Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for the ‘UCEM~LEÇON 4 – Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce […].’ Category

UCEM~LEÇON 4 – Ces pensées ne signifient rien. (…).

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 4 - Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [...]., Un Cours en Miracles on janvier 3, 2017 at 8:40

Ces pensées ne signifient rien.

Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, de cette fenêtre, dans ce lieu].

1. Contrairement aux exercices précédents, ceux-ci ne commencent pas par l’idée du jour. 2 Dans ces périodes d’entraînement, commence par noter les pensées qui te traversent l’esprit durant environ une minute. 3 Puis applique l’idée à ces pensées. 4 Si tu as déjà conscience de pensées malheureuses, utilise-les comme sujets. 5 Toutefois, ne choisis pas uniquement les idées que tu penses être “mauvaises”. 6 Si tu t’entraînes à regarder tes pensées, tu verras qu’elles représentent un tel mélange qu’en un sens aucune d’elles ne peut être appelé “bonne” ou “mauvaise”. 7 C’est pourquoi elles ne signifient rien.

2. La spécification habituelle est requise lorsque tu choisis les sujets auxquels l’idée d’aujourd’hui sera appliquée. 2 N’aie pas peur d’utiliser les “bonnes” pensées aussi bien que les “mauvaises”. 3 Aucune d’elles ne représente tes pensées réelles, qui en sont recouvertes. 4 Les “bonnes” ne sont que des ombres de ce qui se trouve derrière, et les ombres rendent la vue difficile. 5 Les “mauvaises” bloquent la vue, et font qu’il est impossible de voir. 6 Tu ne veux ni les unes ni les autres.

3. Ceci est un exercice très important, qui sera répété de temps en temps sous des formes quelque peu différentes. 2 L’idée ici est de t’entraîner dans tes premiers pas vers le but qui est de séparer l’in-signifiant du signifiant. 3 C’est une première tentative, le but à plus long terme étant d’apprendre à voir l’in-signifiant à l’extérieur de toi, et le signifiant au-dedans. 4 C’est ainsi que tu commences à entraîner ton esprit à reconnaître ce qui est le même et ce qui est différent.

4. Quand tu utilises tes pensées en leur appliquant l’idée d’aujourd’hui, identifie chacune d’elles par la figure ou l’évènement central qu’elle contient; par exemple:

2 Cette pensée à propos de _____ne signifie rien.

3 Elle est comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, et ainsi de suite].

5. Tu peux aussi utiliser l’idée pour une pensée en particulier que tu reconnais comme nuisible. 2 Cette application est utile, mais elle ne remplace pas la procédure plus aléatoire à suivre pour les exercices. 3 Toutefois, n’examine pas ton esprit pendant plus d’une minute environ. 4 Tu es encore trop inexpérimenté pour éviter une tendance à te préoccuper inutilement.

6. De plus, comme ces exercices sont les premiers de ce genre, il se peut que tu trouves particulièrement difficile de suspendre ton jugement par rapport aux pensées. 2 Ne répète pas ces exercices plus de trois ou quatre fois dans la journée. 3 Nous y reviendrons plus tard.

Introduction aux leçons

Choisis à nouveau – JE REPOSE EN DIEU.

UCEM~LEÇON 4 – Ces pensées ne signifient rien. (…).

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 4 - Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [...]., Un Cours en Miracles on janvier 3, 2016 at 9:21

LEÇON 4

Ces pensées ne signifient rien.

Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, de cette fenêtre, dans ce lieu].

1. Contrairement aux exercices précédents, ceux-ci ne commencent pas par l’idée du jour. 2 Dans ces périodes d’entraînement, commence par noter les pensées qui te traversent l’esprit durant environ une minute. 3 Puis applique l’idée à ces pensées. 4 Si tu as déjà conscience de pensées malheureuses, utilise-les comme sujets. 5 Toutefois, ne choisis pas uniquement les idées que tu penses être “mauvaises”. 6 Si tu t’entraînes à regarder tes pensées, tu verras qu’elles représentent un tel mélange qu’en un sens aucune d’elles ne peut être appelé “bonne” ou “mauvaise”. 7 C’est pourquoi elles ne signifient rien.

2. La spécification habituelle est requise lorsque tu choisis les sujets auxquels l’idée d’aujourd’hui sera appliquée. 2 N’aie pas peur d’utiliser les “bonnes” pensées aussi bien que les “mauvaises”. 3 Aucune d’elles ne représente tes pensées réelles, qui en sont recouvertes. 4 Les “bonnes” ne sont que des ombres de ce qui se trouve derrière, et les ombres rendent la vue difficile. 5 Les “mauvaises” bloquent la vue, et font qu’il est impossible de voir. 6 Tu ne veux ni les unes ni les autres.

3. Ceci est un exercice très important, qui sera répété de temps en temps sous des formes quelque peu différentes. 2 L’idée ici est de t’entraîner dans tes premiers pas vers le but qui est de séparer l’in-signifiant du signifiant. 3 C’est une première tentative, le but à plus long terme étant d’apprendre à voir l’in-signifiant à l’extérieur de toi, et le signifiant au-dedans. 4 C’est ainsi que tu commences à entraîner ton esprit à reconnaître ce qui est le même et ce qui est différent.

4. Quand tu utilises tes pensées en leur appliquant l’idée d’aujourd’hui, identifie chacune d’elles par la figure ou l’évènement central qu’elle contient; par exemple:

2 Cette pensée à propos de _____ne signifie rien.

3 Elle est comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, et ainsi de suite].

5. Tu peux aussi utiliser l’idée pour une pensée en particulier que tu reconnais comme nuisible. 2 Cette application est utile, mais elle ne remplace pas la procédure plus aléatoire à suivre pour les exercices. 3 Toutefois, n’examine pas ton esprit pendant plus d’une minute environ. 4 Tu es encore trop inexpérimenté pour éviter une tendance à te préoccuper inutilement.

6. De plus, comme ces exercices sont les premiers de ce genre, il se peut que tu trouves particulièrement difficile de suspendre ton jugement par rapport aux pensées. 2 Ne répète pas ces exercices plus de trois ou quatre fois dans la journée. 3 Nous y reviendrons plus tard.

Introduction au Livre d’exercices pour les étudiants

UCEM~LEÇON 4 – Ces pensées ne signifient rien. (…).

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 4 - Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [...]., Un Cours en Miracles on janvier 3, 2015 at 9:59

LEÇON 4

Ces pensées ne signifient rien.

Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, de cette fenêtre, dans ce lieu].

1. Contrairement aux exercices précédents, ceux-ci ne commencent pas par l’idée du jour. 2 Dans ces périodes d’entraînement, commence par noter les pensées qui te traversent l’esprit durant environ une minute. 3 Puis applique l’idée à ces pensées. 4 Si tu as déjà conscience de pensées malheureuses, utilise-les comme sujets. 5 Toutefois, ne choisis pas uniquement les idées que tu penses être “mauvaises”. 6 Si tu t’entraînes à regarder tes pensées, tu verras qu’elles représentent un tel mélange qu’en un sens aucune d’elles ne peut être appelé “bonne” ou “mauvaise”. 7 C’est pourquoi elles ne signifient rien.

2. La spécification habituelle est requise lorsque tu choisis les sujets auxquels l’idée d’aujourd’hui sera appliquée. 2 N’aie pas peur d’utiliser les “bonnes” pensées aussi bien que les “mauvaises”. 3 Aucune d’elles ne représente tes pensées réelles, qui en sont recouvertes. 4 Les “bonnes” ne sont que des ombres de ce qui se trouve derrière, et les ombres rendent la vue difficile. 5 Les “mauvaises” bloquent la vue, et font qu’il est impossible de voir. 6 Tu ne veux ni les unes ni les autres.

3. Ceci est un exercice très important, qui sera répété de temps en temps sous des formes quelque peu différentes. 2 L’idée ici est de t’entraîner dans tes premiers pas vers le but qui est de séparer l’in-signifiant du signifiant. 3 C’est une première tentative, le but à plus long terme étant d’apprendre à voir l’in-signifiant à l’extérieur de toi, et le signifiant au-dedans. 4 C’est ainsi que tu commences à entraîner ton esprit à reconnaître ce qui est le même et ce qui est différent.

4. Quand tu utilises tes pensées en leur appliquant l’idée d’aujourd’hui, identifie chacune d’elles par la figure ou l’évènement central qu’elle contient; par exemple:

2 Cette pensée à propos de _____ne signifie rien.

3 Elle est comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, et ainsi de suite].

5. Tu peux aussi utiliser l’idée pour une pensée en particulier que tu reconnais comme nuisible. 2 Cette application est utile, mais elle ne remplace pas la procédure plus aléatoire à suivre pour les exercices. 3 Toutefois, n’examine pas ton esprit pendant plus d’une minute environ. 4 Tu es encore trop inexpérimenté pour éviter une tendance à te préoccuper inutilement.

6. De plus, comme ces exercices sont les premiers de ce genre, il se peut que tu trouves particulièrement difficile de suspendre ton jugement par rapport aux pensées. 2 Ne répète pas ces exercices plus de trois ou quatre fois dans la journée. 3 Nous y reviendrons plus tard.

UCEM~LEÇON 4 – Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, de cette fenêtre, dans ce lieu].

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 4 - Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [...]., Un Cours en Miracles on janvier 4, 2014 at 12:37

LEÇON 4

Ces pensées ne signifient rien.

Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, de cette fenêtre, dans ce lieu].

1. Contrairement aux exercices précédents, ceux-ci ne commencent pas par l’idée du jour. 2 Dans ces périodes d’entraînement, commence par noter les pensées qui te traversent l’esprit durant environ une minute. 3 Puis applique l’idée à ces pensées. 4 Si tu as déjà conscience de pensées malheureuses, utilise-les comme sujets. 5 Toutefois, ne choisis pas uniquement les idées que tu penses être “mauvaises”. 6 Si tu t’entraînes à regarder tes pensées, tu verras qu’elles représentent un tel mélange qu’en un sens aucune d’elles ne peut être appelé “bonne” ou “mauvaise”. 7 C’est pourquoi elles ne signifient rien.

2. La spécification habituelle est requise lorsque tu choisis les sujets auxquels l’idée d’aujourd’hui sera appliquée. 2 N’aie pas peur d’utiliser les “bonnes” pensées aussi bien que les “mauvaises”. 3 Aucune d’elles ne représente tes pensées réelles, qui en sont recouvertes. 4 Les “bonnes” ne sont que des ombres de ce qui se trouve derrière, et les ombres rendent la vue difficile. 5 Les “mauvaises” bloquent la vue, et font qu’il est impossible de voir. 6 Tu ne veux ni les unes ni les autres.

3. Ceci est un exercice très important, qui sera répété de temps en temps sous des formes quelque peu différentes. 2 L’idée ici est de t’entraîner dans tes premiers pas vers le but qui est de séparer l’in-signifiant du signifiant. 3 C’est une première tentative, le but à plus long terme étant d’apprendre à voir l’in-signifiant à l’extérieur de toi, et le signifiant au-dedans. 4 C’est ainsi que tu commences à entraîner ton esprit à reconnaître ce qui est le même et ce qui est différent.

4. Quand tu utilises tes pensées en leur appliquant l’idée d’aujourd’hui, identifie chacune d’elles par la figure ou l’évènement central qu’elle contient; par exemple:

2 Cette pensée à propos de _____ne signifie rien.

3 Elle est comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, et ainsi de suite].

5. Tu peux aussi utiliser l’idée pour une pensée en particulier que tu reconnais comme nuisible. 2 Cette application est utile, mais elle ne remplace pas la procédure plus aléatoire à suivre pour les exercices. 3 Toutefois, n’examine pas ton esprit pendant plus d’une minute environ. 4 Tu es encore trop inexpérimenté pour éviter une tendance à te préoccuper inutilement.

6. De plus, comme ces exercices sont les premiers de ce genre, il se peut que tu trouves particulièrement difficile de suspendre ton jugement par rapport aux pensées. 2 Ne répète pas ces exercices plus de trois ou quatre fois dans la journée. 3 Nous y reviendrons plus tard.

UCEM~LEÇON 4 – Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, de cette fenêtre, dans ce lieu].

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 4 - Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [...]., Un Cours en Miracles on janvier 3, 2013 at 11:49

4 janvier ~ 6a00d8341c03bb53ef01539023e727970b

LEÇON 4

Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme

les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue,

de cette fenêtre, dans ce lieu].

1. Contrairement aux exercices précédents, ceux-ci ne commencent pas par l’idée du jour. 2 Dans ces périodes d’entraînement, commence par noter les pensées qui te traversent l’esprit durant environ une minute. 3 Puis applique l’idée à ces pensées. 4 Si tu as déjà conscience de pensées malheureuses, utilise-les comme sujets. 5 Toutefois, ne choisis pas uniquement les idées que tu penses être “mauvaises”. 6 Si tu t’entraînes à regarder tes pensées, tu verras qu’elles représentent un tel mélange qu’en un sens aucune d’elles ne peut être appelé “bonne” ou “mauvaise”. 7 C’est pourquoi elles ne signifient rien.

2. La spécification habituelle est requise lorsque tu choisis les sujets auxquels l’idée d’aujourd’hui sera appliquée. 2 N’aie pas peur d’utiliser les “bonnes” pensées aussi bien que les “mauvaises”. 3 Aucune d’elles ne représente tes pensées réelles, qui en sont recouvertes. 4 Les “bonnes” ne sont que des ombres de ce qui se trouve derrière, et les ombres rendent la vue difficile. 5 Les “mauvaises” bloquent la vue, et font qu’il est impossible de voir. 6 Tu ne veux ni les unes ni les autres.

3. Ceci est un exercice très important, qui sera répété de temps en temps sous des formes quelque peu différentes. 2 L’idée ici est de t’entraîner dans tes premiers pas vers le but qui est de séparer l’in-signifiant du signifiant. 3 C’est une première tentative, le but à plus long terme étant d’apprendre à voir l’in-signifiant à l’extérieur de toi, et le signifiant au-dedans. 4 C’est ainsi que tu commences à entraîner ton esprit à reconnaître ce qui est le même et ce qui est différent.

4. Quand tu utilises tes pensées en leur appliquant l’idée d’aujourd’hui, identifie chacune d’elles par la figure ou l’évènement central qu’elle contient; par exemple:

2 Cette pensée à propos de _____ne signifie rien.

3 Elle est comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, et ainsi de suite].

5. Tu peux aussi utiliser l’idée pour une pensée en particulier que tu reconnais comme nuisible. 2 Cette application est utile, mais elle ne remplace pas la procédure plus aléatoire à suivre pour les exercices. 3 Toutefois, n’examine pas ton esprit pendant plus d’une minute environ. 4 Tu es encore trop inexpérimenté pour éviter une tendance à te préoccuper inutilement.

6. De plus, comme ces exercices sont les premiers de ce genre, il se peut que tu trouves particulièrement difficile de suspendre ton jugement par rapport aux pensées. 2 Ne répète pas ces exercices plus de trois ou quatre fois dans la journée. 3 Nous y reviendrons plus tard.

UCEM~LEÇON 4 – Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, de cette fenêtre, dans ce lieu].

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 4 - Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [...]., Un Cours en Miracles on janvier 4, 2012 at 12:36

4 janvier ~ 6a00d8341c03bb53ef01539023e727970b

LEÇON 4

Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme

les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue,

de cette fenêtre, dans ce lieu].

AUDIO

1. Contrairement aux exercices précédents, ceux-ci ne commencent pas par l’idée du jour. 2 Dans ces périodes d’entraînement, commence par noter les pensées qui te traversent l’esprit durant environ une minute. 3 Puis applique l’idée à ces pensées. 4 Si tu as déjà conscience de pensées malheureuses, utilise-les comme sujets. 5 Toutefois, ne choisis pas uniquement les idées que tu penses être “mauvaises”. 6 Si tu t’entraînes à regarder tes pensées, tu verras qu’elles représentent un tel mélange qu’en un sens aucune d’elles ne peut être appelé “bonne” ou “mauvaise”. 7 C’est pourquoi elles ne signifient rien.

2. La spécification habituelle est requise lorsque tu choisis les sujets auxquels l’idée d’aujourd’hui sera appliquée. 2 N’aie pas peur d’utiliser les “bonnes” pensées aussi bien que les “mauvaises”. 3 Aucune d’elles ne représente tes pensées réelles, qui en sont recouvertes. 4 Les “bonnes” ne sont que des ombres de ce qui se trouve derrière, et les ombres rendent la vue difficile. 5 Les “mauvaises” bloquent la vue, et font qu’il est impossible de voir. 6 Tu ne veux ni les unes ni les autres.

3. Ceci est un exercice très important, qui sera répété de temps en temps sous des formes quelque peu différentes. 2 L’idée ici est de t’entraîner dans tes premiers pas vers le but qui est de séparer l’in-signifiant du signifiant. 3 C’est une première tentative, le but à plus long terme étant d’apprendre à voir l’in-signifiant à l’extérieur de toi, et le signifiant au-dedans. 4 C’est ainsi que tu commences à entraîner ton esprit à reconnaître ce qui est le même et ce qui est différent.

4. Quand tu utilises tes pensées en leur appliquant l’idée d’aujourd’hui, identifie chacune d’elles par la figure ou l’évènement central qu’elle contient; par exemple:

  • 2 Cette pensée à propos de _____ne signifie rien.
  • 3 Elle est comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, et ainsi de suite].

5. Tu peux aussi utiliser l’idée pour une pensée en particulier que tu reconnais comme nuisible. 2 Cette application est utile, mais elle ne remplace pas la procédure plus aléatoire à suivre pour les exercices. 3 Toutefois, n’examine pas ton esprit pendant plus d’une minute environ. 4 Tu es encore trop inexpérimenté pour éviter une tendance à te préoccuper inutilement.

6. De plus, comme ces exercices sont les premiers de ce genre, il se peut que tu trouves particulièrement difficile de suspendre ton jugement par rapport aux pensées. 2 Ne répète pas ces exercices plus de trois ou quatre fois dans la journée. 3 Nous y reviendrons plus tard.

UCEM~LEÇON 4 – Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, de cette fenêtre, dans ce lieu].

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 4 - Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [...]., Un Cours en Miracles on janvier 4, 2011 at 12:58

4 janv ~ le-20penseur_jpg

LEÇON 4

Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme

les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue,

de cette fenêtre, dans ce lieu].

L’audio de la leçon 4 ici

1. Contrairement aux exercices précédents, ceux-ci ne commencent pas par l’idée du jour. 2 Dans ces périodes d’entraînement, commence par noter les pensées qui te traversent l’esprit durant environ une minute. 3 Puis applique l’idée à ces pensées. 4 Si tu as déjà conscience de pensées malheureuses, utilise-les comme sujets. 5 Toutefois, ne choisis pas uniquement les idées que tu penses être “mauvaises”. 6 Si tu t’entraînes à regarder tes pensées, tu verras qu’elles représentent un tel mélange qu’en un sens aucune d’elles ne peut être appelé “bonne” ou “mauvaise”. 7 C’est pourquoi elles ne signifient rien.

2. La spécification habituelle est requise lorsque tu choisis les sujets auxquels l’idée d’aujourd’hui sera appliquée. 2 N’aie pas peur d’utiliser les “bonnes” pensées aussi bien que les “mauvaises”. 3 Aucune d’elles ne représente tes pensées réelles, qui en sont recouvertes. 4 Les “bonnes” ne sont que des ombres de ce qui se trouve derrière, et les ombres rendent la vue difficile. 5 Les “mauvaises” bloquent la vue, et font qu’il est impossible de voir. 6 Tu ne veux ni les unes ni les autres.

3. Ceci est un exercice très important, qui sera répété de temps en temps sous des formes quelque peu différentes. 2 L’idée ici est de t’entraîner dans tes premiers pas vers le but qui est de séparer l’in-signifiant du signifiant. 3 C’est une première tentative, le but à plus long terme étant d’apprendre à voir l’in-signifiant à l’extérieur de toi, et le signifiant au-dedans. 4 C’est ainsi que tu commences à entraîner ton esprit à reconnaître ce qui est le même et ce qui est différent.

4. Quand tu utilises tes pensées en leur appliquant l’idée d’aujourd’hui, identifie chacune d’elles par la figure ou l’évènement central qu’elle contient; par exemple:

2 Cette pensée à propos de _____ne signifie rien.

3 Elle est comme les choses que je vois dans cette

pièce [dans cette rue, et ainsi de suite].

5. Tu peux aussi utiliser l’idée pour une pensée en particulier que tu reconnais comme nuisible. 2 Cette application est utile, mais elle ne remplace pas la procédure plus aléatoire à suivre pour les exercices. 3 Toutefois, n’examine pas ton esprit pendant plus d’une minute environ. 4 Tu es encore trop inexpérimenté pour éviter une tendance à te préoccuper inutilement.

6. De plus, comme ces exercices sont les premiers de ce genre, il se peut que tu trouves particulièrement difficile de suspendre ton jugement par rapport aux pensées. 2 Ne répète pas ces exercices plus de trois ou quatre fois dans la journée. 3 Nous y reviendrons plus tard.

UCEM ~LEÇON 4 – Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue, de cette fenêtre, dans ce lieu].

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 4 - Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [...]., Un Cours en Miracles on janvier 4, 2010 at 1:17

4 janv ~ le-20penseur_jpg

LEÇON 4

Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme

les choses que je vois dans cette pièce [dans cette rue,

de cette fenêtre, dans ce lieu].

1. Contrairement aux exercices précédents, ceux-ci ne commencent pas par l’idée du jour. 2 Dans ces périodes d’entraînement, commence par noter les pensées qui te traversent l’esprit durant environ une minute. 3 Puis applique l’idée à ces pensées. 4 Si tu as déjà conscience de pensées malheureuses, utilise-les comme sujets. 5 Toutefois, ne choisis pas uniquement les idées que tu penses être “mauvaises”. 6 Si tu t’entraînes à regarder tes pensées, tu verras qu’elles représentent un tel mélange qu’en un sens aucune d’elles ne peut être appelé “bonne” ou “mauvaise”. 7 C’est pourquoi elles ne signifient rien.

2. La spécification habituelle est requise lorsque tu choisis les sujets auxquels l’idée d’aujourd’hui sera appliquée. 2 N’aie pas peur d’utiliser les “bonnes” pensées aussi bien que les “mauvaises”. 3 Aucune d’elles ne représente tes pensées réelles, qui en sont recouvertes. 4 Les “bonnes” ne sont que des ombres de ce qui se trouve derrière, et les ombres rendent la vue difficile. 5 Les “mauvaises” bloquent la vue, et font qu’il est impossible de voir. 6 Tu ne veux ni les unes ni les autres.

3. Ceci est un exercice très important, qui sera répété de temps en temps sous des formes quelque peu différentes. 2 L’idée ici est de t’entraîner dans tes premiers pas vers le but qui est de séparer l’in-signifiant du signifiant. 3 C’est une première tentative, le but à plus long terme étant d’apprendre à voir l’in-signifiant à l’extérieur de toi, et le signifiant au-dedans. 4 C’est ainsi que tu commences à entraîner ton esprit à reconnaître ce qui est le même et ce qui est différent.

4. Quand tu utilises tes pensées en leur appliquant l’idée d’aujourd’hui, identifie chacune d’elles par la figure ou l’évènement central qu’elle contient; par exemple:

2 Cette pensée à propos de _____ne signifie rien.

3 Elle est comme les choses que je vois dans cette

pièce [dans cette rue, et ainsi de suite].

5. Tu peux aussi utiliser l’idée pour une pensée en particulier que tu reconnais comme nuisible. 2 Cette application est utile, mais elle ne remplace pas la procédure plus aléatoire à suivre pour les exercices. 3 Toutefois, n’examine pas ton esprit pendant plus d’une minute environ. 4 Tu es encore trop inexpérimenté pour éviter une tendance à te préoccuper inutilement.

6. De plus, comme ces exercices sont les premiers de ce genre, il se peut que tu trouves particulièrement difficile de suspendre ton jugement par rapport aux pensées. 2 Ne répète pas ces exercices plus de trois ou quatre fois dans la journée. 3 Nous y reviendrons plus tard.

L’Inspiration

Le don des lys

1. Regarde toutes les breloques faites pour être pendues au corps, pour le couvrir ou pour son usage. 2 Vois toutes les choses inutiles faites pour être vues par ses yeux. 3 Pense à toutes les offrandes faites pour son plaisir, et souviens-toi que tout cela a été fait pour que paraisse beau ce que tu hais. 4 Emploierais-tu cette chose haïe pour rapprocher ton frère de toi et pour attirer les yeux de son corps? 5 Apprends que tu ne lui offres qu’une couronne d’épines, sans la reconnaître pour ce qu’elle est mais en essayant de justifier l’interprétation que tu donnes de sa valeur par le fait qu’il l’accepte. 6 Or le don proclame toujours que ton frère ne vaut rien pour toi, comme le fait qu’il l’accepte et s’en réjouit témoigne du manque de valeur qu’il s’accorde à lui-même.

2. S’ils sont véritablement donnés et reçus, les dons ne sont pas faits par des corps. 2 Car les corps ne peuvent ni offrir ni accepter, ni donner ni prendre. 3 Seul l’esprit peut estimer, et seul l’esprit décide ce qu’il voudrait recevoir et donner. 4 Et chaque don qu’il offre dépend de ce qu’il veut. 5 Il ornera avec le plus grand soin la demeure qu’il a choisie, la préparant à recevoir les dons qu’il veut en les offrant à ceux qui viennent à la demeure de son choix ou à ceux qu’il voudrait y attirer. 6 Et là ils échangeront leurs dons, offrant et recevant ce que leurs esprits jugent digne d’eux.

3. Chaque don est une évaluation du receveur et du donneur. 2 Il n’en est pas un qui ne voie la demeure de son choix comme un autel à lui-même. 3 Pas un qui ne cherche à y attirer les adorateurs de ce qu’il y a déposé, le rendant digne de leur dévotion. 4 Et chacun sur son autel a placé une lumière afin qu’ils puissent voir ce qu’il y a déposé et le prennent pour leur. 5 Voilà la valeur que tu attribues à ton frère et à toi-même. 6 Voilà ton don pour les deux; ton jugement sur le Fils de Dieu pour ce qu’il est. 7 N’oublie pas que c’est ton sauveur à qui le don est offert. 8 Offre-lui les épines et tu es crucifié. 9 Offre-lui les lys et c’est toi-même que tu libères.

4. J’ai grand besoin de lys, car le Fils de Dieu ne m’a pas pardonné. 2 Et puis-je lui offrir le pardon quand il m’offre des épines? 3 Car celui qui offre des épines à quiconque est encore contre moi; or qui est entier sans lui? 4 Sois son ami pour moi, afin que je sois pardonné et que tu puisses voir le Fils de Dieu entier. 5 Mais regarde d’abord l’autel dans la demeure de ton choix, et vois ce que tu as déposé là pour me l’offrir. 6 Si ce sont des épines dont les pointes brillent vivement dans une lumière rouge sang, alors le corps est la demeure de ton choix et c’est la séparation que tu m’offres. 7 Et pourtant, les épines ont disparu. 8 Regarde-les maintenant d’encore plus près et tu verras que ton autel n’est plus ce qu’il était.

5. Tu regardes encore avec les yeux du corps, et ils ne peuvent voir que des épines. 2 Or tu as demandé et reçu une autre vue. 3 Ceux qui acceptent pour leur le but du Saint-Esprit partagent aussi Sa vision. 4 Et ce qui Lui permet de voir Son but irradier de chaque autel t’appartient maintenant aussi bien qu’à Lui. 5 Il ne voit pas d’étrangers, seulement de très tendres et très chers amis. 6 Il ne voit pas d’épines mais seulement des lys, brillant dans la douce lumière de la paix qui luit sur tout ce qu’il regarde et aime.

6. À Pâques, regarde ton frère avec des yeux différents. 2 Tu m’as pardonné. 3 Or je ne peux pas utiliser les lys dont tu m’as fait don tant que tu ne les vois pas. 4 Pas plus que tu ne peux utiliser ce que j’ai donné à moins de le partager. 5 La vision du Saint-Esprit n’est pas un don futile, ce n’est pas un jouet dont on s’amuse un moment puis qu’on met de côté. 6 Écoute et entends cela attentivement, et ne pense pas que ce ne soit qu’un rêve, une pensée en l’air pour te divertir ou un jouet que tu ramasserais de temps à autre puis mettrais de côté. 7 Car si c’est ce que tu fais, c’est ce qu’elle sera pour toi.

7. Tu as la vision maintenant pour regarder passé toutes les illusions. 2 Elle t’a été donnée pour que tu ne voies ni épines ni étrangers ni obstacles à la paix. 3 La peur de Dieu n’est rien pour toi maintenant. 4 Qui a peur de regarder les illusions, connaissant que son sauveur est à ses côtés? 5 Avec lui, ta vision est devenue le plus grand pouvoir pour défaire l’illusion que Dieu Lui-même pouvait donner. 6 Car ce que Dieu a donné au Saint-Esprit, tu l’as reçu. 7 Le Fils de Dieu se tourne vers toi pour sa délivrance. 8 Car tu as demandé et reçu la force de regarder cet ultime obstacle et de ne voir ni épines ni clous pour crucifier le Fils de Dieu et le couronner roi de la mort.

8. La demeure de ton choix est de l’autre côté, au-delà du voile. 2 Elle a été soigneusement préparée pour toi et elle est prête à te recevoir maintenant. 3 Tu ne la verras pas avec les yeux du corps. 4 Or tout ce dont tu as besoin, tu l’as. 5 Ta demeure t’appelle depuis le commencement du temps et tu n’as jamais manqué entièrement de l’entendre. 6 Tu entendais, mais tu ne connaissais pas comment ni où regarder. 7 Et maintenant tu connais. 8 En toi réside la connaissance, prête à être dévoilée et libérée de toute la terreur qui la gardait cachée. 9 Il n’y a pas de crainte dans l’amour. 10 Le chant de Pâques est le joyeux refrain qui dit que le Fils de Dieu n’a jamais été crucifié. 11 Levons les yeux ensemble, non dans la peur mais dans la foi. 12 Et il n’y aura pas de peur en nous, car dans notre vision il n’y aura pas d’illusions, seulement un chemin menant à la porte ouverte du Ciel, la demeure que nous partageons dans la quiétude, et où nous vivons dans la douceur et dans la paix, ensemble et ne faisant qu’un.

9. Ne voudrais-tu pas que ton saint frère t’y conduise? 2 Son innocence éclairera ton chemin, t’offrant sa lumière pour te guider et sa sûre protection, et irradiant du saint autel au-dedans de lui où tu as posé les lys du pardon. 3 Laisse-le être le sauveur qui te délivre des illusions, et regarde-le avec la vision nouvelle qui voit les lys et t’apporte la joie. 4 Nous allons au-delà du voile de la peur, nous éclairant le chemin l’un l’autre. 5 La sainteté qui nous conduit est au-dedans de nous, comme l’est notre demeure. 6 Ainsi nous trouverons ce que nous étions censés trouver par Celui Qui nous conduit.

10. Voici la voie qui mène au Ciel et à la paix de Pâques, où nous nous joignons dans l’heureuse conscience que le Fils de Dieu est ressuscité du passé et s’est éveillé au présent. 2 Maintenant il est libre, illimité dans sa communion avec tout ce qui est au-dedans de lui. 3 Maintenant les lys de son innocence sont intouchés par la culpabilité, parfaitement protégés à la fois du frisson glacé de la peur et des vents desséchants du péché. 4 Ton don l’a sauvé des épines et des clous et son bras fort est libre de te guider en toute sûreté à travers eux et au-delà. 5 Va avec lui maintenant en te réjouissant, car le sauveur qui te délivre des illusions est venu t’accueillir et te ramener chez toi avec lui.

11. Voici ton sauveur et ton ami, délivré de la crucifixion par ta vision et libre de te conduire maintenant là où il voudrait être. 2 Il ne te quittera pas, pas plus qu’il n’abandonnera le sauveur à sa douleur. 3 Et c’est avec joie que toi et ton frère irez ensemble sur le chemin de l’innocence, chantant tout en contemplant la porte ouverte du Ciel et reconnaissant la demeure qui vous appelait. 4 Donne joyeusement à ton frère la liberté et la force de t’y conduire. 5 Et viens devant Son saint autel où attendent la force et la liberté, offrir et recevoir la radieuse conscience qui vous ramène chez vous. 6 La lampe est allumée en toi pour ton frère. 7 Et par les mains qui la lui ont donnée, tu seras conduit passé la peur jusqu’à l’amour.

UCEM~LEÇON 4 – Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce […].

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 4 - Ces pensées ne signifient rien. Elles sont comme les choses que je vois dans cette pièce [...]., Un Cours en Miracles on janvier 4, 2009 at 11:14

4 janvier ~ 1778900159

Leçon 4 ici

2. La spécification habituelle est requise lorsque tu choisis les sujets auxquels l’idée d’aujourd’hui sera appliquée. 2 N’aie pas peur d’utiliser les “bonnes” pensées aussi bien que les “mauvaises”. 3 Aucune d’elles ne représente tes pensées réelles, qui en sont recouvertes. 4 Les “bonnes” ne sont que des ombres de ce qui se trouve derrière, et les ombres rendent la vue difficile. 5 Les “mauvaises” bloquent la vue, et font qu’il est impossible de voir. 6 Tu ne veux ni les unes ni les autres. (L-I.4.2)

L’apprentissage de la leçon d’aujourd’hui consiste à voir les pensées qui sont dans mon esprit qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Ces pensées sont importantes pour moi car elles sont les témoins de mon monde que j’ai fait. Ce sont elles qui ont contribué à ce que j’ai fait pour me séparer de la vérité. Qu’elles soient bonnes ou mauvaises, ce sont les pensées de la séparation. Au pire je suis complètement aveuglé par les mauvaises et au mieux, avec les bonnes,  je ne vois que des ombres du passé pour me cacher la vérité.

3. Ceci est un exercice très important, qui sera répété de temps en temps sous des formes quelque peu différentes. 2 L’idée ici est de t’entraîner dans tes premiers pas vers le but qui est de séparer l’in-signifiant du signifiant.  (L-I.4.3)

Ce sont donc mes premiers pas pour séparer l’in-signifiant du signifiant. La pratique des leçons depuis le début m’enseigne que ce que je vois ne signifie rien et que ce que je pense ne signifie rien. Cela me fait prendre conscience que je suis dans un monde d’illusion totale peu importe ce que je vois ou ce que je pense. Le monde que j’ai fait est in-signifiant. Il est in-signifiant parce que je l’ai fait pour me séparer de Dieu. Dieu étant toute signification et puisque je crois être dans une monde où Il n’y est pas, mon monde ne peut être qu’in-signifiant. Ce sont donc mes premiers apprentissages à la Signification que je ne connais pas. Bien que je ne sache pas ce qu’est le Signifiant  j’apprends cependant  à bien reconnaître l’in-signifiant. C’est déjà un bon premier pas vers mes pensées réelles.