Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Posts Tagged ‘UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre.’

UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre., Un Cours en Miracles on mai 17, 2017 at 7:47

LEÇON 138

Le Ciel est la décision que je dois prendre.

1. En ce monde le Ciel est un choix, parce qu’ici nous croyons qu’il y a des alternatives entre lesquelles choisir. 2 Nous pensons que toutes choses ont un opposé, et ce que nous voulons, nous le choisissons. 3 Si le Ciel existe, il doit y avoir l’enfer aussi, car la contradiction est la façon dont nous faisons ce que nous percevons, et ce que nous pensons réel.

2. La création ne connaît pas d’opposé. 2 Mais ici l’opposition fait partie d’être “réel”. 3 C’est cette étrange perception de la vérité qui fait que le choix du Ciel semble être la même chose que le renoncement à l’enfer. 4 Il n’en est pas réellement ainsi. 5 Or ce qui est vrai dans la création de Dieu ne peut entrer ici avant d’être reflété sous une forme quelconque que le monde peut comprendre. 6 La vérité ne peut pas venir là où elle ne pourrait être perçue qu’avec peur. 7 Car cela serait l’erreur voulant que la vérité peut être portée aux illusions. 8 L’opposition fait que la vérité n’est pas la bienvenue, et elle ne peut venir.

3. Choisir est l’évasion évidente hors de ce qui apparaît comme des opposés. 2 La décision laisse l’un des buts conflictuels devenir le but de l’effort et de la dépense de temps. 3 Sans décision, le temps n’est que gaspillé et l’effort dissipé. 4 Il est dépensé pour rien en retour, et le temps passe sans résultats. 5 Il n’y a pas de sentiment de gain, car rien n’est accompli, rien n’est appris.

4. Il est besoin de te rappeler que tu penses faire face à un millier de choix, quand il n’y en a réellement qu’un à faire. 2 Et même celui-là ne fait que sembler être un choix. 3 Ne te laisse pas embrouiller par tous les doutes que des myriades de décisions induiraient. 4 Tu n’en prends qu’une. 5 Et quand celle-là est prise, tu percevras que ce n’était pas un choix du tout. 6 Car la vérité est vraie, et rien d’autre n’est vrai. 7 Il n’y a pas d’opposé à choisir à la place. 8 Il n’y a pas de contradiction à la vérité.

5. Choisir dépend d’apprendre. 2 Et la vérité ne peut pas être apprise, mais seulement reconnue. 3 En sa re-connaissance réside son acceptation; et comme elle est acceptée, elle est connue. 4 Mais la connaissance est au-delà des buts que nous cherchons à enseigner dans le cadre de ce cours. 5 Nos buts sont des buts d’enseignement, qui sont atteints en apprenant comment y parvenir, ce qu’ils sont et ce qu’ils t’offrent. 6 Les décisions sont le résultat de ton apprentissage, car elles reposent sur ce que tu as accepté pour vérité de ce que tu es et de ce que doivent être tes besoins.

6. Dans ce monde insane et compliqué, le Ciel paraît prendre la forme d’un choix plutôt que d’être simplement ce qu’il est. 2 De tous les choix que tu as essayé de faire, celui-là est le plus simple, le plus définitif et le prototype de tous les autres, celui qui tranche toutes les décisions. 3 Si tu pouvais décider le reste, celui-là reste irrésolu. 4 Mais quand tu résous celui-là, les autres sont résolus avec lui, car toutes les décisions ne font que dissimuler celle-là en prenant des formes différentes. 5 Là est l’ultime et seul choix, par lequel la vérité est acceptée ou niée.

7. Ainsi commençons-nous aujourd’hui à considérer le choix que le temps a été fait pour nous aider à faire. 2 Tel est son saint but, transformé maintenant de l’intention que tu lui avais donnée : qu’il soit le moyen de démontrer que l’enfer est réel, que l’espoir se change en désespoir et que la vie même à la fin doit être vaincue par la mort. 3 Dans la mort seule, les opposés sont résolus, car mettre fin à l’opposition, c’est mourir. 4 Donc le salut doit être vu comme la mort, car la vie est vue comme un conflit. 5 Résoudre le conflit, c’est mettre fin aussi à ta vie.

8. Ces folles croyances peuvent gagner une emprise inconsciente d’une grande intensité et saisir l’esprit d’une terreur et d’une anxiété si fortes qu’il ne renoncera pas à ses idées au sujet de sa propre protection. 2 Il doit être sauvé du salut, menacé pour être en sécurité et armé magiquement contre la vérité. 3 Ces décisions sont prises inconsciemment, pour les garder en sécurité et imperturbées; loin de toute remise en question, de la raison et du doute.

9. Le Ciel est choisi consciemment. 2 Le choix ne peut pas être fait tant que les alternatives n’ont pas été vues et comprises correctement. 3 Tout ce qui est voilé d’ombres doit être porté à la compréhension pour être jugé à nouveau, cette fois avec l’aide du Ciel. 4 Et toutes les erreurs de jugement que l’esprit a faites auparavant sont soumises à la correction, tandis que la vérité les rejette comme étant sans cause. 5 Maintenant elles sont sans effets. 6 Elles ne peuvent être dissimulées, parce que leur néant est reconnu.

10. Le choix conscient du Ciel est aussi sûr que la fin de la peur de l’enfer, une fois qu’elle est soulevée de derrière son écran protecteur d’inconscience et portée à la lumière. 2 Qui peut décider entre le clairement vu et le non reconnu ? 3 Or qui peut manquer de choisir entre deux alternatives dont une seule est vue comme ayant de la valeur et l’autre comme une chose entièrement sans valeur, une source imaginaire de culpabilité et de peur ? 4 Qui hésite à faire un tel choix ? 5 Allons-nous hésiter à choisir aujourd’hui ?

11. Nous choisissons le Ciel à notre réveil, et nous passons cinq minutes à nous assurer que nous avons pris la seule décision qui soit saine. 2 Nous reconnaissons que nous faisons un choix conscient entre ce qui a une existence et ce qui n’a que l’apparence de la vérité. 3 Son pseudo-être, porté à ce qui est réel, est mince et transparent dans la lumière. 4 Il ne contient plus aucune terreur maintenant, car ce qui avait été rendu énorme, vengeur, implacable de haine, demande l’obscurité pour que la peur y soit investie. 5 Maintenant il est reconnu comme n’étant qu’une erreur, sotte et banale.

12. Avant de fermer les yeux pour dormir cette nuit, nous réaffirmons le choix que nous avons fait à chaque heure entre-temps. 2 Et maintenant nous donnons les cinq dernières minutes de veille de notre journée à la décision avec laquelle nous nous sommes réveillés. 3 Au passage de chaque heure, nous avons réitéré notre choix pendant un bref moment de quiétude consacré à maintenir notre santé d’esprit. 4 Et finalement nous terminons la journée par ce qui suit, en admettant que nous avons choisi seulement ce que nous voulons :

  • 5 Le Ciel est la décision que je dois prendre.

  • 6 Je la prends maintenant, et je ne changerai pas d’esprit, parce que c’est la seule chose que je veux.

Chapitre 10: I. Chez toi en Dieu

Publicités

UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre., Un Cours en Miracles on mai 17, 2016 at 7:48

LEÇON 138

Le Ciel est la décision que je dois prendre.

1. En ce monde le Ciel est un choix, parce qu’ici nous croyons qu’il y a des alternatives entre lesquelles choisir. 2 Nous pensons que toutes choses ont un opposé, et ce que nous voulons, nous le choisissons. 3 Si le Ciel existe, il doit y avoir l’enfer aussi, car la contradiction est la façon dont nous faisons ce que nous percevons, et ce que nous pensons réel.

2. La création ne connaît pas d’opposé. 2 Mais ici l’opposition fait partie d’être “réel”. 3 C’est cette étrange perception de la vérité qui fait que le choix du Ciel semble être la même chose que le renoncement à l’enfer. 4 Il n’en est pas réellement ainsi. 5 Or ce qui est vrai dans la création de Dieu ne peut entrer ici avant d’être reflété sous une forme quelconque que le monde peut comprendre. 6 La vérité ne peut pas venir là où elle ne pourrait être perçue qu’avec peur. 7 Car cela serait l’erreur voulant que la vérité peut être portée aux illusions. 8 L’opposition fait que la vérité n’est pas la bienvenue, et elle ne peut venir.

3. Choisir est l’évasion évidente hors de ce qui apparaît comme des opposés. 2 La décision laisse l’un des buts conflictuels devenir le but de l’effort et de la dépense de temps. 3 Sans décision, le temps n’est que gaspillé et l’effort dissipé. 4 Il est dépensé pour rien en retour, et le temps passe sans résultats. 5 Il n’y a pas de sentiment de gain, car rien n’est accompli, rien n’est appris.

4. Il est besoin de te rappeler que tu penses faire face à un millier de choix, quand il n’y en a réellement qu’un à faire. 2 Et même celui-là ne fait que sembler être un choix. 3 Ne te laisse pas embrouiller par tous les doutes que des myriades de décisions induiraient. 4 Tu n’en prends qu’une. 5 Et quand celle-là est prise, tu percevras que ce n’était pas un choix du tout. 6 Car la vérité est vraie, et rien d’autre n’est vrai. 7 Il n’y a pas d’opposé à choisir à la place. 8 Il n’y a pas de contradiction à la vérité.

5. Choisir dépend d’apprendre. 2 Et la vérité ne peut pas être apprise, mais seulement reconnue. 3 En sa re-connaissance réside son acceptation; et comme elle est acceptée, elle est connue. 4 Mais la connaissance est au-delà des buts que nous cherchons à enseigner dans le cadre de ce cours. 5 Nos buts sont des buts d’enseignement, qui sont atteints en apprenant comment y parvenir, ce qu’ils sont et ce qu’ils t’offrent. 6 Les décisions sont le résultat de ton apprentissage, car elles reposent sur ce que tu as accepté pour vérité de ce que tu es et de ce que doivent être tes besoins.

6. Dans ce monde insane et compliqué, le Ciel paraît prendre la forme d’un choix plutôt que d’être simplement ce qu’il est. 2 De tous les choix que tu as essayé de faire, celui-là est le plus simple, le plus définitif et le prototype de tous les autres, celui qui tranche toutes les décisions. 3 Si tu pouvais décider le reste, celui-là reste irrésolu. 4 Mais quand tu résous celui-là, les autres sont résolus avec lui, car toutes les décisions ne font que dissimuler celle-là en prenant des formes différentes. 5 Là est l’ultime et seul choix, par lequel la vérité est acceptée ou niée.

7. Ainsi commençons-nous aujourd’hui à considérer le choix que le temps a été fait pour nous aider à faire. 2 Tel est son saint but, transformé maintenant de l’intention que tu lui avais donnée : qu’il soit le moyen de démontrer que l’enfer est réel, que l’espoir se change en désespoir et que la vie même à la fin doit être vaincue par la mort. 3 Dans la mort seule, les opposés sont résolus, car mettre fin à l’opposition, c’est mourir. 4 Donc le salut doit être vu comme la mort, car la vie est vue comme un conflit. 5 Résoudre le conflit, c’est mettre fin aussi à ta vie.

8. Ces folles croyances peuvent gagner une emprise inconsciente d’une grande intensité et saisir l’esprit d’une terreur et d’une anxiété si fortes qu’il ne renoncera pas à ses idées au sujet de sa propre protection. 2 Il doit être sauvé du salut, menacé pour être en sécurité et armé magiquement contre la vérité. 3 Ces décisions sont prises inconsciemment, pour les garder en sécurité et imperturbées; loin de toute remise en question, de la raison et du doute.

9. Le Ciel est choisi consciemment. 2 Le choix ne peut pas être fait tant que les alternatives n’ont pas été vues et comprises correctement. 3 Tout ce qui est voilé d’ombres doit être porté à la compréhension pour être jugé à nouveau, cette fois avec l’aide du Ciel. 4 Et toutes les erreurs de jugement que l’esprit a faites auparavant sont soumises à la correction, tandis que la vérité les rejette comme étant sans cause. 5 Maintenant elles sont sans effets. 6 Elles ne peuvent être dissimulées, parce que leur néant est reconnu.

10. Le choix conscient du Ciel est aussi sûr que la fin de la peur de l’enfer, une fois qu’elle est soulevée de derrière son écran protecteur d’inconscience et portée à la lumière. 2 Qui peut décider entre le clairement vu et le non reconnu ? 3 Or qui peut manquer de choisir entre deux alternatives dont une seule est vue comme ayant de la valeur et l’autre comme une chose entièrement sans valeur, une source imaginaire de culpabilité et de peur ? 4 Qui hésite à faire un tel choix ? 5 Allons-nous hésiter à choisir aujourd’hui ?

11. Nous choisissons le Ciel à notre réveil, et nous passons cinq minutes à nous assurer que nous avons pris la seule décision qui soit saine. 2 Nous reconnaissons que nous faisons un choix conscient entre ce qui a une existence et ce qui n’a que l’apparence de la vérité. 3 Son pseudo-être, porté à ce qui est réel, est mince et transparent dans la lumière. 4 Il ne contient plus aucune terreur maintenant, car ce qui avait été rendu énorme, vengeur, implacable de haine, demande l’obscurité pour que la peur y soit investie. 5 Maintenant il est reconnu comme n’étant qu’une erreur, sotte et banale.

12. Avant de fermer les yeux pour dormir cette nuit, nous réaffirmons le choix que nous avons fait à chaque heure entre-temps. 2 Et maintenant nous donnons les cinq dernières minutes de veille de notre journée à la décision avec laquelle nous nous sommes réveillés. 3 Au passage de chaque heure, nous avons réitéré notre choix pendant un bref moment de quiétude consacré à maintenir notre santé d’esprit. 4 Et finalement nous terminons la journée par ce qui suit, en admettant que nous avons choisi seulement ce que nous voulons :

  • 5 Le Ciel est la décision que je dois prendre.

  • 6 Je la prends maintenant, et je ne changerai pas d’esprit, parce que c’est la seule chose que je veux.

Chapitre 11: Introduction

UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre., Un Cours en Miracles on mai 17, 2014 at 11:13

LEÇON 138

Le Ciel est la décision que je dois prendre.

1. En ce monde le Ciel est un choix, parce qu’ici nous croyons qu’il y a des alternatives entre lesquelles choisir. 2 Nous pensons que toutes choses ont un opposé, et ce que nous voulons, nous le choisissons. 3 Si le Ciel existe, il doit y avoir l’enfer aussi, car la contradiction est la façon dont nous faisons ce que nous percevons, et ce que nous pensons réel.

2. La création ne connaît pas d’opposé. 2 Mais ici l’opposition fait partie d’être “réel”. 3 C’est cette étrange perception de la vérité qui fait que le choix du Ciel semble être la même chose que le renoncement à l’enfer. 4 Il n’en est pas réellement ainsi. 5 Or ce qui est vrai dans la création de Dieu ne peut entrer ici avant d’être reflété sous une forme quelconque que le monde peut comprendre. 6 La vérité ne peut pas venir là où elle ne pourrait être perçue qu’avec peur. 7 Car cela serait l’erreur voulant que la vérité peut être portée aux illusions. 8 L’opposition fait que la vérité n’est pas la bienvenue, et elle ne peut venir.

3. Choisir est l’évasion évidente hors de ce qui apparaît comme des opposés. 2 La décision laisse l’un des buts conflictuels devenir le but de l’effort et de la dépense de temps. 3 Sans décision, le temps n’est que gaspillé et l’effort dissipé. 4 Il est dépensé pour rien en retour, et le temps passe sans résultats. 5 Il n’y a pas de sentiment de gain, car rien n’est accompli, rien n’est appris.

4. Il est besoin de te rappeler que tu penses faire face à un millier de choix, quand il n’y en a réellement qu’un à faire. 2 Et même celui-là ne fait que sembler être un choix. 3 Ne te laisse pas embrouiller par tous les doutes que des myriades de décisions induiraient. 4 Tu n’en prends qu’une. 5 Et quand celle-là est prise, tu percevras que ce n’était pas un choix du tout. 6 Car la vérité est vraie, et rien d’autre n’est vrai. 7 Il n’y a pas d’opposé à choisir à la place. 8 Il n’y a pas de contradiction à la vérité.

5. Choisir dépend d’apprendre. 2 Et la vérité ne peut pas être apprise, mais seulement reconnue. 3 En sa re-connaissance réside son acceptation; et comme elle est acceptée, elle est connue. 4 Mais la connaissance est au-delà des buts que nous cherchons à enseigner dans le cadre de ce cours. 5 Nos buts sont des buts d’enseignement, qui sont atteints en apprenant comment y parvenir, ce qu’ils sont et ce qu’ils t’offrent. 6 Les décisions sont le résultat de ton apprentissage, car elles reposent sur ce que tu as accepté pour vérité de ce que tu es et de ce que doivent être tes besoins.

6. Dans ce monde insane et compliqué, le Ciel paraît prendre la forme d’un choix plutôt que d’être simplement ce qu’il est. 2 De tous les choix que tu as essayé de faire, celui-là est le plus simple, le plus définitif et le prototype de tous les autres, celui qui tranche toutes les décisions. 3 Si tu pouvais décider le reste, celui-là reste irrésolu. 4 Mais quand tu résous celui-là, les autres sont résolus avec lui, car toutes les décisions ne font que dissimuler celle-là en prenant des formes différentes. 5 Là est l’ultime et seul choix, par lequel la vérité est acceptée ou niée.

7. Ainsi commençons-nous aujourd’hui à considérer le choix que le temps a été fait pour nous aider à faire. 2 Tel est son saint but, transformé maintenant de l’intention que tu lui avais donnée : qu’il soit le moyen de démontrer que l’enfer est réel, que l’espoir se change en désespoir et que la vie même à la fin doit être vaincue par la mort. 3 Dans la mort seule, les opposés sont résolus, car mettre fin à l’opposition, c’est mourir. 4 Donc le salut doit être vu comme la mort, car la vie est vue comme un conflit. 5 Résoudre le conflit, c’est mettre fin aussi à ta vie.

8. Ces folles croyances peuvent gagner une emprise inconsciente d’une grande intensité et saisir l’esprit d’une terreur et d’une anxiété si fortes qu’il ne renoncera pas à ses idées au sujet de sa propre protection. 2 Il doit être sauvé du salut, menacé pour être en sécurité et armé magiquement contre la vérité. 3 Ces décisions sont prises inconsciemment, pour les garder en sécurité et imperturbées; loin de toute remise en question, de la raison et du doute.

9. Le Ciel est choisi consciemment. 2 Le choix ne peut pas être fait tant que les alternatives n’ont pas été vues et comprises correctement. 3 Tout ce qui est voilé d’ombres doit être porté à la compréhension pour être jugé à nouveau, cette fois avec l’aide du Ciel. 4 Et toutes les erreurs de jugement que l’esprit a faites auparavant sont soumises à la correction, tandis que la vérité les rejette comme étant sans cause. 5 Maintenant elles sont sans effets. 6 Elles ne peuvent être dissimulées, parce que leur néant est reconnu.

10. Le choix conscient du Ciel est aussi sûr que la fin de la peur de l’enfer, une fois qu’elle est soulevée de derrière son écran protecteur d’inconscience et portée à la lumière. 2 Qui peut décider entre le clairement vu et le non reconnu ? 3 Or qui peut manquer de choisir entre deux alternatives dont une seule est vue comme ayant de la valeur et l’autre comme une chose entièrement sans valeur, une source imaginaire de culpabilité et de peur ? 4 Qui hésite à faire un tel choix ? 5 Allons-nous hésiter à choisir aujourd’hui ?

11. Nous choisissons le Ciel à notre réveil, et nous passons cinq minutes à nous assurer que nous avons pris la seule décision qui soit saine. 2 Nous reconnaissons que nous faisons un choix conscient entre ce qui a une existence et ce qui n’a que l’apparence de la vérité. 3 Son pseudo-être, porté à ce qui est réel, est mince et transparent dans la lumière. 4 Il ne contient plus aucune terreur maintenant, car ce qui avait été rendu énorme, vengeur, implacable de haine, demande l’obscurité pour que la peur y soit investie. 5 Maintenant il est reconnu comme n’étant qu’une erreur, sotte et banale.

12. Avant de fermer les yeux pour dormir cette nuit, nous réaffirmons le choix que nous avons fait à chaque heure entre-temps. 2 Et maintenant nous donnons les cinq dernières minutes de veille de notre journée à la décision avec laquelle nous nous sommes réveillés. 3 Au passage de chaque heure, nous avons réitéré notre choix pendant un bref moment de quiétude consacré à maintenir notre santé d’esprit. 4 Et finalement nous terminons la journée par ce qui suit, en admettant que nous avons choisi seulement ce que nous voulons :

  • 5 Le Ciel est la décision que je dois prendre.

  • 6 Je la prends maintenant, et je ne changerai pas d’esprit, parce que c’est la seule chose que je veux.

UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre., Un Cours en Miracles on mai 17, 2013 at 11:40

18 mai ~ ciel68596

LEÇON 138

Le Ciel est la décision que je dois prendre.

1. En ce monde le Ciel est un choix, parce qu’ici nous croyons qu’il y a des alternatives entre lesquelles choisir. 2 Nous pensons que toutes choses ont un opposé, et ce que nous voulons, nous le choisissons. 3 Si le Ciel existe, il doit y avoir l’enfer aussi, car la contradiction est la façon dont nous faisons ce que nous percevons, et ce que nous pensons réel.

2. La création ne connaît pas d’opposé. 2 Mais ici l’opposition fait partie d’être “réel”. 3 C’est cette étrange perception de la vérité qui fait que le choix du Ciel semble être la même chose que le renoncement à l’enfer. 4 Il n’en est pas réellement ainsi. 5 Or ce qui est vrai dans la création de Dieu ne peut entrer ici avant d’être reflété sous une forme quelconque que le monde peut comprendre. 6 La vérité ne peut pas venir là où elle ne pourrait être perçue qu’avec peur. 7 Car cela serait l’erreur voulant que la vérité peut être portée aux illusions. 8 L’opposition fait que la vérité n’est pas la bienvenue, et elle ne peut venir.

3. Choisir est l’évasion évidente hors de ce qui apparaît comme des opposés. 2 La décision laisse l’un des buts conflictuels devenir le but de l’effort et de la dépense de temps. 3 Sans décision, le temps n’est que gaspillé et l’effort dissipé. 4 Il est dépensé pour rien en retour, et le temps passe sans résultats. 5 Il n’y a pas de sentiment de gain, car rien n’est accompli, rien n’est appris.

4. Il est besoin de te rappeler que tu penses faire face à un millier de choix, quand il n’y en a réellement qu’un à faire. 2 Et même celui-là ne fait que sembler être un choix. 3 Ne te laisse pas embrouiller par tous les doutes que des myriades de décisions induiraient. 4 Tu n’en prends qu’une. 5 Et quand celle-là est prise, tu percevras que ce n’était pas un choix du tout. 6 Car la vérité est vraie, et rien d’autre n’est vrai. 7 Il n’y a pas d’opposé à choisir à la place. 8 Il n’y a pas de contradiction à la vérité.

5. Choisir dépend d’apprendre. 2 Et la vérité ne peut pas être apprise, mais seulement reconnue. 3 En sa re-connaissance réside son acceptation; et comme elle est acceptée, elle est connue. 4 Mais la connaissance est au-delà des buts que nous cherchons à enseigner dans le cadre de ce cours. 5 Nos buts sont des buts d’enseignement, qui sont atteints en apprenant comment y parvenir, ce qu’ils sont et ce qu’ils t’offrent. 6 Les décisions sont le résultat de ton apprentissage, car elles reposent sur ce que tu as accepté pour vérité de ce que tu es et de ce que doivent être tes besoins.

6. Dans ce monde insane et compliqué, le Ciel paraît prendre la forme d’un choix plutôt que d’être simplement ce qu’il est. 2 De tous les choix que tu as essayé de faire, celui-là est le plus simple, le plus définitif et le prototype de tous les autres, celui qui tranche toutes les décisions. 3 Si tu pouvais décider le reste, celui-là reste irrésolu. 4 Mais quand tu résous celui-là, les autres sont résolus avec lui, car toutes les décisions ne font que dissimuler celle-là en prenant des formes différentes. 5 Là est l’ultime et seul choix, par lequel la vérité est acceptée ou niée.

7. Ainsi commençons-nous aujourd’hui à considérer le choix que le temps a été fait pour nous aider à faire. 2 Tel est son saint but, transformé maintenant de l’intention que tu lui avais donnée : qu’il soit le moyen de démontrer que l’enfer est réel, que l’espoir se change en désespoir et que la vie même à la fin doit être vaincue par la mort. 3 Dans la mort seule, les opposés sont résolus, car mettre fin à l’opposition, c’est mourir. 4 Donc le salut doit être vu comme la mort, car la vie est vue comme un conflit. 5 Résoudre le conflit, c’est mettre fin aussi à ta vie.

8. Ces folles croyances peuvent gagner une emprise inconsciente d’une grande intensité et saisir l’esprit d’une terreur et d’une anxiété si fortes qu’il ne renoncera pas à ses idées au sujet de sa propre protection. 2 Il doit être sauvé du salut, menacé pour être en sécurité et armé magiquement contre la vérité. 3 Ces décisions sont prises inconsciemment, pour les garder en sécurité et imperturbées; loin de toute remise en question, de la raison et du doute.

9. Le Ciel est choisi consciemment. 2 Le choix ne peut pas être fait tant que les alternatives n’ont pas été vues et comprises correctement. 3 Tout ce qui est voilé d’ombres doit être porté à la compréhension pour être jugé à nouveau, cette fois avec l’aide du Ciel. 4 Et toutes les erreurs de jugement que l’esprit a faites auparavant sont soumises à la correction, tandis que la vérité les rejette comme étant sans cause. 5 Maintenant elles sont sans effets. 6 Elles ne peuvent être dissimulées, parce que leur néant est reconnu.

10. Le choix conscient du Ciel est aussi sûr que la fin de la peur de l’enfer, une fois qu’elle est soulevée de derrière son écran protecteur d’inconscience et portée à la lumière. 2 Qui peut décider entre le clairement vu et le non reconnu ? 3 Or qui peut manquer de choisir entre deux alternatives dont une seule est vue comme ayant de la valeur et l’autre comme une chose entièrement sans valeur, une source imaginaire de culpabilité et de peur ? 4 Qui hésite à faire un tel choix ? 5 Allons-nous hésiter à choisir aujourd’hui ?

11. Nous choisissons le Ciel à notre réveil, et nous passons cinq minutes à nous assurer que nous avons pris la seule décision qui soit saine. 2 Nous reconnaissons que nous faisons un choix conscient entre ce qui a une existence et ce qui n’a que l’apparence de la vérité. 3 Son pseudo-être, porté à ce qui est réel, est mince et transparent dans la lumière. 4 Il ne contient plus aucune terreur maintenant, car ce qui avait été rendu énorme, vengeur, implacable de haine, demande l’obscurité pour que la peur y soit investie. 5 Maintenant il est reconnu comme n’étant qu’une erreur, sotte et banale.

12. Avant de fermer les yeux pour dormir cette nuit, nous réaffirmons le choix que nous avons fait à chaque heure entre-temps. 2 Et maintenant nous donnons les cinq dernières minutes de veille de notre journée à la décision avec laquelle nous nous sommes réveillés. 3 Au passage de chaque heure, nous avons réitéré notre choix pendant un bref moment de quiétude consacré à maintenir notre santé d’esprit. 4 Et finalement nous terminons la journée par ce qui suit, en admettant que nous avons choisi seulement ce que nous voulons :

  • 5 Le Ciel est la décision que je dois prendre.
  • 6 Je la prends maintenant, et je ne changerai pas d’esprit, parce que c’est la seule chose que je veux.

 

UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre., Un Cours en Miracles on mai 17, 2012 at 11:31

18 mai ~ le-ciel-depuis-san-pedro-de-atacama-visoterra-11871

LEÇON 138

Le Ciel est la décision que je dois prendre.

AUDIO

1. En ce monde le Ciel est un choix, parce qu’ici nous croyons qu’il y a des alternatives entre lesquelles choisir. 2 Nous pensons que toutes choses ont un opposé, et ce que nous voulons, nous le choisissons. 3 Si le Ciel existe, il doit y avoir l’enfer aussi, car la contradiction est la façon dont nous faisons ce que nous percevons, et ce que nous pensons réel.

2. La création ne connaît pas d’opposé. 2 Mais ici l’opposition fait partie d’être “réel”. 3 C’est cette étrange perception de la vérité qui fait que le choix du Ciel semble être la même chose que le renoncement à l’enfer. 4 Il n’en est pas réellement ainsi. 5 Or ce qui est vrai dans la création de Dieu ne peut entrer ici avant d’être reflété sous une forme quelconque que le monde peut comprendre. 6 La vérité ne peut pas venir là où elle ne pourrait être perçue qu’avec peur. 7 Car cela serait l’erreur voulant que la vérité peut être portée aux illusions. 8 L’opposition fait que la vérité n’est pas la bienvenue, et elle ne peut venir.

3. Choisir est l’évasion évidente hors de ce qui apparaît comme des opposés. 2 La décision laisse l’un des buts conflictuels devenir le but de l’effort et de la dépense de temps. 3 Sans décision, le temps n’est que gaspillé et l’effort dissipé. 4 Il est dépensé pour rien en retour, et le temps passe sans résultats. 5 Il n’y a pas de sentiment de gain, car rien n’est accompli, rien n’est appris.

4. Il est besoin de te rappeler que tu penses faire face à un millier de choix, quand il n’y en a réellement qu’un à faire. 2 Et même celui-là ne fait que sembler être un choix. 3 Ne te laisse pas embrouiller par tous les doutes que des myriades de décisions induiraient. 4 Tu n’en prends qu’une. 5 Et quand celle-là est prise, tu percevras que ce n’était pas un choix du tout. 6 Car la vérité est vraie, et rien d’autre n’est vrai. 7 Il n’y a pas d’opposé à choisir à la place. 8 Il n’y a pas de contradiction à la vérité.

5. Choisir dépend d’apprendre. 2 Et la vérité ne peut pas être apprise, mais seulement reconnue. 3 En sa re-connaissance réside son acceptation; et comme elle est acceptée, elle est connue. 4 Mais la connaissance est au-delà des buts que nous cherchons à enseigner dans le cadre de ce cours. 5 Nos buts sont des buts d’enseignement, qui sont atteints en apprenant comment y parvenir, ce qu’ils sont et ce qu’ils t’offrent. 6 Les décisions sont le résultat de ton apprentissage, car elles reposent sur ce que tu as accepté pour vérité de ce que tu es et de ce que doivent être tes besoins.

6. Dans ce monde insane et compliqué, le Ciel paraît prendre la forme d’un choix plutôt que d’être simplement ce qu’il est. 2 De tous les choix que tu as essayé de faire, celui-là est le plus simple, le plus définitif et le prototype de tous les autres, celui qui tranche toutes les décisions. 3 Si tu pouvais décider le reste, celui-là reste irrésolu. 4 Mais quand tu résous celui-là, les autres sont résolus avec lui, car toutes les décisions ne font que dissimuler celle-là en prenant des formes différentes. 5 Là est l’ultime et seul choix, par lequel la vérité est acceptée ou niée.

7. Ainsi commençons-nous aujourd’hui à considérer le choix que le temps a été fait pour nous aider à faire. 2 Tel est son saint but, transformé maintenant de l’intention que tu lui avais donnée : qu’il soit le moyen de démontrer que l’enfer est réel, que l’espoir se change en désespoir et que la vie même à la fin doit être vaincue par la mort. 3 Dans la mort seule, les opposés sont résolus, car mettre fin à l’opposition, c’est mourir. 4 Donc le salut doit être vu comme la mort, car la vie est vue comme un conflit. 5 Résoudre le conflit, c’est mettre fin aussi à ta vie.

8. Ces folles croyances peuvent gagner une emprise inconsciente d’une grande intensité et saisir l’esprit d’une terreur et d’une anxiété si fortes qu’il ne renoncera pas à ses idées au sujet de sa propre protection. 2 Il doit être sauvé du salut, menacé pour être en sécurité et armé magiquement contre la vérité. 3 Ces décisions sont prises inconsciemment, pour les garder en sécurité et imperturbées; loin de toute remise en question, de la raison et du doute.

9. Le Ciel est choisi consciemment. 2 Le choix ne peut pas être fait tant que les alternatives n’ont pas été vues et comprises correctement. 3 Tout ce qui est voilé d’ombres doit être porté à la compréhension pour être jugé à nouveau, cette fois avec l’aide du Ciel. 4 Et toutes les erreurs de jugement que l’esprit a faites auparavant sont soumises à la correction, tandis que la vérité les rejette comme étant sans cause. 5 Maintenant elles sont sans effets. 6 Elles ne peuvent être dissimulées, parce que leur néant est reconnu.

10. Le choix conscient du Ciel est aussi sûr que la fin de la peur de l’enfer, une fois qu’elle est soulevée de derrière son écran protecteur d’inconscience et portée à la lumière. 2 Qui peut décider entre le clairement vu et le non reconnu ? 3 Or qui peut manquer de choisir entre deux alternatives dont une seule est vue comme ayant de la valeur et l’autre comme une chose entièrement sans valeur, une source imaginaire de culpabilité et de peur ? 4 Qui hésite à faire un tel choix ? 5 Allons-nous hésiter à choisir aujourd’hui ?

11. Nous choisissons le Ciel à notre réveil, et nous passons cinq minutes à nous assurer que nous avons pris la seule décision qui soit saine. 2 Nous reconnaissons que nous faisons un choix conscient entre ce qui a une existence et ce qui n’a que l’apparence de la vérité. 3 Son pseudo-être, porté à ce qui est réel, est mince et transparent dans la lumière. 4 Il ne contient plus aucune terreur maintenant, car ce qui avait été rendu énorme, vengeur, implacable de haine, demande l’obscurité pour que la peur y soit investie. 5 Maintenant il est reconnu comme n’étant qu’une erreur, sotte et banale.

12. Avant de fermer les yeux pour dormir cette nuit, nous réaffirmons le choix que nous avons fait à chaque heure entre-temps. 2 Et maintenant nous donnons les cinq dernières minutes de veille de notre journée à la décision avec laquelle nous nous sommes réveillés. 3 Au passage de chaque heure, nous avons réitéré notre choix pendant un bref moment de quiétude consacré à maintenir notre santé d’esprit. 4 Et finalement nous terminons la journée par ce qui suit, en admettant que nous avons choisi seulement ce que nous voulons :

  • 5 Le Ciel est la décision que je dois prendre.
  • 6 Je la prends maintenant, et je ne changerai pas d’esprit, parce que c’est la seule chose que je veux.

UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 138 – Le Ciel est la décision que je dois prendre., Un Cours en Miracles on mai 18, 2011 at 12:20

18 mai ~ images

LEÇON 138

Le Ciel est la décision que je dois prendre.

L’audio de la leçon 138 ici

1. En ce monde le Ciel est un choix, parce qu’ici nous croyons qu’il y a des alternatives entre lesquelles choisir. 2 Nous pensons que toutes choses ont un opposé, et ce que nous voulons, nous le choisissons. 3 Si le Ciel existe, il doit y avoir l’enfer aussi, car la contradiction est la façon dont nous faisons ce que nous percevons, et ce que nous pensons réel.

2. La création ne connaît pas d’opposé. 2 Mais ici l’opposition fait partie d’être “réel”. 3 C’est cette étrange perception de la vérité qui fait que le choix du Ciel semble être la même chose que le renoncement à l’enfer. 4 Il n’en est pas réellement ainsi. 5 Or ce qui est vrai dans la création de Dieu ne peut entrer ici avant d’être reflété sous une forme quelconque que le monde peut comprendre. 6 La vérité ne peut pas venir là où elle ne pourrait être perçue qu’avec peur. 7 Car cela serait l’erreur voulant que la vérité peut être portée aux illusions. 8 L’opposition fait que la vérité n’est pas la bienvenue, et elle ne peut venir.

3. Choisir est l’évasion évidente hors de ce qui apparaît comme des opposés. 2 La décision laisse l’un des buts conflictuels devenir le but de l’effort et de la dépense de temps. 3 Sans décision, le temps n’est que gaspillé et l’effort dissipé. 4 Il est dépensé pour rien en retour, et le temps passe sans résultats. 5 Il n’y a pas de sentiment de gain, car rien n’est accompli, rien n’est appris.

4. Il est besoin de te rappeler que tu penses faire face à un millier de choix, quand il n’y en a réellement qu’un à faire. 2 Et même celui-là ne fait que sembler être un choix. 3 Ne te laisse pas embrouiller par tous les doutes que des myriades de décisions induiraient. 4 Tu n’en prends qu’une. 5 Et quand celle-là est prise, tu percevras que ce n’était pas un choix du tout. 6 Car la vérité est vraie, et rien d’autre n’est vrai. 7 Il n’y a pas d’opposé à choisir à la place. 8 Il n’y a pas de contradiction à la vérité.

5. Choisir dépend d’apprendre. 2 Et la vérité ne peut pas être apprise, mais seulement reconnue. 3 En sa re-connaissance réside son acceptation; et comme elle est acceptée, elle est connue. 4 Mais la connaissance est au-delà des buts que nous cherchons à enseigner dans le cadre de ce cours. 5 Nos buts sont des buts d’enseignement, qui sont atteints en apprenant comment y parvenir, ce qu’ils sont et ce qu’ils t’offrent. 6 Les décisions sont le résultat de ton apprentissage, car elles reposent sur ce que tu as accepté pour vérité de ce que tu es et de ce que doivent être tes besoins.

6. Dans ce monde insane et compliqué, le Ciel paraît prendre la forme d’un choix plutôt que d’être simplement ce qu’il est. 2 De tous les choix que tu as essayé de faire, celui-là est le plus simple, le plus définitif et le prototype de tous les autres, celui qui tranche toutes les décisions. 3 Si tu pouvais décider le reste, celui-là reste irrésolu. 4 Mais quand tu résous celui-là, les autres sont résolus avec lui, car toutes les décisions ne font que dissimuler celle-là en prenant des formes différentes. 5 Là est l’ultime et seul choix, par lequel la vérité est acceptée ou niée.

7. Ainsi commençons-nous aujourd’hui à considérer le choix que le temps a été fait pour nous aider à faire. 2 Tel est son saint but, transformé maintenant de l’intention que tu lui avais donnée : qu’il soit le moyen de démontrer que l’enfer est réel, que l’espoir se change en désespoir et que la vie même à la fin doit être vaincue par la mort. 3 Dans la mort seule, les opposés sont résolus, car mettre fin à l’opposition, c’est mourir. 4 Donc le salut doit être vu comme la mort, car la vie est vue comme un conflit. 5 Résoudre le conflit, c’est mettre fin aussi à ta vie.

8. Ces folles croyances peuvent gagner une emprise inconsciente d’une grande intensité et saisir l’esprit d’une terreur et d’une anxiété si fortes qu’il ne renoncera pas à ses idées au sujet de sa propre protection. 2 Il doit être sauvé du salut, menacé pour être en sécurité et armé magiquement contre la vérité. 3 Ces décisions sont prises inconsciemment, pour les garder en sécurité et imperturbées; loin de toute remise en question, de la raison et du doute.

9. Le Ciel est choisi consciemment. 2 Le choix ne peut pas être fait tant que les alternatives n’ont pas été vues et comprises correctement. 3 Tout ce qui est voilé d’ombres doit être porté à la compréhension pour être jugé à nouveau, cette fois avec l’aide du Ciel. 4 Et toutes les erreurs de jugement que l’esprit a faites auparavant sont soumises à la correction, tandis que la vérité les rejette comme étant sans cause. 5 Maintenant elles sont sans effets. 6 Elles ne peuvent être dissimulées, parce que leur néant est reconnu.

10. Le choix conscient du Ciel est aussi sûr que la fin de la peur de l’enfer, une fois qu’elle est soulevée de derrière son écran protecteur d’inconscience et portée à la lumière. 2 Qui peut décider entre le clairement vu et le non reconnu ? 3 Or qui peut manquer de choisir entre deux alternatives dont une seule est vue comme ayant de la valeur et l’autre comme une chose entièrement sans valeur, une source imaginaire de culpabilité et de peur ? 4 Qui hésite à faire un tel choix ? 5 Allons-nous hésiter à choisir aujourd’hui ?

11. Nous choisissons le Ciel à notre réveil, et nous passons cinq minutes à nous assurer que nous avons pris la seule décision qui soit saine. 2 Nous reconnaissons que nous faisons un choix conscient entre ce qui a une existence et ce qui n’a que l’apparence de la vérité. 3 Son pseudo-être, porté à ce qui est réel, est mince et transparent dans la lumière. 4 Il ne contient plus aucune terreur maintenant, car ce qui avait été rendu énorme, vengeur, implacable de haine, demande l’obscurité pour que la peur y soit investie. 5 Maintenant il est reconnu comme n’étant qu’une erreur, sotte et banale.

12. Avant de fermer les yeux pour dormir cette nuit, nous réaffirmons le choix que nous avons fait à chaque heure entre-temps. 2 Et maintenant nous donnons les cinq dernières minutes de veille de notre journée à la décision avec laquelle nous nous sommes réveillés. 3 Au passage de chaque heure, nous avons réitéré notre choix pendant un bref moment de quiétude consacré à maintenir notre santé d’esprit. 4 Et finalement nous terminons la journée par ce qui suit, en admettant que nous avons choisi seulement ce que nous voulons :

  • 5 Le Ciel est la décision que je dois prendre.
  • 6 Je la prends maintenant, et je ne changerai pas d’esprit, parce que c’est la seule chose que je veux.