Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

UCEM~LEÇON 347 – La colère doit venir du jugement. Le jugement est l’arme que je voudrais utiliser contre moi-même pour garder le miracle loin de moi.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 347 - La colère doit venir du jugement. Le jugement est l'arme que je voudrais utiliser contre moi-même pour garder le miracle loin de moi., Un Cours en Miracles on décembre 13, 2009 at 3:25

13 déc ~ jugement_tm

LEÇON 347

La colère doit venir du jugement. Le jugement

est l’arme que je voudrais utiliser contre moi-même

pour garder le miracle loin de moi.

1. Père, je veux ce qui va à l’encontre de ma volonté et je ne veux pas ce que ma volonté est d’avoir. 2 Redresse mon esprit, mon Père. 3 Il est malade. 4 Mais tu as offert la liberté et je choisis de réclamer Ton don aujourd’hui. 5 Ainsi je remets tout jugement à Celui Que Tu m’as donné afin qu’Il juge pour moi. 6 Il voit ce que je contemple et pourtant Il connaît la vérité. 7 Il regarde la douleur et pourtant Il comprend qu’elle n’est pas réelle, et dans Sa compréhension elle est guérie. 8 Il donne les miracles que mes rêves voudraient cacher à ma conscience. 9 Qu’Il juge, Lui, aujourd’hui. 10 Je ne connais pas ma volonté, mais Il est sûr que c’est la Tienne. 11 Et Il parlera pour moi et appellera Tes miracles à venir à moi.

2. Écoute aujourd’hui. 2 Sois très calme et entends la douce Voix pour Dieu t’assurant qu’Il t’a jugé comme étant le Fils qu’Il aime.

L’Inspiration

Les obstacles à la paix

1. Comme la paix s’étend du fin fond de toi-même pour embrasser toute la Filialité et lui donner le repos, elle rencontre de nombreux obstacles. 2 Certains de ces obstacles, c’est toi qui tenteras de les imposer. 3 D’autres sembleront surgir d’ailleurs : de tes frères et de divers aspects du monde extérieur. 4 Or la paix les couvrira doucement et s’étendra au-delà sans encombre. 5 L’extension de Son but de ta relation aux autres, pour doucement les faire entrer, est la façon dont le Saint-Esprit accordera les moyens et le but. 6 La paix qu’il a déposée, au plus profond de toi et de ton frère, s’étendra quiètement à chaque aspect de ta vie, vous entourant, toi et ton frère, d’un bonheur radieux et de la calme conscience d’une complète protection. 7 Et tu porteras son message d’amour, de sécurité et de liberté à chaque frère qui s’approche de ton temple, où l’attend la guérison. 8 Tu n’attendras pas pour le lui donner, car tu l’appelleras et il te répondra, reconnaissant dans ton appel l’Appel pour Dieu. 9 Puis tu le feras entrer et lui offriras le repos, comme il t’a été donné.

2. Tu feras tout cela. 2 Or la paix qui est déjà au plus profond de toi doit d’abord prendre de l’expansion et franchir les obstacles que tu as placés devant elle. 3 Tu feras cela, car rien de ce qui est entrepris avec le Saint-Esprit ne reste inachevé. 4 Tu ne peux, en effet, être sûr de rien de ce que tu vois à l’extérieur de toi, mais de ceci tu peux être sûr : Le Saint-Esprit demande que tu Lui offres un lieu de repos où tu te reposeras en Lui. 5 Il t’a répondu, et Il est entré dans ta relation. 6 Ne voudrais-tu pas maintenant Lui rendre Sa gracieuseté et entrer en relation avec Lui? 7 Car c’est Lui Qui a offert à ta relation le don de sainteté sans lequel il t’aurait été à jamais impossible d’apprécier ton frère.

3. La gratitude que tu Lui dois, Il demande seulement que tu la reçoives pour Lui. 2 Et quand tu regardes ton frère avec douceur et gracieuseté, c’est Lui que tu contemples. 3 Car tu regardes là où il est, et pas à part de Lui. 4 Tu ne peux pas voir le Saint-Esprit, mais tu peux voir tes frères véritablement. 5 Et la lumière en eux te montrera tout ce que tu as besoin de voir. 6 Lorsque la paix en toi aura été étendue jusqu’à embrasser tout le monde, la fonction du Saint-Esprit ici sera accomplie. 7 Quel besoin, alors, y aura-t-il de voir? 8 Quand Dieu aura fait le dernier pas Lui-même, le Saint-Esprit rassemblera toutes les grâces et toute la gratitude que tu Lui as rendues et les déposera doucement devant Son Créateur au Nom de Son très saint Fils. 9 Et le Père les acceptera en Son Nom. 10 Quel besoin y a-t-il de voir, en présence de Sa gratitude ?

A. Le premier obstacle : Le souhait de s’en débarrasser

1. Le premier obstacle que la paix doit franchir, c’est ton souhait de t’en débarrasser. 2 Car elle ne peut s’étendre à moins que tu ne la gardes. 3 Tu es le centre d’où elle irradie vers l’extérieur, pour appeler les autres à entrer. 4 Tu es sa maison, la tranquille demeure d’où elle va doucement vers les autres, mais sans jamais te quitter. 5 Si tu veux la rendre sans demeure, comment peut-elle demeurer au-dedans du Fils de Dieu? 6 Si elle doit se répandre à travers toute la création, il faut qu’elle commence par toi, et de toi qu’elle aille vers chacun de ceux qui appellent, lui apportant le repos comme il se joint à toi.

2. Pourquoi voudrais-tu que la paix soit sans demeure? 2 De quoi penses-tu qu’elle doive te déposséder pour demeurer avec toi? 3 Quel semble être le prix que tu es si indésireux de payer? 4 La petite barrière de sable se dresse encore entre toi et ton frère. 5 Voudrais-tu maintenant la renforcer? 6 Il ne t’est pas demandé d’en lâcher prise pour toi seul. 7 Le Christ te le demande pour Lui-même. 8 Il voudrait apporter la paix à chacun, or comment peut-Il le faire, sauf par toi? 9 Laisserais-tu un petit banc de sable, un mur de poussière, un semblant de barrière minuscule, se dresser entre tes frères et le salut? 10 Et pourtant, ce petit reste d’attaque que tu nourris encore contre ton frère, c’est le premier obstacle que la paix en toi rencontre dans sa progression. 11 Ce petit mur de haine voudrait encore s’opposer à la Volonté de Dieu, et la garder limitée.

3. Le but du Saint-Esprit repose en paix au-dedans de toi. 2 Or tu es encore indésireux de le laisser se joindre à toi entièrement. 3 Tu t’opposes encore à la Volonté de Dieu, juste un petit peu. 4 Et ce petit peu est une limite que tu voudrais imposer au tout. 5 La Volonté de Dieu est Une et non multiple. 6 Elle n’a pas d’opposition, car il n’y en a pas d’autre qu’elle. 7 Ce que tu voudrais encore contenir derrière ta petite barrière et garder séparé de ton frère semble plus puissant que l’univers, car cela retiendrait l’univers et son Créateur. 8 Ce petit mur cacherait le but du Ciel, et le garderait loin du Ciel.

4. Voudrais-tu repousser le salut du donneur de salut? 2 Car tel tu es devenu. 3 La paix ne pourrait pas plus te quitter que quitter Dieu. 4 Ne crains pas ce petit obstacle. 5 Il ne peut contenir la Volonté de Dieu. 6 La paix le franchira et se joindra à toi sans entrave. 7 Le salut ne peut pas t’être refusé. 8 C’est ton but. 9 Tu ne peux rien choisir d’autre. 10 Tu n’as pas de but à part de ton frère ni à part celui que tu as demandé au Saint-Esprit de partager avec toi. 11 Le petit mur tombera si tranquillement sous les ailes de la paix. 12 Car la paix enverra ses messagers de toi vers le monde entier, et les barrières tomberont devant leur venue aussi facilement que seront surmontées celles que tu interposes.

5. Vaincre le monde n’est pas plus difficile que de surmonter ton petit mur. 2 Car dans le miracle de ta relation sainte, sans cette barrière, chaque miracle est contenu. 3 Il n’y a pas d’ordre de difficulté dans les miracles, car ils sont tous les mêmes. 4 Chacun est une douce victoire de l’attrait de l’amour sur l’attrait de la culpabilité. 5 Comment cela peut-il manquer d’être accompli, partout où il est entrepris? 6 La culpabilité ne peut pas élever de réelles barrières contre lui. 7 Et tout ce qui semble se dresser entre toi et ton frère doit tomber à cause de l’attrait auquel tu as répondu. 8 De toi qui as répondu, Celui Qui t’a répondu voudrait appeler. 9 Il a Sa demeure dans ta relation sainte. 10 Ne tente pas de te dresser entre Lui et Son saint but, car c’est le tien. 11 Mais laisse-Le étendre tranquillement le miracle de ta relation comme il t’a été donné vers tous ceux qu’elle contient.

6. Il y a dans le Ciel un silence, une heureuse attente, une petite pause de joie en reconnaissance de la fin du voyage. 2 Car le Ciel te connaît bien, comme tu connais le Ciel. 3 Aucune illusion ne se dresse maintenant entre toi et ton frère. 4 Ne regarde pas le petit mur d’ombres. 5 Le soleil s’est levé au-dessus. 6 Comment une ombre peut-elle te garder loin du soleil? 7 Pas plus que les ombres ne peuvent te garder loin de la lumière dans laquelle les illusions prennent fin. 8 Chaque miracle n’est que la fin d’une illusion. 9 Tel fut le voyage, telle en est la fin. 10 Et dans le but de vérité que tu as accepté, toutes les illusions doivent prendre fin.

7. Le petit souhait insane de te débarrasser de Celui Que tu as invité et de Le repousser, doit produire un conflit. 2 Tandis que tu regardes le monde, ce petit souhait, déraciné et flottant à la dérive, peut s’arrêter et se poser brièvement sur n’importe quoi, car maintenant il est sans but. 3 Avant que n’entre le Saint-Esprit pour demeurer avec toi, il semblait avoir un but puissant : le fixe et inchangeable dévouement au péché et à ses résultats. 4 Maintenant il va errant sans but et sans raison, ne causant que de minuscules interruptions dans l’attrait de l’amour.

8. Ce souhait qui est comme plume au vent, cette minuscule illusion, ce résidu microscopique de la croyance dans le péché, c’est tout ce qui reste de ce qui autrefois semblait être le monde. 2 Ce n’est plus une implacable barrière contre la paix. 3 Son errance inutile prête à ses résultats une apparence encore plus erratique et imprévisible qu’auparavant. 4 Or que pourrait-il y avoir de plus instable qu’un système délirant rigoureusement organisé? 5 Son apparente stabilité est la faiblesse qui le pénètre, s’étendant à tout. 6 La variabilité qu’induit ce petit résidu ne fait qu’indiquer ses résultats limités.

9. Quelle puissance peut avoir une petite plume devant les grandes ailes de la vérité? 2 Peut-elle s’opposer au vol d’un aigle ou entraver la marche de l’été? 3 Peut-elle interférer avec les effets du soleil d’été sur un jardin couvert de neige? 4 Vois avec quelle facilité ce brin est soulevé et emporté au loin pour ne jamais revenir, et sépare-t’en avec joie et non regret. 5 Car ce n’est rien en soi et cela ne représentait rien quand tu avais une foi plus grande en sa protection. 6 N’aimerais-tu pas mieux saluer le soleil d’été plutôt que de regarder fixement un flocon de neige disparaissant, tout en frissonnant au souvenir du froid de l’hiver?

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :