Les leçons pour atteindre l'expérience du Cours.

Archive for 12 janvier 2009|Daily archive page

UCEM~LEÇON 12 – Je suis contrarié parce que je vois un monde in-signifiant.

In Les leçons et l'Inspiration, UCEM, UCEM~LEÇON 12 - Je suis contrarié parce que je vois un monde in-signifiant., Un Cours en Miracles on janvier 12, 2009 at 9:30

12 janvier ~ baroque_contrarie_

Leçon 12 ici

1. L’importance de cette idée réside dans le fait qu’elle contient la correction d’une distorsion majeure de la perception. 2 Tu penses que c’est un monde effrayant qui te contrarie, ou un monde triste, ou un monde violent, ou un monde insane. 3 C’est toi qui lui donnes tous ces attributs. 4. Le monde en soi est in-signifiant. (L-I.12.1 ici)

Hier la leçon m’apprenait que j’entrais dans un processus de correction majeur. Aujourd’hui, l’idée de la leçon contient la correction d’une distorsion majeure de la perception. Cette distorsion majeure vient du fait que tous les attributs que je perçois dans ce monde, c’est moi qui les lui donne. Cependant je n’en suis pas conscient.

5. Ce qui est in-signifiant n’est ni bon ni mauvais. 2 Pourquoi, donc, un monde in-signifiant devrait-il te contrarier ? 3 Si tu pouvais accepter le monde comme étant in-signifiant et laisser la vérité y être écrite pour toi, cela te rendrait indescriptiblement heureux. 4 Mais parce qu’il est in-signifiant, tu te sens obligé d’y écrire ce que tu voudrais qu’il soit. 5 C’est cela que tu vois en lui. 6 C’est cela qui est in-signifiant en vérité. 7 Sous tes mots est écrite la Parole de Dieu. 8 La vérité te contrarie maintenant mais quand tes paroles auront été effacées, tu verras les Siennes. 9 Voilà le but ultime de ces exercices. (L-I.12.5:1-7 ici)

L’in-signifiance du monde que je vois et qui me contrarie est de ma propre signature. Personne d’autre que moi n’a donné ces attributs à ces in- signifiances. La contrariété vient de mes propres attributs mais je n’en ai pas conscience car la cause de cette in-signifiance m’est bien cachée. Je ne vois pas que toutes ces contrariétés perçues ne sont que les projections de ma propre culpabilité que je ne peux tolérer.  Afin que cela devienne tolérable, j’ai  donc utilisé un mécanisme pour m’en séparer en projetant sur le monde mes propres images de ma culpabilité. Voilà la distorsion majeure de ma perception que la leçon d’aujourd’hui m’aide à corriger.

4 Tu étais sûr d’une seule chose : De toutes les nombreuses causes que tu percevais comme t’apportant douleur et souffrance, ta culpabilité ne faisait pas partie. 5 Pas plus que tu ne les avais demandées pour toi-même de quelque façon que ce soit. 6 C’est ainsi que toutes les illusions se sont produites. 7 Celui qui les fait ne se voit pas lui-même les faisant, et leur réalité ne dépend pas de lui. 8 Quelle que soit leur cause, c’est quelque chose qui est tout à fait à part de lui, et ce qu’il voit est séparé de son esprit. 9 Il ne peut pas douter de la réalité de ses rêves, parce qu’il ne voit pas le rôle qu’il joue pour les faire et les faire paraître réels. (T-27.VII.7:4-9 ici)

8 La vérité te contrarie maintenant mais quand tes paroles auront été effacées, tu verras les Siennes. 9 Voilà le but ultime de ces exercices. (L-I.12.5:8,9 ici)