Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for 4 août 2009|Daily archive page

UCEM~LEÇON 216 – Révision de la leçon 196.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 216 – Révision de la leçon 196., Un Cours en Miracles on août 4, 2009 at 3:16

4 août ~ cri

Voir l’introduction de la révision VI ici>

La leçon du jour ici >

Je ne suis pas un corps. Je suis libre.

Car je suis encore tel que Dieu m’a créé.

1. (196 ici >) Ce ne peut être que moi que je crucifie.

2 Tout ce que je fais, je le fais à moi-même. 3 Si j’attaque, je

souffre. 4 Mais si je pardonne, le salut me sera donné.

5 Je ne suis pas un corps. 6 Je suis libre.

7 Car je suis encore tel que Dieu m’a créé.

L’Inspiration

Ton bonheur/ ta liberté ou l’illusion de besoins ?

Nous pouvons sans crainte de nous tromper affirmer que le but ultime recherché par tout être humain est d’atteindre et de conserver le bonheur. Pourquoi est-ce si difficile ? Pourquoi n’est-il pas constamment heureux ? Voilà des interrogations auxquelles chacun tente de trouver réponse à maintes et maintes reprises au cours de sa vie. Si bien qu’il arrive que chacun effectue des choix qui lui apportent momentanément du plaisir qu’il s’empresse de qualifier de bonheur. Mais tous ces instants lui semblent si éphémères s’il s’attarde à y songer. Et à quel prix parfois !

C’est alors qu’intervient dans le Texte du Cours en Miracles, au Chapitre I, section VI, l’un des enseignements le plus pertinent qui soit pour apporter l’éclairage nécessaire à de telles interrogations et surtout sur la pertinence de poursuivre l’étude des enseignements du Cours.

Le Cours en Miracles, Texte, Chapitre I, section VI:

VI. L’ILLUSION DE BESOINS (T-1.VI ici)

1. Toi qui veux la paix, tu ne peux la trouver que par le pardon complet. 2 Nul n’apprend quoi que ce soit à moins de vouloir l’apprendre et de croire d’une certaine façon qu’il en a besoin. 3 Alors que le manque n’existe pas dans la création de Dieu, il est très apparent dans ce que tu as fait. 4 De fait, c’est la différence essentielle entre les deux. 5 Le manque implique que tu te trouverais mieux dans un état en quelque sorte différent de celui dans lequel tu es. 6 Jusqu’à la ¨séparation¨, qui est la signification de la ¨chute¨, rien ne manquait. 7 Il n’y avait pas du tout de besoins. 8 Les besoins ne surgissent que lorsque tu te prives toi-même. 9 Tu agis conformément à l’ordre particulier de besoins que tu établis. 10 Cela, en retour, dépend de ta perception de ce que tu es.
2. Le sentiment d’être séparé de Dieu est le seul manque que tu aies réellement besoin de corriger. 2 Ce sentiment de séparation n’aurait jamais surgi si tu n’avais pas distordu ta perception de la vérité, percevant ainsi un manque en toi. 3 Si l’idée d’un ordre de besoins a surgi, c’est parce que, ayant fait cette erreur fondamentale, tu t’étais déjà fragmenté en niveaux avec des besoins différents. 4 En t’intégrant toi-même, tu deviens un; en conséquence, tes besoins deviennent un. 5 Des besoins unifiés conduisent à une action unifiée, parce que cela produit un manque de conflit.
3. L’idée d’ordres de besoins, qui suit de l’erreur originelle qu’on puisse être séparé de Dieu, demande correction à son propre niveau avant que l’erreur de même percevoir des niveaux ne puisse être corrigée. 2 Tu ne peux pas te conduire de façon efficace tant que tu fonctionnes à différents niveaux. 3 Toutefois, tant que tu le fais, la correction doit être introduite verticalement, de bas en haut. 4 Cela parce que tu penses vivre dans l’espace, où des concepts comme le ¨haut¨ et le ¨bas¨ ont une signification. 5 Enfin de compte, l’espace est aussi in-signifiant que le temps. 6 Tous deux ne sont que des croyances.
4. Le but réel de ce monde est de l’utiliser pour corriger ton incroyance. 2 Tu ne peux jamais contrôler toi-même les effets de la peur, parce que c’est toi qui a fait la peur et tu crois en ce que tu as fait. 3 Dans l’attitude, donc, sinon dans le contenu, tu ressembles à ton Créateur, Qui a une foi parfaite en Ses créations parce qu’Il les a créées. 4 La croyance produit l’acceptation de l’existence. 5 C’est pourquoi tu peux croire ce que personne d’autre ne pense vrai. 6 C’est vrai pour toi parce que c’est toi qui l’a fait.
5. Tous les aspects de la peur sont faux parce qu’ils n’existent pas au niveau créateur et par conséquent n’existent pas du tout. 2 Dans la mesure où tu es désireux de soumettre tes croyances à ce test, dans cette mesure tes perceptions sont corrigées. 3 En faisant le tri du faux et du vrai, le miracle procède de cette façon:

4 L’amour parfait bannit la crainte.
5 Si la peur existe,
Alors il n’y a pas d’amour parfait.

6 Mais:

7 Seul existe l’amour parfait.
8 S’il y a peur,
Elle produit un état qui n’existe pas.
9 Crois cela et tu seras libre. 10 Dieu seul peut établir cette solution, et cette foi est Son don.