Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for the ‘UCEM~LEÇON 43 – Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui.’ Category

UCEM~LEÇON 43 – Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 43 - Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui., Un Cours en Miracles on février 11, 2017 at 8:00

LEÇON 43

Dieu est ma Source.

Je ne peux pas voir à part de Lui.

1. La perception n’est pas un attribut de Dieu. 2 Son champ est celui de la connaissance. 3 Or Il a créé le Saint-Esprit en tant que Médiateur entre la perception et la connaissance. 4 Sans ce lien avec Dieu, la perception aurait remplacé à jamais la connaissance dans ton esprit. 5 Avec ce lien avec Dieu, la perception deviendra tellement changée et purifiée qu’elle mènera à la connaissance. 6 Voilà sa fonction telle que la voit le Saint-Esprit. 7 C’est donc sa fonction en vérité.

2. En Dieu tu ne peux pas voir. 2 La perception n’a pas de fonction en Dieu et n’existe pas. 3 Or dans le salut, qui est le défaire de ce qui n’a jamais été, la perception a un but considérable. 4 Faite par le Fils de Dieu dans un but non saint, elle doit devenir le moyen de ramener sa sainteté à sa conscience. 5 La perception n’a pas de signification. 6 Or le Saint-Esprit lui donne une signification très proche de celle de Dieu. 7 La perception guérie devient le moyen par lequel le Fils de Dieu pardonne à son frère, et se pardonne ainsi à lui-même.

3. Tu ne peux pas voir à part de Dieu parce que tu ne peux pas être à part de Dieu. 2 Quoi que tu fasses, tu le fais en Lui, parce que quoi que tu penses, tu le penses avec Son Esprit. 3 Si la vision est réelle, et elle est réelle dans la mesure où elle partage le but du Saint-Esprit, alors tu ne peux pas voir à part de Dieu.

4. Trois périodes d’exercice de cinq minutes sont requises aujourd’hui : l’une aussi tôt et l’autre aussi tard que possible dans la journée. 2 La troisième peut être entreprise au moment qui te convient le plus, quand les circonstances le permettent et quand tu te sens prêt. 3 Au commencement de ces périodes d’exercice, répète-toi l’idée d’aujourd’hui, les yeux ouverts. 4 Puis promène ton regard autour de toi pendant un court moment, en appliquant l’idée concrètement à ce que tu vois. 5 Quatre ou cinq sujets suffiront pour cette phase de la période d’exercice. 6 Tu pourrais dire, par exemple :

7 Dieu est ma Source. 8 Je ne peux pas voir ce bureau à part de Lui.

9 Dieu est ma Source. 10 Je ne peux pas voir ce tableau à part de Lui.

5. Bien que cette partie de l’exercice doive être relativement courte, assure-toi de choisir les sujets sans discrimination pour cette phase de l’exercice, sans rien inclure ni exclure de ton propre chef. 2 Pour la deuxième phase, qui est plus longue, ferme les yeux, répète de nouveau l’idée d’aujourd’hui, puis laisse toutes les pensées pertinentes qui te viennent à l’esprit ajouter à l’idée à ta propre façon. 3 Des pensées comme celle-ci :

4 Je vois par les yeux du pardon.

5 Je vois le monde béni.

6 Le monde peut me montrer moi-même.

7 Je vois mes propres pensées, qui sont comme Celles de Dieu.

8 Toute pensée qui est reliée plus ou moins directement à l’idée d’aujourd’hui conviendra. 9 Il n’est pas besoin que les pensées aient un rapport évident avec l’idée, mais elles ne devraient pas être en opposition avec elle.

6. Si tu trouves que ton esprit vagabonde, si tu commences à prendre conscience de pensées qui sont nettement en désaccord avec l’idée d’aujourd’hui, ou s’il semble que tu es incapable de penser à quoi que ce soit, ouvre les yeux, répète la première phase de la période d’exercice, puis essaie de nouveau la seconde. 2 Ne permets pas que des périodes se prolongent durant lesquelles tu deviens préoccupé de pensées qui n’ont aucun rapport. 3 Pour éviter cela, retourne à la première phase aussi souvent que ce sera nécessaire.

7. En appliquant l’idée d’aujourd’hui pendant les plus courtes périodes d’exercice, tu peux varier la forme selon les circonstances et les situations dans lesquelles tu te trouves au cours de la journée. 2 Quand tu es avec quelqu’un d’autre, par exemple, essaie de te souvenir de lui dire en silence:

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas te voir à part de Lui.

5 Cette forme peut s’appliquer aussi bien aux étrangers qu’à ceux que tu penses être plus proches de toi. 6 En fait, essaie de ne pas faire du tout de distinctions de ce genre.

8. L’idée d’aujourd’hui devrait aussi être appliquée tout le long de la journée aux divers événements et situations qui peuvent survenir, particulièrement à ceux qui semblent te bouleverser de quelque façon que ce soit. 2 À cette fin, applique l’idée sous la forme suivante :

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas voir cela à part de Lui.

9. Si aucun sujet particulier ne se présente à ta conscience sur le moment, répète simplement l’idée sous sa forme originale. 2 Essaie aujourd’hui de ne pas laisser passer de longues périodes de temps sans te souvenir de l’idée d’aujourd’hui, et te souvenir ainsi de ta fonction.

Introduction aux leçons

Choisis à nouveau – LA VISION DU SAUVEUR

UCEM~LEÇON 43 – Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 43 - Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui., Un Cours en Miracles on février 11, 2016 at 9:06

LEÇON 43

Dieu est ma Source.

Je ne peux pas voir à part de Lui.

1. La perception n’est pas un attribut de Dieu. 2 Son champ est celui de la connaissance. 3 Or Il a créé le Saint-Esprit en tant que Médiateur entre la perception et la connaissance. 4 Sans ce lien avec Dieu, la perception aurait remplacé à jamais la connaissance dans ton esprit. 5 Avec ce lien avec Dieu, la perception deviendra tellement changée et purifiée qu’elle mènera à la connaissance. 6 Voilà sa fonction telle que la voit le Saint-Esprit. 7 C’est donc sa fonction en vérité.

2. En Dieu tu ne peux pas voir. 2 La perception n’a pas de fonction en Dieu et n’existe pas. 3 Or dans le salut, qui est le défaire de ce qui n’a jamais été, la perception a un but considérable. 4 Faite par le Fils de Dieu dans un but non saint, elle doit devenir le moyen de ramener sa sainteté à sa conscience. 5 La perception n’a pas de signification. 6 Or le Saint-Esprit lui donne une signification très proche de celle de Dieu. 7 La perception guérie devient le moyen par lequel le Fils de Dieu pardonne à son frère, et se pardonne ainsi à lui-même.

3. Tu ne peux pas voir à part de Dieu parce que tu ne peux pas être à part de Dieu. 2 Quoi que tu fasses, tu le fais en Lui, parce que quoi que tu penses, tu le penses avec Son Esprit. 3 Si la vision est réelle, et elle est réelle dans la mesure où elle partage le but du Saint-Esprit, alors tu ne peux pas voir à part de Dieu.

4. Trois périodes d’exercice de cinq minutes sont requises aujourd’hui : l’une aussi tôt et l’autre aussi tard que possible dans la journée. 2 La troisième peut être entreprise au moment qui te convient le plus, quand les circonstances le permettent et quand tu te sens prêt. 3 Au commencement de ces périodes d’exercice, répète-toi l’idée d’aujourd’hui, les yeux ouverts. 4 Puis promène ton regard autour de toi pendant un court moment, en appliquant l’idée concrètement à ce que tu vois. 5 Quatre ou cinq sujets suffiront pour cette phase de la période d’exercice. 6 Tu pourrais dire, par exemple :

7 Dieu est ma Source. 8 Je ne peux pas voir ce bureau à part de Lui.

9 Dieu est ma Source. 10 Je ne peux pas voir ce tableau à part de Lui.

5. Bien que cette partie de l’exercice doive être relativement courte, assure-toi de choisir les sujets sans discrimination pour cette phase de l’exercice, sans rien inclure ni exclure de ton propre chef. 2 Pour la deuxième phase, qui est plus longue, ferme les yeux, répète de nouveau l’idée d’aujourd’hui, puis laisse toutes les pensées pertinentes qui te viennent à l’esprit ajouter à l’idée à ta propre façon. 3 Des pensées comme celle-ci :

4 Je vois par les yeux du pardon.

5 Je vois le monde béni.

6 Le monde peut me montrer moi-même.

7 Je vois mes propres pensées, qui sont comme Celles de Dieu.

8 Toute pensée qui est reliée plus ou moins directement à l’idée d’aujourd’hui conviendra. 9 Il n’est pas besoin que les pensées aient un rapport évident avec l’idée, mais elles ne devraient pas être en opposition avec elle.

6. Si tu trouves que ton esprit vagabonde, si tu commences à prendre conscience de pensées qui sont nettement en désaccord avec l’idée d’aujourd’hui, ou s’il semble que tu es incapable de penser à quoi que ce soit, ouvre les yeux, répète la première phase de la période d’exercice, puis essaie de nouveau la seconde. 2 Ne permets pas que des périodes se prolongent durant lesquelles tu deviens préoccupé de pensées qui n’ont aucun rapport. 3 Pour éviter cela, retourne à la première phase aussi souvent que ce sera nécessaire.

7. En appliquant l’idée d’aujourd’hui pendant les plus courtes périodes d’exercice, tu peux varier la forme selon les circonstances et les situations dans lesquelles tu te trouves au cours de la journée. 2 Quand tu es avec quelqu’un d’autre, par exemple, essaie de te souvenir de lui dire en silence:

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas te voir à part de Lui.

5 Cette forme peut s’appliquer aussi bien aux étrangers qu’à ceux que tu penses être plus proches de toi. 6 En fait, essaie de ne pas faire du tout de distinctions de ce genre.

8. L’idée d’aujourd’hui devrait aussi être appliquée tout le long de la journée aux divers événements et situations qui peuvent survenir, particulièrement à ceux qui semblent te bouleverser de quelque façon que ce soit. 2 À cette fin, applique l’idée sous la forme suivante :

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas voir cela à part de Lui.

9. Si aucun sujet particulier ne se présente à ta conscience sur le moment, répète simplement l’idée sous sa forme originale. 2 Essaie aujourd’hui de ne pas laisser passer de longues périodes de temps sans te souvenir de l’idée d’aujourd’hui, et te souvenir ainsi de ta fonction.

Introduction au Livre d’exercices pour étudiants

UCEM~LEÇON 43 – Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 43 - Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui., Un Cours en Miracles on février 11, 2015 at 9:39

LEÇON 43

Dieu est ma Source.

Je ne peux pas voir à part de Lui.

1. La perception n’est pas un attribut de Dieu. 2 Son champ est celui de la connaissance. 3 Or Il a créé le Saint-Esprit en tant que Médiateur entre la perception et la connaissance. 4 Sans ce lien avec Dieu, la perception aurait remplacé à jamais la connaissance dans ton esprit. 5 Avec ce lien avec Dieu, la perception deviendra tellement changée et purifiée qu’elle mènera à la connaissance. 6 Voilà sa fonction telle que la voit le Saint-Esprit. 7 C’est donc sa fonction en vérité.

2. En Dieu tu ne peux pas voir. 2 La perception n’a pas de fonction en Dieu et n’existe pas. 3 Or dans le salut, qui est le défaire de ce qui n’a jamais été, la perception a un but considérable. 4 Faite par le Fils de Dieu dans un but non saint, elle doit devenir le moyen de ramener sa sainteté à sa conscience. 5 La perception n’a pas de signification. 6 Or le Saint-Esprit lui donne une signification très proche de celle de Dieu. 7 La perception guérie devient le moyen par lequel le Fils de Dieu pardonne à son frère, et se pardonne ainsi à lui-même.

3. Tu ne peux pas voir à part de Dieu parce que tu ne peux pas être à part de Dieu. 2 Quoi que tu fasses, tu le fais en Lui, parce que quoi que tu penses, tu le penses avec Son Esprit. 3 Si la vision est réelle, et elle est réelle dans la mesure où elle partage le but du Saint-Esprit, alors tu ne peux pas voir à part de Dieu.

4. Trois périodes d’exercice de cinq minutes sont requises aujourd’hui : l’une aussi tôt et l’autre aussi tard que possible dans la journée. 2 La troisième peut être entreprise au moment qui te convient le plus, quand les circonstances le permettent et quand tu te sens prêt. 3 Au commencement de ces périodes d’exercice, répète-toi l’idée d’aujourd’hui, les yeux ouverts. 4 Puis promène ton regard autour de toi pendant un court moment, en appliquant l’idée concrètement à ce que tu vois. 5 Quatre ou cinq sujets suffiront pour cette phase de la période d’exercice. 6 Tu pourrais dire, par exemple :

7 Dieu est ma Source. 8 Je ne peux pas voir ce bureau à part de Lui.

9 Dieu est ma Source. 10 Je ne peux pas voir ce tableau à part de Lui.

5. Bien que cette partie de l’exercice doive être relativement courte, assure-toi de choisir les sujets sans discrimination pour cette phase de l’exercice, sans rien inclure ni exclure de ton propre chef. 2 Pour la deuxième phase, qui est plus longue, ferme les yeux, répète de nouveau l’idée d’aujourd’hui, puis laisse toutes les pensées pertinentes qui te viennent à l’esprit ajouter à l’idée à ta propre façon. 3 Des pensées comme celle-ci :

4 Je vois par les yeux du pardon.

5 Je vois le monde béni.

6 Le monde peut me montrer moi-même.

7 Je vois mes propres pensées, qui sont comme Celles de Dieu.

8 Toute pensée qui est reliée plus ou moins directement à l’idée d’aujourd’hui conviendra. 9 Il n’est pas besoin que les pensées aient un rapport évident avec l’idée, mais elles ne devraient pas être en opposition avec elle.

6. Si tu trouves que ton esprit vagabonde, si tu commences à prendre conscience de pensées qui sont nettement en désaccord avec l’idée d’aujourd’hui, ou s’il semble que tu es incapable de penser à quoi que ce soit, ouvre les yeux, répète la première phase de la période d’exercice, puis essaie de nouveau la seconde. 2 Ne permets pas que des périodes se prolongent durant lesquelles tu deviens préoccupé de pensées qui n’ont aucun rapport. 3 Pour éviter cela, retourne à la première phase aussi souvent que ce sera nécessaire.

7. En appliquant l’idée d’aujourd’hui pendant les plus courtes périodes d’exercice, tu peux varier la forme selon les circonstances et les situations dans lesquelles tu te trouves au cours de la journée. 2 Quand tu es avec quelqu’un d’autre, par exemple, essaie de te souvenir de lui dire en silence:

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas te voir à part de Lui.

5 Cette forme peut s’appliquer aussi bien aux étrangers qu’à ceux que tu penses être plus proches de toi. 6 En fait, essaie de ne pas faire du tout de distinctions de ce genre.

8. L’idée d’aujourd’hui devrait aussi être appliquée tout le long de la journée aux divers événements et situations qui peuvent survenir, particulièrement à ceux qui semblent te bouleverser de quelque façon que ce soit. 2 À cette fin, applique l’idée sous la forme suivante :

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas voir cela à part de Lui.

9. Si aucun sujet particulier ne se présente à ta conscience sur le moment, répète simplement l’idée sous sa forme originale. 2 Essaie aujourd’hui de ne pas laisser passer de longues périodes de temps sans te souvenir de l’idée d’aujourd’hui, et te souvenir ainsi de ta fonction.

UCEM~LEÇON 43 – Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 43 - Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui., Un Cours en Miracles on février 12, 2014 at 12:26

LEÇON 43

Dieu est ma Source.

Je ne peux pas voir à part de Lui.

1. La perception n’est pas un attribut de Dieu. 2 Son champ est celui de la connaissance. 3 Or Il a créé le Saint-Esprit en tant que Médiateur entre la perception et la connaissance. 4 Sans ce lien avec Dieu, la perception aurait remplacé à jamais la connaissance dans ton esprit. 5 Avec ce lien avec Dieu, la perception deviendra tellement changée et purifiée qu’elle mènera à la connaissance. 6 Voilà sa fonction telle que la voit le Saint-Esprit. 7 C’est donc sa fonction en vérité.

2. En Dieu tu ne peux pas voir. 2 La perception n’a pas de fonction en Dieu et n’existe pas. 3 Or dans le salut, qui est le défaire de ce qui n’a jamais été, la perception a un but considérable. 4 Faite par le Fils de Dieu dans un but non saint, elle doit devenir le moyen de ramener sa sainteté à sa conscience. 5 La perception n’a pas de signification. 6 Or le Saint-Esprit lui donne une signification très proche de celle de Dieu. 7 La perception guérie devient le moyen par lequel le Fils de Dieu pardonne à son frère, et se pardonne ainsi à lui-même.

3. Tu ne peux pas voir à part de Dieu parce que tu ne peux pas être à part de Dieu. 2 Quoi que tu fasses, tu le fais en Lui, parce que quoi que tu penses, tu le penses avec Son Esprit. 3 Si la vision est réelle, et elle est réelle dans la mesure où elle partage le but du Saint-Esprit, alors tu ne peux pas voir à part de Dieu.

4. Trois périodes d’exercice de cinq minutes sont requises aujourd’hui : l’une aussi tôt et l’autre aussi tard que possible dans la journée. 2 La troisième peut être entreprise au moment qui te convient le plus, quand les circonstances le permettent et quand tu te sens prêt. 3 Au commencement de ces périodes d’exercice, répète-toi l’idée d’aujourd’hui, les yeux ouverts. 4 Puis promène ton regard autour de toi pendant un court moment, en appliquant l’idée concrètement à ce que tu vois. 5 Quatre ou cinq sujets suffiront pour cette phase de la période d’exercice. 6 Tu pourrais dire, par exemple :

7 Dieu est ma Source. 8 Je ne peux pas voir ce bureau à part de Lui.

9 Dieu est ma Source. 10 Je ne peux pas voir ce tableau à part de Lui.

5. Bien que cette partie de l’exercice doive être relativement courte, assure-toi de choisir les sujets sans discrimination pour cette phase de l’exercice, sans rien inclure ni exclure de ton propre chef. 2 Pour la deuxième phase, qui est plus longue, ferme les yeux, répète de nouveau l’idée d’aujourd’hui, puis laisse toutes les pensées pertinentes qui te viennent à l’esprit ajouter à l’idée à ta propre façon. 3 Des pensées comme celle-ci :

4 Je vois par les yeux du pardon.

5 Je vois le monde béni.

6 Le monde peut me montrer moi-même.

7 Je vois mes propres pensées, qui sont comme Celles de Dieu.

8 Toute pensée qui est reliée plus ou moins directement à l’idée d’aujourd’hui conviendra. 9 Il n’est pas besoin que les pensées aient un rapport évident avec l’idée, mais elles ne devraient pas être en opposition avec elle.

6. Si tu trouves que ton esprit vagabonde, si tu commences à prendre conscience de pensées qui sont nettement en désaccord avec l’idée d’aujourd’hui, ou s’il semble que tu es incapable de penser à quoi que ce soit, ouvre les yeux, répète la première phase de la période d’exercice, puis essaie de nouveau la seconde. 2 Ne permets pas que des périodes se prolongent durant lesquelles tu deviens préoccupé de pensées qui n’ont aucun rapport. 3 Pour éviter cela, retourne à la première phase aussi souvent que ce sera nécessaire.

7. En appliquant l’idée d’aujourd’hui pendant les plus courtes périodes d’exercice, tu peux varier la forme selon les circonstances et les situations dans lesquelles tu te trouves au cours de la journée. 2 Quand tu es avec quelqu’un d’autre, par exemple, essaie de te souvenir de lui dire en silence:

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas te voir à part de Lui.

5 Cette forme peut s’appliquer aussi bien aux étrangers qu’à ceux que tu penses être plus proches de toi. 6 En fait, essaie de ne pas faire du tout de distinctions de ce genre.

8. L’idée d’aujourd’hui devrait aussi être appliquée tout le long de la journée aux divers événements et situations qui peuvent survenir, particulièrement à ceux qui semblent te bouleverser de quelque façon que ce soit. 2 À cette fin, applique l’idée sous la forme suivante :

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas voir cela à part de Lui.

9. Si aucun sujet particulier ne se présente à ta conscience sur le moment, répète simplement l’idée sous sa forme originale. 2 Essaie aujourd’hui de ne pas laisser passer de longues périodes de temps sans te souvenir de l’idée d’aujourd’hui, et te souvenir ainsi de ta fonction.

UCEM~LEÇON 43 – Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 43 - Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui., Un Cours en Miracles on février 12, 2013 at 12:22

12 fév ~ page47light2520in2520darkness

LEÇON 43

Dieu est ma Source.

Je ne peux pas voir à part de Lui.

1. La perception n’est pas un attribut de Dieu. 2 Son champ est celui de la connaissance. 3 Or Il a créé le Saint-Esprit en tant que Médiateur entre la perception et la connaissance. 4 Sans ce lien avec Dieu, la perception aurait remplacé à jamais la connaissance dans ton esprit. 5 Avec ce lien avec Dieu, la perception deviendra tellement changée et purifiée qu’elle mènera à la connaissance. 6 Voilà sa fonction telle que la voit le Saint-Esprit. 7 C’est donc sa fonction en vérité.

2. En Dieu tu ne peux pas voir. 2 La perception n’a pas de fonction en Dieu et n’existe pas. 3 Or dans le salut, qui est le défaire de ce qui n’a jamais été, la perception a un but considérable. 4 Faite par le Fils de Dieu dans un but non saint, elle doit devenir le moyen de ramener sa sainteté à sa conscience. 5 La perception n’a pas de signification. 6 Or le Saint-Esprit lui donne une signification très proche de celle de Dieu. 7 La perception guérie devient le moyen par lequel le Fils de Dieu pardonne à son frère, et se pardonne ainsi à lui-même.

3. Tu ne peux pas voir à part de Dieu parce que tu ne peux pas être à part de Dieu. 2 Quoi que tu fasses, tu le fais en Lui, parce que quoi que tu penses, tu le penses avec Son Esprit. 3 Si la vision est réelle, et elle est réelle dans la mesure où elle partage le but du Saint-Esprit, alors tu ne peux pas voir à part de Dieu.

4. Trois périodes d’exercice de cinq minutes sont requises aujourd’hui : l’une aussi tôt et l’autre aussi tard que possible dans la journée. 2 La troisième peut être entreprise au moment qui te convient le plus, quand les circonstances le permettent et quand tu te sens prêt. 3 Au commencement de ces périodes d’exercice, répète-toi l’idée d’aujourd’hui, les yeux ouverts. 4 Puis promène ton regard autour de toi pendant un court moment, en appliquant l’idée concrètement à ce que tu vois. 5 Quatre ou cinq sujets suffiront pour cette phase de la période d’exercice. 6 Tu pourrais dire, par exemple :

7 Dieu est ma Source. 8 Je ne peux pas voir ce bureau à part de Lui.

9 Dieu est ma Source. 10 Je ne peux pas voir ce tableau à part de Lui.

5. Bien que cette partie de l’exercice doive être relativement courte, assure-toi de choisir les sujets sans discrimination pour cette phase de l’exercice, sans rien inclure ni exclure de ton propre chef. 2 Pour la deuxième phase, qui est plus longue, ferme les yeux, répète de nouveau l’idée d’aujourd’hui, puis laisse toutes les pensées pertinentes qui te viennent à l’esprit ajouter à l’idée à ta propre façon. 3 Des pensées comme celle-ci :

4 Je vois par les yeux du pardon.

5 Je vois le monde béni.

6 Le monde peut me montrer moi-même.

7 Je vois mes propres pensées, qui sont comme Celles de Dieu.

8 Toute pensée qui est reliée plus ou moins directement à l’idée d’aujourd’hui conviendra. 9 Il n’est pas besoin que les pensées aient un rapport évident avec l’idée, mais elles ne devraient pas être en opposition avec elle.

6. Si tu trouves que ton esprit vagabonde, si tu commences à prendre conscience de pensées qui sont nettement en désaccord avec l’idée d’aujourd’hui, ou s’il semble que tu es incapable de penser à quoi que ce soit, ouvre les yeux, répète la première phase de la période d’exercice, puis essaie de nouveau la seconde. 2 Ne permets pas que des périodes se prolongent durant lesquelles tu deviens préoccupé de pensées qui n’ont aucun rapport. 3 Pour éviter cela, retourne à la première phase aussi souvent que ce sera nécessaire.

7. En appliquant l’idée d’aujourd’hui pendant les plus courtes périodes d’exercice, tu peux varier la forme selon les circonstances et les situations dans lesquelles tu te trouves au cours de la journée. 2 Quand tu es avec quelqu’un d’autre, par exemple, essaie de te souvenir de lui dire en silence:

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas te voir à part de Lui.

5 Cette forme peut s’appliquer aussi bien aux étrangers qu’à ceux que tu penses être plus proches de toi. 6 En fait, essaie de ne pas faire du tout de distinctions de ce genre.

8. L’idée d’aujourd’hui devrait aussi être appliquée tout le long de la journée aux divers événements et situations qui peuvent survenir, particulièrement à ceux qui semblent te bouleverser de quelque façon que ce soit. 2 À cette fin, applique l’idée sous la forme suivante :

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas voir cela à part de Lui.

9. Si aucun sujet particulier ne se présente à ta conscience sur le moment, répète simplement l’idée sous sa forme originale. 2 Essaie aujourd’hui de ne pas laisser passer de longues périodes de temps sans te souvenir de l’idée d’aujourd’hui, et te souvenir ainsi de ta fonction.

UCEM~LEÇON 43 – Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 43 - Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui., Un Cours en Miracles on février 12, 2012 at 1:32

12 février ~ L_arbre_de_vie_klimt

LEÇON 43

Dieu est ma Source.

Je ne peux pas voir à part de Lui.

AUDIO

1. La perception n’est pas un attribut de Dieu. 2 Son champ est celui de la connaissance. 3 Or Il a créé le Saint-Esprit en tant que Médiateur entre la perception et la connaissance. 4 Sans ce lien avec Dieu, la perception aurait remplacé à jamais la connaissance dans ton esprit. 5 Avec ce lien avec Dieu, la perception deviendra tellement changée et purifiée qu’elle mènera à la connaissance. 6 Voilà sa fonction telle que la voit le Saint-Esprit. 7 C’est donc sa fonction en vérité.

2. En Dieu tu ne peux pas voir. 2 La perception n’a pas de fonction en Dieu et n’existe pas. 3 Or dans le salut, qui est le défaire de ce qui n’a jamais été, la perception a un but considérable. 4 Faite par le Fils de Dieu dans un but non saint, elle doit devenir le moyen de ramener sa sainteté à sa conscience. 5 La perception n’a pas de signification. 6 Or le Saint-Esprit lui donne une signification très proche de celle de Dieu. 7 La perception guérie devient le moyen par lequel le Fils de Dieu pardonne à son frère, et se pardonne ainsi à lui-même.

3. Tu ne peux pas voir à part de Dieu parce que tu ne peux pas être à part de Dieu. 2 Quoi que tu fasses, tu le fais en Lui, parce que quoi que tu penses, tu le penses avec Son Esprit. 3 Si la vision est réelle, et elle est réelle dans la mesure où elle partage le but du Saint-Esprit, alors tu ne peux pas voir à part de Dieu.

4. Trois périodes d’exercice de cinq minutes sont requises aujourd’hui : l’une aussi tôt et l’autre aussi tard que possible dans la journée. 2 La troisième peut être entreprise au moment qui te convient le plus, quand les circonstances le permettent et quand tu te sens prêt. 3 Au commencement de ces périodes d’exercice, répète-toi l’idée d’aujourd’hui, les yeux ouverts. 4 Puis promène ton regard autour de toi pendant un court moment, en appliquant l’idée concrètement à ce que tu vois. 5 Quatre ou cinq sujets suffiront pour cette phase de la période d’exercice. 6 Tu pourrais dire, par exemple :

  • 7 Dieu est ma Source. 8 Je ne peux pas voir ce bureau à part de Lui.
  • 9 Dieu est ma Source. 10 Je ne peux pas voir ce tableau à part de Lui.

5. Bien que cette partie de l’exercice doive être relativement courte, assure-toi de choisir les sujets sans discrimination pour cette phase de l’exercice, sans rien inclure ni exclure de ton propre chef. 2 Pour la deuxième phase, qui est plus longue, ferme les yeux, répète de nouveau l’idée d’aujourd’hui, puis laisse toutes les pensées pertinentes qui te viennent à l’esprit ajouter à l’idée à ta propre façon. 3 Des pensées comme celle-ci :

  • 4 Je vois par les yeux du pardon.
  • 5 Je vois le monde béni.
  • 6 Le monde peut me montrer moi-même.
  • 7 Je vois mes propres pensées, qui sont comme Celles de Dieu.

8 Toute pensée qui est reliée plus ou moins directement à l’idée d’aujourd’hui conviendra. 9 Il n’est pas besoin que les pensées aient un rapport évident avec l’idée, mais elles ne devraient pas être en opposition avec elle.

6. Si tu trouves que ton esprit vagabonde, si tu commences à prendre conscience de pensées qui sont nettement en désaccord avec l’idée d’aujourd’hui, ou s’il semble que tu es incapable de penser à quoi que ce soit, ouvre les yeux, répète la première phase de la période d’exercice, puis essaie de nouveau la seconde. 2 Ne permets pas que des périodes se prolongent durant lesquelles tu deviens préoccupé de pensées qui n’ont aucun rapport. 3 Pour éviter cela, retourne à la première phase aussi souvent que ce sera nécessaire.

7. En appliquant l’idée d’aujourd’hui pendant les plus courtes périodes d’exercice, tu peux varier la forme selon les circonstances et les situations dans lesquelles tu te trouves au cours de la journée. 2 Quand tu es avec quelqu’un d’autre, par exemple, essaie de te souvenir de lui dire en silence:

  • 3 Dieu est ma Source.
  • 4 Je ne peux pas te voir à part de Lui.

5 Cette forme peut s’appliquer aussi bien aux étrangers qu’à ceux que tu penses être plus proches de toi. 6 En fait, essaie de ne pas faire du tout de distinctions de ce genre.

8. L’idée d’aujourd’hui devrait aussi être appliquée tout le long de la journée aux divers événements et situations qui peuvent survenir, particulièrement à ceux qui semblent te bouleverser de quelque façon que ce soit. 2 À cette fin, applique l’idée sous la forme suivante :

  • 3 Dieu est ma Source.
  • 4 Je ne peux pas voir cela à part de Lui.

9. Si aucun sujet particulier ne se présente à ta conscience sur le moment, répète simplement l’idée sous sa forme originale. 2 Essaie aujourd’hui de ne pas laisser passer de longues périodes de temps sans te souvenir de l’idée d’aujourd’hui, et te souvenir ainsi de ta fonction.

UCEM~LEÇON 43 – Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 43 - Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui., Un Cours en Miracles on février 12, 2011 at 12:33

12 fév ~ page47light2520in2520darkness

LEÇON 43

Dieu est ma Source.

Je ne peux pas voir à part de Lui.

L’audio de la leçon 43 ici

1. La perception n’est pas un attribut de Dieu. 2 Son champ est celui de la connaissance. 3 Or Il a créé le Saint-Esprit en tant que Médiateur entre la perception et la connaissance. 4 Sans ce lien avec Dieu, la perception aurait remplacé à jamais la connaissance dans ton esprit. 5 Avec ce lien avec Dieu, la perception deviendra tellement changée et purifiée qu’elle mènera à la connaissance. 6 Voilà sa fonction telle que la voit le Saint-Esprit. 7 C’est donc sa fonction en vérité.

2. En Dieu tu ne peux pas voir. 2 La perception n’a pas de fonction en Dieu et n’existe pas. 3 Or dans le salut, qui est le défaire de ce qui n’a jamais été, la perception a un but considérable. 4 Faite par le Fils de Dieu dans un but non saint, elle doit devenir le moyen de ramener sa sainteté à sa conscience. 5 La perception n’a pas de signification. 6 Or le Saint-Esprit lui donne une signification très proche de celle de Dieu. 7 La perception guérie devient le moyen par lequel le Fils de Dieu pardonne à son frère, et se pardonne ainsi à lui-même.

3. Tu ne peux pas voir à part de Dieu parce que tu ne peux pas être à part de Dieu. 2 Quoi que tu fasses, tu le fais en Lui, parce que quoi que tu penses, tu le penses avec Son Esprit. 3 Si la vision est réelle, et elle est réelle dans la mesure où elle partage le but du Saint-Esprit, alors tu ne peux pas voir à part de Dieu.

4. Trois périodes d’exercice de cinq minutes sont requises aujourd’hui : l’une aussi tôt et l’autre aussi tard que possible dans la journée. 2 La troisième peut être entreprise au moment qui te convient le plus, quand les circonstances le permettent et quand tu te sens prêt. 3 Au commencement de ces périodes d’exercice, répète-toi l’idée d’aujourd’hui, les yeux ouverts. 4 Puis promène ton regard autour de toi pendant un court moment, en appliquant l’idée concrètement à ce que tu vois. 5 Quatre ou cinq sujets suffiront pour cette phase de la période d’exercice. 6 Tu pourrais dire, par exemple :

  • 7 Dieu est ma Source. 8 Je ne peux pas voir ce bureau à part de Lui.
  • 9 Dieu est ma Source. 10 Je ne peux pas voir ce tableau à part de Lui.

5. Bien que cette partie de l’exercice doive être relativement courte, assure-toi de choisir les sujets sans discrimination pour cette phase de l’exercice, sans rien inclure ni exclure de ton propre chef. 2 Pour la deuxième phase, qui est plus longue, ferme les yeux, répète de nouveau l’idée d’aujourd’hui, puis laisse toutes les pensées pertinentes qui te viennent à l’esprit ajouter à l’idée à ta propre façon. 3 Des pensées comme celle-ci :

  • 4 Je vois par les yeux du pardon.
  • 5 Je vois le monde béni.
  • 6 Le monde peut me montrer moi-même.
  • 7 Je vois mes propres pensées, qui sont comme Celles de Dieu.

8 Toute pensée qui est reliée plus ou moins directement à l’idée d’aujourd’hui conviendra. 9 Il n’est pas besoin que les pensées aient un rapport évident avec l’idée, mais elles ne devraient pas être en opposition avec elle.

6. Si tu trouves que ton esprit vagabonde, si tu commences à prendre conscience de pensées qui sont nettement en désaccord avec l’idée d’aujourd’hui, ou s’il semble que tu es incapable de penser à quoi que ce soit, ouvre les yeux, répète la première phase de la période d’exercice, puis essaie de nouveau la seconde. 2 Ne permets pas que des périodes se prolongent durant lesquelles tu deviens préoccupé de pensées qui n’ont aucun rapport. 3 Pour éviter cela, retourne à la première phase aussi souvent que ce sera nécessaire.

7. En appliquant l’idée d’aujourd’hui pendant les plus courtes périodes d’exercice, tu peux varier la forme selon les circonstances et les situations dans lesquelles tu te trouves au cours de la journée. 2 Quand tu es avec quelqu’un d’autre, par exemple, essaie de te souvenir de lui dire en silence:

  • 3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas te voir à part de Lui.

5 Cette forme peut s’appliquer aussi bien aux étrangers qu’à ceux que tu penses être plus proches de toi. 6 En fait, essaie de ne pas faire du tout de distinctions de ce genre.

8. L’idée d’aujourd’hui devrait aussi être appliquée tout le long de la journée aux divers évènements et situations qui peuvent survenir, particulièrement à ceux qui semblent te bouleverser de quelque façon que ce soit. 2 À cette fin, applique l’idée sous la forme suivante :

  • 3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas voir cela à part de Lui.

9. Si aucun sujet particulier ne se présente à ta conscience sur le moment, répète simplement l’idée sous sa forme originale. 2 Essaie aujourd’hui de ne pas laisser passer de longues périodes de temps sans te souvenir de l’idée d’aujourd’hui, et te souvenir ainsi de ta fonction.

UCEM~LEÇON 43 – Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 43 - Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui., Un Cours en Miracles on février 12, 2010 at 1:44

12 février ~ artist-Sven-Geier-fractal-art-work-heaven

LEÇON 43

Dieu est ma Source.

Je ne peux pas voir à part de Lui.

1. La perception n’est pas un attribut de Dieu. 2 Son champ est celui de la connaissance. 3 Or Il a créé le Saint-Esprit en tant que Médiateur entre la perception et la connaissance. 4 Sans ce lien avec Dieu, la perception aurait remplacé à jamais la connaissance dans ton esprit. 5 Avec ce lien avec Dieu, la perception deviendra tellement changée et purifiée qu’elle mènera à la connaissance. 6 Voilà sa fonction telle que la voit le Saint-Esprit. 7 C’est donc sa fonction en vérité.

2. En Dieu tu ne peux pas voir. 2 La perception n’a pas de fonction en Dieu et n’existe pas. 3 Or dans le salut, qui est le défaire de ce qui n’a jamais été, la perception a un but considérable. 4 Faite par le Fils de Dieu dans un but non saint, elle doit devenir le moyen de ramener sa sainteté à sa conscience. 5 La perception n’a pas de signification. 6 Or le Saint-Esprit lui donne une signification très proche de celle de Dieu. 7 La perception guérie devient le moyen par lequel le Fils de Dieu pardonne à son frère, et se pardonne ainsi à lui-même.

3. Tu ne peux pas voir à part de Dieu parce que tu ne peux pas être à part de Dieu. 2 Quoi que tu fasses, tu le fais en Lui, parce que quoi que tu penses, tu le penses avec Son Esprit. 3 Si la vision est réelle, et elle est réelle dans la mesure où elle partage le but du Saint-Esprit, alors tu ne peux pas voir à part de Dieu.

4. Trois périodes d’exercice de cinq minutes sont requises aujourd’hui : l’une aussi tôt et l’autre aussi tard que possible dans la journée. 2 La troisième peut être entreprise au moment qui te convient le plus, quand les circonstances le permettent et quand tu te sens prêt. 3 Au commencement de ces périodes d’exercice, répète-toi l’idée d’aujourd’hui, les yeux ouverts. 4 Puis promène ton regard autour de toi pendant un court moment, en appliquant l’idée concrètement à ce que tu vois. 5 Quatre ou cinq sujets suffiront pour cette phase de la période d’exercice. 6 Tu pourrais dire, par exemple :

7 Dieu est ma Source. 8 Je ne peux pas voir ce bureau à part de Lui.

9 Dieu est ma Source. 10 Je ne peux pas voir ce tableau à part de Lui.

5. Bien que cette partie de l’exercice doive être relativement courte, assure-toi de choisir les sujets sans discrimination pour cette phase de l’exercice, sans rien inclure ni exclure de ton propre chef. 2 Pour la deuxième phase, qui est plus longue, ferme les yeux, répète de nouveau l’idée d’aujourd’hui, puis laisse toutes les pensées pertinentes qui te viennent à l’esprit ajouter à l’idée à ta propre façon. 3 Des pensées comme celle-ci :

4 Je vois par les yeux du pardon.

5 Je vois le monde béni.

6 Le monde peut me montrer moi-même.

7 Je vois mes propres pensées, qui sont comme Celles de Dieu.

8 Toute pensée qui est reliée plus ou moins directement à l’idée d’aujourd’hui conviendra. 9 Il n’est pas besoin que les pensées aient un rapport évident avec l’idée, mais elles ne devraient pas être en opposition avec elle.

6. Si tu trouves que ton esprit vagabonde, si tu commences à prendre conscience de pensées qui sont nettement en désaccord avec l’idée d’aujourd’hui, ou s’il semble que tu es incapable de penser à quoi que ce soit, ouvre les yeux, répète la première phase de la période d’exercice, puis essaie de nouveau la seconde. 2 Ne permets pas que des périodes se prolongent durant lesquelles tu deviens préoccupé de pensées qui n’ont aucun rapport. 3 Pour éviter cela, retourne à la première phase aussi souvent que ce sera nécessaire.

7. En appliquant l’idée d’aujourd’hui pendant les plus courtes périodes d’exercice, tu peux varier la forme selon les circonstances et les situations dans lesquelles tu te trouves au cours de la journée. 2 Quand tu es avec quelqu’un d’autre, par exemple, essaie de te souvenir de lui dire en silence:

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas te voir à part de Lui.

5 Cette forme peut s’appliquer aussi bien aux étrangers qu’à ceux que tu penses être plus proches de toi. 6 En fait, essaie de ne pas faire du tout de distinctions de ce genre.

8. L’idée d’aujourd’hui devrait aussi être appliquée tout le long de la journée aux divers événements et situations qui peuvent survenir, particulièrement à ceux qui semblent te bouleverser de quelque façon que ce soit. 2 À cette fin, applique l’idée sous la forme suivante :

3 Dieu est ma Source. 4 Je ne peux pas voir cela à part de Lui.

9. Si aucun sujet particulier ne se présente à ta conscience sur le moment, répète simplement l’idée sous sa forme originale. 2 Essaie aujourd’hui de ne pas laisser passer de longues périodes de temps sans te souvenir de l’idée d’aujourd’hui, et te souvenir ainsi de ta fonction.

L’Inspiration

Fixer le but

1. La mise en application du but du Saint-Esprit est extrêmement simple, mais elle est sans équivoque. 2 De fait, pour être simple, elle doit être sans équivoque. 3 Ce qui est simple est simplement ce qui se comprend facilement, et pour cela il est évident que ce doit être clair. 4 Le but du Saint-Esprit est fixé de manière générale. 5 Maintenant Il va travailler avec toi pour le rendre concret, parce que toute application est concrète. 6 Il y a certaines lignes de conduite très précises qu’Il fournit pour toute situation, mais souviens-toi que tu ne te rends pas compte encore de leur application universelle. 7 Par conséquent, il est essentiel à ce stade que tu les utilises dans chaque situation séparément, jusqu’à ce que tu puisses regarder sans risque au-delà de chaque situation, avec une compréhension bien plus vaste que celle que tu possèdes maintenant.

2. En toute situation où tu te sens incertain, la première chose à considérer est celle-ci, tout simplement : « Qu’est-ce que je veux qu’il en sorte ? 2 À quoi cela sert-il ? » 3 La clarification du but a sa place au commencement, car c’est cela qui déterminera le résultat. 4 Dans la procédure de l’ego, c’est inversé. 5 La situation devient le déterminant du résultat, qui peut être m’importe quoi. 6 La raison de cette approche désorganisée est évidente. 7 L’ego ne sait pas ce qu’il veut qu’il sorte de la situation. 8 Il est conscient de ce qu’il ne veut pas, mais seulement de cela. 9 Il n’a pas du tout de but positif.

3. Sans un but positif, clair et net et fixé dès le départ, la situation semble simplement arriver, et elle n’a aucun sens jusqu’à ce qu’elle soit déjà passée. 2 Ensuite tu regardes en arrière et tu essaies d’en recoller les morceaux pour comprendre ce qu’elle a pu signifier. 3 Et tu feras erreur. 4 Non seulement ton jugement porte-t-il sur le passé, mais tu n’as aucune idée de ce qui aurait dû arriver. 5 Aucun but n’a été fixé auquel accorder les moyens. 6 Et maintenant, le seul jugement qui reste à poser, c’est de savoir si cela plaît à l’ego ou non : est-ce acceptable, ou cela réclame-t-il vengeance? 7 L’absence d’un critère pour le résultat, fixé d’avance, rend la compréhension douteuse et l’évaluation impossible.

4. L’avantage de décider à l’avance ce que tu veux qu’il arrive, c’est simplement qu’alors tu perçois la situation comme un moyen de faire que cela arrive. 2 Par conséquent tu fais tous tes efforts pour passer sur ce qui interfère avec l’accomplissement de ton objectif, et tu te concentres sur tout ce qui t’aide à l’atteindre. 3 Il est à noter que cette méthode t’a rapproché du tri que fait le Saint-Esprit du vrai et du faux. 4 Le vrai devient ce qui peut être utilisé pour atteindre le but. 5 Le faux devient ce qui est inutile à ce point de vue. 6 La situation a maintenant une signification, mais seulement parce que le but l’a rendue signifiante.

5. Le but de vérité a d’autres avantages pratiques. 2 Si la situation est utilisée pour la vérité et la santé d’esprit, son résultat doit être la paix. 3 Et cela tout à fait indépendamment de ce qu’est le résultat. 4 Si la paix est la condition de la vérité et de la santé d’esprit, et qu’elle ne peut être sans elles, elles doivent être là où est la paix. 5 La vérité vient d’elle-même. 6 Si tu fais l’expérience de la paix, c’est que la vérité est venue à toi, et tu verras le résultat véritablement, car la tromperie ne saurait prévaloir contre toi. 7 Tu reconnaîtras le résultat parce que tu es en paix. 8 Ici encore tu vois l’opposé de la façon de voir de l’ego, car l’ego croit que la situation apporte l’expérience. 9 Le Saint-Esprit connaît que la situation est telle que le but la détermine, et qu’elle est expérimentée conformément au but.

6. Le but de vérité requiert la foi. 2 La foi est implicite dans l’acceptation du but du Saint-Esprit, et cette foi inclut tout. 3 Là où le but de vérité est fixé, là doit être la foi. 4 Le Saint-Esprit voit la situation dans son entier. 5 Le but établit le fait que tous ceux qui sont concernés par elle joueront leur rôle dans son accomplissement. 6 Cela est inévitable. 7 Nul n’échouera en rien. 8 Cela semble demander une foi qui te dépasse et qui dépasse ce que tu peux donner. 9 Or cela n’est vrai que du point de vue de l’ego, car l’ego croit à la « résolution » des conflits par la fragmentation, et il ne perçoit pas la situation dans son entier. 10 Par conséquent, il cherche à découper des segments de la situation et à les traiter séparément, car il a foi en la séparation et non en l’entièreté.

7. Confronté à n’importe quel aspect de la situation qui semble difficile, l’ego tentera d’éloigner cet aspect pour le résoudre ailleurs. 2 Et il semblera qu’il a réussi, sauf que cette tentative est en conflit avec l’unité et doit obscurcir le but de vérité. 3 Et tu ne feras pas l’expérience de la paix, sauf dans le fantasme. 4 La vérité n’est pas venue parce que la foi lui a été niée, étant retenue de là où était sa juste place. 5 C’est ainsi que tu perds la compréhension de la situation que le but de vérité t’apporterait. 6 Car les solutions fantasmatiques n’apportent que l’illusion de l’expérience, et l’illusion de la paix n’est pas la condition dans laquelle la vérité peut entrer.

UCEM~LEÇON 43 – Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 43 - Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui., Un Cours en Miracles on février 12, 2009 at 5:39

12 février ~ P8150162-copie-1

La pratique de la leçon 43 ici

La leçon

1. La perception n’est pas un attribut de Dieu. 2 Son champ est celui de la connaissance. 3 Or Il a créé le Saint-Esprit en tant que Médiateur entre la perception et la connaissance. 4 Sans ce lien avec Dieu, la perception aurait remplacé à jamais la connaissance dans ton esprit. 5 Avec ce lien avec Dieu, la perception deviendra tellement changée et purifiée qu’elle mènera à la connaissance. 6 Voilà sa fonction telle que la voit le Saint-Esprit. 7 C’est donc sa fonction en vérité.

2. En Dieu tu ne peux pas voir. 2 La perception n’a pas de fonction en Dieu et n’existe pas. 3 Or dans le salut, qui est le défaire de ce qui n’a jamais été, la perception a un but considérable. 4 Faite par le Fils de Dieu dans un but non saint, elle doit devenir le moyen de ramener sa sainteté à sa conscience. 5 La perception n’a pas de signification. 6 Or le Saint-Esprit lui donne une signification très proche de celle de Dieu. 7 La perception guérie devient le moyen par lequel le Fils de Dieu pardonne à son frère, et se pardonne ainsi à lui-même.

3. Tu ne peux pas voir à part de Dieu parce que tu ne peux pas être à part de Dieu. 2 Quoi que tu fasses, tu le fais en Lui, parce que quoi que tu penses, tu le penses avec Son Esprit. 3 Si la vision est réelle, et elle est réelle dans la mesure où elle partage le but du Saint-Esprit, alors tu ne peux pas voir à part de Dieu.

L’inspiration

La guérison devrait-elle être répétée ? (M-7:1-6)

1. Poser la question, c’est y répondre. 2 La guérison ne peut pas être répétée. 3 Si le patient est guéri, de quoi lui reste-t-il à guérir ? 4 Et si la guérison est certaine, comme nous l’avons déjà dit, qu’y a-t-il à répéter ? 5 Pour un enseignant de Dieu, rester préoccupé du résultat de la guérison, c’est limiter la guérison. 6 C’est maintenant l’enseignant de Dieu lui-même dont l’esprit a besoin d’être guéri. 7 Et c’est cela qu’il doit faciliter. 8 Il est maintenant le patient et il doit se considérer lui-même ainsi. 9 Il a fait une erreur et il doit être désireux de changer d’esprit à ce sujet. 10 Il a manqué de la confiance qui rend possible de donner véritablement; ainsi il n’a pas reçu le bénéfice de son don.

2. Chaque fois qu’un enseignant de Dieu a essayé d’être un canal pour la guérison, il a réussi. 2 S’il était tenté d’en douter, il ne devrait pas répéter son précédent effort. 3 Celui-ci était déjà maximal, parce que le Saint-Esprit l’a accepté ainsi et l’a utilisé ainsi. 4 Maintenant l’enseignant de Dieu n’a qu’une route à suivre. 5 Il doit utiliser sa raison pour se dire qu’il a confié le problème à Celui Qui ne peut échouer, et il doit reconnaître que sa propre incertitude n’est pas de l’amour mais de la peur, et donc de la haine. 6 Sa position est ainsi devenue intenable, car il offre la haine à celui à qui il offrait l’amour. 7 Cela est impossible. 8 Ayant offert l’amour, seul l’amour peut être reçu.

3. C’est en cela que l’enseignant de Dieu doit être confiant. 2 C’est ce que signifie réellement l’énoncé que la seule responsabilité du faiseur de miracles est d’accepter l’Expiation pour lui-même. 3 L’enseignant de Dieu est un faiseur de miracles parce qu’il donne les dons qu’il a reçus. 4 Or il doit d’abord les accepter. 5 Il n’a pas besoin de faire plus, et il n’y a rien de plus qu’il puisse faire. 6 En acceptant la guérison, il peut la donner. 7 S’il en doute, qu’il se rappelle Qui a fait le don et Qui l’a reçu. 8 Ainsi son doute est corrigé. 9 Il pensait que les dons de Dieu pouvaient être retirés. 10 C’était une erreur, mais c’en est guerre une à entretenir. 11 Donc l’enseignant de Dieu peut seulement la reconnaître pour ce qu’elle est et la laisser être corrigée pour lui.

4 Une des tentations les plus difficiles à reconnaître est que douter d’une guérison à cause de l’apparente continuation des symptômes est une erreur sous la forme d’un manque de confiance. 2 Comme tel, c’est une attaque. 3 Habituellement, cela semble être exactement le contraire.4 Il semble déraisonnable au début de se faire dire que de continuer à se préoccuper est une attaque. 5 Cela a toutes les apparences de l’amour. 6 Or l’amour sans la confiance est impossible; et le doute et la confiance ne peuvent coexister. 7 Et la haine doit être l’opposé de l’amour, indépendamment de la forme qu’elle prend. 8 Ne doute pas du don et il est impossible de douter de son résultat. 9 Telle est la certitude qui donne aux enseignants de Dieu le pouvoir d’être des faiseurs de miracles, car ils ont mis leur confiance en Lui.

5 La base réelle du doute quant au résultat de n’importe quel problème confié à l’Enseignant de Dieu pour qu’il le résolve, est toujours le doute de soi. 2 Et cela implique nécessairement que la confiance a été placée en un soi illusoire, car il n’y a qu’un tel soi dont on puisse douter. 3 Cette illusion peut prendre de nombreuses formes. 4 Il y a peut-être une peur de la faiblesse et de la vulnérabilité. 5 Il y a peut-être une peur de l’échec et de la honte associée à un sentiment d’insuffisance. 6 Il y a peut -être une gêne coupable découlant d’une fausse humilité. 7 La forme de l’erreur est sans importance. 8 Ce qui est important, c’est seulement de reconnaître une erreur pour une erreur.

6. L’erreur est toujours quelque forme de préoccupation de soi, à l’exclusion du patient. 2 C’est manquer de le reconnaître comme faisant partie du Soi, et cela représente donc une confusion d’identité. 3 Un conflit sur ce que tu es est entré dans ton esprit, et tu t’es trompé à ton sujet. 4 Et tu te trompes à ton sujet parce que tu as nié la Source de ta création. 5 Si tu offres seulement la guérison, tu ne peux pas douter. 6 Si tu veux réellement que le problème soit résolu, tu ne peux pas douter. 7 Si tu es certain de ce qu’est le problème, tu ne peux pas douter. 8 Le doute est le résultat de souhaits conflictuels. 9 Sois sûr de ce que tu veux et le doute devient impossible.