Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

UCEM~LEÇON 66 – Mon bonheur et ma fonction ne font qu’un.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 66 - Mon bonheur et ma fonction ne font qu’un., Un Cours en Miracles on mars 7, 2009 at 4:57

7 mars ~ QuandLeBonheur

La leçon ici

1. Tu as sûrement remarqué que nos dernières leçons mettaient l’accent sur la connexion entre remplir ta fonction et atteindre le bonheur. 2 C’est parce que tu ne vois pas réellement cette connexion. 3 Or il y a plus que juste une connexion entre les deux : ils sont les mêmes. 4 Leurs formes sont différentes mais leur contenu est complètement un.

2. L’ego se bat constamment avec le Saint-Esprit sur la question fondamentale de savoir ce qu’est ta fonction. 2 Ainsi se bat-il constamment avec le Saint-Esprit sur ce qu’est ton bonheur. 3 Ce n’est pas une bataille à deux. 4 L’ego attaque et le Saint-Esprit ne répond pas. 5 Il connaît ce qu’est ta fonction. 6 Il connaît que c’est ton bonheur.

3. Aujourd’hui nous allons tenter d’aller passé cette bataille entièrement in-signifiante pour arriver à la vérité au sujet de ta fonction. 2 Nous ne nous lancerons pas dans d’insensées discussions au sujet de ce qu’elle est. 3 Nous ne deviendrons pas désespérément occupés à définir le bonheur et à déterminer les moyens de l’atteindre. 4 Nous ne complairons pas à l’ego en écoutant ses attaques contre la vérité. 5 Nous serons simplement contents de pouvoir découvrir ce qu’est la vérité.

4. Le but de notre période d’exercice plus longue aujourd’hui est d’accepter le fait qu’il y a non seulement une très réelle connexion entre la fonction que Dieu t’a donnée et ton bonheur, mais qu’ils sont en fait identiques. 2 Dieu te donne seulement le bonheur. 3 Par conséquent, la fonction qu’Il t’a donnée doit être le bonheur, même si elle paraît être différente. 4 Les exercices d’aujourd’hui tentent d’aller au-delà de ces différences d’apparence et de reconnaître un contenu commun là où il existe en vérité.

5. Commence la période d’exercice de dix à quinze minutes en révisant les pensées suivantes :

2 Dieu me donne seulement le bonheur.

3 Il m’a donné ma fonction.

4 Par conséquent, ma fonction doit être le bonheur.

5 Essaie de voir la logique de cet enchaînement, même si tu n’en acceptes pas encore la conclusion. 6 C’est seulement si les deux premières pensées étaient fausses que la conclusion pourrait l’être. 7 Pensons donc aux prémisses pendant un moment, tout en faisant l’exercice.

6. La première prémisse est que Dieu te donne seulement le bonheur. 2 Cela pourrait être faux, bien sûr, mais pour que ce soit faux il est nécessaire de définir Dieu comme quelque chose qu’Il n’est pas. 3 L’Amour ne peut pas donner le mal, et ce qui n’est pas le bonheur est le mal. 4 Dieu ne peut pas donner ce qu’Il n’a pas, et Il ne peut pas avoir ce qu’Il n’est pas. 5 À moins que Dieu te donne seulement le bonheur, Il doit être mauvais. 6 Et c’est cette définition de Lui que tu crois si tu n’acceptes pas la première prémisse.

7. La seconde prémisse est que Dieu t’a donné ta fonction. 2 Nous avons vu qu’il y a seulement deux parties de ton esprit. 3 L’une est gouvernée par l’ego et est faite d’illusions. 4 L’autre est la demeure du Saint-Esprit, où réside la vérité. 5 Il n’y a pas d’autres guides que ceux-là entre lesquels tu puisses choisir et pas d’autres conséquences possibles résultant de ton choix, sinon la peur que l’ego engendre toujours et l’amour qu’offre toujours le Saint-Esprit pour la remplacer.

8. Ainsi, ce doit être que ta fonction est établie par Dieu par Sa Voix, ou qu’elle est faite par l’ego que tu as fait pour Le remplacer. 2 Lequel est vrai ? 3 À moins que Dieu t’ait donné ta fonction, ce doit être un don de l’ego. 4 L’ego a-t-il réellement des dons à faire, étant lui-même une illusion et n’offrant que l’illusion de dons ?

9. Réfléchis à cela pendant la période d’exercice plus longue aujourd’hui. 2 Pense aussi aux nombreuses formes que l’illusion de ta fonction a prises dans ton esprit, et aux nombreuses façons dont tu as essayé de trouver le salut avec l’ego pour guide. 3 L’as-tu trouvé ? 4 Étais-tu heureux ? 5 T’ont-elles apporté la paix ? 6 Nous avons besoin d’une grande honnêteté aujourd’hui. 7 Souviens-toi honnêtement des résultats et demande-toi aussi s’il a jamais été raisonnable d’attendre le bonheur de quoi que ce soit que l’ego ait jamais proposé. 8 Or l’ego est la seule alternative à la Voix du Saint-Esprit.

10. Tu écouteras la folie ou tu entendras la vérité. 2 Essaie de faire ce choix en pensant aux prémisses sur lesquelles repose notre conclusion. 3 Nous pouvons partager cette conclusion, mais aucune autre. 4 Car Dieu Lui-même la partage avec nous. 5 L’idée d’aujourd’hui est un autre pas de géant vers la perception du même comme le même et du différent comme différent. 6 D’un côté sont toutes les illusions. 7 De l’autre est toute la vérité. 8 Essayons aujourd’hui de nous rendre compte que seule la vérité est vraie.

11. Pendant les périodes d’exercice plus courtes, qui t’aideraient le plus aujourd’hui si elles étaient entreprises deux fois par heure, la forme d’application suivante est suggérée :

2 Mon bonheur et ma fonction ne font qu’un, parce que Dieu m’a donné les deux.

3 Il ne faudra pas plus d’une minute, et probablement moins, pour répéter lentement ces mots et y penser un petit moment tout en les disant.

L’inspiration

La simplicité du salut (T-31.I ici)

1. Comme le salut est simple ! 2 Tout ce qu’il dit, c’est que ce qui n’a jamais été vrai n’est pas vrai maintenant et ne le sera jamais. 3 L’impossible ne s’est pas produit et ne peut pas avoir d’effets. 4 Et c’est tout. 5 Cela peut-il être dur à apprendre pour quiconque veut que ce soit vrai? 6 Seul l’indésir de l’apprendre pourrait rendre difficile une leçon si facile. 7 Est-ce si dur de voir que ce qui est faux ne peut être vrai, et que ce qui est vrai ne peut être faux? 8 Tu ne peux plus dire que tu ne perçois pas de différences entre faux et vrai. 9 Il t’a été dit exactement comment les distinguer l’un de l’autre, et quoi faire au juste en cas de confusion. 10 Pourquoi donc persistes-tu à ne pas apprendre de si simples choses?

2. Il y a une raison. 2 Mais ne la confonds pas avec une difficulté dans les choses simples que le salut te demande d’apprendre. 3 Il n’enseigne que le très évident. 4 Il va simplement d’une leçon apparente à la suivante, par petites étapes faciles qui te conduisent doucement de l’une à l’autre, sans aucun effort. 5 Cela ne peut pas prêter à confusion, et pourtant la confusion règne en toi. 6 Car tu crois en quelque sorte qu’il est plus facile d’apprendre et de comprendre ce qui est totalement confus. 7 Ce que tu t’es enseigné toi-même représente un tel exploit d’apprentissage que c’est certes incroyable. 8 Mais tu l’as accompli parce que tu le voulais, et tu n’as pas relâché ta diligence pour le juger difficile à apprendre ou trop complexe à saisir.

3. Nul qui comprend ce que tu as appris, tout le soin que tu as mis à l’apprendre, et la peine que tu t’es donnée pour appliquer et répéter sans fin les leçons, sous toutes les formes où tu pouvais les concevoir, ne pourrait jamais douter du pouvoir de ton aptitude à apprendre. 2 Il n’y a pas au monde de plus grand pouvoir. 3 C’est par lui que le monde a été fait, qui encore maintenant ne dépend de rien d’autre. 4 Les leçons que tu t’es enseignées ont été tellement sur-apprises et fixées qu’elles montent comme de lourds rideaux pour obscurcir le simple et l’évident. 5 Ne dis pas que tu ne peux pas les apprendre. 6 Car ton pouvoir d’apprendre est assez fort pour t’enseigner que ta volonté n’est pas la tienne, que tes pensées ne t’appartiennent pas, et même que tu es quelqu’un d’autre.

4. Qui pourrait maintenir que de telles leçons sont faciles? 2 Or tu as appris plus que cela. 3 Tu as continué, entreprenant chaque étape, aussi difficile soit-elle, sans te plaindre, jusqu’à ce qu’un monde ait été bâti qui te convenait. 4 Et chaque leçon qui compose le monde découle du premier accomplissement de l’apprentissage : une énormité si grande que la Voix du Saint-Esprit semble n’être qu’un murmure, doux et léger, devant son immensité. 5 Le monde a commencé par une seule étrange leçon, assez puissante pour rendre Dieu oublié, et Son Fils à lui-même étranger, exilé de la demeure où Dieu Lui-même l’a établi. 6 Toi qui t’es enseigné que le Fils de Dieu est coupable, ne dis pas que tu ne peux pas apprendre les simples choses que le salut t’enseigne !

5. Apprendre est une aptitude que tu as faite et t’es donnée toi-même. 2 Elle n’a pas été faite pour accomplir la Volonté de Dieu, mais pour soutenir le souhait qu’on puisse s’y opposer, et qu’une volonté à part d’elle soit encore plus réelle qu’elle. 3 Et c’est cela que ton apprentissage a cherché à démontrer, et tu as appris ce qu’il a été fait pour enseigner. 4 Et maintenant ton ancien sur-apprentissage se dresse implacablement devant la Voix de la vérité, et t’enseigne que Ses leçons ne sont pas vraies; trop dures à apprendre, trop difficiles à voir, trop opposées à ce qui est réellement vrai. 5 Or tu les apprendras, car les apprendre est le seul but que le Saint-Esprit voit dans le monde entier pour ton aptitude à apprendre. 6 Ses simples leçons de pardon ont un pouvoir plus considérable que les tiennes, parce qu’elles t’appellent de Dieu et de ton Soi.

6. Est-ce une petite Voix, un murmure si doux et si léger qu’Elle ne peut S’élever au-dessus du bruit insensé des sons qui ne signifient rien? 2 Dieu n’a pas voulu que Son Fils L’oubliât. 3 Et la puissance de Sa Volonté est dans la Voix qui parle pour Lui. 4 Quelle leçon apprendras-tu? 5 Quel résultat est inévitable, aussi sûr que Dieu, et bien au-delà de tout doute et questionnement? 6 Se peut-il que ton petit apprentissage, à l’étrange résultat et d’une incroyable difficulté, résiste aux simples leçons qui te sont enseignées à chaque instant de chaque jour, depuis que le temps a commencé et que l’apprentissage a été fait?

7. De leçons à apprendre, il n’y en a que deux. 2 Chacune a son résultat dans un monde différent. 3 Et chaque monde s’ensuit sûrement de sa source. 4 Le résultat certain de la leçon que le Fils de Dieu est coupable est le monde que tu vois. 5 C’est un monde de terreur et de désespoir. 6 Il n’y a pas non plus d’espoir de bonheur en lui. 7 Il n’y a pas de plan que tu puisses faire pour ta sécurité qui jamais ne réussira. 8 Il n’y a pas de joie que tu puisses chercher ici et espérer trouver. 9 Or cela n’est pas le seul résultat que ton apprentissage peut produire. 10 Peu importe à quel point tu peux avoir sur-appris la tâche que tu as choisie, la leçon qui reflète l’Amour de Dieu est encore plus forte. 11 Tu apprendras que le Fils de Dieu est innocent et verras un autre monde.

8. Le résultat de la leçon que le Fils de Dieu est non coupable est un monde dans lequel il n’y a pas de peur, où tout est éclairé d’espoir et scintille d’une douce amabilité. 2 Il n’est rien qui ne t’appelle avec tendresse pour être ton ami, et que tu le laisses se joindre à toi. 3 Et jamais un appel ne reste inentendu, incompris, ou n’est laissé sans recevoir une réponse dans la langue même où l’appel a été fait. 4 Et tu comprendras que c’était cet appel que chacun et chaque chose au monde a toujours fait; mais tu ne l’avais pas perçu tel qu’il était. 5 Et maintenant tu vois que tu faisais erreur. 6 Tu étais trompé par les formes dans lesquelles l’appel était caché. 7 Et ainsi tu ne l’avais pas entendu, et tu avais perdu un ami qui avait toujours voulu faire partie de toi. 8 Ce tendre appel éternel de chaque partie de la création de Dieu vers le tout, est entendu de par le monde qu’apporte cette deuxième leçon.

9. Il n’est pas une chose vivante qui ne partage la Volonté universelle d’être entière, et que tu ne laisses pas son appel inentendu. 2 Sans ta réponse, elle est abandonnée à la mort, comme elle est sauvée de la mort quand tu as entendu son appel comme étant l’ancien appel à la vie, et compris que ce n’est que le tien. 3 Le Christ en toi Se souvient de Dieu avec autant de certitude qu’il connaît Son Amour. 4 Mais c’est seulement si Son Fils est innocent qu’il peut être Amour. 5 Car Dieu serait certes peur si celui qu’il a créé innocent pouvait être l’esclave de la culpabilité. 6 Le Fils parfait de Dieu se souvient de sa création. 7 Mais dans la culpabilité il a oublié ce qu’il est réellement.

10. De même que la peur de Dieu est le résultat certain de la leçon que Son Fils est coupable, de même il doit se souvenir de l’Amour de Dieu quand il apprend son innocence. 2 Car la haine doit engendrer la peur, et regarder son père comme elle-même. 3 Comme tu fais erreur, toi qui manques d’entendre l’appel qui fait écho à chaque semblant d’appel à la mort, qui chante derrière chaque attaque meurtrière et plaide pour que l’amour rétablisse ce monde mourant. 4 Tu ne comprends pas Qui t’appelle derrière chaque forme de haine, chaque appel à la guerre. 5 Or tu Le reconnaîtras en Lui répondant dans la langue où Il appelle. 6 Il apparaîtra quand tu Lui auras répondu, et tu connaîtras en Lui que Dieu est Amour.

11. Qu’est-ce que la tentation, sinon le souhait de prendre la mauvaise décision quant à ce que tu voudrais apprendre, et d’avoir un résultat que tu ne veux pas? 2 C’est la re-connaissance du fait que c’est un état d’esprit non désiré qui devient le moyen par lequel le choix est réexaminé; un autre résultat est vu comme préféré. 3 Tu es trompé si tu crois que tu veux le désastre, la désunion et la douleur. 4 N’entends pas l’appel à cela au-dedans de toi. 5 Mais écoute, plutôt, l’appel plus profond au-delà de celui-là, qui invite à la paix et à la joie. 6 Et le monde entier te donnera la joie et la paix. 7 Car de même que tu entends, tu réponds. 8 Et voilà ! 9 Ta réponse est la preuve de ce que tu as appris. 10 Son résultat est le monde que tu vois.

12. Soyons calmes un instant et oublions toutes les choses que nous avons jamais apprises, toutes les pensées que nous avons eues, chaque préconception que nous avons sur ce que les choses signifient et ce qu’est leur but. 2 Ne nous souvenons pas de nos propres idées sur ce à quoi sert le monde. 3 Nous ne le savons pas. 4 Puisse chaque image que nous avons d’autrui être relâchée de nos esprits et balayée.

13. Sois innocent de jugement, inconscient de toute pensée de mal ou de bien qui t’a jamais traversé l’esprit à propos de quiconque. 2 Maintenant tu ne le connais pas. 3 Mais tu es libre d’apprendre qui il est, et de le connaître à nouveau. 4 Maintenant il est né à nouveau pour toi, comme tu es né à nouveau pour lui, sans le passé qui le condamnait à mourir, et toi avec lui. 5 Maintenant il est libre de vivre comme tu es libre, parce qu’un ancien apprentissage s’en est allé, laissant une place pour que la vérité puisse renaître.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :