Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for 24 janvier 2010|Daily archive page

UCEM~LEÇON 24 – Je ne perçois pas mon propre intérêt.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 24 - Je ne perçois pas mon propre intérêt., Un Cours en Miracles on janvier 24, 2010 at 1:14

24 janvier ~

LEÇON 24

Je ne perçois pas mon propre intérêt.

1. Il n’est pas une situation qui se présente dans laquelle tu te rendes compte du résultat qui te rendrait heureux. 2 Par conséquent, tu n’as pas de guide pour agir de la manière appropriée, ni aucune façon de juger du résultat. 3 Ce que tu fais est déterminé par ta perception de la situation, et cette perception est fausse. 4 Il est inévitable, donc, que tu ne serves pas ton propre intérêt. 5 C’est pourtant le seul but que tu aies dans toute situation correctement perçue. 6 Autrement, tu ne reconnaîtras pas ce qu’il est.

2. Si tu te rendais compte que tu ne perçois pas ce qu’est ton propre intérêt, il serait possible de te l’enseigner. 2 Mais en présence de ta conviction de savoir ce qu’il est, tu ne peux pas apprendre. 3 L’idée d’aujourd’hui est une étape en vue d’ouvrir ton esprit de façon à ce que l’apprentissage puisse commencer.

3. Les exercices d’aujourd’hui requièrent beaucoup plus d’honnêteté que tu n’as l’habitude d’en user. 2 Un petit nombre de sujets considérés honnêtement et attentivement durant chacune des cinq périodes d’exercice à entreprendre aujourd’hui, t’aideront plus qu’un examen superficiel d’un grand nombre. 3 Deux minutes sont suggérées pour chacune des périodes d’examen d’esprit que les exercices comportent.

4. Les périodes d’exercice devraient commencer par la répétition de l’idée d’aujourd’hui, suivie d’un examen d’esprit, les yeux fermés, pour trouver les situations non résolues qui te préoccupent présentement. 2 L’important est de découvrir le résultat que tu veux. 3 Tu te rendras vite compte que tu as un certain nombre de buts à l’esprit qui font partie du résultat désiré, et aussi que ces buts se situent à des niveaux différents et sont souvent conflictuels.

5. En appliquant l’idée d’aujourd’hui, nomme chaque situation qui te vient à l’esprit, puis énumère avec soin autant de buts que possible que tu aimerais atteindre dans sa résolution. 2 La forme de chaque application devrait être à peu près la suivante :

3 Dans la situation concernant _____, j’aimerais qu’il

arrive _____ et qu’il arrive _____,

et ainsi de suite. 4 Essaie d’inclure autant de résultats différents qu’il peut honnêtement t’en venir à l’esprit, même si certains d’entre eux ne paraissent pas directement reliés à la situation, ou même lui être le moindrement inhérents.

6. Si ces exercices sont faits correctement, tu reconnaîtras vite que tu réclames de la situation un grand nombre de choses qui n’ont rien à voir avec elle. 2 Tu reconnaîtras aussi que beaucoup de tes buts sont contradictoires, que tu n’as pas de résultat unifié à l’esprit, et que tu seras forcément déçu par rapport à certains de tes buts, quel que soit le dénouement de la situation.

7. Après avoir fait la liste d’autant de buts espérés que possible, dis-toi, pour chaque situation non résolue qui te passe par l’esprit :

2 Je ne perçois pas mon propre intérêt dans cette situation,

et passe à la suivante.

L’Inspiration

Le seul but

1. Le monde réel est l’état d’esprit dans lequel le seul but du monde est vu comme étant le pardon. 2 La peur n’en est pas le but, car l’évasion hors de la culpabilité en devient le but. 3 La valeur du pardon est perçue et prend la place des idoles, qui ne sont plus recherchées, car leurs «dons» ne sont plus chéris. 4 Aucune règle n’est vainement fixée, et rien n’est exigé de qui ou quoi que ce soit pour qu’il se déforme et s’adapte au rêve de peur. 5 Plutôt, il y a un souhait de comprendre toutes choses créées telles qu’elles sont réellement. 6 Et il est reconnu que toutes choses doivent d’abord être pardonnées, et ensuite comprises.

2. Ici, on pense que la compréhension s’acquiert par l’attaque. 2 Là, il est clair que par l’attaque la compréhension est perdue. 3 La folie qu’est la poursuite de la culpabilité comme but est pleinement reconnue. 4 Et les idoles ne sont pas désirées là, car il est compris que la culpabilité est l’unique cause de la douleur sous n’importe quelle forme. 5 Nul n’est tenté par son vain attrait, car la souffrance et la mort ont été perçues comme choses non désirées et non pourchassées. 6 La possibilité de liberté a été saisie et accueillie, et les moyens par lesquels elle peut être gagnée peuvent maintenant être compris. 7 Le monde devient un lieu d’espoir, parce que son seul but est d’être un lieu où l’espoir de bonheur peut être comblé. 8 Et nul n’est en-dehors de cet espoir, parce que le monde a été uni en la croyance que le but du monde est un but que tous doivent partager s’il est vrai que l’espoir est plus qu’un simple rêve.

3. Le souvenir du Ciel n’est pas encore tout à fait revenu, car le but de pardon reste encore. 2 Or chacun est certain qu’il ira au-delà du pardon, et il ne reste que jusqu’à ce qu’il soit rendu parfait en lui-même. 3 Il n’a d’autre souhait que de cela. 4 Et la peur est tombée, parce qu’il est uni à lui-même par son but. 5 Il y a en lui un espoir de bonheur qui est si sûr et si constant que c’est à peine s’il peut rester et attendre un peu plus longtemps, ses pieds touchant encore la terre. 6 Pourtant il est heureux d’attendre jusqu’à ce que chaque main se soit jointe et que chaque cœur ait été rendu prêt à s’élever et à venir avec lui. 7 Car c’est ainsi qu’il est rendu prêt pour le pas par lequel tout le pardon est laissé derrière lui.

4. Le dernier pas appartient à Dieu, parce qu’il n’y a que Dieu Qui pouvait créer un Fils parfait et partager Sa Paternité avec lui. 2 Personne à l’extérieur du Ciel ne sait comment cela se peut, car comprendre cela, c’est le Ciel même. 3 Même le monde réel a un but qui est encore en dessous de la création et de l’éternité. 4 Mais la peur a disparu parce que son but est le pardon et non l’idolâtrie. 5 Ainsi le Fils du Ciel est-il préparé à être lui-même, et à se souvenir que le Fils de Dieu connaît tout ce que Son Père comprend, et le comprend parfaitement avec Lui.

5. Le monde réel ne va pas encore jusque-là, car c’est le Propre but de Dieu; de Lui seul, et pourtant complètement partagé et parfaitement rempli. 2 Le monde réel est un état dans lequel l’esprit a appris comme les idoles disparaissent facilement lorsqu’elles sont encore perçues mais non plus désirées. 3 Comme l’esprit peut être désireux d’en lâcher prise lorsqu’il a compris que les idoles ne sont rien et nulle part, et sont sans but. 4 Car c’est alors seulement que la culpabilité et le péché peuvent être vus sans un but, et comme in-signifiants.

6. Ainsi le but du monde réel est doucement porté à la conscience, pour remplacer le but de péché et de culpabilité. 2 Et tout ce qui se dressait entre ton image de toi et ce que tu es, le pardon l’emporte joyeusement. 3 Or Dieu n’a pas besoin de créer Son Fils à nouveau, pour que lui soit rendu ce qui est à lui. 4 Le fossé entre ton frère et toi n’a jamais été là. 5 Et ce que le Fils de Dieu connaissait en la création, il doit le connaître à nouveau.

7. Quand des frères se joignent en un même but dans le monde de la peur, ils se tiennent déjà au seuil du monde réel. 2 Peut-être regardent-ils encore en arrière, et pensent-ils voir une idole qu’ils veulent. 3 Or leur voie a été tracée avec assurance, qui va loin des idoles vers la réalité. 4 Car en joignant leurs mains, c’est la main du Christ qu’ils ont prise, et ils verront Celui Dont ils tiennent la main. 5 La face du Christ est vue avant que le souvenir du Père ne revienne. 6 Car Il doit être oublié jusqu’à ce que Son Fils soit allé au-delà du pardon jusqu’à l’Amour de Dieu. 7 Or l’Amour du Christ est d’abord accepté. 8 Et ensuite viendra la connaissance qu’ils ne font qu’un.

8. Comme le pas est léger et facile qui traverse les étroites frontières du monde de la peur, quand tu as reconnu à Qui appartient la main que tu tiens ! 2 Il y a dans ta main tout ce dont tu as besoin pour t’éloigner à jamais de la peur avec une parfaite confiance, et pour continuer droit devant et atteindre rapidement les portes mêmes du Ciel. 3 Car celui Dont tu tiens la main attendait seulement que tu te joignes à Lui. 4 Maintenant que tu es venu, tarderait-Il à te montrer la voie dans laquelle il doit marcher avec toi? 5 Sa bénédiction repose sur toi aussi sûrement que l’Amour de Son Père repose sur Lui. 6 Sa gratitude envers toi dépasse ta compréhension, car tu Lui as permis de se lever sans ses chaînes et d’aller avec toi, ensemble, à la maison de Son Père.

9. Une haine ancienne quitte le monde. 2 Avec elle s’en vont toute haine et toute peur. 3 Ne regarde plus en arrière, car ce qu’il y a devant est tout ce que tu as jamais voulu dans ton cœur. 4 Abandonne le monde ! 5 Mais non pas au sacrifice. 6 Tu ne l’as jamais voulu. 7 Quel bonheur as-tu cherché ici qui ne t’ait apporté de la douleur? 8 Quel moment de contentement qui n’ait été acheté à prix d’effroi en pièces de souffrance? 9 La joie n’a pas de coût. 10 Elle est ton droit sacré, et ce qui se paie n’est pas le bonheur. 11 Que l’honnêteté te donne des ailes en chemin, et que tes expériences d’ici ne te trompent pas rétrospectivement. 12 Elles n’étaient pas libres d’un coût amer et de conséquences sans joie.

10. Ne regarde pas en arrière, sauf avec honnêteté. 2 Et quand une idole te tente, pense à ceci :

3 En aucun temps aucune idole ne t’a jamais apporté autre chose que le «don» de culpabilité. 4 Pas une n’a été achetée à d’autre coût que la douleur, et jamais tu n’as été seul à payer.

5 Sois donc miséricordieux envers ton frère. 6 Ne choisis pas une idole sans penser, et souviens-toi qu’il paiera le coût aussi bien que toi. 7 Car il sera retardé quand tu regardes en arrière, et tu ne percevras pas à Qui appartient la main aimante que tu tiens. 8 Regarde donc en avant; fais route avec confiance et le cœur heureux battant d’espoir et non martelé par la peur.

11. La Volonté de Dieu réside à jamais en ceux dont les mains sont jointes. 2 Jusqu’à ce qu’ils se joignent, ils pensaient qu’il était leur ennemi. 3 Mais quand ils se sont joints et ont partagé un but, ils furent libres d’apprendre que leur volonté est une. 4 C’est ainsi que la Volonté de Dieu doit atteindre leur conscience. 5 Et ils ne peuvent pas oublier très longtemps que ce n’est que la leur.