Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for 3 mars 2009|Daily archive page

UCEM~LEÇON 62 – Le pardon est ma fonction en tant que lumière du monde.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 62 - Le pardon est ma fonction en tant que lumière du monde., Un Cours en Miracles on mars 3, 2009 at 5:22

3 mars ~ Guerison7

La leçon ici

1. C’est ton pardon qui portera le monde des ténèbres à la lumière. 2 C’est ton pardon qui te laisse reconnaître la lumière dans laquelle tu vois. 3 Le pardon démontre que tu es la lumière du monde. 4 C’est par ton pardon que la vérité à ton sujet te revient en mémoire. 5 Par conséquent, dans ton pardon réside ton salut.

2. Les illusions sur toi-même et sur le monde ne font qu’un. 2 C’est pourquoi tout pardon est un don fait à toi-même. 3 Ton but est de découvrir qui tu es, ayant nié ton Identité en attaquant la création et son Créateur. 4 Maintenant tu apprends comment te souvenir de la vérité. 5 Car cette attaque doit être remplacée par le pardon, afin que les pensées de vie puissent remplacer les pensées de mort.

3. Souviens-toi que dans chaque attaque, tu fais appel à ta propre faiblesse; alors que chaque fois que tu pardonnes, tu fais appel à la force du Christ en toi. 2 Alors ne commences-tu pas à comprendre ce que le pardon fera pour toi ? 3 Il ôtera de ton esprit tout sentiment de faiblesse, de tension et de fatigue. 4 Il enlèvera toute peur, toute culpabilité et toute douleur. 5 Il rendra à ta conscience l’invulnérabilité et la puissance que Dieu a données à Son Fils.

4. Réjouissons-nous de commencer et de terminer cette journée en répétant l’idée d’aujourd’hui, et de l’utiliser aussi fréquemment que possible tout le long de la journée. 2 Elle aidera à rendre la journée aussi heureuse pour toi que Dieu veut que tu sois. 3 Et elle aidera ceux qui t’entourent, aussi bien que ceux qui semblent être très loin dans l’espace et le temps, à partager ce bonheur avec toi.

5. Dis-toi aujourd’hui, aussi souvent que tu le peux, les yeux fermés si possible :

2 Le pardon est ma fonction en tant que lumière du monde.

3 Je voudrais remplir ma fonction afin d’être heureux.

4 Puis consacre une minute ou deux à considérer ta fonction ainsi que le bonheur et la délivrance qu’elle t’apportera. 5 Laisse venir librement les pensées qui s’y rapportent, car ton coeur reconnaîtra ces paroles et dans ton esprit est la conscience qu’elles sont vraies. 6 Si ton attention s’égare, répète l’idée et ajoute :

7 Je voudrais m’en souvenir parce que je veux être heureux.

L’inspiration

Le dieu de la maladie (T-10.III ici)

1. Tu n’as pas attaqué Dieu et tu L’aimes vraiment. 2 Peux-tu changer ta réalité ? 3 Nul ne peut avoir pour volonté de se détruire soi-même. 4 Quand tu penses que tu t’attaques toi-même, c’est le signe infaillible que tu hais ce que tu penses être. 5 Et c’est cela, et seulement cela, que tu peux attaquer. 6 Ce que tu penses être peut être très haïssable, et ce que cette étrange image te fait faire peut être très destructeur. 7 Or la destruction n’est pas plus réelle que l’image, quoique ceux qui font des idoles les adorent vraiment. 8 Les idoles ne sont rien,  mais leurs adorateurs sont les Fils de Dieu dans la maladie. 9 Dieu voudrait qu’ils soient délivrés de leur maladie et retournés à Son Esprit. 10 Il ne limitera pas ton pouvoir de les aider, parce qu’Il te l’a donné. 11 N’en aie pas peur, parce que c’est ton salut.

2. Quel Consolateur peut-il y avoir pour les enfants malades de Dieu, si ce n’est Son pouvoir par toi ? 2 Souviens-toi que peu importe où Il est accepté dans la Filialité. 3 Il est toujours accepté pour tous; et quand ton esprit Le reçoit, le souvenir de Lui s’éveille dans toute la Filialité. 4 Guéris tes frères simplement en acceptant Dieu pour eux. 5 Vos esprits ne sont pas séparés, et Dieu a un seul canal pour la guérison parce qu’Il a un seul Fils. 6 Le Lien de Communication restant entre Dieu et tous Ses enfants les unit entre eux, et les unit à Lui. 7 En être conscient, c’est les guérir, parce que c’est être conscient que nul n’est séparé et qu’ainsi nul n’est malade.

3. Croire qu’un Fils de Dieu peut-être malade, c’est croire qu’une partie de Dieu peut souffrir. 2 L’amour ne peut pas souffrir, parce qu’il ne peut pas attaquer. 3 Le souvenir de l’amour s’accompagne donc d’invulnérabilité. 4 Même s’il y croit, ne te range pas du côté de la maladie en présence d’un Fils de Dieu, car ton acceptation de Dieu en lui reconnaît l’Amour de Dieu qu’il a oublié. 5 En le reconnaissant pour une partie de Dieu, tu lui rappelles la vérité à son sujet, qu’il nie. 6 Voudrais-tu renforcer son déni de Dieu et ainsi te perdre de vue ? 7 Ou voudrais-tu  lui rappeler son entièreté et te souvenir avec lui de ton Créateur ?

4. Croire qu’un Fils de Dieu est malade, c’est adorer la même idole que lui. 2 Dieu a créé l’amour et non l’idolâtrie. 3 Toutes les formes d’idolâtrie sont des caricatures de la création qu’enseignent des esprits malades et trop divisés pour connaître que la création partage le pouvoir sans jamais l’usurper. 4 La maladie est idolâtrie, parce que c’est la croyance que le pouvoir peut t’être enlevé. 5 Or cela est impossible, parce que tu fais partie de Dieu, Qui est tout pouvoir. 6 Un dieu malade doit être une idole, faite à l’image de ce que son faiseur pense être. 7 Et c’est exactement ce que l’ego perçoit dans un Fils de Dieu : un dieu malade, qui s’est créé lui-même, qui se suffit à lui-même, très méchant et très vulnérable. 8 Est-ce cette idole que tu voudrais adorer ? 9 Est-ce pour sauver cette image que tu voudrais être si vigilant ? 10 As-tu vraiment peur de perdre ça ?

5. Regarde calmement la conclusion logique du système de pensée de l’ego et juge si ce qu’il offre est réellement ce que tu veux, car c’est ce qu’il t’offre. 2 Pour obtenir cela, tu désires attaquer la Divinité de tes frères et ainsi perdre la tienne de vue. 3 Et tu désires la tenir cachée pour protéger une idole que tu penses capable de te sauver des dangers qu’elle représente, mais qui n’existent pas.

6. Il n’y a pas d’idolâtres dans le Royaume, mais tout ce que Dieu a créé est grandement apprécié, chacun ayant la calme connaissance qu’il fait partie de Lui. 2 Le Fils de Dieu ne connaît pas d’idoles, mais il connaît son Père. 3 La santé en ce monde est l’équivalent de la valeur au Ciel. 4 Ce n’est pas par mon mérite que je contribue à toi mais par mon amour, car tu ne t’accordes pas de valeur. 5 Quand tu ne t’accordes pas de valeur, tu deviens malade, mais la valeur que je t’accorde peut te guérir, parce que la valeur du Fils de Dieu est une. 6 Quand j’ai dit : “Je vous donne ma paix”, je le pensais vraiment. 7 La paix vient de Dieu par moi à toi. 8 Elle est pour toi, même s’il se peut que tu ne la demandes pas.

7. Quand une frère est malade, c’est parce qu’il ne demande pas la paix; par conséquent, il ne connait pas qu’il l’a. 2 L’acceptation de la paix est le déni de l’illusion, et la maladie est une  illusion. 3 Or chaque Fils de Dieu a le pouvoir de nier les illusions partout dans le Royaume, simplement en les niant complètement en lui-même. 4 Je peux te guérir parce que je te connais. 5 Je connais ta valeur pour toi, et c’est cette valeur qui te rend entier. 6 Un esprit entier n’est pas idolâtre; il ne sait rien des lois conflictuelles. 7 Je te guérirai simplement parce que j’ai un seul message, et il est vrai. 8 Ta foi en lui te rend entier quand tu as foi en moi.

8. C’est sans tromperie que j’apporte le message de Dieu; tu apprendras cela en apprenant que tu reçois toujours autant que tu acceptes. 2 Tu pourrais accepter la paix maintenant pour chacun, et offrir à tous la parfaite délivrance de toutes les illusions parce que tu as entendu Sa Voix. 3 Mais n’aie pas d’autres dieux devant Lui ou tu n’entendras pas. 4 Dieu n’est pas jaloux des dieux que tu fais mais tu l’es, toi. 5 Tu voudrais les sauver et les servir, parce que tu crois qu’ils t’ont fait. 6 Tu penses qu’ils sont ton père, parce que tu projettes sur eux le fait apeurant que tu les as faits pour remplacer Dieu. 7 Or quand ils semblent te parler, souviens-toi que rien ne peut remplacer Dieu, et quels que soient les remplacements que tu as tentés, ils ne sont rien.

9. Tout simplement, donc, tu crois peut-être que tu as peur du néant, mais en réalité tu as peur de rien. 2 En prenant conscience de cela, tu es guéri. 3 Tu entendras le dieu que tu écoutes. 4 Tu as fait le dieu de la maladie, et en le faisant tu t’es rendu capable de l’entendre. 5 Or tu ne l’as pas créé, parce qu’il n’est pas la Volonté du Père. 6 Il n’est donc pas éternel et il sera défait pour toi à l’instant où tu signifieras ton désir de n’accepter que l’éternel.

10. Si Dieu a un seul Fils, il y a un seul Dieu. 2 Tu partages la réalité avec Lui, parce que la réalité n’est pas divisée. 3 Accepter d’autres dieux devant Lui, c’est placer d’autres images devant toi. 4 Tu ne te rends pas compte combien tu écoutes tes dieux ni combien tu es vigilant en leur nom. 5 Or ils existent uniquement parce que tu les honores. 6 Rends l’honneur où il est dû et à toi sera la paix. 7 C’est ton héritage de ton vrai Père. 8 Tu ne peux pas faire ton Père, et le père que tu as fait ne t’a pas fait. 9 Aux illusions nul honneur n’est dû, car les honorer c’est honorer rien. 10 Or la peur non plus ne leur est pas due, car rien ne peut pas être apeurant. 11 Tu as choisi d’avoir peur de l’amour à cause de sa parfaite incapacité de nuire, et tu as été désireux, à cause de cette peur, d’abandonner ta propre parfaite capacité d’aider et ta propre Aide parfaite.

11. Ce n’est qu’à l’autel de Dieu que tu trouveras la paix. 2 Et cet autel est en toi parce que Dieu l’a mis là. 3 Sa Voix t’appelle encore à retourner, et Il sera entendu lorsque tu ne placeras pas d’autres dieux devant Lui. 4 Tu peux abandonner le dieu de la maladie pour tes frères; en fait, c’est ce que tu devras faire si tu l’abandonnes pour toi-même. 5 Car si tu vois le dieu de la maladie où que ce soit,  tu l’as accepté. 6 Et si tu l’acceptes, tu te prosterneras devant lui et tu l’adoreras, parce qu’il a été fait comme remplaçant de Dieu. 7 Il est la croyance que tu peux choisir quel dieu est réel. 8 Bien qu’il soit clair que cela n’a rien à voir avec la réalité, il est également clair que cela a tout à voir avec la réalité telle que tu la perçois.