :

1. (93) La lumière, la joie et la paix demeurent en moi.

2 Je suis la demeure de la lumière de la joie et de la paix.

3 Je les accueille dans la demeure que je partage

avec Dieu, parce que je fais partie de Lui.

2. (94) Je suis tel que Dieu m’a créé.

2 Je resterai à jamais tel que j’étais, créé par L’Inchangeable pareil à Lui-même.

3 Et je ne fais qu’un avec Lui, comme Lui avec moi.

3. À l’heure :

2 La lumière, la joie et la paix demeurent en moi.

3 À la demi-heure :

4 Je suis tel que Dieu m’a créé.

L’Inspiration

Le chant oublié

1. N’oublie jamais que le monde que «voient» les non-voyants doit être imaginé, car ce à quoi il ressemble réellement leur est inconnu. 2 De preuves à jamais indirectes, ils doivent inférer ce qui pourrait être vu, et reconstruire leurs inférences selon qu’ils trébuchent et tombent à cause de ce qu’ils n’ont pas reconnu ou qu’ils passent sans se blesser par des portes grand ouvertes qu’ils pensaient fermées. 3 Et c’est ainsi pour toi. 4 Tu ne vois pas. 5 Tes signaux d’inférence sont faux; ainsi tu trébuches et tombes sur les pierres que tu n’as pas reconnues, mais tu manques de prendre conscience que tu peux passer par les portes que tu pensais fermées, et qui se tiennent grand ouvertes devant tes yeux aveugles, en attendant de t’accueillir.

2. Comme il est sot d’essayer de juger ce qui à la place pourrait être vu ! 2 Il n’est pas nécessaire d’imaginer ce à quoi le monde doit ressembler. 3 Il doit d’abord être vu afin que tu le reconnaisses pour ce qu’il est. 4 On peut te montrer quelles portes sont ouvertes et tu peux voir où se trouve la sécurité; quel chemin mène aux ténèbres, quel à la lumière. 5 Le jugement te donnera toujours de fausses directions, mais la vision te montre où aller. 6 Pourquoi devrais-tu deviner?

3. Il n’est pas besoin d’apprendre par la douleur. 2 Et les douces leçons s’acquièrent joyeusement et se retiennent avec joie. 3 Ce qui te rend heureux, tu veux l’apprendre et ne pas l’oublier. 4 Ce n’est pas cela que tu voudrais nier. 5 Ta question est de savoir si les moyens permettant d’apprendre ce cours t’apporteront la joie qu’il promet. 6 Si tu croyais que oui, tu n’aurais aucun problème à l’apprendre. 7 Tu n’es pas encore un apprenant heureux parce que tu restes encore incertain si la vision te donne plus que le jugement; et tu as appris que tu ne peux pas avoir les deux.

4. Les aveugles s’accoutument à leur monde à force de s’ajuster à lui. 2 Ils pensent qu’ils savent s’y retrouver. 3 Ils l’ont appris, non par de joyeuses leçons mais par la dure nécessité des limites dont ils croyaient ne pas pouvoir triompher. 4 Croyant toujours cela, ces leçons leur sont chères et ils s’y accrochent parce qu’ils ne peuvent pas voir. 5 Ils ne comprennent pas que ces leçons les gardent aveugles. 6 Cela, ils ne le croient pas. 7 Ainsi ils gardent le monde qu’ils ont appris à «voir» dans leur imagination, croyant qu’ils ont le choix entre cela et rien. 8 Ils haïssent le monde qu’ils ont appris par la douleur. 9 Et tout ce qu’ils pensent qu’il y a en lui sert à leur rappeler qu’ils sont incomplets et amèrement dépouillés.

5. Ainsi ils définissent leur vie et où ils vivent, s’y ajustant comme ils pensent devoir le faire, ayant peur de perdre le peu qu’ils ont. 2 Ainsi en est-il de tous ceux qui voient le corps comme étant tout ce qu’ils ont et tout ce qu’ont leurs frères. 3 Ils essaient de se rencontrer mais ils échouent et échouent encore. 4 Et ils s’ajustent à la solitude, croyant qu’en gardant le corps, ils sauvent le peu qu’ils ont. 5 Écoute et tâche de penser si tu te souviens de ce dont nous allons parler maintenant.

6. Écoute — tu saisis peut-être comme une allusion à un état ancien pas tout à fait oublié; vague, peut-être, mais aussi étrangement familier, comme une chanson dont le nom est depuis longtemps oublié, et les circonstances dans lesquelles tu l’as entendue complètement effacées de ta mémoire. 2 Ce n’est pas tout le chant qui t’est resté mais seulement un petit brin de mélodie, qui ne se rattache ni à une personne ni à un lieu ni à rien de particulier. 3 Mais cette petite partie suffit pour que tu te souviennes combien ce chant était beau, comme le cadre dans lequel tu l’as entendu était merveilleux et combien tu aimais ceux qui étaient là et l’écoutaient avec toi.

7. Les notes ne sont rien. 2 Pourtant tu les as gardées en toi, pas pour elles-mêmes mais comme le doux souvenir de ce qui te ferait pleurer si tu te souvenais combien cela t’était cher. 3 Tu pourrais te souvenir, pourtant tu as peur, croyant que tu perdrais le monde que tu as appris depuis. 4 Et pourtant tu sais qu’il n’y a rien dans le monde que tu as appris qui te soit même moitié moins cher que cela. 5 Écoute et vois si tu te souviens d’un chant ancien que tu connaissais il y a si longtemps et qui t’était plus cher que toutes les mélodies que tu t’es enseigné à chérir depuis.

8. Au-delà du corps, par-delà le soleil et les étoiles, passé tout ce que tu vois et pourtant vaguement familier, il est un arc de lumière dorée qui s’étire devant toi en un grand cercle resplendissant. 2 Et tout le cercle se remplit de lumière sous tes yeux. 3 Les bords du cercle disparaissent, et ce qui est à l’intérieur n’est plus du tout contenu. 4 La lumière s’étend et recouvre tout, allant jusqu’à l’infini et brillant à jamais, sans rupture ni limite nulle part. 5 À l’intérieur tout est joint en parfaite continuité. 6 Il n’est pas possible non plus d’imaginer qu’il pourrait y avoir quoi que ce soit à l’extérieur, car nulle part cette lumière n’est pas.

9. Telle est la vision du Fils de Dieu, et tu le connais bien. 2 Telle est la vue de celui qui connaît son Père. 3 Telle est la mémoire de ce que tu es : une partie de cela, avec tout cela en dedans et joint au tout aussi sûrement que tout est joint en toi. 4 Accepte la vision qui peut te montrer cela, et non le corps. 5 Tu connais ce chant ancien, et le connais bien. 6 Rien ne te sera jamais aussi cher que cet ancien hymne d’amour que le Fils de Dieu chante encore à son Père.

10. Et maintenant les aveugles peuvent voir, car ce même chant qu’ils chantent en l’honneur de leur Créateur fait aussi leur éloge. 2 L’aveuglement qu’ils ont fait ne résistera pas à la mémoire de ce chant. 3 Et ils contempleront la vision du Fils de Dieu, en se rappelant qui est celui qu’ils chantent. 4 Qu’est-ce qu’un miracle, si ce n’est ce souvenir? 5 Et qui est-ce en qui ce souvenir n’est pas? 6 La lumière en un seul le réveille en tous. 7 Et quand tu la vois en ton frère, c’est pour tous que tu te souviens.

UCEM~LEÇON 111 – Révision des leçons 91 et 92

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 111 - Révision des leçons 91-92., Un Cours en Miracles on avril 21, 2010 at 12:57

21 avril ~ taparoleestunelampedevantmespas

LEÇON 111

À réviser matin et soir :

1. (91) Les miracles se voient dans la lumière.

2 Je ne peux pas voir dans les ténèbres. 3 Que la lumière

de la sainteté et de la vérité éclaire mon esprit, et me

laisse voir l’innocence au-dedans.

2. (92) Les miracles se voient dans la lumière, et la lumière et la force ne font qu’un.

2 Je vois par la force, le don que Dieu ma fait. 3 Ma fai-

blesse est la noirceur que Son don dissipe, en me don-

nant Sa force pour en prendre la place.

3. À l’heure :

2 Les miracles se voient dans la lumière.

3 À la demi-heure :

4 Les miracles se voient dans la lumière, et la lumière et la force ne font qu’un.

L’Inspiration

L’erreur et l’ego

1. Les aptitudes que tu possèdes maintenant ne sont que des ombres de ta force réelle. 2 Toutes tes fonctions présentes sont divisées et peuvent être mises en doute et remises en question. 3 C’est que tu n’es pas certain de la façon dont tu vas les utiliser et tu es donc incapable de connaissance. 4 Tu es aussi incapable de connaissance parce que tu peux encore percevoir sans amour. 5 La perception n’existait pas avant que la séparation n’introduise des degrés, des aspects et des intervalles. 6 Le pur-esprit n’a pas de niveaux, et tout conflit découle du concept de niveaux. 7 Seuls les Niveaux de la Trinité sont capables d’unité. 8 Les niveaux créés par la séparation ne peuvent qu’être en conflit. 9 C’est qu’ils ne signifient rien les uns pour les autres.

2. La conscience, le niveau de la perception, fut la première division introduite dans l’esprit après la séparation, faisant de l’esprit un percepteur plutôt qu’un créateur. 2 La conscience est correctement identifiée comme étant le domaine de l’ego. 3 L’ego est une tentative de l’esprit faux pour te percevoir toi-même tel que tu souhaites être plutôt que tel que tu es. 4 Or tu ne peux te connaître que tel que tu es, parce que c’est tout ce dont tu peux être sûr. 5 Tout le reste peut être mis en question.

3. L’ego est l’aspect interrogateur du soi de l’après-séparation, qui a été fait plutôt que créé. 2 Il est capable de poser des questions mais non de percevoir des réponses signifiantes, parce que celles-ci impliqueraient la connaissance et ne peuvent être perçues. 3 L’esprit est donc confus, parce que seule l’Unité d’esprit peut être sans confusion. 4 Un esprit séparé ou divisé doit être confus. 5 Il est nécessairement incertain de ce qu’il est. 6 Il doit être en conflit parce qu’il est en désaccord avec lui-même. 7 Cela rend ses aspects étrangers les uns aux autres, et c’est l’essence même de cette condition propice à la peur dans laquelle l’attaque est toujours possible. 8 Tu as tout lieu d’avoir peur tel que tu te perçois toi-même. 9 C’est pourquoi tu ne peux pas échapper de la peur jusqu’à ce que tu te rendes compte que tu ne t’es pas et ne pouvais pas te créer toi-même. 10 Tu ne peux jamais rendre vraies tes malperceptions, et ta création est au-delà de ta propre erreur. 11 C’est pourquoi il faudra que tu finisses par choisir de guérir la séparation.

4. Il ne faut pas confondre la justesse d’esprit avec l’esprit connaissant, parce qu’elle ne peut s’appliquer qu’à la perception juste. 2 Tu peux être de l’esprit juste ou de l’esprit faux, et même là il peut y avoir des degrés, ce qui démontre clairement que la connaissance n’y entre pas. 3 Employée correctement, l’expression « justesse d’esprit » sert à désigner la correction de la « fausseté d’esprit », et elle s’applique à l’état d’esprit qui induit la perception exacte. 4 C’est un esprit de miracle parce qu’il guérit la malperception, ce qui est certes un miracle vu la façon dont tu te perçois toi-même.

5. La perception comporte toujours quelque mauvais usage de l’esprit, parce qu’elle amène l’esprit dans des zones d’incertitude. 2 L’esprit est très actif. 3 Quand il choisit d’être séparé, il choisit de percevoir. 4 Jusque-là, sa seule volonté est de connaître. 5 Après, il ne peut que faire des choix ambigus, et la seule voie qui mène hors de l’ambiguïté est la perception claire. 6 L’esprit ne retourne à la fonction qui lui est propre que lorsqu’il a pour volonté de connaître. 7 Cela le met au service du pur-esprit, où la perception est changée. 8 L’esprit choisit de se diviser quand il choisit de faire ses propres niveaux. 9 Mais il ne pourrait pas se séparer entièrement du pur-esprit, parce que c’est du pur-esprit qu’il tire tout son pouvoir de faire ou de créer. 10 Même dans la malcréation, l’esprit affirme sa Source, sinon il cesserait d’être tout simplement. 11 Cela est impossible, parce que l’esprit appartient au pur-esprit que Dieu a créé et qui est donc éternel.

6. L’aptitude à percevoir a rendu le corps possible, parce que tu dois percevoir quelque chose et avec quelque chose. 2 Voilà pourquoi la perception comporte un échange ou une traduction, dont la connaissance n’a pas besoin. 3 La fonction interprétative de la perception, une forme distordue de la création, te permet alors de penser que tu es ton corps, interprétation par laquelle tu tentes d’échapper du conflit que tu as induit. 4 Le pur-esprit, qui connaît, ne saurait se concilier avec cette perte de pouvoir, parce qu’il est incapable de ténèbres. 5 Cela rend le pur-esprit presque inaccessible à l’esprit et entièrement inaccessible au corps. 6 Par la suite, le pur-esprit est perçu comme une menace, parce que la lumière abolit les ténèbres en te montrant simplement qu’elles ne sont pas là. 7 C’est ainsi que la vérité vaincra toujours l’erreur. 8 Cela ne peut pas être un processus actif de correction parce que, comme je l’ai déjà souligné, la connaissance ne fait rien. 9 Elle peut être perçue comme un agresseur, mais elle ne peut pas attaquer. 10 Ce que tu perçois comme une attaque de sa part, c’est ta propre vague re-connaissance de ce que tu peux toujours te souvenir de la connaissance, puisqu’elle n’a jamais été détruite.

7. Dieu et Ses créations restent en toute sûreté et connaissent donc qu’il n’existe aucune malcréation. 2 La vérité ne peut pas s’occuper des erreurs que tu veux, toi. 3 J’étais un homme qui se souvenait du pur-esprit et de sa connaissance. 4 En tant qu’homme, je n’ai pas tenté de contrebalancer l’erreur par la connaissance, mais de corriger l’erreur de bas en haut. 5 J’ai démontré à la fois l’impuissance du corps et la puissance de l’esprit. 6 En unissant ma volonté à Celle de mon Créateur, je me suis naturellement souvenu du pur-esprit et de son but réel. 7 Je ne peux pas unir pour toi ta volonté à Celle de Dieu, mais je peux effacer toutes les malperceptions de ton esprit si tu me laisses le guider. 8 Seules tes malperceptions te barrent la route. 9 Sans elles ton choix est certain. 10 Une perception saine induit un choix sain. 11 Je ne peux pas choisir pour toi, mais je peux t’aider à faire toi-même le juste choix. 12 « Il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus » devrait être : «Tous sont appelés mais peu choisissent d’écouter.» 13 Par conséquent, ils ne font pas le juste choix. 14 Les « élus » sont simplement ceux qui font le juste choix plus tôt. 15 Les esprits justes peuvent faire cela maintenant et ils trouveront du repos pour leurs âmes. 16 Dieu te connaît seulement dans la paix, et cela est ta réalité.

UCEM~RÉVISION III – Introduction (Instructions pour la révision)

In Les leçons et l'Inspiration, RÉVISION III ~ Introduction ~ Leçons 91 à 110., UCEM, Un Cours en Miracles on avril 20, 2010 at 11:47

21 avril ~ R-visions

RÉVISION III

Introduction

1. Notre prochaine révision commence aujourd’hui. 2 Chaque jour nous réviserons deux leçons récentes pour dix jours consécutifs de mise en pratique. 3 Pour ces périodes d’exercice, nous observerons une formule particulière qu’il t’est fortement conseillé de suivre le plus étroitement possible.

2. Nous comprenons, bien sûr, qu’il est peut-être impossible pour toi d’entreprendre chaque jour et à chaque heure du jour ce qui est suggéré ici comme l’optimum. 2 L’apprentissage ne sera pas entravé si tu sautes une période d’exercice parce que cela t’est impossible à l’heure prévue. 3 Il n’est pas nécessaire non plus que tu fasses des efforts excessifs pour être sûr de te rattraper quant au nombre. 4 Le rituel n’est pas ce que nous visons et cela irait à l’encontre de notre but.

3. Mais l’apprentissage sera entravé si tu sautes une période d’exercice parce que tu es indésireux d’y consacrer le temps qu’il t’est demandé de donner. 2 Ne t’y trompe pas. 3 L’indésir peut être très soigneusement dissimulé sous le couvert de situations que tu ne peux contrôler. 4 Apprends à distinguer les situations qui se prêtent mal aux exercices de celles que tu établis pour soutenir le camouflage de cet indésir.

4. Ces périodes d’exercice perdues parce que tu ne voulais pas les faire, quelle que soit la raison, devraient être faites aussitôt que tu as changé d’esprit sur ton but. 2 Tu es indésireux de coopérer à la pratique du salut seulement si cela interfère avec des buts qui te sont plus chers. 3 Après leur avoir retiré la valeur que tu leur donnais, permets à tes périodes d’exercice de remplacer tes litanies à leur adresse. 4 Ils ne t’ont rien donné. 5 Mais tes exercices peuvent tout t’offrir. 6 Accepte donc ce qu’ils t’offrent et sois en paix.

5. La formule à utiliser pour ces révisions est la suivante : Deux fois par jour consacre cinq minutes, ou plus si tu préfères, à considérer les pensées qui sont assignées. 2 Relis les idées et les commentaires inscrits pour l’exercice de chaque jour. 3 Puis commence à y penser en laissant ton esprit les rapporter à tes besoins, à tes problèmes apparents et à toutes tes préoccupations.

6. Place les idées dans ton esprit et laisse-le les utiliser comme bon lui semble. 2 Aie foi en ce qu’il les utilisera sagement, aidé dans ses décisions par Celui Qui t’a donné les pensées. 3 À quoi peux-tu te fier, sinon à ce qui est dans ton esprit ? 4 Dans ces révisions, aie foi en ce que les moyens qu’utilise le Saint-Esprit n’échoueront pas. 5 La sagesse de ton esprit te viendra en aide. 6 Donne les instructions au départ, puis détends-toi avec une foi tranquille, et laisse l’esprit employer les pensées que tu lui as données telles qu’elles t’ont été données pour son usage.

7. Elles t’ont été données avec une parfaite confiance, une parfaite assurance que tu en ferais bon usage, une foi parfaite en ce que tu verrais leurs messages et les utiliserais pour toi-même. 2 Offre-les à ton esprit avec la même confiance, la même assurance et la même foi. 3 Il n’échouera pas. 4 Il est le moyen que le Saint-Esprit a choisi pour ton salut. 5 Puisqu’il a Sa confiance, Son moyen doit sûrement mériter la tienne aussi.

8. Nous mettons l’accent sur les bénéfices pour toi si tu consacres les cinq premières minutes de la journée à tes révisions, et leur donnes aussi les cinq dernières minutes de veille de ta journée. 2 Si cela ne peut pas se faire, essaie au moins de les diviser de manière à en entreprendre une le matin et une autre dans l’heure juste avant de te coucher.

9. Les exercices à faire tout le long de la journée sont tout aussi importants et ont peut-être même une plus grande valeur. 2 Tu as été enclin à ne t’exercer qu’aux moments prévus, puis à passer à d’autres choses sans appliquer à ces choses ce que tu as appris. 3 Avec pour résultat que tu n’as gagné que peu de renforcement et n’as pas donné à ton apprentissage une vraie chance de prouver l’importance de ces dons potentiels. 4 Voici une autre chance d’en faire bon usage.

10. Dans ces révisions nous insistons sur le besoin de ne pas laisser ton apprentissage dormir entre tes périodes d’exercice plus longues. 2 Essaie de réviser brièvement mais sérieusement les deux idées quotidiennes à chaque heure. 3 Utilise l’une à l’heure, et l’autre une demi-heure plus tard. 4 Tu n’as pas besoin d’accorder plus d’un instant à chacune. 5 Répète l’idée, puis permets à ton esprit de se reposer un moment en silence et en paix. 6 Ensuite passe à d’autres choses, mais essaie de garder la pensée avec toi, et laisse-la te servir d’aide pour garder ta paix aussi tout le long du jour.

11. Si tu es secoué, penses-y de nouveau. 2 Ces périodes d’exercice sont conçues pour t’aider à développer l’habitude d’appliquer ce que tu apprends chaque jour à tout ce que tu fais. 3 Ne répète pas l’idée pour la mettre ensuite de côté. 4 Il n’y a pas de limites à son utilité pour toi. 5 Elle est censée te servir de toutes les façons, en tout temps et en tout lieu, et chaque fois que tu as besoin d’une aide quelconque. 6 Essaie donc de l’emporter avec toi dans les activités de la journée et de la rendre sainte, digne du Fils de Dieu, acceptable pour Dieu et pour ton Soi.

12. Les révisions de chaque jour se concluront par la répétition de la pensée à utiliser à chaque heure, ainsi que de celle à appliquer à la demi-heure. 2 Ne les oublie pas. 3 Pour chacune de ces idées cette seconde chance apportera de si grandes avancées, et nous retirerons de ces révisions des gains si importants pour notre apprentissage, que nous continuerons sur un terrain plus solide, d’un pas plus assuré et avec une foi plus grande.

13. N’oublie pas comme tu as peu appris.

2 N’oublie pas comme tu peux apprendre beaucoup maintenant.

3 N’oublie pas le besoin que ton Père a de toi, tout en révisant ces pensées qu’Il t’a données.

UCEM~LEÇON 110 – Je suis tel que Dieu m’a créé.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 110 - Je suis tel que Dieu m’a créé., Un Cours en Miracles on avril 20, 2010 at 12:51

20 avril ~ purete_rose_blanche_fleur_belle_nature_arbuste

LEÇON 110

Je suis tel que Dieu m’a créé.

1. Nous répéterons l’idée d’aujourd’hui de temps en temps. 2 Car cette seule pensée suffirait pour te sauver et sauver le monde, si tu croyais qu’elle est vraie. 3 Sa vérité signifierait que tu n’as fait aucun changement en toi qui soit réel, ni changé l’univers de telle sorte que ce que Dieu a créé a été remplacé par la peur et le mal, la misère et la mort. 4 Si tu restes tel que Dieu t’a créé, la peur n’a pas de signification, le mal n’est pas réel et la misère et la mort n’existent pas.

2. L’idée d’aujourd’hui est donc tout ce dont tu as besoin pour laisser la complète correction guérir ton esprit et te donner la vision parfaite qui guérira toutes les erreurs faites en n’importe quel temps et en n’importe quel lieu par n’importe quel esprit. 2 Elle suffit pour guérir le passé et libérer le futur. 3 Elle suffit pour laisser le présent être accepté tel qu’il est. 4 Elle suffit pour laisser le temps être le moyen par lequel le monde entier apprend à échapper du temps, et de chaque changement que le temps semble apporter en passant.

3. Si tu restes tel que Dieu t’a créé, les apparences ne peuvent pas remplacer la vérité, la santé ne peut pas tourner en maladie et la mort ne peut pas être le substitut de la vie, ni la peur de l’amour. 2 Tout cela ne s’est pas produit, si tu restes tel que Dieu t’a créé. 3 Tu n’as besoin d’aucune autre pensée que celle-là, pour laisser la rédemption venir éclairer le monde et le libérer du passé.

4. Dans cette seule pensée tout le passé est défait, et le présent est sauvé pour s’étendre quiètement dans un futur intemporel. 2 Si tu es tel que Dieu t’a créé, alors il n’y a pas eu de séparation de ton esprit d’avec le Sien, pas de division entre ton esprit et les autres esprits, et seulement l’unité dans le tien.

5. Le pouvoir de guérison de l’idée d’aujourd’hui est illimité. 2 Elle est le lieu où naissent tous les miracles, le grand restaurateur de la vérité à la conscience du monde. 3 Répète l’idée d’aujourd’hui avec gratitude. 4 Voilà la vérité qui vient te rendre libre. 5 Voilà la vérité que Dieu t’a promise. 6 Voilà la Parole dans laquelle prend fin tout chagrin.

6. Pour tes périodes d’exercice de cinq minutes, commence par cette citation du texte :

2 Je suis tel que Dieu m’a créé.

3 Son Fils ne peut pas souffrir.

4 Et je suis Son Fils.

7. Puis, avec cet énoncé fermement à l’esprit, essaie de découvrir dans ton esprit le Soi Qui est le saint Fils de Dieu Lui-même.

8. Cherche-Le en toi Qui est le Christ en toi, le Fils de Dieu et un frère pour le monde; le Sauveur Qui a été sauvé à jamais, Qui a le pouvoir de sauver quiconque Le touche, même très légèrement, demandant la Parole qui lui dit qu’il est Son frère.

9. Tu es tel que Dieu t’a créé. 2 Aujourd’hui, rends honneur à ton Soi. 3 Ne laisse pas les images sculptées que tu as faites pour être le Fils de Dieu au lieu de ce qu’il est être adorées aujourd’hui. 4 Au plus profond de ton esprit, le saint Christ en toi attend que tu Le reconnaisses en tant que toi. 5 Tu es perdu et tu ne te connais pas toi-même tant qu’Il n’est pas reconnu ni connu.

10. Cherche-Le aujourd’hui, et trouve-Le. 2 Il sera ton Sauveur de toutes les idoles que tu as faites. 3 Car quand tu L’auras trouvé, tu comprendras combien tes idoles sont sans valeur, combien sont fausses les images que tu croyais être toi. 4 Aujourd’hui nous faisons un grand pas en avant vers la vérité en lâchant prise des idoles, ouvrant nos mains, notre cœur et notre esprit à Dieu.

11. Nous nous souviendrons de Lui tout le long de la journée, avec un cœur plein de gratitude et des pensées pleines d’amour pour tous ceux que nous rencontrons aujourd’hui. 2 Car c’est ainsi que nous nous souvenons de Lui. 3 Et nous dirons, pour nous rappeler Son Fils, notre saint Soi, le Christ en chacun de nous :

4 Je suis tel que Dieu m’a créé.

5 Déclarons cette vérité aussi souvent que nous le pouvons. 6 C’est la Parole de Dieu qui te rend libre. 7 C’est la clé qui ouvre la porte du Ciel et te laisse entrer dans la paix de Dieu et Son éternité.

L’Inspiration

Le « sacrifice » de l’unité

1. Dans la « dynamique » de l’attaque, le sacrifice est une idée clé. 2 C’est le pivot sur lequel tous les compromis, toutes les tentatives désespérées pour conclure un marché et tous les conflits atteignent un semblant d’équilibre. 3 C’est le symbole du thème central que quelqu’un doit perdre. 4 Que le corps en soit le point de mire, cela est apparent, car c’est toujours une tentative pour limiter la perte. 5 Le corps est lui-même un sacrifice, un abandon de pouvoir au nom de sauver juste un petit peu pour toi-même. 6 Voir un frère dans un autre corps, séparé du tien, c’est l’expression du souhait de voir une petite partie de lui et de sacrifier le reste. 7 Regarde le monde, et tu ne verras rien d’attaché à quoi que soit au-delà de soi-même. 8 Toutes les entités apparentes peuvent se rapprocher un petit peu, ou s’éloigner un peu plus, mais elles ne peuvent se joindre.

2. Le monde que tu vois est basé sur le « sacrifice » de l’unité. 2 C’est l’image d’une complète désunion et d’un manque total de jonction. 3 Autour de chaque entité est construit un mur qui paraît si solide qu’il semble que ce qui est à l’intérieur ne pourrait jamais aller au-dehors, et que ce qui est dehors ne pourrait jamais atteindre et se joindre à ce qui est enfermé derrière le mur. 4 Chaque partie doit sacrifier l’autre partie, pour se garder elle-même complète. 5 Car si elles se joignaient, chacune perdrait sa propre identité, et c’est par leur séparation que leurs soi sont maintenus.

3. Le petit peu que le corps clôture devient le soi, préservé par le sacrifice de tout le reste. 2 Et tout le reste doit perdre cette petite partie, restant incomplet pour garder intacte sa propre identité. 3 Dans cette perception de toi-même, la perte du corps serait certes un sacrifice. 4 Car la vue des corps devient le signe que le sacrifice est limité et qu’il reste encore quelque chose pour toi seul. 5 Et pour que ce petit peu t’appartienne, des limites sont mises à tout ce qui est extérieur, comme elles le sont à tout ce que tu penses tien. 6 Car donner et recevoir sont la même chose. 7 Et accepter les limites d’un corps, c’est imposer ces limites à chaque frère que tu vois. 8 Car tu dois le voir comme tu te vois toi-même.

4. Le corps est une perte et peut être amené à sacrifier. 2 Tant que tu vois ton frère comme un corps, à part de toi et séparé dans sa cellule, tu exiges un sacrifice de lui et de toi. 3 Quel plus grand sacrifice pourrait être demandé au Fils de Dieu que de se percevoir sans son Père? 4 Et que son Père soit sans Son Fils? 5 Or chaque sacrifice exige qu’ils soient séparés et sans l’autre. 6 Le souvenir de Dieu doit être nié si un quelconque sacrifice est demandé de qui que ce soit. 7 Quel témoin de l’Entièreté du Fils de Dieu est vu dans un monde de corps séparés, si fort qu’il témoigne de la vérité? 8 Il est invisible dans un tel monde. 9 Et son chant d’union et d’amour ne peut pas non plus être entendu. 10 Or il lui est donné de faire s’estomper le monde devant son chant, et que la vue de lui remplace les yeux du corps.

5. Ceux qui voudraient voir les témoins de la vérité au lieu que de l’illusion demandent simplement de pouvoir voir un but dans le monde qui lui donne un sens et le rende signifiant. 2 Sans ta fonction particulière, ce monde n’a aucune signification pour toi. 3 Or il peut devenir un trésor aussi riche et illimité que le Ciel même. 4 Pas un instant ne passe ici dans lequel la sainteté de ton frère ne peut être vue, pour ajouter des réserves illimitées à chaque maigre bribe et chaque minuscule miette de bonheur que tu t’alloues.

6. Tu peux perdre de vue l’unité, mais tu ne peux pas faire le sacrifice de sa réalité. 2 Pas plus que tu ne peux perdre ce que tu voudrais sacrifier, ni empêcher le Saint-Esprit d’accomplir Sa tâche, qui est de te montrer que cela n’a pas été perdu. 3 Entends donc le chant que ton frère te chante, et laisse le monde s’estomper, et prends le repos que t’offre son témoignage au nom de la paix. 4 Mais ne le juge pas, car tu n’entendras aucun chant de libération pour toi-même, et tu ne verras pas ce dont il lui est donné de témoigner, afin que tu le voies et te réjouisses avec lui. 5 Ne fais pas de sa sainteté un sacrifice à ta croyance dans le péché. 6 Tu sacrifies ton innocence avec la sienne, et tu meurs chaque fois que tu vois en lui un péché qui mérite la mort.

7. Or à chaque instant tu peux renaître et la vie peut t’être donnée à nouveau. 2 Sa sainteté te donne la vie, à toi qui ne peux mourir parce que son impeccabilité est connue de Dieu, et elle ne peut pas plus être sacrifiée par toi que la lumière en toi ne peut être effacée parce qu’il ne la voit pas. 3 Toi qui voudrais faire un sacrifice de la vie, et faire que tes yeux et tes oreilles rendent témoignage de la mort de Dieu et de Son saint Fils, ne pense pas que tu aies le pouvoir de faire d’Eux ce que Dieu n’a pas voulu qu’ils soient. 4 Au Ciel, le Fils de Dieu n’est pas emprisonné dans un corps, ni sacrifié dans la solitude au péché. 5 Et comme il est au Ciel, ainsi il doit être éternellement et partout. 6 Il est le même à jamais. 7 Né à nouveau à chaque instant, intouché par le temps, et bien au-delà de la portée d’un quelconque sacrifice de vie ou de mort. 8 Car il n’a fait ni l’une ni l’autre, et une seule lui a été donnée par Celui Qui connaît que Ses dons ne peuvent jamais subir ni sacrifice ni perte.

8. La justice de Dieu repose en douceur sur Son Fils, et le garde à l’abri de toute injustice que le monde voudrait lui imposer. 2 Se pourrait-il que tu puisses rendre ses péchés réalité et sacrifier la Volonté de son Père pour lui? 3 Ne le condamne pas en le voyant dans la prison en décrépitude où il se voit lui-même. 4 C’est ta fonction particulière de t’assurer que la porte soit ouverte, afin qu’il puisse en sortir pour luire sur toi et te redonner le don de liberté en le recevant de toi. 5 Quelle est la fonction particulière du Saint-Esprit, si ce n’est de délivrer le saint Fils de Dieu de l’emprisonnement qu’il a fait pour se garder lui-même loin de la justice? 6 Ta fonction pourrait-elle être une tâche à part et séparée de la Sienne?

UCEM~LEÇON 109 – Je repose en Dieu.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 109 - Je repose en Dieu., Un Cours en Miracles on avril 19, 2010 at 1:34

19 avril ~ embracing_light1crop

LEÇON 109

Je repose en Dieu.

1. Nous demandons le repos aujourd’hui et une quiétude inébranlée par les apparences du monde. 2 Nous demandons la paix et le calme, parmi tout le tumulte né du heurt des rêves. 3 Nous demandons la sécurité et le bonheur, même s’il semble que nous voyons le danger et le chagrin. 4 Nous avons la pensée qui répondra à notre requête par ce que nous demandons.

2. “Je repose en Dieu.” 2 Cette pensée t’apportera le repos et la quiétude, la paix et le calme, la sécurité et le bonheur que tu recherches. 3 “Je repose en Dieu.” 4 Cette pensée a le pouvoir de réveiller la vérité endormie en toi, dont la vision voit par-delà les apparences jusqu’à cette même vérité en tous et en tout ce qu’il y a. 5 Voici la fin de la souffrance pour le monde entier et pour chacun de ceux qui sont jamais venus ou qui viendront encore s’attarder un moment. 6 Voici la pensée dans laquelle le Fils de Dieu est né à nouveau, pour se reconnaître lui-même.

3. “Je repose en Dieu.” 2 Complètement imperturbé, cette pensée te transportera au travers les orages et les luttes, passé la misère et la douleur, passé la perte et la mort, et vers la certitude de Dieu. 3 Il n’y a pas de souffrance qu’elle ne puisse guérir. 4 Il n’y a pas de problème qu’elle ne puisse résoudre. 5 Et pas d’apparence qui ne tourne en vérité devant tes yeux, toi qui reposes en Dieu.

4. Voici le jour de la paix. 2 Tu reposes en Dieu et tandis que le monde est déchiré par des vents de haine, ton repos reste complètement imperturbé. 3 Ton repos est celui de la vérité. 4 Les apparences ne peuvent pas te troubler. 5 Tu appelles tous tes frères à se joindre à toi dans ton repos; et ils entendront et viendront à toi parce que tu reposes en Dieu. 6 Ils n’entendront pas d’autres voix que la tienne parce que tu as donné ta voix à Dieu, et maintenant tu reposes en Lui et Le laisses parler par toi.

5. En Lui tu n’as ni soucis ni préoccupations, ni fardeaux, ni anxiété, ni douleur, ni peur du futur ni regrets passés. 2 Dans l’intemporel tu reposes, pendant que le temps passe sans te toucher, car ton repos ne peut jamais changer en aucune façon. 3 Tu te reposes aujourd’hui. 4 Tout en fermant les yeux, plonge dans le calme. 5 Laisse ces périodes de repos et de répit rassurer ton esprit : tous ses fantasmes frénétiques n’étaient que les rêves d’une fièvre qui a passé. 6 Laisse-le être calme et accepter sa guérison avec reconnaissance. 7 Il ne viendra plus de rêves effrayants, maintenant que tu reposes en Dieu. 8 Prends le temps aujourd’hui de glisser des rêves dans la paix.

6. À chaque heure où tu prends ton repos aujourd’hui, un esprit fatigué est rendu joyeux soudainement, un oiseau aux ailes brisées commence à chanter, un ruisseau depuis longtemps asséché se remet à couler. 2 Le monde est né à nouveau chaque fois que tu reposes et te souviens à chaque heure que tu es venu apporter la paix de Dieu dans le monde, afin qu’il prenne son repos avec toi.

7. Chaque fois que tu reposes cinq minutes aujourd’hui, le monde se rapproche de son éveil. 2 Et le temps où le repos sera la seule chose qui soit se rapproche de tous les esprits usés et fatigués, trop las maintenant pour avancer seuls sur leur chemin. 3 Ils entendront l’oiseau recommencer à chanter, verront le ruisseau se remettre à couler et avanceront d’un pas plus léger, leur espoir renaissant et leur énergie restaurée, sur la route qui semblera soudain facile.

8. Tu reposes dans la paix de Dieu aujourd’hui, et depuis ton repos tu appelles tes frères pour les attirer vers leur repos, avec toi. 2 Tu seras fidèle à ta charge aujourd’hui, n’oubliant personne, amenant chacun dans le cercle illimité de ta paix, le saint sanctuaire où tu reposes. 3 Ouvre les portes du temple et laisse-les venir de l’autre bout du monde, comme de tout près : tes frères lointains et tes amis les plus proches; invite-les tous à entrer ici et à reposer avec toi.

9. Tu reposes dans la paix de Dieu aujourd’hui, en quiétude et sans peur. 2 Chaque frère vient y prendre son repos et te l’offrir. 3 Nous reposons ensemble ici, car ainsi notre repos est rendu complet, et ce que nous donnons aujourd’hui, nous l’avons déjà reçu. 4 Le temps n’est pas le gardien de ce que nous donnons aujourd’hui. 5 Nous donnons à ceux qui ne sont pas nés et à ceux qui sont disparus, à chaque Pensée de Dieu et à l’Esprit dans lequel ces Pensées sont nées et où elles reposent. 6 Et nous leur rappelons leur lieu de repos chaque fois que nous nous disons : “Je repose en Dieu.”

L’Inspiration

Le don de la liberté

1. Si la Volonté de Dieu pour toi est la paix et la joie complètes, et si tu ne ressens pas uniquement cela, ce doit être que tu refuses de reconnaître Sa Volonté. 2 Sa Volonté ne vacille pas, étant à jamais inchangeable. 3 Quand tu n’es pas en paix, ça ne peut être que parce que tu ne crois pas que tu es en Lui. 4 Or Il est Tout en tous. 5 Sa paix est complète, et tu dois y être inclus. 6 Ses lois te gouvernent parce qu’elles gouvernent tout. 7 Tu ne peux pas t’exempter de Ses lois, bien que tu puisses leur désobéir. 8 Or si tu le fais, et seulement si tu le fais, tu te sentiras seul et impuissant, parce que tu te nies tout à toi-même.

2. Je suis venu comme une lumière dans un monde qui se nie tout à lui-même. 2 Il fait cela simplement en se dissociant de tout. 3 Il est donc une illusion d’isolement, maintenue par la peur de cette même solitude qui est son illusion. 4 J’ai dit que j’étais avec toi tous les jours jusqu’à la fin du monde. 5 C’est pourquoi je suis la lumière du monde. 6 Si je suis avec toi dans la solitude du monde, la solitude n’est plus. 7 Tu ne peux pas maintenir l’illusion de solitude si tu n’es pas seul. 8 Mon but, donc, est encore de vaincre le monde. 9 Je ne l’attaque pas, mais ma lumière doit le dissiper à cause de ce qu’il est. 10 La lumière n’attaque pas les ténèbres, mail elle les dissipe. 11 Si ma lumière t’accompagne partout, tu les dissipes avec moi. 12 La lumière devient nôtre, et tu ne peux pas plus demeurer dans les ténèbres que les ténèbres ne peuvent demeurer là où tu vas. 13 La mémoire de moi, c’est la mémoire de toi-même et de Celui Qui m’a envoyé à toi.

3. Tu étais dans les ténèbres jusqu’à ce que la Volonté de Dieu fut faite complètement par n’importe quelle partie de la Filialité. 2 Quand cela fut fait, elle était accomplie parfaitement par tous. 3 Comment autrement, pourrait-elle être parfaitement accomplie ? 4 Ma mission était simplement d’unir la volonté de la Filialité à la Volonté du Père en ayant moi-même conscience de la Volonté du Père. 5 C’est cette conscience que je suis venu te donner, et la difficulté que tu as à l’accepter est le problème de ce monde. 6 Le salut est de le dissiper, et en ce sens je suis le salut du monde. 7 Le monde doit donc me mépriser et me rejeter, parce que le monde est la croyance que l’amour est impossible. 8 Si tu acceptes le fait que je suis avec toi, tu nies le monde et tu acceptes Dieu. 9 Ma volonté est la Sienne; et ta décision de m’entendre est la décision d’entendre Sa Voix et de demeurer en Sa Volonté. 10 Comme Dieu m’a envoyé à toi, ainsi je t’enverrai aux autres. 11 Et j’irai à eux avec toi, afin que nous puissions leur enseigner la paix et l’union.

4. Ne penses-tu pas que le monde a besoin de paix autant que toi ? 2 Ne veux-tu pas la lui donner autant que tu veux la recevoir ? 3 Car sinon, tu ne la recevras pas. 4 Si tu veux l’avoir de moi, tu dois la donner. 5 La guérison ne vient de personne d’autre. 6 Tu dois accepter d’être guidé de l’intérieur. 7 Tu dois vouloir être guidé ou bien cela ne signifiera rien pour toi. 8 C’est pourquoi la guérison est une entreprise qui repose sur la collaboration. 9 Je  peux te dire quoi faire, mais tu dois collaborer en croyant que je connais ce que tu devrais faire. 10 Alors seulement ton esprit choisira de me suivre. 11 Sans ce choix tu ne pourrais pas être guéri parce que tu auras décidé de rejeter la guérison, et ce rejet de ma décision pour toi rend la guérison impossible.

5. La guérison reflète notre volonté conjointe. 2 Cela devient évident quand tu considères à quoi sert la guérison. 3 La guérison est la façon dont la séparation est vaincue. 4 La séparation est vaincue par l’union. 5 Elle ne peut pas être vaincue en se séparant. 6 La décision de s’unir doit être sans équivoque, sinon l’esprit lui-même est divisé et non entier. 7 Ton esprit est le moyen par lequel tu détermines ta propre condition, parce que l’esprit est le mécanisme de la décision. 8 C’est le pouvoir par lequel tu te sépares ou te joins, et ressens conséquemment la douleur ou la joie. 9 Ma décision ne peut pas vaincre la tienne, parce que la tienne est aussi puissante que la mienne. 10 Si elle ne l’était pas, les Fils de Dieu seraient inégaux. 11 Toutes choses sont possibles par notre décision conjointe, mais la mienne seule ne peut pas t’aider. 12 Ta volonté est aussi libre que la mienne, et Dieu Lui-même n’irait pas à son encontre. 13 Je ne peux pas vouloir ce que Dieu ne veut pas. 14 Je peux offrir ma force pour rendre la tienne invincible, mais je ne peux pas m’opposer à ta décision sans lui faire concurrence et violer ainsi la Volonté de Dieu pour toi.

6. Rien de ce que Dieu a créé ne peut s’opposer à ta décision, comme rien de ce que Dieu a créé ne peut s’opposer à Sa Volonté. 2 Dieu a donné à ta volonté sa puissance, et je ne peux que la reconnaître en l’honneur de la Sienne. 3 Si tu veux être comme moi, je t’aiderai, connaissant que nous sommes pareils. 4 Si tu veux être différent, j’attendrai jusqu’à ce que tu changes d’esprit. 5 Je peux t’enseigner, mais toi seul peux choisir d’écouter mon enseignement. 6 Comment pourrait-il en être autrement, si le Royaume de Dieu est liberté ? 7 La liberté ne peut pas être apprise par la tyrannie de quelque sorte que ce soit; et la parfaite égalité de tous les Fils de Dieu ne peut pas être reconnue par la domination d’un esprit sur un autre. 8 Les Fils de Dieu sont égaux en volonté, tous étant la Volonté du Père. 9 Cela est la seule leçon que je suis venu enseigner.

7. Si ta volonté n’était pas la mienne, elle ne serait pas Celle de notre Père. 2 Cela signifierait que tu as emprisonné la tienne et que tu ne l’as pas laissée être libre. 3 De toi-même tu ne peux rien faire, parce que de toi-même tu n’es rien. 4 Je ne suis rien sans le Père et tu n’es rien sans moi, parce qu’en niant le Père tu te nies toi-même. 5 Je me souviendrai toujours de toi, et dans ma mémoire de toi réside ta mémoire de toi-même. 6 Dans notre mémoire l’un de l’autre réside notre mémoire de Dieu. 7 Et dans cette mémoire réside ta liberté parce que ta liberté est en Lui. 8 Joins-toi donc à moi en louange de Lui et de toi qu’Il a créé. 9 C’est le don de gratitude que nous Lui faisons et qu’Il partagera avec toutes Ses créations, à qui Il donne également tout ce qui est acceptable pour Lui. 10 Parce que c’est acceptable pour Lui, c’est le don de la liberté, qui est Sa Volonté pour tous Ses Fils. 11 En offrant la liberté, tu seras libre.

8. Étant la re-connaissance de ce qu’ils sont et de ce qu’Il est, la liberté est le seul don que tu puisses faire aux Fils de Dieu. 2 La liberté est création, parce qu’elle est amour. 3 Celui que tu cherches à emprisonner, tu ne l’aimes pas. 4 Par conséquent, quand tu cherches à emprisonner qui que ce soit, y compris toi, tu ne l’aimes pas et tu ne peux pas t’identifier à lui. 5 Quand tu t’emprisonnes toi-même, tu perds de vue ta véritable identification avec moi et avec le Père. 6 Ton identification est avec le Père et avec le Fils. 7 Ce ne peut pas être avec l’Un sans l’Autre. 8 Si tu fais partie de l’Un, tu dois faire partie de l’Autre, parce qu’ils sont Un. 9 La Sainte Trinité est sainte parce qu’Elle est Une. 10 Si tu t’exclus toi-même de cette union, tu perçois la Sainte Trinité comme séparée. 11 Tu dois Y être inclus, parce qu’Elle est tout. 12 À moins que tu n’Y prennes ta place et ne remplisses ta fonction comme partie d’Elle, la Sainte Trinité est aussi dépouillée que toi. 13 Aucune partie d’Elle ne peut être emprisonnée si Sa vérité doit être connue.

UCEM~LEÇON 108 – Donner et recevoir ne font qu’un en vérité.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 108 - Donner et recevoir ne font qu’un en vérité., Un Cours en Miracles on avril 17, 2010 at 11:54

18 avril ~ univers

LEÇON 108

Donner et recevoir ne font qu’un en vérité.

1. La vision dépend de l’idée d’aujourd’hui. 2 La lumière est en elle, car elle réconcilie tous les semblants d’opposés. 3 Et qu’est ce que la lumière, sauf la résolution, née de la paix, de tous tes conflits et de toutes tes pensées erronées en un seul concept qui est entièrement vrai ? 4 Même celui-ci disparaîtra, parce que la Pensée qui est derrière apparaîtra pour en prendre la place. 5 Et maintenant tu es en paix à jamais, car alors le rêve est terminé.

2. La véritable lumière qui rend possible la véritable vision n’est pas la lumière que voient les yeux du corps. 2 C’est un état d’esprit qui est devenu tellement unifié que les ténèbres ne peuvent pas du tout être perçues. 3 Ainsi, ce qui est le même est vu comme ne faisant qu’un, tandis que ce qui n’est pas le même reste inaperçue, car ce n’est pas là.

3. Voilà la lumière qui ne montre pas d’opposés, et la vision, étant guérie, a le pouvoir de guérir. 2 Voilà la lumière qui apporte ta paix d’esprit à d’autres esprits, pour la partager en se réjouissant de ne faire qu’un avec toi et avec eux-mêmes. 3 Voilà la lumière qui guérit parce qu’elle apporte une perception indivisée, basée sur un seul cadre de référence, d’où vient une seule signification.

4. Ici donner et recevoir sont vus comme des aspects différents d’une même Pensée dont la vérité ne dépend pas de ce qui est vu en premier, ni de ce qui semble être en deuxième place. 2 Ici il est compris que les deux se produisent ensemble, pour que la Pensée reste complète. 3 Et cette compréhension forme la base sur laquelle tous les opposés sont réconciliés, parce qu’ils sont perçus du même cadre de référence qui unifie cette Pensée.

5. Une seule pensée, complètement unifiée, servira à unifier toute pensée. 2 Cela revient à dire qu’une seule correction suffira pour toute correction, ou qu’il suffit de pardonner entièrement à un frère pour apporter le salut à tous les esprits. 3 Car ce ne sont là que quelques cas particuliers d’une seule loi qui vaut pour toutes les sortes d’apprentissage, s’il est dirigé par Celui Qui connaît la vérité.

6. Apprendre que donner et recevoir sont la même chose est d’une utilité toute particulière, parce qu’il est si facile de l’essayer et de voir que c’est vrai. 2 Et quand ce cas particulier a prouvé qu’il marchait toujours, en toute circonstance où il est essayé, la pensée qui est derrière lui peut être généralisée et appliquée à d’autres zones de doute et de double vision. 3 De là elle s’étendra et arrivera finalement à la seule Pensée qui les sous-tend toutes.

7. Aujourd’hui nous nous exerçons avec le cas particulier de donner et recevoir. 2 Nous utiliserons cette simple leçon sur l’évident parce qu’elle a des résultats que nous ne pouvons pas manquer. 3 Donner, c’est recevoir. 4 Aujourd’hui nous tenterons d’offrir la paix à chacun et nous verrons avec quelle rapidité la paix nous revient. 5 La lumière est tranquillité, et c’est dans cette paix que la vision nous est donnée, et nous pouvons voir.

8. Ainsi commençons-nous les périodes d’exercice par l’instruction d’aujourd’hui, et nous disons :

2 Donner et recevoir ne font qu’un en vérité.

3 Je recevrai ce que je donne maintenant.

4 Puis ferme les yeux et pendant cinq minutes pense à ce que tu voudrais offrir à chacun, pour l’avoir toi-même. 5 Tu pourrais dire, par exemple :

6 À chacun j’offre la quiétude.

7 À chacun j’offre la paix de l’esprit.

8 À chacun j’offre la douceur.

9. Dis chaque phrase lentement, puis arrête-toi un instant en t’attendant à recevoir le don que tu as fait. 2 Et il viendra à toi dans la mesure où tu l’as donné. 3 Tu verras qu’il t’est rendu d’une manière exacte, car c’est ce que tu as demandé. 4 Cela pourrait aussi t’aider de penser à quelqu’un à qui faire tes dons. 5 Il représente les autres, et à travers lui tu donnes à tous.

10. Notre leçon d’aujourd’hui, qui est très simple, t’apprendra beaucoup. 2 Effet et cause seront beaucoup mieux compris désormais, et nous progresserons bien plus vite maintenant. 3 Pense aux exercices d’aujourd’hui comme à de rapides avancées dans ton apprentissage, rendu plus rapide encore et plus sûr chaque fois que tu dis : “Donner et recevoir ne font qu’un en vérité.”

L’Inspiration

De nombreuses formes; une seule correction

1. Il n’est pas difficile de comprendre les raisons pour lesquelles tu ne demandes pas au Saint-Esprit de résoudre tous les problèmes pour toi. 2 Il n’a pas une plus grande difficulté à en résoudre certains que d’autres. 3 Tous les problèmes sont les mêmes pour Lui, parce que chacun est résolu exactement sous le même angle et par la même approche. 4 Les aspects qui ont besoin d’être résolus ne changent pas, quelle que soit la forme que le problème semble prendre. 5 Un problème peut apparaître sous de nombreuses formes, et il le fera tant que le problème durera. 6 Il ne sert à rien de tenter de le résoudre sous une forme particulière. 7 Il reviendra et reviendra encore et encore, jusqu’à ce qu’il ait trouvé réponse pour toujours et ne surgisse plus sous aucune forme. 8 Et alors seulement en es-tu délivré.

2. Le Saint-Esprit t’offre délivrance de chaque problème que tu penses avoir. 2 Ils sont les mêmes pour Lui parce que chacun, peu importe la forme qu’il semble prendre, est une demande que quelqu’un subisse une perte et fasse un sacrifice pour que tu puisses gagner. 3 Et quand la situation est résolue de façon que personne ne perde, le problème disparaît, parce que c’était une erreur de perception qui a maintenant été corrigée. 4 Une erreur n’est pas plus difficile pour Lui à porter à la vérité qu’une autre. 5 Car il y a une seule erreur : toute l’idée que la perte est possible, et qu’il pourrait en résulter un gain pour qui que ce soit. 6 Si cela était vrai, alors Dieu serait inéquitable; le péché serait possible, l’attaque justifiée et la vengeance juste.

3. Cette seule erreur, sous toutes ses formes, a une seule correction. 2 Il n’y a pas de perte; penser qu’il y en a est une erreur. 3 Tu n’as pas de problèmes, bien que tu penses en avoir. 4 Et pourtant tu ne pourrais pas penser ainsi si tu les voyais disparaître un à un, sans égard à la taille, la complexité, le lieu et le temps, ni aucun des attributs que tu perçois et qui font paraître chacun différent des autres. 5 Ne pense pas que les limites que tu imposes à ce que tu vois puissent limiter Dieu en aucune façon.

4. Le miracle de la justice peut corriger toutes les erreurs. 2 Chaque problème est une erreur. 3 C’est une injustice faite au Fils de Dieu, et par conséquent il n’est pas vrai. 4 Le Saint-Esprit n’évalue pas les injustices comme grandes ou petites, ou plus ou moins. 5 Elles n’ont pas de propriétés pour Lui. 6 Ce sont des erreurs dont souffre le Fils de Dieu, mais inutilement. 7 Alors Il retire les épines et les clous. 8 Il ne S’arrête pas pour juger si la blessure est grande ou petite. 9 Il porte un seul jugement : que blesser le Fils de Dieu doit être inéquitable et que par conséquent il n’en est rien.

5. Toi qui crois plus sûr de ne donner que certaines erreurs à corriger tout en gardant les autres pour toi, souviens-toi de ceci : la justice est totale. 2 Une justice partielle, cela n’existe pas. 3 Si le Fils de Dieu est coupable, alors il est condamné et il ne mérite aucune miséricorde du Dieu de justice. 4 Mais ne demande pas à Dieu de le punir parce que tu le trouves coupable et voudrais qu’il meure. 5 Dieu t’offre les moyens de voir son innocence. 6 Serait-il équitable de le punir parce que tu ne veux pas regarder ce qu’il y a à voir? 7 Chaque fois que tu gardes un problème pour le résoudre toi-même, ou juges que c’en est un qui n’a pas de résolution, tu l’as rendu grand et sans espoir de guérison. 8 Tu nies que le miracle de la justice puisse être équitable.

6. Si Dieu est juste, alors il ne peut y avoir de problèmes que la justice ne puisse résoudre. 2 Mais tu crois que certaines injustices sont équitables et bonnes, et nécessaires pour te préserver toi-même. 3 Ce sont ces problèmes dont tu penses qu’ils sont grands et qu’ils ne peuvent être résolus. 4 Car il y a ceux dont tu veux qu’ils subissent une perte, et il n’en est pas un à qui tu souhaites d’être entièrement préservé du sacrifice. 5 Considère encore une fois ta fonction particulière. 6 L’un t’est donné pour que tu voies en lui sa parfaite impeccabilité. 7 Et de lui tu ne demanderas aucun sacrifice parce que tu ne pourrais pas avoir pour volonté qu’il subisse une perte. 8 Le miracle de justice que tu appelles reposera sur toi aussi sûrement que sur lui. 9 Et le Saint-Esprit ne sera pas satisfait non plus jusqu’à ce qu’il ait été reçu par chacun. 10 Car ce que tu Lui donnes est à tous, et par toi le donnant Il peut S’assurer que chacun le reçoit également.

7. Pense, donc, comme ta propre délivrance sera grande quand tu seras désireux de recevoir la correction pour tous tes problèmes. 2 Tu n’en garderas pas un, car de la douleur, sous toutes ses formes, tu ne voudras plus. 3 Et tu verras chaque petite blessure résolue sous le doux regard du Saint-Esprit. 4 Car toutes sont petites à Ses yeux et ne valent pas plus qu’un minuscule soupir avant que de disparaître et d’être à jamais défaites et oubliées. 5 Ce qui auparavant semblait être un problème particulier, une erreur sans remède, ou une affliction incurable, a été transformé en bénédiction universelle. 6 Le sacrifice a disparu. 7 Et à sa place l’Amour de Dieu peut remonter à la mémoire, Qui dissipera tout souvenir de sacrifice et de perte.

8. Le souvenir de Dieu ne peut pas revenir jusqu’à ce que la justice soit aimée au lieu de crainte. 2 Il ne peut être injuste envers qui ou quoi que ce soit, parce qu’il connaît que tout ce qui est Lui appartient, et sera à jamais tel qu’il l’a créé. 3 Tout ce qu’il aime ne peut être que sans péché et au-delà de l’attaque. 4 Ta fonction particulière ouvre grand la porte derrière laquelle la mémoire de Son Amour est gardée parfaitement intacte et non profanée. 5 Et tout ce que tu as besoin de faire, c’est de souhaiter que le Ciel te soit donné au lieu de l’enfer, et chaque verrou et chaque barrière qui semblaient tenir la porte solidement barrée et verrouillée tomberont et disparaîtront tout simplement. 6 Car ce n’est pas la Volonté de ton Père que tu offres ou reçoives moins qu’il n’a donné, quand Il t’a créé dans l’amour parfait.

UCEM~LEÇON 107 – La vérité corrigera toutes les erreurs dans mon esprit.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 107 - La vérité corrigera toutes les erreurs dans mon esprit., Un Cours en Miracles on avril 17, 2010 at 12:31

17 avril ~ dieu5

LEÇON 107

La vérité corrigera toutes les erreurs dans mon esprit.

1. Qu’est-ce qui peut corriger les illusions, si ce n’est la vérité ? 2 Et que sont les erreurs, si ce n’est des illusions qui restent non reconnues pour ce qu’elles sont ? 3 Là où est entrée la vérité, les erreurs disparaissent. 4 Elles s’évanouissent simplement sans laisser de traces qui fassent souvenir d’elles. 5 Elles disparaissent parce que, sans croyance, elles n’ont pas de vie. 6 Ainsi disparaissent-elles dans le néant, retournant là d’où elles sont venues. 7 De la poussière à la poussière elles viennent et vont, car seule reste la vérité.

2. Peux-tu imaginer ce qu’est un état d’esprit sans illusions ? 2 Comment tu te sentirais ? 3 Essaie de te souvenir d’un moment — une minute peut-être, peut-être même moins — où rien ne vint interrompre ta paix, où tu étais certain d’être aimé et en sécurité. 4 Essaie ensuite de te représenter comment ce serait si ce moment s’étendait jusqu’à la fin des temps et dans l’éternité. 5 Puis laisse le sentiment de quiétude que tu as ressenti être multiplié cent fois, et puis encore multiplié cent autres fois.

3. Maintenant tu as un avant-goût, pas plus que juste une très mince indication, de l’état dans lequel ton esprit repose quand la vérité est venue. 2 Sans illusions, il ne pourrait y avoir ni peur, ni doute ni attaque. 3 Quand la vérité est venue, toute douleur est terminée, car il n’y a pas de place dans ton esprit où pourraient s’attarder des pensées transitoires et des idées mortes. 4 La vérité occupe ton esprit complètement, te libérant de toutes croyances en l’éphémère. 5 Elles n’ont pas de place parce que la vérité est venue et elles ne sont nulle part. 6 Elles sont introuvables, car la vérité est partout à jamais, maintenant.

4. Quand la vérité est venue, elle ne reste pas un moment pour ensuite disparaître ou changer en autre chose. 2 Elle ne vire pas ni ne change sa forme, ni ne vient et va puis va et vient à nouveau. 3 Elle reste exactement telle qu’elle a toujours été, fiable en chaque besoin, digne d’une confiance parfaite parmi tous les semblants de difficultés et les doutes que les apparences que le monde présente engendrent. 4 Ils s’envolent simplement quand la vérité corrige les erreurs dans ton esprit.

5. Quand la vérité est venue, elle abrite dans ses ailes le don de parfaite constance et un amour qui ne chancelle pas en face de la douleur mais regarde sans cesse au-delà avec sûreté. 2 Voilà le don de guérison, car la vérité n’a pas besoin de défense; par conséquent, nulle attaque n’est possible. 3 Les illusions peuvent être portées à la vérité pour être corrigées. 4 Mais la vérité se tient bien au-delà des illusions et ne peut pas leur être portée pour les tourner en vérité.

6. La vérité ni ne va ni ne vient, ni ne vire ni ne change, sous une apparence maintenant puis sous une autre, échappant à toute capture, évitant d’être prise. 2 Elle ne se cache pas. 3 Elle se tient en pleine lumière, clairement accessible. 4 Il est impossible que quiconque puisse la chercher véritablement et ne réussisse pas. 5 Cette journée appartient à la vérité. 6 Donne à la vérité son dû et elle te donnera le tien. 7 Tu n’étais pas censé souffrir et mourir. 8 Ton Père veut que ces rêves disparaissent. 9 Laisse la vérité les corriger tous.

7. Nous ne demandons pas ce que nous n’avons pas. 2 Nous demandons simplement ce qui nous appartient, afin de le reconnaître pour nôtre. 3 Aujourd’hui nous pratiquons sur l’heureuse note de certitude qui est née de la vérité. 4 Les pas chancelants et mal assurés de l’illusion ne sont pas l’approche que nous prenons aujourd’hui. 5 Nous sommes aussi certains du succès que nous sommes sûrs de vivre et d’espérer et de respirer et de penser. 6 Nous ne doutons pas que nous marchons avec la vérité aujourd’hui, et nous comptons qu’elle entrera dans tous les exercices que nous faisons en ce jour.

8. Commence par demander à Celui Qui va avec toi dans cette entreprise d’être présent à ta conscience tandis que tu vas avec Lui. 2 Tu n’es pas fait de chair, de sang et d’os, mais tu as été créé par la même Pensée qui Lui fit également le don de vie. 3 Il est ton Frère, si pareil à toi que ton Père connaît que vous êtes les mêmes tous les deux. 4 C’est ton Soi à qui tu demandes d’aller avec toi, or comment pourrait-Il être absent là où tu es ?

9. La vérité corrigera toutes les erreurs dans ton esprit qui te disent que tu pourrais être à part de Lui. 2 C’est à Lui que tu parles aujourd’hui et fais la promesse de laisser Sa fonction s’accomplir par toi. 3 Partager Sa fonction, c’est partager Sa joie. 4 Sa confiance est avec toi lorsque tu dis :

5 La vérité corrigera toutes les erreurs dans mon esprit,

Et je me reposerai en Celui Qui est mon Soi.

6 Puis laisse-Le te conduire doucement à la vérité, qui t’enveloppera et te donnera une paix si profonde et tranquille que c’est à regret que tu retourneras à ton monde familier.

10. Et pourtant tu seras heureux de regarder ce monde à nouveau. 2 Car tu porteras avec toi la promesse des changements que la vérité qui vient avec toi apportera au monde. 3 Ils s’augmenteront de chaque don que tu fais de cinq petites minutes, et les erreurs qui entourent le monde seront corrigées comme tu les laisseras être corrigées dans ton esprit.

11. N’oublie pas ta fonction pour aujourd’hui. 2 Chaque fois que tu te dis avec confiance : ” La vérité corrigera toutes les erreurs dans mon esprit”, tu parles pour le monde entier et pour Celui Qui voudrait délivrer le monde, comme Il voudrait te rendre libre.

L’Inspiration

Le Guide vers le salut

1. La façon de reconnaître ton frère est de reconnaître le Saint-Esprit en lui. 2 J’ai déjà dit que le Saint-Esprit est le Pont pour le transfert de la perception à la connaissance, de sorte que nous pouvons utiliser ces termes comme s’ils étaient reliés, parce qu’ils le sont dans Son Esprit. 3 Cette relation doit être dans Son Esprit parce que, si elle ne l’était pas, la séparation entre les deux façons de penser ne serait pas susceptible de guérison. 4 Il fait partie de la Sainte Trinité, parce que Son Esprit est en partie le tien et en partie aussi Celui de Dieu. 5 Cela demande clarification, non dans les termes mais dans l’expérience.

2. Le Saint-Esprit est l’idée de guérison. 2 Étant pensée, l’idée gagne à être partagée. 3 Étant l’Appel pour Dieu, c’est aussi l’idée de Dieu. 4 Puisque tu fais partie de Dieu, c’est aussi l’idée de toi-même, ainsi que de toutes Ses créations. 5 L’idée du Saint-Esprit a les mêmes propriétés que les autres idées parce qu’elle obéit aux lois de l’univers dont elle fait partie. 6 Elle est renforcée en étant donnée. 7 Elle augmente en toi quand tu la donnes à ton frère. 8 Ton frère n’a pas à être conscient du Saint-Esprit en lui-même ou en toi pour que le miracle se produise. 9 Peut-être comme toi a-t-il dissocié l’Appel pour Dieu. 10 Cette dissociation est guérie en vous deux quand tu prends conscience de l’Appel pour Dieu en lui, et reconnais ainsi Son être.

3. Il y a deux façons diamétralement opposées de voir ton frère. 2 Les deux doivent être dans ton esprit parce que tu es celui qui perçois. 3 Elles doivent aussi être dans le sien parce que c’est lui que tu perçois. 4 Vois-le par le Saint-Esprit dans son esprit, et tu Le reconnaîtras dans le tien. 5 Ce que tu reconnais en ton frère, tu le reconnais en toi; et ce que tu partages, tu le renforces.

4. La Voix du Saint-Esprit est faible en toi. 2 C’est pourquoi tu dois La partager. 3 Sa force doit d’abord être augmentée avant que tu puisses L’entendre. 4 Il est impossible de L’entendre en toi-même tant qu’Elle est si faible dans ton esprit. 5 Elle n’est pas faible en Elle-même, mais Elle est limitée par ton indésir de L’entendre. 6 Si tu fais l’erreur de chercher le Saint-Esprit en toi seul, tes pensées t’effrayeront parce que, en adoptant le point de vue de l’ego, tu entreprends un voyage qui est étranger à l’ego avec l’ego, comme guide. 7 Cela ne peut pas manquer de produire la peur.

5. Les retards sont de l’ego, parce que le temps est son concept. 2 Ni le temps ni les retards n’ont de signification dans l’éternité. 3 J’ai dit plus tôt que le Saint-Esprit était la Réponse de Dieu à l’ego. 4 Tout ce que le Saint-Esprit te rappelle est en opposition directe avec les notions de l’ego, parce que les perceptions vraies et fausses sont elles-mêmes opposées. 5 Le Saint-Esprit a pour tâche de défaire ce que l’ego a fait. 6 Il le défait au niveau même où opère l’ego, sinon l’esprit serait incapable de comprendre le changement.

6. J’ai souligné à maintes reprises qu’un niveau de l’esprit n’est pas compréhensible à un autre. 2 Il en va ainsi de l’ego et du Saint-Esprit; du temps et de l’éternité. 3 L’éternité est une idée de Dieu, ainsi le Saint-Esprit la comprend-Il parfaitement. 4 Le temps est une croyance de l’ego, l’accepte-t-elle sans poser de questions. 5 Le seul aspect du temps qui soit éternel est maintenant.

7. Le Saint-Esprit est le Médiateur entre les interprétations de l’ego et la connaissance du pur-esprit. 2 Son aptitude à user des symboles Lui permet de travailler avec les croyances de l’ego dans son propre langage. 3 Son aptitude à regarder au-delà des symboles jusque dans l’éternité Lui permet de comprendre les lois de Dieu, pour lesquelles Il parle. 4 Il peut donc accomplir la fonction qui consiste à réinterpréter ce que l’ego fait, non pas en détruisant mais en comprenant. 5 La compréhension est lumière, et la lumière conduit à la connaissance. 6 Le Saint-Esprit est en lumière parce qu’il est en toi qui es lumière, mais toi tu ne connais pas cela. 7 C’est donc la tâche du Saint-Esprit de te réinterpréter au nom de Dieu.

8. Tu ne peux pas te comprendre seul. 2 C’est que tu ne signifies rien à part de ta juste place dans la Filialité, et la juste place de la Filialité est Dieu. 3 C’est cela ta vie, ton éternité et ton Soi. 4 C’est cela que le Saint-Esprit te rappelle. 5 C’est cela que le Saint-Esprit voit. 6 Cette vision effraie l’ego parce qu’elle est si calme. 7 La paix est le plus grand ennemi de l’ego parce qu’elle est si calme. 7 La paix est le plus grand ennemi de l’ego parce que, selon son interprétation de la réalité, la guerre est la garantie de sa survie. 8 L’ego devient fort dans la dissension. 9 Si tu crois qu’il y a dissension, tu réagiras avec méchanceté, parce que l’idée de danger est entrée dans ton esprit. 10 L’idée elle-même est un appel à l’ego. 11 Le Saint-Esprit est aussi vigilant que l’ego face à l’appel au danger, lui opposant Sa Force tout comme l’ego lui fait accueil. 12 Pour aller à l’encontre de cet accueil, le Saint-Esprit accueille la paix. 13 L’éternité et la paix sont aussi étroitement reliées que le sont le temps et la guerre.

9. La perception tire une signification des relations. 2 Celles que tu acceptes sont les fondements de tes croyances. 3 La séparation n’est qu’un autre terme pour un esprit divisé. 4 L’ego est le symbole de la séparation, tout comme le Saint-Esprit est le symbole de la paix. 5 Ce que tu perçois en autrui, tu le renforces en toi-même. 6 Tu peux laisser ton esprit malpercevoir, mais le Saint-Esprit laisse ton esprit réinterpréter ses propres malperceptions.

10. Le Saint-Esprit est le parfait Enseignant. 2 Il utilise seulement ce que ton esprit comprend déjà pour t’enseigner que tu ne le comprends pas. 3 Le Saint-Esprit sait s’y prendre avec un apprenant récalcitrant sans aller à l’encontre de son esprit, parce qu’une partie de celui-ci est encore pour Dieu. 4 En dépit des tentatives de l’ego pour la dissimuler, cette partie est encore beaucoup plus forte que l’ego, même si l’ego ne la reconnaît pas. 5 Le Saint-Esprit la reconnaît parfaitement parce qu’elle est Sa Propre demeure; le lieu dans l’esprit où il est chez Lui. 6 Toi aussi, tu es là chez toi, parce que c’est un lieu de paix, et la paix est de Dieu. 7 Toi qui fais partie de Dieu, tu n’es pas chez toi, sauf dans Sa paix. 8 Si la paix est éternelle, tu n’es chez toi que dans l’éternité.

11. L’ego a fait le monde comme il le perçoit, mais le Saint-Esprit, Qui réinterprète ce que l’ego a fait, voit le monde comme un mécanisme d’enseignement pour te ramener chez toi. 2 Le Saint-Esprit doit percevoir le temps, et le réinterpréter en l’intemporel. Il doit travailler avec des opposés, parce qu’Il doit travailler avec et pour un esprit qui est en opposition. 4 Corrige et apprends, et sois ouvert à l’apprentissage. 5 Tu n’as pas fait la vérité, mais la vérité peut encore te rendre libre. 6 Regarde comme le Saint-Esprit regarde; comprends comme Il comprend. 7 Sa compréhension se retourne vers Dieu en mémoire de moi. 8 Il est toujours en communion avec Dieu, et Il fait partie de toi. 9 Il est ton Guide vers le salut, parce qu’il tient la mémoire des choses passées et à venir, et les amène au présent. 10 Il tient doucement cette joie dans ton esprit, te demandant seulement de l’augmenter en Son Nom, en la partageant afin d’augmenter Sa  joie en toi.

UCEM~LEÇON 106 – Que je sois calme et que j’écoute la vérité.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 106 - Que je sois calme et que j’écoute la vérité., Un Cours en Miracles on avril 16, 2010 at 12:17

16 avril ~ bonsais-zen-seoul-coree-du-sud-1261568177-1105283

LEÇON 106

Que je sois calme et que j’écoute la vérité.

1. Si tu mets de côté la voix de l’ego, aussi fort qu’elle puisse sembler appeler; si tu n’acceptes pas ses dons mesquins qui ne te donnent rien que tu veuilles réellement; si tu écoutes avec un esprit ouvert, qui ne t’a pas dit ce qu’est le salut; alors tu entendras la Voix puissante de la vérité, quiète en Son pouvoir, forte en Son calme et complètement certaine en Ses messages.

2. Écoute et entends ton Père te parler par la Voix qu’Il a désignée, qui fait taire le tonnerre de l’in-signifiant et montre la voie vers la paix à ceux qui ne peuvent pas voir. 2 Sois calme aujourd’hui et écoute la vérité. 3 Ne sois pas trompé par la voix des morts, qui te disent qu’ils ont trouvé la source de vie et l’offrent à ta croyance. 4 N’y fais pas attention, mais écoute la vérité.

3. N’aie pas peur aujourd’hui de contourner les voix du monde. 2 Passe à côté de leur in-signifiante persuasion d’un pas léger. 3 Ne les entends pas. 4 Sois calme aujourd’hui et écoute la vérité. 5 Dépasse toutes choses qui ne parlent pas de Celui Qui tient ton bonheur dans Sa Main, tendue vers toi en bienvenue et en amour. 6 N’entends que Lui aujourd’hui, et n’attends pas davantage pour aller jusqu’à Lui. 7 N’entends qu’une Voix aujourd’hui.

4. Aujourd’hui la promesse de la parole de Dieu est tenue. 2 Entends et fais silence. 3 Il voudrait te parler. 4 Il vient avec des miracles mille fois plus heureux et plus merveilleux que tous ceux dont tu as jamais rêvé ou que tu as souhaités. 5 Ses miracles sont vrais. 6 Ils ne s’effaceront pas quand le rêve finira. 7 Plutôt ils mettent fin au rêve et durent à jamais, car ils viennent de Dieu à Son cher Fils, dont l’autre nom est toi. 8 Prépare-toi aux miracles aujourd’hui. 9 Permets aujourd’hui que soit tenue l’ancienne promesse de ton Père, faite à toi et à tous tes frères.

5. Entends-Le aujourd’hui, et écoute la Parole qui lève le voile étendu sur la terre et qui réveille tous ceux qui dorment et ne peuvent pas voir. 2 Dieu les appelle par toi. 3 Il a besoin de ta voix pour leur parler, car qui pourrait atteindre le Fils de Dieu, sinon son Père, appelant par ton Soi ? 4 Entends-Le aujourd’hui, et offre-Lui ta voix pour parler à toute la multitude qui attend d’entendre la Parole qu’Il va dire aujourd’hui.

6. Sois prêt pour le salut. 2 Il est ici et te sera donné aujourd’hui. 3 Et tu apprendras ta fonction de Celui Qui l’a choisie au Nom de ton Père pour toi. 4 Écoute aujourd’hui, et tu entendras une Voix qui résonnera par le monde entier à travers toi. 5 Le porteur de tous les miracles a besoin que tu les reçoives d’abord, et deviennes ainsi le joyeux donneur de ce que tu as reçu.

7. Ainsi commence le salut et ainsi il finit : quand tout est à toi et quand tout est donné, il reste avec toi à jamais. 2 Et la leçon est apprise. 3 Aujourd’hui nous nous exerçons à donner, pas de la façon dont tu le comprends maintenant, mais tel que c’est. 4 Les exercices de chaque heure devraient commencer par cette requête pour ton illumination :

5 Je serai calme et j’écouterai la vérité.

6 Qu’est ce que cela signifie de donner et de recevoir ?

8. Demande et escompte une réponse. 2 Ta requête est de celles dont la réponse attend depuis longtemps que tu la reçoives. 3 Elle commencera le ministère pour lequel tu es venu et qui libérera le monde de la pensée que donner est une façon de perdre. 4 Ainsi le monde devient prêt à comprendre et à recevoir.

9. Sois calme et écoute la vérité aujourd’hui. 2 Chaque fois que tu passes cinq minutes à écouter, un millier d’esprits s’ouvrent à la vérité et ils entendront la sainte Parole que tu entends. 3 Et quand l’heure aura passé, tu en délivreras à nouveau un millier de plus qui s’arrêtent pour demander que la vérité leur soit donnée, en même temps qu’à toi.

10. Aujourd’hui la sainte Parole de Dieu est tenue par toi qui la reçois pour la donner, afin que tu puisses enseigner au monde ce que signifie donner en écoutant et en l’apprenant de Lui. 2 N’oublie pas aujourd’hui de renforcer ton choix d’entendre et de recevoir la Parole par ce rappel, que tu t’adresses aussi souvent que possible aujourd’hui :

3 Que je sois calme et que j’écoute la vérité.

4 Je suis le messager de Dieu aujourd’hui,

Ma voix est la Sienne, pour donner ce que je reçois.

L’Inspiration

La confusion entre douleur et joie

1. Le Royaume est le résultat de prémisses, tout comme l’est ce monde. 2 Peut-être as-tu suivi le raisonnement de l’ego jusqu’à sa conclusion logique, qui est une confusion totale en tout. 3 Si tu voyais réellement ce résultat, tu ne pourrais pas le vouloir. 4 La seule raison pour laquelle tu pourrais en vouloir n’importe quelle partie, ce serait parce que tu ne le vois pas tout entier. 5 Tu veux bien regarder les prémisses de l’ego, mais point leur conséquence logique. 6 N’est-il pas possible que tu aies fait la même chose avec les prémisses de Dieu ? 7 Tes créations sont la conséquence logique de Ses prémisses. 8 Sa pensée les a établies pour toi. 9 Elles sont exactement là où elles doivent être. 10 Leur place est dans ton esprit comme partie de ton identification avec le Sien, mais ton état d’esprit, et ce que tu reconnais en lui, dépendent de ce que tu crois à propos de ton esprit. 11 Quelles que soient ces croyances, elles sont les prémisses qui déterminent ce que tu acceptes dans ton esprit.

2. Il est sans doute clair que tu peux à la fois accepter dans ton esprit ce qui n’y est pas et nier ce qui y est. 2 Or tu peux nier la fonction que Dieu Lui-même a donné à ton esprit par le Sien, mais tu ne peux pas l’empêcher. 3 C’est la conséquence logique de ce que tu es. 4 L’aptitude à voir une conséquence logique dépend du désir de la voir, mais sa vérité n’a rien à voir avec ton désir. 5 La vérité est la Volonté de Dieu. 6 Partage Sa Volonté et tu partages ce qu’Il connaît. 7 Nie Sa Volonté comme tienne et tu nies Son Royaume et le tien.

3. Le Saint-Esprit te dirigera uniquement pour t’éviter la douleur. 2 Il est sûr que personne ne ferait objection à ce but s’il le reconnaissait. 3 Le problème n’est pas de savoir si ce que dit le Saint-Esprit est vrai, mais si tu veux écouter ce qu’Il dit. 4 Tu ne reconnais pas plus ce qui est douloureux que tu ne connais ce qui est joyeux, et tu es, de fait, très enclin à confondre les deux. 5 La fonction principale du Saint-Esprit est de t’enseigner à les distinguer. 6 Ce qui est joyeux pour toi est douloureux pour l’ego, et aussi longtemps que tu auras un doute sur ce que tu es, tu confondras joie et douleur. 7 Cette confusion est la cause de toute l’idée de sacrifice. 8 Obéis au Saint-Esprit et tu abandonneras l’ego. 9 Mais tu ne sacrifieras rien. 10 Au contraire, tu gagneras tout. 11 Si tu croyais cela, il n’y aurait pas de conflit.

4. Voilà pourquoi tu as besoin de te démontrer à toi-même ce qui est évident. 2 Ce n’est pas évident pour toi. 3 Tu crois que faire l’opposé de la Volonté de Dieu peut être mieux pour toi. 4 Tu crois aussi qu’il est possible de faire l’opposé de la Volonté de Dieu. 5 Par conséquent, tu crois qu’un choix impossible s’offre à toi, un choix qui est à la fois apeurant et désirable. 6 Or Dieu veut. 7 Il ne souhaite pas. 8 Ta volonté est aussi puissante que la Sienne parce que c’est la Sienne. 9 Les souhaits de l’ego ne signifient rien, parce que l’ego souhaite l’impossible. 10 Tu peux souhaiter l’impossible, mais tu ne peux vouloir qu’avec Dieu. 11 Cela est la faiblesse de l’ego et c’est ta force.

5. Le Saint-Esprit Se range toujours avec toi et avec ta force. 2 Tant que tu évites d’être guidé par Lui de quelque façon que ce soit, tu voudrais être faible. 3 Or la faiblesse est effrayante. 4 Que peut donc signifier cette décision, sinon que tu voudrais avoir peur ? 5 Le Saint-Esprit ne demande jamais de sacrifices, mais l’ego en exige toujours. 6 Toute confusion de ta part dans cette distinction des motivations ne peut être due qu’à la projection. 7 La projection est une confusion de motivations, et la confiance, étant donné cette confusion, devient impossible. 8 Personne n’obéit avec joie à un guide en qui il n’a pas confiance, mais cela ne signifie pas que le guide est indigne de confiance. 9 Dans ce cas-ci, cela signifie toujours que celui qui suit l’est. 10 Toutefois, cela aussi ne concerne que sa propre croyance. 11 Croyant qu’il peut trahir, il croit que tout peut le trahir. 12 Mais c’est uniquement parce qu’il a choisi de suivre un mauvais guide. 13 Incapable de suivre ce guide sans peur, il associe la peur au fait d’être guidé, et refuse ensuite d’être guidé par qui que ce soit. 14 Si le résultat de cette décision est la confusion, cela n’est guère surprenant.

6. Le Saint-Esprit est parfaitement digne de confiance, comme tu l’es. 2 Dieu Lui-même te fait confiance; que tu sois digne de confiance, donc, ne fait pas question. 3 Cela restera toujours au-delà de toute question, si fort que tu le mettes en question. 4 J’ai dit plus tôt que tu es la Volonté de Dieu. 5 Sa Volonté n’est pas un vain souhait, et ton identification avec Sa Volonté n’est pas facultative, puisque c’est ce que tu es. 6 Tu n’as pas vraiment le choix de partager Sa Volonté avec moi, quoiqu’il paraisse. 7 La séparation tout entière réside dans cette erreur. 8 La seule voie qui mène hors de l’erreur est de décider que tu n’a pas à décider quoi que ce soit. 9 Tout t’a été donné par décision de Dieu. 10 Telle est Sa Volonté, et tu ne peux pas la défaire.

7. Même le renoncement à ta fausse prérogative de décider, sur laquelle l’ego veille si jalousement, ce n’est pas par ton souhait qu’il est accompli. 2 Il a été accompli pour toi par la Volonté de Dieu, Qui ne t’a pas laissé inconsolé. 3 Sa Voix t’enseignera comment distinguer entre la douleur et la joie et te conduira hors de la confusion que tu as toi-même faite. 4 Il n’y a pas de confusion dans l’esprit d’un Fils de Dieu, dont la volonté doit être la Volonté du Père, parce que la Volonté du Père est Son Fils.

8. Les miracles sont en accord avec la Volonté de Dieu, Dont tu ne connais pas la Volonté parce que tu ne sais plus ce qu’est ta volonté. 2 Cela signifie que tu ne sais plus ce que tu es. 3 Si tu es la Volonté de Dieu et que tu n’acceptes pas Sa Volonté, tu nies la joie. 4 Le miracle est donc une leçon sur ce qu’est la joie. 5 Étant une leçon de partage, c’est une leçon d’amour, qui est la joie. 6 Ainsi chaque miracle est une leçon de vérité, et c’est en offrant la vérité que tu apprends la différence entre douleur et joie.

UCEM~LEÇON 105 – La paix et la joie de Dieu sont miennes.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 105 - La paix et la joie de Dieu sont miennes., Un Cours en Miracles on avril 15, 2010 at 12:35

15 avril ~ earthcracked

LEÇON 105

La paix et la joie de Dieu sont miennes.

1. La paix et la joie de Dieu sont tiennes. 2 Aujourd’hui nous les accepterons, connaissant qu’elles nous appartiennent. 3 Et nous essaierons de comprendre que ces dons augmentent comme nous les recevons. 4 Ils ne sont pas comme les dons que peut faire le monde, où le donneur perd en faisant le don; et le preneur est plus riche de ce qu’il a perdu. 5 Ceux-là ne sont pas des dons mais des marchés faits avec la culpabilité. 6 Le don véritablement donné n’entraîne pas de perte. 7 Il est impossible que l’un puisse gagner parce qu’un autre perd. 8 Cela implique une limite et une insuffisance.

2. Aucun don n’est fait de la sorte. 2 De tels “dons” ne sont qu’une offre en vue d’obtenir quelque chose d’une plus grande valeur en retour; un prêt à intérêt à payer intégralement; un crédit temporaire, destiné à être le gage d’une dette à acquitter avec plus que n’a reçu celui qui a pris le don. 3 Cette étrange distorsion de ce que donner signifie s’insinue à tous les niveaux du monde que tu vois. 4 Elle enlève toute signification aux dons que tu fais et ne te laisse rien dans ceux que tu prends.

3. Un des buts d’apprentissage principaux que ce cours a fixé, c’est de renverser ta façon de voir ce que c’est que donner, pour que tu puisses recevoir. 2 Car donner est devenu une source de peur; ainsi tu voudrais éviter le seul moyen par lequel tu peux recevoir. 3 Accepte la paix et la joie de Dieu, et tu apprendras une manière différente de regarder un don. 4 Les dons de Dieu ne diminueront jamais quand ils sont donnés. 5 Par là ils ne font qu’augmenter.

4. De même que la paix et la joie du Ciel s’intensifient quand tu les acceptes comme des dons que Dieu te fait, de même la joie de ton Créateur grandit quand tu acceptes Sa joie et Sa paix pour tiennes. 2 Donner véritablement, c’est la création. 3 Cela étend le sans-limites à l’illimité, l’éternel à l’intemporel, et l’amour à lui-même. 4 Cela ajoute à tout ce qui est déjà complet, non pas dans le simple sens d’ajouter plus, car cela implique qu’il y avait moins auparavant. 5 Cela ajoute en laissant ce qui ne peut se contenir lui-même atteindre son but de donner tout ce qu’il a, se l’assurant ainsi à jamais.

5. Aujourd’hui accepte la paix et la joie de Dieu pour tiennes. 2 Laisse-Le Se compléter Lui-même tel qu’Il définit la complétude. 3 Tu comprendras que ce qui Le complète doit aussi compléter Son Fils. 4 Il ne peut donner en perdant. 5 Toi non plus. 6 Reçois Son don de joie et de paix aujourd’hui, et Il te remerciera du don que tu Lui fais.

6. Aujourd’hui nos périodes d’exercice débuteront un peu différemment. 2 Commence aujourd’hui en pensant à ces frères à qui tu as nié la paix et la joie, auxquelles ils ont droit selon les lois égales de Dieu. 3 Ici tu les as niées à toi-même. 4 Et ici tu dois revenir les réclamer comme tiennes.

7. Pense à tes “ennemis” un petit moment, et dis à chacun, comme il te vient à l’esprit :

2 Mon frère, je t’offre la paix et la joie,

afin que je puisse avoir pour miennes

la paix et la joie de Dieu.

3 Ainsi tu te prépares à reconnaître les dons que Dieu te fait, et tu laisses ton esprit être libre de tout ce qui empêcherait le succès aujourd’hui. 4 Maintenant tu es prêt à accepter le don de paix et de joie que Dieu t’a donné. 5 Maintenant tu es prêt à éprouver la joie et la paix que tu t’étais niées. 6 Maintenant tu peux dire : “La paix et la joie de Dieu sont miennes”, car tu as donné ce que tu voudrais recevoir.

8. Tu dois réussir aujourd’hui, si tu prépares ton esprit comme nous le suggérons. 2 Car tu as permis que soient levées toutes les barrières à la paix et à la joie, et ce qui est à toi peut enfin venir à toi. 3 Alors dis-toi : “La paix et la joie de Dieu sont miennes”, puis ferme les yeux un instant et laisse Sa Voix t’assurer que les mots que tu dis sont vrais.

9. Passe ainsi tes cinq minutes avec Lui chaque fois que tu le peux aujourd’hui, mais ne pense pas que moins ne vaille rien quand tu ne peux pas Lui donner plus. 2 Au moins souviens-toi de dire toutes les heures les mots qui L’appellent à te donner ce qu’Il veut donner, et veut que tu reçoives. 3 Détermine-toi à ne pas interférer aujourd’hui avec ce qu’Il veut. 4 Et si un frère semble te tenter de nier le don que Dieu lui fait, considère simplement ceci comme une autre chance de te laisser recevoir les dons de Dieu pour tiens. 5 Puis bénis ton frère en le remerciant, et dis :

6 Mon frère, je t’offre la paix et la joie,

afin que je puisse avoir pour miennes

la paix et la joie de Dieu.

L’Inspiration

Le corps comme moyen de communication

1. L’attaque est toujours physique. 2 Quand l’attaque entre dans ton esprit sous quelque forme que ce soit, tu t’assimiles à un corps, puisque c’est ainsi que l’ego interprète le corps. 3 Tu n’as pas besoin d’attaquer physiquement pour accepter cette interprétation. 4 Tu l’acceptes par la simple croyance que l’attaque peut t’obtenir quelque chose que tu veux. 5 Si tu ne croyais pas cela, l’idée de l’attaque n’aurait pas d’attrait pour toi. 6 Quand tu t’assimiles à un corps, tu fais toujours l’expérience de la dépression. 7 Quand un enfant de Dieu se voit- lui-même de cette façon, il se rapetisse et voit ses frères pareillement rapetissés. 8 Puisqu’il ne peut se trouver qu’en eux, il s’est coupé lui-même du salut.

2 Rappelle-toi que le Saint-Esprit interprète le corps uniquement comme un moyen de communication. 2 Étant le Lien de Communication entre Dieu et Ses Fils séparés, le Saint-Esprit interprète tout ce que tu as fait à la lumière de ce qu’Il est. 3 L’ego sépare par le corps. 4 Le Saint-Esprit atteint les autres par lui. 5 Tu ne perçois pas tes frères comme le Saint-Esprit les perçoit, parce que tu ne considères pas les corps uniquement comme un moyen de joindre les esprits et de les unir au tien et au mien. 6 Cette interprétation du corps changera complètement ton esprit sur sa valeur. 7 De lui-même il n’en a aucune.

3. Si tu utilises le corps pour l’attaque, il t’est nuisible. 2 Si tu l’utilises uniquement pour atteindre l’esprit de ceux qui croient être des corps, et pour leur enseigner par le corps qu’il n’en est rien, tu comprendras la puissance de l’esprit qui est en toi. 3 Si tu utilises le corps pour cela et seulement pour cela, tu ne peux pas l’utiliser pour l’attaque. 4 Au service de l’union, il devient une belle leçon de communion, qui a de la valeur jusqu’à ce que la communion soit. 5 C’est ainsi que Dieu rend illimité ce que tu as limité. 6 Le Saint-Esprit ne voit pas le corps comme tu le vois, parce qu’Il connaît que la seule réalité de toute chose est le service qu’elle rend à Dieu au nom de la fonction qu’Il lui donne.

4. La communication met fin à la séparation. 2 L’attaque la favorise. 3 Le corps est beau ou laid, paisible ou sauvage, peut aider ou nuire, selon l’usage qu’on en fait. 4 Et dans le corps d’un autre, tu verras l’usage que tu as fait du tien. 5 Si le corps devient un moyen que tu donnes au Saint-Esprit pour qu’Il l’utilise au nom de l’union de la Filialité, tu ne verras rien de physique autrement que tel que c’est. 6 Utilise-le pour la vérité et tu le verras véritablement. 7 Mésuses-en et tu le comprendras mal, parce que tu l’as déjà fait en en mésusant. 8 Interprète quoi que ce soit à part du Saint-Esprit et tu t’en méfieras. 9 Cela te mènera à la haine et l’attaque et à la perte de paix.

5. Or toute perte vient uniquement de ta propre mécompréhension. 2 Toute espèce de perte est impossible. 3 Mais quand tu regardes un frère comme une entité physique, sa puissance et sa gloire sont « perdues » pour toi, de même que les tiennes. 4 Tu l’as attaqué, mais tu as dû d’abord t’attaquer toi-même. 5 Ne le vois pas de cette façon pour ton propre salut, qui doit lui apporter le sien. 6 Ne lui permets pas de se rapetisser dans ton esprit, mais donne-lui délivrance de sa croyance en la petitesse et échappe ainsi de la tienne. 7 Comme partie de toi, il est saint. 8 Comme partie de moi, tu l’es. 9 Communiquer avec une partie de Dieu Lui-même, c’est aller par-delà le Royaume vers son Créateur, par Sa Voix qu’Il a établie comme partie de toi.

6 Réjouis-toi, donc, que de toi-même tu ne puisses rien faire. 2 Tu n’es pas de toi-même. 3 Celui de Qui tu es a voulu pour toi la puissance et la gloire, avec lesquelles tu peux parfaitement accomplir Sa sainte Volonté pour toi quand tu l’acceptes pour toi-même. 4 Il ne t’a pas retiré Ses dons mais tu crois les Lui avoir retirés. 5 Ne laisse aucun Fils de Dieu rester caché pour l’amour de Son Nom, parce que Son Nom est le tien.

7. La bible dit : « La Parole (ou pensée) a été faite chair. » 2 A proprement parler, c’est impossible, puisque cela semble comporter la traduction d’un ordre de réalité dans un autre. 3 Différents ordres de réalité, comme différents ordres de miracles, n’existent qu’en apparence. 4 La pensée ne peut pas être faite chair, sauf par croyance, puisque la pensée n’est pas physique. 5 Or la pensée est communication, pour laquelle le corps peut être utilisé. 6 C’est le seul usage naturel qu’on puisse en faire. 7 Faire du corps un usage qui n’est pas naturel, c’est perdre de vue le but du Saint-Esprit et se méprendre ainsi sur le but de Son curriculum.

8. Il n’y a rien de plus frustrant pour un apprenant qu’un curriculum qu’il ne peut pas apprendre. 2 Il sent qu’il n’est pas à la hauteur et cela doit le déprimer. 3 Il n’y a rien au monde de plus déprimant que d’être confronté à une situation d’apprentissage impossible. 4 En fait, c’est pourquoi le monde lui-même, en définitive, est déprimant. 5 Le curriculum du Saint-Esprit n’est jamais déprimant, parce que c’est un curriculum de joie. 6 Chaque fois que la réaction à l’apprentissage est la dépression, c’est que le véritable but du curriculum a été perdu de vue.

9. En ce monde, pas même le corps n’est perçu comme entier. 2 Son but est vu comme étant fragmenté en maintes fonctions qui n’ont que peu ou pas du tout de relations entre elles, de sorte qu’il paraît être gouverné par le chaos. 3 Guidé par l’ego, il l’est. 4 Guidé par le Saint-Esprit, il ne l’est pas. 5 Il devient un moyen par lequel la partie de l’esprit que tu as tenté de séparer du pur-esprit peut aller au-delà de ses distorsions et retourner au pur-esprit. 6 Le temple de l’ego devient ainsi le temple du Saint-Esprit, où la dévotion à Lui remplace la dévotion à l’ego. 7 En ce sens le corps devient bel et bien un temple à Dieu; Sa Voix y demeure en dirigeant l’usage qui en est fait.

10. La guérison est le résultat de n’utiliser le corps que pour la communication. 2 Puisque c’est naturel, cela guérit en rendant entier, ce qui est aussi naturel. 3 Tout esprit est entier, et la croyance qu’une partie de lui est physique, ou n’est pas esprit, est une interprétation fragmentée ou malade. 4 L’esprit ne peut pas être rendu physique, mais il peut être rendu manifeste par le physique s’il utilise le corps pour aller au-delà de lui-même. 5 En allant vers l’extérieur, l’esprit s’étend lui-même. 6 Il ne s’arrête pas au corps car, s’il le fait, il est bloqué dans la poursuite de son but. 7 Un esprit qui a été bloqué s’est permis d’être vulnérable à l’attaque, parce qu’il s’est retourné contre lui-même.

11. L’enlèvement des blocages est donc la seule façon de garantir l’aide et la guérison. 2 L’aide et la guérison sont les expressions normales d’un esprit qui œuvre par le corps, mais non en lui. 3 Si l’esprit croit que le corps est son but, il distord sa perception du corps et, en bloquant sa propre extension au-delà de celui-ci, induit la maladie en favorisant la séparation. 4 Percevoir le corps comme une entité séparée ne peut que favoriser la maladie, parce que ce n’est pas vrai. 5 Un moyen de communication perd son utilité s’il est utilisé pour quoi que ce soit d’autre. 6 Utiliser un moyen de communication comme moyen d’attaque, c’est se méprendre manifestement sur son but.

12. Communiquer, c’est joindre; attaquer, c’est séparer. 2 Comment peux-tu faire les deux simultanément avec la même chose et ne pas souffrir ? 3 La perception du corps ne peut être unifiée que par un seul but. 4 Cela délivre l’esprit de la tentation de voir le corps sous plusieurs lumières, le remettant entièrement à la seule Lumière dans laquelle il puisse être réellement compris. 5 Confondre un mécanisme d’apprentissage avec un but de curriculum, c’est une confusion fondamentale qui bloque la compréhension de l’un et de l’autre. 6 L’apprentissage doit conduire par-delà le corps au rétablissement du pouvoir de l’esprit en lui. 7 Cela ne peut être accompli que si l’esprit s’étend à d’autres esprits et ne s’arrête pas lui-même dans son extension. 8 Cet arrêt est cause de toute maladie, parce que seule l’extension est la fonction de l’esprit.

13. L’opposé de la joie est la dépression. 2 Quand ton apprentissage favorise la dépression au lieu de la joie, tu ne peux pas être en train d’écouter le joyeux Enseignant de Dieu et d’apprendre Ses leçons. 3 Voir un corps comme toute autre chose qu’un moyen de communication, c’est limiter ton esprit et te blesser toi-même. 4 La santé n’est donc rien de plus qu’un but unifié. 5 Si le corps est soumis au but de l’esprit, il devient entier parce que le but de l’esprit est un. 6 L’attaque ne peut être qu’un but présumé du corps, parce que le corps à part de l’esprit n’au aucun but.

14. Tu n’es pas limité par le corps, et la pensée ne peut pas être faite de chair. 2 Or l’esprit peut être manifesté par le corps s’il va au delà du corps et ne l’interprète pas comme une limitation. 3 Chaque fois que tu vois quelqu’un d’autre comme étant limité au corps ou par le corps, tu t’imposes cette limite à toi-même. 4 Es-tu désireux d’accepter cela, quand le seul but de ton apprentissage devrait être d’échapper des limitations ? 5 Concevoir le corps comme un moyen d’attaque et croire qu’il pourrait en résulter de la joie, c’est l’indication claire et nette d’un piètre apprenant. 6 Il a accepté un but d’apprentissage qui est en contradiction flagrante avec le but unifié du curriculum ; un but qui interfère avec son aptitude à accepter ce but pour sien.

15. La joie est un but unifié, et un but unifié est seulement de Dieu. 2 Lorsque le tien est unifié, c’est le Sien. 3 Crois que tu peux interférer avec Son but, et tu as besoin de salut. 4 Tu t’es condamné toi-même, mais la condamnation n’est pas de Dieu. 5 Par conséquent elle n’est pas vraie. 6 Pas plus qu’aucun de ses résultats apparents. 7 Quand tu vois un frère comme un corps, tu le condamnes parce que tu t’es condamné toi-même. 8 Or si toute condamnation est irréelle, et elle doit l’être puisque c’est une forme d’attaque, alors elle ne peut pas avoir de résultats.

16. Ne te permets pas de souffrir des résultats imaginaires de ce qui n’est pas vrai. 2 Libère ton esprit de la croyance que cela est possible. 3 Dans cette complète impossibilité réside ton seul espoir de délivrance. 4 Mais quel autre espoir voudrais-tu ? 5 La délivrance des illusions consiste seulement à ne pas croire en elles. 6 Il n’y a pas d’attaque, mais il y a une communication illimitée et par conséquent un pouvoir et une entièreté illimités. 7 Le pouvoir de l’entièreté est l’extension. 8 N’arrête pas ta pensée en ce monde, et tu ouvriras ton esprit à la création en Dieu.

UCEM~LEÇON 104 – Je ne cherche que ce qui m’appartient en vérité.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 104 - Je ne cherche que ce qui m’appartient en vérité., Un Cours en Miracles on avril 14, 2010 at 1:16

14 avril ~ 1227680823JJ6m1tM

LEÇON 104

Je ne cherche que ce qui m’appartient en vérité.

1. L’idée d’aujourd’hui continue la pensée que la joie et la paix ne sont pas que de vains rêves. 2 Tu y as droit, à cause de ce que tu es. 3 Elles te viennent de Dieu, Qui ne peut manquer de te donner ce qu’Il a pour Volonté. 4 Or il doit y avoir un lieu rendu prêt à recevoir Ses dons. 5 Ils ne sont pas accueillis avec joie par un esprit qui a reçu les dons qu’il a faits à la place, là où devraient être les Siens et comme substituts des Siens.

2. Aujourd’hui nous voudrions enlever tous les dons in-signifiants que nous avons faits nous-mêmes et placés sur le saint autel où devraient être les dons de Dieu. 2 Ses dons sont ceux qui sont les nôtres en vérité. 3 Ses dons sont ceux que nous avons reçus en héritage avant que le temps fût, et qui seront toujours les nôtres quand le temps aura passé dans l’éternité. 4 Ses dons sont ceux qui sont au-dedans de nous maintenant, car ils sont intemporels. 5 Et nous n’avons pas besoin d’attendre pour les avoir. 6 Ils nous appartiennent aujourd’hui.

3. Par conséquent, nous choisissons de les avoir maintenant, et nous connaissons qu’en les choisissant à la place de ce que nous avons fait, nous ne faisons qu’unir notre volonté à ce que Dieu veut, et nous reconnaissons le même comme ne faisant qu’un. 2 Aujourd’hui nos périodes d’exercice plus longues, les cinq minutes par heure données à la vérité pour ton salut, devraient commencer par ceci :

3 Je ne cherche que ce qui m’appartient en vérité,

Et la joie et la paix sont mon héritage.

4 Puis mets de côté les conflits du monde qui offrent d’autres dons et d’autres buts faits d’illusions, dont ils sont les témoins, et qui ne sont recherchés que dans un monde de rêves.

4. Tout cela, nous le mettons de côté et nous cherchons plutôt ce qui est véritablement nôtre, en demandant de reconnaître ce que Dieu nous a donné. 2 Nous dégageons un lieu saint dans nos esprits devant Son autel, où Ses dons de paix et de joie sont bienvenus, et où nous venons trouver ce qui nous a été donné par Lui. 3 Nous y venons avec confiance aujourd’hui, conscients que ce qui nous appartient en vérité est ce qu’Il donne. 4 Et nous voudrions ne souhaiter rien d’autre, car rien d’autre ne nous appartient en vérité.

5. Ainsi nous Lui ouvrons la voie aujourd’hui, en reconnaissant simplement que Sa Volonté est déjà faite, et que la joie et la paix nous appartiennent comme Ses dons éternels. 2 Nous ne nous permettrons pas de les perdre de vue entre les moments où nous venons les chercher là où Il les a déposés. 3 Ce rappel, nous le ramènerons à l’esprit aussi souvent possible :

4 Je ne cherche que ce qui m’appartient en vérité.

5 Les dons de Dieu de joie et de paix sont tout ce que je veux.

L’Inspiration

Liberté de la volonté

1. Ne comprends-tu pas que t’opposer au Saint-Esprit, c’est lutter contre toi-même? 2 Il ne fait que te dire ta volonté; Il parle pour toi. 3 En Sa Divinité n’est que la tienne. 4 Et tout ce qu’il connaît n’est que ta connaissance, sauvée pour toi afin que tu puisses faire ta volonté par Lui. 5 Dieu demande que tu fasses ta volonté. 6 Il Se joint à toi. 7 Il n’a pas établi seul Son Royaume. 8 Et le Ciel même ne fait que représenter ta volonté, où tout ce qui a été créé est pour toi. 9 Il n’est pas une étincelle de vie qui n’ait été créée avec ton joyeux consentement et telle que tu la voulais. 10 Et il n’est pas une Pensée que Dieu ait jamais eue qui n’ait attendu ta bénédiction pour naître. 11 Dieu n’est pas ton ennemi. 12 Il ne demande pas plus que de t’entendre L’appeler «Ami».

2. Comme il est merveilleux de faire ta volonté ! 2 Car cela est la liberté. 3 Rien d’autre ne devrait jamais être appelé du nom de liberté. 4 À moins de faire ta volonté, tu n’es pas libre. 5 Et Dieu laisserait-Il Son Fils sans ce qu’il a choisi pour lui-même? 6 Dieu n’a fait que garantir que jamais tu ne perdrais ta volonté lorsqu’il t’a donné Sa parfaite Réponse. 7 Entends-La maintenant, pour que Son Amour soit rappelé à ton souvenir et que tu apprennes ta volonté. 8 Dieu ne voudrait pas que Son Fils soit fait prisonnier de ce qu’il ne veut pas. 9 Il Se joint à toi pour vouloir que tu sois libre. 10 T’opposer à Lui, c’est faire un choix contre toi-même, et choisir d’être lié.

3. Regarde encore une fois ton ennemi, celui que tu as choisi de haïr au lieu d’aimer. 2 Car ainsi la haine est née dans le monde, et ainsi le règne de la peur y a été établi. 3 Maintenant, entends Dieu te parler, par Celui Qui est Sa Voix aussi bien que la tienne, te rappelant que ce n’est pas ta volonté de haïr et d’être un prisonnier de la peur, un esclave de la mort, une petite créature avec une petite vie. 4 Ta volonté est illimitée; ce n’est pas ta volonté qu’elle soit liée et limitée. 5 Ce qui réside en toi s’est joint à Dieu Lui-même en la naissance de toute création. 6 Souviens-toi de Lui Qui t’a créé et par ta volonté a tout créé. 7 Il n’est pas une chose créée qui ne te rende grâce, car c’est par ta volonté qu’elle est née. 8 Il n’est pas une lumière du Ciel qui ne brille que pour toi, car elle a été placée au Ciel par ta volonté.

4. Quelle cause as-tu de colère dans un monde qui attend simplement ta bénédiction pour être libre? 2 Si tu étais prisonnier, alors Dieu Lui-même ne pourrait pas être libre. 3 Car ce qui est fait à celui que Dieu aime tant, c’est à Dieu Lui-même que cela est fait. 4 Ne pense pas qu’il ait pour Volonté que tu sois lié et limité, Lui Qui t’a fait co-créateur de l’univers avec Lui. 5 Il voudrait seulement garder ta volonté à jamais et pour toujours illimitée. 6 Ce monde attend la liberté que tu donneras quand tu auras reconnu que tu es libre. 7 Mais tu ne pardonneras pas au monde jusqu’à ce que tu aies pardonné à Celui Qui t’a donné ta volonté. 8 Car c’est par ta volonté que la liberté au monde est donnée. 9 Et tu ne peux pas être libre à part de Celui Dont tu partages la sainte Volonté.

5. Dieu Se tourne vers toi pour demander que le monde soit sauvé, car par ton propre salut il est guéri. 2 Il n’en est pas un sur terre qui ne doive dépendre de ta décision, afin d’apprendre que la mort n’a point de pouvoir sur lui, parce qu’il partage ta liberté comme il partage ta volonté. 3 C’est ta volonté de le guérir, et parce que tu as décidé avec lui, il est guéri. 4 Et maintenant Dieu est pardonné, car tu as choisi de regarder ton frère comme un ami.

UCEM~LEÇON 103 – Dieu, étant Amour, est aussi bonheur.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 103 - Dieu, étant Amour, est aussi bonheur., Un Cours en Miracles on avril 13, 2010 at 12:14

13 avril ~ digital-art-work-union-the-perfection-Aquarian-Awakening-cosmic

LEÇON 103

Dieu, étant Amour, est aussi bonheur.

1. Le bonheur est un attribut de l’amour. 2 Il ne peut pas être à part de lui. 3 Il n’est pas possible non plus d’en faire l’expérience là où l’amour n’est pas. 4 L’amour n’a pas de limites, étant partout. 5 Par conséquent, la joie est partout elle aussi. 6 Or l’esprit peut nier que c’est ainsi, croyant qu’il y a dans l’amour des fossés par où le péché peut entrer et apporter la douleur au lieu de la joie. 7 Cette croyance étrange limiterait le bonheur en redéfinissant l’amour comme limité, et en introduisant l’opposition dans ce qui n’a pas de limite et pas d’opposé.

2. La peur est associée alors à l’amour, et ses résultats deviennent l’héritage des esprits qui pensent que ce qu’ils ont fait est réel. 2 Ces images, qui n’ont aucune réalité en vérité, témoignent de la peur de Dieu, oubliant qu’étant Amour, Il doit être joie. 3 Cette erreur fondamentale, nous essaierons à nouveau de la porter à la vérité aujourd’hui, en nous enseignant à nous-mêmes :

4 Dieu, étant Amour, est aussi bonheur.

5 Avoir peur de Lui, c’est avoir peur de la joie.

6 Commence tes périodes d’exercice aujourd’hui par cette association, qui corrige la fausse croyance que Dieu est peur. 7 Elle met aussi l’accent sur le fait que le bonheur t’appartient, à cause de ce qu’Il est.

3. Permets que cette seule correction soit placée dans ton esprit à chaque heure de veille aujourd’hui. 2 Puis accueille tout le bonheur qu’elle apporte lorsque la vérité remplace la peur et que la joie devient ce que tu escomptes en remplacement de la douleur. 3 Dieu étant Amour, il te sera donné. 4 Renforce fréquemment cette espérance tout au long de la journée et calme toutes tes peurs par cette assurance, douce et entièrement vraie :

5 Dieu, étant Amour, est aussi bonheur.

6 Et c’est le bonheur que je cherche aujourd’hui.

7 Je ne peux pas échouer, parce que je cherche la vérité.

L’Inspiration

La volonté indivisée de la Filialité

1. Peux-tu être séparé de ton identification et être en paix ? 2 La dissociation n’est pas une solution; c’est un délire. 3 Ceux qui délirent croient que la vérité les assaille et ils ne la reconnaissent pas parce qu’ils préfèrent le délire. 4 Jugeant la vérité comme quelque chose qu’ils ne veulent pas, ils perçoivent leurs illusions qui bloquent la connaissance. 5 Aide-les en leur offrant ton esprit unifié en leur nom, comme je t’offre le mien au nom du tien. 6 Seuls nous ne pouvons rien faire, mais ensemble nos esprits fusionnent en quelque chose dont la puissance dépasse de loin celle de ses parties séparées. 7 En n’étant point séparé, l’Esprit de Dieu est établi dans le nôtre et comme étant le nôtre. 8 Cet Esprit est invincible parce qu’il est indivisé.

2. La Volonté indivisée de la Filialité est le parfait créateur, étant entièrement à l’image de Dieu, Dont c’est la Volonté. 2 Tu ne peux pas en être exempt si tu dois comprendre ce qu’elle est et ce que tu es. 3 Par la croyance que ta volonté est séparée de la mienne, tu t’exemptes toi-même de la Volonté de Dieu, qui est toi-même. 4 Or guérir, c’est encore rendre entier. 5 Guérir, par conséquent, c’est t’unir à ceux qui sont pareils à toi, parce que percevoir qu’ils sont pareils, c’est reconnaître le Père. 6 Si ta perfection est en Lui et en Lui seul, comment peux-tu la connaître sans Le reconnaître ? 7 Reconnaître Dieu, c’est te reconnaître toi-même. 8 Il n’y a pas de séparation de Dieu et de Sa création. 9 Tu t’en rendras compte quand tu comprendras qu’il n’y a pas de séparation entre ta volonté et la mienne. 10 Laisse l’Amour de Dieu luire sur toi par ton acceptation de moi. 11 Ma réalité est la tienne et la Sienne. 12 En joignant ton esprit au mien, tu montres que tu as conscience que la Volonté de Dieu est Une.

3. L’Unité de Dieu et la nôtre ne sont pas séparées, parce que Son Unité englobe la nôtre. 2 Te joindre à moi, c’est rétablir Son pouvoir en toi parce que nous le partageons. 3 Je t’offre seulement la re-connaissance de Son pouvoir en toi, mais en cela est toute la vérité. 4 En nous unissant, nous nous unissons à Lui. 5 Gloire à l’union de Dieu et de Ses saints Fils ! 6 Toute gloire est en Eux parce qu’Ils sont unis. 7 Les miracles que nous faisons portent témoignage de la Volonté du Père pour Son Fils, et de la joie que nous avons à nous unir à Sa Volonté pour nous.

4. Quand tu t’unis à moi, tu t’unis sans l’ego, parce que j’ai renoncé à l’ego en moi-même et je ne peux donc pas m’unir au tien. 2 Notre union est donc la façon de renoncer à l’ego en toi. 3 La vérité en nous deux est au-delà de l’ego. 4 Notre réussite pour ce qui est de transcender l’ego est garantie par Dieu; et je partage cette assurance pour nous deux et pour nous tous. 5 Je ramène la paix de Dieu à tous Ses enfants parce que je l’ai reçue de Lui pour nous tous. 6 Rien en saurait prévaloir contre nos volontés unies parce que rien ne saurait prévaloir contre Celle de Dieu.

5. Voudrais-tu connaître la Volonté de Dieu pour toi ? 2 Demande-la-moi qui la connais pour toi et tu la trouveras. 3 Je ne te nierai rien, comme Dieu ne me nie rien. 4 Notre voyage est simplement le voyage de retour à Dieu, Qui est notre demeure. 5 Chaque fois que la peur fait intrusion quelque part sur la route de la paix, c’est parce que l’ego a tenté de se joindre à notre voyage et qu’il ne peut pas le faire. 6 Pressentant la défaite et fâché par cela, l’ego se considère rejeté et songe à riposter. 7 Tu es invulnérable à sa riposte parce que je suis avec toi. 8 Dans ce voyage, tu m’as choisi comme compagnon au lieu de l’ego. 9 Ne tente pas de garder les deux, sinon tu essaies d’aller dans des directions différentes et tu perdras ton chemin.

6. La voie de l’ego n’est pas la mienne, mais ce n’est pas la tienne non plus. 2 Le Saint-Esprit a une seule direction pour tous les esprits, et celle qu’Il m’a enseignée est la tienne. 3 Ne laissons pas les illusions nous faire perdre de vue Sa direction, car seules des illusions d’une autre direction peuvent obscurcir celle pour laquelle parle en nous tous la Voix de Dieu. 4 N’accorde jamais à l’ego le pouvoir d’interférer avec le voyage. 5 Il n’en a aucun, parce que ce voyage est la voie vers ce qui est vrai. 6 Laisse toutes les illusions derrière toi et va au-delà de toute tentative de l’ego pour te retenir. 7 Je passe avant toi parce que je suis au-delà de l’ego. 8 Prends donc ma main, parce que tu veux transcender l’ego. 9 Jamais la force ne me manquera, et si tu choisis de la partager, tu le feras. 10 Je la donne volontiers et joyeusement, parce que j’ai autant besoin de toi que tu as besoin de moi.

UCEM~LEÇON 102 – Je partage la Volonté de Dieu de bonheur pour moi.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 102 - Je partage la Volonté de Dieu de bonheur pour moi., Un Cours en Miracles on avril 12, 2010 at 1:16

12 avril ~ manifesting-happiness

LEÇON 102

Je partage la Volonté de Dieu de bonheur pour moi.

1. Tu ne veux pas souffrir. 2 Tu penses peut-être que cela t’achète quelque chose, et tu crois peut-être encore un peu que cela t’achète ce que tu veux. 3 Or cette croyance est sûrement ébranlée maintenant, au moins suffisamment pour te laisser la mettre en question et soupçonner qu’elle n’a réellement aucun sens. 4 Elle n’a pas encore disparu, mais il lui manque les racines qui naguère la maintenaient solidement fixée dans les recoins secrets, sombres et cachés de ton esprit.

2. Aujourd’hui nous essayons de relâcher encore davantage sa prise, qui s’est affaiblie, et de nous rendre compte que la douleur est sans but, sans cause et sans le pouvoir d’accomplir quoi que ce soit. 2 Elle ne peut rien acheter du tout. 3 Elle n’offre rien et n’existe pas. 4 À tout ce que tu penses qu’elle t’offre, il manque l’existence, comme à elle. 5 Tu as été l’esclave de rien. 6 Sois libre aujourd’hui de te joindre à l’heureuse Volonté de Dieu.

3. Pendant plusieurs jours nous continuerons à consacrer nos périodes d’exercice à des leçons conçues pour t’aider à atteindre le bonheur que la Volonté de Dieu a placé en toi. 2 Là est ta demeure, et là est ta sécurité. 3 Là est ta paix, et là il n’y a pas de peur. 4 Là est le salut. 5 Là est enfin le repos.

4. Commence tes périodes d’exercice aujourd’hui en acceptant ainsi la Volonté de Dieu pour toi :

2 Je partage la Volonté de Dieu de bonheur pour moi,

et je l’accepte pour fonction maintenant.

3 Puis cherche cette fonction au plus profond de ton esprit, car elle est là qui n’attend que ton choix. 4 Tu ne peux manquer de la trouver lorsque tu apprends qu’elle est ton choix, et que tu partages la Volonté de Dieu.

5. Sois heureux, car ta seule fonction ici est le bonheur. 2 Tu n’as pas besoin d’être moins aimant envers le Fils de Dieu que Celui Dont l’Amour l’a créé aussi aimant que Lui-même. 3 En plus des cinq minutes de repos par heure, arrête-toi fréquemment aujourd’hui pour te dire que tu as maintenant accepté le bonheur pour ta seule fonction. 4 Et tu peux être sûr que tu te joins à la Volonté de Dieu en le faisant.

L’Inspiration

La réalité substituée

1. Substituer, c’est accepter à la place. 2 Si tu voulais seulement considérer exactement ce que cela entraîne, tu percevrais immédiatement à quel point cela est en désaccord avec le but que le Saint-Esprit t’a donné, et qu’il voudrait accomplir pour toi. 3 Substituer, c’est choisir entre, donc renoncer à un aspect de la Filialité en faveur de l’autre. 4 Dans ce but particulier, l’un est jugé plus valable et l’autre est remplacé par lui. 5 La relation dans laquelle la substitution a eu lieu est ainsi fragmentée, et son but est divisé en conséquence. 6 Fragmenter, c’est exclure, et la substitution est la plus solide défense qu’ait l’ego pour la séparation.

2. Le Saint-Esprit n’utilise jamais de substituts. 2 Là où l’ego perçoit une personne comme la remplaçante d’une autre, le Saint-Esprit les voit jointes et indivisibles. 3 Il ne juge pas entre elles, connaissant qu’elles ne font qu’un. 4 Étant unies, elles ne font qu’un parce qu’elles sont les mêmes. 5 Manifestement, la substitution est un processus dans lequel elles sont perçues comme différentes. 6 L’un voudrait unir; l’autre séparer. 7 Ce que Dieu a joint et ce que le Saint-Esprit voit ne faisant qu’un, rien ne peut le séparer. 8 Mais tout semble séparer les relations fragmentées que l’ego parraine pour détruire.

3. L’amour est la seule émotion dans laquelle la substitution est impossible. 2 La peur suppose la substitution par définition, car elle-même remplace l’amour. 3 La peur est une émotion à la fois fragmentée et fragmentante. 4 Elle semble prendre de nombreuses formes et chacune d’elles semble requérir une forme différente de passage à l’acte pour sa satisfaction. 5 Bien que cela semble introduire une conduite très variable, la perception fragmentée dont découle la conduite a un effet bien plus sérieux. 6 Personne n’est vu comme étant complet. 7 L’accent est mis sur le corps, avec une insistance particulière sur certaines parties; et il est utilisé comme mesure de comparaison pour accepter ou rejeter le passage à l’acte d’une forme particulière de peur.

4. Toi qui crois que Dieu est peur, tu n’as fait qu’une substitution. 2 Elle a pris de nombreuses formes, parce que c’était la substitution de l’illusion à la vérité; de la fragmentation à l’entièreté. 3 Elle s’est tellement fractionnée, subdivisée et redivisée, maintes et maintes fois, qu’il est maintenant presque impossible de percevoir qu’elle a jadis été une, et qu’elle est encore ce qu’elle était. 4 Cette seule erreur, qui porta la vérité à l’illusion, l’infini au temps et la vie à la mort, c’est tout ce que tu as jamais fait. 5 Ton monde tout entier repose sur elle. 6 Tout ce que tu vois la reflète et chaque relation particulière que tu as jamais faite en fait partie.

5. Tu es peut-être surpris d’entendre à quel point la réalité est différente de ce que tu vois. 2 Tu ne te rends pas compte de l’immensité de cette seule erreur. 3 Elle était si vaste et si complètement incroyable qu’un monde d’une irréalité totale devait en émerger. 4 Quoi d’autre pouvait-il en sortir? 5 Ses aspects fragmentés sont déjà assez apeurants, quand tu commences à les regarder. 6 Mais rien de ce que tu as vu n’a pu te faire même entrevoir l’énormité de l’erreur originelle, qui a semblé te chasser hors du Ciel et faire éclater la connaissance en d’in-signifiants petits morceaux de perceptions disjointes, tout en te forçant à faire encore de nouvelles substitutions.

6. Ce fut la première projection de l’erreur vers l’extérieur. 2 Le monde surgit pour la cacher et devint l’écran, dressé entre toi et la vérité, sur lequel elle fut projetée. 3 Car la vérité s’étend vers l’intérieur, où l’idée de perte est in-signifiante et où seule l’augmentation est concevable. 4 Trouves-tu réellement étrange qu’un monde où tout est à l’envers et sens dessus dessous ait surgi de cette projection de l’erreur? 5 C’était inévitable. 6 Car la vérité portée à cela ne pouvait que demeurer au-dedans, en silence, sans prendre part à toute la folle projection par laquelle ce monde avait été fait. 7 Ne l’appelle pas péché mais folie, car ce l’était et ce l’est encore. 8 Ne l’investis pas de culpabilité, car la culpabilité implique que cela fut accompli en réalité. 9 Et par-dessus tout, n’en aie pas peur.

7. Quand tu sembles voir surgir pour t’effrayer quelque forme distordue de l’erreur originelle, dis seulement : « Dieu n’est pas peur, mais Amour», et elle disparaîtra. 2 La vérité te sauvera. 3 Elle ne t’a pas quitté pour aller dans le monde fou et te délaisser ainsi. 4 À l’intérieur est la santé d’esprit; l’insanité est à l’extérieur de toi. 5 Tu crois seulement que c’est le contraire; que la vérité est à l’extérieur, et que l’erreur et la culpabilité sont au-dedans. 6 Tes petites substitutions insensées, teintées d’insanité, qui tourbillonnent dans leur course détraquée comme des plumes dansant follement dans le vent, n’ont aucune substance. 7 Elles fusionnent, se mêlent et se séparent, motifs changeants et totalement in-signifiants qu’il n’est pas besoin de juger du tout. 8 Il ne sert à rien de les juger individuellement. 9 Leurs minuscules différences de forme ne sont pas du tout de réelles différences. 10 Aucune n’a la moindre importance. 11 C’est cela qu’elles ont en commun et rien d’autre. 12 Or que faut-il d’autre pour faire qu’elles soient toutes les mêmes?

8. Laisse-les toutes partir, dansant, plongeant et tournant dans le vent jusqu’à ce qu’elles disparaissent de ta vue, loin, loin à l’extérieur de toi. 2 Puis tourne-toi vers le calme majestueux en dedans, où dans une sainte quiétude demeure le Dieu vivant Que tu n’as jamais quitté, et Qui ne t’a jamais quitté. 3 Le Saint-Esprit te prend doucement par la main et retrace avec toi ton voyage fou à l’extérieur de toi-même, te ramenant doucement vers la vérité et la sécurité en dedans. 4 Il porte à la vérité toutes tes projections insanes et les folles substitutions que tu as placées à l’extérieur de toi. 5 Ainsi Il inverse le cours de l’insanité et te ramène à la raison.

9. Dans ta relation avec ton frère, où Il a pris tout en charge à ta requête, Il a mis le cap sur l’intérieur, sur la vérité que vous partagez. 2 Dans le monde fou à l’extérieur de toi, rien ne peut être partagé, mais seulement substitué; or partager et substituer n’ont rien de commun en réalité. 3 Au-dedans de toi tu aimes ton frère d’un amour parfait. 4 Là est la terre sainte, où nulle substitution ne peut entrer et où seule la vérité en ton frère peut demeurer. 5 Là vous êtes joints en Dieu, ensemble l’un avec l’autre autant que vous l’êtes avec Lui. 6 L’erreur originelle n’est pas entrée là et n’y entrera jamais. 7 Là est l’éclatante vérité à laquelle le Saint-Esprit a dédié ta relation. 8 Laisse-Le l’amener là où tu voudrais qu’elle soit. 9 Donne-Lui juste un peu de foi en ton frère, pour L’aider à te montrer qu’aucun des substituts que tu as faits pour remplacer le Ciel ne peut t’en garder loin.

10. Il n’y a en toi aucune séparation, et aucun substitut ne peut te garder loin de ton frère. 2 Ta réalité était la création de Dieu, et elle n’a pas de substitut. 3 Vous êtes joints si fermement dans la vérité que seul Dieu est là. 4 Et jamais Il n’accepterait autre chose à votre place. 5 Il vous aime tous les deux également et ne faisant qu’un. 6 Or de même qu’il vous aime, de même vous êtes. 7 Vous n’êtes pas joints dans l’illusion mais dans une Pensée si sainte et si parfaite qu’il ne peut rester aucune illusion pour assombrir le saint lieu où vous vous tenez ensemble. 8 Dieu est avec toi, mon frère. 9 Joignons-nous en Lui dans la paix et la gratitude, et acceptons Son don comme étant notre réalité la plus sainte et la plus parfaite, que nous partageons en Lui.

11. Le Ciel est rendu à toute la Filialité par ta relation, car en elle réside la Filialité, entière et belle, en sécurité dans ton amour. 2 Le Ciel est entré calmement, car toutes les illusions ont été doucement portées à la vérité en toi, et l’amour a luit sur toi, bénissant ta relation de vérité. 3 Dieu et toute Sa création y sont entrés ensemble. 4 Comme elle est belle et sainte, ta relation, avec la vérité qui luit sur elle ! 5 Le Ciel la contemple et se réjouit que tu l’aies laissé venir à toi. 6 Et Dieu Lui-même Se réjouit que ta relation soit telle qu’elle a été créée. 7 L’univers au-dedans de toi se tient là avec toi et avec ton frère, ensemble. 8 Et le Ciel regarde avec amour ce qui s’est joint en lui, ainsi qu’avec son Créateur.

12. Ceux que Dieu a appelés ne devraient entendre aucun substitut. 2 Leur appel n’est qu’un écho de l’erreur originelle qui a fracassé le Ciel. 3 Et qu’est devenue la paix en ceux qui ont entendu? 4 Retourne au Ciel avec moi; allons ensemble avec ton frère hors de ce monde et par un autre, vers la beauté et la joie que l’autre contient. 5 Voudrais-tu affaiblir et briser encore davantage ce qui est déjà brisé et sans espoir? 6 Est-ce ici que tu voudrais chercher le bonheur? 7 Ou ne préférerais-tu pas guérir ce qui a été brisé et te joindre pour rendre entier ce qui a été ravagé par la séparation et la maladie ?

13. Ensemble, ton frère et toi, vous avez été appelés à la fonction la plus sainte que contienne ce monde. 2 C’est la seule qui n’ait pas de limites et aille vers chaque fragment brisé de la Filialité, avec un réconfort qui guérit et unit. 3 Cela t’est offert, dans ta relation sainte. 4 Accepte-le ici, et tu donneras comme tu as accepté. 5 La paix de Dieu t’est donnée avec le but lumineux dans lequel tu te joins à ton frère. 6 La sainte lumière qui vous a réunis, toi et lui, doit s’étendre, comme tu l’as accepté.

UCEM~LEÇON 101 – La Volonté de Dieu pour moi est le parfait bonheur.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 101 - La Volonté de Dieu pour moi est le parfait bonheur., Un Cours en Miracles on avril 11, 2010 at 1:18

11 avril ~ 8808100392

LEÇON 101

La Volonté de Dieu pour moi est le parfait bonheur.

1. Aujourd’hui nous continuerons sur le thème du bonheur. 2 C’est une idée-clé pour comprendre ce que le salut signifie. 3 Tu crois encore qu’il demande de la souffrance comme pénitence de tes “péchés”. 4 Il n’en est rien. 5 Or tu dois penser qu’il en est ainsi tant que tu crois que le péché est réel, et que le Fils de Dieu peut pécher.

2. Si le péché est réel, alors la punition est juste et inéluctable. 2 Ainsi le salut ne peut s’acheter que par la souffrance. 3 Si le péché est réel, alors le bonheur doit être une illusion, car ils ne peuvent être vrais tous les deux. 4 Les pécheurs ne légitiment que la mort et la douleur, et c’est cela qu’ils demandent. 5 Car ils savent que cela les attend, et cela les recherchera et les trouvera quelque part, tôt ou tard, sous une forme ou sous une autre qui réglera leur compte avec Dieu. 6 Ils voudraient Lui échapper dans leur peur. 7 Et pourtant Il les poursuivra, et ils ne peuvent s’échapper.

3. Si le péché est réel, le salut doit être douleur. 2 La douleur est le coût du péché, et de la souffrance jamais il n’est possible d’échapper, si le péché est réel. 3 Le salut doit être craint, car il tuera, mais lentement, en enlevant toutes choses avant d’accorder la faveur bienvenue de la mort à des victimes qui ne seront pas beaucoup plus que des os avant que le salut ne soit apaisé. 4 Sa colère est sans bornes, sans merci, mais entièrement juste.

4. Qui rechercherait une punition aussi brutale ? 2 Qui ne fuirait pas le salut, s’efforçant par tous les moyens de noyer la Voix qui le lui offre ? 3 Pourquoi essaierait-il d’écouter et d’accepter Son offre ? 4 Si le péché est réel, son offre est la mort, mais livrée sous une forme cruelle qui correspond aux souhaits méchants dans lesquels est né le péché. 5 Si le péché est réel, le salut est devenu ton âpre ennemi, la malédiction de Dieu sur toi qui as crucifié Son Fils.

5. Tu as besoin des périodes d’exercice aujourd’hui. 2 Les exercices enseignent que le péché n’est pas réel, et que tout ce que tu crois qui doit venir du péché n’arrivera jamais, car cela n’a pas de cause. 3 Accepte l’Expiation avec un esprit ouvert qui ne chérit pas la croyance restante que tu as fait un démon de Fils de Dieu. 4 Il n’y a pas de péché. 5 Nous nous exerçons à cette pensée aussi souvent que possible aujourd’hui, parce que c’est la base de l’idée d’aujourd’hui.

6. La Volonté de Dieu pour toi est le parfait bonheur parce qu’il n’y a pas de péché, et la souffrance est sans cause. 2 La joie est juste et la douleur n’est que le signe que tu t’es mal compris toi-même. 3 Ne crains pas la Volonté de Dieu. 4 Mais tourne-toi vers elle, avec l’assurance qu’elle te rendra libre de toutes les conséquences que le péché a ouvrées en fébrile imagination. 5 Dis :

6 La Volonté de Dieu pour moi est le parfait bonheur.

7 Il n’y a pas de péché; il n’a pas de conséquence.

8 C’est ainsi que tu devrais commencer tes périodes d’exercice, puis essaie à nouveau de trouver la joie que ces pensées introduiront dans ton esprit.

7. Donne avec joie ces cinq minutes, pour enlever le lourd fardeau que tu t’imposes avec l’insane croyance que le péché est réel. 2 Aujourd’hui, échappe de la folie. 3 Tu as pris la route de la liberté et maintenant l’idée d’aujourd’hui t’apporte des ailes et l’espoir d’aller encore plus vite vers le but de paix qui t’attend. 4 Il n’y a pas de péché. 5 Souviens-t-en aujourd’hui, et dis-toi aussi souvent que tu le peux :

6 La Volonté de Dieu pour moi est le parfait bonheur.

7 Cela est la vérité, parce qu’il n’y a pas de péché.

L’Inspiration

Juste enseignement et juste apprentissage

1. Un bon enseignant clarifie ses propres idées et les renforce en les enseignant. 2 Enseignant et élève sont pareils dans le processus d’apprentissage. 3 Ils sont dans le même ordre d’apprentissage, et à moins de partager leurs leçons, la conviction manquera. 4 Un bon enseignant doit croire aux idées qu’il enseigne, mais il doit aussi satisfaire à une autre condition : il doit croire aux étudiants à qui il offre ces idées.

2. Nombreux sont ceux qui montent la garde auprès de leurs idées parce qu’ils veulent protéger leurs systèmes de pensée tels qu’ils sont, et parce qu’apprendre signifie changer. 2 Le changement est toujours apeurant pour les séparés, parce qu’ils ne peuvent concevoir que c’est un pas menant à la guérison de la séparation. 3 Ils le perçoivent toujours comme un pas vers une plus grande séparation, parce que la séparation a été leur première expérience de changement. 4 Tu crois que si tu ne laisses entrer aucun changement dans ton ego, tu trouveras la paix. 5 Cette profonde confusion n’est possible que si tu maintiens que le même système de pensée peut reposer sur deux fondements. 6 Rien de l’ego ne peut atteindre le pur-esprit, et rien du pur-esprit ne peut atteindre l’ego. 7 Le  pur-esprit ne peut ni renforcer l’ego ni réduire le conflit en lui. 8 L’ego est une contradiction. 9 Ton soi et le Soi de Dieu sont en opposition. 10 Ils sont opposés par leur source, par leur direction et par leur résultat. 11 Ils sont fondamentalement inconciliables, parce que le pur-esprit ne peut pas percevoir et l’ego ne peut pas connaître. 12 Ils ne sont donc pas en communication et jamais ils ne peuvent être en communication. 13 Néanmoins, l’ego peut apprendre, même si son faiseur peut être mal guidé. 14 Toutefois, il ne peut pas faire le totalement sans vie de ce qui a reçu la vie.

3. Le pur-esprit n’a pas besoin d’être enseigné, mais l’ego doit l’être. 2 En définitive, l’enseignement est perçu comme effrayant parce qu’il conduit à l’abandon, et non à la destruction, de l’ego à la lumière du pur-esprit. 3 C’est ce changement que l’ego doit craindre, parce qu’il ne partage pas ma charité. 4 Ma leçon était comme la tienne, et c’est parce que je l’ai apprise que je peux l’enseigner. 5 Je n’attaquerai jamais ton ego, mais j’essaie de t’enseigner comment son système de pensée a surgi. 6 Quand je te rappelle ta vraie création, ton ego ne peut répondre que par la peur.

4 Enseigner et apprendre sont maintenant tes plus grandes forces, parce qu’elles te permettent de changer d’esprit et d’aider les autres à faire de même. 2 Refuser de changer d’esprit ne prouvera pas que la séparation ne s’est pas produite. 3 Le rêveur qui doute de la réalité de son rêve tout en continuant de rêver ne guérit pas vraiment son esprit divisé. 4 Tu rêves d’un ego séparé et tu crois en un monde qui repose sur lui. 5 Cela est très réel pour toi. 6 Tu ne peux pas défaire cela en ne changeant pas d’esprit là-dessus. 7 Si tu es désireux de renoncer au rôle de  gardien de ton système de pensée et de m’en ouvrir l’accès, je le corrigerai avec beaucoup de douceur et te ramènerai à Dieu.

5. Tout bon enseignant espère donner à ses étudiants tellement de ce qu’il a lui-même appris qu’un jour ils n’auront plus besoin de lui. 2 Voilà le seul but véritable de l’enseignant. 3 Il est impossible d’en convaincre l’ego, parce que cela va à l’encontre de toutes ses propres lois. 4 Mais rappelle-toi que les lois sont montées pour protéger la continuité du système dans lequel croit le législateur. 5 Il est naturel que l’ego essaie de se protéger une fois que tu l’as fait, mais il n’est pas naturel pour toi de vouloir obéir à ses lois à moins que tu y croies. 6 À cause de la nature de son origine, l’ego ne peut pas faire ce choix. 7 À cause de la nature de la tienne, tu le peux.

6. Les ego peuvent se heurter en toute circonstance, mais le pur-esprit ne peut pas du tout heurter. 2 Si tu perçois un enseignant comme étant simplement  » un plus gros ego  », tu auras peur, parce que grossir un ego reviendrait à augmenter l’anxiété au sujet de la séparation. 3 J’enseignerai avec toi et je vivrai avec toi si tu veux penser avec moi, mais mon but sera toujours de t’absoudre finalement du besoin d’avoir un enseignant. 4 C’est l’opposé du but visé par l’enseignant axé sur l’ego. 5 Il se préoccupe de l’effet que son ego a sur les autres ego, et il interprète donc leur interaction comme un moyen de préservation de l’ego. 6 Je ne serais pas capable de me dévouer à l’enseignement si je croyais cela, et tu ne seras pas un enseignant dévoué aussi longtemps que tu le croiras. 7 Je suis constamment perçu comme un enseignant qu’il faut soit exalter soit rejeter, mais je n’accepte pour moi-même ni l’une ni l’autre de ces perceptions.

7. Ta valeur n’est pas établie en enseignant ni en apprenant. 2 Ta valeur est établie par Dieu. 3 Aussi longtemps que tu contestes cela, tout ce que tu fais te fera peur, en particulier toute situation qui se prête à la croyance en la supériorité et l’infériorité. 4 Les enseignants doivent être patients et répéter leurs leçons jusqu’à ce qu’elles soient apprises. 5 Je suis prêt à le faire, parce que je n’ai pas le droit de fixer pour toi les limites de ton apprentissage. 6 Encore une fois — aucune de tes actions, rien de ce que tu penses, souhaites ou fais n’est nécessaire pour établir ta valeur. 7 Ce point n’est  pas discutable sauf dans le délire. 8 Ton ego n’est jamais en jeu parce que Dieu ne l’a pas créé. 9 Ton pur-esprit n’est jamais en jeu parce qu’Il l’a créé. 10 Toute confusion sur ce point est délirante, et aucune forme de dévouement n’est possible tant que dure ce délire.

8. L’ego essaie d’exploiter toute situation pour en tirer des formes de louange à son égard pour vaincre ses doutes. 2 Il continuera à douter tant que tu croiras en son existence. 3 Toi qui l’as fait, tu ne peux pas avoir confiance en lui, parce que tu te rends compte dans ton esprit juste qu’il n’est pas réel. 4 La seule solution saine n’est pas d’essayer de changer la réalité, ce qui est certes une tentative effrayante, mais de l’accepter telle qu’elle est. 5 Tu fais partie de la réalité, qui reste inchangée au-delà de la portée de ton ego, mais qui est facilement à la portée du pur-esprit. 6 Quand tu as peur, sois calme et connais que Dieu est réel, et que tu es Son Fils bien-aimé qui a toute Sa faveur. 7 Ne laisse pas ton ego contester cela, parce que l’ego ne peut pas connaître ce qui est bien au-delà de sa portée comme tu l’es.

9. Dieu n’est pas l’auteur de la peur. 2 C’est toi. 3 Tu as choisi de créer autrement que Lui ; par conséquent, tu as fait la peur pour toi-même. 4 Tu n’es pas en paix parce que tu ne remplis pas ta fonction. 5 Dieu t’a donné une fonction très élevée que tu n’assumes pas. 6 Ton ego a choisi d’avoir peur au lieu de l’assumer. 7 Quand tu te  réveilleras, tu n’arriveras pas à comprendre cela, parce que c’est littéralement incroyable. 8 Ne crois pas l’incroyable maintenant. 9 Toute tentative pour augmenter sa crédibilité ne fait que retarder l’inévitable. 10 Le mot  » inévitable  » effraie l’ego mais réjouit le pur-esprit. 11 Dieu est inévitable, et tu ne peux pas plus L’éviter qu’Il ne peut t’éviter.

10. La joie du pur-esprit effraie l’ego, parce qu’après en avoir fait l’expérience, tu lui retireras toute protection et tu n’auras plus aucun investissement dans la peur. 2 Ton investissement est grand maintenant parce que la peur est un témoin de la séparation et ton ego se réjouit quand tu en témoignes. 3 Laisse-le derrière toi ! 4 Ne l’écoute pas et ne le préserve pas. 5 Écoute seulement Dieu, Qui est aussi incapable de tromperie que l’est le pur-esprit qu’Il a créé. 6 Délivre-toi et délivre les autres. 7 Ne leur présente pas une image fausse et indigne de toi, et n’accepte pas toi-même une telle image d’eux.

11. L’ego t’a bâti une piteuse demeure qui n’offre aucun abri, parce qu’il ne peut bâtir autrement. 2 N’essaie pas de faire tenir cette maison délabrée. 3 Sa faiblesse est ta force. 4 Dieu seul pouvait faire une demeure qui est digne de Ses créations, qui ont choisi de la laisser vide par leur propre dépossession. 5 Or Sa demeure tiendra toujours, prête pour toi quand tu choisiras d’y entrer. 6 De cela tu peux être entièrement certain. 7 Dieu est aussi incapable de créer le périssable que l’ego de faire l’éternel.

12. De par ton ego tu ne peux rien faire pour te sauver ou pour sauver les autres, mais de par ton pur-esprit tu peux tout faire pour ton salut et pour le leur. 2 L’humilité est une leçon pour l’ego et non pour le pur-esprit. 3 Le pur-esprit est au-delà de l’humilité, parce qu’il reconnaît son rayonnement et répand partout sa lumière avec joie. 4 Les doux hériteront la terre parce que leur ego est humble, et cela leur donne une perception plus vraie. 5 Au Royaume des Cieux a droit le pur-esprit, dont la beauté et la dignité sont bien au-delà du doute, au-delà de la perception, et restent à jamais la marque de l’Amour de Dieu pour Ses créations, qui sont entièrement dignes de Lui et de Lui seul. 6 Rien d’autre n’est suffisamment digne d’être un don pour une création de Dieu Lui-même.

13. Je me substituerai à ton ego si tu le souhaites, mais jamais à ton  pur-esprit. 2 Un père peut laisser un enfant en toute sécurité avec un frère aîné qui s’est montré responsable, mais cela n’entraîne aucune confusion quant à l’origine de l’enfant. 3 Le frère peut protéger le corps de l’enfant ainsi que son ego, mais il ne se confond pas lui-même avec le père parce qu’il fait cela. 4 Tu peux me confier ton corps et ton ego seulement parce que cela te permet de ne pas t’en préoccuper et me laisse, moi, t’enseigner qu’ils n’ont pas d’importance. 5 Je ne pourrais pas comprendre l’importance qu’ils ont pour toi si je n’avais pas moi-même jadis été tenté de croire en eux. 6 Entreprenons d’apprendre ensemble cette leçon afin d’en être libres ensemble. 7 J’ai besoin d’enseignants dévoués qui partagent mon but de guérir l’esprit. 8 Le pur-esprit est bien au-delà du besoin de ta protection ou de la mienne. 9 Souviens-toi de ceci :

10 En ce monde tu n’as pas besoin de tribulations parce que j’ai vaincu le monde.

11 C’est pourquoi tu devrais prendre courage.

UCEM~LEÇON 100 – Mon rôle est essentiel au plan de Dieu pour le salut.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 100 - Mon rôle est essentiel au plan de Dieu pour le salut., Un Cours en Miracles on avril 10, 2010 at 12:37

10 avril ~ guerison7

LEÇON 100

Mon rôle est essentiel au plan de Dieu pour le salut.

1. De même que le Fils de Dieu complète son Père, de même le rôle que tu as dans le plan de ton Père le complète. 2 Le salut doit renverser la folle croyance en des pensées séparées et des corps séparés, qui mènent des vies séparées et vont séparément chacun sur son chemin. 3 Une seule fonction partagée par des esprits séparés les unit en un seul but, car chacun d’eux est également essentiel à eux tous.

2. La Volonté de Dieu pour toi est le bonheur parfait. 2 Pourquoi choisirais-tu d’aller contre Sa Volonté ? 3 Le rôle qu’il a gardé pour toi dans la mise en œuvre de Son plan t’est donné pour que tu puisses être ramené à ce qu’Il veut. 4 Ce rôle est essentiel à Son plan comme à ton bonheur. 5 Ta joie doit être complète pour que Son plan soit compris de ceux à qui Il t’envoie. 6 Ils verront leur fonction dans ton visage rayonnant et ils entendront Dieu les appeler dans ton rire heureux.

3. Tu es certes essentiel au plan de Dieu. 2 Sans ta joie, Sa joie est incomplète. 3 Sans ton sourire, le monde ne peut être sauvé. 4 Tant que tu es triste, la lumière que Dieu Lui-même a désignée comme moyen de sauver le monde est pâle et sans lustre, et nul ne rit parce que tout rire ne peut être que l’écho du tien.

4. Tu es certes essentiel au plan de Dieu. 2 De même que ta lumière augmente chaque lumière qui brille dans le Ciel, de même ta joie sur terre appelle tous les esprits à lâcher prise de leurs chagrins et à prendre leur place à côté de toi dans le plan de Dieu. 3 Les messagers de Dieu sont joyeux, et leur joie guérit le chagrin et le désespoir. 4 Ils sont la preuve que Dieu veut le bonheur parfait pour tous ceux qui veulent bien accepter comme leurs les dons de leur Père.

5. Nous ne nous laisserons pas aller à la tristesse aujourd’hui. 2 Car si nous le faisons, nous manquons de prendre le rôle qui est essentiel au plan de Dieu, aussi bien qu’à notre vision. 3 La tristesse est le signe que tu voudrais jouer un autre rôle, au lieu de celui qui t’a été assigné par Dieu. 4 Ainsi tu manques de montrer au monde comme est grand le bonheur qu’Il veut pour toi. 5 Et tu ne reconnais donc pas qu’il t’appartient.

6. Aujourd’hui nous tenterons de comprendre que la joie est notre fonction ici. 2 Si tu es triste, ton rôle n’est pas rempli, et le monde entier est ainsi privé de joie, avec toi. 3 Dieu te demande d’être heureux, afin que le monde puisse voir combien Il aime Son Fils et veut qu’aucun chagrin ne surgisse pour réduire sa joie, qu’aucune peur ne l’accable pour troubler sa paix. 4 Tu es le messager de Dieu aujourd’hui. 5 Tu apportes Son bonheur à tous ceux que tu regardes, Sa paix à chacun de ceux qui te regardent et voient Son message sur ton visage heureux.

7. Nous nous préparons aujourd’hui pour cela, pendant nos périodes d’exercice de cinq minutes, en sentant monter le bonheur en nous selon la Volonté de notre Père et la nôtre. 2 Commence les exercices par la pensée que contient l’idée d’aujourd’hui. 3 Puis rends-toi compte que ton rôle est d’être heureux. 4 Cela seul est demandé de toi ou de quiconque veut prendre sa place parmi les messagers de Dieu. 5 Réfléchis à ce que cela signifie. 6 Tu t’es certes trompé en croyant que le sacrifice était requis. 7 Tu ne fais que recevoir selon le plan de Dieu, et jamais tu ne perds ni ne sacrifies ni ne meurs.

8. Maintenant essayons de trouver cette joie qui nous prouve et prouve au monde entier la Volonté de Dieu pour nous. 2 C’est ta fonction de la trouver ici, et de la trouver maintenant. 3 Tu es venu pour cela. 4 Qu’aujourd’hui soit le jour où tu réussis ! 5 Regarde au plus profond de toi, sans te laisser chagriner par toutes les petites pensées et les sots buts que tu dépasses tout en t’élevant pour rencontrer le Christ en toi.

9. Il sera là. 2 Et tu peux L’atteindre maintenant. 3 Que pourrais-tu préférer regarder plutôt que Celui Qui attend que ton regard se pose sur Lui ? 4 Quelle petite pensée a le pouvoir de te retenir ? 5 Quel sot but peut t’empêcher de réussir quand Celui qui t’appelle est Dieu Lui-même ?

10. Il sera là. 2 Tu es essentiel à Son Plan. 3 Tu es Son messager aujourd’hui. 4 Et tu dois trouver ce qu’Il voudrait que tu donnes. 5 N’oublie pas l’idée d’aujourd’hui entre tes périodes d’exercice toutes les heures. 6 C’est ton Soi Qui t’appelle aujourd’hui. 7 Et c’est à Lui que tu réponds, chaque fois que tu te dis que tu es essentiel au plan de Dieu pour le salut du monde.

L’Inspiration

Choisis à nouveau

1. La tentation a une seule leçon qu’elle voudrait enseigner sous toutes ses formes, partout où elle se produit. 2 Elle voudrait persuader le saint Fils de Dieu qu’il est un corps, né dans ce qui doit mourir, incapable d’échapper à sa fragilité et lié par ce qu’il lui ordonne de ressentir. 3 Il fixe les limites de ce qu’il peut faire; son pouvoir est la seule force qu’il ait; et sa compréhension ne peut pas excéder sa minuscule portée. 4 Voudrais-tu être cela, si le Christ t’apparaissait dans toute Sa gloire, en te demandant seulement ceci:

5 Choisis à nouveau si tu veux prendre ta place parmi les sauveurs du monde, ou rester en enfer et y tenir tes frères ?

6 Car Il est venu, et Il demande cela.

2. Comment fais-tu ce choix ? 2 Comme cela est facile à expliquer ! 3 Tu choisis toujours entre ta faiblesse et la force du Christ en toi. 4 Et ce que tu choisis est ce que tu penses réel. 5 Simplement en n’utilisant jamais la faiblesse pour diriger tes actions, tu ne lui as donné aucun pouvoir. 6 Et la lumière du Christ en toi est mise en charge de tout ce que tu fais. 7 Car tu Lui as apporté ta faiblesse et Il t’a donné Sa force à la place.

3. Les épreuves ne sont que des leçons que tu as manqué d’apprendre et qui te sont présentées à nouveau, de sorte que là où tu avais fait le mauvais choix auparavant, tu peux maintenant en faire un meilleur, échappant ainsi de toute la douleur que t’avait apportée ce que tu as choisi auparavant. 2 Dans chaque difficulté, chaque détresse et chaque perplexité, le Christ t’appelle et dit doucement : “Mon frère, choisis à nouveau.” 3 Il ne voudrait pas laisser une seule source de douleur non guérie, ni aucune image pour voiler la vérité. 4 Il voudrait enlever toute la misère de toi, que Dieu a créé comme autel à la joie. 5 Il ne voudrait pas te laisser inconsolé, seul dans des rêves d’enfer, mais il voudrait délivrer ton esprit de tout ce qui te cache Sa face. 6 Sa Sainteté est tienne parce qu’Il est le seul pouvoir qui est réel en toi. 7 Sa force est tienne parce qu’Il est le Soi que Dieu a créé comme Son seul Fils.

4. Les images que tu fais ne peuvent prévaloir contre ce que Dieu Lui-même voudrait que tu sois. 2 N’aie jamais peur, donc, de la tentation, mais vois-la telle qu’elle est : une autre chance de choisir à nouveau et de laisser la force du Christ prévaloir en chaque circonstance et en chaque endroit où tu avais auparavant élevé une image de toi-même. 3 Car ce qui paraît cacher la face du Christ est impuissant devant Sa majesté, et disparaît devant Sa sainte vision. 4 Les sauveurs du monde, qui voient comme Lui, sont simplement ceux qui choisissent Sa force au lieu de leur propre faiblesse, vue à part de Lui. 5 Ils rédimeront le monde, car ils sont joints dans toute la puissance de la Volonté de Dieu. 6 Et ce qu’ils veulent est seulement ce qu’Il veut.

5. Apprends donc l’heureuse habitude de répondre à toute tentation de te percevoir toi-même comme faible et misérable par ces mots:

2 Je suis tel que Dieu m’a créé. 3 Son Fils ne peut pas souffrir. 4 Et je suis Son Fils.

5 Ainsi la force du Christ est invitée à prévaloir, remplaçant toute ta faiblesse par la force qui vient de Dieu et ne peut jamais faillir. 6 Ainsi les miracles sont aussi naturels que la peur et l’agonie paraissent l’être avant que le choix de la sainteté n’ait été fait. 7 Car avec ce choix toutes les fausses distinctions ont disparu, les alternatives illusoires sont mises de côté, et rien ne reste pour interférer avec la vérité.

6. Tu es tel que Dieu t’a créé, comme l’est chaque chose vivante que tu regardes, en dépit des images que tu vois. 2 Ce que tu vois comme maladie et douleur, comme faiblesse, souffrance et perte, n’est que la tentation de te percevoir toi-même sans défense et en enfer. 3 N’y cède pas, et tu verras toute la douleur, sous toutes ses formes, où qu’elle se produise, disparaître simplement comme brume au soleil. 4 Un miracle est venu guérir le Fils de Dieu et fermer la porte à ses rêves de faiblesse, ouvrant la voie à son salut et à sa délivrance. 5 Choisis à nouveau ce que tu voudrais qu’il soit, en te souvenant que chacun de tes choix établit ta propre identité telle que tu la verras et la croiras.

7. Ne me nie pas le petit don que je demande, quand en échange je dépose à tes pieds la paix de Dieu, et le pouvoir d’apporter cette paix à quiconque va errant dans le monde, incertain et seul, et dans une constante frayeur. 2 Car il t’est donné de te joindre à lui et par le Christ en toi de dévoiler ses yeux et de le laisser voir le Christ en lui.

8. Mes frères dans le salut, ne manquez pas d’entendre ma voix et d’écouter mes paroles. 2 Je ne demande que votre propre délivrance. 3 Il n’y a pas de place pour l’enfer dans un monde dont la beauté peut encore être si intense et si intégrale qu’il n’y a qu’un pas de là au Ciel. 4 À vos yeux fatigués, j’apporte une vision d’un monde différent, si nouveau, si propre et frais que vous oublierez la douleur et le chagrin que vous voyiez auparavant. 5 Or c’est une vision que vous devez partager avec tous ceux que vous voyez, car autrement vous ne la verrez pas. 6 C’est en offrant ce don que vous le faites vôtre. 7 Et Dieu a décrété, avec amour et bonté, qu’il était pour vous.

9. Réjouissons-nous de pouvoir parcourir le monde et trouver de si nombreuses occasions de percevoir encore une autre situation où le don de Dieu peut à nouveau être reconnu comme nôtre ! 2 Ainsi disparaîtront tous les vestiges de l’enfer, les péchés secrets et les haines cachées. 3 Et toute la beauté qu’ils dissimulaient apparaît à nos yeux comme les jardins du Ciel, pour nous élever bien au-dessus des routes épineuses sur lesquelles nous voyagions avant que le Christ n’apparaisse. 4 Entendez-moi, mes frères, entendez et joignez-vous à moi. 5 Dieu a décrété que je ne pouvais pas appeler en vain, et dans Sa certitude je repose. 6 Car vous entendrez et vous choisirez à nouveau. 7 Et par ce choix chacun est rendu libre.

10. Je Te rends grâce, Père, de ces saints qui sont mes frères comme ils sont Tes Fils. 2 Ma foi en eux est la Tienne. 3 Je suis aussi sûr qu’ils viendront à moi que Tu l’es de ce qu’ils sont et seront à jamais. 4 Ils accepteront le don que je leur offre, parce que Tu me l’as donné en leur nom. 5 Et comme je ne voudrais faire que Ta sainte Volonté, ainsi choisiront-ils. 6 Je Te rends grâce pour eux. 7 Le chant du salut résonnera de par le monde chaque fois qu’ils choisiront. 8 Car nous sommes unis dans un même but, et la fin de l’enfer est proche.

11. En heureuse bienvenue, j’ai la main tendue vers chaque frère qui voudrait se joindre à moi afin d’aller au-delà de la tentation, et dont le regard se porte avec une fixe détermination vers la lumière qui luit au-delà avec une parfaite constance. 2 Donne-moi les miens, car ils T’appartiennent. 3 Pourrais-Tu échouer en ce qui n’est que Ta Volonté ? 4 Je Te rends grâce de ce que sont mes frères. 5 Au fur et à mesure que chacun choisit de se joindre à moi, le chant de grâce qui monte de la terre vers le Ciel grandit de petites bribes éparses de mélodie en un seul chœur qui embrasse toutes choses d’un monde rédimé de l’enfer, et Te rend grâce.

12. Et maintenant nous disons : Amen. 2 Car le Christ est venu habiter dans la demeure que Tu as établie pour Lui avant que le temps fût, dans la calme éternité. 3 Le voyage s’achève et prend fin à l’endroit où il a commencé. 4 Il n’en reste plus trace. 5 Aucune foi n’est accordée à aucune illusion, et pas une tache de ténèbres ne reste encore pour cacher à quiconque la face du Christ. 6 Ta Volonté est faite, complète et parfaitement, et toute la création Te reconnaît et Te connaît comme la seule Source qu’elle ait. 7 Pareille à toi par sa clarté, la lumière rayonne de tout ce qui vit et se meut en Toi. 8 Car nous sommes rendus là où nous tous ne faisons qu’un, et nous sommes chez nous, où Tu veux que nous soyons.

UCEM~LEÇON 99 ~ Le salut est ma seule fonction ici.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 99 - Le salut est ma seule fonction ici., Un Cours en Miracles on avril 9, 2010 at 12:38

9 avril ~ 031

LEÇON 99

Le salut est ma seule fonction ici.

1. Le salut et le pardon sont les mêmes. 2 Ils impliquent tous les deux que quelque chose ne va pas; quelque chose dont il faut être sauvé, pardonné; quelque chose de travers qui a besoin d’un changement correcteur; quelque chose d’à part ou de différent de la Volonté de Dieu. 3 Ainsi les deux termes impliquent une chose impossible qui s’est pourtant produite, d’où il résulte qu’un état de conflit est perçu entre ce qui est et ce qui ne pourrait jamais être.

2. La vérité et l’illusion sont égales maintenant, car les deux se sont produites. 2 L’impossible devient la chose pour laquelle tu as besoin de pardon, dont tu as besoin d’être sauvé. 3 Le salut devient maintenant la zone frontière entre la vérité et l’illusion. 4 Il reflète la vérité parce qu’il est le moyen par lequel tu peux échapper des illusions. 5 Or ce n’est pas encore la vérité parce qu’il défait ce qui n’a jamais été fait.

3. Comment pourrait-il y avoir le moindre lieu de rencontre où la terre et le Ciel puissent être réconciliés dans un esprit où les deux existent ? 2 L’esprit qui voit des illusions les pense réelles. 3 Elles ont une existence en ceci qu’elles sont des pensées. 4 Et pourtant elles ne sont pas réelles, parce que l’esprit qui pense ces pensées est séparé de Dieu.

4. Qu’est-ce qui joint l’esprit et les pensées séparés à l’Esprit et à la Pensée qui sont un à jamais? 2 Quel plan pourrait garder la vérité inviolée, tout en reconnaissant le besoin qu’apportent les illusions, et en offrant les moyens par lesquels elles sont défaites, sans attaque et sans trace de douleur ? 3 Que pourrait être ce plan, sinon une Pensée de Dieu par laquelle ce qui n’a jamais été fait passe inaperçu, et les péchés sont oubliés qui n’ont jamais été réels ?

5. Le Saint-Esprit tient ce plan de Dieu exactement tels qu’Il a été reçu de Lui dans l’Esprit de Dieu et dans le tien. 2 Il est à part du temps en ceci que sa Source est intemporelle. 3 Or il opère dans le temps, parce que tu crois que le temps est réel. 4 Inébranlé, le Saint-Esprit regarde ce que tu vois : le péché, la douleur et la mort, le chagrin, la séparation et la perte. 5 Or il connaît qu’une chose doit encore être vraie : Dieu est encore Amour, et cela n’est pas Sa Volonté.

6. Voilà la Pensée qui porte les illusions à la vérité, et qui les voit comme des apparences derrière lesquelles se trouvent l’inchangeable et le sûr. 2 Voilà la Pensée qui sauve et qui pardonne, parce qu’elle ne met aucune foi dans ce qui ne fut pas créé par la seule Source qu’elle connaisse. 3 Voilà la Pensée dont la fonction est de sauver en te donnant la sienne comme ta propre fonction. 4 Le salut est ta fonction, avec Celui à Qui le plan fut donné. 5 Maintenant ce plan t’est confié à toi, avec Lui. 6 Il a une seule réponse pour les apparences, indépendamment de leur forme, de leur taille, de leur profondeur ou de n’importe quel attribut qu’elles semblent avoir :

7 Le salut est ma seule fonction ici.

8 Dieu est encore Amour, et cela n’est pas Sa Volonté.

7. Toi qui feras encore des miracles, sois sûr de bien t’exercer à l’idée d’aujourd’hui. 2 Essaie de percevoir la force dans ce que tu dis, car c’est dans ces mots que réside ta liberté. 3 Ton Père t’aime. 4 Tout ce monde de douleur n’est pas Sa Volonté. 5 Pardonne-toi la pensée qu’Il voulait cela pour toi. 6 Puis laisse la Pensée par laquelle Il a remplacé toutes tes erreurs entrer dans les coins enténébrés de ton esprit, qui a pensé les pensées qui n’ont jamais été Sa Volonté.

8. Cette partie appartient à Dieu, comme le reste. 2 Elle ne pense pas ses pensées solitaires, pour les rendre réelles en les cachant de Lui. 3 Laisse entrer la lumière, et tu ne verras aucun obstacle à ce qu’Il veut pour toi. 4 Ouvre tes secrets à Sa douce lumière, et vois avec quel éclat cette lumière brille encore en toi.

9. Exerce-toi à Sa Pensée aujourd’hui, et laisse Sa lumière chercher et éclairer tous les coins enténébrés, et les traverser pour les joindre au reste. 2 C’est la Volonté de Dieu que ton esprit ne fasse qu’un avec le Sien. 3 C’est la Volonté de Dieu d’avoir un seul Fils. 4 C’est la Volonté de Dieu que Son seul Fils soit toi. 5 Réfléchis à ces choses durant les exercices d’aujourd’hui, et commence la leçon que nous apprenons aujourd’hui par cette instruction sur les voies de la vérité :

6 Le salut est ma seule fonction ici.

7 Le salut et le pardon sont les mêmes.

8 Puis tourne-toi vers Celui Qui partage ta fonction ici, et laisse-Le t’enseigner ce que tu as besoin d’apprendre pour mettre de côté toute peur et pour connaître ton Soi comme étant l’Amour qui n’a pas d’opposé en toi.

10. Pardonne toutes pensées qui s’opposeraient à la vérité de ta complétude, de ton unité et de ta paix. 2 Tu ne peux pas perdre les dons que ton Père a faits. 3 Tu ne veux pas être un autre soi. 4 Tu n’as pas de fonction qui ne soit de Dieu. 5 Pardonne-toi celle que tu pensais avoir faite. 6 Le pardon et le salut sont les mêmes. 7 Pardonne ce que tu as fait et tu es sauvé.

11. Il y a un message particulier pour aujourd’hui, qui a le pouvoir d’enlever à jamais de ton esprit toutes formes de doute et de peur. 2 Si tu es tenté de les croire vraies, souviens-toi que les apparences ne peuvent résister à la vérité que contiennent ces puissantes paroles :

3 Le salut est ma seule fonction ici.

4 Dieu est encore Amour, et cela n’est pas Sa Volonté.

12. Ta seule fonction te dit que tu es un. 2 Rappelle-t’en entre les moments où tu donnes cinq minutes à partager avec Celui Qui partage le plan de Dieu avec toi. 3 Rappele-toi :

4 Le salut est ma seule fonction ici.

5 Ainsi tu répands le pardon sur ton esprit et tu laisses toute peur être doucement mise de côté pour que l’amour trouve sa juste place en toi et te montre que tu es le Fils de Dieu.

L’Inspiration

Les deux évaluations

1. La Volonté de Dieu est ton salut. 2 Se pourrait-il qu’Il ne t’ait pas donné les moyens de le trouver ? 3 S’Il veut que tu l’aies, Il doit l’avoir rendu possible et facile à obtenir. 4 Tes frères sont partout. 5 Tu n’as pas à chercher loin pour ton salut. 6 Chaque minute et chaque seconde te donnent une chance de te sauver toi-même. 7 Ne perds pas ces chances; non pas parce qu’elles ne reviendront plus, mais parce qu’il n’est pas besoin de retarder la joie. 8 Dieu veut pour toi le bonheur parfait maintenant. 9 Est-il possible que ce ne soit pas aussi ta volonté ? 10 Et est-il possible que ce ne soit pas aussi la volonté de tes frères ?

2. Considère, donc, qu’en cette volonté conjointe, et en elle seule, vous êtes tous unis. 2 Il peut y avoir désaccord sur tout le reste, mais pas là-dessus. 3 C’est donc là que la paix demeure. 4 Et tu demeures dans la paix quand tu le décides. 5 Or tu ne peux pas demeurer dans la paix à moins d’accepter l’Expiation, parce que l’Expiation est la voie vers la paix. 6 La raison en est très simple et si évidente qu’elle passe souvent inaperçue. 7 L’ego a peur de ce qui est évident, puisque l’évidence est la caractéristique essentielle de la réalité. 8 Or tu ne peux pas passer par-dessus à moins de ne pas regarder.

3. Il est parfaitement évident que si le Saint-Esprit regarde avec amour tout ce qu’Il perçoit, Il te regarde, toi, avec amour. 2 Son évaluation de toi est basée sur Sa connaissance de ce que tu es; ainsi Il t’évalue véritablement. 3 Et cette évaluation doit être dans ton esprit, parce qu’Il y est. 4 L’ego est aussi dans ton esprit, parce que tu l’y as accepté. 5 Son évaluation de toi, toutefois, est l’exact opposé de celle du Saint-Esprit, parce que l’ego ne t’aime pas. 6 Il est inconscient de ce que tu es, et il est entièrement méfiant à l’égard de tout ce qu’il perçoit, parce que ses perceptions sont si changeantes. 7 Par conséquent, l’ego est capable au mieux de suspicion et au pire de méchanceté. 8 Voilà sa portée. 9 Il ne peut pas l’excéder à cause de son incertitude. 10 Et il ne peut jamais aller au-delà parce qu’il ne peut jamais être certain.

4. Tu as donc dans ton esprit deux évaluations conflictuelles de toi-même, et elles ne peuvent pas être vraies toutes les deux. 2 Tu ne te rends pas compte encore à quel point ces évaluations diffèrent complètement l’une de l’autre parce que tu ne comprends pas combien la perception que le Saint-Esprit a de toi est élevée en réalité. 3 Rien de ce que tu fais ne peut Le tromper, parce qu’Il n’oublie jamais ce que tu es. 4 Tout ce que tu fais trompe l’ego, surtout quand tu réponds au Saint-Esprit, parce qu’alors sa confusion augmente. 5 Par conséquent, l’ego est particulièrement susceptible de t’attaquer lorsque tu réagis avec amour, parce qu’il t’a évalué comme étant non aimant et tu vas à l’encontre de son jugement. 6 L’ego s’attaquera à tes motifs dès qu’ils ne s’accorderont nettement plus avec la perception qu’il a de toi. 7 C’est alors qu’il passera brusquement de la suspicion à la méchanceté, puisque son incertitude est augmentée. 8 Or il est sûrement inutile de contre-attaquer. 9 Qu’est-ce que cela pourrait signifier, sinon que tu es d’accord avec l’ego sur son évaluation de ce que tu es ?

5. Si tu choisis de te considérer non aimant, tu ne seras pas heureux. 2 Tu te condamnes toi-même et tu dois donc te considérer insuffisant. 3 Voudrais-tu te tourner vers l’ego pour qu’il t’aide à échapper d’un sentiment d’insuffisance qu’il a produit et qu’il doit maintenir pour assurer son existence ? 4 Peux-tu échapper à son évaluation de toi en usant des méthodes mêmes qu’il utilise pour garder cette image intacte ?

6. Tu ne peux pas évaluer un système de croyance insane de l’intérieur. 2 Sa portée t’en empêche. 3 Tu peux seulement aller par-delà et le regarder à partir d’un endroit où la santé d’esprit existe, et voir le contraste. 4 Ce n’est que par ce contraire que l’insanité peut être jugée insane. 5 Avec la grandeur de Dieu en toi, tu as choisi d’être petit et de te lamenter sur ta petitesse. 6 À l’intérieur du système qui a dicté ce choix, ces lamentations sont inévitables. 7 Là ta petitesse est un fait établi et tu ne demandes pas : « Qui l’a établie ? » 8 La question est in-signifiante à l’intérieur du système de pensée de l’ego, parce qu’elle mettrait tout le système de pensée en question.

7. J’ai dit que l’ego ne connaît pas ce qu’est une réelle question. 2 Un manque de connaissance quel qu’il soit est toujours associé à l’indésir de connaître, et cela produit un manque total de connaissance pour la simple raison que la connaissance est totale. 3 Par conséquent, ne pas mettre en question ta petitesse, c’est nier toute connaissance et garder intact tout le système de pensée de l’ego. 4 Tu ne peux pas conserver une partie d’un système de pensée, parce qu’il ne peut être remis en question qu’en son fondement. 5 Et celui-ci doit être remis en question de par-delà le système de pensée, parce qu’à l’intérieur son fondement se tient. 6 Le Saint-Esprit juge et rejette la réalité du système de pensée de l’ego simplement parce qu’Il connaît que son fondement n’est pas vrai. 7 Par conséquent, rien de ce qui en surgit ne signifie quoi que ce soit. 8 Le Saint-Esprit juge toute croyance que tu as en fonction de son origine. 9 Si elle vient de Dieu, Il connaît qu’elle est vraie. 10 Si elle ne vient pas de Lui, Il connaît qu’elle ne signifie rien.

8. Chaque fois que tu mets en question ta valeur, dis-toi:

2 Dieu Lui-même est incomplet sans moi.

3 Souviens-t’en quand l’ego parle, et tu ne l’entendras pas. 4 La vérité à ton sujet est si élevée que rien d’indigne de Dieu n’est digne de toi. 5 Choisis donc ce que tu veux en ce sens, et n’accepte rien que tu n’offrirais pas à Dieu comme entièrement digne de Lui. 6 Tu ne veux rien d’autre. 7 Retourne-Lui ta part, et Il te donnera tout de Lui-même en échange du retour de ce qui Lui appartient et Le rend complet.

UCEM~LEÇON 98 – J’accepterai mon rôle dans le plan de Dieu pour le salut.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 98 - J’accepterai mon rôle dans le plan de Dieu pour le salut., Un Cours en Miracles on avril 8, 2010 at 1:06

8 avril ~ dieu

LEÇON 98

J’accepterai mon rôle dans le plan de Dieu pour le salut.

1. Aujourd’hui est un jour de dévouement particulier. 2 Nous ne nous rangeons que d’un seul côté aujourd’hui. 3 Nous nous rangeons avec la vérité et nous lâchons prise des illusions. 4 Nous n’oscillerons pas entre les deux, mais prendrons fermement position pour l’Un. 5 Nous nous dévouons à la vérité aujourd’hui et au salut tel que Dieu l’a planifié. 6 Nous ne soutiendrons pas qu’il est autre chose. 7 Nous ne le chercherons pas là où il n’est pas. 8 Avec joie nous l’acceptons tel qu’il est et nous prenons le rôle que Dieu nous a assigné.

2. Quel bonheur d’être certains ! 2 Tous nos doutes, nous les mettons de côté aujourd’hui, et nous prenons position, certains du but, et reconnaissants de ce que le doute a disparu et que la sûreté est venue. 3 Nous avons un puissant but à atteindre, et tout nous a été donné dont nous ayons besoin pour l’atteindre. 4 Pas une seule erreur ne nous barre le chemin. 5 Car nous avons été absous des erreurs. 6 Tous nos péchés sont lavés quand nous nous rendons compte qu’ils n’étaient que des erreurs.

3. Les non-coupables n’ont pas peur, car ils sont en sécurité et reconnaissent leur sûreté. 2 Ils ne font pas appel à la magie et n’inventent pas de moyens pour échapper à des menaces imaginaires sans aucune réalité. 3 Ils reposent dans la quiète certitude qu’ils feront ce qui leur est donné à faire. 4 Ils ne doutent pas de leur propre aptitude parce qu’ils savent que leur fonction sera remplie complètement en un temps et en un lieu parfaits. 5 Ils ont pris la position que nous prendrons aujourd’hui, afin de partager leur certitude et ainsi de l’augmenter en l’acceptant nous-mêmes.

4. Ils seront avec nous; tous ceux qui ont pris la position que nous prenons aujourd’hui nous offriront avec joie tout ce qu’ils ont appris et chaque gain qu’ils ont fait. 2 Ceux qui sont encore incertains, aussi, se joindront à nous, et, en empruntant notre certitude, la rendront plus forte encore. 3 Tandis que ceux qui ne sont pas encore nés entendront l’appel que nous avons entendu et y répondront lorsqu’ils seront venus choisir à nouveau. 4 Nous ne choisissons pas seulement pour nous-mêmes aujourd’hui.

5. Cela ne vaut-il pas cinq minutes de ton temps à chaque heure pour être à même d’accepter le bonheur que Dieu t’a donné ? 2 Cela ne vaut-il pas cinq minutes par heure pour reconnaître ta fonction particulière ici ? 3 Cinq minutes, n’est-ce pas une bien petite requête à faire quand il s’agit de gagner une récompense si grande qu’elle est sans mesure ? 4 Tu as fait un millier de marchés perdants pour le moins.

6. Voici une offre qui te garantit ta pleine délivrance de toute espèce de douleur, et une joie que le monde ne contient pas. 2 Tu peux échanger un peu de ton temps contre la paix de l’esprit et la certitude du but, avec la promesse d’un succès complet. 3 Et puisque le temps n’a pas de signification, rien ne t’est demandé en échange de tout. 4 Voici un marché où tu ne peux pas perdre. 5 Et ce que tu gagnes est certes illimité !

7. À chaque heure aujourd’hui, donne-Lui ton minuscule don de cinq minutes seulement. 2 Il donnera aux mots que tu utilises en t’exerçant à l’idée d’aujourd’hui la conviction profonde et la certitude qui te manquent. 3 Ses paroles se joindront aux tiennes et feront de chaque répétition de l’idée d’aujourd’hui un dévouement total, fait dans une foi aussi parfaite et aussi sûre que celle qu’Il a en toi. 4 La confiance qu’Il a en toi apportera la lumière à toutes les paroles que tu prononces, et tu iras au-delà de leur son jusqu’à leur signification réelle. 5 Aujourd’hui, tu t’exerces avec Lui en disant :

6 J’accepterai mon rôle dans le plan de Dieu pour le salut.

8. Toutes les cinq minutes que tu passeras avec Lui, Il acceptera tes paroles et te les rendra toutes brillantes d’une foi et d’une confiance si fortes et si fermes qu’elles illumineront le monde d’espoir et de bonheur. 2 Ne perds pas une seule chance d’être l’heureux receveur de Ses dons, afin de les donner au monde aujourd’hui.

9. Donne-Lui les paroles et Il fera le reste. 2 Il te permettra de comprendre ta fonction particulière. 3 Il ouvrira la voie vers le bonheur, et la paix et la confiance seront Ses dons, Sa réponse à tes paroles. 4 Il répondra avec toute Sa foi, Sa joie et Sa certitude que ce que tu dis est vrai. 5 Et tu auras alors la conviction de Celui Qui connaît la fonction que tu as sur terre aussi bien qu’au Ciel. 6 Il sera avec toi dans chaque période d’exercice que tu partages avec Lui, échangeant chaque instant du temps que tu Lui offres contre l’intemporalité et la paix.

10. Toute l’heure durant, laisse le temps passer en heureuse préparation pour les prochaines cinq minutes que tu passeras de nouveau avec Lui. 2 Répète l’idée d’aujourd’hui en attendant que l’heureux moment te revienne. 3 Répète-la souvent et n’oublie pas que chaque fois que tu le fais, tu as laissé ton esprit être préparé pour l’heureux moment à venir.

11. Et quand l’heure est écoulée et qu’Il est là une fois de plus pour passer un petit moment avec toi, sois reconnaissant et dépose toutes les tâches terrestres, toutes les petites pensées et les idées limitées, et passe à nouveau un moment de bonheur avec Lui. 2 Dis-Lui une fois de plus que tu acceptes le rôle qu’Il voudrait te voir prendre et t’aider à remplir, et Il te rendra sûr de vouloir ce choix, qu’Il a fait avec toi et toi avec Lui.

L’Inspiration

La vérité derrière les illusions

1. Tu attaqueras ce qui ne satisfait pas; ainsi tu ne verras pas que tu l’as toi-même inventé. 2 Tu luttes toujours contre des illusions. 3 Car la vérité derrière elles est si belle et si calme, pleine d’amour et de douceur, que si tu en avais conscience, tu oublierais entièrement toute défensive et te jetterais dans ses bras. 4 La vérité ne pourrait jamais être attaquée. 5 Et cela, tu le savais quand tu as fait les idoles. 6 Elles ont été faites pour que cela puisse être oublié. 7 Tu n’attaques que des idées fausses, et jamais les vraies. 8 Toutes les idoles sont des idées fausses que tu as faites pour combler le fossé que tu penses qui a surgi entre toi et ce qui est vrai. 9 Et tu les attaques pour les choses que tu penses qu’elles représentent. 10 Ce qui est au-delà d’elles ne peut pas être attaqué.

2. Ces dieux lassants et insatisfaisants que tu as faits sont des jouets d’enfants gonflés. 2 Un enfant est effrayé lorsqu’une tête de bois jaillit d’une boîte fermée qui s’ouvre soudainement, ou lorsqu’un ours en peluche doux et silencieux se met à geindre comme il s’en empare. 3 Les règles qu’il avait faites pour les boîtes et pour les ours l’ont déçu et ont brisé son « contrôle » de ce qui l’entoure. 4 Et il est apeuré, parce qu’il pensait que les règles le protégeaient. 5 Maintenant il doit apprendre que les boîtes et les ours ne l’ont pas trompé, n’ont brisé aucune règle, et ne signifient pas que son monde est devenu chaotique et dangereux. 6 Il faisait erreur. 7 Il avait mal compris ce qui le mettait en sécurité, et il a pensé que cela était parti.

3. Le fossé qui n’est pas là est rempli de jouets sous d’innombrables formes. 2 Et chacun semble briser les règles que tu fixes pour lui. 3 Il n’a jamais été la chose que tu pensais. 4 Il doit sembler briser tes règles de sécurité, puisque les règles étaient fausses. 5 Mais tu n’es pas en danger. 6 Tu peux rire des têtes qui jaillissent et des jouets qui geignent, comme le fait l’enfant qui apprend qu’ils ne sont pas une menace pour lui. 7 Or tant qu’il aime à jouer avec eux, il les perçoit encore comme obéissant à des règles qu’il a faites pour son plaisir. 8 Ainsi y a-t-il encore des règles qu’ils peuvent sembler briser et l’effrayer. 9 Or est-il à la merci de ses jouets? 10 Et peuvent-ils représenter une menace pour lui?

4. La réalité observe les lois de Dieu, et non les règles que tu fixes. 2 Ce sont Ses lois qui garantissent ta sécurité. 3 Toutes les illusions que tu crois à ton sujet n’obéissent à aucune loi. 4 Elles semblent danser un petit moment, conformément aux règles que tu fixes pour elles. 5 Mais ensuite elles tombent et ne peuvent plus se relever. 6 Ce ne sont que des jouets, mon enfant, ne les pleure donc pas. 7 Leur danse ne t’a jamais apporté aucune joie. 8 Mais ce n’étaient pas non plus des choses qui pouvaient t’effrayer, ni te mettre en sécurité si elles obéissaient à tes règles. 9 Elles ne doivent être ni chéries ni attaquées, mais simplement considérées comme des jouets d’enfant sans une seule signification en elles-mêmes. 10 Vois-en une en elles et tu les verras toutes. 11 N’en vois aucune en elles et elles ne te toucheront pas.

5. Les apparences trompent parce que ce sont des apparences et non la réalité. 2 Ne t’y attarde pas sous quelque forme que ce soit. 3 Elles ne font qu’obscurcir la réalité, et elles apportent la peur parce qu’elles cachent la vérité. 4 N’attaque pas ce que tu as fait pour te laisser tromper, car tu prouves ainsi que tu as été trompé. 5 L’attaque a le pouvoir de rendre les illusions réelles. 6 Or ce qu’elle fait n’est rien. 7 Qui pourrait être apeuré par un pouvoir qui ne peut pas avoir d’effets réels? 8 Qu’est-ce que cela pourrait être, sauf une illusion, qui fait paraître les choses semblables à elle? 9 Regarde calmement ses jouets et comprends que ce sont des idoles qui ne font que danser sur de vains désirs. 10 Ne leur donne pas ton adoration, car elles ne sont pas là. 11 Or cela est également oublié dans l‘attaque. 12 Le Fils de Dieu n’a pas besoin de défense contre ses rêves. 13 Ses idoles ne le menacent pas du tout. 14 Sa seule erreur est de penser qu’elles sont réelles. 15 Que peut faire le pouvoir des illusions?

6. Les apparences ne peuvent tromper que l’esprit qui veut être trompé. 2 Et tu peux faire un simple choix qui te placera pour toujours bien au-delà de la tromperie. 3 Tu n’as pas besoin de te préoccuper de comment cela sera fait, car cela tu ne peux pas le comprendre. 4 Mais tu comprendras que des changements considérables ont vite été amenés, quand tu décides une seule chose très simple : tu ne veux pas de quoi que ce soit que tu crois qu’une idole donne. 5 Car ainsi le Fils de Dieu déclare qu’il est libre des idoles. 6 Et ainsi il est libre.

7. Le salut est certes un paradoxe ! 2 Que pourrait-il être, sauf un rêve heureux? 3 Il te demande seulement de pardonner toutes choses que nul n’a jamais faites; de passer sur ce qui n’est pas là, et de ne pas considérer l’irréel comme la réalité. 4 Il t’est seulement demandé de laisser ta volonté être faite, et de ne plus rechercher les choses que tu ne veux pas. 5 Et il t’est demandé de te laisser être libre de tous les rêves de ce que tu n’as jamais été, et de ne plus chercher à substituer la force de vains souhaits à la Volonté de Dieu.

8. Ici le rêve de séparation commence à s’estomper et à disparaître. 2 Car ici le fossé qui n’est pas là commence à être perçu sans les jouets de terreur que tu as faits. 3 Rien de plus n’est demandé. 4 Réjouis-toi, certes, que le salut demande si peu, et non tant. 5 Il ne demande rien en réalité. 6 Et même dans l’illusion il demande uniquement que le pardon soit le substitut à la peur. 7 Telle est la seule règle pour des rêves heureux. 8 Le fossé est vidé des jouets de la peur, et alors son irréalité est claire. 9 Les rêves sont pour rien. 10 Et le Fils de Dieu ne peut en avoir besoin. 11 Ils ne lui offrent pas une seule chose qu’il pourrait jamais vouloir. 12 Il est délivré des illusions par sa volonté, et simplement rendu à ce qu’il est. 13 Que pourrait être le plan de Dieu pour son salut, sauf un moyen de le donner à Lui-même?

UCEM~LEÇON 97 – Je suis pur-esprit.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 97 - Je suis pur-esprit., Un Cours en Miracles on avril 6, 2010 at 11:55

7 avril ~ 2fvdreamwork_basics_1

LEÇON 97

Je suis pur-esprit.

1. L’idée d’aujourd’hui t’identifie avec ton seul Soi. 2 Elle n’accepte pas d’identité divisée et n’essaie pas non plus de tisser des facteurs opposés dans l’unité. 3 Elle énonce simplement la vérité. 4 Exerce-toi à cette vérité aussi souvent que tu le peux aujourd’hui, car elle mènera ton esprit du conflit aux champs tranquilles de la paix. 5 Nul frisson de peur ne peut entrer, car ton esprit a été absous de la folie en lâchant prise des illusions d’une identité divisée.

2. Nous énonçons à nouveau la vérité au sujet de ton Soi, le saint Fils de Dieu Qui repose en toi, dont l’esprit a été ramené à la santé. 2 Tu es le pur-esprit tendrement doté de tout l’Amour, la paix et la joie de ton Père. 3 Tu es le pur-esprit qui Le complète Lui-même et qui partage Sa fonction en tant que Créateur. 4 Il est avec toi tous les jours, comme tu es avec Lui.

3. Aujourd’hui nous essayons de rapprocher la réalité encore davantage de ton esprit. 2 Chaque fois que tu t’exerces, la conscience en est au moins un peu plus rapprochée; parfois mille ans ou plus sont épargnés. 3 Les minutes que tu donnes sont multipliées maintes et maintes fois, car le miracle fait usage du temps, mais il n’est pas gouverné par lui. 4 Le salut est un miracle, le premier et le dernier; le premier qui est le dernier, car il est un.

4. Tu es le pur-esprit dans l’esprit duquel demeure le miracle dans lequel s’arrête le temps tout entier; le miracle dans lequel une minute passée à utiliser ces idées devient un temps qui n’a pas de limites et n’a pas de fin. 2 Donne donc volontiers ces minutes et compte sur Lui, Qui a promis de déposer l’éternité à coté d’elles. 3 Il offrira toute Sa force à chaque petit effort que tu fais. 4 Donne-Lui les minutes dont Il a besoin aujourd’hui, pour t’aider à comprendre avec Lui que tu es le pur-esprit qui demeure en Lui et qui appelle par Sa Voix toute chose vivante; qui offre Sa vue à chacun de ceux qui le demandent; qui remplace l’erreur par la simple vérité.

5. Le Saint-Esprit sera heureux de prendre cinq minutes de chaque heure de tes mains, et de les porter autour de ce monde souffrant où la douleur et la misère paraissent régner. 2 Il ne passera pas sur un seul esprit ouvert qui veut accepter les dons de guérison qu’elles apportent, et Il les déposera partout où Il connaît qu’ils seront bienvenus. 3 Et ils augmenteront en puissance de guérison chaque fois que quelqu’un les accepte comme ses propres pensées et les utilise pour guérir.

6. Ainsi chaque don qui Lui est fait sera multiplié un millier de fois et des dizaines de milliers de fois encore. 2 Et quand il t’est rendu, il dépasse en puissance le petit don que tu as fait autant que le rayonnement du soleil surpasse la minuscule lueur que fait une luciole un moment incertain et puis s’éteint. 3 L’éclat constant de cette lumière demeure et te conduit hors des ténèbres, et tu ne pourras pas non plus oublier le chemin à nouveau.

7. Commence ces exercices heureux par les paroles que te dit le Saint-Esprit, et laisse-les résonner par Lui de par le monde :

2 Pur-esprit je suis, saint Fils de Dieu, libre de toute

limite, en sécurité, guéri et entier, libre de pardonner

et libre de sauver le monde.

3 Exprimé par toi, le Saint-Esprit acceptera ce don que tu as reçu de Lui, en augmentera le pouvoir et te le rendra.

8. Offre-Lui aujourd’hui chaque période d’exercice avec joie. 2 Et Il te parlera, te rappelant que tu es pur-esprit, ne faisant qu’un avec Lui et Dieu, avec tes frères et ton Soi. 3 Essaie d’entendre Son assurance chaque fois que tu prononces les paroles qu’Il t’offre aujourd’hui, et laisse-Le dire à ton esprit qu’elles sont vraies.

4 Utilise-les contre la tentation et échappe à ses tristes conséquences si tu cèdes à la croyance que tu es quelque chose d’autre. 5 Le Saint-Esprit te donne la paix aujourd’hui. 6 Reçois Ses paroles, et offre-les-Lui.

L’Inspiration

Le plan du Saint-Esprit pour le pardon

1. L’Expiation est pour tous, parce que c’est la façon de défaire la croyance que quoi que ce soit est pour toi seul. 2 Pardonner, c’est passer sur. 3 Regarde, donc, au-delà de l’erreur, et ne laisse pas ta perception se poser sur elle, car tu croiras ce que ta perception contient. 4 N’accepte pour vrai que ce que ton frère est, si tu veux te connaître toi-même. 5 Perçois ce qu’il n’est pas et tu ne peux pas connaître ce que tu es, parce que tu le vois faussement. 6 Souviens-toi toujours que votre Identité est partagée, et que Son partage est Sa réalité.

2. Tu as un rôle à jouer dans l’Expiation, mais le plan de l’Expiation est au-delà de ta portée. 2 Tu ne comprends pas comment passer sur l’erreur, sinon tu n’en ferais pas. 3 Ce ne serait qu’une erreur de plus de croire soit que tu n’en fais pas, soit que tu peux les corriger sans l’aide d’un Guide en correction. 4 Et si tu ne suis pas ce Guide, tes erreurs ne seront pas corrigées. 5 Le plan n’est pas le tien à cause de tes idées limitées sur ce que tu es. 6 C’est de ce sentiment de limitation que viennent toutes les erreurs. 7 La façon de les défaire n’est donc pas de toi mais pour toi.

3. L’Expiation est une leçon de partage, qui t’est donnée parce que tu as oublié comment faire. 2 Le Saint-Esprit te rappelle simplement l’usage naturel de tes aptitudes. 3 En réinterprétant l’aptitude à attaquer en aptitude à partager, Il traduit ce que tu as fait en ce que Dieu a créé. 4 Si tu veux accomplir cela par Lui, tu ne peux pas regarder tes aptitudes avec les yeux de l’ego, ou tu les jugeras comme il le fait. 5 Tout ce qui en elles est nuisible réside dans le jugement de l’ego. 6 Tout ce qui en elles est une aide réside dans le jugement du Saint-Esprit.

4. Parce que tu en demandes un, bien que ce ne soit pas au bon enseignant, l’ego a aussi un plan de pardon. 2 Le plan de l’ego, bien sûr, n’a pas de sens et ne marchera pas. 3 En suivant son plan, tu ne fais que te placer dans une situation impossible, à laquelle l’ego te conduit toujours. 4 Le plan de l’ego consiste à te faire voir d’abord l’erreur clairement, pour ensuite passer par-dessus. 5 Or comment peux-tu passer sur ce que tu as rendu réel ? 6 En le voyant clairement, tu l’as rendu réel et tu ne peux pas passer par-dessus. 7 C’est là que l’ego se voit forcé de recourir aux  » mystères  », insistant pour que tu acceptes l’in-signifiant afin de te sauver toi-même. 8 Beaucoup ont essayé de faire cela en mon nom, oubliant que mes paroles sont pleines de sens parce qu’elles viennent de Dieu. 9 Elles sont aussi sensées maintenant qu’elles l’ont toujours été, parce qu’elles parlent d’idées qui sont éternelles.

5. Le pardon qui est appris de moi n’utilise pas la peur pour défaire la peur. 2 Il ne rend pas non plus l’irréel réel pour ensuite le détruire. 3 Le pardon par le Saint-Esprit consiste simplement à regarder au-delà de l’erreur dès le commencement, la laissant ainsi être irréelle pour toi. 4 Ne laisse aucune croyance en sa réalité entrer dans ton esprit, sinon tu croiras aussi que tu dois défaire ce que tu as fait pour être pardonné. 5 Ce qui n’a pas d’effet n’existe pas, et pour le Saint-Esprit les effets de l’erreur sont inexistants. 6 En annulant sans cesse et avec constance tous ses effets, partout et sous tous les rapports, Il enseigne que l’ego n’existe pas et le prouve.

6. Suis donc l’enseignement du Saint-Esprit sur le  pardon, parce que le pardon est Sa fonction et Il connaît comment la remplir parfaitement. 2 C’est ce que je pensais quand j’ai dit que les miracles sont naturels, et que lorsqu’ils ne se produisent pas quelque chose ne va pas. 3 Les miracles sont simplement le signe que tu désires suivre le plan du Saint-Esprit pour le salut, tout en reconnaissant que tu ne comprends pas ce que c’est. 4 Son travail n’est pas ta fonction, et à moins que tu n’acceptes cela, tu ne peux pas apprendre ce qu’est ta fonction.

7. La confusion des fonctions est tellement typique de l’ego qu’elle devrait maintenant t’être assez familière. 2 L’ego croit que toutes les fonctions lui appartiennent, bien qu’il n’ait aucune idée de ce qu’elles sont. 3 C’est plus qu’une simple confusion. 4 C’est une combinaison particulièrement dangereuse de grandiosité et de confusion qui rend l’ego susceptible d’attaquer n’importe qui et n’importe quoi sans aucune raison. 5 C’est exactement ce que fait l’ego. 6 Il est imprévisible dans ses réactions, parce qu’il n’a aucune idée de ce qu’il perçoit.

8. Si tu n’as aucune idée de ce qui arrive, à quel point peux-tu t’attendre à réagir de manière appropriée ? 2 Tu pourrais te demander, peu importe comment tu t’expliques la réaction, si le caractère imprévisible de l’ego le place dans une bonne position pour te servir de guide. 3 Laisse-moi répéter que les qualifications de l’ego comme guide sont singulièrement regrettables, et qu’il est un choix remarquablement mauvais comme enseignant du salut. 4 Quiconque choisit un guide totalement insane doit être lui-même totalement insane. 5 Il n’est pas vrai non  plus que tu ne te rends pas compte que le guide est insane. 6 Tu t’en rends compte parce que je m’en rends compte, et tu en as jugé selon les mêmes critères que moi.

9. L’ego vit littéralement sur du temps emprunté, et ses jours sont comptés. 2 Ne crains pas le Jugement dernier, fais-lui plutôt bon accueil et n’attends pas, car le temps de l’ego est  » emprunté  » à ton éternité. 3 C’est le second Avènement, qui fut fait pour toi comme le premier fut créé. 4 Le second Avènement est simplement le retour du sens. 5 Cela peut-il être apeurant ?

10. Qu’y a-t-il d’apeurant, sinon le fantasme, et qui se tourne vers les fantasmes à moins d’avoir perdu espoir de trouver satisfaction dans la réalité ? 2 Or il est certain que tu ne trouveras jamais satisfaction dans les fantasmes; ainsi ton seul espoir est de changer d’esprit sur la réalité. 3 Dieu ne peut avoir raison que si est erronée la décision voulant que la réalité soit apeurante. 4 Et je t’assure que Dieu a raison. 5 Réjouis-toi, donc, d’avoir fait erreur, mais c’était seulement parce que tu ne savais pas qui tu étais. 6 Si tu l’avais su, tu n’aurais pas plus pu faire erreur que Dieu.

11. L’impossible ne peut arriver que dans le fantasme. 2 Quand tu cherches la réalité dans les fantasmes, tu ne la trouves pas. 3 Les symboles du fantasme sont de l’ego, et de ceux-là tu en trouveras beaucoup. 4 Mais ne cherche pas de signification en eux. 5 Ils n’ont pas plus de signification que les fantasmes dans lesquels ils sont tissés. 6 Les contes de fées peuvent être agréables ou apeurants, mais personne ne dit qu’ils sont vrais. 7 Les enfants peuvent y croire, et alors, pendant un certain temps, les contes sont vrais pour eux. 8 Or quand la réalité se fait jour, les fantasmes disparaissent. 9 La réalité n’a pas disparu entre-temps. 10 Le second Avènement, c’est la prise de conscience et non le retour de la réalité.

12. Regarde, mon enfant, la réalité est là. 2 Elle appartient à toi, à moi et à Dieu, et elle est parfaitement satisfaisante pour Nous tous. 3 Seule cette prise de conscience guérit, parce que c’est la prise de conscience de la vérité.

UCEM~LEÇON 96 ~ Le salut vient de mon seul Soi.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 96 - Le salut vient de mon seul Soi., Un Cours en Miracles on avril 6, 2010 at 12:00

6 avril ~ pablopicassovisagedelapaixsrigraphie756417

LEÇON 96

Le salut vient de mon seul Soi.

1. Bien que tu sois un seul Soi, tu fais l’expérience d’un soi qui est double : à la fois bon et mauvais, aimant et haïssant, esprit et corps. 2 Cette impression d’être divisé en opposés induit des sentiments de conflit, aigu et constant, et conduit à des tentatives frénétiques pour réconcilier les aspects contradictoires de cette perception de soi. 3 Tu as cherché maintes solutions de ce genre, et aucune n’a marché. 4 Les opposés que tu vois en toi ne seront jamais compatibles. 5 Un seul existe.

2. Le fait que la vérité et l’illusion ne peuvent pas être réconciliées, peu importe comment tu t’y prends, quels moyens tu utilises et où tu vois le problème, doit être accepté si tu veux être sauvé. 2 Jusqu’à ce que tu aies accepté cela, tu poursuivras une liste interminable de buts que tu ne peux atteindre; une suite insensée de dépenses de temps et d’effort, d’espérance et de doute, chacune aussi futile que la précédente et échouant aussi sûrement que le fera la suivante.

3. Des problèmes qui n’ont pas de signification ne peuvent être résolus dans le cadre où ils sont posés. 2 Deux soi en conflit ne sauraient trouver de solution, et le bon et le mauvais n’ont aucun lieu de rencontre. 3 Le soi que tu as fait ne peut jamais être ton Soi, pas plus que ton Soi ne peut être divisé en deux et rester ce qu’Il est et doit être à jamais. 4 Un esprit et un corps ne peuvent pas tous les deux exister. 5 Ne tente pas de réconcilier les deux, car l’un nie que l’autre puisse être réel. 6 Si tu es physique, ton esprit a disparu de ta conception de soi, car il n’y a pas de place où il puisse réellement faire partie de toi. 7 Si tu es pur-esprit, alors le corps doit être in-signifiant pour ta réalité.

4. Le pur-esprit utilise l’esprit comme moyen de trouver l’expression de Soi. 2 Et l’esprit qui est au service du pur-esprit est en paix et rempli de joie. 3 Son pouvoir vient du pur-esprit et il est heureux de remplir sa fonction ici. 4 Or l’esprit peut aussi se voir divorcé du pur-esprit et se percevoir au-dedans d’un corps qu’il confond avec lui-même. 5 Sans sa fonction, alors il n’a pas de paix, et le bonheur est étranger à ses pensées.

5. Or un esprit à part du pur-esprit ne peut penser. 2 Il a nié sa Source de force et se voit lui-même impuissant, limité et faible. 3 Maintenant dissocié de sa fonction, il pense qu’il est seul et séparé, attaqué par des armées massées contre lui et se cachant dans le frêle support du corps. 4 Maintenant il doit réconcilier différent avec pareil, car il pense que c’est à cela qu’il sert.

6. Ne perds plus de temps à cela. 2 Qui peut résoudre les conflits insensés que présente un rêve ? 3 Que pourrait signifier la solution en vérité ? 4 Quel but pourrait-elle avoir ? 5 À quoi sert-elle ? 6 Le salut ne peut pas rendre les illusions réelles ni résoudre un problème qui n’existe pas. 7 Tu espères peut-être qu’il le puisse. 8 Or voudrais-tu que le plan de Dieu pour la délivrance de Son cher Fils lui apporte la douleur et manque de le libérer ?

7. Ton Soi garde Ses Pensées, et elles restent au-dedans de ton esprit et dans l’Esprit de Dieu. 2 Le Saint-Esprit tient le salut dans ton esprit et lui offre la voie qui mène à la paix. 3 Le salut est une pensée que tu partages avec Dieu, parce que Sa Voix l’a accepté pour toi et a répondu en ton nom qu’il était accompli. 4 Ainsi le salut est gardé parmi les Pensées qui sont chères à ton Soi et qu’Il chérit pour toi.

8. Nous allons tenter aujourd’hui de trouver cette pensée, dont la présence dans ton esprit est garantie par Celui Qui te parle depuis ton seul Soi. 2 Pendant nos cinq minutes d’exercice par heure, nous Le rechercherons dans ton esprit. 3 Le salut vient de ce seul Soi par Celui Qui est le Pont entre ton esprit et Lui. 4 Attends patiemment et laisse-Le te parler de ton Soi, et de ce que ton esprit peut faire, ramené à Lui et libre de servir Sa Volonté.

9. Commence en disant ceci :

2 Le salut vient de mon seul Soi.

3 Ses Pensées sont à moi pour que je les utilise.

4 Puis cherche Ses Pensées et réclame-les pour tiennes. 5 Ce sont tes propres pensées réelles que tu as niées, en laissant ton esprit errer dans un monde de rêves pour trouver à leur place des illusions. 6 Voici tes pensées, les seules que tu aies. 7 Le salut est parmi elles; trouve-le là.

10. Si tu réussis, les pensées qui te viennent te diront que tu es sauvé, et que ton esprit a trouvé la fonction qu’il avait cherché à perdre. 2 Ton Soi l’accueillera et lui donnera la paix. 3 Rétabli dans sa force, il se répandra à nouveau du pur-esprit au pur-esprit en toutes choses créées par le Pur-Esprit pareilles à Soi-même. 4 Ton esprit bénira toutes choses. 5 La confusion disparue, tu es rétabli, car tu as trouvé ton Soi.

11. Ton Soi connaît que tu ne peux échouer aujourd’hui. 2 Peut-être ton esprit reste-t-il incertain encore quelque temps. 3 Ne sois pas chagriné par cela. 4 La joie que Ton Soi éprouve, Il la gardera pour toi, et elle sera tienne encore en pleine conscience. 5 Chaque fois que tu passes cinq minutes par heure à chercher Celui Qui joint ton esprit et ton Soi, tu Lui offres un autre trésor à garder pour toi.

12. Chaque fois que tu dis aujourd’hui à ton esprit frénétique que le salut vient de ton seul Soi, tu déposes un autre trésor dans ta réserve grandissante. 2 Et tout cela est donné à chacun de ceux qui le demandent et qui accepteront le don. 3 Pense, alors, combien il t’est donné aujourd’hui de donner, pour que cela te soit donné !

L’Inspiration

Les ombres du passé

1. Pardonner, c’est simplement te rappeler les pensées aimantes que tu as données dans le passé et celles qui t’ont été données. 2 Tout le reste doit être oublié. 3 Le pardon est une mémoire sélective, non basée sur ta sélection. 4 Car les figures d’ombre que tu voudrais rendre immortelles sont des « ennemies » de la réalité. 5 Sois désireux de pardonner au Fils de Dieu ce qu’il n’a pas fait. 6 Les figures d’ombre sont les témoins que tu amènes avec toi pour démontrer qu’il a fait ce qu’il n’a pas fait. 7 Parce que tu les amènes, tu les entendras. 8 Toi qui les gardes par ta propre sélection, tu ne comprends pas comment elles sont venues dans ton esprit ni quel est leur but. 9 Elles représentent le mal que tu penses qui t’a été fait. 10 Tu les amènes avec toi uniquement afin de rendre le mal pour le mal, en espérant que leur témoignage te permettra de penser que l’autre est coupable sans te nuire à toi-même. 11 Elles parlent si clairement pour la séparation que nul qui n’a pas l’obsession de garder la séparation ne pourrait les entendre. 12 Elles t’offrent les «raisons» pour lesquelles tu devrais conclure des alliances non saintes pour appuyer les buts de l’ego et faire de tes relations les témoins de son pouvoir.

2. Ce sont ces figures d’ombre qui voudraient rendre l’ego saint à tes yeux et t’enseigner que ce que tu fais pour le sauvegarder est réellement de l’amour. 2 Ces figures d’ombre parlent toujours pour la vengeance, et toutes les relations dans lesquelles elles entrent sont totalement insanes. 3 Toutes ces relations sans exception ont pour but l’exclusion de la vérité au sujet de l’autre comme de toi. 4 C’est pourquoi tu vois en vous deux ce qui n’est pas là, et fais de vous deux les esclaves de la vengeance. 5 C’est pourquoi aussi tout ce qui te rappelle tes rancœurs passées t’attire, et semble porter le nom de l’amour, peu importe à quel point sont distordues les associations par lesquelles tu arrives à cette connexion. 6 C’est pourquoi, enfin, toutes les relations de ce genre deviennent des tentatives d’union par le corps, car seuls les corps peuvent être vus comme des moyens de vengeance. 7 Que les corps soient au centre de toutes les relations non saintes, cela est évident. 8 Ta propre expérience t’a enseigné cela. 9 Mais tu ne saisis peut-être pas toutes les raisons qui concourent à rendre la relation non sainte. 10 Car la non-sainteté cherche à se renforcer, tout comme la sainteté, en rassemblant autour d’elle ce qu’elle perçoit de pareil à elle.

3. Dans la relation non sainte, ce n’est pas avec le corps de l’autre qu’on tente de s’unir mais avec les corps de ceux qui ne sont pas là. 2 Car même le corps de l’autre, qui en est déjà une perception extrêmement limitée, n’est pas comme tel le point de mire central, ou ne l’est pas entièrement. 3 Ce qui est mis au centre et séparé du reste, comme seules parties ayant de la valeur, c’est ce qui peut être utilisé pour les fantasmes de vengeance, et ce qui peut le plus facilement être associé à ceux contre qui est réellement dirigée la quête de vengeance. 4 Chaque étape dans la formation, le maintien et la rupture de la relation non sainte est un pas vers une plus grande fragmentation et une plus grande irréalité. 5 Les figures d’ombre entrent de plus en plus, et l’importance de celui en qui elles semblent être décroît.

4. Le temps n’est certes pas l’ami de la relation non sainte. 2 Car le temps est cruel aux mains de l’ego, comme il est bon quand il est utilisé pour la douceur. 3 L’attraction de la relation non sainte commence à pâlir et presque aussitôt est remise en question. 4 Une fois qu’elle est formée, le doute doit y entrer, parce que son but est impossible. 5 L’«idéal» de la relation non sainte devient donc une relation dans laquelle la réalité de l’autre n’entre pas du tout pour ne pas «gâcher» le rêve. 6 Et moins l’autre apporte réellement à la relation, «meilleure» elle devient. 7 Ainsi la tentative d’union devient une façon d’exclure même celui avec qui l’union était recherchée. 8 Car elle a été formée pour l’en faire sortir, afin de se joindre aux fantasmes en une «béatitude» ininterrompue.

5. Comment le Saint-Esprit peut-Il apporter Son interprétation du corps comme moyen de communication dans des relations dont le seul but est la séparation d’avec la réalité? 2 Ce qu’est le pardon Lui permet de le faire. 3 Si tout a été oublié, sauf les pensées aimantes, ce qui reste est éternel. 4 Et le passé transformé est rendu pareil au présent. 5 Il n’y a plus de conflit entre le passé et maintenant. 6 Cette continuité étend le présent en augmentant sa réalité et sa valeur dans la perception que tu en as. 7 Dans ces pensées aimantes se trouve l’étincelle de beauté cachée sous la laideur de la relation non sainte qui fait souvenir de la haine; mais s’y trouve pour prendre vie lorsque la relation est donnée à Celui Qui lui donne vie et beauté. 8 Voilà pourquoi l’Expiation est centrée sur le passé, qui est la source de la séparation, et là où elle doit être défaite. 9 Car la séparation doit être corrigée là même où elle a été faite.

6. L’ego cherche à «résoudre» ses problèmes, non pas à leur source, mais là où ils n’ont pas été faits. 2 Ainsi il cherche à garantir qu’il n’y aura pas de solution. 3 Le Saint-Esprit veut seulement rendre Ses solutions complètes et parfaites, donc Il cherche et trouve la source des problèmes où elle est, et là Il la défait. 4 Et à chaque étape dans Son défaire, la séparation est de plus en plus défaite et l’union rendue plus proche. 5 Aucune des «raisons» pour la séparation n’entraîne en Lui la moindre confusion. 6 Tout ce qu’il perçoit dans la séparation, c’est qu’elle doit être défaite. 7 Laisse-Le découvrir l’étincelle de beauté cachée dans tes relations, et te la montrer. 8 Sa beauté t’attirera tellement que tu seras à jamais indésireux de la perdre de vue. 9 Et tu laisseras cette étincelle transformer la relation afin que tu puisses la voir de plus en plus. 10 Car tu la voudras de plus en plus et tu deviendras de plus en plus indésireux de la laisser t’être cachée. 11 Tu apprendras à rechercher et à établir les conditions dans lesquelles cette beauté peut être vue.

7. Tout cela, tu le feras avec joie, pour peu que tu Le laisses tenir l’étincelle devant toi, pour éclairer ta voie et la rendre claire pour toi. 2 Le Fils de Dieu est un. 3 Ceux que Dieu a joints ne font qu’un et l’ego ne saurait les séparer. 4 L’étincelle de sainteté doit être en sûreté, si cachée qu’elle puisse être, dans chaque relation. 5 Car le Créateur de l’unique relation n’en a laissé aucune partie privée de Lui-même. 6 C’est la seule partie de la relation que voit le Saint-Esprit, parce qu’il connaît que cela seul est vrai. 7 Tu as rendu la relation irréelle, et par conséquent non sainte, en la voyant là où elle n’est pas et telle qu’elle n’est pas. 8 Donne le passé à Celui Qui peut changer d’esprit pour toi là-dessus. 9 Mais d’abord assure-toi de comprendre pleinement ce que tu as fait représenter le passé, et pourquoi.

8. Le passé devient la justification pour conclure avec l’ego une alliance continuelle, et non sainte, contre le présent. 2 Car le présent est pardon. 3 Par conséquent, les relations que dicte l’alliance non sainte ne sont pas perçues ni ressenties maintenant. 4 Or le cadre de référence auquel le présent est renvoyé pour sa signification est une illusion du passé dans laquelle sont retenus les éléments s’accordant avec le but de l’alliance non sainte, et tout le reste est abandonné. 5 Et ce qui est abandonné ainsi, c’est toute la vérité que le passé pourrait jamais offrir au présent comme témoignage de sa réalité. 6 Ce qui est gardé ne fait que témoigner de la réalité des rêves.

9. Il t’appartient toujours de choisir de te joindre à la vérité ou à l’illusion. 2 Mais souviens-toi que choisir l’une, c’est lâcher prise de l’autre. 3 Celle que tu choisis, tu la revêts de beauté et de réalité, parce que le choix dépend de celle que tu estimes plus. 4 L’étincelle de beauté ou le voile de laideur, le monde réel ou le monde de la culpabilité et de la peur, la vérité ou l’illusion, la liberté ou l’esclavage — cela revient au même. 5 Car tu ne pourras jamais choisir qu’entre Dieu et l’ego. 6 Les systèmes de pensée ne sont que vrais ou faux, et tous leurs attributs viennent simplement de ce qu’ils sont. 7 Seules sont vraies les Pensées de Dieu. 8 Et tout ce qui s’ensuit vient de ce qu’elles sont, et demeure aussi vrai que la Source sainte dont elles sont venues.

10. Mon saint frère, je voudrais entrer dans toutes tes relations et m’interposer entre tes fantasmes et toi. 2 Laisse ma relation avec toi être réelle pour toi, et laisse-moi apporter la réalité dans ta perception de tes frères. 3 Ils n’ont pas été créés pour te permettre de te blesser toi-même par eux. 4 Ils ont été créés pour créer avec toi. 5 C’est cette vérité que je voudrais interposer entre toi et ton but de folie. 6 Ne sois pas séparé de moi et ne laisse pas le saint but d’Expiation se perdre pour toi dans des rêves de vengeance. 7 Les relations qui chérissent de tels rêves m’ont exclu. 8 Laisse-moi entrer au Nom de Dieu et t’apporter la paix, afin que tu m’offres la paix.

UCEM~LEÇON 95 – Je suis un seul Soi, uni à mon Créateur.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 95 - Je suis un seul Soi, uni à mon Créateur., Un Cours en Miracles on avril 5, 2010 at 12:25

5 avril ~ Coeur d'Ange

LEÇON 95

Je suis un seul Soi, uni à mon Créateur.

1. L’idée d’aujourd’hui te décrit exactement tel que Dieu t’a créé. 2 Tu es un en toi-même et un avec Lui. 3 Ton unité est celle de toute la création. 4 Ta parfaite unité rend le changement en toi impossible. 5 Tu n’acceptes pas cela et tu ne te rends pas compte qu’il doit en être ainsi parce que tu crois que tu t’es déjà changé.

2. Tu te vois toi-même comme une parodie ridicule de la création de Dieu : faible, méchant, laid et pécheur, misérable et accablé de douleur. 2 Telle est ta version de toi-même : un soi divisé en de nombreuses parties qui se font la guerre, séparées de Dieu, et dont la précaire cohésion est maintenue par son lunatique et capricieux faiseur, à qui tu adresses tes prières. 3 Il n’entend pas tes prières, car il est sourd. 4 Il ne voit pas l’unité en toi, car il est aveugle. 5 Il ne comprend pas que tu es le Fils de Dieu, car il est insensé et ne comprend rien.

3. Nous allons tenter aujourd’hui d’être conscient seulement de ce qui peut entendre et voir, et qui est plein de sens. 2 Nos exercices viseront de nouveau à atteindre ton seul Soi, lequel est uni à Son Créateur. 3 Avec patience et espoir, nous essayons de nouveau aujourd’hui.

4. Le fait d’employer les cinq premières minutes de chaque heure de veille à la pratique de l’idée du jour présente des avantages particuliers au stade d’apprentissage où tu te trouves maintenant. 2 Il est difficile à ce stade de ne pas permettre à ton esprit de s’égarer lorsqu’il entreprend une période d’exercice prolongée. 3 Tu t’en es sûrement déjà rendu compte. 4 Tu as vu à quel point tu manques de discipline mentale et à quel point tu as besoin d’entraînement de l’esprit. 5 Il est nécessaire que tu en sois conscient, car c’est certes une entrave à ton avancement.

5. Des périodes d’exercice fréquentes mais plus courtes présentent d’autres avantages pour toi en ce moment. 2 Outre le fait de reconnaître que tu as des difficultés à soutenir ton attention, tu dois avoir aussi remarqué que si ton but ne t’est pas fréquemment rappelé, tu as tendance à l’oublier pendant de longues périodes de temps. 3 Il t’arrive souvent d’oublier les courtes applications de l’idée du jour, et tu n’as pas encore développé l’habitude d’utiliser l’idée comme réponse automatique à la tentation.

6. À ce stade, donc, il est nécessaire d’avoir une structure, planifiée de manière à inclure de fréquents rappels de ton but, et des efforts réguliers pour l’atteindre. 2 La régularité n’est pas la condition idéale pour la forme d’exercice la plus bénéfique en vue d’atteindre le salut. 3 Toutefois, elle est avantageuse pour ceux dont la motivation est inconstante et qui ont encore de lourdes défenses contre l’apprentissage.

7. Par conséquent, nous nous en tiendrons pendant un certain temps aux périodes d’exercice de cinq minutes par heure, tout en te conseillant vivement d’en omettre aussi peu que possible. 2 Le fait d’utiliser les cinq premières minutes de l’heure t’aidera particulièrement, puisque cela impose une structure plus ferme. 3 Toutefois, ne te sers pas de tes manquements à cet horaire comme d’une excuse pour ne pas y retourner dès que tu le peux. 4 Tu pourrais être tenté de considérer la journée comme perdue sous prétexte que tu as déjà manqué de faire ce qui était requis. 5 Toutefois, cela devrait simplement être reconnu pour ce que c’est : le refus de laisser corriger ton erreur et l’indésir d’essayer de nouveau.

8. Le Saint-Esprit n’est pas retardé dans Son enseignement par tes erreurs. 2 Il n’y a que ton indésir d’en lâcher prise qui puisse Le retenir. 3 Soyons donc déterminés, en particulier pendant la semaine qui vient, à être désireux de nous le pardonner quand notre diligence nous fait défaut et quand nous manquons de suivre les instructions pour les exercices de l’idée du jour. 4 Cette tolérance à l’égard de la faiblesse nous permettra de passer par-dessus, au lieu de lui donner le pouvoir de retarder notre apprentissage. 5 Si nous lui donnons le pouvoir de faire cela, nous la considérons comme une force, et nous confondons force et faiblesse.

9. Quand tu manques de te conformer aux exigences de ce cours, tu as simplement fait une erreur. 2 Cela demande une correction, et rien d’autre. 3 Permettre à une erreur de continuer, c’est faire des erreurs additionnelles, qui sont basées sur la première et la renforcent. 4 C’est ce processus qui doit être mis de côté, car ce ne serait pour toi qu’une autre façon de défendre les illusions contre la vérité.

10. Lâche prise de toutes ces erreurs en les reconnaissant pour ce qu’elles sont. 2 Ce sont des tentatives pour te garder inconscient de ce que tu es un seul Soi, uni à ton Créateur, ne faisant qu’un avec chaque aspect de la création, d’une puissance et d’une paix illimitées. 3 Voilà la vérité, et rien d’autre n’est vrai. 4 Aujourd’hui nous allons affirmer à nouveau cette vérité et nous essaierons d’atteindre le lieu en toi où il n’y a pas de doute que cela seul est vrai.

11. Commence les périodes d’exercice aujourd’hui avec cette assurance, offerte à ton esprit avec toute la certitude que tu peux donner :

2 Je suis un seul Soi, uni à mon Créateur, ne faisant qu’un avec chaque aspect de la création, et d’une puissance et d’une paix illimitées.

3 Puis ferme les yeux et dis-toi encore une fois, lentement et pensivement, en essayant de permettre à la signification des mots de pénétrer dans ton esprit et de remplacer les idées fausses :

4 Je suis un seul Soi.

5 Répète cela plusieurs fois, puis essaie de sentir la signification que ces mots communiquent.

12. Tu es un seul Soi, uni et en sécurité dans la lumière et la joie et la paix. 2 Tu es le Fils de Dieu, un seul Soi, avec un seul Créateur et un seul but : apporter la conscience de cette unité à tous les esprits, afin que la véritable création puisse étendre la totalité et l’unité de Dieu. 3 Tu es un seul Soi, complet, guéri et entier, avec le pouvoir de lever du monde le voile de ténèbres, et de laisser la lumière en toi passer au travers pour enseigner au monde la vérité à ton sujet.

13. Tu es un seul Soi, en parfaite harmonie avec tout ce qui est et tout ce qui sera. 2 Tu es un seul Soi, le saint Fils de Dieu, uni à tes frères en ce Soi; uni à ton Père en Sa Volonté. 3 Ressens ce seul Soi en toi et laisse-Le dissiper toutes tes illusions et tous tes doutes. 4 Voici ton Soi, le Fils de Dieu Lui-même, sans péché comme Son Créateur, avec Sa force au-dedans de toi et Son Amour à jamais tien. 5 Tu es un seul Soi et il t’est donné de ressentir ce Soi au-dedans de toi et de chasser toutes tes illusions hors du seul Esprit qui est ce Soi, la sainte vérité en toi.

14. N’oublie pas aujourd’hui. 2 Nous avons besoin de ton aide, de ta petite part pour apporter le bonheur au monde entier. 3 Et le Ciel compte sur toi, avec l’assurance que tu essaieras aujourd’hui. 4 Partage, donc, sa sûreté, car elle est tienne. 5 Sois vigilant. 6 N’oublie pas aujourd’hui. 7 Tout le long de la journée, n’oublie pas ton but. 8 Répète l’idée d’aujourd’hui aussi fréquemment que possible et comprends que chaque fois que tu le fais, quelqu’un entend la voix de l’espoir, la vérité remuer dans son esprit, le doux bruissement des ailes de la paix.

15. Ta propre admission que tu es un seul Soi, uni à ton Père, est un appel au monde entier à ne faire qu’un avec toi. 2 À chacun de ceux que tu rencontres aujourd’hui, assure-toi d’offrir la promesse de l’idée d’aujourd’hui, et dis-lui ceci :

3 Tu es un seul Soi avec moi, uni à notre Créateur en ce Soi.

4 Je t’honore à cause de Ce que je suis, et de Ce qu’Il est, Qui nous aime tous les deux ne faisant qu’Un.

L’Inspiration

La volonté indivisée de la Filialité

1. Peux-tu être séparé de ton identification et être en paix ? 2 La dissociation n’est pas une solution; c’est un délire. 3 Ceux qui délirent croient que la vérité les assaille et ils ne la reconnaissent pas parce qu’ils préfèrent le délire. 4 Jugeant la vérité comme quelque chose qu’ils ne veulent pas, ils perçoivent leurs illusions qui bloquent la connaissance. 5 Aide-les en leur offrant ton esprit unifié en leur nom, comme je t’offre le mien au nom du tien. 6 Seuls nous ne pouvons rien faire, mais ensemble nos esprits fusionnent en quelque chose dont la puissance dépasse de loin celle de ses parties séparées. 7 En n’étant point séparé, l’Esprit de Dieu est établi dans le nôtre et comme étant le nôtre. 8 Cet Esprit est invincible parce qu’il est indivisé.

2.  La Volonté indivisée de la Filialité est le parfait créateur, étant entièrement à l’image de Dieu, Dont c’est la Volonté. 2 Tu ne peux pas en être exempt si tu dois comprendre ce qu’elle est et ce que tu es. 3 Par la croyance que ta volonté est séparée de la mienne, tu t’exemptes toi-même de la Volonté de Dieu, qui est toi-même. 4 Or guérir, c’est encore rendre entier. 5 Guérir, par conséquent, c’est t’unir à ceux qui sont pareils à toi, parce que percevoir qu’ils sont pareils, c’est reconnaître le Père. 6 Si ta perfection est en Lui et en Lui seul, comment peux-tu la connaître sans Le reconnaître ? 7 Reconnaître Dieu, c’est te reconnaître toi-même. 8 Il n’y a pas de séparation de Dieu et de Sa création. 9 Tu t’en rendras compte quand tu comprendras qu’il n’y a pas de séparation entre ta volonté et la mienne. 10 Laisse l’Amour de Dieu luire sur toi par ton acceptation de moi. 11 Ma réalité est la tienne et la Sienne. 12 En joignant ton esprit au mien, tu montres que tu as conscience que la Volonté de Dieu est Une.

3. L’Unité de Dieu et la nôtre ne sont pas séparées, parce que Son Unité englobe la nôtre. 2 Te joindre à moi, c’est rétablir Son pouvoir en toi parce que nous le partageons. 3 Je t’offre seulement la re-connaissance de Son pouvoir en toi, mais en cela est toute la vérité. 4 En nous unissant, nous nous unissons à Lui. 5 Gloire à l’union de Dieu et de Ses saints Fils ! 6 Toute gloire est en Eux parce qu’Ils sont unis. 7 Les miracles que nous faisons portent témoignage de la Volonté du Père pour Son Fils, et de la joie que nous avons à nous unir à Sa Volonté pour nous.

4. Quand tu t’unis à moi, tu t’unis sans l’ego, parce que j’ai renoncé à l’ego en moi-même et je ne peux donc pas m’unir au tien. 2 Notre union est donc la façon de renoncer à l’ego en toi. 3 La vérité en nous deux est au-delà de l’ego. 4 Notre réussite pour ce qui est de transcender l’ego est garantie par Dieu; et je partage cette assurance pour nous deux et pour nous tous. 5 Je ramène la paix de Dieu à tous Ses enfants parce que je l’ai reçue de Lui pour nous tous. 6 Rien en saurait prévaloir contre nos volontés unies parce que rien ne saurait prévaloir contre Celle de Dieu.

5. Voudrais-tu connaître la Volonté de Dieu pour toi ? 2 Demande-la-moi qui la connais pour toi et tu la trouveras. 3 Je ne te nierai rien, comme Dieu ne me nie rien. 4 Notre voyage est simplement le voyage de retour à Dieu, Qui est notre demeure. 5 Chaque fois que la peur fait intrusion quelque part sur la route de la paix, c’est parce que l’ego a tenté de se joindre à notre voyage et qu’il ne peut pas le faire. 6 Pressentant la défaite et fâché par cela, l’ego se considère rejeté et songe à riposter. 7 Tu es invulnérable à sa riposte parce que je suis avec toi. 8 Dans ce voyage, tu m’as choisi comme compagnon au lieu de l’ego. 9 Ne tente pas de garder les deux, sinon tu essaies d’aller dans des directions différentes et tu perdras ton chemin.

6. La voie de l’ego n’est pas la mienne, mais ce n’est pas la tienne non plus. 2 Le Saint-Esprit a une seule direction pour tous les esprits, et celle qu’Il m’a enseignée est la tienne. 3 Ne laissons pas les illusions nous faire perdre de vue Sa direction, car seules des illusions d’une autre direction peuvent obscurcir celle pour laquelle parle en nous tous la Voix de Dieu. 4 N’accorde jamais à l’ego le pouvoir d’interférer avec le voyage. 5 Il n’en a aucun, parce que ce voyage est la voie vers ce qui est vrai. 6 Laisse toutes les illusions derrière toi et va au-delà de toute tentative de l’ego pour te retenir. 7 Je passe avant toi parce que je suis au-delà de l’ego. 8 Prends donc ma main, parce que tu veux transcender l’ego. 9 Jamais la force ne me manquera, et si tu choisis de la partager, tu le feras. 10 Je la donne volontiers et joyeusement, parce que j’ai autant besoin de toi que tu as besoin de moi.

UCEM~LEÇON 94 – Je suis tel que Dieu m’a créé.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 94 - Je suis tel que Dieu m’a créé., Un Cours en Miracles on avril 4, 2010 at 12:21

4 avril ~ waves

LEÇON 94

Je suis tel que Dieu m’a créé.

1. Aujourd’hui nous continuons avec la seule idée qui apporte un salut complet; le seul énoncé qui rende toutes formes de tentations impuissantes; la seule pensée qui réduise l’égo au silence et le défasse entièrement. 2 Tu es tel que Dieu t’a créé. 3 Les bruits de ce monde se taisent, les vues de ce monde disparaissent, et toutes les pensées que ce monde ait jamais eues sont à jamais effacées par cette seule idée. 4 Ici le salut est accompli. 5 Ici la raison est rétablie.

2. La véritable lumière est force, et la force est impeccabilité. 2 Si tu restes tel que Dieu t’a créé, tu dois être fort et la lumière doit être en toi. 3 Celui Qui assura ton impeccabilité doit être aussi la garantie de force et de lumière. 4 Tu es tel que Dieu t’a créé. 5 Les ténèbres ne peuvent obscurcir la gloire du Fils de Dieu. 6 Tu te tiens dans la lumière, fort dans cette impeccabilité où tu fus créé et où tu resteras pour toute l’éternité.

3. Aujourd’hui nous allons à nouveau consacrer les cinq premières minutes de chaque heure de veille à tenter de sentir la vérité en toi. 2 Commence ces moments d’examen par les mots suivants :

3 Je suis tel que Dieu m’a créé.

4 Je suis son Fils éternellement.

5 Maintenant essaie d’atteindre le Fils de Dieu en toi. 6 C’est le Soi qui n’a jamais péché ni fait d’image pour remplacer la réalité. 7 C’est le Soi qui n’a jamais quitté Sa demeure en Dieu pour parcourir le monde incertainement. 8 C’est le Soi qui ne connaît pas la peur et pour qui la perte, ou la souffrance ou la mort serait inconcevable.

4. Rien n’est requis de toi pour atteindre ce but, sauf de mettre de côté toutes les idoles et toutes les images de soi; de dépasser la liste d’attributs, bons et mauvais, que tu t’es assignés; et d’attendre la vérité dans une silencieuse expectative. 2 Dieu a Lui-même promis qu’elle sera révélée à tous ceux qui la demandent. 3 Tu demandes maintenant. 4 Tu ne peux échouer parce qu’Il ne peut échouer.

5. Si tu ne satisfais pas cette condition de t’exercer pendant les cinq premières minutes de chaque heure, au moins rappelle-toi une fois par heure :

2 Je suis tel que Dieu m’a créé.

3 Je suis Son Fils éternellement.

4 Dis-toi fréquemment aujourd’hui que tu es tel que Dieu t’a créé. 5 Et assure-toi de répondre par ces mots à quiconque semble t’irriter :

6 Tu es tel que Dieu t’a créé.

7 Tu es Son Fils éternellement.

8 Fais tous tes efforts pour faire les exercices toutes les heures aujourd’hui. 9 Chaque exercice que tu fais sera un pas de géant vers ta délivrance et une étape marquante dans l’apprentissage du système de pensée que ce cours présente.

L’Inspiration

Le choix de la complétude

1. Lorsqu’on regarde la relation particulière, il est d’abord nécessaire de se rendre compte qu’elle comporte énormément de douleur. 2 L’anxiété, le désespoir, la culpabilité et l’attaque y entrent tous, entrecoupés de périodes où ils semblent avoir disparu. 3 Ils doivent tous être compris pour ce qu’ils sont. 4 Quelque forme qu’ils prennent, ce sont toujours des attaques contre le soi afin de rendre l’autre coupable. 5 J’en ai parlé plus tôt, mais il y a certains aspects de ce qui est réellement tenté qui n’ont pas été abordés.

2. Tout simplement, la tentative pour rendre coupable est toujours dirigée contre Dieu. 2 Car l’ego voudrait que tu Le voies, Lui et seulement Lui, comme coupable, laissant la Filialité exposée à l’attaque et sans protection contre elle. 3 La relation d’amour particulière est l’arme principale de l’ego pour te garder loin du Ciel. 4 Ça n’a pas l’air d’une arme, mais si tu considères combien tu l’estimes et pourquoi, tu te rendras compte de ce qu’elle doit être.

3. La relation d’amour particulière est le don dont l’ego est le plus fier et celui qui a le plus d’attrait pour ceux qui sont indésireux de renoncer à la culpabilité. 2 La «dynamique» de l’ego est on ne peut plus claire ici, car, faisant fond sur l’attraction de cette offrande, les fantasmes qui tournent autour d’elle sont souvent très évidents. 3 Ici, ils sont généralement jugés acceptables et même naturels. 4 Personne ne considère qu’il est bizarre d’aimer et haïr à la fois, et même ceux qui croient que la haine est un péché se sentent simplement coupables, mais ne la corrigent pas. 5 Cela est la condition «naturelle» de la séparation, et ceux qui apprennent qu’elle n’est pas naturelle du tout semblent être ceux qui ne sont pas naturels. 6 Car ce monde est l’opposé du Ciel, étant fait pour être son opposé, et tout ici prend une direction exactement opposée à ce qui est vrai. 7 Au Ciel, où la signification de l’amour est connue, l’amour est la même chose que l’union. 8 Ici, où l’illusion de l’amour est acceptée à la place de l’amour, l’amour est perçu comme étant la séparation et l’exclusion.

4. C’est dans la relation particulière, née du souhait caché d’être aimé de Dieu particulièrement, que triomphe la haine de l’ego. 2 Car la relation particulière est le renoncement à l’Amour de Dieu, ainsi que la tentative pour assurer au soi la particularité qu’il a refusée. 3 Il est essentiel pour la préservation de l’ego que tu croies que cette particularité n’est pas l’enfer, mais le Ciel. 4 Car l’ego ne voudrait jamais que tu voies que la séparation ne peut être qu’une perte, étant l’unique condition dans laquelle le Ciel ne peut pas être.

5. Pour chacun, le Ciel est complétude. 2 Il ne peut y avoir de désaccord là-dessus, parce que l’ego et le Saint-Esprit l’acceptent tous deux. 3 Toutefois, ils sont en complet désaccord sur ce qu’est la complétude et comment elle s’accomplit. 4 Le Saint-Esprit connaît que la complétude réside d’abord dans l’union, puis dans l’extension de l’union. 5 Pour l’ego, la complétude réside dans le triomphe, et dans l’extension de la «victoire» jusqu’au triomphe final sur Dieu. 6 En cela il voit la liberté suprême du soi, car il ne resterait plus rien qui fasse interférence avec l’ego. 7 Voilà son idée du Ciel. 8 Par conséquent l’union, qui est une condition dans laquelle l’ego ne peut pas interférer, doit être l’enfer.

6. La relation particulière est un mécanisme de l’ego, étrange et contre nature, pour joindre l’enfer et le Ciel et les rendre indistinguables. 2 Et cette tentative pour trouver un imaginaire «meilleur» des deux mondes n’a fait que mener aux fantasmes des deux, et à l’incapacité de percevoir l’un ou l’autre tel qu’il est. 3 La relation particulière est le triomphe de cette confusion. 4 C’est une sorte d’union d’où l’union est exclue, et la base de la tentative d’union repose sur l’exclusion. 5 Pourrait-il y avoir meilleur exemple de la maxime de l’ego : «Cherche mais ne trouve pas»?

7. Le plus curieux est le concept du soi que l’ego favorise dans la relation particulière. 2 Ce «soi» cherche la relation pour se rendre complet. 3 Or quand il trouve la relation particulière dans laquelle il pense pouvoir accomplir cela, il se donne et tente de «s’échanger» lui-même contre le soi d’un autre. 4 Cela n’est pas l’union, car il n’y a ni augmentation ni extension. 5 Chaque partenaire essaie de sacrifier le soi qu’il ne veut pas pour un autre soi qu’il pense qu’il préférerait. 6 Et il se sent coupable du «péché» d’avoir pris, sans rien donner en retour qui ait de la valeur. 7 Quelle valeur peut-il accorder à un soi qu’il voudrait donner pour en obtenir un « meilleur » ?

8. Le soi « meilleur » que cherche l’ego est toujours un soi qui est plus particulier. 2 Et quiconque semble posséder un soi particulier est «aimé» pour ce qui peut lui être pris. 3 Là où les deux partenaires voient ce soi particulier en l’autre, l’ego voit «une union bénie du Ciel». 4 Car ni l’un ni l’autre ne reconnaîtra qu’il a demandé l’enfer, donc ils n’interféreront pas avec l’illusion de Ciel que l’ego leur a offerte pour interférer avec le Ciel. 5 Or si toutes les illusions sont des illusions de peur, et elles ne peuvent être rien d’autre, l’illusion du Ciel n’est rien de plus qu’une forme plus « attrayante » de peur, où la culpabilité est enfouie profondément et ressort sous forme d’«amour».

9. L’attrait de l’enfer réside uniquement dans la terrible attraction de la culpabilité, que l’ego présente à ceux qui placent leur foi dans la petitesse. 2 La conviction de petitesse réside dans chaque relation particulière, car seuls ceux qui ont été privés de quelque chose pourraient estimer la particularité. 3 L’exigence de particularité, et la perception du don de particularité comme un acte d’amour, rendent l’amour plein de haine. 4 Le but réel de la relation particulière, en stricte conformité avec les buts de l’ego, est de détruire la réalité et de lui substituer l’illusion. 5 Car l’ego est lui-même une illusion, et seules des illusions peuvent être les témoins de sa «réalité».

10. Si tu percevais la relation particulière comme un triomphe sur Dieu, en voudrais-tu? 2 Ne pensons pas à sa nature apeurante, ni à la culpabilité qu’elle doit entraîner, ni encore à la tristesse et à la solitude. 3 Car ce ne sont là que des attributs de toute la religion de séparation, et du contexte total dans lequel on pense qu’elle se produit. 4 Le thème central de sa litanie sacrificielle est que Dieu doit mourir pour que tu puisses vivre. 5 Et c’est ce thème qui est mis en scène dans la relation particulière. 6 Par la mort de ton soi, tu penses pouvoir attaquer un autre soi, et l’arracher à l’autre pour remplacer le soi que tu méprises. 7 Et tu le méprises parce que tu ne penses pas qu’il t’offre la particularité que tu exiges. 8 Ainsi, le haïssant, tu l’as fait petit et indigne, parce que tu en as peur.

11. Comment peux-tu accorder un pouvoir illimité à ce que tu penses avoir attaqué? 2 La vérité est devenue pour toi si effrayante que tu n’oserais pas la regarder à moins qu’elle ne soit faible, petite et indigne de valeur. 3 Tu penses qu’il est plus sûr de doter le petit soi que tu as fait d’un pouvoir que tu as arraché à la vérité, triomphant d’elle et la laissant impuissante. 4 Vois avec quelle exactitude ce rituel est mis en scène dans la relation particulière. 5 Un autel est érigé entre deux personnes séparées, sur lequel chacune essaie de tuer son propre soi et d’élever sur son corps un autre soi qui tirera son pouvoir de sa mort. 6 Ce rituel est mis en scène encore et encore. 7 Il n’est jamais complété et ne sera jamais complété. 8 Le rituel du complètement ne peut pas compléter, car la vie ne naît pas de la mort, ni le Ciel de l’enfer.

12. Chaque fois qu’une forme quelconque de relation particulière te tente de chercher l’amour dans un rituel, souviens-toi que l’amour est contenu, et non forme d’aucune sorte. 2 La relation particulière est un rituel de la forme, qui vise à élever la forme pour qu’elle prenne la place de Dieu aux dépens du contenu. 3 Il n’y a pas de signification dans la forme et il n’y en aura jamais. 4 La relation particulière doit être reconnue pour ce qu’elle est : un rituel insensé dans lequel la force est extraite de la mort de Dieu, puis investie dans Son assassin comme signe que la forme a triomphé du contenu, et que l’amour a perdu sa signification. 5 Voudrais-tu que cela soit possible, même en dehors du fait que c’est une évidente impossibilité? 6 Si c’était possible, tu te serais rendu toi-même impuissant. 7 Dieu n’est pas en colère. 8 Simplement, Il ne pouvait pas permettre que cela se produise. 9 Tu ne peux pas changer Son Esprit. 10 Aucun des rituels que tu as montés pour t’y délecter de la danse macabre ne peut porter la mort à l ‘éternel. 11 Pas plus que ce que tu as choisi comme substitut à l’Entièreté de Dieu ne peut avoir sur lui la moindre influence.

13. Ne vois rien de plus dans la relation particulière qu’une tentative in-signifiante pour élever d’autres dieux devant Lui et pour obscurcir en les adorant leur petitesse et Sa grandeur. 2 Au nom de ta complétude, tu ne veux pas cela. 3 Car chaque idole que tu élèves pour la placer devant Lui se tient devant toi, à la place de ce que tu es.

14. Le salut réside dans le simple fait que les illusions ne sont pas apeurantes parce qu’elles ne sont pas vraies. 2 Elles ne paraissent apeurantes que dans la mesure où tu manques de les reconnaître pour ce qu’elles sont; et tu manqueras de le faire dans la mesure où tu veux qu’elles soient vraies. 3 Dans la même mesure, tu nies la vérité, et ainsi tu manques de faire le simple choix entre vérité et illusion; entre Dieu et fantasme. 4 Souviens-toi de cela, et tu n’auras pas de difficulté à percevoir la décision exactement telle qu’elle est, sans rien de plus.

15. Le cœur de l’illusion de séparation consiste simplement dans le fantasme de destruction de la signification de l’amour. 2 Et à moins que la signification de l’amour ne te soit rendue, tu ne peux pas te connaître toi-même, toi qui partages sa signification. 3 La séparation n’est que la décision de ne pas te connaître toi-même. 4 Ce système de pensée tout entier est une expérience d’apprentissage soigneusement élaborée, destinée à t’amener loin de la vérité et jusque dans le fantasme. 5 Or pour chaque apprentissage qui te blesserait, Dieu t’offre la correction et l’évasion complète hors de toutes ses conséquences.

16. La décision d’écouter ou non ce cours et de le suivre ou non, n’est que le choix entre la vérité et l’illusion. 2 Car ici est la vérité, séparée de l’illusion et pas du tout confondue avec elle. 3 Comme ce choix devient simple lorsqu’il est perçu seulement comme étant ce qu’il est. 4 Car seuls les fantasmes rendent la confusion possible dans le choix, et ils sont totalement irréels.

17. Cette année est donc le temps de prendre la décision la plus facile à laquelle tu aies jamais été confronté, qui est aussi la seule. 2 Tu traverseras le pont et entreras dans la réalité simplement parce que tu reconnaîtras que Dieu est de l’autre côté et que rien du tout n’est ici. 3 Il est impossible de ne pas prendre la décision naturelle quand cela est compris.

Célèbre ta Résurrection – Sois le témoin de ton Miracle.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, Un Cours en Miracles on avril 3, 2010 at 2:17

subtle-bodies-150x150

Célèbre ta Résurrection

Sois le témoin de ton Miracle.

Il n’y a aucune histoire que tu puisses te raconter dans la dimension espace-temps qui puisse être vraie.

Elles sont toutes complètement in-signifiantes.

La seule Vérité se situe dans cette nouvelle perspective d’être la lumière et la force du monde.

Ceci n’a aucun rapport avec ta conception d’espace-temps.

Ceci est ta Résurrection.

Tu n’es pas un corps, tu es libre. Tu es tel que Dieu t’a créé.

Pâques est à propos de te souvenir de ce que tu es ici et maintenant.

Sans passé, sans futur.

Cesse de te raconter des histoires pour justifier ta présence dans l’espace-temps.

Ceci est complètement faux.

Célèbre tes Pâques.

Célèbre ta Résurrection.

Les miracles se voient dans la lumière, et la lumière et la force ne font qu’un.

UCEM~LEÇON 93 – La lumière, la joie et la paix demeurent en moi.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 93 - La lumière, la joie et la paix demeurent en moi., Un Cours en Miracles on avril 3, 2010 at 1:55

3 avril ~  235034504_acf94bf24f

LEÇON 93

La lumière, la joie et la paix demeurent en moi.

1. Tu penses que tu es la demeure du mal, des ténèbres et du péché. 2 Tu penses que si quiconque pouvait voir la vérité à ton sujet, il éprouverait de la répulsion et reculerait devant toi comme devant un serpent venimeux. 3 Tu penses que si ce qui est vrai à ton sujet t’était révélé, tu serais frappé d’une horreur si intense que tu te précipiterais pour te donner la mort, continuant de vivre après avoir vu que cela est impossible.

2. Ce sont des croyances si fermement fixées qu’il est difficile de t’aider à voir qu’elles sont fondées sur rien. 2 Que tu aies fait des erreurs est évident. 3 Que tu aies cherché le salut d’étranges façons, que tu aies été trompé, trompeur, effrayé par de sots fantasmes et des rêves brutaux; que tu te sois prosterné devant des idoles faites de poussière — tout cela est vrai selon ce que tu crois maintenant.

3. Aujourd’hui nous remettons cela en question, non du point de vue de ce que tu penses, mais d’un point de référence très différent, à partir duquel des pensées aussi vaines sont in-signifiantes. 2 Ces pensées ne sont pas en accord avec la Volonté de Dieu. 3 Ces croyances bizarres, Il ne les partage pas avec toi. 4 Cela suffit pour prouver qu’elles sont fausses, mais tu ne perçois pas qu’il en est ainsi.

4. Pourquoi ne serais-tu pas transporté de joie par l’assurance que tout le mal que tu penses avoir fait n’a jamais été fait, que tous tes péchés ne sont rien, que tu es aussi pur et saint que tu fus créé, et que la lumière, la paix et la joie demeurent en toi ? 2 L’image que tu as de toi-même ne peut résister à la Volonté de Dieu. 3 Tu penses que c’est la mort, mais c’est la vie. 4 Tu penses que tu es détruit, mais tu es sauvé.

5. Le soi que tu as fait n’est pas le Fils de Dieu. 2 Par conséquent, ce soi n’existe pas du tout. 3 Et tout ce qu’il semble faire et penser ne signifie rien. 4 Il n’est ni bon ni mauvais. 5 Il est irréel, et rien de plus que cela. 6 Il ne se bat pas contre le Fils de Dieu. 7 Il ne le blesse pas et il n’attaque pas sa paix. 8 Il n’a pas changé la création ni réduit l’éternelle impeccabilité au péché, et l’amour à la haine. 9 Quel pouvoir ce soi que tu as fait peut-il posséder, alors qu’il contredirait la Volonté de Dieu ?

6. Ton impeccabilité est garantie par Dieu. 2 Maintes et maintes fois, cela doit être répété, jusqu’à ce que ce soit accepté. 3 C’est vrai. 4 Ton impeccabilité est garantie par Dieu. 5 Rien ne peut la toucher ni changer ce que Dieu a créé éternel. 6 Le soi que tu as fait, mauvais et plein de péché, est in-signifiant. 7 Ton impeccabilité est garantie par Dieu, et la lumière, la joie et la paix demeurent en toi.

7. Le salut requiert que tu acceptes une seule pensée : tu es tel que Dieu t’a créé et non ce que tu as fait de toi-même. 2 Quel que soit le mal que tu penses avoir fait, tu es tel que Dieu t’a créé. 3 Quelles que soient les erreurs que tu as faites, la vérité à ton sujet reste inchangée. 4 La création est éternelle et inaltérable. 5 Ton impeccabilité est garantie par Dieu. 6 Tu es et seras à jamais exactement tel que tu fus créé. 7 La lumière, la joie et la paix demeurent en toi parce que Dieu les a mises là.

8. Pendant nos périodes d’exercice plus longues aujourd’hui, qui seraient le plus profitables si elles étaient faites durant les cinq premières minutes de chaque heure de veille, commence par énoncer la vérité sur ta création :

2 La lumière, la joie et la paix demeurent en moi.

3 Mon impeccabilité est garantie par Dieu.

4 Puis mets de côté tes sottes images de toi et passe le reste de la période d’exercice à essayer de faire l’expérience de ce que Dieu t’a donné, à la place de ce que tu as décrété pour toi-même.

9. Tu es ce que Dieu a créé ou ce que tu as fait. 2 Un Soi est vrai; l’autre n’est pas là. 3 Essaie de faire l’expérience de l’unité de ton seul Soi. 4 Essaie d’apprécier Sa Sainteté et l’amour à partir duquel Il fut créé. 5 Essaie de ne pas interférer avec le Soi que Dieu a créé toi, en cachant Sa majesté derrière les minuscules idoles du mal et de la peccabilité que tu as faites pour Le remplacer. 6 Laisse-Le être Soi-même. 7 Te voici; Ceci est Toi. 8 Et la lumière, la joie et la paix demeurent en toi parce qu’il en est ainsi.

10. Tu n’es peut-être pas désireux ni même capable d’employer les cinq premières minutes de chaque heure à ces exercices. 2 Essaie, toutefois, de le faire quand tu peux. 3 Souviens-toi au moins de répéter les pensées suivantes à chaque heure :

4 La lumière, la joie et la paix demeurent en moi.

5 Mon impeccabilité est garantie par Dieu.

6 Puis essaie de consacrer au moins une minute environ les yeux fermés à te rendre compte que c’est un énoncé de la vérité à ton sujet.

11. S’il arrive une situation qui semble troublante, dissipe rapidement l’illusion de peur en te répétant de nouveau ces pensées. 2 Au cas où tu serais tenté de te mettre en colère contre quelqu’un, dis-lui silencieusement :

3 La lumière, la joie et la paix demeurent en toi.

4 Ton impeccabilité est garantie par Dieu.

5 Tu peux faire beaucoup pour le salut du monde aujourd’hui. 6 Tu peux faire beaucoup aujourd’hui pour te rapprocher du rôle dans le salut que Dieu t’a assigné. 7 Et tu peux faire beaucoup aujourd’hui pour apporter à ton esprit la conviction que l’idée d’aujourd’hui est bel et bien vraie.

L’Inspiration

La dernière question laissée sans réponse

1. Ne vois-tu pas que toute ta misère vient de l’étrange croyance que tu es impuissant? 2 Être impuissant est le coût du péché. 3 L’impuissance est la condition du péché, la seule qu’il requiert pour être cru. 4 Seuls les impuissants pourraient croire en lui. 5 L’énormité n’a aucun attrait, sauf pour les petits. 6 Et seuls ceux qui croient d’abord être petits pourraient y voir une attraction. 7 La trahison du Fils de Dieu est la défense de ceux qui ne s’identifient pas à lui. 8 Et tu es pour lui ou contre lui; ou tu l’aimes ou tu l’attaques; tu protèges son unité ou tu le vois mis en pièces et mis à mort par ton attaque.

2. Nul ne croit que le Fils de Dieu est impuissant. 2 Ceux qui se voient eux-mêmes impuissants doivent croire qu’ils ne sont pas le Fils de Dieu. 3 Que peuvent-ils être, sinon son ennemi? 4 Et que peuvent-ils faire, sinon lui envier son pouvoir et par leur envie s’en rendre eux-mêmes apeurés? 5 Ceux-là sont les ténébreux, silencieux et apeurés, seuls et ne communiquant pas, qui ont peur que la puissance du Fils de Dieu ne les frappe à mort, et qui dressent leur impuissance contre lui. 6 Ils rejoignent l’armée des impuissants pour livrer leur guerre de vengeance, d’amertume et de malveillance contre lui, pour le rendre un avec eux. 7 Parce qu’ils ne connaissent pas qu’ils sont un avec lui, ils ne savent pas qui ils haïssent. 8 Ils forment certes une bien triste armée, chacun aussi susceptible d’attaquer son frère ou de se retourner contre lui-même que de se souvenir qu’ils pensaient avoir une cause commune.

3. Frénétiques, bruyants et forts, ainsi semblent être les ténébreux. 2 Or ils ne connaissent pas leur «ennemi», sauf qu’ils le haïssent. 3 Dans la haine ils se sont rassemblés mais sans se joindre les uns aux autres. 4 Car s’ils l’avaient fait, la haine serait impossible. 5 L’armée des impuissants doit être démantelée en présence de la force. 6 Ceux qui sont forts ne sont jamais traîtres, parce qu’ils n’ont aucun besoin de rêver de pouvoir ni de passer du rêve à l’acte. 7 Comment une armée agirait-elle en rêve? 8 N’importe comment. 9 On pourrait la voir attaquer n’importe qui avec n’importe quoi. 10 De raison, il n’y en a pas dans les rêves. 11 Une fleur se change en épée empoisonnée, un enfant devient un géant et une souris rugit comme un lion. 12 Et l’amour est tourné en haine tout aussi facilement. 13 Ceci n’est pas une armée, mais une maison de fous. 14 Ce qui semble être une attaque planifiée est un chahut.

4. L’armée des impuissants est faible en effet. 2 Elle n’a pas d’armes et pas d’ennemi. 3 Bien sûr, elle peut envahir le monde et chercher un ennemi. 4 Mais elle ne peut jamais trouver ce qui n’est pas là. 5 Bien sûr, elle peut rêver qu’elle a trouvé un ennemi, mais cela changera alors même qu’elle attaque, de sorte qu’elle courra aussitôt s’en chercher un autre sans jamais arriver à se reposer dans la victoire. 6 Et tout en courant elle se retourne contre elle-même, pensant avoir entrevu le grand ennemi qui échappe toujours à son attaque meurtrière en se changeant en quelque chose d’autre. 7 Comme cet ennemi paraît traître, qui change tellement qu’il est même impossible de le reconnaître.

5. Or la haine doit avoir une cible. 2 Il ne peut y avoir de foi dans le péché sans un ennemi. 3 Qui, croyant dans le péché, oserait croire qu’il n’a pas d’ennemi? 4 Pourrait-il admettre que personne ne l’a rendu impuissant? 5 La raison lui enjoindrait sûrement de ne plus chercher ce qui ne peut être trouvé. 6 Or il doit d’abord être désireux de percevoir un monde où il n’est pas. 7 Il n’est pas nécessaire qu’il comprenne comment il peut le voir. 8 Et il ne devrait pas essayer. 9 Car s’il se concentre sur ce qu’il ne peut comprendre, il ne fera qu’accentuer son impuissance et laisser le péché lui dire que son ennemi doit être lui-même. 10 Mais qu’il se pose seulement ces questions, sur lesquelles il doit se décider, et cela sera fait pour lui :

11 Est-ce que je désire un monde que je gouverne plutôt qu’un monde qui me gouverne ?

12 Est-ce que je désire un monde où je suis puissant plutôt qu’impuissant?

13 Est-ce que je désire un monde dans lequel je n’ai pas d’ennemis et ne peux pécher ?

14 Et est-ce que je veux voir ce que j’ai nié parce que c’est la vérité ?

6. Tu as peut-être déjà répondu aux trois premières questions mais pas encore à la dernière. 2 Car celle-là semble encore apeurante et différente des autres. 3 Or la raison t’assurerait qu’elles sont toutes les mêmes. 4 Nous avons dit que cette année ferait ressortir l’identité des choses qui sont identiques. 5 Cette ultime question, qui est en effet la dernière sur laquelle tu auras besoin de te décider, semble encore contenir une menace que les autres ont perdue pour toi. 6 Et cette différence imaginaire atteste ta croyance que la vérité est peut-être l’ennemi qu’il te reste à trouver. 7 Là donc semblerait être ton dernier espoir de trouver le péché et de ne pas accepter le pouvoir.

7. N’oublie pas que le choix entre le péché et la vérité, l’impuissance et la puissance, c’est le choix entre l’attaque et la guérison. 2 Car la guérison vient de la puissance et l’attaque de l’impuissance. 3 Celui que tu attaques, tu ne peux pas vouloir le guérir. 4 Et celui que tu voudrais voir guéri doit être celui que tu choisis pour être protégé contre l’attaque. 5 Et cette décision, n’est-ce pas le choix entre le voir avec les yeux du corps et le laisser t’être révélé par la vision? 6 Comment cette décision mène à ses effets, cela n’est pas ton problème. 7 Mais ce que tu veux voir doit être ton choix. 8 Ce cours porte sur la cause et non sur l’effet.

8. Considère avec soin ta réponse à la dernière question que tu as laissée encore sans réponse. 2 Puis laisse ta raison te dire qu’elle doit trouver réponse, et qu’elle la trouve dans les trois autres. 3 Alors il sera clair pour toi, en regardant les effets du péché sous quelque forme que ce soit, que la seule chose que tu as besoin de faire, c’est de te demander :

4 Est-ce cela que je voudrais voir? Est-ce que je veux cela ?

9. Cela est ta seule décision, cela est la condition de ce qui se produit. 2 C’est sans rapport avec la façon dont ça arrive, mais pas avec le pourquoi. 3 Tu as le contrôle de cela. 4 Et si tu choisis de voir un monde sans ennemi, dans lequel tu n’es pas impuissant, les moyens de le voir te seront donnés.

10. Pourquoi la dernière question est-elle si importante? 2 La raison te dira pourquoi. 3 Elle est la même que les trois autres, sauf dans le temps. 4 Les autres sont des décisions sur lesquelles tu peux revenir, que tu peux prendre et reprendre. 5 Mais la vérité est constante et suppose un état où les vacillements sont impossibles. 6 Tu peux désirer un monde que tu gouvernes et qui ne te gouverne pas, puis changer d’esprit. 7 Tu peux désirer échanger ton impuissance pour la puissance, puis perdre ce même désir dès qu’une petite lueur de péché t’attire. 8 Et tu peux vouloir voir un monde sans péché puis laisser un « ennemi » te tenter d’utiliser les yeux du corps et changer ce que tu désires.

11. Par le contenu, toutes ces questions sont les mêmes. 2 Car chacune demande si tu es désireux d’échanger le monde du péché pour ce que voit le Saint-Esprit, puisque c’est cela que nie le monde du péché. 3 Par conséquent, ceux qui voient le péché voient le déni du monde réel. 4 Or la dernière question ajoute le souhait de constance à ton désir de voir le monde réel, de telle sorte que ce désir devienne le seul que tu aies. 5 En répondant «oui» à la dernière question, tu ajoutes la sincérité aux décisions que tu as déjà prises sur toutes les autres. 6 Car alors seulement tu as renoncé à la possibilité de changer à nouveau d’esprit. 7 Quand c’est cela que tu ne veux pas, les autres ont pleinement trouvé réponse.

12. Pourquoi penses-tu que tu n’es pas sûr que les autres aient trouvé réponse? 2 Si elles avaient leur réponse, serait-il nécessaire de les poser aussi souvent? 3 Jusqu’à ce que la dernière décision ait été prise, la réponse est à la fois « oui » et « non ». 4 Car tu as répondu «oui» sans percevoir que «oui» doit vouloir dire «pas non». 5 Nul ne décide d’aller contre son bonheur, mais il peut le faire s’il ne voit pas qu’il le fait. 6 Et s’il voit son bonheur comme une chose toujours changeante, tantôt ceci et tantôt cela, et tantôt une ombre fugitive qui n’est attachée à rien, alors il décide d’aller contre lui.

13. Un bonheur qui t’échappe, ou un bonheur aux formes changeantes qui varie selon le temps et le lieu, cela est une illusion qui n’a pas de signification. 2 Le bonheur doit être constant, parce qu’il est atteint en renonçant au souhait de l’inconstant. 3 La joie ne peut être perçue que par une vision constante. 4 Et la vision constante ne peut être donnée qu’à ceux qui souhaitent la constance. 5 La puissance du désir du Fils de Dieu reste la preuve qu’il est dans l’erreur, celui qui se voit lui-même impuissant. 6 Désire ce que tu veux, et tu le verras et tu penseras que cela est réel. 7 Il n’est pas une pensée qui n’ait le pouvoir de délivrer ou de tuer. 8 Et pas une qui puisse quitter l’esprit du penseur ou le laisser inaffecté.

UCEM~LEÇON 92 – Les miracles se voient dans la lumière, et la lumière et la force ne font qu’un.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 92 - Les miracles se voient dans la lumière, et la lumière et la force ne font qu’un., Un Cours en Miracles on avril 2, 2010 at 1:25

2 avril ~ massivestar

LEÇON 92

Les miracles se voient dans la lumière,

et la lumière et la force ne font qu’un.

1. L’idée d’aujourd’hui est une extension de la précédente. 2 Tu ne penses pas à la lumière comme à une force, ni aux ténèbres comme à une faiblesse. 3 C’est parce que ton idée de ce que voir signifie est liée au corps, à ses yeux et à son cerveau. 4 Ainsi crois-tu que tu peux changer ce que tu vois en te mettant des petits morceaux de verre devant les yeux. 5 Cela fait partie des nombreuses croyances magiques qui viennent de la conviction que tu es un corps, et que les yeux du corps peuvent voir.

2. Tu crois aussi que le cerveau du corps peut penser. 2 Si tu comprenais seulement la nature de la pensée, tu ne pourrais que rire de cette idée insane. 3 C’est comme si tu pensais tenir l’allumette qui allume le soleil et lui donne toute sa chaleur; ou que tu tenais le monde dans ta main, solidement attaché jusqu’à ce que tu en lâches prise. 4 Or cela n’est pas plus sot que de croire que les yeux du corps peuvent voir, que le cerveau peut penser.

3. C’est la force de Dieu en toi qui est la lumière dans laquelle tu vois, de même que c’est Son Esprit avec lequel tu penses. 2 Sa force nie ta faiblesse. 3 C’est ta faiblesse qui voit par les yeux du corps, scrutant les ténèbres afin d’y voir sa propre image : les petits, les faibles, les malades et les mourants, ceux qui sont dans le besoin, ceux qui sont impuissants et apeurés, les tristes, les pauvres, les affamés et les sans-joie. 4 Ceux-là sont vus par des yeux qui ne peuvent voir et ne peuvent bénir.

4. La force passe sur ces choses en regardant plus loin que les apparences. 2 Elle garde son regard fixé sur la lumière qui est au-delà. 3 Elle s’unit à la lumière, dont elle fait partie. 4 Elle se voit elle-même. 5 Elle apporte la lumière dans laquelle apparaît ton Soi. 6 Dans les ténèbres tu perçois un soi qui n’est pas là. 7 La force est la vérité à ton sujet; la faiblesse est une idole faussement vénérée et adorée afin que la force soit dissipée et que les ténèbres règnent là où Dieu a décidé que serait la lumière.

5. La force vient de la vérité et luit d’une lumière que sa Source lui a donnée; la faiblesse reflète les ténèbres de son faiseur. 2 Elle est malade et voit la maladie, qui est pareille à elle-même. 3 La vérité est un sauveur et elle ne peut que vouloir le bonheur et la paix pour chacun. 4 Elle donne sa force à tous ceux qui demandent, en quantité illimitée. 5 Elle voit qu’un manque en quiconque serait un manque en tous. 6 Ainsi donne-t-elle sa lumière afin que tous voient et bénéficient en ne faisant qu’un. 7 Sa force est partagée, afin d’apporter à tous le miracle dans lequel ils s’uniront dans un même but, un même pardon, un même amour.

6. La faiblesse, qui regarde dans les ténèbres, ne peut pas voir un but dans le pardon et dans l’amour. 2 Elle voit tous les autres différents d’elle-même, et rien au monde qu’elle voudrait partager. 3 Elle juge et condamne, mais elle n’aime pas. 4 Dans les ténèbres elle demeure pour se cacher, et rêve qu’elle est forte et conquérante, victorieuse des limitations qui ne font que grandir dans les ténèbres jusqu’à atteindre des proportions énormes.

7. Elle a peur d’elle-même, elle s’attaque et elle se hait, et les ténèbres couvrent tout ce qu’elle voit, laissant ses rêves être aussi effrayants qu’elle-même. 2 De miracle, là, il n’y en a pas, seulement de la haine. 3 Elle se sépare de ce qu’elle voit, alors que la lumière et la force se perçoivent ne faisant qu’un. 4 La lumière de la force n’est pas la lumière que tu vois. 5 Elle ne change pas, ni ne vacille ni ne s’éteint. 6 Elle ne passe pas de la nuit au jour, puis de retour aux ténèbres jusqu’à ce que revienne le matin.

8. La lumière de la force est constante, sûre comme l’amour, éternellement contente de faire don d’elle-même, parce qu’elle ne peut donner qu’à elle-même. 2 Nul ne peut demander en vain de partager sa vue, et nul qui entre en sa demeure ne peut en partir sans un miracle devant les yeux, et sans que la force et la lumière ne résident en son cœur.

9. La force en toi t’offrira la lumière et guidera ta vue pour que tu ne t’attardes pas sur les vaines ombres que les yeux du corps fournissent pour la tromperie de soi. 2 Force et lumière s’unissent en toi, et là où elles se rencontrent se tient ton Soi, prêt à t’embrasser comme le Sien. 3 Tel est le lieu de rencontre que nous essayons aujourd’hui de trouver pour nous y reposer, car la paix de Dieu est là où ton Soi, Son Fils, attend maintenant de Se rencontrer à nouveau, et de n’être qu’un.

10. Donnons-nous deux fois vingt minutes aujourd’hui pour nous joindre à cette rencontre. 2 Laisse-toi porter jusqu’à ton Soi. 3 Sa force sera la lumière dans laquelle le don de la vue t’est donné. 4 Alors quitte les ténèbres un petit moment aujourd’hui, et nous nous exercerons à voir dans la lumière, en fermant les yeux du corps et en demandant à la vérité de nous montrer comment trouver le lieu de rencontre du soi et du Soi, où la lumière et la force ne font qu’un.

11. Matin et soir nous nous exercerons ainsi. 2 Après la rencontre du matin, nous emploierons la journée à nous préparer pour le moment de la soirée où nous nous rencontrerons à nouveau en toute confiance. 3 Répétons l’idée d’aujourd’hui aussi souvent que nous le pouvons, et reconnaissons que nous sommes initiés à la vue, et conduits loin des ténèbres jusqu’à la lumière où seuls les miracles peuvent être perçus.

L’Inspiration

Le péché comme ajustement

1. La croyance dans le péché est un ajustement. 2 Un ajustement est un changement; le passage d’une perception à une autre, ou la croyance que ce qui était tel auparavant a été rendu différent. 3 Par conséquent, tout ajustement est une distorsion, qui fait appel à des défenses pour la soutenir contre la réalité. 4 La connaissance ne requiert aucun ajustement et, de fait, se perd si le moindre passage ou changement est entrepris. 5 Car cela la réduit aussitôt à une simple perception; une façon de voir dans laquelle la certitude est perdue et le doute est entré. 6 Une condition ainsi détériorée nécessite des ajustements, parce qu’elle n’est pas vraie. 7 Qui a besoin de s’ajuster à la vérité, qui n’en appelle qu’à ce qu’il est, pour comprendre?

2. Les ajustements de toutes sortes sont de l’ego. 2 Car l’ego croit fixement que toutes les relations dépendent des ajustements, pour faire d’elles ce qu’il voudrait qu’elles soient. 3 Les relations directes, où il n’y a aucune interférence, sont toujours considérées comme dangereuses. 4 L’ego, qui s’est lui-même nommé médiateur de toutes les relations, fait tous les ajustements qu’il estime nécessaires, puis il les interpose entre ceux qui voudraient se rencontrer, pour les garder séparés et empêcher leur union. 5 C’est cette interférence étudiée qui fait qu’il t’est difficile de reconnaître ta relation sainte pour ce qu’elle est.

3. Ceux qui sont saints n’interfèrent pas avec la vérité. 2 Ils n’en ont pas peur, car c’est au-dedans de la vérité qu’ils reconnaissent leur sainteté, se réjouissant de ce qu’ils voient. 3 Ils la regardent directement, sans essayer de s’ajuster à elle, ou elle à eux. 4 Ainsi ils voient qu’elle était en eux, n’ayant pas d’abord décidé où ils voulaient qu’elle soit. 5 En regardant, ils ne font que poser une question, et c’est ce qu’ils voient qui leur répond. 6 Tu fais le monde et tu t’ajustes ensuite à lui, et lui à toi. 7 Et il n’y a pas non plus de différence entre toi et lui dans ta perception, qui a fait l’un et l’autre.

4. Or il reste une question simple, qui exige une réponse. 2 Aimes-tu ce que tu as fait? — un monde de meurtre et d’attaque, dans lequel tu te fraies timidement un chemin parmi d’incessants dangers, seul et effrayé, espérant au mieux que la mort attendra encore un peu avant de te rattraper et que tu disparaisses. 3 Tu as inventé cela. 4 C’est une image de ce que tu penses être; de la façon dont tu te vois. 5 Un meurtrier est effrayé, et ceux qui tuent craignent la mort. 6 Ces pensées effrayantes, ce sont celles de ceux qui voudraient s’ajuster à un monde que leurs ajustements ont rendu effrayant. 7 Et à partir de ce qui est triste au-dedans, ils regardent tristement au-dehors et y voient la tristesse.

5. Ne t’es-tu pas demandé comment le monde est réellement; comment tu le verrais avec des yeux heureux? 2 Le monde que tu vois n’est qu’un jugement sur toi-même. 3 Il n’est pas là du tout. 4 Or le jugement lui impose une sentence, le justifie et le rend réel. 5 Tel est le monde que tu vois : un jugement sur toi-même, et fait par toi. 6 Cette image maladive de toi-même, qui est son image et qu’il aime, l’ego la préserve avec soin et la place à l’extérieur de toi dans le monde. 7 Et à ce monde, tu dois t’ajuster aussi longtemps que tu crois que cette image est à l’extérieur et te tient à sa merci. 8 Ce monde est sans merci et s’il était à l’extérieur de toi, tu aurais certes raison d’être effrayé. 9 Or c’est toi qui l’as fait sans merci, et si maintenant sa nature sans merci semble être dans tout ce que tu vois, elle peut être corrigée.

6. Qui, dans une relation sainte, peut longtemps rester non saint? 2 Le monde que voient ceux qui sont saints ne fait qu’un avec eux, tout comme le monde que regarde l’ego est pareil à lui. 3 Le monde que voient ceux qui sont saints est beau parce qu’ils voient en lui leur innocence. 4 Ils ne lui ont pas dit ce qu’il était; ils n’ont pas fait d’ajustements pour convenir à leurs ordres. 5 Dans un murmure, ils lui ont doucement demandé : «Qu’es-tu?» 6 Et Celui Qui veille sur toute perception a répondu. 7 Ne prends pas le jugement du monde pour réponse à la question : «Que suis-je ?» 8 Le monde croit dans le péché, mais la croyance qui l’a fait tel que tu le vois n’est pas extérieure à toi.

7. Ne cherche pas à faire que le Fils de Dieu s’ajuste à son insanité. 2 Il y a un étranger en lui, qui est entré par mégarde dans la demeure de la vérité et qui en sortira. 3 Il est venu sans but, mais il ne restera pas devant l’éclatante lumière qu’a offerte le Saint-Esprit, et que tu as acceptée. 4 Car là l’étranger est rendu sans demeure et tu es, toi, le bienvenu. 5 Ne demande pas à cet étranger de passage : «Que suis-je?» 6 Il est l’unique chose dans tout l’univers qui n’en ait pas connaissance. 7 Or c’est à lui que tu le demandes, et c’est à sa réponse que tu voudrais t’ajuster. 8 C’est cette seule et folle pensée, d’une féroce arrogance et pourtant si minuscule et si in-signifiante qu’elle se faufile inaperçue à travers l’univers de la vérité, qui devient ton guide. 9 C’est vers elle que tu te tournes pour demander la signification de l’univers. 10 Et à l’unique chose aveugle dans tout l’univers voyant de la vérité, tu demandes : «Comment dois-je regarder le Fils de Dieu?»

8. À une chose totalement dépourvue de jugement, demande-t-on jugement? 2 Et si tu l’as fait, voudras-tu croire la réponse et t’y ajuster comme si c’était la vérité? 3 Le monde que tu regardes est la réponse qu’elle t’a donnée, et tu lui as donné le pouvoir d’ajuster le monde pour rendre sa réponse vraie. 4 Tu as demandé à cette bouffée de folie la signification de ta relation non sainte, et tu l’as ajustée en fonction de sa réponse insane. 5 À quel point cela t’a-t-il rendu heureux? 6 As-tu rencontré ton frère avec joie pour bénir le Fils de Dieu et lui rendre grâce de tout le bonheur qu’il t’a offert? 7 As-tu reconnu en ton frère le don éternel de Dieu pour toi? 8 As-tu vu la sainteté qui luisait en toi comme en ton frère, pour bénir l’autre? 9 Voilà le but de ta relation sainte. 10 Ne demande pas quels sont les moyens de l’atteindre à l’unique chose qui voudrait encore qu’elle soit non sainte. 11 Ne lui donne pas le pouvoir d’ajuster les moyens et la fin.

9. Des prisonniers qui sont liés depuis des années à de lourdes chaînes, affamés, émaciés, faibles et épuisés, qui ont les yeux plongés depuis si longtemps dans les ténèbres qu’ils ne se souviennent plus de la lumière, ne sautent pas de joie à l’instant même où ils sont libérés. 2 Il leur faut un certain temps pour comprendre ce qu’est la liberté. 3 Tu cherchais faiblement, à tâtons dans la poussière, et tu as trouvé la main de ton frère, incertain si tu devais la lâcher ou t’agripper à la vie oubliée depuis si longtemps. 4 Serre-la plus fort et lève les yeux sur ton fort compagnon, en qui réside la signification de ta liberté. 5 Il semblait être crucifié à côté de toi. 6 Et pourtant sa sainteté était restée intouchée et parfaite, et avec lui à tes côtés tu entreras ce jour même dans le Paradis, et tu connaîtras la paix de Dieu.

10. Telle est ma volonté pour toi et ton frère, et pour chacun de vous l’un pour l’autre et pour lui-même. 2 Ici il n’y a que sainteté et jonction sans limite. 3 Car qu’est-ce que le Ciel, sinon l’union, directe et parfaite, et sans le voile de la peur sur elle? 4 Ici nous sommes un, et le regard que nous posons l’un sur l’autre et sur nous-mêmes est d’une parfaite douceur. 5 Ici toute pensée de séparation entre nous devient impossible. 6 Toi qui étais prisonnier dans la séparation, tu es maintenant rendu libre dans le Paradis. 7 Et c’est ici que je voudrais m’unir à toi, mon ami, mon frère et mon Soi.

11. Le don que tu as fait à ton frère m’a donné la certitude que notre union est proche. 2 Partage donc cette foi avec moi, et connais qu’elle est justifiée. 3 Il n’y a pas de crainte dans l’amour parfait parce qu’il ne connaît pas le péché et qu’il doit voir les autres comme il se voit lui-même. 4 Regardant au-dedans avec charité, que peut-il craindre au-dehors? 5 Les innocents voient la sécurité, et ceux qui ont le cœur pur voient Dieu au-dedans de Son Fils et se tournent vers le Fils pour qu’il les conduise au Père. 6 Et où iraient-ils ailleurs que là où c’est leur volonté d’être? 7 Maintenant toi et ton frère vous conduirez l’un l’autre vers le Père, aussi sûrement que Dieu a créé Son Fils saint, et l’a gardé ainsi. 8 En ton frère est la lumière de la promesse éternelle d’immortalité que Dieu t’a faite. 9 Vois-le sans péché et il ne peut y avoir de peur en toi.

Le Temps de Pâques

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, Un Cours en Miracles on avril 1, 2010 at 12:38

Joyeuses Pâques

hpim2483-lis-blanc-2

Pâques n’est pas la célébration du coût du péché, mais de sa fin.

Si tu entrevois la face du Christ derrière le voile, à travers les pétales blancs comme neige des lys que tu as reçus et offerts en don, c’est la face de ton frère que tu contempleras et reconnaîtras.

J’étais un étranger et tu m’as recueilli, ne connaissant pas qui j’étais.

Or pour ton don des lys, tu le sauras.

Dans le pardon que tu accordes à cet étranger, inconnu de toi et pourtant ton vieil Ami, résident sa délivrance et ta rédemption avec lui.

Le temps de Pâques est un temps de joie, et non de deuil.

Regarde ton Ami ressuscité et célèbre avec moi sa sainteté.

Car Pâques est le temps de ton salut, avec le mien.

Jésus de Nazareth

UCEM~LEÇON 91 – Les miracles se voient dans la lumière.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 91 - Les miracles se voient dans la lumière., Un Cours en Miracles on avril 1, 2010 at 12:02

1 avril ~ 1217571286pidIgB9

LEÇON 91

Les miracles se voient dans la lumière.

1. Il est important de se souvenir que les miracles et la vision vont ensemble nécessairement. 2 Ceci a besoin d’être répété, et répété fréquemment. 3 C’est une idée centrale dans ton nouveau système de pensée et dans la perception qu’il produit. 4 Le miracle est toujours là. 5 Sa présence n’est pas causée par ta vision; son absence n’est pas le résultat de ce que tu manques de le voir. 6 C’est seulement la conscience que tu as des miracles qui est affectée. 7 Tu les verras dans la lumière; tu ne les verras pas dans les ténèbres.

2. Pour toi, donc, la lumière est cruciale. 2 Tant que tu restes dans les ténèbres, le miracle reste non vu. 3 Ainsi tu es convaincu qu’il n’est pas là. 4 Cela suit des prémisses d’où viennent les ténèbres. 5 Le déni de la lumière conduit à manquer de la percevoir. 6 Manquer de percevoir la lumière, c’est percevoir les ténèbres. 7 La lumière ne t’est alors d’aucune utilité, même si elle est là. 8 Tu ne peux pas l’utiliser parce que sa présence t’est inconnue. 9 Et l’apparente réalité des ténèbres rend l’idée de lumière in-signifiante.

3. Te faire dire que ce que tu ne vois pas est là a l’air d’une insanité. 2 Il est très difficile de se convaincre que l’insanité est de ne pas voir ce qui est là, et de voir ce qui n’est pas là à la place. 3 Tu ne doutes pas que les yeux du corps peuvent voir. 4 Tu ne doutes pas que les images qu’ils te montrent sont la réalité. 5 Ta foi réside dans les ténèbres et non dans la lumière. 6 Comment cela peut-il être renversé ? 7 Pour toi c’est impossible, mais tu n’es pas seul en cela.

4. Tes efforts, aussi petits soient-ils, ont un fort soutien. 2 Si seulement tu te rendais compte de la grandeur de cette force, tes doutes s’évanouiraient. 3 Aujourd’hui, nous nous consacrerons à tenter de te laisser sentir cette force. 4 Quand tu auras senti la force en toi, qui met aisément tous les miracles à ta portée, tu ne douteras point. 5 Les miracles que cache ton sentiment de faiblesse jailliront à ta conscience quand tu sentiras la force en toi.

5. Trois fois aujourd’hui, réserve-toi environ dix minutes de calme où tu essaieras de laisser ta faiblesse derrière toi. 2 Cela s’accomplit très simplement, quand tu t’enseignes que tu n’es pas un corps. 3 La foi va à ce que tu veux, et tu instruis ton esprit en conséquence. 4 Ta volonté demeure ton enseignant, et ta volonté a toute la force de faire ce qu’elle désire. 5 Tu peux échapper du corps si tel est ton choix. 6 Tu peux faire l’expérience de la force en toi.

6. Commence les périodes d’exercice plus longues par cet énoncé des véritables relations de cause et effet :

2 Les miracles sont vus dans la lumière.

3 Les yeux du corps ne perçoivent pas la lumière.

4 Mais je ne suis pas un corps.

5 Que suis-je ?

6 La question par laquelle se termine cet énoncé est nécessaire pour nos exercices d’aujourd’hui. 7 Ce que tu penses être est une croyance à défaire. 8 Mais ce que tu es réellement doit t’être révélé. 9 La croyance que tu es un corps demande une correction, étant une erreur. 10 La vérité de ce que tu es fait appel à la force en toi pour amener à ta conscience ce que l’erreur dissimule.

7. Si tu n’es pas un corps, qu’es-tu ? 2 Tu as besoin de prendre conscience de ce que le Saint-Esprit utilise pour remplacer l’image d’un corps dans ton esprit. 3 Tu as besoin de ressentir quelque chose pour y mettre ta foi, quand tu l’enlèves du corps. 4 Tu as besoin d’une réelle expérience de quelque chose d’autre, quelque chose de plus solide et de plus sûr; plus digne de ta foi et qui soit réellement là.

8. Si tu n’es pas un corps, qu’es-tu ? 2 Demande-le honnêtement puis consacre plusieurs minutes à permettre que tes pensées erronées au sujet de tes attributs soient corrigées, et que leurs opposés prennent leur place. 3 Dis, par exemple :

4 Je ne suis pas faible, mais fort.

5 Je ne suis pas impuissant, mais puissant.

6 Je ne suis pas limité, mais illimité.

7 Je ne suis pas incertain, mais certain.

8 Je ne suis pas une illusion, mais une réalité.

9 Je ne peux pas voir dans les ténèbres, mais dans la lumière.

9. Pendant la seconde phase de la période d’exercice, essaie d’éprouver ces vérités à ton sujet. 2 Concentre-toi particulièrement sur l’expérience de la force. 3 Souviens-toi que tout sentiment de faiblesse est associé à la croyance que tu es un corps, croyance qui est erronée et ne mérite aucune foi. 4 Essaie de lui retirer ta foi, ne serait-ce qu’un instant. 5 Tu t’habitueras à rester fidèle à ce qu’il y a de plus digne en toi au fur et à mesure que nous avancerons.

10. Détends-toi pendant le reste de la période d’exercice, confiant en ce que tes efforts, si maigres soient-ils, sont pleinement soutenus par la force de Dieu et toutes Ses Pensées. 2 C’est d’Elles que ta force viendra. 3 C’est par Leur fort soutien que tu sentiras la force en toi. 4 Elles sont unies à toi dans cette période d’exercice, durant laquelle tu partages un but pareil au Leur. 5 C’est à Elles qu’appartient la lumière dans laquelle tu verras des miracles, parce que Leur force est à toi. 6 Leur force devient tes yeux, afin que tu voies.

11. Cinq ou six fois par heure, à intervalles raisonnablement réguliers, rappelle-toi que les miracles se voient dans la lumière. 2 Assure-toi aussi de répondre à la tentation par l’idée d’aujourd’hui. 3 La forme suivante pourrait aider dans ce but particulier :

4 Les miracles se voient dans la lumière.

5 Que je ne ferme pas les yeux à cause de ceci.

L’Inspiration

Pour avoir la paix, enseigne la paix pour l’apprendre

1. Tous ceux qui croient en la séparation ont une peur fondamentale de la riposte et de l’abandon. 2 Ils croient en l’attaque et le rejet; ainsi c’est ce qu’ils perçoivent, enseignent et apprennent. 3 Il est clair que ces idées insanes résultent de la dissociation et de la projection. 4 Ce que tu enseignes, c’est ce que tu es, mais il est très apparent que tu peux enseigner faussement et que tu peux donc t’enseigner ce qui est faux. 5 Beaucoup ont pensé que je les attaquais, même s’il était apparent que je ne le faisais pas. 6 Un apprenant insane apprend d’étranges leçons. 7 Ce que tu dois reconnaître, c’est qu’en ne partageant pas un système de pensée, tu l’affaiblis. 8 Par conséquent, ceux qui y croient perçoivent cela comme une attaque dirigée contre eux. 9 C’est que chacun s’identifie avec son système de pensée, et chaque système de pensée est centré sur ce que tu crois être. 10 Si le centre du système de pensée est vrai, seule la vérité s’étend à partir de lui. 11 Mais si un mensonge est en son centre, seule la tromperie en procède.

2. Tous les bons enseignants se rendent compte que seul un changement fondamental durera, mais ils ne commencent pas à ce niveau. 2 Renforcer la motivation pour le changement est leur but premier. 3 C’est aussi leur but ultime. 4 Tout ce qu’un enseignant a besoin de faire pour garantir un changement, c’est d’accroître chez l’apprenant la motivation pour le changement. 5 Un changement de motivation est un changement d’esprit, et il est inévitable que cela produise un changement fondamental parce que l’esprit est fondamental.

3. La première étape dans le processus de renversement ou de défaire est le défaire du concept d’obtention. 2 Conséquemment, la première leçon du Saint-Esprit était :  » Pour avoir, donne tout à tous.  » 3 J’ai dit que cela était susceptible d’accroître le conflit temporairement, et nous pouvons maintenant clarifier cela davantage. 4 À ce stade, l’égalité entre avoir et être n’est pas encore perçue. 5 Jusqu’à ce qu’elle le soit, il semblera qu’avoir est l’opposé de donner. 6 Par conséquent, la première leçon semble contenir une contradiction, puisque l’esprit qui l’apprend est en conflit. 7 Cela signifie qu’il y a conflit de motivations, et la leçon ne peut donc pas encore être apprise de façon cohérente. 8 De plus, l’esprit de l’apprenant projette son propre conflit et ne perçoit ainsi aucune cohérence dans l’esprit des autres, ce qui lui rend suspectes leurs motivations. 9 Voilà réellement pourquoi, à maints égards, la première leçon est la plus difficile à apprendre. 10 Encore très conscient de l’ego en toi, et répondant principalement à l’ego en l’autre, voilà qu’il t’est enseigné à réagir aux deux comme si ce que tu crois n’était pas vrai.

4. Sens dessus dessous comme toujours, l’ego perçoit la première leçon comme étant insane. 2 En fait, il n’a pas le choix puisque l’alternative, qui lui serait encore moins acceptable, serait évidemment qu’il est insane. 3 Le jugement de l’ego, ici comme toujours, est prédéterminé par ce qu’il est. 4 Le changement fondamental se produira quand même avec le changement d’esprit du penseur. 5 Entre-temps, la Voix du Saint-Esprit se faisant de plus en plus claire, il devient impossible à l’apprenant de ne pas écouter. 6 Pour un temps, donc, il reçoit et accepte des messages conflictuels.

5. D’évidence, la voie qui mène hors du conflit entre deux systèmes de pensée opposés, c’est d’en choisir un et de renoncer à l’autre. 2 Si tu t’identifies à ton système de pensée, et tu ne peux pas y échapper, et si tu acceptes deux systèmes de pensée qui sont en désaccord complet, la paix de l’esprit est impossible. 3 Si tu enseignes les deux, ce que tu feras sûrement aussi longtemps que tu acceptes les deux, tu enseignes le conflit et tu l’apprends. 4 Or ce que tu veux, c’est la paix, sinon tu n’aurais pas appelé à ton aide la Voix pour la paix. 5 Sa leçon n’est pas insane; le conflit l’est.

6. Il ne peut pas y avoir conflit entre santé d’esprit et insanité. 2 Une seule est vraie, donc une seule est réelle. 3 L’ego tente de te persuader que c’est à toi de décider quelle voix est vraie, mais le Saint-Esprit t’enseigne que la vérité fut créée par Dieu, et que ta décision ne peut la changer. 4 Lorsque tu commences à te rendre compte du pouvoir tranquille de la Voix du Saint-Esprit, et de Sa parfaite constance, il doit aussi commencer à se faire jour dans ton esprit que tu essaies de défaire une décision qui fut prise pour toi irrévocablement. 5 Voilà pourquoi j’ai suggéré plus tôt que tu te rappelles de laisser le Saint-Esprit décider de choisir Dieu pour toi.

7. Il ne t’est pas demandé de prendre des décisions insanes, quoi que tu puisses le penser. 2 Toutefois, cela doit être insane de croire que c’est à toi de décider quelles sont les créations de Dieu. 3 Le Saint-Esprit perçoit le conflit exactement tel qu’il est. 4 Par conséquent, Sa seconde leçon est :

5 Pour avoir la paix, enseigne la paix pour l’apprendre.

8. Ceci est encore une étape préliminaire, puisqu’avoir et être ne sont toujours pas assimilés l’un à l’autre. 2 Toutefois, elle est plus avancée que la première étape, qui n’est réellement que le début du renversement de la pensée. 3 La seconde étape est une affirmation positive de ce que tu veux. 4 C’est donc un pas dans la direction qui mène hors du conflit, puisque cela signifie que les alternatives ont été considérées et que l’une d’elles a été choisie comme  étant plus désirable. 5 Néanmoins, l’expression  » plus désirable  » implique encore qu’il y a des degrés de désirabilité. 6 Par conséquent, bien que cette étape soit essentielle pour arriver à l’ultime décision, il est clair que ce n’est pas la dernière. 7 L’absence d’un ordre de difficulté dans les miracles n’a pas encore été acceptée, parce que rien n’est difficile qui est entièrement désiré. 8 Désirer entièrement, c’est créer, et créer ne peut pas être difficile si Dieu Lui-même t’a créé créateur.

9. La seconde étape, donc, bien qu’elle constitue un pas de géant vers la perception unifiée qui reflète la connaissance de Dieu, est encore une étape perceptuelle. 2 En faisant ce pas et en gardant cette direction, tu te fraies un chemin vers le centre de ton système de pensée, où se produira le changement fondamental. 3 À la deuxième étape, le progrès est intermittent, mais la deuxième étape est plus facile que la première parce qu’elle suit. 4 De se rendre compte qu’elle doit suivre démontre une conscience de plus en plus grande que le Saint-Esprit te conduira.