Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for 2 juin 2012|Daily archive page

UCEM~LEÇON 154 – Je fais partie des ministres de Dieu.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 154 – Je fais partie des ministres de Dieu., Un Cours en Miracles on juin 2, 2012 at 11:44

3 juin ~ 7168100001

LEÇON 154

Je fais partie des ministres de Dieu.

AUDIO

1. Ne soyons aujourd’hui ni arrogants ni faussement humbles. 2 Nous avons dépassé de telles sottises. 3 Nous ne pouvons pas nous juger nous-mêmes et nous n’avons pas besoin de le faire. 4 Ce ne sont là que des tentatives pour retarder la décision et différer notre engagement envers notre fonction. 5 Ce n’est pas notre rôle de juger de notre valeur, pas plus que nous ne pouvons connaître quel est le meilleur rôle pour nous ; ce que nous pouvons faire à l’intérieur d’un plan plus vaste que nous ne pouvons voir en son entièreté. 6 Notre rôle nous est donné au Ciel, pas en enfer. 7 Et ce que nous pensons être de la faiblesse peut être de la force ; ce que nous croyons être notre force est souvent de l’arrogance.

2. Quel que soit le rôle qui t’est assigné, il a été choisi par la Voix pour Dieu, Dont la fonction est de parler pour toi aussi. 2 Voyant tes forces exactement telles qu’elles sont, et pareillement conscient de là où elles peuvent le mieux être appliquées, pour quoi, à qui et quand, Il choisit et accepte ton rôle pour toi. 3 Il ne travaille pas sans ton propre consentement. 4 Mais Il ne Se trompe pas sur ce que tu es, et Il écoute seulement Sa Voix en toi.

3. C’est par Son aptitude à entendre une seule Voix qui est la Sienne que tu prends enfin conscience qu’il y a une seule Voix en toi. 2 Et cette Voix désigne ta fonction et te la transmet, te donnant la force de la comprendre, de faire ce qu’elle entraîne et de réussir en tout ce que tu fais qui s’y rapporte. 3 Dieu S’est joint à Son Fils en cela ; ainsi Son Fils devient Son messager d’unité avec Lui.

4. C’est cette jonction, par la Voix pour Dieu, du Père et du Fils, qui met le salut à part du monde. 2 C’est cette Voix qui parle de lois auxquelles le monde n’obéit pas, qui promet que tu es sauvé de tout péché, la culpabilité abolie dans l’esprit que Dieu a créé sans péché. 3 Maintenant cet esprit prend conscience à nouveau de Celui Qui l’a créé et de Son union éternelle avec soi-même. 4 Son Soi est donc la seule réalité en laquelle sa volonté et Celle de Dieu sont jointes.

5. Un messager n’est pas celui qui écrit le message qu’il transmet. 2 Pas plus qu’il ne met en question le droit de celui qui le fait, ni ne demande pourquoi il a choisi ceux qui recevront le message qu’il apporte. 3 Il suffit qu’il l’accepte, qu’il le donne à ceux à qui il est destiné et qu’il remplisse son rôle en le transmettant. 4 S’il détermine ce que les messages devraient être, quel est leur but, où ils devraient être portés, il manque d’accomplir son juste rôle en tant que porteur de la Parole.

6. Il y a une différence majeure dans le rôle des messagers du Ciel, qui les distingue de ceux que le monde désigne. 2 Les messages qu’ils transmettent sont destinés d’abord à eux-mêmes. 3 Et c’est seulement quand ils peuvent les accepter pour eux-mêmes qu’ils deviennent capables de les porter plus loin et de les donner partout où ils étaient destinés. 4 Comme les messagers terrestres, ils n’ont pas écrit les messages qu’ils portent, mais ils en deviennent les premiers receveurs au sens le plus vrai, recevant pour se préparer à donner.

7. Un messager terrestre remplit son rôle en remettant tous ses messages. 2 Les messagers de Dieu jouent leur rôle en acceptant Ses messages comme pour eux-mêmes et montrent qu’ils comprennent les messages en les remettant. 3 Ils ne choisissent aucun rôle qui ne leur soit donné par Son autorité. 4 Ainsi ils gagnent à chaque message qu’ils remettent.

8. Voudrais-tu recevoir les messages de Dieu ? 2 Car ainsi tu deviens Son messager. 3 Tu es désigné maintenant. 4 Et pourtant tu attends avant de donner les messages que tu as reçus. 5 Et ainsi tu ne connais pas qu’ils sont à toi, et tu ne les reconnais pas. 6 Nul ne peut recevoir et comprendre qu’il a reçu jusqu’à ce qu’il donne. 7 Car c’est en donnant qu’il accepte en propre ce qu’il a reçu.

9. Toi qui es maintenant le messager de Dieu, reçois Ses messages. 2 Car cela fait partie du rôle qui t’a été assigné. 3 Dieu n’a pas manqué d’offrir ce dont tu as besoin, et cela n’a pas non plus été laissé inaccepté. 4 Or une autre partie de la tâche qui t’est assignée reste encore à accomplir. 5 Celui Qui a reçu pour toi les messages de Dieu voudrait que tu les reçoives toi aussi. 6 Car c’est ainsi que tu t’identifies à Lui et que tu réclames le tien.

10. C’est cette jonction que nous entreprenons de reconnaître aujourd’hui. 2 Nous ne chercherons pas à garder nos esprits à part de Celui Qui parle pour nous, car c’est seulement notre voix que nous entendons lorsque nous Lui prêtons attention. 3 Lui seul peut nous parler et parler pour nous, unissant en une seule Voix l’obtenir et le donner de la Parole de Dieu, le donner et recevoir de Sa Volonté.

11. Nous nous exerçons à Lui donner ce qu’Il voudrait avoir, afin de reconnaître les dons qu’Il nous fait. 2 Il a besoin de notre voix pour parler par nous. 3 Il a besoin de nos mains pour tenir Ses messages et les porter à ceux qu’Il désigne. 4 Il a besoin de nos pieds pour nous mener où il veut, afin que ceux qui attendent dans la misère soient enfin délivrés. 5 Et Il a besoin de notre volonté unie à la Sienne, afin que nous soyons les véritables receveurs des dons qu’Il fait.

12. Apprenons cette seule leçon aujourd’hui : Nous ne reconnaîtrons pas ce que nous recevons jusqu’à ce que nous le donnions. 2 Tu as entendu dire cela d’une centaine de manières, une centaine de fois, et pourtant la croyance manque encore. 3 Mais ceci est sûr : jusqu’à ce que la croyance lui soit donnée, tu recevras un millier de miracles et puis un millier de plus, mais tu ne connaîtras pas que Dieu Lui-même n’a laissé aucun don au-delà de ce que tu as déjà, ni refusé la plus petite bénédiction à Son Fils. 4 Qu’est-ce que cela peut signifier pour toi, jusqu’à ce que tu te sois identifié à Lui et aux Siens ?

13. Notre leçon pour aujourd’hui s’énonce ainsi :

  • 2 Je fais partie des ministres de Dieu, et je suis reconnaissant d’avoir les moyens par lesquels je peux reconnaître que je suis libre.

14. Le monde recule quand nous éclairons nos esprits et nous rendons compte que ces saintes paroles sont vraies. 2 Elles sont le message que nous envoie aujourd’hui notre Créateur. 3 Maintenant nous démontrons comment elles ont changé nos esprits sur nous-mêmes et sur ce qu’est notre fonction. 4 Car en prouvant que nous n’acceptons aucune volonté que nous ne partageons pas, les nombreux dons de notre Créateur jailliront devant nos yeux et nous sauteront dans les mains, et nous reconnaîtrons ce que nous avons reçu.

UCEM~LEÇON 153 – En ma non-défense réside ma sécurité.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 153 – En ma non-défense réside ma sécurité., Un Cours en Miracles on juin 2, 2012 at 12:32

2 juin ~ 166150

LEÇON 153

En ma non-défense réside ma sécurité.

AUDIO

1. Toi qui te sens menacé par ce monde changeant, ses revirements de fortune et ses farces amères, ses brèves relations et tous les “dons” qu’il ne fait que prêter pour les prendre à nouveau, écoute bien cette leçon. 2 Le monde ne procure aucune sécurité. 3 Il est enraciné dans l’attaque, et tous ses “dons” d’apparente sécurité sont d’illusoires tromperies. 4 Il attaque, puis il attaque encore. 5 Nulle paix d’esprit n’est possible où le danger menace ainsi.

2. Le monde n’engendre que la défensive. 2 Car la menace amène la colère, la colère fait paraître l’attaque raisonnable, franchement provoquée et justifiée au nom de la légitime défense. 3 Or la défensive est une double menace. 4 Car elle atteste la faiblesse et monte tout un système de défense qui ne peut pas marcher. 5 Maintenant les faibles sont encore plus minés, car il y a traîtrise au-dehors et traîtrise plus grande encore au-dedans. 6 Maintenant l’esprit est confus et ne sait plus où se tourner pour trouver à s’évader de ses imaginations.

3. C’est comme si un cercle l’enserrait, à l’intérieur duquel un autre cercle le tenait lié, et puis un autre encore dans celui-là, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus espoir ni possibilité d’évasion. 2 Attaque, défense; défense, attaque, deviennent les cercles des heures et des jours qui enserrent l’esprit de lourdes bandes d’acier recouvertes de fer, et reviennent uniquement pour recommencer. 3 Il ne semble y avoir ni répit ni fin à l’étreinte toujours plus serrée de l’emprisonnement de l’esprit.

4. Les défenses sont le prix le plus élevé que l’ego puisse exiger. 2 En elles réside une folie d’une forme si sinistre que tout espoir de santé d’esprit ne semble qu’un vain rêve, au-delà du possible. 3 Le sentiment de menace que le monde encourage est tellement plus profond et dépasse de si loin toute la frénésie et l’intensité que tu peux concevoir, que tu n’as pas idée de toute la dévastation qu’il a amenée.

5. Tu es son esclave. 2 Tu ne sais pas ce que tu fais, par peur de lui. 3 Tu ne comprends pas combien il t’a fait sacrifier, toi qui ressens sur le cœur sa griffe de fer. 4 Tu ne te rends pas compte de ce que tu as fait pour saboter la sainte paix de Dieu par ta défensive. 5 Car tu ne vois dans le Fils de Dieu qu’une victime à attaquer par les fantasmes, par les rêves et par les illusions qu’il a faits; impuissant pourtant en leur présence, ayant besoin d’être défendu par encore plus de fantasmes et de rêves où il est réconforté par des illusions de sécurité.

6. La non-défense est force. 2 Elle témoigne de la re-connaissance du Christ en toi. 3 Tu te souviens peut-être que le texte soutient que le choix se fait toujours entre la force du Christ et ta propre faiblesse, vue à part de Lui. 4 La non-défense ne peut jamais être attaquée, parce qu’elle reconnaît une force si grande que l’attaque est une folie, ou un jeu ridicule que jouerait un enfant fatigué quand il a trop sommeil pour se souvenir de ce qu’il veut.

7. La défensive est faiblesse. 2 Elle proclame que tu as nié le Christ et que tu en es venu à craindre la colère de Son Père. 3 Qu’est-ce qui peut te sauver maintenant de ton idée délirante d’un dieu en colère, dont tu crois voir à l’œuvre dans tous les maux du monde l’image effrayante ? 4 Quoi d’autre que des illusions pourrait te défendre maintenant, quand ce ne sont que des illusions que tu combats ?

8. Nous ne jouerons pas à des jeux si puérils aujourd’hui. 2 Car notre but véritable est de sauver le monde, et nous ne voudrions pas échanger contre des sottises la joie sans fin que nous offre notre fonction. 3 Nous ne voudrions pas laisser échapper notre bonheur parce qu’un fragment d’un rêve insensé nous a par hasard traversé l’esprit et que nous avons confondu les figures dans ce rêve avec le Fils de Dieu; ce tout petit instant avec l’éternité.

9. Nous regardons passé les rêves aujourd’hui, et nous reconnaissons que nous n’avons pas besoin de défense parce que nous sommes créés inattaquables, sans aucune pensée ni souhait ni rêve dans lequel l’attaque ait une quelconque signification. 2 Nous ne pouvons pas avoir peur maintenant, car nous avons laissé toutes pensées apeurantes derrière nous. 3 Et dans la non-défense nous nous tenons en sûreté, sereinement certains de notre sécurité maintenant, sûrs du salut, sûrs que nous remplirons notre but choisi, tandis que notre ministère étend sa sainte bénédiction à travers le monde.

10. Sois calme un moment et pense en silence combien ton but est saint, combien tu reposes en sécurité, intouchable dans sa lumière. 2 Les ministres de Dieu ont choisi que la vérité soit avec eux. 3 Qui est plus saint qu’eux ? 4 Qui pourrait être plus sûr que son bonheur est pleinement garanti ? 5 Et qui pourrait être plus puissamment protégé ? 6 De quelle défense pourraient bien avoir besoin ceux qui comptent parmi les élus de Dieu, par Son choix aussi bien que par le leur ?

11. C’est la fonction des ministres de Dieu d’aider leurs frères à choisir comme eux-mêmes l’ont fait. 2 Dieu les a tous élus, mais peu se sont rendu compte que Sa Volonté n’est que la leur. 3 Et tant que tu manques d’enseigner ce que tu as appris, le salut attend et les ténèbres tiennent le monde dans un sinistre emprisonnement. 4 Et tu n’apprendras pas non plus que la lumière t’est venue et que ton évasion a été accomplie. 5 Car tu ne verras pas la lumière, jusqu’à ce que tu l’offres à tous tes frères. 6 Comme ils la prendront de tes mains, ainsi tu la reconnaîtras pour tienne.

12. Le salut peut être comparé à un jeu auquel jouent des enfants heureux. 2 Il a été conçu par Celui Qui aime Ses enfants et Qui voudrait remplacer leurs jouets apeurants par des jeux joyeux qui leur enseignent que le jeu de la peur a disparu. 3 Son jeu t’apprend le bonheur parce qu’il n’y a pas de perdant. 4 Chacun de ceux qui jouent doit gagner, et par son gain le gain de tous est assuré. 5 Le jeu de la peur est mis de côté avec joie quand les enfants en viennent à voir les bénéfices que le salut apporte.

13. Toi qui as joué que tu étais perdu pour l’espoir, abandonné par ton Père, laissé seul et terrifié dans un monde effrayant rendu fou par le péché et la culpabilité, sois heureux maintenant. 2 Ce jeu est terminé. 3 Maintenant est arrivé un temps tranquille, où nous rangeons les jouets de la culpabilité et enfermons à jamais nos désuètes et puériles pensées de péché loin des esprits purs et saints des enfants du Ciel et du Fils de Dieu.

14. Nous ne nous arrêtons encore qu’un moment de plus, pour jouer à notre dernier jeu, un jeu heureux, sur cette terre. 2 Puis nous allons prendre notre juste place là où demeure la vérité et où les jeux sont in-signifiants. 3 Ainsi finit l’histoire. 4 Que ce jour rapproche du monde le dernier chapitre, afin que chacun apprenne que l’histoire qu’il lit d’une destinée terrifiante, de l’échec de tous ses espoirs, de sa défense pitoyable contre une vengeance inéluctable, n’est que son propre fantasme délirant. 5 Les ministres de Dieu sont venus le réveiller des sombres rêves que cette histoire a évoqués dans son souvenir confus et désorienté de ce conte distordu. 6 Le Fils de Dieu peut enfin sourire, en apprenant qu’il n’est pas vrai.

15. Aujourd’hui nos exercices prendront une forme que nous garderons pendant un bon moment. 2 Nous commencerons chaque jour en prêtant notre attention aussi longtemps que possible à la pensée du jour. 3 Cinq minutes devient maintenant le minimum que nous consacrons à la préparation d’une journée durant laquelle le salut est le seul but que nous ayons. 4 Dix serait mieux; quinze encore mieux. 5 Et lorsque la distraction cessera de nous détourner de notre but, nous trouverons qu’une demi-heure est un temps trop court à passer avec Dieu. 6 Et nous ne serons pas désireux de donner moins le soir, avec gratitude et joie.

16. Chaque heure ajoute à notre paix grandissante, lorsque nous nous souvenons d’être fidèles à la Volonté que nous partageons avec Dieu. 2 Parfois, peut-être une minute, même moins, sera le plus que nous pourrons offrir, quand l’heure sonnera. 3 Quelquefois nous oublierons. 4 D’autres fois les affaires du monde nous rattraperont, et nous serons incapables de nous retirer un instant pour tourner nos pensées vers Dieu.

17. Or quand nous le pourrons, nous respecterons notre engagement en tant que ministres de Dieu, en nous souvenant à chaque heure de notre mission et de Son Amour. 2 Nous nous assiérons en silence et nous L’attendrons et nous écouterons Sa Voix pour apprendre ce qu’Il voudrait que nous fassions dans l’heure à venir ; tout en Le remerciant de tous les dons qu’Il nous a faits dans celle qui est passée.

18. Avec le temps et l’entraînement, tu ne cesseras plus jamais de penser à Lui ni d’entendre Sa Voix aimante guider tes pas sur des voies tranquilles où tu marcheras dans une véritable non-défense. 2 Car tu sauras que le Ciel va avec toi. 3 Et tu ne voudras pas non plus garder ton esprit loin de Lui un instant, même si tu passes ton temps à offrir le salut au monde. 4 Penses-tu qu’Il ne rendra pas cela possible, pour toi qui as choisi d’exécuter Son plan pour le salut du monde et le tien ?

19. Aujourd’hui notre thème est notre non-défense. 2 Nous nous en revêtons tandis que nous nous préparons à commencer la journée. 3 Nous nous levons, forts dans le Christ, et nous laissons notre faiblesse disparaître, nous souvenant que Sa force demeure en nous. 4 Nous nous rappellerons qu’Il reste à nos côtés tout le long de la journée, et jamais ne laisse notre faiblesse sans le support de Sa force. 5 Nous faisons appel à Sa force chaque fois que nous sentons que nos défenses menacent de miner notre certitude de but. 6 Nous nous arrêtons un moment, comme Il nous dit : “Je suis là.”

20. Tes exercices vont maintenant commencer à prendre le sérieux de l’amour, pour t’aider à empêcher ton esprit de s’égarer de son intention. 2 N’aie pas peur et ne sois pas timide. 3 Il ne peut y avoir de doute que tu atteindras ton but final. 4 Les ministres de Dieu ne peuvent jamais échouer, parce que c’est de Lui que viennent l’amour, la force et la paix qui rayonnent d’eux vers tous leurs frères. 5 Voilà les dons qu’Il te fait. 6 La non-défense est tout ce que tu as besoin de Lui donner en retour. 7 Tu mets seulement de côté ce qui n’a jamais été réel, pour regarder le Christ et voir Son impeccabilité.