Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for 12 juin 2011|Daily archive page

UCEM~LEÇON 164 – Maintenant nous ne faisons qu’un avec Celui Qui est notre Source.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 164 – Maintenant nous ne faisons qu’un avec Celui Qui est notre Source., Un Cours en Miracles on juin 12, 2011 at 11:53

13 juin  ~ f931-magritte~L-Entree-en-Scene-Posters

LEÇON 164

Maintenant nous ne faisons qu’un avec Celui Qui est notre Source.

L’audio de la leçon 164

1. À quel moment, sinon maintenant, la vérité peut-elle être reconnue ? 2 Le présent est le seul temps qui soit. 3 Ainsi aujourd’hui, en cet instant, maintenant, nous venons contempler ce qui est là pour toujours : pas à nos yeux, mais aux yeux du Christ. 4 Il regarde passé le temps et voit l’éternité telle qu’elle y est représentée. 5 Il entend les sons que le monde insensé, affairé, engendre, mais il les entend très faiblement. 6 Car au-delà d’eux tous Il entend le chant du Ciel, et la Voix pour Dieu plus claire, plus signifiante, plus proche.

2. Le monde s’estompe facilement sous Ses yeux. 2 Ses sons s’affaiblissent. 3 Une mélodie qui vient de loin par-delà le monde devient de plus en plus distincte ; un appel ancien auquel Il donne une réponse ancienne. 4 Tu les reconnaîtras tous les deux, car ce ne sont que ta réponse à l’Appel de ton Père. 5 Le Christ répond pour toi, Se faisant l’écho de ton Soi, utilisant ta voix pour donner Son joyeux consentement ; acceptant ta délivrance pour toi.

3. Comme tes exercices d’aujourd’hui sont saints, tandis que le Christ te donne Sa vue et entend pour toi, et répond en ton nom à l’Appel qu’il entend ! 2 Comme il est tranquille le temps que tu donnes pour le passer avec Lui, au-delà du monde. 3 Comme tous tes péchés apparents sont facilement oubliés, et tous tes chagrins sombrent dans l’oubli. 4 En ce jour le chagrin est abandonné, car les vues et les sons qui viennent de plus près que le monde sont clairs pour toi qui accepteras aujourd’hui les dons qu’Il te fait.

4. Il est un silence dans lequel le monde ne peut faire intrusion. 2 Il est une paix ancienne que tu portes en ton cœur et n’as pas perdue. 3 Il est un sentiment de sainteté en toi que la pensée de péché n’a jamais touché. 4 De tout cela aujourd’hui tu te souviendras. 5 Ta fidélité à t’exercer aujourd’hui apportera des récompenses si grandes et si complètement différentes de toutes les choses que tu recherchais auparavant, que tu connaîtras qu’ici est ton trésor, et qu’ici est ton repos.

5. Voici le jour où les vaines imaginations s’écartent comme un rideau pour révéler ce qui se trouve au-delà. 2 Maintenant ce qui est réellement là est rendu visible, tandis que toutes les ombres qui paraissaient le cacher s’évanouissent simplement. 3 Maintenant l’équilibre est rétabli, et la balance du jugement est laissée à Celui Qui juge vrai. 4 Et dans Son jugement un monde se déploiera en parfaite innocence devant tes yeux. 5 Maintenant tu le verras avec les yeux du Christ. 6 Maintenant sa transformation est claire pour toi.

6. Frère, ce jour est sacré pour le monde. 2 Ta vision, à toi donnée de bien au-delà de toutes choses en ce monde, se retourne et les regarde dans une lumière nouvelle. 3 Et ce que tu vois devient la guérison et le salut du monde. 4 Ce qui a de la valeur et ce qui est sans valeur sont tous deux perçus et reconnus pour ce qu’ils sont. 5 Ce qui est digne de ton amour reçoit ton amour, et rien ne reste qui soit à craindre.

7. Nous ne jugerons pas aujourd’hui. 2 Nous recevrons seulement ce qui nous est donné par un jugement rendu au-delà du monde. 3 Nos exercices aujourd’hui deviennent notre don de gratitude pour notre délivrance de l’aveuglement et de la misère. 4 Tout ce que nous voyons ne fera qu’augmenter notre joie, car sa sainteté reflète la nôtre. 5 Nous sommes pardonnés dans le regard du Christ, et le monde entier est pardonné dans le nôtre. 6 Nous bénissons le monde en le contemplant dans la lumière où notre Sauveur nous regarde, et nous lui offrons la liberté à nous donnée par Sa vision qui pardonne, et non par la nôtre.

8. Durant tes exercices, ouvre le rideau en lâchant prise simplement de toutes les choses que tu penses vouloir. 2 Tes trésors de pacotille, mets-les de côté et laisse un espace propre et ouvert au-dedans de ton esprit où le Christ puisse venir et t’offrir le trésor du salut. 3 Il a besoin de ton esprit très saint pour sauver le monde. 4 Ce but n’est-il pas digne d’être le tien ? 5 La vision du Christ n’est-elle pas digne d’être recherchée par-dessus les buts insatisfaisants du monde ?

9. Ne laisse pas la journée passer sans que les dons qu’elle te réserve reçoivent ton consentement et ton acceptation. 2 Nous pouvons changer le monde, si tu les reconnais. 3 Peut-être ne vois-tu pas la valeur que ton acceptation donne au monde. 4 Mais ceci, tu le veux certainement : tu peux échanger toute souffrance contre la joie en ce jour même. 5 Exerce-toi sérieusement, et le don est tien. 6 Dieu te tromperait-Il ? 7 Sa promesse peut-elle être vaine ? 8 Peux-tu refuser si peu, quand Sa Main tend à Son Fils le salut complet ?

UCEM~LEÇON 163 – De mort, il n’y en a pas. Le Fils de Dieu est libre.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 163 – De mort, il n’y en a pas. Le Fils de Dieu est libre., Un Cours en Miracles on juin 12, 2011 at 1:06

12 JUIN ~ index

LEÇON 163

De mort, il n’y en a pas. Le Fils de Dieu est libre.

L’audio de la leçon 163

1. La mort est une pensée qui prend de nombreuses formes, souvent non reconnues. 2 Elle peut apparaître sous forme de chagrin, de peur, d’anxiété ou de doute ; de colère, d’absence de foi ou de manque de confiance ; de souci des corps, d’envie et sous toutes les formes où le souhait d’être tel que tu n’es pas peut venir te tenter. 3 Toutes ces pensées ne sont que des reflets du culte de la mort comme sauveuse et comme donneuse de délivrance.

2. Incarnation de la peur, hôte du péché, dieu des coupables et seigneur de toutes les illusions et tromperies, la pensée de la mort semble certes puissante. 2 Car elle semble tenir toutes choses vivantes dans sa main desséchée ; tous les espoirs et tous les souhaits en sa poigne funeste ; et tous les buts perçus uniquement par ses yeux aveugles. 3 Les frêles, les impuissants et les malades s’inclinent devant son image en pensant qu’elle seule est réelle, inévitable et digne de leur confiance. 4 Car elle seule est sûre de venir.

3. Toutes choses, hormis la mort, sont vues comme hasardeuses, trop vite perdues, si dures qu’elles fussent à gagner ; aux résultats incertains et susceptibles de trahir les espoirs qu’elles avaient jadis engendrés, laissant dans leur sillage un goût de poussière et de cendre en lieu et place des aspirations et des rêves. 2 Mais sur la mort on peut compter. 3 Car elle viendra d’un pas certain quand l’heure sera venue de son arrivée. 4 Jamais elle ne manquera de prendre toute vie en otage d’elle-même.

4. Voudrais-tu t’incliner devant de telles idoles ? 2 Ici la force et la puissance de Dieu Lui-même sont perçues au-dedans d’une idole faite de poussière. 3 Ici l’opposé de Dieu est proclamé seigneur de toute création, plus fort que la Volonté de Dieu pour la vie, que l’infinité de l’amour et que la constance parfaite et inchangeable du Ciel. 4 Ici la Volonté du Père et du Fils est finalement vaincue et enterrée sous la pierre tombale que la mort a placée sur le corps du saint Fils de Dieu.

5. Non saint dans la défaite, il est devenu ce que la mort voudrait qu’il soit. 2 Son épitaphe, que la mort elle-même a écrite, ne lui donne aucun nom, car il est devenu poussière. 3 Elle ne dit que ceci : “Ci-gît un témoin que Dieu est mort.” 4 Et cela elle l’écrit et l’écrit encore et encore, et pendant tout ce temps ses adorateurs acquiescent, à genoux et le front penché jusqu’à terre, murmurant craintivement qu’il en est ainsi.

6. Il est impossible d’adorer la mort sous quelque forme que ce soit et d’en choisir quand même quelques-unes que tu ne chérirais pas et tâcherais même d’éviter, tout en croyant toujours en tout le reste. 2 Car la mort est totale. 3 Soit que toutes choses meurent, soit qu’elles vivent et ne peuvent mourir. 4 Il n’y a pas de compromis possible. 5 Car là encore nous voyons une position évidente, que nous devons accepter si nous voulons être sains d’esprit : ce qui contredit entièrement une pensée ne peut pas être vrai, à moins qu’il soit prouvé que son opposé est faux.

7. L’idée de la mort de Dieu est si grotesque que même les insanes ont de la difficulté à y croire. 2 Car elle implique que Dieu était jadis vivant et qu’Il a péri d’une façon ou d’une autre ; tué, apparemment, par ceux qui ne voulaient pas qu’Il survive. 3 Leur volonté plus puissante pouvait triompher de la Sienne, et ainsi la vie éternelle a fait place à la mort. 4 Et avec le Père le Fils est mort aussi.

8. Les adorateurs de la mort ont peut-être peur. 2 Et pourtant, de telles pensées peuvent-elles être effrayantes ? 3 S’ils voyaient que ce n’est que cela qu’ils croient, ils seraient instantanément délivrés. 4 Et tu vas leur montrer cela aujourd’hui. 5 De mort, il n’y en a pas, et nous y renonçons maintenant sous toutes ses formes, pour leur salut et le nôtre aussi bien. 6 Dieu n’a pas fait la mort. 7 N’importe quelle forme qu’elle prend doit donc être une illusion. 8 Voilà la position que nous prenons aujourd’hui. 9 Et il nous est donné de regarder passé la mort, et de voir la vie au-delà.

9. Notre Père, bénis nos yeux aujourd’hui. 2 Nous sommes Tes messagers et nous voudrions contempler le reflet glorieux de Ton Amour qui luit en tout. 3 Nous vivons et nous mouvons en Toi seul. 4 Nous ne sommes pas séparés de Ta vie éternelle. 5 De mort, il n’y en a pas, car la mort n’est pas Ta Volonté. 6 Et nous demeurons là où Tu nous as placés, dans la vie que nous partageons avec Toi et avec toutes choses vivantes, afin d’être comme Toi et de faire partie de Toi à jamais. 7 Nous acceptons Tes Pensées pour nôtres, et notre volonté ne fait qu’un avec la Tienne éternellement. 8 Amen.